BLOG EN GREVE GENERALE ! (post ‘mégamix’, mis à jour régulièrement)

Ce blog fut en grève générale du 23/11 au 31/12/12, pour des raisons amplement étayées ci-après.

C’est ce qui explique le caractère particulièrement touffu et confus du présent post. Bonne lecture !

***

Les pensées les plus sincères de l’auteur de ce blog pour 2013 vont à ceux,

both foreign and domestic, qui ont tout sauf quelque chose à fêter…

Syrie

APRES STALINE, A BAS LE SOCAPITALISME !

« La lutte des classes a fait un peu son temps, même s’il reste des antagonismes […]. »

Michel TOCARD, fossile socapitaliste et pute de Rockefeller, bras dessus bras dessous avec le patronat, 1999

DE LA NECESSITE POUR LE SIECLE D’UNE GAUCHE DECOMPLEXEE

QUI NE SOURIT PAS QUAND ELLE PREND DANS LE CUL,

et ose tourner le dos au totalitarisme des marchés pour inventer des sociétés nouvelles !

Trois SDF bruxellois

***

LE REVE EUROPEEN ORWELLIEN (ou son contraire) !

 « Le monde a été divisé en trois classes : la classe supérieure, la classe moyenne, la classe inférieure. […] Les buts de ces trois groupes sont absolument inconciliables. Le but du groupe supérieur est de rester en place. Celui du groupe moyen, de changer de place avec le groupe supérieur. Le but du groupe inférieur, quand il a un but, […] est d’abolir toute distinction et de créer une société dans laquelle tous les hommes seraient égaux. »

Delacroix, La Liberté guidant le Peuple

« Říkat pravdu v čase všeobecného klamu je revoluční čin. »

EU Sakharov Prize for Freedom of Thought & Expression

Free Brad !

«Political chaos is connected with the decay of language… one can probably bring about some improvement by starting at the verbal end.  »

F-T logos

« We have now sunk to a depth at which restatement of the obvious

 is the first duty of intelligent men. »

stock exchange dictating policy and justice

« Alle Tiere sind gleich. Aber manche sind gleicher als die anderen. »

Animal Farm pigs

« Ο Πόλεμος είναι ειρήνη. Η ελευθερία είναι σκλαβιά. Η άγνοια είναι δύναμη. »

« Guerra é Paz, Liberdade é Escravidão, Ignorância é Força.»

« La guerra es la paz. La libertad es la esclavitud. La ignorancia es la fuerza. »

1984 quote

« Diegene die het verleden controleert, controleert de toekomst.

Diegene die het heden controleert, controleert het verleden. »

« Istnieje prawda i istnieje fałsz, lecz dopóki ktoś upiera się przy prawdzie, nawet wbrew całemu światu, pozostaje normalny. »

No more cross, ever !

Jesus sez fuck 'em

« [Big business] has nothing to do with fair play. It is bound up with hatred, jealousy, boastfulness, disregard of all rules and sadistic pleasure in witnessing violence. In other words, it is war minus the shooting. »

Orwell & journalism

***

Yo, l’empereur, avant de prendre congé, en 2013, même pas cap…

–          d’injecter 5 milliards € supplémentaires dans Dexia ;

–          d’introduire un nouvel emprunt d’Etat à destination de la noblesse et des bourgeois milliardaires belges, dont le remboursement fera trimer les serfs ;

–          de faire la bise à Alex, ton nouveau pote, en public ;

–          de limiter les allocations de chômage dans le temps, au nom du benchmarking social du nivellement par le bas, comme le ferait sans hésiter la compétition ;

–          d’ôter une fois pour toutes, par la même occasion, leur citoyenneté aux chômeurs ;

–          de te faire faire un nouveau lifting ;

–          d’offrir à Scott Manyo, qui – le bougre ! – ne souhaite décidément pas retourner au Cameroun, un aller simple pour Islamabad, où il pourra rejoindre Parwais ;

–          de relancer sans coup férir Doel 3 et Tihange 2 ;

–          d’abroger la Justice pour les pauvres ;

–          de relancer le carrousel « Sharia 4 Belgium »

–          de faire trois fois le tour du parc de Bruxelles en courant, en vitupérant : « Maar ouate heeft NVA gueux dan ? » ;

–          d’organiser une énième amnestie fiscale pour les Belges helvétiques ;

–          d’intégrer Standard & Poor’s dans ton gouvernement ;

–          de démissionner, la queue entre les jambes ;

–          de faire la cour à Gutman pour qu’il fasse venir le grand black à Bruxelles, histoire d’accroître, au moment propice, ta popularité face aux méchants d’en face ;

–          de booster le business de ton frère Mario à travers une nouvelle joint venture avec Berlusconi ;

–          de danser le tango avec Albert de Laeken lors du Te Deum ;

–          de nommer le Phil à la place de ton frère spirituel Albert ;

–          de  choisir le macho pour lui faire prêter serment.

MEME PAS CAP !…

***

Dank Elio, dankzij jou zag ik het licht !

Misschien had u het gemerkt : ik ben drietalig (Nederlands, Frans en Engels). Daar moet ik echter niet over stoefen : in België is dit geen uitzondering. Al wie zich in de Brusselse straten en wijkjes waagt weet intussen dat het een van de meest kosmopolitische (met een ‘k’, alstublieft !) steden ter wereld is. Een beetje zoals in Amsterdam horen alle culturen, alle talen, er thuis. De mooiste stad in het universum is tenslotte niet voor niets uitverkoren tot Europese hoofdstad…

Tot op het bot ben ik immers een zinneke, plaatselijk woord voor bastaardje, op cultuurvlak wel te begrijpen. Tweetalige Vlaamse moeder, eentalige Franse vader (en dan nog van Bretoense afkomst, om het nog wat ingewikkelder te maken) : van kinds af aan ben ik letterlijk met twee culturele invloeden opgegroeid, in hetzelfde land ! Mij hoef je dus geenszins de les te spelen wat multiculturalisme en mixiteit van de invloeden betreft.

Een prachtig symbool had mijn stervend vaderlandje kunnen worden, ware het niet voor generaties Waalse en Vlaamse politici, die er jarenlang voor hebben gezorgd dat er tussen de twee belangrijkste gemeenschappen, de Latijnse en de Germaanse, zo weinig mogelijk bruggen zijn gebouwd, zij het op vlak van onderwijs, media, taal, of noem maar op. Opgeruimd staat netjes, of, zoals in het Frans soms wordt gezegd, chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées. Met andere woorden, gebrek aan visie, incompetentie, cliëntelisme en machtswellust liggen aan de basis van alle problemen die we nu meemaken.

En al zie je de laatste jaren meer en meer interessante en vaak ook vruchtvolle uitwisselingsinitiatieven opduiken, o.a. tussen de KVS en het Théâtre national, dat tij zal niemand meer kunnen keren : like it or not, er leven in België inderdaad twee volkeren naast elkaar, die minder en minder gemeen hebben en meer en meer uit elkaar groeien.

Er zijn geen Belgen, sire”, schreef Jules Destrée, begin vorige eeuw, in een welbekende brief aan de eerste Albert met dezelfde arrogantie en valse superioriteit die talloze hedendaagse Vlaamse nationalisten kenmerken. Desondanks de Flamenpolitik, waarmee de Duitsers tijdens beide wereldoorlogen tegelijk het pangermanisme wensten te promoveren en de vijand probeerden te verzwakken door zijn schijneenheid af te breken, en waarbij talloze van haar leden – ver van allen, echter – ideologisch gesneuveld zijn, moet men in alle eerlijkheid de Vlaamse beweging toekennen dat ze rusteloos heeft gestreefd voor alle nu voor de hand liggende rechten van de Vlamingen, te beginnen met lesgeven in hun eigen taal.

Dit over tientallen jaren gespreid cultureel offensief heeft de Franstaligen verdeeld : enerzijds heb je altijd de louter Waalsgezinden gehad, die hamer(d)en op de noodzaak aan een tegenoffensief en wier mond grotendeels, bij de Franstalige socialisten althans, door Di Rupo werd gesnoerd, terwijl anderzijds een groot deel van de adel en van de grand-bourgeois met veel nostalgie aan België als concept, weliswaar het België van toen, zijn gehecht gebleven…

Tijdens de beruchte vijfhonderdeenenveertig dagen van de laatste regeringsformatie zag je af en toe groepjes bestaande uit een klein honderd man voor het koninklijk paleis (dat van Brussel-Centrum) defileren tegen het separatisme. Het grootste deel van hen – zo viel uit de reportages die de Vlaamse pers over hen maakte af te leiden – bleek echter geen Nederlands woord kwijt te kunnen, tenzij af en toe met dat typisch blasé accentje.

Zielig allemaal, eigenlijk, een beetje zoals die Premier die we nu hebben, Leburton – euh, sorry, Di Rupo – die altijd al een politiek apparatsjik is geweest maar blijkbaar de tijd nog niet heeft kunnen vrijmaken om eens grondig de eerste taal van het land dat hij beheert te leren. Het gesprek met Rutte in Den Haag, in januari van dit jaar, over de mogelijke ontpoldering van een stukje Zeeland, het vruchteloos terugdringen van het hasjgebruik in puriteins België, en wat nog allemaal, is waarschijnlijk in gebarentaal doorgegaan… En van zo’n eentalige eerste minister wordt dus verwacht dat hij internationaal de Vlamingen vertegenwoordigt. Op taalvlak zijn er arbeiders die het beter zouden kunnen !

Rupo is zogezegd een socialist; hij was zelfs enkele jaren voorzitter van hun internationale koepel. Niettemin heeft hij ermee ingestemd om gedurende twee jaar alle lonen te bevriezen, de werklozen onder de armoedegrens te jagen, hun pensioen drastisch te verlagen, perfect geïntegreerde en Nederlands sprekende asielzoekers zonder enig medeleven naar landen zoals Afghanistan terug te sturen, enzovoort. Met andere woorden, liever strijden voor een lege romp dan tegen sociale achteruitgang. Rupo, de NVA-booster malgré lui, is dus bereid om allerlei soorten pillen te slikken om het land van zijn gedachte, een land dat niet bestaat, in stand te houden. Van zijn idealen is er niets overgebleven, al probeert hij ze nog met de marketingtrucjes van een reddeloze oude clown aan zijn electoraat te verkopen ! De nietsbetekenende  maatregeltjes volgen elkaar op, zonder de minste visie, de minste coherentie.

Maar wat als we nu het prisma eens anders bekeken. Hoe zouden Vlaanderen, Wallonië en Brussel er uitzien mocht de Belgische Staat, na al het politieke getouwtrek van de afgelopen twintig jaar, de opeenstapeling van Staatshervormingen en het steeds groeiende ongenoegen, eens en voorgoed gesplitst worden ? Zou een hereniging met Frankrijk eigenlijk geen heropleving van de Waalse gemeenschap en economie tot gevolg hebben, waardoor de Walen eindelijk met de Vlamingen gelijk zouden staan ? En zou er, aan de andere kant van de taalgrens, geen nieuw leven in het linkse gedachtegoed worden geblazen ? Momenteel wordt de Vlaamse vervoersmaatschappij ertoe verplicht anderstalige reclame op haar bussen te weigeren wegens louter misplaatste ideologische beschouwingen : is dit echt serieus ? Is de splitsing van België niet dé conditie voor het overleven van een of andere vorm van Vlaams progressisme, en misschien zelfs voor een herwaardering van het Frans, zoals in bepaalde Nederlandse kringen het geval ? Ik ben er echt van overtuigd !

Wie weet houdt zo’n oefening ook nog merkwaardige verrassingen in petto. Die onbetaalbare Staatsschuld ? Zand erover ! Brussel ? Brussels DC, verdorie, als het Europa waar ze hier van dromen ooit werkelijkheid wordt, zij het in eerste instantie met een beperkt aantal voorstrevers ! Tsjechië en Slowakije hebben de weg getoond. Nu enkel nog volgen, en eindelijk komaf maken met deze politieke schizofrenie waarin ons land met regelmaat verzuipt !

Weg met een van de slechtste Belgische regeringen ooit, weg met de door de financiële markten aangestelde schijnpremier, en, ja hoor, namens het progressisme, weg met het Belgenland, enkel en alleen omdat het spijtig genoeg niet anders meer kan !

Vlaamse Staat zonder haat

***

DEVINETTE DU NOUVEL AN : c’est quoi, ça ?

Ca prononce deux discours par an, que ça n’écrit même pas, dans lesquels ça s’avère incapable de respecter son devoir de réserve. Ca babille quelques mots à peine de la langue de la principale communauté de ce pays. Ca coupe des rubans et prend part à des foires. Ca chie du fric opaque, en grande partie celui qu’a rapporté l’esclavage des Congolais. Et, quand ça n’était pas encore en fonction, ça s’est laissé allé aux pires débauches, à l’occasion desquelles ça a notamment pondu des mioches à la pelle. Ca se permet de paternaliser deux peuples entiers alors que ça devrait regarder plutôt à la fois dans son propre portefeuille et dans son caleçon !

Indice : « La dotation de la famille royale augmentera en 2013 de 300.000 euros, pour s’établir à plus de 11,5 millions d’euros, rapporte De Tijd sur base du budget présenté par le gouvernement au parlement. »

Source : http://www.lesoir.be/144051/article/actualite/belgique/2012-12-26/dotation-d%E2%80%99albert-ii-augmente-300000-euros

A BAS LA MONARCHIE ET SON LAQUAIS EMPAPILLONNE !

***

IN ou OUT : le sondage de Nowel

« EN CES TEMPS PERTURBES QUE NOUS VIVONS, SOYONS VIGILANTS, ET MONTRONS-NOUS LUCIDES FACE AUX DISCOURS POPULISTES. ILS S’EFFORCENT TOUJOURS DE TROUVER DES BOUCS EMISSAIRES A LA CRISE, QU’IL S’AGISSE DE L’ETRANGER OU DES HABITANTS D’UNE AUTRE PARTIE DE LEUR PAYS. CES DISCOURS EXISTENT AUJOURD’HUI DANS DE NOMBREUX PAYS EUROPEENS ET AUSSI CHEZ NOUS. »

Weird Al Jankovic, 24/12/12

A ma gauche, un jeune réfugié afghan orphelin parfaitement intégré, disposant d’un emploi d’ouvrier et parlant parfaitement le néerlandais, expulsé sine die de Belgique en juillet dernier par le gouvernement de l’ancien président de l’Internationale socialiste, en raison du climat apaisé qui règnerait désormais dans son pays, et qui a dû, à présent, fuir vers le Pakistan en raison des menaces de mort dont il fait l’objet.

Voici les posts qui lui ont été consacrés précédemment sur ce blog : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/07/09/maggie-de-block-eleve-exemplaire-de-gueant-dans-un-gouvernement-preside-par-un-socialiste/

https://yannickbaele.wordpress.com/2012/07/11/si-parwais-sangari-est-assassine-ce-sera-la-faute-au-mammouth-flamand/

A ma droite, une espèce de sale vermine milliardaire des eighties, qui rachetait des sociétés pour des peanuts puis les revendait, quelques mois plus tard, un gain considérable en poche et des centaines d’employés sur le carreau, un sale ado qui n’a jamais grandi et ne connaît pas ses limites, un ami du véreux donneur de leçons Kouchner, dont la cire du masque d’arrogance a fini par s’effriter, une raclure tout de gouaille et de frime pour midinettes prépubères, comme on les vénérait encore il y a peu en terre gaulliste, qui a, pour échapper au fisc de son pays, établi à Bruxelles (Chaussée de La Hulpe, 178), une société fictive dans laquelle il pompe une partie toujours plus grande des quelque 300 millions € que lui ont versé dernièrement les contribuables français, symbole de la décadence de notre pays, qui tape toujours plus sur ses miséreux mais accueille à bras ouverts les cailleras de la finance internationale.

En cette période de pieuse charité, chacun d’entre vous dispose exceptionnellement d’un carton vert (in) et d’un carton rouge (out). Le jeune ouvrier afghan demandeur d’asile permanent ou le vieux milliardaire sur le retour ? A vous de choisir !

***

PAYS-BAS : OPSTELTEN, SES PETITS PROTEGES LIBERAUX-CONSERVATEURS,

LEURS CRIMES SUPPOSES, LA LOI ET L’ETHIQUE : « EEN POTJE NAT ! »

sceptre et couronne des Pays-Bas

Opstelten

« Rien ne s’oppose à ce que des voyants continuent de donner un coup de main à la police dans la résolution de certaines affaires. Voilà l’avis d’Ivo Opstelten (Justice et Sécurité). Il ne voit aucune raison d’interdire l’usage de paragnostes.

Certains délits sont si importants quant à leurs conséquences pour les victimes, sans parler des proches de ces dernières, que le ministère public souhaite considérer toutes les options pour leur résolution », affirme Opstelten. […] Il est nécessaire [pour cela] que l’enquête à l’aide des méthodes habituelles de recherche se soit engluée. […] »

Source (NL) : http://www.powned.tv/nieuws/binnenland/2012/12/opstelten_helderzienden_zijn_o.html

« Les Américains inquiets du sort des accusateurs de Demmink, en danger

Les membres du Congrès américain Ted Poe, Jim Costa et Christopher H. Smith ont fait part, dans une lettre à l’ambassadeur de Turquie à Washington, de leur inquiétude quant à l’intégrité physique des témoins turcs qui ont accusé l’ancien secrétaire-général de la Justice J. Demmink de les avoir violés. […]

« Il semble que les victimes se soient vu promettre de l’argent et que tant eux que des membres de leurs familles aient été menacés. Selon leur avocat, les menaces et intimidations ont été signalées auprès du procureur de Diyarbakir, mais les victimes  n’ont pas encore reçu de protection, ni quelque soutien que ce soit », écrivent les congressistes. […]

« Les victimes ont eu le courage de porter plainte contre un puissant haut fonctionnaire étranger, J. Demmink. Ces victimes (Mustafa et Osman) et le fonctionnaire de police qui affirme les avoir amenées à Demmink sont montées au créneau en Turquie avec des accusations détaillées de viol par Demmink à l’occasion des visites de ce dernier à ce pays au cours des années ’90. Il a été mis un terme à l’enquête néerlandaise sur base des affirmations de Demmink selon lesquelles il ne se serait pas rendu en Turquie après 1987. Néanmoins, divers témoins, tant au sein de l’administration qu’en dehors de celle-ci, se sont fait connaître en Turquie, contestant cette affirmation », concluent les trois politiciens américains. »

Source (NL) : http://www.katholieknieuwsblad.nl/nieuws/item/3092-amerikanen-bezorgd-over-bedreigde-aangevers-van-demmink.html

« Contre l’avis de ses principaux fonctionnaires, le […] ministre Ivo Opstelten (Justice et Sécurité, libéral-conservateur) [a nommé] l’ancien conseiller Pieter Cloo [libéral-conservateur] comme nouveau secrétaire-général de son ministère. […]

Opstelten [voulait] à tout prix quelqu’un d’extérieur au microcosme haguenois traditionnel, ainsi qu’un coreligionnaire en guise de successeur à […] Demmink (libéral-conservateur). Maints fonctionnaires doutent toutefois des capacités dirigeantes et de la loyauté de Cloo; au sein du ministère, il a la réputation d’un goujat. […]

Pieter Cloo est très controversé après avoir, dans le cadre de sa fonction [de vice-président] de l’UWV, fait effectuer des travaux de rénovation pharaoniques aux frais du contribuable. Le coût de [ladite] rénovation s’élevait à 1149 € par mètre carré. Ultérieurement, il aurait menti [à un ministre] quant à la hauteur de ce montant. […] »

Source (NL) : http://www.powned.tv/nieuws/politiek/2012/09/opstelten_wil_partijgenoot_in.html

« Blanchiment d’argent par l’entremise de l’UWV

Des criminels continuent d’utiliser le site de l’UWV [une institution majeure de la sécurité sociale néerlandaise] pour abuser des chômeurs, par exemple en laissant les demandeurs d’emploi blanchir de l’argent à leur profit. […]

En début d’année, le helpdesk ‘fraude’ a tiré la sonnette d’alarme à propos de ce phénomène. Ainsi, les demandeurs d’emploi se voient proposer par exemple un bel emploi administratif. Depuis leur domicile et à partir de leur propre compte bancaire, il leur incombe alors d’accuser réception de sommes d’argent qu’ils auront à transférer vers divers comptes tiers. […] Après que les victimes, qui ne se doutent de rien, ont effectué deux ou trois blanchiments d’argent, elles sont mises sous pression par les criminels, qui semblent être originaires principalement de l’ex-bloc de l’Est, et elles doivent également rembourser le salaire engrangé. […] »

Source (NL) : http://www.spitsnieuws.nl/archives/binnenland/2012/12/witwassen-via-het-uwv

***

« Ghosts of Xmas past » (pause philo)

Au défi, les fantômes vous mettent…

Affirmation du premier fantôme

« La fragilité affichée est la marque d’abandon et de faiblesse par laquelle un individu

rend possible à d’autres de le (la) maîtriser. »

Gabriel Ringlet, Eloge de la Fragilité

Affirmation du deuxième fantôme

Mickey Mouse Jr

« La monstruosité, lorsqu’elle est supposée définir et délimiter la différence, n’est en réalité que la projection de l’absence d’empathie de ceux et celles qui portent le jugement. »

Max Papeschi, Nazisexymouse

http://www.maxpapeschi.com/site/?page_id=164

Affirmation du troisième fantôme

« Dans la vie, il y a deux sortes de gens : les dominants et les dominés. »

***

« Oh, mon Dieu, l’extrême-droite est le troisième parti grec. »

 Jabba the Hut Venizelos

« YO, MUTHERFOCKER ! »

Tant que l’on n’aura pas compris que la vente de l’idée européenne sous le paravent de garante de la paix ne signifie plus rien pour ceux nés après soixante, bien moins encore pour ceux nés après nonante, l’on n’aura rien compris. Cette Europe est vide. Cette Europe est creuse. Elle ne porte d’autre projet que l’asservissement, le sien propre aux obscures et antidémocratiques puissances de la finance, et celui de ses sujets à l’implacable logique consuméro-productiviste mercantile. Qu’est-il advenu du Livre blanc de Delors, des grands travaux d’infrastructure supposés créer le maillage nécessaire au déploiement et à l’échange au sein des frontières européennes, un TGV transeuropéen à un prix abordable pour tous les citoyens, par exemple ?

Il n’y a plus d’hommes d’Etat, il n’y a plus que des lèche-culs robotiques soumis, apeurés ou résignés. Les technocrates sont des créatures nuisibles sans la moindre vision dont il faut se débarrasser. La religion de l’économie capital-corporatiste est une idéologie qui ne mène pas vers le Ciel, mais vers le centre de la Terre, où sont bradés, en guise d’offrandes à la flamme de l’oubli, tous les idéaux, toutes les références historiques, toutes les pensées philosophiques qui font la richesse véritable de notre continent, et avec eux nos consciences et nos âmes.

C’est une génération entière, la mienne, que les merdeux du pouvoir frelaté sont en train de vouer aux gémonies sur l’autel de la falsification sacrificielle rédemptrice. LEUR EUROPE est un leurre vecteur d’affrontements et de soumission. Ce n’est plus l’Europe des Schuman et autres Monnet, dont les cerbères – les chiens, donc – de la misère organisée ne cessent hypocritement de tresser les louanges. LEUR EUROPE va droit dans le mur, et elle s’en félicite. LEUR EUROPE est dépassée, et ils ne s’en rendent pas compte. LEUR EUROPE est rabougrie, et elle s’en fout !

Le socialisme de pacotille s’est vendu aux plus offrants tout en prétendant maintenir la morale bourge de l’ordre social. La social-démocratie européenne est morte ! Elle n’est plus qu’un squelette sur pattes qui prétend montrer la voie.

La fin des idéologies et de l’Histoire ? La fin de LEUR EUROPE, oui, et de tous les traîtres avec elle !

 ***

 « Έργο καθιστά ελεύθερη. »

Pulvérisation de la nouvelle pensée unique propagandiste et submissive de masse

Combien de fois entend-on un discours si structuré, si vrai et si innovant dans les médias mainstream ?

« Έργο καθιστά ελεύθερη. »

***

Et vlan : double peine pour les chômeurs ! En plus de réduire drastiquement leur allocation de subsistance, les plongeant ainsi sous le seuil de pauvreté (!), la roupette vient, comme l’annonçait hier Ter Zake (sur la chaîne Canvas), de marquer son accord quant à une diminution de leur pension ultérieure, ramenée à un « minimum assuré ». C’est qu’on finirait par regretter Leterme…

Nouvelle victoire du bon sens, pourtant : il vaut mieux cela, en effet, que de guillotiner un chômeur par mois sur la place publique, histoire d’inciter ses comprofiteurs à se mettre à quatre pattes devant les Brigadeführer du marché de l’emploi. Hors de mire, aussi, la suppression des provinces et la réduction du financement des partis…

« Depuis 1989, plusieurs mécanismes de financement ont été mis en place. C’est notamment le nombre de voix obtenues aux élections législatives qui détermine le budget octroyé par l’Etat aux partis. Ainsi, chaque formation reçoit une somme de 1,25 euros par vote valable engrangé lors des dernières législatives, un système repris par les Parlements régionaux. A ces sommes s’ajoute un forfait de 125.000 euros.

Il faut également tenir compte des subsides, accordés à hauteur de 50 000 euros par élu, à tous les groupes politiques possédant au moins cinq sièges à la Chambre. « Les partis bénéficient aussi d’une aide apportée par des centres de recherches et différentes organisations du même type. Rappelons aussi que du personnel est fourni comme des collaborateurs administratifs, par exemple », explique Dave Sinardet, politologue à la VUB et à l’Université d’Anvers. »

Source : http://www.references.be/carriere/combien-coutent-les-dotations-des-partis

« Pour l’année 2002, le montant indexé pour tous les partis réunis s’élève à 7.956.929,80 euros pour la Chambre et 7.964.587,36 euros pour le Sénat.

[…]

Chaque parti peut consacrer au maximum 1.000.000 d’euros aux campagnes électorales. Il existe également une limitation pour les candidats individuels, par liste et par circonscription électorale. En ce qui concerne la Chambre, le nombre de candidats qui peuvent dépenser maximum 8.700 euros augmentés de 0,035 euro par électeur est limité au nombre de députés sortants dans chaque circonscription électorale +1.

Tous les autres candidats effectifs, ainsi que le premier candidat suppléant, peuvent dépenser maximum 5.000 euros et tous les autres candidats suppléants peuvent dépenser maximum 2.500 euros.»

Source : http://recueil.apf-francophonie.org/spip.php?article51

Ouf, la démocratie est sauve ! N’oublions tout de même pas que tous ces serviteurs se sacrifient pour l’Etat !!! Que ferions-nous sans leurs prospectus par centaines et leurs jolies affiches colorées aux slogans exotiques ? Nous serions contraints de rester scotchés à la presse traditionnelle, où leurs facce de Big Brothers et Sisters passent en boucle comme s’ils étaient nos proches. Vous n’y pensez pas !

Non, non, l’on a bien fait de s’en prendre aux chômeurs !

Le poing baissé était déjà un signe de mécréance !

***

TIC – TAC – BOOM !

Que nous avions tort ! Que nous nous sommes mépris : Di Rupo a des couilles et Turtelboom est le clone d’Onkelinx !

 Nous avions imaginé la formalisation finale du Grand Dessein de la Justice pour nantis, tant il est vrai que lorsque l’argent fait la loi, il n’est point d’autre loi nécessaire. Nous étions convaincus que l’accès égal de tous à la Justice, pilier sans lequel toute démocratie s’effondre, serait raboté davantage encore. Nous concevions déjà le recours aux armes en guise de pis-aller face à un système dont nous pensions qu’il n’avait que faire de ceux qui ne vénèrent pas l’économie.

Or, non seulement la bave de l’austérité n’a pas atteint la blanche colombe Thémis, mais, de plus, les libéraux flamands, qui conspuent pourtant la collectivité, viennent d’annoncer, par la bouche de leur ministre, leur intention d’instituer la mutualisation des frais judiciaires. Une révolution, rien moins !

En l’état actuel des choses, c’est un peu plus de 30 millions € – un budget à nul autre pareil ! – qui sont consacrés annuellement à l’assistance juridique (partiellement ou totalement) gratuite, c’est-à-dire à la mise à disposition, pour Dieu, d’un avocat généreux, tenace et hyper-compétent à ceux qui, sinon, ne pourraient recourir à ce luxe. Organisateur de la fronde gréviste de ses ouailles contre les conditions de vie miséreuses, terribles et indignes dans lesquelles les plonge un Etat exsangue, le Barreau francophone réclame à lui seul le double de ce montant.

En conséquence, des arbitrages s’imposent : assurance privée libre et facultative, hausse du palier de revenus à partir duquel un citoyen peut avoir recours à l’assistance juridique, impôt qui s’abattrait sur quiconque intente une action en justice (1) ? Rien de tout cela…

« Nous pensons, par exemple, à l’introduction d’une franchise forfaitaire, comme il en existe une dans la sécurité sociale ou le monde des assurances […] », déclarait, le 14 décembre dernier, dans Ter Zake, sur Canvas, la parachutée anversoise chargée de veiller au grain (à l’ivraie ?) judiciaire.

Quel que soit le modèle retenu, c’est donc vers une mutualisation des frais d’avocats et de procédure que l’on se dirige. Les nantis tremblent déjà ! Une révolution, vous disions-nous !

_________________

(1)    Lire (NL) : http://www.gva.be/nieuws/experts/johndewit/aid1200883/salduz-na-vijf-maanden-werking.aspx

***

Sur l’album de l’archisèche Marquise…

Face à la philo, la fuite : la mouche Notmee atteinte du syndrome Liekendael ! « A nous, Poelaert ! A nous, vous dis-je ! »

Michal Gugu a vomi à la gueule du juge Clébard en pleine messe noire. Ca a bien fait rire l’Advo-Kat général ! Gugu compte présenter son nouveau tube planétaire, « Just is SIEG ! SIEG ! ZIQUE ! big business. Heileluïa ! » à un public sélect dans les catacombes de BOZAR. Tenue d’Eve exigée…

Frère Benoît a cassé la tirelire du petit Grégory. C’est la peine de mort assurée !

« ’69, année éwotiek », le dernier remix en date d’Urbanus, fait figure de favori en guise de nouvel hymne du Keizerrijk Vlaanderen. La concession fatale du castor ?

Est-il certain qu’avec tout ce gras, l’ambassadeur martien honore de son vert membre le gala d’ouverture du Sodobar ?

Ju, ta meuf a appelé. Elle a plus de bitter lemon ! Elle espérait que tu pourrais la dépanner.

« Tetszik amit látok », lui lança mélodieusement Roland. « That much, huh ? », sourit Mickey…

***

« J’ai entendu une interview, il y a quelques années, [de Carlos Ghosn]. On m’avait décrit un tigre de l’industrie, un type incroyable. Il arrive au salon de l’auto. On lui [demande si ce sera difficile]. Il [répond que oui, en précisant que] par prudence, il faudrait quand même [licencier] un peu. [En fait, c’est un minable technocrate] sans la moindre idée. […] Ces gens qui nous fabriquent la fatalité ne sont pas des inventeurs ! Ce ne sont plus des inventeurs ! Or, les syndicalistes et les travailleurs sont parfois des inventeurs. »

Didier Bezace, homme de théâtre, Ce Soir ou jamais, 04/12/12

***

« Je n’ai jamais été banquier et ma connaissance de ces questions a toujours été superficielle. » (*)

Momo, l'ange exterminateur

Maurice Lippens (alias Momo Chtencull), ancien président du CA de Fortis (banque balayée en 2008 par la crise financière en raison d’investissements et de stratégies foireuses, rachetée pour des cacahuètes par BNP Paribas), inculpé pour délit d’initié, le 16/11/12

(*) Sources (NL) : http://www.youtube.com/watch?v=RWHtxb668es

http://www.demorgen.be/dm/nl/996/Economie/article/detail/1535370/2012/11/16/Lippens-schiet-op-iedereen-en-was-nooit-bankier.dhtml

 « Je ne suis pas un spécialiste de l’aviation. » (**)

Steevie Davie, son loden déchiré, sa pipe

Etienne Davignon (alias Steevie « Da Bilderberg Head » Davie), ancien vice-roi de Belgique, ancien VP de la CE, président du CA de Brussels Airlines (société qui vient de décider le gel des salaires de ses employés ainsi qu’une flexibilisation accrue de leur labeur, en raison de pertes successives de dizaines de millions €), le 05/12/12, entre 2 éructations glaireuses

 (**) Source : Ter Zake, VRT

« Je ne suis pas responsable du bordel. » (***)

Zan-Luc Geen- Commentaar

Zan-Luc Dehaene (alias « Geen Commentaar »), ancien président du CA de Dexia, banque en liquidation bourrée d’actifs toxiques, ancien premier-ministre du Royaume de Belgique, ancien parlementaire européen, ancien administrateur omniscient de près de 20 grandes entreprises belges, le 07/11/11

(***) Source (NL) : http://www.gva.be/nieuws/economie/aid1090089/dehaene-over-dexia-niet-verantwoordelijk-voor-de-puinhoop.aspx

Traduction libre mais non tronquée

***

Les nouveaux chiens de garde (docu)

Erin Brockovich vs. Erin Burnett : médias mainstream putes du pouvoir ?

Lorsque la mosaïque formée par la somme des angles supérieurs est tellement discordante de la mosaïque globale et réductrice par rapport à celle-ci, il est inévitable qu’une tension surgisse. Il appartient aujourd’hui à chacun de s’interroger sur ce à quoi cette dernière donnera lieu…

***

(extrait de « Body Without Soul », documentaire de 1996 du réalisateur Wiktor Grodecki)

Tournesols

Bien qu’en grève, le présent blog ne s’interdit pas, lorsque son auteur sent monter la sève ou qu’un sujet particulier tend à le faire gerber copieusement, d’incliner le projecteur sur l’un ou l’autre sujet particulier. Jusqu’à présent, c’est principalement, sous ses diverses déclinaisons, à l’injustice sociale structurelle dont nos sociétés occidentales périclitantes font désormais, au nom, bien sûr, de la réalité une et indivisible, leur pilier principal, qu’il s’est autorisé l’une ou l’autre digression. Mais il importe, aujourd’hui, de rendre un hommage…

Un hommage poignant, viscéral, sincère, oserait-on écrire intime, à ce frère lointain et proche à la fois, ce cousin en quelque sorte, qui, en toutes circonstances et sous les pires auspices, a bravé, ces dix dernières années, le pugilat populaire d’une poignée de fanatiques subversifs aux relents poujadistes. Ecrivons-le sans crainte : Broeder Demmink, nous serons toujours avec toi !

Avec toi contre les meutes rugissantes qui, après avoir réclamé à cor et à cri, sans l’obtenir, ta démission de ton poste de secrétaire général du ministère de la Justice et de la Sécurité des Pays-Bas, où tu étais paisiblement logé depuis 2002 et dont tu as eu, en raison de ton âge avancé, à te défaire le mois dernier, cherchent, aujourd’hui encore, par l’entremise d’articles divers – tous fallacieux, bien sûr –, de commissions parlementaires américaines biaisées, voire d’intimidations – on aura tout vu ! – à t’avilir, toi, le fidèle serviteur de l’Etat batave, toi qui t’es sacrifié pour le Bien de tes compatriotes, toi qui as fait de ton maroquin un sacerdoce ! Il en est décidément qui ne reculent devant aucune bassesse !

Car, affirmons-le tout de go, la succulence que tu éprouves à engloutir des bites et à coincer la tienne dans d’alléchants petits Prdele ne saurait, en toute franchise, en ce millénaire naissant éclairé de mille lumières, être retenu à ta charge. Qu’elle te fût imputée, soit, mais honni soit qui mal y pense, tu en conviendras. Malsain est ce persistant amalgame qui tend à associer de facto les pratiques qui précèdent avec l’expression d’un amour des enfants qui excède de loin leur âme. Voudrions-nous, en effet, un retour à l’âge des cavernes du milieu du siècle dernier, lorsque des descentes de la police des mœurs égayaient régulièrement les night clubs homosodomites ? Que nenni ! Cela n’aurait ni queue ni tête, tant le velours que choisit la première – que la seconde la suive ou non, à défaut de la précéder, est l’affaire des intéressés – n’a, dans le cadre d’un consentement éclairé, à être confronté à aucune autre médiation. Les médias mainstream et leurs spécialistes attitrés ne s’y trompent pas, d’ailleurs, qui font, à de très rares exceptions près, l’impasse totale sur ton cas, fossilisant ton dossier (le gelant, en quelque sorte) jusques aux grecques calendes.

Au diable, donc, les diverses accusations qui t’impliquent dans le viol répété de mineurs, tant dans ton pays nouvellement forteresse qu’en Tchéquie et en Turquie : tous soudoyés, ces malotrus, tous au service d’un agenda inavouable ! Comme l’affirme, dans la foulée de l’ambassadeur pays-basien aux Etats-Unis, le preux ministre qui exerce sa tutelle sur le département où tu excellais, des « enquêtes approfondies » ont permis de démontrer toute leur impertinence. Certes, lesdites enquêtes ont été effectuées sous le sceau d’un mandat qui, sous le prétexte de la plausibilité a priori d’une accusation, excluait tout devoir d’enquête particulier (1), notamment vis-à-vis de tes accusateurs turcs, parmi lesquels d’anciens policiers et d’anciens membres des services secrets, mais nous savons tous avec quelle facilité ces gens-là mentent, n’est-ce pas ? Après tout, s’il doit son origine à la langue persane, le mot ‘bakchich’ n’a-t-il pas transité par le turc avant d’atteindre le berceau du monde industrialisé, civilisé en somme ? Et puis, comme dirait Jack, « il n’y a vraiment pas de quoi fouetter une soubrette » ! Ces pays-là ont d’autres mœurs, cela se sait bien !

Quant à la conversation téléphonique retranscrite a posteriori dont certains prétendent qu’elle acte la commande par tes soins à un maquereau depuis lors décédé d’un ou deux nouveaux petits objets de désir d’une douzaine d’années, il ne peut s’agir que d’une falsification. Nul n’ignore comment, parfois, certains policiers fonctionnent, tu étais bien placé pour le savoir…

Innocent, tu es, Jo, au début de ce XXIe ce que Dreyfus fut à la fin du XIXe. En vérité, je te le dis, tu es la véritable victime, dans cette louche affaire qui mêle allègrement, en un gigantesque tourbillon d’ordures, les Ridgeston, les Schadwald, les Dutroux et les Demmink de ce monde !

Tu mérites notre respect, Jo, à nous tous ! C’est pourquoi, faute d’autre interlocuteur, nous en appelons au Ciel et nous crions : « (s)nuff about that, free Willy » !

____________

(1)    Source : http://www.katholieknieuwsblad.nl/nieuws/item/2951-ministers-scharen-zich-achter-demmink-brief.html

Pour davantage d’informations, lire le post suivant : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/11/16/en-plots-voelden-ze-iets-onderaan-en-ze-keken-ja-hoor-hun-onderbroekje-was-vol-stront/

***

Les sujets qui suivent sont sans lien avec ce qui précède.

***

Lolita

« Le clivage politique n’est pas du tout celui [dont fait état] le débat médiatique ordinaire. Il y aurait la droite, il y aurait la gauche. Le parti socialiste serait la gauche, qui serait contre la droite, etc. La ligne ne passe pas du tout là : le véritable clivage passe entre ceux qui sont implicitement d’accord – et d’un accord inavouable – pour travailler à l’intérieur du cadre et ceux qui, d’autre part, veulent sortir du cadre et le refaire. C’est la différence fondamentale, et c’est ça, la différence entre la droite et la vraie gauche. La vraie gauche, c’est celle qui veut refaire le cadre. Or, écoutez les propositions du parti socialiste officiel […], vous n’y [entendrez] strictement rien qui soit de nature à altérer significativement les contraintes structurelles qui forment le cadre en question. Ces contraintes structurelles […] sont au nombre de trois, [ce qui rend le cadre] triangulaire : premièrement le régime du commerce international, c’est-à-dire le libre-échange, [dont fait partie] la liberté des investissements directs, c’est-à-dire ce qui, très concrètement, autorise les délocalisations […]. De temps en temps, on sort le Lamy [directeur « socialiste » de l’Organisation Mondiale du Commerce] pour nous dire : « attention, ne cédez pas aux tentations protectionnistes, ce serait le retour à la xénophobie et à la guerre. » Deuxième côté du cadre : la finance foldingue, c’est-à-dire celle qui a [occasionné le scandale] des ‘subprimes’, l’appropriation des marchés de capitaux par les mégacorporations, la licence des institutions financières de faire ce qu’elles veulent et de prendre en otages les pouvoirs publics et les corps sociaux tout entiers [qui leur sont venus] en aide quand elles se sont pété la binette. Troisième côté du cadre : le modèle de politique économique européen, tel qu’il a délibérément organisé la surveillance des politiques économiques nationales par les marchés financiers. […] C’est le fait que les marchés financiers et les créanciers internationaux sont devenus les véritables décideurs, en dernier ressort, des orientations des politiques économiques : nous faisons la politique économique qui convient aux investisseurs et aux agences de notation ! [Voilà] les trois côtés du cadre. [Voulons-nous] rester dans le cadre ou [voulons-nous en] sortir : c’est la seule et unique question qui soit vraiment significative, du point de vue du débat politique à venir. »

Frédéric Lordon, « Là-bas si j’y suis » à la Fête de l’Huma, 16/10/11

De quoi se composent les actifs de la bad bank Dexia dont l’Etat belge s’est porté garant à hauteur de plus de 40 milliards € ? Et qui en sont les détenteurs ? Quels anciens dirigeants et administrateurs auront-ils à répondre pénalement et vis-à-vis du peuple de leurs négligences et de leurs fautes répétées ?

En Belgique, aujourd’hui,

– inciter les entreprises, c’est leur accorder des ristournes fiscales (donc leur octroyer du fric qui revient à l’Etat)

– inciter les chômeurs, c’est diminuer (de 17 à 40 %) leur allocation de subsistance, tout en les harcelant en permanence.

« Aaaayez confiaaance, faites des effoooorts »

***

125 MILLIARDS € REFILES AUX BANQUES ESPAGNOLES

SANS LA MOINDRE CONTREPARTIE SOCIALE ?

28/11/12 : sur proposition de la Commission européenne, en particulier de son commissaire à la concurrence Almunia (« socialiste »), 37 MILLIARDS d’EUROS des contribuables européens TOMBENT DANS L’ESCARCELLE DES BANQUES ESPAGNOLES (1), en attendant 88 autres milliards d’euros d’ici à la fin de l’année ! La contrepartie ? La fermeture de la moitié de leurs filiales et des licenciements en cascade. ILS N’ONT RIEN COMPRIS !!! Ce socialisme européen de pacotille est mort !

8:52 > 10:01

Tout occupés à mettre les Etats dans des conditions qui rendront inévitable une mutualisation européenne des dettes qui plomberait l’Europe tout entière à son tour et l’asservirait aux prêteurs étrangers, ces leaders de pacotille peinent décidément à concevoir l’ouragan qui va s’abattre sur eux !

L’Europe n’a aucun projet ! L’Europe telle qu’elle est est une coquille vide. Unir l’Europe ? Pourquoi et pour qui ? Tant que ces questions resteront sans réponses, toutes les tentatives de fédéralisation échoueront piteusement. Et c’est très bien ainsi !

______________

(1)    http://www.europeanvoice.com/article/2012/november/four-spanish-banks-need-37bn-says-commission/75806.aspx

Publicités
Catégories : Catégorie 0, Expérimentations diverses non catégorisées, Expressions de sagesse passagère, Philo de comptoir, Politique / Société, Twitter Ol' Skool | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :