La Réserve fédérale américaine ? SUPER-TRICHEUSE ! Bosse, fourmi : il y va de ta compétitivité !!!

Si ce qui est rare est cher, alors, logiquement, ce qui est abondant perd de la valeur (de l’intérêt).

L’abondance peut être factice. Si elle est mise au service de l’économie réelle, elle peut relancer temporairement celle-ci (taux d’intérêts peu élevés –> facilité de crédit –> nouveaux projets individuels / nouvelles entreprises / adjuvants pour le commerce extérieur –> une poignée d’emplois).

Si, en revanche, elle sert une nouvelle fois à rassasier la Bête gloutonne connue sous le nom de « marchés »,  générant une nouvelle bulle, il faudra bien que la valeur perdue, avalée par l’économie spéculative (1), soit récupérée quelque part dans l’économie réelle (inflation, c’est-à-dire augmentation des prix sans distinction de revenus –> consommation en baisse –> récession –> accentuation de la crise –> émeutes sociales –> guerre ?).

Enfin, si la valeur dépréciée de manière factice fait l’objet d’un échange avec une autre valeur par ce fait et d’autres sur-appréciée – voire appréciée à sa juste valeur – il ne peut être question de concurrence libre et non faussée.

*******

« Marché: l’indice Dow Jones pulvérise les 13.500 points après les décisions de Bernanke.

Par Cercle Finance, 14/09/2012

Ben Bernanke a donné à Wall Street ce que Wall Street espérait… Voilà l’un des titres illustrant la fin de la séance sur les medias anglo-saxons.

*******

CONCLUSIONS

1 / Le socle du Traité de Lisbonne est marécageux.

2/ La mise en concurrence de modèles sociaux et environnementaux antipodaux n’est pas le seul argument contre le dogme de compétitivité globale. La tricherie effrontée en est un autre !

3/ Nos élus le savent, mais la plupart d’entre eux relaient la propagande concurrentielle ou se taisent. Ils sont donc impuissants et complices !

4/ Les inactifs pauvres sont cloués au pilori par la droite comme des profiteurs du système, alors que la classe moyenne est la bête de somme de la Bête de Wall Street.

5/ il est à supposer que, par l’entremise de son ami de trente ans Clinton, Obama ait fait, pour sa réélection, un deal avec Wall Street et la mafia bancaire.

6/ La mafia spéculative états-unienne continue de plus belle : elle n’a tiré aucune conclusion de ses fautes. La privatisation des profits et des dons publics et la socialisation des pertes sont plus que jamais d’actualité !

COMPETITIVITE = PIEGE A PD ! AU CUL, AU CUL, AUCUNE UTILITE !!!

Catégories : Politique / Société | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :