« Offshore Leaks », nouvelle tempête dans un verre d’eau ?

« En combinant notre propre savoir-faire avec un réseau de conseillers spécialisés, nous proposons à nos clients de par le monde des solutions créatives et bien informées pour leurs problèmes d’impôts, de planification immobilière et de restructurations. Y sont inclues la délocalisation et la migration tant pour la clientèle privée que pour la clientèle d’entreprise, ainsi que l’utilisation efficace des accords de double taxation.

Stonehage s’entourera des conseillers les plus indiqués et demeurera impliquée partout où cela sera requis. Notre but est, en bonne compréhension [avec notre clientèle], de fournir et de mettre en œuvre le service le plus rentable.

Stonehage représente donc une ressource unique pour des familles internationales. Celles-ci peuvent bénéficier de notre solide expérience dans les matières transfrontalières et de nos contacts professionnels intenses avec un réseau étendu d’avocats et d’autres professionnels à l’échelle du globe. Ce réseau comprend ceux qui travaillent dans nos propres bureaux internationaux, ainsi que nombre de professionnels indépendants parmi les meilleurs [du marché], tant dans les juridictions où nos bureaux sont implantés qu’ailleurs. […] » (1)

C’était le 23 septembre 2009, un peu plus d’un an après la bourrasque financière qui a laissé marris quelques grands noms de la finance internationale, à qui elle a fait perdre au change, de même que – c’est sans doute autrement plus déterminant – les peuples européens et nord-américains dans leur ensemble, qui ne se doutaient pas encore, alors, de la vertu transatlantiquement harmonisatrice des conditions sociales que leur imposerait la crise des dettes souveraines, qui viendrait à ladite bourrasque faire écho.

In illo tempore, le locataire d’un palais nommé Elysée se gargarisait une fois de plus de sa toute-puissance devant la presse par lui réunie à l’instigation de commu-niquants tous pourris : « les paradis fiscaux, c’est fini ! » (2) Méthode Coué bien sûr, qui consistait pour la énième fois à vendre du vent à une population pourtant peu crédule. Car les paradis fiscaux sont l’arbre sur lequel pousse la finance capital-corporatiste mondialisée, où vertu est vain mot.

Stonehage, au siège principal londonien, en ce qui la concerne, est l’une de ces innombrables entreprises qui prospèrent sur le vernis délabré des finances des Etats européens. Le petit épargnant, qu’il soit chypriote ou d’une autre exotique nationalité, n’y a pas ses entrées. Parmi ses directeurs, un certain Ari Tatos, Grec qui a fait ses études dans l’Afrique du Sud de l’apartheid et a depuis dans ladite entreprise fait son trou. Convolant en secondes noces avec une comtesse aux racines bavaroises, ce conseiller financier basé à Neufchâtel (en Suisse), qui gère certaines des fortunes privées les plus imposantes au monde, a vu s’apposer récemment, plus ou moins indirectement, le sceau royal britannique sur sa troisième progéniture, en la personne de la réputée sexyssime Pippa Middleton. C’est vous dire le gotha avec lequel ce genre de conseillers fricotent…

Pippa Middleton, marraine de Casimir, premier enfant de Marie-Sophie von Montgelas et Ari Tatos (sur la photo)

C’est vous expliquer aussi pourquoi, malgré les déclarations matamoresques de l’une ou l’autre figure publique du passé, la lutte contre la fraude fiscale de grande envergure va son train de sénateur… Or, s’il est communément admis, dans les cercles décléricalisés de nos vertes et prospères contrées, que le paradis est ici-bas, le découpler de sa nécessaire moralisation n’est probablement pas le dessein le plus noble !

Car si les pratiques de Stonehage & Co sont effectivement légales en apparence, ce qui est légal n’est pas forcément moral, contrairement à ce qu’affirmait avec aplomb l’ancien ministre grec conservateur en charge, jusqu’en septembre 2008, de la marine marchande de son pays, Georgios Voulgarakis (3), depuis lors blanchi de ses turpitudes immobilières sur le mont Athos au terme d’une touchante unanimité dans l’amnistie entre conservateurs et sociaux-démocrates, le même type d’aministie, sans doute, que celle dont ont bénéficié, à plusieurs reprises, les mafieux moraux (lire : ceux qui évoluent dans les hautes sphères) de Belgique.

Combler le fossé béant entre les citoyens de base, qui triment ou voient fondre leurs allocations pour rembourser les prêts contractés de manière occulte (lire : informatique et anonyme quant aux poseurs d’ordres véritables) par leurs Etats pour compenser une fraude fiscale (sous-)estimée à 1000 milliards € au niveau européen, ou pour se montrer dignes des investissements en bons du trésor consentis à leurs Etats par des détenteurs d’argent noir rapatrié en toute hâte, et ceux qui tirent ces ficelles, n’est-ce pas là, en effet, ce qui devrait constituer la priorité de tout responsable politique qui se respecte si son souhait est de contrer le ‘revival années trente’ dont nous rebattent les oreilles tant de nobles observateurs ?

Oui, mais voilà : de qui la politique reçoit-elle ses ordres à elle ? Et qui exerce-t-il sur elle le permanent chantage à l’emploi et aux délocalisations qui la rend amorphe ? Et quand se rendra-elle compte que face à une droite qui a conquis, sinon en sièges, au moins en influence idéologique, l’ensemble du temple mondialisé, c’est plus que jamais de détermination, de volonté égalitaire et de vision qu’elle doit faire preuve, au nom du bien commun en voie de monopolisation ? La balle au centre, c’est de l’histoire ancienne. Les politichiens dits de gauche qui glissent comme des anguilles aussi !

__________________

(1)    Source : http://www.stonehage.com/services/detail/stonehage_law

(2)    Source : http://www.rue89.com/2009/09/23/sarkozy-magie-magie-les-paradis-fiscaux-cest-fini

(3)    Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/04/off-shoreleaks-la-grece-enquete-sur-des-societes-inconnues_3153807_3234.html

Publicités
Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :