« Season 9 – The Spread Out Day »

Virgil Gheorghiu, La 25e heure

Avec, cette saison, les personnages principaux suivants…

–          Jock Wanker, héros

–          Pénélope, assistante personnelle de Jock

–          Seth Gunman, amateur d’armes, membre de la NRA

–          Steve Brown, pote à Seth

–          Peter Shephart, terroriste kamikaze

–          Joan Void, mercenaire

–          Rahim Amiri, leader des Mojahidin anti-Ayatollah (MAA)

–          Lydia Deschanel, chef de division à la NSA

–          Palmer Husseini, Président du Monde Libre

–          Carlton Feldman, CEO adjoint de Liquid Martine ®

–          Graham Krachinsky, coach d’entreprise

–          Kristof Schweinhertz, délégué autrichien à l’OPEC

–          Travis Winthorpe, richissime homme d’affaires anglo-américain

______________________________

JOAN : vous avez le feu vert. Mais n’oubliez pas ce que je vous ai dit : il y aura des caméras partout autour des tribunes. N’ayez pas l’air suspect et soyez le plus méconnaissables possible.

SETH : on a nos casquettes des Chicago Pitbulls.

JOAN : bon, et souvenez-vous : un max de victimes.

SETH : comptez sur nous ! Husseini van enfin comprendre que le deuxième amendement est sacré !

BOSTON, MA, 2:50 PM, Eastern Time

Boston bombings, April 15, 2013

Mr. President

GRAHAM : bonjour Monsieur le Président.

PALMER : comment avez-vous eu ce numéro ? C’est ma ligne directe !

GRAHAM : ne perdons pas de temps, Monsieur le Président. Comme vous l’entendez, j’utilise un mécanisme de distorsion vocale. Le plus sophistiqué de vos filtres d’analyse ne parviendra pas à le percer. Et comme vous vous en doutez, il est inutile d’essayer de tracer cet appel : il a été rerouté par une dizaine de serveurs anonymes répartis aux quatre coins de la planète. Au fait : votre première réaction aux attentats de Boston nous a beaucoup déçus.

PALMER : qui êtes-vous ?

GRAHAM : n’insultez pas mon intelligence, Monsieur le Président. Heureusement, vous vous êtes repris par la suite. Vous allez convoquer une conférence de presse cet après-midi, à cinq heures cinquante précises.

PALMER : pourquoi le ferais-je ?

GRAHAM : parce que vous connaissez les conséquences si vous ne le faites pas.

PALMER : et quel serait le but de cette conférence de presse ?

GRAHAM : vous allez annoncer que vous renoncez au projet de loi sur le contrôle accru des armes à feu.

PALMER : ce projet de loi est vital pour les Etats-Unis après le massacre de Newtown.

GRAHAM : vous savez ce que vous avez à faire, Monsieur le Président. Nous vous recontacterons plus tard.

***

UN ANALYSTE DE LA NSA : nous avons intercepté une série de messages alarmants, Madame. Quelque chose d’important serait en train de se préparer du côté de Dallas.

LYDIA : donnez-moi le dossier. Je vais le transmettre immédiatement au général.

L’ANALYSTE : voici, Madame.

***

LYDIA : l’un de nos analystes a trouvé quelque chose de compromettant concernant notre action au Texas.

CARLTON : vous m’appelez sur une ligne sécurisée, au moins.

LYDIA : vous me prenez pour une débutante ?

CARLTON : bon. Qui d’autre est au courant ?

LYDIA : je pense qu’il n’y a que lui.

CARLTON : brûlez ces informations.

LYDIA : bien, Monsieur.

***

JOAN : il est temps de vous préparer.

RAHIM : notre contact n’attend plus que nos instructions. Tout est prêt.

JOAN : c’est ce Peter, c’est ça ? On peut lui faire confiance ?

RAHIM : il est un peu lent, mais il fera le nécessaire.

JOAN : on compte sur vous.

RAHIM : c’est une mission qu’Allah m’a confiée. Je ne Le décevrai pas. Dubareh kei behem zang mizani ?

JOAN : soon, my love, very soon

***

JOCK : Pénélope, c’est Jock. T’as mon update sur Boston ?

PENELOPE : Jock, c’est toi ?

JOCK, j’viens de te le dire, non ? Péné, focusse steplaît !

PENELOPE : mais on t’a cherché partout…

JOCK : ouais, je sais. J’étais dans un karaoké à LA, c’est une longue histoire… Je suis en route vers le BuSH as we speak.

PENELOPE : c’est plus le Bureau des Super-Héros, Jock. On a été absorbé par l’Office de Vigilance Nationale Intégré. Et, non, pas grand-chose de neuf à part quelques images CCTV qui pourraient nous en dire plus sur deux suspects.

JOCK : kay, on se voit in a sec

***

WASHINGTON, DC, 5:50 PM, Eastern Time

Graham Krachinsky

GRAHAM : vous n’avez pas dit exactement ce que je vous avais demandé de dire, Monsieur le Président. Le premier round ? Vous jouez avec le feu.

PALMER : écoutez, ce pays ne négocie…

GRAHAM : …pas avec les terroristes, je sais. Je vous ai vu cligner des yeux plusieurs fois, Monsieur le Président. Je vous ai entendu parler de changement. Une situation temporaire ? Vous m’avez presque convaincu lorsque vous avez dit vouloir éviter une répétition de cette tragédie qui nous a tous secoués, en début de semaine. Mais il ne s’agit pas d’émotions, Monsieur le Président, mais d’ordres. Et pour vous montrer que nous sommes sérieux, nous nous voyons contraints de passer à la phase 2. Suivez l’actualité de ces prochaines heures, peut-être serai-vous plus coopératif ensuite…

PALMER : écoutez, salopard, vous parlez au Président des Etats-Unis…

GRAHAM : et si vous tenez à éviter l’instauration de la loi martiale, je vous conseille la plus grande discrétion…

***

GRAHAM : bonjour, messieurs, nous sommes en conference call. Je vous appelais pour vous informer que tout se déroule selon l’agenda que nous avons établi.

TRAVIS : ça vaudrait mieux, Graham. C’est votre tête qui est en jeu. J’ai investi des centaines de millions dans ce projet.

Yacht de Travis

KRISTOF : was ist der folgende Schritt ?

GRAHAM : quelque chose qui ne pourra vous laisser indifférent, Kristof, une action hautement symbolique…

CARLTON : quand sommes-nous supposés entrer en jeu ?

GRAHAM : patience, mon ami…

WEST, TX, 8:50 PM, Eastern Time

______________

Aucune légèreté, mais un peu de lourdeur, sans doute, dans ce qui précède. Nos pensées n’en vont pas moins à toutes les victimes d’attentats de par le monde et à leurs proches, que leur involontaire condition soit l’œuvre putride de loups égarés, enragés et lâches, le fait de groupuscules instables aux revendications douteuses, ou la conséquence d’un chantage entre Etats, avec les intérêts industriels y afférents en toile de fond…

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :