Archives mensuelles : novembre 2012

BLOG EN GREVE GENERALE ! (post ‘mégamix’, mis à jour régulièrement)

Ce blog fut en grève générale du 23/11 au 31/12/12, pour des raisons amplement étayées ci-après.

C’est ce qui explique le caractère particulièrement touffu et confus du présent post. Bonne lecture !

***

Les pensées les plus sincères de l’auteur de ce blog pour 2013 vont à ceux,

both foreign and domestic, qui ont tout sauf quelque chose à fêter…

Syrie

APRES STALINE, A BAS LE SOCAPITALISME !

« La lutte des classes a fait un peu son temps, même s’il reste des antagonismes […]. »

Michel TOCARD, fossile socapitaliste et pute de Rockefeller, bras dessus bras dessous avec le patronat, 1999

DE LA NECESSITE POUR LE SIECLE D’UNE GAUCHE DECOMPLEXEE

QUI NE SOURIT PAS QUAND ELLE PREND DANS LE CUL,

et ose tourner le dos au totalitarisme des marchés pour inventer des sociétés nouvelles !

Trois SDF bruxellois

***

LE REVE EUROPEEN ORWELLIEN (ou son contraire) !

 « Le monde a été divisé en trois classes : la classe supérieure, la classe moyenne, la classe inférieure. […] Les buts de ces trois groupes sont absolument inconciliables. Le but du groupe supérieur est de rester en place. Celui du groupe moyen, de changer de place avec le groupe supérieur. Le but du groupe inférieur, quand il a un but, […] est d’abolir toute distinction et de créer une société dans laquelle tous les hommes seraient égaux. »

Delacroix, La Liberté guidant le Peuple

« Říkat pravdu v čase všeobecného klamu je revoluční čin. »

EU Sakharov Prize for Freedom of Thought & Expression

Free Brad !

«Political chaos is connected with the decay of language… one can probably bring about some improvement by starting at the verbal end.  »

F-T logos

« We have now sunk to a depth at which restatement of the obvious

 is the first duty of intelligent men. »

stock exchange dictating policy and justice

« Alle Tiere sind gleich. Aber manche sind gleicher als die anderen. »

Animal Farm pigs

« Ο Πόλεμος είναι ειρήνη. Η ελευθερία είναι σκλαβιά. Η άγνοια είναι δύναμη. »

« Guerra é Paz, Liberdade é Escravidão, Ignorância é Força.»

« La guerra es la paz. La libertad es la esclavitud. La ignorancia es la fuerza. »

1984 quote

« Diegene die het verleden controleert, controleert de toekomst.

Diegene die het heden controleert, controleert het verleden. »

« Istnieje prawda i istnieje fałsz, lecz dopóki ktoś upiera się przy prawdzie, nawet wbrew całemu światu, pozostaje normalny. »

No more cross, ever !

Jesus sez fuck 'em

« [Big business] has nothing to do with fair play. It is bound up with hatred, jealousy, boastfulness, disregard of all rules and sadistic pleasure in witnessing violence. In other words, it is war minus the shooting. »

Orwell & journalism

***

Yo, l’empereur, avant de prendre congé, en 2013, même pas cap…

–          d’injecter 5 milliards € supplémentaires dans Dexia ;

–          d’introduire un nouvel emprunt d’Etat à destination de la noblesse et des bourgeois milliardaires belges, dont le remboursement fera trimer les serfs ;

–          de faire la bise à Alex, ton nouveau pote, en public ;

–          de limiter les allocations de chômage dans le temps, au nom du benchmarking social du nivellement par le bas, comme le ferait sans hésiter la compétition ;

–          d’ôter une fois pour toutes, par la même occasion, leur citoyenneté aux chômeurs ;

–          de te faire faire un nouveau lifting ;

–          d’offrir à Scott Manyo, qui – le bougre ! – ne souhaite décidément pas retourner au Cameroun, un aller simple pour Islamabad, où il pourra rejoindre Parwais ;

–          de relancer sans coup férir Doel 3 et Tihange 2 ;

–          d’abroger la Justice pour les pauvres ;

–          de relancer le carrousel « Sharia 4 Belgium »

–          de faire trois fois le tour du parc de Bruxelles en courant, en vitupérant : « Maar ouate heeft NVA gueux dan ? » ;

–          d’organiser une énième amnestie fiscale pour les Belges helvétiques ;

–          d’intégrer Standard & Poor’s dans ton gouvernement ;

–          de démissionner, la queue entre les jambes ;

–          de faire la cour à Gutman pour qu’il fasse venir le grand black à Bruxelles, histoire d’accroître, au moment propice, ta popularité face aux méchants d’en face ;

–          de booster le business de ton frère Mario à travers une nouvelle joint venture avec Berlusconi ;

–          de danser le tango avec Albert de Laeken lors du Te Deum ;

–          de nommer le Phil à la place de ton frère spirituel Albert ;

–          de  choisir le macho pour lui faire prêter serment.

MEME PAS CAP !…

***

Dank Elio, dankzij jou zag ik het licht !

Misschien had u het gemerkt : ik ben drietalig (Nederlands, Frans en Engels). Daar moet ik echter niet over stoefen : in België is dit geen uitzondering. Al wie zich in de Brusselse straten en wijkjes waagt weet intussen dat het een van de meest kosmopolitische (met een ‘k’, alstublieft !) steden ter wereld is. Een beetje zoals in Amsterdam horen alle culturen, alle talen, er thuis. De mooiste stad in het universum is tenslotte niet voor niets uitverkoren tot Europese hoofdstad…

Tot op het bot ben ik immers een zinneke, plaatselijk woord voor bastaardje, op cultuurvlak wel te begrijpen. Tweetalige Vlaamse moeder, eentalige Franse vader (en dan nog van Bretoense afkomst, om het nog wat ingewikkelder te maken) : van kinds af aan ben ik letterlijk met twee culturele invloeden opgegroeid, in hetzelfde land ! Mij hoef je dus geenszins de les te spelen wat multiculturalisme en mixiteit van de invloeden betreft.

Een prachtig symbool had mijn stervend vaderlandje kunnen worden, ware het niet voor generaties Waalse en Vlaamse politici, die er jarenlang voor hebben gezorgd dat er tussen de twee belangrijkste gemeenschappen, de Latijnse en de Germaanse, zo weinig mogelijk bruggen zijn gebouwd, zij het op vlak van onderwijs, media, taal, of noem maar op. Opgeruimd staat netjes, of, zoals in het Frans soms wordt gezegd, chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées. Met andere woorden, gebrek aan visie, incompetentie, cliëntelisme en machtswellust liggen aan de basis van alle problemen die we nu meemaken.

En al zie je de laatste jaren meer en meer interessante en vaak ook vruchtvolle uitwisselingsinitiatieven opduiken, o.a. tussen de KVS en het Théâtre national, dat tij zal niemand meer kunnen keren : like it or not, er leven in België inderdaad twee volkeren naast elkaar, die minder en minder gemeen hebben en meer en meer uit elkaar groeien.

Er zijn geen Belgen, sire”, schreef Jules Destrée, begin vorige eeuw, in een welbekende brief aan de eerste Albert met dezelfde arrogantie en valse superioriteit die talloze hedendaagse Vlaamse nationalisten kenmerken. Desondanks de Flamenpolitik, waarmee de Duitsers tijdens beide wereldoorlogen tegelijk het pangermanisme wensten te promoveren en de vijand probeerden te verzwakken door zijn schijneenheid af te breken, en waarbij talloze van haar leden – ver van allen, echter – ideologisch gesneuveld zijn, moet men in alle eerlijkheid de Vlaamse beweging toekennen dat ze rusteloos heeft gestreefd voor alle nu voor de hand liggende rechten van de Vlamingen, te beginnen met lesgeven in hun eigen taal.

Dit over tientallen jaren gespreid cultureel offensief heeft de Franstaligen verdeeld : enerzijds heb je altijd de louter Waalsgezinden gehad, die hamer(d)en op de noodzaak aan een tegenoffensief en wier mond grotendeels, bij de Franstalige socialisten althans, door Di Rupo werd gesnoerd, terwijl anderzijds een groot deel van de adel en van de grand-bourgeois met veel nostalgie aan België als concept, weliswaar het België van toen, zijn gehecht gebleven…

Tijdens de beruchte vijfhonderdeenenveertig dagen van de laatste regeringsformatie zag je af en toe groepjes bestaande uit een klein honderd man voor het koninklijk paleis (dat van Brussel-Centrum) defileren tegen het separatisme. Het grootste deel van hen – zo viel uit de reportages die de Vlaamse pers over hen maakte af te leiden – bleek echter geen Nederlands woord kwijt te kunnen, tenzij af en toe met dat typisch blasé accentje.

Zielig allemaal, eigenlijk, een beetje zoals die Premier die we nu hebben, Leburton – euh, sorry, Di Rupo – die altijd al een politiek apparatsjik is geweest maar blijkbaar de tijd nog niet heeft kunnen vrijmaken om eens grondig de eerste taal van het land dat hij beheert te leren. Het gesprek met Rutte in Den Haag, in januari van dit jaar, over de mogelijke ontpoldering van een stukje Zeeland, het vruchteloos terugdringen van het hasjgebruik in puriteins België, en wat nog allemaal, is waarschijnlijk in gebarentaal doorgegaan… En van zo’n eentalige eerste minister wordt dus verwacht dat hij internationaal de Vlamingen vertegenwoordigt. Op taalvlak zijn er arbeiders die het beter zouden kunnen !

Rupo is zogezegd een socialist; hij was zelfs enkele jaren voorzitter van hun internationale koepel. Niettemin heeft hij ermee ingestemd om gedurende twee jaar alle lonen te bevriezen, de werklozen onder de armoedegrens te jagen, hun pensioen drastisch te verlagen, perfect geïntegreerde en Nederlands sprekende asielzoekers zonder enig medeleven naar landen zoals Afghanistan terug te sturen, enzovoort. Met andere woorden, liever strijden voor een lege romp dan tegen sociale achteruitgang. Rupo, de NVA-booster malgré lui, is dus bereid om allerlei soorten pillen te slikken om het land van zijn gedachte, een land dat niet bestaat, in stand te houden. Van zijn idealen is er niets overgebleven, al probeert hij ze nog met de marketingtrucjes van een reddeloze oude clown aan zijn electoraat te verkopen ! De nietsbetekenende  maatregeltjes volgen elkaar op, zonder de minste visie, de minste coherentie.

Maar wat als we nu het prisma eens anders bekeken. Hoe zouden Vlaanderen, Wallonië en Brussel er uitzien mocht de Belgische Staat, na al het politieke getouwtrek van de afgelopen twintig jaar, de opeenstapeling van Staatshervormingen en het steeds groeiende ongenoegen, eens en voorgoed gesplitst worden ? Zou een hereniging met Frankrijk eigenlijk geen heropleving van de Waalse gemeenschap en economie tot gevolg hebben, waardoor de Walen eindelijk met de Vlamingen gelijk zouden staan ? En zou er, aan de andere kant van de taalgrens, geen nieuw leven in het linkse gedachtegoed worden geblazen ? Momenteel wordt de Vlaamse vervoersmaatschappij ertoe verplicht anderstalige reclame op haar bussen te weigeren wegens louter misplaatste ideologische beschouwingen : is dit echt serieus ? Is de splitsing van België niet dé conditie voor het overleven van een of andere vorm van Vlaams progressisme, en misschien zelfs voor een herwaardering van het Frans, zoals in bepaalde Nederlandse kringen het geval ? Ik ben er echt van overtuigd !

Wie weet houdt zo’n oefening ook nog merkwaardige verrassingen in petto. Die onbetaalbare Staatsschuld ? Zand erover ! Brussel ? Brussels DC, verdorie, als het Europa waar ze hier van dromen ooit werkelijkheid wordt, zij het in eerste instantie met een beperkt aantal voorstrevers ! Tsjechië en Slowakije hebben de weg getoond. Nu enkel nog volgen, en eindelijk komaf maken met deze politieke schizofrenie waarin ons land met regelmaat verzuipt !

Weg met een van de slechtste Belgische regeringen ooit, weg met de door de financiële markten aangestelde schijnpremier, en, ja hoor, namens het progressisme, weg met het Belgenland, enkel en alleen omdat het spijtig genoeg niet anders meer kan !

Vlaamse Staat zonder haat

***

DEVINETTE DU NOUVEL AN : c’est quoi, ça ?

Ca prononce deux discours par an, que ça n’écrit même pas, dans lesquels ça s’avère incapable de respecter son devoir de réserve. Ca babille quelques mots à peine de la langue de la principale communauté de ce pays. Ca coupe des rubans et prend part à des foires. Ca chie du fric opaque, en grande partie celui qu’a rapporté l’esclavage des Congolais. Et, quand ça n’était pas encore en fonction, ça s’est laissé allé aux pires débauches, à l’occasion desquelles ça a notamment pondu des mioches à la pelle. Ca se permet de paternaliser deux peuples entiers alors que ça devrait regarder plutôt à la fois dans son propre portefeuille et dans son caleçon !

Indice : « La dotation de la famille royale augmentera en 2013 de 300.000 euros, pour s’établir à plus de 11,5 millions d’euros, rapporte De Tijd sur base du budget présenté par le gouvernement au parlement. »

Source : http://www.lesoir.be/144051/article/actualite/belgique/2012-12-26/dotation-d%E2%80%99albert-ii-augmente-300000-euros

A BAS LA MONARCHIE ET SON LAQUAIS EMPAPILLONNE !

***

IN ou OUT : le sondage de Nowel

« EN CES TEMPS PERTURBES QUE NOUS VIVONS, SOYONS VIGILANTS, ET MONTRONS-NOUS LUCIDES FACE AUX DISCOURS POPULISTES. ILS S’EFFORCENT TOUJOURS DE TROUVER DES BOUCS EMISSAIRES A LA CRISE, QU’IL S’AGISSE DE L’ETRANGER OU DES HABITANTS D’UNE AUTRE PARTIE DE LEUR PAYS. CES DISCOURS EXISTENT AUJOURD’HUI DANS DE NOMBREUX PAYS EUROPEENS ET AUSSI CHEZ NOUS. »

Weird Al Jankovic, 24/12/12

A ma gauche, un jeune réfugié afghan orphelin parfaitement intégré, disposant d’un emploi d’ouvrier et parlant parfaitement le néerlandais, expulsé sine die de Belgique en juillet dernier par le gouvernement de l’ancien président de l’Internationale socialiste, en raison du climat apaisé qui règnerait désormais dans son pays, et qui a dû, à présent, fuir vers le Pakistan en raison des menaces de mort dont il fait l’objet.

Voici les posts qui lui ont été consacrés précédemment sur ce blog : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/07/09/maggie-de-block-eleve-exemplaire-de-gueant-dans-un-gouvernement-preside-par-un-socialiste/

https://yannickbaele.wordpress.com/2012/07/11/si-parwais-sangari-est-assassine-ce-sera-la-faute-au-mammouth-flamand/

A ma droite, une espèce de sale vermine milliardaire des eighties, qui rachetait des sociétés pour des peanuts puis les revendait, quelques mois plus tard, un gain considérable en poche et des centaines d’employés sur le carreau, un sale ado qui n’a jamais grandi et ne connaît pas ses limites, un ami du véreux donneur de leçons Kouchner, dont la cire du masque d’arrogance a fini par s’effriter, une raclure tout de gouaille et de frime pour midinettes prépubères, comme on les vénérait encore il y a peu en terre gaulliste, qui a, pour échapper au fisc de son pays, établi à Bruxelles (Chaussée de La Hulpe, 178), une société fictive dans laquelle il pompe une partie toujours plus grande des quelque 300 millions € que lui ont versé dernièrement les contribuables français, symbole de la décadence de notre pays, qui tape toujours plus sur ses miséreux mais accueille à bras ouverts les cailleras de la finance internationale.

En cette période de pieuse charité, chacun d’entre vous dispose exceptionnellement d’un carton vert (in) et d’un carton rouge (out). Le jeune ouvrier afghan demandeur d’asile permanent ou le vieux milliardaire sur le retour ? A vous de choisir !

***

PAYS-BAS : OPSTELTEN, SES PETITS PROTEGES LIBERAUX-CONSERVATEURS,

LEURS CRIMES SUPPOSES, LA LOI ET L’ETHIQUE : « EEN POTJE NAT ! »

sceptre et couronne des Pays-Bas

Opstelten

« Rien ne s’oppose à ce que des voyants continuent de donner un coup de main à la police dans la résolution de certaines affaires. Voilà l’avis d’Ivo Opstelten (Justice et Sécurité). Il ne voit aucune raison d’interdire l’usage de paragnostes.

Certains délits sont si importants quant à leurs conséquences pour les victimes, sans parler des proches de ces dernières, que le ministère public souhaite considérer toutes les options pour leur résolution », affirme Opstelten. […] Il est nécessaire [pour cela] que l’enquête à l’aide des méthodes habituelles de recherche se soit engluée. […] »

Source (NL) : http://www.powned.tv/nieuws/binnenland/2012/12/opstelten_helderzienden_zijn_o.html

« Les Américains inquiets du sort des accusateurs de Demmink, en danger

Les membres du Congrès américain Ted Poe, Jim Costa et Christopher H. Smith ont fait part, dans une lettre à l’ambassadeur de Turquie à Washington, de leur inquiétude quant à l’intégrité physique des témoins turcs qui ont accusé l’ancien secrétaire-général de la Justice J. Demmink de les avoir violés. […]

« Il semble que les victimes se soient vu promettre de l’argent et que tant eux que des membres de leurs familles aient été menacés. Selon leur avocat, les menaces et intimidations ont été signalées auprès du procureur de Diyarbakir, mais les victimes  n’ont pas encore reçu de protection, ni quelque soutien que ce soit », écrivent les congressistes. […]

« Les victimes ont eu le courage de porter plainte contre un puissant haut fonctionnaire étranger, J. Demmink. Ces victimes (Mustafa et Osman) et le fonctionnaire de police qui affirme les avoir amenées à Demmink sont montées au créneau en Turquie avec des accusations détaillées de viol par Demmink à l’occasion des visites de ce dernier à ce pays au cours des années ’90. Il a été mis un terme à l’enquête néerlandaise sur base des affirmations de Demmink selon lesquelles il ne se serait pas rendu en Turquie après 1987. Néanmoins, divers témoins, tant au sein de l’administration qu’en dehors de celle-ci, se sont fait connaître en Turquie, contestant cette affirmation », concluent les trois politiciens américains. »

Source (NL) : http://www.katholieknieuwsblad.nl/nieuws/item/3092-amerikanen-bezorgd-over-bedreigde-aangevers-van-demmink.html

« Contre l’avis de ses principaux fonctionnaires, le […] ministre Ivo Opstelten (Justice et Sécurité, libéral-conservateur) [a nommé] l’ancien conseiller Pieter Cloo [libéral-conservateur] comme nouveau secrétaire-général de son ministère. […]

Opstelten [voulait] à tout prix quelqu’un d’extérieur au microcosme haguenois traditionnel, ainsi qu’un coreligionnaire en guise de successeur à […] Demmink (libéral-conservateur). Maints fonctionnaires doutent toutefois des capacités dirigeantes et de la loyauté de Cloo; au sein du ministère, il a la réputation d’un goujat. […]

Pieter Cloo est très controversé après avoir, dans le cadre de sa fonction [de vice-président] de l’UWV, fait effectuer des travaux de rénovation pharaoniques aux frais du contribuable. Le coût de [ladite] rénovation s’élevait à 1149 € par mètre carré. Ultérieurement, il aurait menti [à un ministre] quant à la hauteur de ce montant. […] »

Source (NL) : http://www.powned.tv/nieuws/politiek/2012/09/opstelten_wil_partijgenoot_in.html

« Blanchiment d’argent par l’entremise de l’UWV

Des criminels continuent d’utiliser le site de l’UWV [une institution majeure de la sécurité sociale néerlandaise] pour abuser des chômeurs, par exemple en laissant les demandeurs d’emploi blanchir de l’argent à leur profit. […]

En début d’année, le helpdesk ‘fraude’ a tiré la sonnette d’alarme à propos de ce phénomène. Ainsi, les demandeurs d’emploi se voient proposer par exemple un bel emploi administratif. Depuis leur domicile et à partir de leur propre compte bancaire, il leur incombe alors d’accuser réception de sommes d’argent qu’ils auront à transférer vers divers comptes tiers. […] Après que les victimes, qui ne se doutent de rien, ont effectué deux ou trois blanchiments d’argent, elles sont mises sous pression par les criminels, qui semblent être originaires principalement de l’ex-bloc de l’Est, et elles doivent également rembourser le salaire engrangé. […] »

Source (NL) : http://www.spitsnieuws.nl/archives/binnenland/2012/12/witwassen-via-het-uwv

***

« Ghosts of Xmas past » (pause philo)

Au défi, les fantômes vous mettent…

Affirmation du premier fantôme

« La fragilité affichée est la marque d’abandon et de faiblesse par laquelle un individu

rend possible à d’autres de le (la) maîtriser. »

Gabriel Ringlet, Eloge de la Fragilité

Affirmation du deuxième fantôme

Mickey Mouse Jr

« La monstruosité, lorsqu’elle est supposée définir et délimiter la différence, n’est en réalité que la projection de l’absence d’empathie de ceux et celles qui portent le jugement. »

Max Papeschi, Nazisexymouse

http://www.maxpapeschi.com/site/?page_id=164

Affirmation du troisième fantôme

« Dans la vie, il y a deux sortes de gens : les dominants et les dominés. »

***

« Oh, mon Dieu, l’extrême-droite est le troisième parti grec. »

 Jabba the Hut Venizelos

« YO, MUTHERFOCKER ! »

Tant que l’on n’aura pas compris que la vente de l’idée européenne sous le paravent de garante de la paix ne signifie plus rien pour ceux nés après soixante, bien moins encore pour ceux nés après nonante, l’on n’aura rien compris. Cette Europe est vide. Cette Europe est creuse. Elle ne porte d’autre projet que l’asservissement, le sien propre aux obscures et antidémocratiques puissances de la finance, et celui de ses sujets à l’implacable logique consuméro-productiviste mercantile. Qu’est-il advenu du Livre blanc de Delors, des grands travaux d’infrastructure supposés créer le maillage nécessaire au déploiement et à l’échange au sein des frontières européennes, un TGV transeuropéen à un prix abordable pour tous les citoyens, par exemple ?

Il n’y a plus d’hommes d’Etat, il n’y a plus que des lèche-culs robotiques soumis, apeurés ou résignés. Les technocrates sont des créatures nuisibles sans la moindre vision dont il faut se débarrasser. La religion de l’économie capital-corporatiste est une idéologie qui ne mène pas vers le Ciel, mais vers le centre de la Terre, où sont bradés, en guise d’offrandes à la flamme de l’oubli, tous les idéaux, toutes les références historiques, toutes les pensées philosophiques qui font la richesse véritable de notre continent, et avec eux nos consciences et nos âmes.

C’est une génération entière, la mienne, que les merdeux du pouvoir frelaté sont en train de vouer aux gémonies sur l’autel de la falsification sacrificielle rédemptrice. LEUR EUROPE est un leurre vecteur d’affrontements et de soumission. Ce n’est plus l’Europe des Schuman et autres Monnet, dont les cerbères – les chiens, donc – de la misère organisée ne cessent hypocritement de tresser les louanges. LEUR EUROPE va droit dans le mur, et elle s’en félicite. LEUR EUROPE est dépassée, et ils ne s’en rendent pas compte. LEUR EUROPE est rabougrie, et elle s’en fout !

Le socialisme de pacotille s’est vendu aux plus offrants tout en prétendant maintenir la morale bourge de l’ordre social. La social-démocratie européenne est morte ! Elle n’est plus qu’un squelette sur pattes qui prétend montrer la voie.

La fin des idéologies et de l’Histoire ? La fin de LEUR EUROPE, oui, et de tous les traîtres avec elle !

 ***

 « Έργο καθιστά ελεύθερη. »

Pulvérisation de la nouvelle pensée unique propagandiste et submissive de masse

Combien de fois entend-on un discours si structuré, si vrai et si innovant dans les médias mainstream ?

« Έργο καθιστά ελεύθερη. »

***

Et vlan : double peine pour les chômeurs ! En plus de réduire drastiquement leur allocation de subsistance, les plongeant ainsi sous le seuil de pauvreté (!), la roupette vient, comme l’annonçait hier Ter Zake (sur la chaîne Canvas), de marquer son accord quant à une diminution de leur pension ultérieure, ramenée à un « minimum assuré ». C’est qu’on finirait par regretter Leterme…

Nouvelle victoire du bon sens, pourtant : il vaut mieux cela, en effet, que de guillotiner un chômeur par mois sur la place publique, histoire d’inciter ses comprofiteurs à se mettre à quatre pattes devant les Brigadeführer du marché de l’emploi. Hors de mire, aussi, la suppression des provinces et la réduction du financement des partis…

« Depuis 1989, plusieurs mécanismes de financement ont été mis en place. C’est notamment le nombre de voix obtenues aux élections législatives qui détermine le budget octroyé par l’Etat aux partis. Ainsi, chaque formation reçoit une somme de 1,25 euros par vote valable engrangé lors des dernières législatives, un système repris par les Parlements régionaux. A ces sommes s’ajoute un forfait de 125.000 euros.

Il faut également tenir compte des subsides, accordés à hauteur de 50 000 euros par élu, à tous les groupes politiques possédant au moins cinq sièges à la Chambre. « Les partis bénéficient aussi d’une aide apportée par des centres de recherches et différentes organisations du même type. Rappelons aussi que du personnel est fourni comme des collaborateurs administratifs, par exemple », explique Dave Sinardet, politologue à la VUB et à l’Université d’Anvers. »

Source : http://www.references.be/carriere/combien-coutent-les-dotations-des-partis

« Pour l’année 2002, le montant indexé pour tous les partis réunis s’élève à 7.956.929,80 euros pour la Chambre et 7.964.587,36 euros pour le Sénat.

[…]

Chaque parti peut consacrer au maximum 1.000.000 d’euros aux campagnes électorales. Il existe également une limitation pour les candidats individuels, par liste et par circonscription électorale. En ce qui concerne la Chambre, le nombre de candidats qui peuvent dépenser maximum 8.700 euros augmentés de 0,035 euro par électeur est limité au nombre de députés sortants dans chaque circonscription électorale +1.

Tous les autres candidats effectifs, ainsi que le premier candidat suppléant, peuvent dépenser maximum 5.000 euros et tous les autres candidats suppléants peuvent dépenser maximum 2.500 euros.»

Source : http://recueil.apf-francophonie.org/spip.php?article51

Ouf, la démocratie est sauve ! N’oublions tout de même pas que tous ces serviteurs se sacrifient pour l’Etat !!! Que ferions-nous sans leurs prospectus par centaines et leurs jolies affiches colorées aux slogans exotiques ? Nous serions contraints de rester scotchés à la presse traditionnelle, où leurs facce de Big Brothers et Sisters passent en boucle comme s’ils étaient nos proches. Vous n’y pensez pas !

Non, non, l’on a bien fait de s’en prendre aux chômeurs !

Le poing baissé était déjà un signe de mécréance !

***

TIC – TAC – BOOM !

Que nous avions tort ! Que nous nous sommes mépris : Di Rupo a des couilles et Turtelboom est le clone d’Onkelinx !

 Nous avions imaginé la formalisation finale du Grand Dessein de la Justice pour nantis, tant il est vrai que lorsque l’argent fait la loi, il n’est point d’autre loi nécessaire. Nous étions convaincus que l’accès égal de tous à la Justice, pilier sans lequel toute démocratie s’effondre, serait raboté davantage encore. Nous concevions déjà le recours aux armes en guise de pis-aller face à un système dont nous pensions qu’il n’avait que faire de ceux qui ne vénèrent pas l’économie.

Or, non seulement la bave de l’austérité n’a pas atteint la blanche colombe Thémis, mais, de plus, les libéraux flamands, qui conspuent pourtant la collectivité, viennent d’annoncer, par la bouche de leur ministre, leur intention d’instituer la mutualisation des frais judiciaires. Une révolution, rien moins !

En l’état actuel des choses, c’est un peu plus de 30 millions € – un budget à nul autre pareil ! – qui sont consacrés annuellement à l’assistance juridique (partiellement ou totalement) gratuite, c’est-à-dire à la mise à disposition, pour Dieu, d’un avocat généreux, tenace et hyper-compétent à ceux qui, sinon, ne pourraient recourir à ce luxe. Organisateur de la fronde gréviste de ses ouailles contre les conditions de vie miséreuses, terribles et indignes dans lesquelles les plonge un Etat exsangue, le Barreau francophone réclame à lui seul le double de ce montant.

En conséquence, des arbitrages s’imposent : assurance privée libre et facultative, hausse du palier de revenus à partir duquel un citoyen peut avoir recours à l’assistance juridique, impôt qui s’abattrait sur quiconque intente une action en justice (1) ? Rien de tout cela…

« Nous pensons, par exemple, à l’introduction d’une franchise forfaitaire, comme il en existe une dans la sécurité sociale ou le monde des assurances […] », déclarait, le 14 décembre dernier, dans Ter Zake, sur Canvas, la parachutée anversoise chargée de veiller au grain (à l’ivraie ?) judiciaire.

Quel que soit le modèle retenu, c’est donc vers une mutualisation des frais d’avocats et de procédure que l’on se dirige. Les nantis tremblent déjà ! Une révolution, vous disions-nous !

_________________

(1)    Lire (NL) : http://www.gva.be/nieuws/experts/johndewit/aid1200883/salduz-na-vijf-maanden-werking.aspx

***

Sur l’album de l’archisèche Marquise…

Face à la philo, la fuite : la mouche Notmee atteinte du syndrome Liekendael ! « A nous, Poelaert ! A nous, vous dis-je ! »

Michal Gugu a vomi à la gueule du juge Clébard en pleine messe noire. Ca a bien fait rire l’Advo-Kat général ! Gugu compte présenter son nouveau tube planétaire, « Just is SIEG ! SIEG ! ZIQUE ! big business. Heileluïa ! » à un public sélect dans les catacombes de BOZAR. Tenue d’Eve exigée…

Frère Benoît a cassé la tirelire du petit Grégory. C’est la peine de mort assurée !

« ’69, année éwotiek », le dernier remix en date d’Urbanus, fait figure de favori en guise de nouvel hymne du Keizerrijk Vlaanderen. La concession fatale du castor ?

Est-il certain qu’avec tout ce gras, l’ambassadeur martien honore de son vert membre le gala d’ouverture du Sodobar ?

Ju, ta meuf a appelé. Elle a plus de bitter lemon ! Elle espérait que tu pourrais la dépanner.

« Tetszik amit látok », lui lança mélodieusement Roland. « That much, huh ? », sourit Mickey…

***

« J’ai entendu une interview, il y a quelques années, [de Carlos Ghosn]. On m’avait décrit un tigre de l’industrie, un type incroyable. Il arrive au salon de l’auto. On lui [demande si ce sera difficile]. Il [répond que oui, en précisant que] par prudence, il faudrait quand même [licencier] un peu. [En fait, c’est un minable technocrate] sans la moindre idée. […] Ces gens qui nous fabriquent la fatalité ne sont pas des inventeurs ! Ce ne sont plus des inventeurs ! Or, les syndicalistes et les travailleurs sont parfois des inventeurs. »

Didier Bezace, homme de théâtre, Ce Soir ou jamais, 04/12/12

***

« Je n’ai jamais été banquier et ma connaissance de ces questions a toujours été superficielle. » (*)

Momo, l'ange exterminateur

Maurice Lippens (alias Momo Chtencull), ancien président du CA de Fortis (banque balayée en 2008 par la crise financière en raison d’investissements et de stratégies foireuses, rachetée pour des cacahuètes par BNP Paribas), inculpé pour délit d’initié, le 16/11/12

(*) Sources (NL) : http://www.youtube.com/watch?v=RWHtxb668es

http://www.demorgen.be/dm/nl/996/Economie/article/detail/1535370/2012/11/16/Lippens-schiet-op-iedereen-en-was-nooit-bankier.dhtml

 « Je ne suis pas un spécialiste de l’aviation. » (**)

Steevie Davie, son loden déchiré, sa pipe

Etienne Davignon (alias Steevie « Da Bilderberg Head » Davie), ancien vice-roi de Belgique, ancien VP de la CE, président du CA de Brussels Airlines (société qui vient de décider le gel des salaires de ses employés ainsi qu’une flexibilisation accrue de leur labeur, en raison de pertes successives de dizaines de millions €), le 05/12/12, entre 2 éructations glaireuses

 (**) Source : Ter Zake, VRT

« Je ne suis pas responsable du bordel. » (***)

Zan-Luc Geen- Commentaar

Zan-Luc Dehaene (alias « Geen Commentaar »), ancien président du CA de Dexia, banque en liquidation bourrée d’actifs toxiques, ancien premier-ministre du Royaume de Belgique, ancien parlementaire européen, ancien administrateur omniscient de près de 20 grandes entreprises belges, le 07/11/11

(***) Source (NL) : http://www.gva.be/nieuws/economie/aid1090089/dehaene-over-dexia-niet-verantwoordelijk-voor-de-puinhoop.aspx

Traduction libre mais non tronquée

***

Les nouveaux chiens de garde (docu)

Erin Brockovich vs. Erin Burnett : médias mainstream putes du pouvoir ?

Lorsque la mosaïque formée par la somme des angles supérieurs est tellement discordante de la mosaïque globale et réductrice par rapport à celle-ci, il est inévitable qu’une tension surgisse. Il appartient aujourd’hui à chacun de s’interroger sur ce à quoi cette dernière donnera lieu…

***

(extrait de « Body Without Soul », documentaire de 1996 du réalisateur Wiktor Grodecki)

Tournesols

Bien qu’en grève, le présent blog ne s’interdit pas, lorsque son auteur sent monter la sève ou qu’un sujet particulier tend à le faire gerber copieusement, d’incliner le projecteur sur l’un ou l’autre sujet particulier. Jusqu’à présent, c’est principalement, sous ses diverses déclinaisons, à l’injustice sociale structurelle dont nos sociétés occidentales périclitantes font désormais, au nom, bien sûr, de la réalité une et indivisible, leur pilier principal, qu’il s’est autorisé l’une ou l’autre digression. Mais il importe, aujourd’hui, de rendre un hommage…

Un hommage poignant, viscéral, sincère, oserait-on écrire intime, à ce frère lointain et proche à la fois, ce cousin en quelque sorte, qui, en toutes circonstances et sous les pires auspices, a bravé, ces dix dernières années, le pugilat populaire d’une poignée de fanatiques subversifs aux relents poujadistes. Ecrivons-le sans crainte : Broeder Demmink, nous serons toujours avec toi !

Avec toi contre les meutes rugissantes qui, après avoir réclamé à cor et à cri, sans l’obtenir, ta démission de ton poste de secrétaire général du ministère de la Justice et de la Sécurité des Pays-Bas, où tu étais paisiblement logé depuis 2002 et dont tu as eu, en raison de ton âge avancé, à te défaire le mois dernier, cherchent, aujourd’hui encore, par l’entremise d’articles divers – tous fallacieux, bien sûr –, de commissions parlementaires américaines biaisées, voire d’intimidations – on aura tout vu ! – à t’avilir, toi, le fidèle serviteur de l’Etat batave, toi qui t’es sacrifié pour le Bien de tes compatriotes, toi qui as fait de ton maroquin un sacerdoce ! Il en est décidément qui ne reculent devant aucune bassesse !

Car, affirmons-le tout de go, la succulence que tu éprouves à engloutir des bites et à coincer la tienne dans d’alléchants petits Prdele ne saurait, en toute franchise, en ce millénaire naissant éclairé de mille lumières, être retenu à ta charge. Qu’elle te fût imputée, soit, mais honni soit qui mal y pense, tu en conviendras. Malsain est ce persistant amalgame qui tend à associer de facto les pratiques qui précèdent avec l’expression d’un amour des enfants qui excède de loin leur âme. Voudrions-nous, en effet, un retour à l’âge des cavernes du milieu du siècle dernier, lorsque des descentes de la police des mœurs égayaient régulièrement les night clubs homosodomites ? Que nenni ! Cela n’aurait ni queue ni tête, tant le velours que choisit la première – que la seconde la suive ou non, à défaut de la précéder, est l’affaire des intéressés – n’a, dans le cadre d’un consentement éclairé, à être confronté à aucune autre médiation. Les médias mainstream et leurs spécialistes attitrés ne s’y trompent pas, d’ailleurs, qui font, à de très rares exceptions près, l’impasse totale sur ton cas, fossilisant ton dossier (le gelant, en quelque sorte) jusques aux grecques calendes.

Au diable, donc, les diverses accusations qui t’impliquent dans le viol répété de mineurs, tant dans ton pays nouvellement forteresse qu’en Tchéquie et en Turquie : tous soudoyés, ces malotrus, tous au service d’un agenda inavouable ! Comme l’affirme, dans la foulée de l’ambassadeur pays-basien aux Etats-Unis, le preux ministre qui exerce sa tutelle sur le département où tu excellais, des « enquêtes approfondies » ont permis de démontrer toute leur impertinence. Certes, lesdites enquêtes ont été effectuées sous le sceau d’un mandat qui, sous le prétexte de la plausibilité a priori d’une accusation, excluait tout devoir d’enquête particulier (1), notamment vis-à-vis de tes accusateurs turcs, parmi lesquels d’anciens policiers et d’anciens membres des services secrets, mais nous savons tous avec quelle facilité ces gens-là mentent, n’est-ce pas ? Après tout, s’il doit son origine à la langue persane, le mot ‘bakchich’ n’a-t-il pas transité par le turc avant d’atteindre le berceau du monde industrialisé, civilisé en somme ? Et puis, comme dirait Jack, « il n’y a vraiment pas de quoi fouetter une soubrette » ! Ces pays-là ont d’autres mœurs, cela se sait bien !

Quant à la conversation téléphonique retranscrite a posteriori dont certains prétendent qu’elle acte la commande par tes soins à un maquereau depuis lors décédé d’un ou deux nouveaux petits objets de désir d’une douzaine d’années, il ne peut s’agir que d’une falsification. Nul n’ignore comment, parfois, certains policiers fonctionnent, tu étais bien placé pour le savoir…

Innocent, tu es, Jo, au début de ce XXIe ce que Dreyfus fut à la fin du XIXe. En vérité, je te le dis, tu es la véritable victime, dans cette louche affaire qui mêle allègrement, en un gigantesque tourbillon d’ordures, les Ridgeston, les Schadwald, les Dutroux et les Demmink de ce monde !

Tu mérites notre respect, Jo, à nous tous ! C’est pourquoi, faute d’autre interlocuteur, nous en appelons au Ciel et nous crions : « (s)nuff about that, free Willy » !

____________

(1)    Source : http://www.katholieknieuwsblad.nl/nieuws/item/2951-ministers-scharen-zich-achter-demmink-brief.html

Pour davantage d’informations, lire le post suivant : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/11/16/en-plots-voelden-ze-iets-onderaan-en-ze-keken-ja-hoor-hun-onderbroekje-was-vol-stront/

***

Les sujets qui suivent sont sans lien avec ce qui précède.

***

Lolita

« Le clivage politique n’est pas du tout celui [dont fait état] le débat médiatique ordinaire. Il y aurait la droite, il y aurait la gauche. Le parti socialiste serait la gauche, qui serait contre la droite, etc. La ligne ne passe pas du tout là : le véritable clivage passe entre ceux qui sont implicitement d’accord – et d’un accord inavouable – pour travailler à l’intérieur du cadre et ceux qui, d’autre part, veulent sortir du cadre et le refaire. C’est la différence fondamentale, et c’est ça, la différence entre la droite et la vraie gauche. La vraie gauche, c’est celle qui veut refaire le cadre. Or, écoutez les propositions du parti socialiste officiel […], vous n’y [entendrez] strictement rien qui soit de nature à altérer significativement les contraintes structurelles qui forment le cadre en question. Ces contraintes structurelles […] sont au nombre de trois, [ce qui rend le cadre] triangulaire : premièrement le régime du commerce international, c’est-à-dire le libre-échange, [dont fait partie] la liberté des investissements directs, c’est-à-dire ce qui, très concrètement, autorise les délocalisations […]. De temps en temps, on sort le Lamy [directeur « socialiste » de l’Organisation Mondiale du Commerce] pour nous dire : « attention, ne cédez pas aux tentations protectionnistes, ce serait le retour à la xénophobie et à la guerre. » Deuxième côté du cadre : la finance foldingue, c’est-à-dire celle qui a [occasionné le scandale] des ‘subprimes’, l’appropriation des marchés de capitaux par les mégacorporations, la licence des institutions financières de faire ce qu’elles veulent et de prendre en otages les pouvoirs publics et les corps sociaux tout entiers [qui leur sont venus] en aide quand elles se sont pété la binette. Troisième côté du cadre : le modèle de politique économique européen, tel qu’il a délibérément organisé la surveillance des politiques économiques nationales par les marchés financiers. […] C’est le fait que les marchés financiers et les créanciers internationaux sont devenus les véritables décideurs, en dernier ressort, des orientations des politiques économiques : nous faisons la politique économique qui convient aux investisseurs et aux agences de notation ! [Voilà] les trois côtés du cadre. [Voulons-nous] rester dans le cadre ou [voulons-nous en] sortir : c’est la seule et unique question qui soit vraiment significative, du point de vue du débat politique à venir. »

Frédéric Lordon, « Là-bas si j’y suis » à la Fête de l’Huma, 16/10/11

De quoi se composent les actifs de la bad bank Dexia dont l’Etat belge s’est porté garant à hauteur de plus de 40 milliards € ? Et qui en sont les détenteurs ? Quels anciens dirigeants et administrateurs auront-ils à répondre pénalement et vis-à-vis du peuple de leurs négligences et de leurs fautes répétées ?

En Belgique, aujourd’hui,

– inciter les entreprises, c’est leur accorder des ristournes fiscales (donc leur octroyer du fric qui revient à l’Etat)

– inciter les chômeurs, c’est diminuer (de 17 à 40 %) leur allocation de subsistance, tout en les harcelant en permanence.

« Aaaayez confiaaance, faites des effoooorts »

***

125 MILLIARDS € REFILES AUX BANQUES ESPAGNOLES

SANS LA MOINDRE CONTREPARTIE SOCIALE ?

28/11/12 : sur proposition de la Commission européenne, en particulier de son commissaire à la concurrence Almunia (« socialiste »), 37 MILLIARDS d’EUROS des contribuables européens TOMBENT DANS L’ESCARCELLE DES BANQUES ESPAGNOLES (1), en attendant 88 autres milliards d’euros d’ici à la fin de l’année ! La contrepartie ? La fermeture de la moitié de leurs filiales et des licenciements en cascade. ILS N’ONT RIEN COMPRIS !!! Ce socialisme européen de pacotille est mort !

8:52 > 10:01

Tout occupés à mettre les Etats dans des conditions qui rendront inévitable une mutualisation européenne des dettes qui plomberait l’Europe tout entière à son tour et l’asservirait aux prêteurs étrangers, ces leaders de pacotille peinent décidément à concevoir l’ouragan qui va s’abattre sur eux !

L’Europe n’a aucun projet ! L’Europe telle qu’elle est est une coquille vide. Unir l’Europe ? Pourquoi et pour qui ? Tant que ces questions resteront sans réponses, toutes les tentatives de fédéralisation échoueront piteusement. Et c’est très bien ainsi !

______________

(1)    http://www.europeanvoice.com/article/2012/november/four-spanish-banks-need-37bn-says-commission/75806.aspx

Catégories : Catégorie 0, Expérimentations diverses non catégorisées, Expressions de sagesse passagère, Philo de comptoir, Politique / Société, Twitter Ol' Skool | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

« Vous êtes ici. »

Catégories : Catégorie 0, Philo de comptoir | Poster un commentaire

Enfance et sexualité « adulte »…

(Cet article, en ce compris son titre, a été modifié de fond en comble le 25/07/14. L’esprit de l’article initial, trop sentencieux dans sa forme, a néanmoins été préservé.)

***

Considérez deux cas d’espèce : d’une part, celui d’un adolescent de dix-sept ans qui fait parvenir depuis son GSM à sa petite amie de deux ans plus fraîche une photo de lui dans son plus simple appareil, une lubrique protubérance venant pimenter l’immortalisation, et l’invitant à en faire autant, dans la mesure des moyens dont l’a pourvue la nature; d’autre part, celui d’un moniteur de camps de vacances pour jeunes pousses prépubères qui, la nuit tombée, vagabonde entre les intimités de ceux (et celles, accessoirement) dont il a temporairement la tutelle.

Si saugrenu que cela puisse paraître, l’adolescent et le moniteur sont, à l’estime d’une certaine justice, déclinée différemment ici et là dans le monde libre, logés à la même enseigne, celle du détournement de mineur(s), le premier aux Etats-Unis, instantanément (1), le second en France, avec près de vingt ans de retard (2).

Je pense avoir déjà écrit à de multiples reprises à quel point, selon moi, les visions traditionaliste et postmoderniste de la société s’entretiennent, s’alimentent l’une l’autre, garantissant par là même leur pérennité mutuelle. Les deux cas d’espèce qui précèdent, ni fortuits ni imaginaires, me semblent illustrer à la perfection cette connivence inavouée : après tout, les propositions « il est interdit de… » et « il est interdit d’interdire » ne contiennent-elles pas toutes deux une interdiction qui révèle le recours à un système ?…

Dans les deux cas susévoqués, le sordide est au rendez-vous : aux Etats-Unis (en Virginie !), le procureur qui, à la requête des parents de la jeune fille (lesquels ont découvert le pot aux roses), poursuit l’ado, avait initialement insisté pour que soit procédé à une identification assermentée de l’organe en érection, la photo délictueuse ayant apparemment cliché, par ailleurs, une décapitation virtuelle. Devant le tollé provoqué par l’initiative, qu’elle fût elle-même le fruit d’un esprit pervers ou l’occasion de railler le ridicule de la situation, la vice-hermine a toutefois reculé. Le jeune contrevenant n’en encourt pas moins une peine de prison… ferme (!). En France, alors que les premières plaintes à l’encontre du moniteur ont été déposées durant la première moitié des années quatre-vingt-dix, rien de concret ne semble avoir été entrepris par le ministère public avant l’année 2008.

A n’en pas douter, les partisans de la trique flagellatoire se rueront sur le second exemple pour faire valoir leur bon droit, tandis que les thuriféraires de la carotte (du laisser-faire, si vous préférez) s’empareront du premier pour justifier le leur. Regardez combien le système est permissif; il est impératif de protéger nos enfants du Mal. Regardez combien le système est rétrograde; il est impératif de libérer les jeunes de cette tutelle paternaliste qui leur interdit toute sexualité. Dans les deux cas, pourtant, les mineurs concernés sont les dindons de la farce…

Certes, les deux exemples auraient pu s’étoffer de détails qui eussent rendu la ligne Maginot moins claire : malgré leur jeune âge, certains ados de dix-sept ans officient tels de précoces maquereaux, et d’autres n’hésitent pas à tester auprès d’adultes bien intentionnés leur capacité de séduction. Ainsi va la vie, subjective, et il serait idiot d’en faire abstraction. Néanmoins, contrairement à l’adulte, le mineur n’a, sauf dans les cas extrêmes, eux-mêmes révélateurs d’abus, pas davantage connaissance du cadre juridique dans lequel il évolue qu’il n’a conscience du degré réel de « la merditude des choses » (c) telle qu’elle peut s’exprimer dans le consumérisme sexuel, sur fond de GHB et d’épidémie. Abstraction faite du cadre légal, l’adulte a bien davantage à gagner d’une relation sexuelle avec un novice que l’inverse : il sait non seulement ce qu’il y cherche, mais aussi ce qu’il va y trouver. Il n’a, en outre, rien à y perdre. C’est pourquoi une responsabilité éthique devrait s’imposer à lui, hors de toute pression sociale.

Si l’âge conventionnel de la maturité sexuelle peut faire débat, tant il varie selon les divers consensus légaux, même au sein d’ensembles de pays réputés proches du point de vue culturel, faire fi, sans plus, de son opportunité témoigne d’un refus de reconnaître l’enfance pour ce qu’elle ou devrait être : la seule période d’insouciance qu’à l’heure actuelle, le système accorde à l’être humain, dans les classes moyennes des pays dits développés. Au-delà de la fraîcheur charnelle de l’objet convoité, c’est cette insouciance que cherche à s’approprier pour un temps le prédateur, de la même façon qu’a contrario, dans certaines cultures primitives, consommer un animal qui se distingue par sa robustesse permet prétendument de faire sienne une part de sa puissance. L’enfant est ici la muse qui permet à celui qui le consomme de remonter le temps afin de le réagencer à sa manière, la drogue à accoutumance qui devient nécessaire lorsque l’effet s’estompe, le détenteur de l’énergie qui propulse la création, aussi…

L’attitude des adultes présumés qui font une fixation sur les enfants, ou même les jeunes adolescents, comme objets sexuels ne constitue ni une rupture par rapport au modèle dominant, ni sa subversion, mais sa continuation logique, dans laquelle l’autorité trouve toujours une forme pour assujettir. Que plusieurs parmi ceux-ci aient un temps côtoyé le gratin, jouissant ainsi de protections déplacées, ne l’atteste-t-il pas ? La toute-puissance demeure l’objectif ultime, là au nom de Dieu, ici au nom de soi…

Or, c’est précisément l’argument qu’ils avancent le plus souvent eux-mêmes, à savoir la non-équivalence des jeunes en termes de maturité sexuelle, qui se retourne le mieux contre eux : malgré l’omniprésence de la pornographie (et des clichés qu’elle instille), il y a (heureusement) encore des enfants de treize ou quatorze ans qui ne sont pas obsédés par la chose. Les y contraindre ou les y pousser, mine de rien, équivaut à instituer une nouvelle norme, à renier la diversité. Qu’y a-t-il donc de si réactionnaire à laisser jusqu’à dix-huit ans les jeunes expérimenter entre eux ? Pénétrer un gosse, puis l’aider à faire ses devoirs ne reflète-t-il pas une légère confusion ?

Dans toute sexualité s’insinue une part d’enfance, une part de celui qu’il était, de celui qu’elle était, de celui que j’étais. Mais, d’une manière générale, le regard d’un enfant exprime bien plus que ce qu’y projette l’adulte. C’est un trésor de jouvence. Apprenons à  savourer le regard d’un enfant…

________________

(1) Source : http://www.rtl.be/info/monde/international/1109662/usa-un-adolescent-encourt-la-prison-pour-un-sexting-a-sa-petite-amie

(2) Source : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1190424-docu-sur-l-ecole-en-bateau-cette-atroce-affaire-de-pedophilie-doit-nous-faire-reflechir.html

_________________________

(subarticle ajouté le 03/07/14)

***

Confessons-le d’emblée : je n’ai pas lu vos livres, monsieur Matzneff. Tout au plus ai-je lu quelques-uns de vos billets d’opinion. Mais, après tout, comme l’affirmait Lévy sous les rayonnements Technicolor dont il est si féru, nous n’irions pas bien loin s’il nous fallait, pour émettre un avis sur un auteur ou nous approprier sa pensée, avoir lu l’intégralité de ses écrits. Et de citer en guise d’exemple la chouette de Hegel, si mes souvenirs sont bons… Je suis donc persuadé que votre grande âme ne prendra pas ombrage de ce que la lecture de ceux-ci, plus qu’hypothétique dans mon chef, est, en outre, subordonnée à une liste de priorités littéraires autrement plus cruciales dont la taille et le diamètre, bien plus qu’ils ne m’émeuvent, me donnent le vertige.

Eh oui : même si je n’ai, par comparaison, pas eu trop à me plaindre de l’enseignement littéraire qui m’a été prodigué, force est de concéder que ma génération n’a fait qu’effleurer les grands classiques, de loin en loin qui plus est. C’est sans doute un motif de regret, de manque aussi, encore qu’à l’ère des messages courts comme une par trop éphémère extase, de nature à rabibocher Robert et Larousse, eussent-ils été contemporains, en leur ôtant à tous deux leur dernier souffle, une ère qui est aussi celle, les malheurs venant généralement par grappes, de la sanctification d’un premier degré moribond, pareille culture vaille plutôt à son furtif (co)détenteur le statut d’exilé de la vie dite publique que l’appréciation de compagnons de salon hautains, de toute façon disparus. Mais ne pinaillons pas…

Vous me voyez venir, n’est-ce pas, monsieur Matzneff ?…

Eh bien, détrompez-vous : cette lettre ouverte (un sous-genre que vous avez-vous-même pratiqué, récemment encore) ne sera pas une énième pustule qu’un zeste d’Eau précieuse parviendrait sans trop de difficulté à effacer d’une face aux atours apparemment angéliques, sinon. Je sais tout le mépris dans lequel, du haut de votre montagne, vous tenez les simplifications grossières et les procès en sorcellerie menés par ces esprits cacochymes qui ne se sont trouvé d’autre talent que celui de procureur. Et, sans prétendre moi-même au moindre talent sinon celui d’aligner de temps à autre quelques mots virtuels – ne le sont-ils pas tous ? – selon une rythmique propre à la fougue ou à l’apaisement, à la pesanteur ou à la légèreté du moment, je vous en fais d’ailleurs l’éloge.

Il est un principe que je partage avec vous, en effet : la liberté pour un roman de tout dire, sans la moindre retenue autre que le style. Si, même par le roman, un auteur ne pouvait, par exemple, dévoiler sa compréhension de l’humanité d’Hitler, si la morale prétendument commune s’abattait, en somme, comme un faisceau d’éclairs de source forcément divine, sur les écrits les moins conformes, si – j’hésite à user du terme, tant il a une connotation normative a contrario – toutes les dépravations de l’esprit étaient frappées de censure, où irions-nous ?…

L’histoire de cette dernière, grossière dans ses prétentions, ne renvoie-t-elle pas notamment aux interdits qui ont toujours frappé la langue populaire, laquelle, bien souvent, se distingue, contrairement à ceux qui la charrient, par sa capacité de s’affranchir bien plus que les langues racées des conventions systémiques ? Oui, le roman peut tout dire. Oserais-je écrire que c’est là son devoir ? Quoi qu’il en soit, il contient probablement plus de vérité(s) que tous les traités et essais réunis, peut être même davantage, comme l’ont suggéré certains (non des moindres), que la réalité elle-même. A l’instar de la poésie, le roman doit être cet espace de liberté absolue auquel les esprits dégagés des contingences passagères aspirent vainement ailleurs, dans le cadre dit commun. Et c’est à ceux qui œuvrent sournoisement, plus souvent par conformisme latent (et donc absence d’illumination) que par réelle volonté de nuire, à rogner cet espace que l’on reconnaît, j’en conviens avec vous, les graines de fascistes.

Mais si le roman a le pouvoir de tout dire, il a également celui de tout suggérer. Or, permettez-moi de vous l’écrire, monsieur Matzneff : vous me paraissez suggérer fort peu, c’est-à-dire que non seulement les mots qui coulent de votre plume résonnent creux pour qui cherche à bander, mais aussi que cette impuissance du lecteur est magnifiée par votre omniprésence. Vous êtes-vous laissé prendre au jeu bancal de la critique niaise, qui, comme pour confiner définitivement la fiction à un pré carré et mettre son auteur en cage, s’enquiert toujours en priorité de la conformité entre l’écrit et la biographie ? Si tel est le cas, vous n’aurez probablement pas fait preuve d’une grande indocilité. Est-ce parce que vous rêviez de devenir dans l’agora ce que vous étiez déjà sur le négatif : le personnage (déterminant défini) de votre propre histoire ?…

Cette ombre est d’autant plus lourde qu’elle impose une figure monolithique à laquelle le lecteur est contraint à s’associer s’il souhaite vous lire comme il convient de lire, en tentant de tirer de l’ouvrage la plus grande quantité de substantifique moelle. Or, c’est précisément là que réside la suprême perversion, n’est-ce pas, monsieur Matzneff ? Disons-le crûment : vous baisez le lecteur, et lui interdisez qu’il vous rende la pareille. En l’assimilant non pas au narrateur mais à votre moi envahissant, vous lui faites excéder le périmètre du livre pour se trouver dans la peau de Gabriel Malkovich.

En érigeant ce dégoûtant monolithe, vous prémunissez contre toute attaque personnelle ultérieure l’ange céleste que vous vous êtes construit, dès lors que, selon cette logique, s’en prendre à l’écrivain revient forcément à s’en prendre à l’œuvre. Glaive et bouclier sont ainsi les deux compagnons du séraphin. Mais si Gabriel jouit de protections déplacées parce qu’il transforme en design syntaxique des giclées prépubères, pourquoi donc quelque bureaucrate acculturé à qui cette alchimie est étrangère jouit-il de protections équivalentes ? Pareille injustice, toute transfrontalière qu’elle soit, n’entache-t-elle pas votre honneur ?…

Tandis que se referme lentement cette quadrature du cercle et que lasse toute mise en scène prolongée, quand bien même le Grand Théâtre l’aurait d’abord exigée, il n’est pas interdit d’établir un parallèle entre votre volonté de contrôle absolu dans son aspect romanesque et sa volonté sœur, durant les ébats : nul n’a à apprendre à Gabriel Matzneff ; Gabriel Matzneff se suffit à lui-même, le portefeuille comblant la faille, le cas échéant. Depuis l’entre-deux-mondes, un pied dans l’un, un pied dans l’autre, en attendant leur fonte prochaine, Gabriel Matzneff a érigé son imposante statue sur la dépouille des volontés tierces, contraintes à partager, dans l’ombre, son sort de personnage-acteur. En un sens, il a anticipé le mouvement du temps, en vidant la vie privée de sa substance. Et c’est en parfait control freak que, dans la compilation de textes qui lui a valu le Renaudot-bis, il a mis en scène son propre passage de vie à trépas, ne fût-ce que par le titre qu’il a donné à la bafouille, tout comme il a paré les critiques qui résisteraient à sa postérité, non sans arrondir quelques angles : séraphin rêvé ou Narcisse invétéré ?

Au fond, êtes-vous, Gabriel Matzneff, vous qui venez d’écrire vous-même à l’actuelle préposée à la Culture républicaine, plus si jouvencelle au demeurant, une lettre ouverte à forts relents d’indignation masturbatoire, dans laquelle la troisième personne l’emporte parfois sur le je ? Tardif dédoublement déiste de personnalité, apparition d’un ‘G’ inconnu jusqu’alors ? Qui êtes-vous, Gabriel Matzneff ?…

***

(added December 12, 2014)

Ubiquity of the Surveillance State – when gutter media re-enact StaSi practices…

Rutger Castricum is the name ! He ‘s one of the sleaziest journalists in the Dutch media landscape. Yet, he considers himself adversarial. Verbally aggressing politicians and other public figures on camera for the fun of it, throwing himself into their arms, inflating his late-teenage ego on screen until that’s all there’s left for the viewer to see : he has been using those narcissistic methods as his modus operandi on a daily basis for the past four years, and will on a weekly basis as of next year.

But, as is the case for most addicts, getting satisfaction requires pushing the boundaries ever further, until he reaches a bridge too far…

While, in France, a far-right gay politician decided to press charges against a cheap media outlet that outed him without his consent, the treatment the liberal-conservative mayor of the Dutch city of Maastricht has been subjected to is even less enviable…

As far as he’s concerned, he’s a known homosexual, and he’s also known for being fond of (legal) young flesh. Skinning him is what the noble Castricum had in mind. So he teamed up with a confused twenty-year-old low-level male prostitute looking for his fifteen minutes of Warhol-glory to set a trap for the mayor…

Here’s how PowNews introduces its report…

Precisely one year after kissing [another] escort, it seems [the mayor] once again overstepped his bounds, once again with a boy toy, […] aged 20 […], who published conversations he had with [him] through the ‘whatsapp’ mobile-phone application. Among other things, these conversations contain fragments from [the mayor]’s agenda, as well as a picture of his office”, in other words State secrets of the utmost value…

After reminding his viewers the unspeakable act of a mayor kissing a perfectly consenting male escort had almost cost the appointed official his position in a country in which, as the Demmink-case (involving alleged pedosexuality) has shown, Puritanism seems to have a very versatile definition, the so-called news anchor adds the following : “meanwhile, a year has gone by, yet [the mayor] doesn’t seem to have remembered his lesson.

We then learn the 20-year-old pig contacted PowNews to tell them he would be having a date with the mayor, and ask them whether they were ready to seize the opportunity, upon which they came up with the idea to plant a hidden camera on him to record his private conversations with the unsuspecting city father.

In a POV-style script, we see the mayor entering a restaurant and sitting down in front of the wannabe private dick, who immediately starts bombarding him with questions (and suggested answers) regarding his whereabouts at the time he receives his short messages, among other things. And – OMG ! – the mayor confesses he usually reads them at City Hall, and deletes them right after.

A few years ago, another gutter-media news outlet had already revealed the then-(Christian-democratic) Prime Minister of Belgium, straight as far as he was concerned, had a rather volcanic libido himself, as could be inferred from the innumerable short messages he had sent to and received from his mistress. It is with great surprise the public was thereby led to believe the PM had a dick too ! Summoned by the MSM to explain to the Belgian people how in the world such a thing was even conceivable, he remained super-phlegmatic, told everyone to mind their own business, and the case was closed.

To the contrary, the mayor of Maastricht resigned two days ago, though what he’s being accused of came nowhere near showing his bulge in a chat room, like Anthony Weiner did (at least not as far as we know). Perhaps his resignation itself is the ultimate proof he wasn’t cut for the job, after all. Nonetheless, the scheme used by the little rats from PowNews and their silly little whistleblower amounts to no less than privacy-invading police-state tactics.

When the former mayor of Toronto was caught on tape violently threatening homosexuals after sniffing a line of coke or two, revealing this information to the public was – some might argue – newsworthy, in spite of the borderline ploy being used. When a male-escort agency thumbed its nose at the previous pope by filming one of its models alongside an alleged role model known for his rigorously conservative conception of life, it was only underlying a doublespeak the public had the right to know about.

“– You give a terrific blowjob.

Yes, I’m not bad in that area.

You’ve got a very hot mouth.

A hot mouth ? Hadn’t heard that one yet… A hot mouth for blowjobs… [laughs]. Mister Mayor, come on…

This highly edifying piece of dialogue is the (translated) transcript of a fragment of the video made during the second date between the gay mayor and his Machiavellian lover, which also took place in a restaurant. It is equivocally subtitled : “[mayor] enjoys the pudding”. Who the most vicious scumbag in the story is (the mayor, the cheap whore, or the third-rank journalist) is up to the reader to decide…

I had become suspicious after what happened a year ago”, the former had told his two-night-stand partner on his first date, “now, things are back to normal. […] But the point is : it can’t happen again […] [though I’m convinced the City Council would still back me.]

To Castricum’s likely satisfaction, he was wrong : the City Council sided with the scum. You see, Calvinism only allows a media blackout when little boys are concerned (For years, the Dutch MSM kept silent about Demmink…). When it comes to big boys, on the other hand, it is ruthless : “after a year, [the mayor] started feeling invulnerable again, and he went for it”, the journalist/spiritual advisor concludes : democracy is served…

Does press freedom justify such tactics ? Should the media be allowed to do their own policing under all circumstances, without any oversight ? Perhaps, aside from Demmink, the one feeling a little too invulnerable is Castricum himself, and, along with him, all those who’ve made the gutter their vantage point… TMI, IMHO, BMF !

Catégories : Catégorie 0, Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

« Elite » pédocriminelle : « je te tiens, tu me tiens… »

« Presque chaque parti est, directement ou indirectement, impliqué. C’est mieux qu’on se mette d’accord et qu’on scelle une entente pour repartir du bon pied, les mains propres. Tu ne trouves pas, Yannick ? » Nous sommes en 1996, en pleine agitation populaire consécutive à l’arrestation du meurtrier et pourvoyeur d’enfants qui n’a plus à être nommé. Un certain Marc B., avec qui je partageais mon premier engagement politique, me reconduit chez moi. Nous venions de tenir un meeting dans les locaux de la piscine communale de Saint-Josse, où un autre militant, d’une cinquantaine d’années, observait fixement deux gosses d’origine marocaine d’une dizaine d’années qui faisaient quelques longueurs. « Ils sont beaux, hein », m’avait-il lancé avec le regard concupiscent du pervers de service.

En réalité, j’ignorais à quoi ce Marc faisait allusion, ou plutôt je n’en mesurais pas toute la portée. Un peu plus tard, à l’occasion de la conclusion des accords dits Octopus, dénommés ainsi parce qu’ils avaient réuni en urgence autour de la table les huit principaux partis belges, pour réformer l’appareil policier notamment, les choses deviendraient un peu plus claires, cependant que, sous la pression de la terreur populaire, les langues commenceraient à se délier au sein du parti.

Lorsque j’ai vu, il y a quelques jours, le nouveau premier ministre libéral-conservateur néerlandais, qui est en réalité l’ancien, s’exprimer au Parlement néerlandais sur le couac provoqué par une réforme des soins de santé bataves obtenue de haute lutte par son partenaire social-démocrate dans le cadre des quelque cinquante jours de négociation qu’il aura fallu à leurs partis respectifs pour trouver un terrain (très friable) d’entente, cinq jours à peine après la lecture de la déclaration de politique générale supposée allier les contraires dans l’espoir d’un hypothétique salut national censé clore la période trouble qui a agité le pays depuis 2010, je me suis souvenu des propos de 1996.

« Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. » La campagne électorale a beau avoir été féroce, c’est à une scène de conte pour enfants qu’ont assisté les téléspectateurs néerlandais cette semaine. Sourires forcés sur toutes les bouches, de quelque côté que l’on porte le regard, poignées de main, embrassades, discours convenus et quasi dithyrambiques de presque tous les partis, y compris du parti de gauche local, par la voix du nounours qui le dirige : c’est un peu comme si venait d’avoir été formé un gouvernement d’union nationale qui les réunirait tous dans ce magique Eden retrouvé… Pour résumer la situation avec les termes d’un professeur (belge) de droit canon : « ce gouvernement s’est spécialisé dans l’art de vendre du vent »…

Pourtant, la tempête gronde, et tous ces protagonistes ne le savent que trop bien. Depuis 2002, en effet, le siège de secrétaire général du ministère de la Justice et de la Sécurité est occupé par un personnage pour le moins embarrassant que tous s’échinent pourtant à protéger de leur parapluie : Demmink, Joris de son prénom, traîne derrière lui des casseroles en surnombre qui permettent aujourd’hui à quiconque de traquer sur Internet ses louches agissements de pédoprédateur présumé (1). La Thaïlande, la Turquie, la République tchèque et d’autres destinations célèbres pour la facilité de s’y procurer, sous l’âge légal, des compagnons rémunérés d’un soir figurent au nombre de ses régulières escapades.

Qui connaît les étalons tchèques sait qu’ils laissent rarement indifférents : c’est toute une armada de modèles qui, au lieu de se déhancher sur les catwalks de Milan, se pressent pour tourner dans des films X ou accompagner ces messieurs fortunés pour une nuit, garnissant ainsi leur portefeuille de quelques billets bienvenus (3). Mais, outre ceux-ci, plusieurs mineurs s’adonnent eux aussi à ces pratiques, avec leur consentement ou sous la contrainte.

C’est au bar Pinocchio – tout un programme ! – qu’aurait été aperçu notre homme à de multiples reprises, dans les années ‘80. En 2007, ledit bar a changé d’enseigne, devenant le Temple, sous l’impulsion d’un homme d’affaires originaire de Los Angeles, qui affirme à ce propos qu’il a « nettoyé l’endroit [et que] l’atmosphère [y] est bonne à présent. » (4)

Mais, aux Pays-Bas aussi, le secrétaire général se serait adonné à diverses reprises à des viols d’enfants âgés de douze à quatorze ans, un commerce qui aurait été facilité par le milieu de la pègre, dont d’aucuns estiment qu’il tenait le haut fonctionnaire par sa barbichette fictive, et contrôlait par son entremise un département régalien crucial.

C’est en tout cas ce qu’assurent plusieurs témoins, locaux et étrangers, dont les déclarations et les plaintes ont été systématiquement écartées sans la moindre enquête approfondie par le ministère où siège… Vous avez compris ! Dans la catégorie des conflits d’intérêts, celui-ci confine assurément à la quadrature du cercle ! Rares sont pourtant les politiciens du pays à la tulipe qui ont pris la peine d’émettre ne fût-ce qu’une réserve à l’égard de l’intéressé. La plupart d’entre eux fuient à toutes jambes les caméras lorsque le sujet est abordé, tandis que d’autres, dont les ministres successifs supposés assurer la tutelle du ministère dont question, ont toujours soutenu sans réserve leur confrère.

Jamais un démenti, de quelque nature qu’il soit, n’a été apporté par Demmink aux accusations gravissimes dont il fait l’objet de la part de plusieurs victimes. Jamais les témoignages confondants qui l’accablent n’ont été gratifiés d’une ébauche de réaction. Troublant, non ? aurait dit Desproges. Au contraire, son mutisme et son inquiétude sont apparus récemment au grand jour lorsqu’il a été directement confronté à celles-ci, à la sortie de son domicile haguenois. Observez donc son regard qui se fige à la vitesse d’un gland qui se rigidifie…

C’est que, depuis son départ à la retraite, il y a une semaine ou deux, les pressions internationales s’intensifient à son encontre. Une commission spéciale du Congrès américain a même été mise sur pied pour examiner son cas spécifique, les Pays-Bas étant considérés comme une plaque tournante du trafic d’êtres humains, d’enfants mineurs en particulier, et trois députés américains (républicains) sont bien décidés à ne pas lâcher le morceau (2).

Ce morceau pourrait bien être le lien manquant, la clé à l’énigme Zandvoort, du nom de cette localité néerlandaise où ont été découverts des DVD contenant des photos qui représentaient plus de 8000 enfants (dont certains de très bas âge) nus, abusés et malmenés par des criminels sadiques. Ces preuves permettraient d’établir le lien entre les réseaux d’exploitation sexuelle d’enfants à travers l’Europe (et au-delà), qui impliqueraient de nombreuses personnalités du monde des affaires et de la politique. Au Portugal, le ménage a été fait, dans une certaine mesure, il y a deux ans, dans le cadre de l’affaire de l’orphelinat de la Casa Pia, qui s’est soldée par la condamnation d’un présentateur-vedette de la télévision nationale et d’un ambassadeur (notamment).

Malgré les similitudes entre les différents dossiers (profils de personnalités impliquées, loi du silence) et les parallèles que permettent d’établir les fichiers informatiques de Zandvoort, auxquels elle ne semble avoir donné aucune suite, la Belgique, fidèle à sa longue tradition, a opté pour le « circulez, y a rien à voir » . Un réseau ? Pensez donc : des prédateurs isolés, a conclu la commission ad hoc ! C’est probablement de cette success story que cherchent à s’inspirer à présent les conservateurs d’outre-Manche (où des directeurs d’orphelinats portaient également une double casquette), de même que leurs (plus ou moins) coreligionnaires bataves…

Car, dans ce dernier cas, l’absence, à ce jour, de poursuites contre Demmink est loin d’être un cas isolé (5). « Il faut sauver le soldat Demmink (et nous par la même occasion) », semble avoir délibéré le monde politique. « Le domino Demmink, il faut le faire tomber », vocifèrent, quant à eux, un nombre toujours croissant de citoyens…

____________

(1)    Source (NL) : http://www.geenstijl.nl/mt/archieven/2012/10/dan_doen_de_vs_het_wel_de_zaak_demmink.html

(2)    Source (EN) : http://www.prnewswire.com/news-releases/pressure-mounts-for-the-arrest-of-dutch-justice-ministry-secretary-general-joris-demmink-on-child-rape-claims-170534736.html

(3)    Lire (EN) : http://www.romea.cz/en/news/czech/the-lives-of-czech-and-romani-male-prostitutes

(4)    Source (EN) : http://prague.gayguide.net/Gay_Guide/Bars_Clubs/

(5)    Source (NL) : http://www.geenstijl.nl/mt/archieven/2012/08/blijerheideschafraad_updatetop.html

***

(ajout du 17 avril 2015)

Que reprocher à Christian Panier ?

Imaginons qu’ils soient, un jour, contre toute attente, jugés pour crimes de guerre, incarcérés, puis, quelques dizaines d’années plus tard, remis en liberté conditionnelle, sans qu’ils sachent où aller… Il faudrait un sérieux courage, une rectitude morale à toute épreuve, pour accueillir chez soi, sans contrepartie et sans la moindre expression de repentance de leur part, George W. Bush, Bachar al-Assad, Abou Bakr al-Baghdadi, ou encore Benyamin Netanyahou. Ce serait un peu comme héberger Hitler en personne, lui reconnaître, selon les principes de l’Etat de droit, la qualité qui, en dépit de tout, le fait appartenir à la grande communauté humaine, dût-elle s’en offusquer…

En hébergeant dans la douceur bucolique de son imposante ferme namuroise celle que, sinon, les manants du coin, la fourche à la main, eussent tôt destinée au bûcher comme la première sorcière venue, c’est un acte quasi similaire qu’a posé l’ex-président du TPI (Tribunal de Première Instance) de Namur Panier. Quasi, car il importe, toutefois, d’éviter tout amalgame entre possible exécutante et architectes déclarés de l’ignominie, comme il importe d’évaluer la gradation dans l’architecture : si, d’aventure, l’occasion se présentait, déclarait Panier hier soir, à la T.V., un petit plan à trois avec Dutroux lui-même pourrait également – « pourquoi pas ? » – avoir ses faveurs.

Tandis que la T.V. illustrait son admirable dévouement par une scène phare de l’une de ces mises en images forcément kitsch de la biographie romanesque vouée, depuis des lustres, à l’adoration de cet étrange personnage que Rome, avant de ressusciter par les lettres, aurait mis à mort par la croix, Christian faisait la moue. A travers un enchaînement digne du MTV des beaux jours, où s’entrecoupaient passages dudit film et citations de l’intéressé, c’est sans doute aux versets suivants de Matthieu que la T.V. souhaitait faire allusion :

« Vous avez appris qu’il a été dit: tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (5:43-48)

L’immaculation faite homme, Panier ? Voire ! Adversaire du tout-répressif, de l’incarcération à tout-va, censée répondre aux répercussions des inégalités sociales massives, résolument opposé à la privatisation du système pénitentiaire pratiquée outre-Atlantique (qui trouve, chez nous itou, ses bleus avocats), toutes choses qui ne peuvent que nous le rendre sympathique, partisan, en outre, de la transaction pénale si et seulement si les très riches ne sont pas les seuls à en bénéficier, notre homme est avant tout d’extrême-gauche !

L’un ou l’autre psychanalyste fourvoyé, politologue à ses heures perdues, a certes pu prétendre que le communisme centralisé, avec sa nécessaire figure de proue omnisciente en son centre, ne traduisait jamais qu’un transfert sur un objet athée de valeurs intrinsèquement chrétiennes, mais en quoi diable la Martin est-elle l’ennemie du juge à la retraite ? En quoi le maltraite-, le hait- ou le persécute-t-elle ? Panier – alléluia ! – aurait-il atteint la perfection ? Si tel était le cas, il ne jurerait pas autant, et pas en public ! Et le châtiment de masse suprême qui règlerait le compte de tous les tordus qui maltraitent ou persécutent, mettant fin à cet infâme entre-deux sado-maso, serait enfin inscrit au calendrier.

Sachons raison garder : si la Martin n’est pas la Voisin, Panier n’est sans doute pas davantage Blanche-Neige. En témoigne sa réaction pour le moins indélicate à une paire de posts Facebook indignés, signés Gino Russo et Jean-Denis Lejeune. Dans ces posts, les deux figures d’abnégation, forcées, au fil des décennies, d’avaler, au nom de la Justice, les pires couleuvres qui soient, ayant appris que les Clarisses avaient fait, en la personne du juge à la retraite, une nouvelle émule, s’émouvaient de ce nouveau camouflet. Sa réaction, Panier prétend à présent la regretter, mais à la manière du politicien, laquelle charrie toujours son lot de circonlocutions qui finissent par faire douter de la sincérité des regrets : « si mes propos, tels que rapportés par la presse, ont pu blesser », etc…

Ben oui, ducon ! Quand tu balances à la gueule de personnes modestes qui ont tout subi – le pire du tout, s’entend – en gardant toujours, cependant, la tête haute, que « [tu] les [as] connu[es] plus digne[s] et plus raisonnable[s] », c’est un énième coup que tu leur assènes, toi qui affirmes refuser de t’ériger en « conseiller de conscience » ou en « juge » de celle qui a délibérément, selon la version officielle, laissé deux gamines crever de faim, mais ne sembles pas trop gêné aux entournures, en revanche, pour statuer sur l’attitude de victimes pérennes, ces victimes – que le son de ce mot est insupportable ! – aujourd’hui instamment invitées, comme le fut Paul Marchal lors d’une émission de T.V. flamande, en janvier 2014, face à une auteure qui avait cru bon de se faire du beurre en se glissant dans la peau de la matonne – Dieu la préserve d’avoir à se mettre dans la peau des suppliciées ! – à faire preuve de compassion à l’égard des Thénardier, parce que les Thénardier eux-mêmes ont sans doute eu un parcours difficile, et parce qu’ils sont des hommes, après tout, et que Cosette, c’est le passé…

Oui, Ducon, lorsque tu te permets d’ironiser sur l’état de santé de l’un de ces parents, susceptible d’expliquer « l’altération de sa clairvoyance légendaire », c’est leur plaie demeurée béante que tu remues avec un malin plaisir. Tous les choix respectifs qu’ils ont été sommés d’effectuer sont-ils incontestables ? Sont-ils des saints ? Ils ne réclament pas ce statut, juste un peu, un tout petit peu de respect, de compréhension et d’empathie… durables. Et si la dignité qu’ils ont manifestée une nouvelle fois en se désolidarisant de la manif démago-brune qui s’est tenue, il y a quelques semaines devant le nouveau domicile de votre protégée ne vous suffit pas, que vous faut-il de plus, Votre Honneur ?…

Tous les parents touchés par l’affaire Dutroux sont unanimes : à aucun moment les tortionnaires n’ont-ils exprimé le moindre regret. Quant aux indemnisations dues, il eût mieux valu ne pas en parler : « [Martin] essaie, dans la mesure de ses moyens, [d’indemniser les victimes] puisqu’elle vit d’allocations sociales qui, comme vous le savez, ne sont pas particulièrement généreuses et qui risquent, hélas !, si la politique que notre pays connaît [se poursuit], de l’être moins encore à l’avenir […] ». Peut-on imaginer meilleure défense des allocataires sociaux ?!

Héberger une meurtrière vilipendée par un peuple entier, mais libérée sous conditions, est-ce répréhensible ? N’incombe-t-il à la raison, vu les circonstances, de donner tort aux émotions suspectes et de porter haut l’étendard de l’Etat de droit ? Louable préoccupation, mais telle est-elle vraiment la question ?

A mon estime, la question est triple, et je vous la pose, Monsieur le Juge :

a/ Avez-vous suffisamment pris conscience, dans l’acte que vous avez posé, de la dualité interprétative qu’autorise sa dimension symbolique, et des conséquences politiques de la face négative de cette dualité ?

b/ Les SDF morts de froid en Belgique, l’hiver dernier, méritaient-ils moins votre sollicitude ?

c/ Lorsque vous affirmez que la Martin « [vous] a confié un certain nombre de choses rares […], des choses que [vous] consid[érez] déontologiquement [n’avoir] à révéler à strictement personne », situez-vous votre affirmation sur un plan juridique, politique, ou éthique ?

Dans le premier cas de figure, pouvez-vous considérer que d’autres, considérant tout autre chose, et arguant que vous n’êtes pas tenu par le secret du confessionnal, brandissent tout aussi déontologiquement une obligation inverse, si les « choses rares » dont vous faites état sont susceptibles d’altérer certaines conclusions judiciaires ?

Dans les deuxième et troisième cas, entremêlés pour l’occasion, estimez-vous pertinent d’ajouter un peu plus de confusion encore à un dossier dont la confusion fut, de bout en bout, la trame, quelques allusions voilées supplémentaires, égoïstes ou politiques, à l’indigne marchandage sous-jacent qui n’a cessé de marquer de sa vile empreinte cette innommable tragédie aux mille masques ?

Vous en avez trop dit ou n’en avez pas dit assez, Monsieur. Et s’il est une chose qui, en l’occurrence, peut, en conscience et en raison, au-delà, donc, de toute passion, légitime ou lugubre, vous être reprochée par tout un chacun, c’est cette courte incise que vous, ancien dépositaire d’autorité, avez glissée dans l’entretien, qui, après tant d’autres, perpétue l’insoutenable équivoque et maintient vivace une ombre malsaine…
______________

https://www.rtbf.be/info/emissions/article_menace-conspue-christian-panier-est-l-invite-de-jeudi-en-prime?id=8957819

http://www.dhnet.be/actu/belgique/l-ex-juge-panier-heberge-michelle-martin-jean-denis-lejeune-et-gino-russo-se-dechainent-sur-facebook-551d0f423570fde9b275ca67

http://www.sudinfo.be/1254017/article/2015-04-01/exclusif-rien-ne-va-plus-entre-gino-russo-et-christian-panier-je-l-ai-connu-plus

http://www.vandaag.be/binnenland/143816_hemmerechts-niet-de-bedoeling-paul-marchal-te-kwetsen.html

 

Catégories : Carnet de voyage, Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Pédoprédation et sadisme initiatiques : LE TEMPS DE LA PURGE !

Imaginez…

Imaginez une pyramide qui tend vers le ciel, et une pyramide inversée qui tend vers le centre de la Terre.

Imaginez une civilisation qui se fonde sur le contrôle de l’essence même de la vie, l’énergie vitale, dont la sexualité est le réceptacle par excellence.

Imaginez une société faite uniquement de matière mouvante dans laquelle chacun(e) se voit assigner un rôle précis, qui correspond à l’agencement de cette matière dans le théâtre cosmique.

Imaginez à présent des forces éternelles qui régissent ladite matière et seraient dépositaires de toutes les connaissances accumulées par l’humanité depuis son origine.

Imaginez une chaîne d’hommes (et de femmes, bien qu’historiquement dans une moindre mesure) qui, depuis la nuit des temps et jusqu’à aujourd’hui, se proposeraient, par cooptation, d’endosser le rôle de divinités dépositaires de ces forces, qui s’affrontent ou s’entendent, selon les cas, pour posséder et orchestrer le vivant.

Assurément, une telle représentation mêlerait en vous confusion, humilité, désir de savoir, sentiment d’injustice et d’inégalité mais aussi respect, le respect pour une architecture qui a mené l’homme et la femme où ils sont aujourd’hui et sans quoi, peut-être (1), nous en serions encore, vêtus de peaux de bêtes, à chasser le mammouth…

Plutôt qu’entre le Bien et le Mal, l’histoire millénaire de la civilisation judéo-chrétienne est celle du combat perpétuel entre le monothéisme et le polythéisme : y a-t-il un Dieu qui régit Tout, ou une multitude de divinités qui se partagent les rôles ?…

La question est constitutive de qui nous sommes, son orchestration sociale souvent puérile. Car c’est avant tout de pouvoir qu’il est question, et ce pouvoir, il faut pouvoir le laisser se distiller, non point chercher à le monopoliser ! Mais, même lorsqu’il est réparti entre plusieurs entités que se proposent d’incarner, dans l’ombre, divers assemblages de matière que nous nommerons, pour la commodité, individus, omniprésente est la tendance hégémonique qui amène à fondre l’objectif dans les pratiques.

« En matière morale, l’autorité finale est l’expérience humaine. Le mal est tout ce qui nuit à la vie humaine et détruit le bonheur. Les actions ne sont pas intrinsèquement bonnes ou mauvaises ; elles le sont selon que leurs effets sont nuisibles ou bénéfiques », écrivait en 1942 un franc-maçon américain (1). Qui en décide ? pourrait-on lui rétorquer post mortem. Et ce bonheur auquel il fait référence peut-il fouler au pied une ou plusieurs individualités au nom de l’ensemble ? Comment de telles conceptions peuvent-elles se conjuguer avec la justice des hommes, essentiellement positive et linéaire ? Et – autre question primordiale – qui est chargé de veiller au grain pour empêcher les abus, ou les sanctionner s’ils ont été commis ? Enfin, comment justifier que des figures tutélaires de l’Etat aient à répondre, en dernier ressort, à des supérieurs hiérarchiques religieux qui n’ont de comptes à rendre à personne ? Si vous cherchez la cause principale du déficit démocratique, voilà où vous devriez entamer vos recherches…

Il y a dans la franc-maçonnerie autant de degrés que Jésus n’a vécu d’années complètes, à savoir trente-trois (Triturez ce nombre et effectuez quelques additions, si vous disposez de quelque temps libre.) L’on n’y entre pas ; l’on y est introduit par des francs-maçons existants. Chaque degré dispose de ses rites spécifiques, qui peuvent varier selon les obédiences. Chaque degré a ses outils, ses mots de passe, ses secrets, ses titres ronflants qui glorifient l’ego, proportionnellement aux échelons atteints. Chaque degré nécessite, comme dans n’importe quelle secte, une implication financière des intéressés, ce qui réduit bien sûr majoritairement son accès à des publics spécifiques de bien-nés. Et chaque degré requiert du postulant une prestation de serment. Par cet hermétisme codifié, il s’agit avant tout, pour les intéressés, d’éviter toute infiltration malvenue.

Tant l’Eglise que la franc-maçonnerie se réfèrent, chacune à sa manière, à la Bible. Il existe une franc-maçonnerie catholique : il n’est d’ailleurs pas rare que sous telle ou telle église de renom se cache un temple aux vastes ramifications. Mais il existe aussi des franc-maçonneries protestantes, plus intégrées dans le paysage social, comme les lieux de culte protestants officiels au demeurant. Les temples sont multiples : il y en a autant qu’il n’y a d’obédiences, multipliées par le nombre de degrés. Il y en a dans chaque ville importante, et leur structuration nationale (et internationale) est hiérarchique, c’est-à-dire radicalement verticale.

Dans la pratique, toutefois, le petit monde franc-maçon, comme toute collectivité qui vit en vase clos, s’est corrompu d’autant plus rapidement que de nouveaux outils technologiques à la puissance impressionnante ont été mis à sa portée. Cette corruption – le mot n’est sans doute pas le plus heureux, compte tenu de la citation qui précède – se manifeste principalement par :

–          une solidarité sans faille entre maçons, qui implique de se sortir les uns les autres du pétrin, notamment en étouffant les crimes et les délits ;

–          Une discipline martiale qui exige de suivre les ordres et de punir les réfractaires ;

–          Le favoritisme et les prébendes, tant en politique que dans le commerce.

Selon l’une ou l’autre estimation (certes, par nature, difficile à vérifier), septante-cinq pourcents des maçons ne dépasseraient pas le troisième degré initiatique. Ce sont les petites mains, les pions dociles sur le jeu d’échecs, chargés de défendre les pièces maîtresses. Leur ignorance de ce qui se trame au-dessus de leurs têtes, entretenue et récompensée, fait office d’écran. Brainwashés, ils s’imaginent souvent au-dessus de la masse. En Belgique, l’un des pays où la franc-maçonnerie est restée la plus vivace, les francs-maçons se retrouvent par grappes dans les (jeunesses des) partis politiques, parmi les avocats, ainsi qu’au sein de toutes les professions dont l’influence sociale est avérée, au premier rang desquelles le petit monde feutré de la magistrature et les médias traditionnels (télé, radio, presse papier).

Dans un Questions à la Une volontairement empoussiéré, destiné à la fois à noyer le poisson et à susciter la curiosité de potentiels initiés apprentis (2), Jacques Bredael, l’ancien présentateur vedette du JT de la RTBF, l’un des rares francs-maçons à être sorti du placard (Ces gens-là haïssent la lumière extérieure, donc la publicité, car celles-ci nuisent à la discrétion de leurs interventions sociales.), prenant la posture de l’idiot utile, avait affirmé qu’il pouvait difficilement concevoir que, malgré le recrutement actif de frères et de sœurs en Belgique, les francs-maçons parviennent à contrôler une société entière. Il suffit, en réalité, de s’entendre pour placer des initiés aux postes-clés, ceux où peut se prendre la décision d’étouffer une enquête journalistique ou policière, de faire échouer un procès, de faire disparaître une dépouille sans attirer l’attention, etc.

La barbarie est partout. Celle qui se manifeste dans le monde positif, celui que vous et moi considérons comme réel lorsque nous nous levons le matin, lorsque nous allons au boulot (pour la plupart d’entre nous, certains travaillant à domicile), lorsque nous faisons la fête, lorsque nous perdons un être cher ou que nous en gagnons un, n’est jamais qu’un écho disparate ou concentré, au contraire, d’une barbarie savamment orchestrée dans le monde d’en-bas. Hitler en a été la décadente apothéose, celle par laquelle, pour la première fois, l’Europe a œuvré à son unification, par le putride, contre le soviétisme, une autre religion (monothéiste).

Mais si la sauvagerie d’en-bas se répercute dans le monde réel, certains phénomènes qui se déroulent dans celui-ci ne pourraient logiquement rester sans répercussion sur les sociétés parallèles. Les mystérieuses disparitions d’enfants, les viols et les tortures répétées de marmots approvisionnés par des orphelinats ou des familles complices et dont l’innocence est mise à mal tantôt dans des demeures cossues, tantôt dans d’infernaux labyrinthes souterrains gigantesques réservés aux degrés supérieurs sont bien sûr au nombre de ces phénomènes. Mettons entre parenthèses les murmures insistants de fécondation à des fins purement rituelles : ces enfants et ces fœtus-là ne sont pas inscrits dans le moindre registre de population, et leur existence tend donc à relever du mythe urbain. Intéressons-nous plutôt à des enlèvements de gosses qui ont une identité sociale.

Avant toute chose, précisons que, conformément à ce qui précède, quiconque tente de lever le voile sur ces pratiques se voit, dans un premier temps, taxer de fou, a à subir des intimidations de toutes sortes (émanant parfois de membres de sa propre famille, recrutés pour les besoins de la cause), court le risque de représailles diverses et variées (professionnelles, judiciaires, et autres) qui peuvent aller jusqu’au meurtre.

C’est que dans plusieurs de ces milieux, dont les affidés sont, malgré de notables exceptions, considérés généralement, dans nos sociétés largement sécularisées, comme les plus progressistes, les justiciers sont haïs, les clones christiques vilipendés, sous prétexte qu’un homme (une femme) ne peut, sauf cas de force majeure, contester ou prétendre influencer à lui seul l’évolution d’une société tout entière.

Depuis une quarantaine d’années fleurissent dans la presse officielle et ailleurs des accusations récurrentes, peu étayées (et pour cause, vu ce qui précède), concernant, par exemples et en vrac, Léopold Lippens et son petit frère Momo, Joris Demmink (4), Edward Heath, George HW Bush (5) ou encore Paul Vanden Boeynants (6), ou leurs avatars respectifs, de même qu’une pléiade d’avocats, de médecins (dont des légistes, pour la commodité), de juges, de hauts fonctionnaires, de militaires et de responsables de l’OTAN  (7) et de l’UE. Appartiennent-ils tous à des réseaux pédoprédateurs qui pourraient avoir le sacrifice rituel d’enfants (réel, et non uniquement spéculatif) pour finalité ? Voilà qui serait farfelu, vous vous en doutez bien. Comment se le pourrait-il ? Se sont-ils, chacun à sa manière, laissé tenter par les services d’escortes majeures, sans plus ? Ont-ils pris part à des orgies ? Si oui, de quelle nature ? Se sont-ils fait, dans l’un ou l’autre de ces cadres, chanter par quelque puissance étrangère ou par des intérêts privés ou criminels ? Dans l’affirmative, sous quelle forme, et dans quel but ?

Quoi qu’il en soit, jamais un seul des piteux vieillards pointés du doigt n’a pris la peine de réfuter catégoriquement les accusations dont ils sont l’objet. Or, voilà qui, pour un crime potentiel si grave, paraît tout de même, sans que cela ne constitue en soi une preuve de culpabilité, pour le moins curieux. Si vous ajoutez à cela les derniers développements dans l’affaire des orphelinats pourvoyeurs de gosses à une pseudo-élite britannique décadente et sadique, un scandale dans lequel des pressions considérables ont été exercées – et continuent de l’être, contre toute évidence – sur ceux désireux de faire toute la lumière sur cette sombre histoire (ce qui ne peut que bénéficier aux pédocriminels présumés pointés du doigt, s’ils sont innocents) et vous comprendrez mieux l’intime intrication du nœud de vipères.

Car nœud de vipères il y a ! De temps à autre, comme vous avez pu le constater ci-dessus, une sortie salutaire et inespérée dans la presse permet de s’en rendre compte…

Le cas Savile, du nom de cet animateur de programmes sur la BBC aux côtés duquel aimait à s’afficher tout le gotha londonien, est à cet égard emblématique, tant il est inimaginable qu’un si petit microcosme puisse ignorer la véritable nature du monstre de pacotille qu’il fréquentait. Pour la première fois, donc, la complicité de toute la jet set dans la couverture d’actes pédosexuels répétés dont l’intéressé ne semblait faire, dans sa vie privée, aucun mystère, la loi du silence mafieuse de tout un milieu plongé jusqu’au coup dans les sables mouvants de crimes parmi les plus atroces, apparaît au grand jour ! Dans des démocraties de fortune où les criminels pervers se permettent généralement d’accuser de tendance brune quiconque s’approche un peu trop près d’une vérité très puante, dont les ramifications remontent au début du siècle dernier, en passant par les années 1930 et la guerre froide, un tel exercice de saine clarification et de refondation ne peut être que le premier d’une très longue série.

Il est un outil, en effet, que les créatures de l’ombre qui se sont rendues coupables de pareils sévices ne pouvaient prévoir, et il se nomme Internet, d’où la peur panique de maints chefs d’Etat à son égard et leur volonté de contrôle absolutiste du dernier média 100 % citoyen (même si boosté de plus en plus par des corporations privées d’un genre nouveau)… au nom, notamment, comble des combles, de la traque des pédoprédateurs !

Deux articles précédents (8) faisaient apparaître toute l’ambiguïté, toute l’hypocrisie des belles intentions papales en matière de lutte contre la pédocriminalité au sein de l’Eglise. Aujourd’hui, le même constat objectif peut être fait en ce qui concerne la franc-maçonnerie. Van Gheluwe, cet ancien évêque brugeois à la double allégeance qui a abusé de plusieurs enfants, parmi lesquels l’un de ses neveux, n’a-t-il pas déclaré lui-même, dans son interview-confession à la chaîne de télévision flamande VT4 (9), qui avait fait grand bruit, qu’à l’époque où il s’adonnait à ses petits plaisirs criminels, ce genre de choses était très répandu, dans tous les milieux ?…

Dans un article publié sur la toile, l’avocate américaine Sylvia Lynn Gilotte explique pourquoi il est déterminant d’aller au-delà des cas isolés de pédocriminels de haut vol grillés régulièrement par les médias traditionnels selon un angle d’attaque le plus souvent politique (10). Temporairement, la soif de vengeance et l’appétit malsain de la plèbe sont certes rassasiés ainsi par les quelques boucs émissaires qui lui sont offerts en pâture. Mais cela ne suffit pas : c’est à une purge générale qu’il faut à présent s’atteler, ne fût-ce que pour repartir sur des bases saines ! Dévoiler au compte-gouttes les saloperies perpétrées par des Savile ou des Van Gheluwe sans s’en prendre résolument au phénomène beaucoup plus vaste des réseaux (de protection des) pédoprédateurs est une stratégie éculée.

La pédoprédation de meute a été, en Belgique notamment, couverte des décennies durant par diverses générations de francs-maçons initiés à l’existence de ces pratiques. De très nombreux frères (et sœurs) ont eu plus souvent qu’à leur tour l’occasion de parler. Ils (Elles) ont fait le choix conscient de rester muets, de se ranger du côté de l’abject plutôt que de celui de leur conscience, du peuple et du bien de l’Humanité, entretenant ainsi le perpétuel malaise. Il est temps de nettoyer au Kärcher les immondes écuries d’Augias !

________________

(1) Nos sociétés se structurent autours d’histoires, de mythes, qui indiquent les directions qu’elles ont prises au fur et à mesure de leur composition. Ces histoires étaient-elles nécessaires ? N’y en avait-il pas d’autres possibles ? Ces mythes sont-ils encore pertinents aujourd’hui ou contrecarrent-ils, au contraire, la mise à la disposition du public des connaissances scientifiques, donc un progrès plus généralement partagé, plus efficace ? Si connaître l’histoire de notre civilisation est primordial pour savoir d’où nous venons, nous y laisser absorber et laisser, sans trop d’esprit critique, des clans nous régir ne relève-t-il pas d’une prophétie auto-réalisatrice vouée à mener au désastre, donc à rendre impossible l’unification de l’Humanité ? Totalitarisme, clanisme organisé nommé démocratie, marchés, anarchie positive : quel est, à terme, de ces chemins celui le plus susceptible de renverser le courant belliqueux de l’histoire pour nous unir tous, d’aval en amont, en un magnifique delta ?…

(2) Lire H.L. Haywood, http://www.phoenixmasonry.org/great_teachings_of_masonry.htm

(3) Vous pouvez regarder ce reportage ici : http://www.youtube.com/watch?v=HZPdavme7K8

(4) Lire, entre de nombreux autres documents : http://rondehuis.blogspot.be/

http://www.nrc.nl/nieuws/2012/10/08/opstelten-steunt-demmink-wat-onderzocht-moest-worden-is-onderzocht/

(5)

(6) Lire notamment : http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/637677/delit-de-presse-les-assises-reactivees.html

(7) A titre d’exemple, la Société Spéculative, qui aurait couvert les agissements odieux que dénonce à demi-mot Lord Burton dans l’article supra, compte parmi ses membres un autre lord, plusieurs juges, des shérifs, des avocats et, semble-t-il, l’ancien ministre de la Couronne et ancien secrétaire-général de l’OTAN lord George Robertson, un ami personnel du pédocriminel et meurtrier Hamilton !

(8) Voici le dernier en date : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/10/09/le-tres-gros-appendice-de-trevor-yates-fait-scandale-au-vatican/

(9) Vidéo (en néerlandais) disponible ici : http://www.youtube.com/watch?v=SJTkc9du4ps

(10) Lire son argumentaire ici : http://sm4csi.home.xs4all.nl/nwo/MindControl/ritualistic_child_abuse.htm#Myths

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Que direz-VOUS ? What will YOU say ? Wat zal U zeggen ?…

« Innocent, les péchés de ton père tu enverras paître… »

(reformulation de la citation d’Horace – post déconseillé aux âmes sensibles)

« … et ainsi de tes tourments délivreras ta conscience… »

« … réhabiliteras l’enfance face à l’adulte décadence… »

« … ton action libéreras des chaînes de l’obscur… »

« … trucideras noblesse de rang, mettras le feu aux princes imposteurs… »

« … avec la vie renoueras, laisseras la mort s’échouer…  »

« … et, les symboles derrière toi, pourras enfin régner. »

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées, Twitter Ol' Skool | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Dexia, mise au point : le gentil, le faux-cul et la mégère

Vous connaissez Stellar Lyon (ou peut-être ne le connaissez-vous pas encore)… Il n’a jamais mâché ses mots. Le 7 avril 2011, soit quelques mois à peine avant que n’éclate la bulle Dexia, il publiait sur son blog l’article suivant, d’utilité publique :

http://intrgalaktiklyon.wordpress.com/2011/04/07/au-poteau-les-putes-des-ploutocrates/

Un peu plus d’un an plus tard, après avoir pris plus clairement conscience du gigantesque jeu de dupes intercontinental théâtralisé par les marchés financiers et leurs petites mains attitrées (agences de notation américaines et autres), il surenchérissait…

http://intrgalaktiklyon.wordpress.com/2012/05/16/pourquoi-la-crise-financiere-est-la-resultante-dune-offensive-concertee-de-fonds-speculatifs-pourquoi-la-commission-et-le-conseil-europeens-sont-un-groupe-de-vendus-la-guerre-fr/

Il semblerait, à écouter les déclarations matamoresques de responsables politiques de plusieurs clans différents, hier, lors de l’émission de la RTBF Mise au Point, qu’il me faille à présent prendre son relais, tant l’énormité de celles-ci, à mettre malheureusement en parallèle avec l’incompétence manifeste des administrateurs politiques de la banque aux dizaines de milliards de pertes assumées par le Trésor public, dépasse les bornes.

Parmi ces anciens administrateurs (1), au temps où Dexia donnait encore l’impression d’être une banque ordinaire, et non la banque à déchets qu’elle est devenue depuis qu’elle a été contrainte de désunir son destin de celui de Belfius, figurait bien sûr en bonne place le gros qui n’a jamais su se retirer à temps, ni de sa fonction de premier ministre, en plein tumulte des affaires de pédocriminalité, ni de son mandat de président du conseil d’administration de la banque dont question, accepté par charité d’âme, s’est-il empressé de claironner dans tous les médias après la débâcle, ni de son siège de parlementaire européen conservateur, qu’il cumulait, malgré les conflits d’intérêts avérés qu’une telle situation suscite immanquablement, avec la précédente fonction et dont il entame à présent la dernière ligne droite. Dehaene a été un peu, en effet, avec ses innombrables mandats d’administrateur dans plusieurs grandes sociétés, inspirés sans doute par ses racines syndicales chrétiennes, à la politique belge ce que fut Gargantua au Paris de Rabelais : un monstre qui dévore tout ce qu’il trouve sur son passage, le problème étant que lorsqu’il vomit, ce sont tous les lilliputiens qui se prennent sa bile à la face…

A ses côtés, l’on pouvait trouver le bourgmestre libéral de Waterloo Kubla, qui est, quant à lui, aux dires de certains, au Brabant wallon ce qu’était DSK au FMI, son coreligionnaire flamand Vermeiren et, un bref moment – je vous le donne en mille (ou presque) – not’ cher Elie, qui gesticulait encore fièrement à la tribune de la Chambre, cette semaine, pour expliquer à quel point il est bon de mobiliser régulièrement les impôts des contribuables belges pour pomper, pomper encore, toujours pomper de l’argent frais dans la banque moribonde, faute de quoi, à l’en croire, c’est un déficit supplémentaire de pas moins de 44 milliards d’euros qui se trouverait illico inscrit au budget de l’Etat, ce dernier s’étant porté solidaire de ladite banque.

L’on pourra écrire tout ce que l’on veut, mais, à la vérité, plus aucun mot ne peut rendre compte de la décadence de la politique belge, de la fuite en arrière de ceux qui sont supposés veiller à notre bien commun, de l’impunité dans laquelle ils se drapent, à tel point qu’affirmer que leur gabegie, leur imprévoyance, leurs décisions stratégiques calamiteuses (par exemple couvrir le recours massif à des produits dérivés et / ou complexes, ceux-là même qui ont été à l’origine de la faillite de Lehmann Brothers, qui a eu les répercussions que l’on sait, vendus notamment aux communes belges) leur auraient valu, s’ils avaient été salariés moyens du privé, un renvoi pour faute grave à la Kerviel relèverait de la lapalissade caractérisée, de vérités énoncées tant de fois déjà qu’elles finissent par lasser.

Cette lassitude est mauvaise conseillère, pourtant, car les milliards et les milliards injectés dans ce puits sans fond qu’est Dexia ne pourront pas être consacrés à d’autres objectifs, éliminer la pauvreté, faire en sorte que plus personne ne soit contraint de dormir en rue par exemples, tant d’urgences qui semblent passer par-dessus la tête d’éminences dites socialistes complètement dépassées, qui, au nom d’une modernité univoque, renoncent à tout ce qui constitue leur corpus doctrinaire et ne sont même plus en mesure de recourir au peuple, qu’ils ont abreuvé, des décennies durant, de leur rhétorique technocrate, et maintenu idéologiquement dans l’infantilisation politique, pour espérer un sursaut. Aucun nouveau chantier mobilisateur à l’horizon pour eux. Leur seul outil est un bidon de ruse et de plâtre, qu’ils emploient à tire-larigot pour masquer tant que faire se pourra encore les crevasses béantes de l’ancien palace nommé Belgique, le hic étant que le bidon est presque vide. Pathétique socialisme à la belge qui n’est même pas en mesure d’obtenir une taxation bien plus élevée des stinking rich, qu’un libéral américain, dans le sillage d’un social-démocrate français qui devrait envoyer balader plus souvent la taupe de DSK dans son gouvernement, vient pourtant de s’engager à appliquer…

Stratégiquement, c’est un socialo bruxellois spécialisé dans les questions d’exclusion sociale qui a pu tenter, sur la RTBF, d’ôter les marrons du feu. Le comble est que, pour qui ne suit pas assidûment l’actualité économique, le Mayeur pouvait apparaître convaincant. Regrettable état de choses que cette gauche nouveau jus pour laquelle l’inculture économique des couches populaires dont elle devrait être la plus proche est perçue comme une alliée !

A côté du sans-culotte, une libérale d’une rare arrogance (ce qui n’est pas peu écrire), une certaine Marghem, qui a présidé la commission parlementaire fantoche chargée de se pencher sur les raisons qui ont amené à la catastrophe, et a eu la morgue de déclarer « […] qu’on devrait dire les choses aux citoyens, qui ne sont pas stupides, et agir […] en toute transparence à leur égard […]. »

Face à eux, enfin, un Ecolo poupon auquel l’on avait envie de faire des câlins, qui critiquait sans trop critiquer, pour la forme, histoire d’éviter qu’une critique trop radicale n’enflamme des esprits qu’il s’agit à tous moments de contenir le plus maladroitement possible, et ne donne lieu au remplacement, par une droite dure composée de nationalistes capital-corporatistes, d’un gouvernement qui serait, une fois de plus, démissionnaire.

Et le radsoc de bondir sur sa chaise et de fanfaronner : « moi, je suis d’accord avec ce qu’a dit le premier ministre à la Chambre, hein, [à savoir que] l’affaire Dexia, l’affaire Fortis, c’est déplorable. » Voilà le mot, en effet !

Ceux parmi vous, chers amis lecteurs, qui ne mesureraient pas encore l’absurde d’une telle situation sont invités à reprendre depuis le début la lecture du présent article. Vous ferez ainsi votre révolution !

______________

Lire : http://trends.levif.be/economie/actualite/banque-et-finance/dexia-ou-etaient-les-politiques/article-4000089884492.htm

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

« How To Become A Good Actor », Scene 6, Take 1, CLAP ! ACTION !

Abus de pouvoir : état par lequel un individu (ou un groupe d’individus) qui dispose(nt), de par la fonction qu’il (elle/ils/elles) exerce(nt), d’un ascendant sur quelqu’un utilise(nt) celui-ci à des fins que l’éthique réprouve.

 *******

LINK : http://weekidmuze.wordpress.com/2012/11/11/paedowood-weekid-mass-resurrection-mx/

–          Regarde ce que j’ai pour toi, Corey. Approche, n’aies pas peur…

–          Euh, je ne me sens pas très bien. Elle est dans le film, cette scène ?

–          C’est ta première fois, je comprends. Mais ici, c’est comme ça que ça passe, kid. Viens, je sais comment te détendre.

Mac Williams sortit de sa poche un fin sachet d’une poudre blanche qui ne lui était pas inconnue. Missy, à l’agence Fashionista, lui en avait déjà proposé, mais il avait refusé. A quatorze ans, il ne voulait pas sombrer dans la dépendance. Et puis, il ignorait s’il serait capable de retenir son texte par cœur après avoir inhalé ça.

–          Viens, je te dis.

–          Euh, je préfère pas.

–          Ecoute, petit mec, ça fait vingt-cinq ans que je suis dans ce business. C’est pas un petit morveux qui va me faire la leçon. Tu sniffes ça, et on se reparle d’accord !

–          On ne peut pas faire la scène d’abord ?

–          Tu commences à me les gonfler, Corey. Des gosses comme toi, qui veulent tourner dans des films, ça coure les rues. Va pas t’imaginer que t’as un talent particulier. Tu fais ce que je te dis, ou je continue ce putain de casting avec le candidat suivant, c’est compris ?

Corey s’approcha avec hésitation du bureau en chêne massif sur lequel le producteur avait aligné deux rails de la substance blanche, pensa à ce qu’il pourrait faire de la liasse de Washington 100 qui tomberait dans son escarcelle s’il décrochait le rôle, puis s’exécuta à contrecœur.

–          Maintenant, suce-moi.

–          Mais ça tourne là, non ?

–          T’inquiète, c’est entre toi et moi. Mets-toi à genoux et arrête de pleurnicher. Comment tu crois qu’il marche, le business ? Tu crois que toi, un petit merdeux de quatorze ans, tu vas être capable de résister dans ce métier, d’incarner des rôles complexes, de te mettre dans la peau de tes personnages si tu suces pas une bite ou deux ? Tu dois apprendre à maîtriser tes émotions.

Corey hésitait vraiment, cette fois. Il pensait effectivement à claquer la porte : tout ça allait trop loin. Jamais il n’aurait pu s’imaginer qu’une carrière d’acteur dont il n’était même pas certain qu’elle aboutirait nécessitait de telles concessions. Mais, d’un autre côté, il était là, à présent. Il avait fait le voyage jusqu’à LA, et il avait promis à sa mère, qui l’avait poussé dans les bras du producteur dans l’espoir d’une carrière florissante dans le showbiz, qu’il ne baisserait pas les siens. Puis, la coke commençait à faire son effet…

–          Ouais, c’est ça, bien à fond, petite salope !

Corey suffoquait. Sa bouche de garçon de quatorze ans était trop étroite que pour pouvoir engloutir cet énorme engin qui se dressait devant lui comme un totem. Mais Mac s’agrippait des deux mains aux beaux cheveux roux qui ornaient son crâne d’ado à peine pubère, et le forçait à avaler sa viande avariée.

–          Je savais que ça te plairait. C’est dur au début, mais on s’y fait, non ? Y a pas un casté de ton âge qui a trouvé ça contre son goût. Bienvenue dans le business, petite pute !

–          Eugrrrll

–          Putain, tu vas me faire jouir ! Tiens, prends ça sur ta petite gueule ! Tiens, tiens ! Ouais ! Tiens ! Petit fils de pute, je savais pas que tu serais si bon. C’est pas grave, ton petit cul, ce sera pour la prochaine fois. De toute façon, Josh McTide, l’acteur principal du film, tient à faire ta connaissance. Tiens…

Le producteur tendit à Corey deux Washington 100, comme en guise d’avance sur son cachet.

–          C’est pour ta peine, boy. On est généreux, ici !…

____________

« Conspiracy Theory » ?

Lire : http://www.express.co.uk/posts/view/352527/Sex-abuse-rife-at-BBC-says-Ben-Fellows

http://pacificfreepress.com/opinion/12201-media-join-to-end-systemic-child-abuse.html

http://jerseyabusescandal.blogspot.be/2011/08/paedophiles-child-abuse-in-hollywood.html

Catégories : Carnet de voyage, Expérimentations diverses non catégorisées, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Suspicion de cercle pédoprédateur élitaire en Grande-Bretagne : entre morale, chasse aux sorcières et impératif de vérité…

La BBC est dans ses petits souliers. Pensez donc : la respectable institution phare des médias de la perfide Albion, dont l’influence et, jusqu’alors, la réputation de probité journalistique s’étendaient bien au-delà des frontières de la Grande-Bretagne, doit faire face, depuis un mois, à un déballage sans complaisance de certaines heures peu glorieuses de ses calendes de la seconde moitié du siècle dernier, dans ce microcosme grand-breton où tout se sait sur tout le monde sans que quoi que ce soit ne se dise, comme l’a encore démontré récemment le scandale antédiluvien (1) qui a fait perdre, sur l’île européenne, son aura au tentaculaire renard Murdoch, réputé pour y faire et y défaire les carrières politiques depuis des dizaines d’années.

Ainsi de la raclure Savile, cet ancien conseiller du prince, ancien animateur de divertissements musicaux populaires sur la BBC et, par ailleurs, fier leader de gang actif dans l’exploitation sexuelle de jeunes filles mineures, dont il aura fallu attendre le décès, l’an dernier, pour qu’apparaisse, un an plus tard, un début de vérité publique quant à son immoralité revendiquée, alors que, dans de nombreux couloirs feutrés de bâtiments où la star déchue avait ses entrées, ses débauches orgiaques avec mineures n’étaient un mystère pour personne. Il est curieux, tout de même, que, comme dans une espèce de règlement de comptes à OK Coral qui s’est longtemps fait attendre, toutes ces affaires latentes de pédoprédation de masse qui impliquent des notables se suivent et se ressemblent, en Grande-Bretagne et ailleurs, que leur environnement soit catholique, psychanalytique, protestant, ou que sais-je encore : étouffement tant que faire se peut, ce qui, depuis Internet, s’avère impossible, déni, fuite fournissent, en effet, une bouillonnante matière à analyse collective.

C’est pourtant à une émission de la BBC elle-même, Newsnight, que l’on doit le début du grand déballage, celui relatif à l’ex-icône de la BBC et, depuis deux semaines, à l’implication possible de plusieurs anciennes figures de proue du parti conservateur dans des rapts sexuels répétés de pauvres gosses pensionnaires d’un orphelinat situé à l’ouest de l’Angleterre (2), de 1974 à 1990, suggérant la protection politique continue des coupables par les plus hautes sphères de l’Etat. En un sens, c’est tout à l’honneur de cette émission. L’on ne peut donc que s’étonner qu’après une mise en difficulté, hier, de Cameron lors du programme matinal This Morning, sur ITV, le directeur de l’audiovisuel public britannique se soit malhabilement empressé de reposer sur la marmite qui déborde déjà un couvercle qui ne pourra plus, selon toute probabilité, contenir le génie qui s’y morfondait (3).

L’ancien premier ministre conservateur Edward Heath, l’ancien trésorier du parti conservateur McAlpine, un ancien collaborateur de la dame de fer, l’ancien député conservateur Morrison, bref toute une soupe de sirs et de lords, s’entremêlent gaiement dans un entrelacs d’accusations renouvelées qui ont eu pour point de départ la sortie du bois de l’une des victimes d’un cercle pédoprédateur dont l’existence ne fait aucun doute mais dont l’identité des membres demeurerait floue, un cercle d’abuseurs d’enfants sur lequel la police avait déjà enquêté il y a dix ans, sans trop d’insistance, semble-t-il. La victime dont question, Steve Messham, a-t-elle subi des pressions ? Il est impossible de le vérifier. Toujours est-il qu’elle s’est partiellement rétractée aujourd’hui, affirmant que c’était à tort qu’elle avait pointé McAlpine comme l’un des tourmenteurs de sa jeunesse.

Que dit George Entwistle, le big boss de la BBC, dans la foulée de cette rétractation ? Liquide comme une méduse, il se répand en plates excuses à l’adresse de ce dernier, annonce que la troublante enquête de Newsnight n’aurait pas dû être diffusée, et place ladite émission sous tutelle, voire la censure, comme si la répression de la liberté de la presse (au nom du Greater Good ?) suffisait à mettre entre parenthèses le phénomène beaucoup plus vaste mis en lumière.

Car, bon sang, ne nous voilons pas la face : des excès et des abus en tous genres, il y en a eu à foison lors des seventies, dans tous types de milieux et de cénacles. « Sex, drugs and rock’n’roll », que diable ! Faut-il le déplorer ? Pas nécessairement, ou plutôt oui et non…

Prenons trois cas de figure, pour simplifier la représentation des choses. Premier cas : un groupe d’étudiants décident d’organiser une partouze débridée. Deuxième cas : plusieurs hommes de pouvoir invitent des escortes majeures rémunérées à se joindre à leurs ébats collectifs. Troisième cas : plusieurs hommes de pouvoir contraignent des mineurs à l’acte sexuel, violent par nature.

Le premier cas ne me semble en rien relever de l’immoralité : rejeter les schémas de copulation ancestraux est parfaitement compatible avec une saine hygiène de vie et d’esprit. Sur le plan de la morale, le deuxième schéma est déjà plus ambigu : les escortes concernées ont à y faire face, le plus souvent, à des homards de pouvoir, des porcs ventripotents à l’hygiène salace qui croient que tout leur est dû, moyennant rémunération. Cela posé, les premiers sont dépositaires de la décision de se plier au jeu ou non. Paraphrasons : si la sexualité immorale est par définition extravagante, l’inverse ne se vérifie pas toujours. Tant que l’atmosphère qui entoure, dans les deux cas, ce genre de festivités relève à tous moments du consensus et du respect (Non, c’est non !), personne n’a à y redire !

Par conséquent, seul le troisième cas de figure est véritablement condamnable. L’abus de mineurs, qui plus est s’il est commis par des personnes dépositaires d’autorité, a fortiori lorsque cette autorité relève d’un quelconque pouvoir politique, ne peut jamais être laissé sans suite. C’est l’avenir même de la société qui en dépend ! Même si c’est tout un château de cartes noircies qui doit s’écrouler, rien ne justifie l’étouffoir ! S’agit-il de rassasier la Bête populaire, qui suppute depuis des années, à tort ou à raison, pareils abus de la part de franges de la jet set ? Pas dans mon chef, en tout cas : il s’agit de l’élimination publique, rationnelle, systématique et immédiate, de tous ceux qui se sont brûlés à pareilles pratiques, ainsi que de tous ceux qui, disposant de preuves tangibles permettant de faire la lumière sur celles-ci, se sont abstenus de les communiquer à qui de droit.

Certes, de telles accusations s’inscrivent elles aussi dans un contexte. C’est pourquoi il importe de ne pas transformer Internet en outil gratuit et massif de délation (quelquefois farfelue). C’est également la raison pour laquelle il convient de se méfier des éventuelles récupérations politiques auxquelles elles peuvent donner lieu, faute de quoi le résultat obtenu pourrait être bien pire que l’objectif escompté : en l’occurrence, c’est un député travailliste peu suspect de pacte brun qui semble à la manœuvre. Malgré ces possibles écueils, laisser les bourreaux impunis équivaudrait à accorder à leurs successeurs éventuels une carte blanche dont ils n’ont pas à disposer, laissant entrouverte une boîte de Pandore qu’il s’agit de sceller à jamais !

Une autre tendance néfaste à laquelle il incombe de parer est la suspicion généralisée qui mènerait immanquablement à la peur et, par là même, à d’autres abus. Ainsi, qualifier de suspect l’amour des enfants (c’est-à-dire, étymologiquement, la pédophilie) sous prétexte qu’il serait essentiellement révélateur de pulsions pédosexuelles serait aussi regrettable que l’idiot parallèle que certains continuent d’effectuer entre pédo- et homosexualité.

En étant idéalistes, nous pourrions, au contraire, espérer que toute la boue qui se répand dans les rues de Londres, du Vatican et d’ailleurs amène à une progressive prise de conscience quant à la nature du sexe, à la fois comme appendice et comme porte vers autrui. Une arme ou un outil, le phallus ? Et le coït, le fruit d’un emploi de l’autre ou d’un échange avec lui (elle) ?…

______________

(1)     … antédiluvien car, s’il s’agissait bel et bien d’injustifiables écoutes téléphoniques illégales et immorales dont la révélation a permis de lever un coin du voile qui recouvrait la corruption et le mélange des genres systémiques dans un pays aux mœurs plus que patinées, celles-ci ne sont rien en comparaison au fichage et aux écoutes généralisées qu’imposent, un peu partout en occident, depuis les retombées nauséabondes du 11/09/01, des législations à dessein liberticides. Sans nul doute le démissionnaire général Petraeus (de la CIA) aurait-il ses révélations à apporter sur la question… A suivre, dans ce registre : l’attitude d’Obama et du Sénat américain, majoritairement démocrate, autour de la proposition de loi CISPA !!!

Lire, à ce propos : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/07/11/il-vous-faut-une-politique-de-defense-plus-musclee-monsieur-le-president/

(2)    Source : http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/welsh-abuse-scandal-a-nightmare-without-end-8290187.html

(3)    Source : http://www.bbc.co.uk/news/uk-20278885

Catégories : Carnet de voyage, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

L’Europe et les Etats-Unis ne présentent pas, en tant que tels, le moindre intérêt !

Il y a deux ou trois ans, après une période d’hibernation politique nécessaire à une reformulation personnelle des enjeux dignes d’engagement, et des moyens à mettre en œuvre dans ce cadre, j’ai pris mon bâton de pèlerin et me suis rendu à une réunion d’Ecolo consacrée à la problématique des sans-abri. Il avait fallu ferrailler pour obtenir la mise à l’agenda de ladite thématique, tant elle rebute les petits seigneurs des partis. Pourquoi Ecolo ? Parce qu’il me semblait, à juste titre, qu’il s’agissait du clan le moins entaché de corruption et, à tort, que c’était celui qui était resté, depuis sa fondation, le plus proche de ses valeurs initiales.

Le mini-caucus avait réuni une petite quarantaine de personnes, sensiblement moins que les  réunions mensuelles consacrées à d’autres sujets. C’est que le sans-abrisme, ce phénomène indigne d’une humanité prospère dite civilisée que d’aucuns camouflent derrière ce néologisme barbare et généralisant et des statistiques qui méconnaissent l’individualité de ceux qui en sont les victimes, gêne aux entournures. Fortement ! Car il contraint les apparatchiks, qu’il s’agisse de ceux définis à de multiples reprises en interne comme de « loyaux soldats du parti », c’est-à-dire ceux qui y traînent leur savate depuis une quasi-éternité et ont appris, au fil des ans, à faire la courbette devant les maîtres de pacotille successifs, ou de petits jeunes opportunistes qui, à la rébellion soixante-huitarde et au renouvellement des idées, préfèrent déjà la roublardise, bonne conseillère pour l’obtention de mandats, la couardise dans l’affirmation des priorités sociales et le masque soyeux de ceux qui cherchent à plaire, bref ceux qui sont vieux avant même d’avoir été jeunes, à jeter un bref coup d’œil dans ce qu’il leur reste de conscience. L’exercice était délicat, en effet, alors que le parti concerné était (et est encore) au pouvoir en région de Bruxelles-Capitale…

Il y avait là une certaine Herscovici, spécialiste de l’exclusion sociale adulée par la pseudo-gauche écologiste, qui parlait de « flux de SDF », auxquels elle reprochait de ne pas vouloir s’intégrer dans la société cauchemardesque qui leur est imposée, et de la priorité à accorder à l’arsenal bourgeois d’intégration, dont la clé de voûte est, comme de bien entendu, le travail obligatoire et aliénant. Il y avait aussi une petite pouffe libérale d’une vingtaine d’années, qui s’exclama : « Moi, les SDF, ça ne m’empêche pas de dormir ! » Puis il y avait une dame d’une quarantaine d’années environ qui a eu le courage d’expliquer, les trémolos dans la voix, la situation sociale peu enviable dans laquelle elle se trouvait malgré ses efforts exemplaires de recherche d’emploi et malgré sa foi dans un système pourri. En toute logique, son discours a choqué une large partie de l’assistance, tout occupée à s’écouter parler, à déclamer rationnellement et mécaniquement, sans l’écho d’un sentiment, la rhétorique de circonstance. C’est bien sûr sur elle que chacun a fait l’impasse : que faire, en effet – vous en conviendrez –, de toutes ces puériles et malhabiles émotions ?!

Certes, les bonnes intentions  dont éclate la pureté supposée sont, en toutes matières, à prendre avec des pincettes : louables en soi, elles ne s’appuient pas moins, souvent, sur des présupposés peu étayés et des certitudes inébranlables nuisibles à leur concrétisation harmonieuse, mais, dans le camp des censeurs aux idées et aux ambitions rabougries par la pensée collective en vase clos se lisait pourtant la peur, cette peur sourde que fait s’abattre sur eux la confrontation à un réel refoulé  qu’ils ont supplanté par leur propre idée, frelatée, du réel, celle de la compétition interindividuelle, de la soumission religieuse à l’ordre capital-corporatiste comme horizon indépassable, et du bradage d’idéaux.

Ainsi, imposer aux SDF de rentrer dans le moule rapetissant de l’idéal petit-bourgeois sans prendre un seul moment en compte leurs propres aspirations, ignorer leur vision de la société de peur de s’y trouver aspiré(e), n’équivaut-il pas à paternaliser / maternaliser un mendiant auquel, par incommensurable charité d’âme, l’on accorde une piécette à la condition expresse qu’il ne la dépense pas en achetant de l’alcool ? L’emploi de l’humain ou l’humain lui-même est-il la priorité ? La matière malléable ou l’individualité ? Le salut de l’âme ou celui du système ? Depuis longtemps, la politicaille de tous bords a répondu à ces questionnements, dans le sens que l’on imagine.

Comme le malin est réputé, dans la SF bon marché, être sorti les pieds les premiers du ventre de la Bête, les politicards, surtout les affidés de la Nouvelle Internationale esclavagiste, considèrent en priorité ce qu’il y a lieu de faire de la matière humaine plutôt que d’envisager la reconnaissance des bouts épars de matière sociale que sont les individus, et la contribution personnelle qu’il sont prêts à apporter au Tout. Si tous les emplois disparaissent, y aura-t-il bien davantage de sans-abri ? Sans doute, mais une autre équation, celle de l’égalitarisme des ressources financières d’abord, n’est-elle pas mieux à même de rendre compte de l’impasse des sociétés occidentales actuelles, ou plutôt de leur détermination sans cesse renouvelée, en dépit des signaux, en dépit de 2008, en dépit de l’architecture branlante de l’anti-modèle social en cours de réalisation, à gaver la classe moyenne inférieure et la caste des opprimés sociaux de leurs indigestes et délétères remèdes miracles ?

https://yannickbaele.wordpress.com/2012/10/08/remercions-gina-rinehart-la-grasse-bettencourt-australienne-davoir-mis-les-choses-au-point/

https://yannickbaele.wordpress.com/2012/09/28/stop-a-lassistanat-aux-entreprises-en-belgique/

SUR LE PLAN SOCIAL, QUELLE EST LA PRIORITE ? Voilà, en l’occurrence, la seule question pertinente. Elle s’adresse à la Belgique comme au bateau ivre nommé UE, qui entend présider à nos destinées. La stratégie du supermarché, les accords commerciaux gigantesques, sont voués à l’échec : plus vite l’on s’en rendra compte, mieux l’on évitera l’écroulement des cathédrales. Car le paradoxe latent actuel réside dans le fait que, parallèlement à un mouvement individualiste qui ne cesse, en occident, de s’accroître, les politiques imposées du haut s’adressent en un bloc à la masse, pour la contenir. La conclusion évidente à cet apparent dilemme est une refondation du modèle européen, auquel il incombe de toute urgence de rendre une taille humaine. Un maillage de PME me semble être, à cette fin, l’option la plus judicieuse, la plus ancrée localement, la plus innovante, la plus stimulante et la plus porteuse de solidarités intrinsèques : en d’autres termes, en finir avec le règne des multinationales, voilà la nécessité ! La ressemblance entre l’addition de ces monolithes privés et la forfaiture soviétique est désormais évidente : une pyramide d’intérêts qui se suffisent à eux-mêmes.

Quel que soit le chemin sur lequel s’engagera l’Union, si tant est que d’union il soit encore question dans dix ans, la priorité des priorités est la dignité individuelle de chaque citoyen, qui suppose l’application stricto sensu – mieux vaut tard que jamais – de la Déclaration universelle des Droits de l’Humain, condition sine qua non à l’éradication de la pauvreté, sa diminution étant insatisfaisante. Or, ce Grand-Œuvre requiert une gauche digne de ce nom, ni nostalgique du passé, ni renonciatrice sous couvert de maintien et de rafistolage d’une épave nommée Europe ! C’est d’un nouveau projet social, plutôt que d’un contrat, que nous avons tous besoin, d’une transition vers l’âge adulte qui passe par une redémocratisation à la source. Si l’Europe périclite, c’est parce qu’elle est imposée d’en haut, par des cliques enfermées dans des logiques suicidaires et sado-masochistes.

La construction européenne ne résistera à l’épreuve du temps que si la Montagne s’érige au départ de la base, c’est-à-dire du bas vers le haut. Elle n’a pas à être conçue comme une entité existante que chaque individu ou chaque clan aurait à escalader pour prouver sa valeur car, dans ce cas, elle se confinerait à la reproduction sociale. Enthousiasmer, susciter (bien plus que l’entreprise privée), convaincre : ces objectifs semblent actuellement hors d’atteinte pour les pseudo-visionnaires aux manettes, qui ont fait de l’ombre leur chérie pour asseoir leur pouvoir, alors que leur véritable vocation, à terme, est qu’ils s’éclipsent pour laisser la place à une société européenne mature. Ces lacunes fondamentales révèlent leur incompétence réelle.

L’empreinte chrétienne était, parmi d’autres, fort présente dans mon parcours d’éducation. La principale leçon que j’en ai retenue était l’entraide : si, lors d’une étape montagneuse de l’une ou l’autre course cycliste, un participant chute, il appartient aux autres de s’arrêter pour l’aider à se relever, parce qu’il est un autre être humain, peu importe l’équipe à laquelle il appartient. Faire fi d’une telle solidarité, voire accabler la victime, reviendrait à consacrer une victoire moralement frauduleuse qui concourrait à l’effondrement des principes mêmes sur lesquels se fonde le challenge.

L’écran de fumée de la compétition, par laquelle le pouvoir divise pour mieux régner, la conformité des pions de la base au modèle systémique dominant, en l’occurrence celui qui glorifie le reptilien « homo homini lupus »,  le dégoût et le mépris pour la véritable prise de risques, c’est-à-dire pour l’originalité et le non-consensuel, ne sauraient continuer longtemps de masquer ces évidences. Cela, pourtant, ni les hautes sphères de l’Europe, en ce compris les gouvernements nationaux, ni celles des Etats-Unis, qui capitalisent sur le déclin humain, ne semblent l’avoir compris…

*******

« Pauvreté et inégalités : conférence du Conseil de l’Europe les 21 et 22 février 2013 (1)

[…]

La transparence absente des négociations budgétaires européennes

***

Les Etats membres mettent en péril la cohésion sociale et l’avenir de l’UE

***

Bruxelles, 23 octobre 2012 – Le Réseau européen anti-pauvreté (REAP) appelle la présidence chypriote et le Président Van Rompuy à s’assurer le soutien des Etats membres pour [l’adoption de] la proposition de la Commission européenne relative au Fonds social européen, déjà appuyée par le Parlement européen. Invités par le Réseau à faire connaître leur position quant à cette initiative, seuls trois Etats membres ont répondu.

Insert d’une autre partie du document

« Tandis que la Belgique a indiqué, sans le moindre engagement direct, que la contribution du prochain budget européen à la lutte contre la pauvreté était cruciale, la Pologne et l’Irlande ont toutes deux fait savoir qu’elles étaient favorables à une plus grande flexibilité pour permettre aux Etats membres de déterminer eux-mêmes leurs priorités d’investissement. »

***

Alors que tous [ces derniers] se sont liés à l’objectif de réduction de la pauvreté, reconnaissant la nécessité d’un plan d’action et d’investissement commun de l’UE pour combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, il est probable que la plupart d’entre eux renient leur engagement en rejetant la proposition de la Commission européenne.

[…]

 « [Un tel rejet] constituerait le signe d’une inconsistance politique, compte tenu des engagements de réduction de la pauvreté pris par les gouvernements nationaux. Ce genre d’attitude met en péril non seulement la possibilité d’une telle réduction, mais aussi la cohésion sociale de l’UE à sa base, ainsi que son avenir [lui-même]. Il s’agirait là de la dernière ligne droite vers le désastre », [a indiqué Sergio Aires, Président du REAP].

« Dès lors qu’il est de plus en plus admis que les mesures d’austérité sont inefficaces et n’ont eu d’autre résultat que d’accroître et d’accentuer les niveaux de pauvreté et d’exclusion, l’investissement social par l’entremise des fonds européens destinés à la cohésion sociale est absolument nécessaire », [a ajouté, quant à lui,] Fintan Farrell, Directeur du REAP.

[…]

Les compétences [en matière de personnes sans logement] sont divisées au sein de la Commission européenne. D’un côté, il y a le Commissaire à l’Inclusion sociale, et de l’autre la Commissaire en charge des Droits fondamentaux, par ailleurs Vice-Présidente de la Commission européenne. […] [Le premier] souhaite investir dans ces personnes à long terme, pas en construisant de plus en plus de refuges d’urgence. [A son estime,] les personnes sans abri devraient être en mesure d’entrer, à terme, dans le marché de l’emploi [et de] participer à la société. La priorité au logement, telle est la politique promue par les Etats membres. […]

Nul ne peut être opposé à l’idée du logement d’abord, à la perspective de garantir, si nécessaire avec le soutien requis, à ceux qui en sont dépourvus un accès direct à un logement de qualité, plutôt que de les voir se perdre de refuge en refuge, mais il y a un hic. […] [En France, où a été votée la loi sur le droit au logement opposable, circule cette boutade :] « d’accord avec le logement d’abord, mais d’abord du logement ».

[…] »

********

« L’état du non-logement aux Etats-Unis en 2012 (2)

(rapport du 17 janvier 2012)

[…]Principales constatations

  • La population sans domicile a décru d’un pourcent, soit environ 7000 personnes, au niveau national, passant de 643.067 en 2009 à 636.017 en 2011. Dans la plupart des sous-populations étudiées, une réduction du nombre de personnes confrontées à l’absence de logement a été notée : familles, individus dans un cadre familial […] et individus [tout court]. Seuls les sans-abri font figure d’exception.
  • La réduction la plus significative est à pointer parmi les vétérans de guerre sans logement, dont la population a décliné de onze pourcents. Le nombre de sans-logement dans cette catégorie est passé de 75.609 en 2009 à 67.495 en 2011, soit une diminution de quelque huit mille unités.
  • Le taux national de non-logement était [en 2011] de 21 personnes par tranche de 10.000 habitants. En ce qui concerne les vétérans de guerre, il était de 31 personnes par tranche de 10.000 vétérans
  • Le non-logement structurel a décru de trois pourcents, de 110.911 en 2009 à 107.148 en 2011. Il a décru de treize pourcents depuis 2007. Cette diminution est imputée à l’augmentation du nombre de lits d’accueil permanents de 188.636 en 2007 à 266.968 en 2011. Ces derniers mettent un terme au non-logement structurel.
  • La majorité des personnes sans logement recensées se trouvaient dans des foyers d’hébergement d’urgence ou étaient inscrits dans des programmes de logement transitoire, mais près de quatre sur dix d’entre eux n’avaient aucun abri, vivaient dans la rue, dans des voitures, des bâtiments abandonnés ou d’autres endroits impropres au logement humain. La population sans abri, la seule qui ait fait l’objet d’une augmentation nominale, a crû de deux pourcents, passant de 239.759 en 2009 à 243.701 en 2011.
  • Le nombre d’individus dans des familles sans logement a décru d’un pourcent au niveau national, mais augmenté de vingt pourcents ou davantage dans onze Etats.
  • Alors qu’au niveau national, la population sans logement a diminué, elle a crû dans vingt-quatre Etats, ainsi que dans le District de Columbia. »

________________

(1)    Source : http://www.eunion-of-homeless.org/

(2)    Source : http://www.endhomelessness.org/library/entry/the-state-of-homelessness-in-america-2012

N.B. : la traduction des documents ci-dessus est libre, et la mise en gras ou en italique de certaines parties de texte relève d’un choix éditorial.

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.