Hey, Manolo, chuis pas ta reuss !

In God we trustIl se murmure ici et là que le départ de Madame Batho du ministère de l’Ecologie, qu’elle occupait dans le gouvernement de la gauche molle d’à côté, s’expliquerait notamment par la énième volte-face que s’apprêterait à effectuer le mollasson face aux lobbies du fric, en l’occurrence les entreprises pétrolières à la Total, connues depuis l’Erika et même bien avant pour leur respect soucieux des normes environnementales, dans le fumeux dossier d’exploitation du gaz de schiste en France. Au nom de la croissance, tout est bon : sacrifier des terrains et des nappes phréatiques d’eau potable par centaines aussi, puisque ça rapporte.

Seule une chose ne l’est pas : le cannabis. Vade retro, hurle Manolo, dont on pouvait lire il y a peu dans les colonnes de tel ou tel torchon de propagande que c’est en véritable héros qu’il s’était comporté pour sauver sa frangine de « l’enfer de la drogue » (dixit).

On savait qu’il assumait pleinement le rôle de taupe de droite des Etats-Unis dans la gauche fraise des bois, où il trépigne d’impatience de supplanter le germanophile, on suppute que ses maxillaires à touts moments renfrognés finiront bien par laisser s’échapper ce pet salvateur contenu par son stress omniprésent, mais on ne s’imaginait pas qu’il avait la stature d’un paladin.

Cela posé et aussi touchante que soit cette historiette sans le moindre intérêt, de quelle platitude ne faut-il faire preuve pour évoquer une affaire familiale dans la presse dans l’espoir de maintenir dans l’ignorance la bourgeoise déjà convaincue que « la drogue, c’est pas bien » ? Quelle petitesse d’esprit ne faut-il fièrement exhiber pour condamner à la criminalité des générations entières de nouveaux métèques, à rebours tant des conclusions prédominantes de la science que de l’évolution mondiale en la matière, qui, après la légalisation pour usage récréatif de la verte substance du Diable (non, pas celui-là, l’autre…) par le Colorado et Washington DC en novembre dernier, sera renforcée sous peu par de courageux Etats latino-américains, dont les humbles dirigeants – le Président Mujica en tête – refusent, eux qui sont restés proches du peuple et s’abstiennent, contrairement aux nôtres, de faire de leurs sociétés un enfer véritable qui oblige parfois à recourir aux psychotropes pour garder un esprit sain, d’appliquer plus longtemps les oukases des petits Franco de la fumette qui s’agitent par chez nous.

Comme le disait Zemmour, samedi dernier, dans la dernière de Ca se dispute, « il y a une volonté […] totalitaire [du gouvernement]. […] Dans [les sociétés] islamistes [aussi], le gouvernement [exige de chacun] un comportement [dans sa vie privée]. […] C’est ce que j’appelle totalitaire. [Qu’ils] se mêlent de [leurs] fesses ! [Qu’ils] se mêlent de [leurs] oignons : on n’a pas à exiger de nous qu’on fasse ceci ou qu’on fasse cela. C’est absolument scandaleux ! Il faut le dire : c’est liberticide et totalitaire ! » N’est-ce pas faire preuve d’une lâche hypocrisie, en effet, que d’accuser Erdogan de vouloir islamiser la Turquie au pas de charge en mettant en avant notamment l’interdiction de la vente d’alcool dans les magasins de nuit des grandes villes, tout en pratiquant soi-même un hygiénisme discriminatoire, quant à la nature des produits interdits et en vente libre mais aussi quant aux relents racistes qu’implique la distinction actuelle, fondée sur une politique démagogique assortie d’œillères idéologiques ?

La criminalisation des banlieues, dont tous les gouvernements français et leurs cohortes de molosses galonnés ont été, ces dernières décennies, les complices au moins tacites, l’impact sur les finances de l’Etat de l’aspirateur d’argent public auquel peut être comparée leur politique rétrograde de guerre contre la drogue, finances que l’on veut exsangues pour satisfaire aux caprices de coupes sombres dans les dépenses chères à la classe dominante, et le manque à gagner que représente, pour ces mêmes finances, l’obstination à retarder l’inévitable, à savoir un marché des drogues douces régulé et taxé, à mettre en parallèle avec ce qui précède, apparaissent, en effet, comme autant de tabous insurmontables.

Sous la pression de la politique de l’autruche, de la panique de gouvernement, de la terreur opiacée, la liberté d’expression dans le pays supposé berceau des droits de l’homme, qui décrète désormais ce que l’on peut et ne peut pas dire, est tout sauf sacralisée, en revanche, puisque tout propos diffusé sur les ondes qui s’apparenterait à une promotion du cannabis est interdit et sanctionné. Francis Cabrel, qui a timidement enfreint cet interdit récemment (de nature totalitaire, en effet) ferait-il lui aussi partie, d’une manière ou d’une autre, des phalanges révisionnistes qui appellent à une réouverture de l’enquête relative au onze septembre ? Quoi qu’il en soit, il ne sera que le premier d’une longue série de célébrités qui ne se contenteront plus de fumer leur beu en cachette, en abandonnant les métèques à leur sort, avec la tolérance implicite de forces de l’ordre bourgeois elles-mêmes plus souvent qu’à leur tour consommatrices. Bientôt pulluleront les variétés françaises de Clooney, de Tarentino, de Pitt, de Rihanna et de Snoop qui, concentrées, foutront le feu à cette répression politico-policière indigne de ce temps !…

speaks for itself Ce que je veux faire plus tard ?

Cultivateur de chanvre, producteur de cannabis, patron de coffee shop, bouffi !

VOICI MON BLOG DE FIER CANNABINOPHILE CONVAINCU (en anglais) :

www.europeancannabispetition.wordpress.com

Catégories : Politique / Société | Tags: , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :