Cette Union européenne est condamnée !

Elle l’est. Mais l’est-elle parce qu’elle mène une politique dictée par les plus riches, ces rentiers invisibles qui se cachent derrière l’omnipotence des banques et des lobbies pour imposer leur loi à tous ? Du fait d’une corruption massive et de conflits d’intérêts répétés ? Parce qu’elle est atteinte d’une businessite aiguë qui la fait se focaliser exclusivement sur une seule classe sociale et démanteler les services publics ? Parce que le sort des masses grouillantes l’indiffère ? Ou encore parce que de ses institutions hautement narcissiques une seule peut se réclamer vaguement démocratique, dans la mesure où ses membres, malgré leur impuissance à assumer pleinement le rôle législatif qui leur revient, sont élus au suffrage universel ? A cause du langage à géométrie variable que parlent les politiciens nationaux, qui ne se présentent qu’au suffrage des peuples respectifs qu’ils sont supposés représenter ? De médias nationaux largement imperméables aux influences extérieures ? L’est-elle en raison de l’empire de paperasse que des légions de bureaucrates pathétiques ont cru bon d’édifier en guise de ciment commun ? De l’autoritarisme confus dont elle fait preuve à l’intérieur tout en prodiguant des leçons de démocratie au Tiers-Monde ? De la suprématie militaire, commerciale et monétaire qu’exercent conjointement sur elle l’Empire de l’Ouest et l’Empire de l’Est, qui la rend invivable? Ou à cause de réalités structurelles (linguistiques, culturelles, historiques, religieuses) qui en font une tour de Babel qui fait pitié à voir ? L’est-elle de la faute d’une banque centrale qui n’en fait qu’à sa tête ? D’un déficit patent de projets communs et mobilisateurs à long terme ? De la règle de l’unanimité, qui bloque tout progrès ambitieux ? D’une monnaie sacralisée qui étouffe tant les petits consommateurs que les entreprises et les Etats ? L’est-elle par suite des débâcles grecque, portugaise, espagnole et autres à venir ? Du schisme auquel de trop grandes disparités entre le nord et le sud et une solidarité internationale rudement éprouvée pourraient donner lieu ? De la tendance subséquente au repli (sub)nationaliste et du renforcement des tendances fascistes en son sein ? Des gesticulations permanentes de Grand-Bretons opportunistes ? L’est-elle parce qu’immanquablement la République qu’elle ambitionne de construire se militarisera tôt ou tard, se transformant en Empire défensif ou conquérant ?

La réponse se compose sans doute de tous ces éléments et de bien d’autres encore, mais la raison fondamentale pour laquelle l’Union européenne est condamnée est bien plus primaire : en choisissant en guise d’unique pierre angulaire de son progrès la concurrence (fiscale, commerciale, juridique, etc.) entre ses composantes, c’est-à-dire entre ses Etats, ne s’est-elle pas condamnée elle-même ipso facto ?

Catégories : Politique / Société | Tags: , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :