« Pose suggestive » (6e partie)

–       Tu l’as revu, ton Augusto ?

–       Non, et je m’en porte très bien. C’était un conar ! J’ai un nouveau boyfriend, pas un Español. C’est un Frenchie, de la Jironde… Il s’appelle Julien, et qu’est-ce qu’il est beau ! Tu le verras peut-être tout à l’heure. Il est parti à la piscine faire quelques longueurs…

–       Il est photographe amateur, lui aussi ?

–       Non, mais je vais lui apprendre. Je ne peux pas tout faire moi-même.

Le temps passe vite. Nous en étions déjà à notre troisième séance de pose, mais il serait peut-être nécessaire, m’avait-elle précisé, d’en prévoir une ou deux supplémentaires. Je pense qu’elle aimait vraiment mon corps, c’est la seule explication…

–       Pourquoi tou ris ?

–       Pour rien, je pensais à l’absurdité de la situation, moi complètement à poil, mon gland écarlate qui dépasse de mes mains, et toi toute habillée et pas intéressée pour un sou par la scène. C’est pathétique…

–       Tou crois que tou ne m’intéresses pas ?

–       Je t’intéresse comme sujet d’expérimentation, c’est sûr, mais j’ai l’impression que ça s’arrête là. Never mix business with pleasure !

Son visage laissa apparaître un rictus contenu, mais elle ne répondit pas.

–       Idiot, finit-elle tout de même par concéder…

On essaya une énième pose : j’étais supposé, cette fois, m’allonger sur un divan et ne laisser dépasser que ma tête et ma queue. L’idée de la jolie perverse était de suggérer que je m’adonnais à une auto-fellation, une pratique qui, malheureusement ou heureusement – c’est selon –, ne m’est pas accessible. A mesure qu’avançait son projet et que nous apprenions à nous connaître, ses instructions devenaient de plus en plus sexuelles, donc de plus en plus frustrantes puisque je ne pouvais y donner aucune suite, et elle le savait. C’est elle qui avait la haute main sur mon zob, c’est elle qui prenait un malin plaisir à cette torture psychologique et c’est encore à elle qu’il revenait éventuellement de prendre l’initiative. Elle changea d’avis…

–       Non, c‘est trop vulgaire. J’ai envie d’essayer quelque chose de plus complexe.

Une mise en abime, voilà l’idée fulgurante qui avait jailli en son esprit.

–       Mets-toi devant le miroir, Hagan.

Elle déplaça sa chaise et son plan de travail de telle sorte qu’elle se trouvât en oblique derrière moi, mais toujours légèrement dans l’axe du miroir. Elle avait de l’ambition : elle voulait se peindre me peignant. Pour la première fois, nous serions unis sur le dessin, pour l’éternité sans doute…

–       Je ne suis pas soure de réoussir.

–       Pas de problème, j’ai le temps…

La nouvelle pose durait depuis une quinzaine de minutes lorsque j’entendis quelqu’un introduire une clé dans la serrure de la porte principale de l’appartement.

–       C’est ton mec ?

–       Oui, n’aies pas peur, il est très oubert d’esprit…

Sans rien dire, Julien déposa son sac de sport, alla se servir un verre d’eau dans la cuisine, puis entra dans la pièce en poussant prudemment la porte.

–       Hey, sunshine, tout va bien ?

Il n’avait d’yeux que pour elle. Mais après qu’ils eurent échangé un tendre baiser sur les lèvres, qui m’avait d’ailleurs passablement gêné, vu l’état dans lequel je me trouvais, il observa furtivement le miroir et me fit un clin d’œil à travers lui. C’est comme si l’œuvre nous réunissait à présent tous les trois, trois inconnus ou presque, le temps d’un instant. Il vint alors me serrer la main d’une poignée franche, se présenta sommairement, laissa s’échapper un rire complice, puis quitta la pièce. Je suivrais son exemple une heure plus tard.

Publicités
Catégories : e-Nouvelle épisodique illustrée | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :