Wesh, ta mère en nonne dans le bus ! …

Je me contenterai, aujourd’hui, de lancer un petit clin d’œil électronique à ce groupe de nonnes américaines qui viennent de clore un long périple en bus à travers les Etats-Unis, traversant une dizaine d’Etats, du traditionnaliste Midwest au centre décisionnaire de Washington, afin de rappeler l’essence du projet de la fédération américaine par le prisme de leurs convictions chrétiennes.

Solidarité entre tous, particulièrement à l’égard des plus faibles, alors que la Cour suprême des Etats-Unis vient courageusement de déclarer conforme à la Constitution américaine la réforme du système de santé conçue par Obama, au grand dam des grands-prêtres républicains soudoyés par les assureurs mafieux du privé : tel est le massage porté par Madame Simone Campbell et ses consœurs.

Cependant, comme il fallait s’y attendre, leur initiative n’a pas reçu de la part du bon à rien du Vatican, énième successeur du premier traître mythologique pontifié puis crucifié tête en bas, l’accueil bienveillant qu’elle était en droit d’anticiper : il est vrai qu’entre les alter égaux du partage et les traditionnalistes renfrognés et sectaires, entre les démocrates débonnaires et les nostalgiques du moustachu impérial, entre les féministes visionnaires et les machos fossilisés, entre les défenseurs d’une morale financière et les suppôts de l’argent mafieux, la balance déjà démesurément instable des dépositaires attitrés du roman biblique n’a pu manquer de pencher du second côté.

A l’estime de l’ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (un titre et une appellation qui en disent long), laquelle a pris la relève de l’inquisition prétendument sainte, celle qui torturait, crucifiait et consumait sur des bûchers des humain(e)s en avance sur leur temps ou simplement à contre-courant, Jésus n’est pas mort pour expier les crimes de l’Humanité, contrairement aux ragots et interprétations servies au vulgum pecus. C’est une opinion que je partage avec lui (l’une des rares, sans doute). Car, dans l’hypothèse inverse, pourquoi Isaac aurait-il été épargné ? Et que signifierait une telle offrande pour une religion qui a rompu avec les sacrifices (sans pour autant se défaire du symbole du bouc émissaire) ? Enfin, quelle valeur aurait la responsabilité individuelle s’il suffisait qu’un homme en prenne une pour l’équipe (1) ?… Cela écrit, quel degré de cynisme ne faut-il manifester pour se réclamer simultanément de la personnalité que le christianisme a rendue emblématique, et des héritiers de ceux qui ont mis à mort celle-ci, les hommes de pouvoir romains corrompus au premier chef…

Mais puisque semble avoir sonné l’heure du crépuscule des idoles, au bénéfice – n’en doutons pas – d’une plus grande justice pour tous et d’une plus grande écoute de chacun, et puisque Dieu est réputé amour, envers tous les êtres de la Création, risquons cette interrogation métaphorique : si Jésus se réincarnait aujourd’hui en pigeon, histoire de faire jaser, sur qui, du capo autoproclamé di tutti capi ou de Sœur Campbell, pensez-vous qu’il délesterait sa fange ?…

___________

(1) « to take one for the team« 

Catégories : Carnet de voyage, Politique / Société | Tags: , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :