Archives mensuelles : août 2013

Mr. Obomba, define « international community » please…

OPPOSE A US INTERVENTION  IN SYRIA…

Venezuela

Bolivia

Ecuador

Russia

China

<<<<<     >>>>>

RESOLUTION 377 (V)

L’union pour le maintien de la paix

 

« L’Assemblée générale […]

 

Décide que, dans tout cas où parait exister une menace contre la paix, une rupture de la paix ou un acte d’agression et où, du fait que l’unanimité n’a pas pu se réaliser parmi ses membres permanents, le Conseil de sécurité manque à s’acquitter de sa responsabilité principale dans la maintien de la paix et de la sécurité internationales, l’Assemblée générale examinera immédiatement la question afin de faire aux Membres les recommandations appropriées sur les mesures collectives à prendre, y compris, s’il s’agit d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression, l’emploi de la force armée en cas de besoin, pour maintenir ou rétablir la paix et Ia sécurité internationales. Si I’Assemblée générale ne siège pas à ce moment, elle pourra se réunir en session extraordinaire d’urgence dans les vingt-quatre heures qui suivront la demande présentée à cet effet. Pareille session extraordinaire d’urgence sera convoquée sur la demande soit du Conseil de sécurité paf un vote affirmatif de sept quelconques de ses membres soit de la majorité des Membres de I’Organisation. […] »

 

<<<<<     >>>>>

;

FAVOR A US INTERVENTION IN SYRIA…

The « Syrian » hostage taking jihad

The US – Fallujah (Iraq), Nov. 2004

Goldstone’s Israel

Saudi Arabia, and its auctioned suicide bombers

“US secures record $60 billion arms sale to Saudi Arabia

The United States is selling $60 billion (£40 billion) worth of aircraft to Saudi Arabia in a huge deal that will increase unease about a gathering arms race in the Middle East.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/northamerica/usa/8000747/US-secures-record-60-billion-arms-sale-to-Saudi-Arabia.html

“With Tank Deals, Turkey Focuses on Arms Exports

ANKARA — Two Turkish companies are in separate talks with Saudi Arabia and Indonesia to co-produce and sell scores of new-generation battle tanks, officials and industry sources here said.

http://www.defensenews.com/article/20130525/DEFREG01/305250010/With-Tank-Deals-Turkey-Focuses-Arms-Exports

Catégories : Catégorie 0, Politique / Société | Poster un commentaire

AN INSULT TO INTELLIGENCE (again) !

Carte du Moyen-Orient

moon38/21/13 – 5:45

« At the moment, I am not totally convinced because the people that are helping them are without any protective clothing and without any respirators, » said Paula Vanninen, director of Verifin, the Finnish Institute for Verification of the Chemical Weapons Convention.

« In a real case, they would also be contaminated and would also be having symptoms. »

John Hart, head of the Chemical and Biological Security Project at Stockholm International Peace Research Institute said he had not seen the telltale evidence in the eyes of the victims that would be compelling evidence of chemical weapons use.

« Of the videos that I’ve seen for the last few hours, none of them show pinpoint pupils… this would indicate exposure to organophosphorus nerve agents, » he said.

Gwyn Winfield, editor of CBRNe World magazine, which specialises in chemical weapons issues, said the evidence did not suggest that the chemicals used were of the weapons-grade that the Syrian army possesses in its stockpiles.

« We’re not seeing reports that doctors and nurses… are becoming fatalities, so that would suggest that the toxicity of it isn’t what we would consider military sarin. It may well be that it is a lower-grade, » Winfield told AFP.[…]

http://www.hindustantimes.com/world-news/RestOfAsia/Syria-over-1-300-massacred-in-chemical-attack-by-army/Article1-1110869.aspx

 “Adding to the doubts, some analysts are now wondering if the attack might have actually involved chlorine, which is also a chemical weapon but can be bought over-the-counter. A March Reuters story described a possible chemical attack in the northern town of Khan al-Assal, near Aleppo, after which residents said they could smell chlorine. The Telegraph reported at the time that Syrian regime forces accused rebels of using a homemade chlorine solution in the attack. […]

As Foreign Policy’s Blake Hounshell points out, Khan al-Assal was a regime-controlled area at the time, which suggests that if anyone were to attack it, it would probably be rebels.”

http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/05/06/syrian-chemical-weapons-reports-get-murkier/

A Reuters photographer said victims he had visited in Aleppo hospitals were suffering breathing problems and that people had said they could smell chlorine after the attack.

http://www.reuters.com/article/2013/03/19/us-syria-crisis-chemical-idUSBRE92I0A220130319

 “Terrorists Using Chlorine Car Bombs to Intimidate Iraqis

By Jim Garamone
American Forces Press Service

WASHINGTON, June 6, 2007 – “Anyone who doubts that al Qaeda would use chemical, nuclear or biological weapons need only look at the terror group’s attacks in Iraq, Defense officials said.

Al Qaeda and affiliated groups have used chlorine gas in attacks against civilians, Iraqi forces and coalition forces at least 15 times since October, according to U.S. officials in Baghdad.

“Chlorine is used by terrorists with the intent to harm or kill large numbers of civilians,” an official said. “The attacks show that the terrorists are adaptable, but it reflects more on their maliciousness than their sophistication. […]

http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=46311

 “Stephen Johnson is an expert in weapons and chemical explosives at Cranfield Forensic Institute. He said there were inconsistency among the patients’ symptoms.

“There are, within some of the videos, examples which seem a little hyper-real, and almost as if they’ve been set up. Which is not to say that they are fake but it does cause some concern.”

?

Am I in heaven ? I am alive ! I am alive […]

?

“Some of the people with foaming, the foam seems to be too white, too pure, and not consistent with the sort of internal injury you might expect to see, which you’d expect to be bloodier or yellower,” Johnson said.

Johnson said that although much of the video showed injuries consistent with trauma to the nervous system, it was too early to conclude that it was from chemical weapons.

“At this stage everyone wants a ‘yes-no’ answer to chemical attack. But it is too early to draw a conclusion just from these videos,” he added.”

http://www.euronews.com/2013/08/21/expert-casts-doubt-on-chemical-weapons-footage-from-syria/

“Jean Pascal Zanders, an independent researcher who specializes in chemical and biological weapons and disarmament, said that in videos of the aftermath of the attacks, the hue of the victims’ faces appeared to show many suffered from asphyxiation.

However, he said the symptoms they exhibited were not consistent with mustard gas or the nerve agents VX or sarin. Mustard gas would cause blistering of the skin and discoloration, while the nerve agents would produce severe convulsions in the victims and also affect the paramedics treating them – neither of which was evident from the videos or reports.

« I’m deliberately not using the term chemical weapons here, » he said. « There’s plenty of other nasty stuff that was used in the past as a chemical warfare agent, so many industrial toxicants could be used too. » […]

The head of the U.N. team, which has a mandate to investigate previous claims of alleged chemical attacks, said he wants to look into the latest claims. Speaking to Swedish broadcaster SVT, Ake Sellstrom said the high numbers of dead and wounded being reported « sound suspicious. »

« It looks like something we need to look into, » Sellstrom, who is Swedish, was quoted as saying.”

http://www.huffingtonpost.com/2013/08/21/syria-poison-gas-attack_n_3789642.html

“Jihadists, not Assad, apparently behind reported chemical attack in Syria

Intelligence reports suggest jihadists among the Syria rebels have technical know-how to produce chemical warheads.”

http://www.haaretz.com/news/middle-east/jihadists-not-assad-apparently-behind-reported-chemical-attack-in-syria.premium-1.511680

moon29/5/13 – 15:37

7 questions to the “inept hawks” :

1/ Which ones from the ones who are asking questions, demanding explanations and questioning the official Western version (and agenda), and the ones who, for political motives, are cynically surfing on popular emotion and deliberately jumping to conclusions, are paying the victims the sincerest and most respectful tribute ?

2/ What would be the toll of NATO carpet bombings compared to the nearly 400 civilian victims who perished on August 21st ?

3/ Why should one neglected warning underlined in red lead to an irrational macho military strategy not even the US army chief of staff is effectively supporting (or is it a bluff) ?

4/ Why affirm, against all evidence to the contrary and despite the inevitable escalation a scenario involving NATO would engender, overthrowing the Syrian regime would not be the actual goal / result of a foreign intervention ?

5/ Why out of all windows of opportunity for a military intervention choose the worst timing imaginable to intervene in a conflict in which the madmen clearly have the upper hand on so-called rebel side and the lines between factions have become so blurry ?

6/ What kind of powder keg involving generations to come is the war hungry West shaping / endorsing in the Middle-East ?

7/ Who will carry the blame for possible future terrorist attacks in the US and / or Europe resulting from this (deliberately ?) inept strategy, as well as for subsequent wars ?

___________________

If the concurring reports about the regular (Arab) Syrian army are right, if indeed 70 % of Syrian territory is currently under control of the regime, if NATO manages to mind its own business, if the Saudis are put under pressure ro call back their mercenaries, if Israel understands chaos on its borders is not in its interest, if Turkey quits its double game and if the British and French clowns abandon their project to shape new leaders in their own image, Syria has a chance of regaining stability. Should that miracle be accomplished, Assad, if he’s smart and if he really loves his community,and his country, will understand it’s time for him to move on and let others take office in order to reshape national consensus. Of course, there’s a high probability Paris and London will be in a bottle before that happens…

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Transparency

What left is there to write ?

The war dogs want their regular supply. Whose side will you be on ? Which warriors will you choose ? Which right wing ? Which regression ? Which civil war ? Which destruction ?

Libya is falling to pieces. Iraq is blowing its children to the four winds. Hail to the liberators ! Meanwhile, Eastern Congo is burning again, but that, as usual, nobody cares about.

Will you support the proud colonists naming their new preferred ambassadors here and there, join in spirit with the fierce knights of the moral civilization, once again shining the superior light of their bombs and missiles on the pitiful mortals they use as a pretext for their umpteenth foreign intervention ? Will you side with their masters perhaps, already hopping up and down with impatience at the thought of the booming new Syrian housing market and the London-style health care system ? Nothing is free, you see : all is fee to the masters. Which right wing will you choose ?…

Will you choose Allah’s, the one some praise with gigantic explosions ? Look, Allah came… Oh, look, a huge meteorite heading toward Earth… Allahu akbar !… Will you stand behind the rebels of doom standing up against the current rival of their deepest enemies, cheer at the short-lived victories of the reptilian predators produced en masse by fat saurian monarchs of a long lost time, they too in all likelihood  listening to Wagner in the intimacy of their royal closets while enjoying the sacrilegious company of drugged-up Western prostitutes made to disappear and provided to them as a courtesy of the free market. Which right wing will you choose ?…

Will you prefer the firm advocates of the fusion between flesh and state, those who dictate the rules of how and with whom one’s body ought to behave, look back with tenderness and emotion at the sovereign stick, the turgescent manhood, they themselves never hesitated to display when facing the slow decay of the political abstraction they had once stood for, mirroring inside their borders that famous ism-word the others have proven so keen on exporting, echoing that twisted scenario that entered its second decade, mimicking that nihilistic oppression crushing all thought. Which right wing will you choose ?…

Will you fall for the timid denial and the listless, monotonous, monologues of good faith perverted by the sound of tanks and the heavy airborne artillery that have been casting their shadows of death for well over two years, indiscriminately ? Will you absolve the dictator and his court of their sins on the grounds they’re not the ones who started it ? Will you sit back and gently watch as hell continues to unfold and armed autism becomes the prime conqueror ? Which evil will you embrace ? Which right wing will you choose ?…

We all aspire to transparency. Transparency has become the dream. Transparent is the new black. Through a transparent prism, colored can be dazzling, white pitch-dark. Transparency can be a nightmare.

The first ones claim it’s likely that the special UN commission won’t be able to find any substantial evidence five days after the alleged chemical attack, while its task consisted in finding some related to incidents that occurred two or three months before.

As their petro-sponsors keep feeding them with weapons blessed by their god’s sacred blow, the second ones, out of an appetite for revenge, promised to target Alawite families as retaliation against the designated enemy.

The third ones see their gloomy Middle-Eastern business flourish as well, which has been a convincing reason among others for refraining from putting pressure on their amorphous ally.

As for the fourth ones, instead of defusing an attack from the West on their regime by soliciting interviews with independent Western media and allowing immediate access to the scene of the chemical crime, they’ve rather opted for the usual dry argumentation not the least bit aimed at convincing those who aren’t already convinced or who are being brainwashed by Western propagandist discourse.

All of them are so transparent it makes them void and obsolete. Their predictability is disgusting. Their glaring at each other for the past two years should be read as nothing more than an admission of helplessness. Their standing firm on shaky grounds for so long in the name of their respective interests, all derived from the male domination scheme, is repugnant.

The transparent agenda of their Acherontic souls combined is what killed tens of thousands and made millions flee. The crepuscular addition of the torments they fomented is what led a seemingly peaceful country to the verge of collapse. The reverse attraction of their silly stubbornness, with a back-to-back foursome as a result, is what made dialogue impossible. Their fossility is what’s now threatening an entire region, leaving us with this haunting question…

What left is there to write ?…

Ensor, La mort et les masques (1927)

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : | Poster un commentaire

« Je sais maintenant qu’à l’origine, le chaos fut illuminé d’un immense éclat de rire. »

“Vorwürfe aus Israel: Nato beunruhigt über möglichen Chemiewaffen-Einsatz in Syrien”

DER SPIEGEL, Dienstag, 23.04.2013 – 16:00 Uhr

Nato-Generalsekretär Rasmussen: « Ich kann versichern, dass wir vorbereitet sind« 

***

“Die Reaktionen folgten prompt: Nach den Anschuldigungen durch den israelischen Militärgeheimdienst gegen Syrien zeigt sich die Nato « extrem besorgt » über den möglichen Einsatz von Chemiewaffen in dem kriegsgebeutelten Land. Bei einem Treffen der Nato-Außenminister am Dienstag in Brüssel sagte Nato-Generalsekretär Anders Fogh Rasmussen, das Bündnis habe Pläne für Notfälle, um jederzeit ihr Bündnismitglied Türkei schützen zu können.”

http://www.spiegel.de/politik/ausland/nervengas-sarin-nato-in-sorge-um-chemiewaffen-einsatz-in-syrien-a-896061.html

Yonatan Shapira

Le ministre des Affaires étrangères de la France en visite en Israël / Palestine (23-24/08/13)

« Own people » is the key concept here…

A problem in Morocco ? Putting aside the release of a whole set of Spanish prisoners, including known pedophiles, is there something we ought to know ?…

 “[Hague :] Syrian offer on UN team ‘too little, too late’ ”

Military response to chemical weapons attack from west on table despite decision to allow inspectors in.

***

Northrop Grumman - évolution du cours de l'action (10 ans - août 2013)Lockheed Martin - évolution du cours de l'action (10 ans - août 2013)

 

 Syria appears to have bowed to international pressure to allow UN investigators to travel to the scene of last week’s chemical weapons attack in Damascus, allowing a forensic science team to visit the site on Monday. […]

The foreign secretary, William Hague, said it was « clear it was the Assad regime » that had carried out the attack, while a US official told reporters the move was « too late to be credible ».

Hague’s remarks added impetus to a mounting international readiness for a military response to the attack, which is believed to have killed hundreds and has significantly increased the threat of intervention in Syria. […]

Tehran and Damascus on Sunday warned against any form of western response, which Syrian state television said would turn the region into a « ball of flame ».

« we cannot, in the 21st century, allow the idea that chemical weapons can be used with impunity, that people can be killed in this way and that there are no consequences for it « , Hague said. […]

Government sources insisted that Britain would only act in a lawful way, but the government does not believe that necessarily requires a UN security council resolution. Intervention could be justified legally on humanitarian grounds, or under international law relating to chemical weapons.

“Wat moet er gebeuren in Syrië ? – Rudi Vranckx”

http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws/opinieblog/analyse/130825_analyse_RudiVrranckx_OptiesSyrie_standaard

______________

N.B. le titre est une citation de René Daumal.

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Syrie : qui est le valet noir ?

Il est facile d’écrire à propos de la Syrie depuis un salon en Belgique, indécent même, tant la situation sur place est indescriptible d’horreur confuse et tant se juxtaposent les masques cauchemardesques de cette horreur.

Début janvier 2012, plusieurs journalistes, parmi lesquels le photographe de presse français Gilles Jacquier, furent victimes, à Homs, de tirs de roquettes qui eurent raison de ce dernier sur le coup. Etant donné l’arsenal dont dispose le régime syrien et sa posture belliqueuse depuis le début de la guerre civile qui sévit depuis plus de deux ans déjà, il était tentant de conclure à chaud que c’était lui qui était à l’origine de l’assaut. Plusieurs mois auront été nécessaires pour déterminer que cette fois-là, il n’en était rien, que c’étaient des rebelles qui avaient orchestré la manœuvre dans le but d’émouvoir l’opinion publique internationale, tuant, en même temps que le photographe français, plusieurs des leurs au passage.

Peut-on tirer une leçon générale de cet événement ? Absolument aucune : chaque fait mérite une analyse attentive et experte. C’est d’une telle analyse qu’a été chargée la mission d’enquête de l’ONU qui a atterri en Syrie alors même que fusaient sur YouTube les missiles chimiques…

Que ces armes aient été utilisées en Syrie paraît ne faire aucun doute. Elles l’auraient été à plusieurs reprises, de manière limitée, au cours de cette année. Il semble, en effet, que le régime d’al-Assad en soit particulièrement féru, spéculativement bien sûr. Pourquoi sinon ferait-il partie – aux côtés de la Corée du Nord et d’Israël, par exemples – des rares Etats qui se tiennent à l’écart de la convention pour leur abolition, qu’ils ne l’aient tout simplement pas signée ou qu’ils s’abstiennent de la ratifier ? (1) Et pourquoi aucun démenti cinglant n’a-t-il émané des autorités syriennes lorsqu’en des termes élémentaires, l’administration américaine y a fait référence il y a environ un an, qualifiant de « ligne rouge » leur usage, et promettant, le cas échéant, de sérieuses représailles ? Pourquoi, enfin, se serait-elle engagée, à travers un communiqué envoyé à l’ONU fin 2012, qui, dans d’autres circonstances, prêterait à éclater de rire, « à n’utiliser en aucune circonstance des armes chimiques, si elles existent » ? (2)

Parallèlement audit communiqué, le pouvoir syrien avait également averti le monde qu’un groupe de rebelles se fût emparé, à la fin de l’année dernière, d’un dépôt de munitions où de telles armes auraient été stockées. (Ibid.)

Au début du mois de mai dernier, l’ancienne procureure générale du tribunal international pour l’ex-Yougoslavie Carla Del Ponte, membre d’une mission indépendante de l’ONU, déclarait à la BBC : « durant notre enquête relative à des crimes contre l’Humanité ou des crimes de guerre [qui auraient éventuellement été perpétrés en Syrie], nous avons collationné des témoignages directs qui faisaient apparaître que certaines armes chimiques avaient été utilisées – du gaz innervant [pour être précise] –  et ce qui semblait en ressortir […], c’est [que ces armes] avaient utilisées par les opposants [au régime d’al-Assad], par les rebelles. Nous ne disposons d’aucune indication qui nous permettrait d’établir que le gouvernement syrien en a utilisées. A présent, la commission spéciale mandatée par le secrétaire-général va bien sûr enquêter [à ce propos] et nous dire ce qu’il en est, mais j’étais un peu stupéfaite lorsque nos premières indications pointaient vers une utilisation de gaz innervant par les opposants. »

Sitôt ces propos prononcés, le porte-parole de la Maison-Blanche a sauté sur son micro pour les relativiser, exprimant ses doutes quant à la faculté des opposants d’utiliser de telles armes. Quoi qu’il en soit, le conflit semble, depuis quelques mois – et depuis le début de ce mois en particulier – être émaillé de coïncidences troublantes, de signaux presque subliminaux répondant à une horlogerie quasi mécanique. Ainsi, bien sûr, de cet attentat chimique à grand échelle parfaitement synchrone. Ainsi aussi de ce dépôt de munitions détruit le 1er août (3), c’est-à-dire le jour même où devait s’entamer la livraison officielle d’armes occidentales aux opposants, en une de ces gigantesques explosions dont raffole Hollywood. Il ne manquait plus que le « roger » de rigueur, à ceci près que le Grand Noir a d’autres chats à fouetter – ou à moucharder, c’est selon.

Sans doute, craignant l’eau froide, se rappelle-t-il les déclarations devant le congrès US, en juillet 2013 de son chef d’état-major général selon lesquelles « même des interventions limitées telles que l’établissement de zones de non-survol ou de zones tampons, ou même des bombardements limités de sites militaires syriens, pourraient coûter des milliards [de $], ne garantiraient pas la sécurité des civils et seraient susceptibles de mener rapidement à l’escalade involontaire. Un engagement plus important [serait] difficilement évitable » (4). Et en quoi sinon en une offensive de troupes au sol un tel engagement pourrait-il se concrétiser ? Or, la myriade d’agents de services secrets de tous bords présents sur place depuis belle lurette sous des couverts professionnelles divers exceptés, n’est-ce pas là le grand tabou d’une communauté internationale exsangue et peu désireuse de voir ses boys s’embourber de nouveau à si brève échéance et à issue si incertaine dans des guerres peu smart ?

Déléguer, alors, ou laisser d’autres faire le sale boulot, à leurs risques, périls et bénéfices ultérieurs éventuels, mais avec l’appui logistique d’usage ? Voilà une éventualité à l’idée de laquelle la France et la Grande-Bretagne semblent trépigner d’impatience. Quoi de plus noble, en effet, que de secourir la veuve et l’orphelin ?

Cent mille ! Cent mille, voilà le nombre estimé de victimes du conflit syrien à ce jour – presque autant que les estimations les plus prudentes du nombre de victimes irakiennes de la dernière invasion états-unienne en date – selon le comptage  – improvisé, forcément – effectué par une ONG très partisane (5), l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH). What’s in a name, en effet ? Au micro d’Amy Goodman sur Democracy Now ! pas plus tard qu’hier, la réprésentante emblématique d’une autre association des plus mystérieuses active en Syrie, l’intrépide Razan Zaitouneh, déclarait : « nous allons commencer à nous battre contre ceux-là parmi les rebelles qui sont opposés à nos principes de notre révolution » (6). Est-ce à dire qu’il existait jusqu’ici une sainte alliance ?…

Avocate syrienne, journaliste et elle aussi porte-étendard autoproclamé des droits de l’humain, la dame, au nom de délicieuse consonance iranienne, se propose, par l’entremise de son association, de documenter, avec un parti pris assumé, les exactions commises contre « les martyrs et les détenus de la Révolution« . En 2011, elle a reçu – en lieu et place de Brad Darling ( 😉 – le prix Sakharov pour la Liberté de l’Esprit. Ce prix, qui vise à récompenser une personnalité exceptionnelle qui œuvre à l’expansion de la communauté internationale, c’est en grande partie à ses vidéos postées sur YouTube et à son blog qu’elle le doit, lesquels étaient, selon le Parlement, la principale source des médias quant aux événements qui se sont déroulés avant et pendant le printemps rouge syrien. Certaines fractions du Parlement européen ont été – on le sait – particulièrement diligentes dans leur exigence d’armer les opposants.

Le Conseil européen, quant à lui, vient de déclarer (hier), par la voix de sa porte-parole pour les Affaires étrangères : « il nous faut mettre un terme à la spirale de violence [en Syrie], au terrorisme et au flux toujours croissant de réfugiés. Il incombe à la communauté internationale d’agir avec le sens de l’urgence et de la responsabilité ». (7) Deux jours auparavant, la même prenait acte du fait que « l’opposition avait invité la mission [de l’ONU] à se rendre dans les zones qui se trouvent sous le contrôle des rebelles ». (8)

Et le ministre français des Affaires étrangères d’opiner du chef, et même d’aller beaucoup plus loin encore. Que l’on en juge par les propos suivants, rapportés sélectivement d’une interview lacanienne menée de main de maestro (9) à écouter et à réécouter en long, en large et en oblique pour chacun de ses mots et pour tous les non-dits qu’ils impliquent : « Hier soir, j’ai eu, à sa demande, longuement, le président al-Jarba, qui est le président de la coalition nationale syrienne, c’est-à-dire ceux qui dirigent les résistants. […] Lui me confirme absolument ces éléments. […] Il y a eu […] [selon lui] utilisation massive d’armes chimiques […] dans la banlieue de Damas. […] Si c’est vrai, c’est un carnage épouvantable. […] S’il y a eu utilisation d’armes chimiques, tous les spécialistes disent qu’elles viennent de Bachar. Pourquoi ? Parce que les gaz auraient été apportés par les avions, par les missiles. Et là, les résistants n’ont pas la possibilité d’avoir ces armes-là. […] Il faut immédiatement autoriser les enquêteurs, qui sont sur place, [à investiguer l’événement]. […] Si les Syriens ne veulent pas, ça veut dire qu’ils sont pris la main dans le sac. […] Si cela a eu lieu – comme c’est probable –, c’est fait au moment où, précisément, les inspecteurs de l’ONU sont là. Ca veut dire […] : « moi, Bachar al-Assad, je me moque de la communauté internationale. » […] Et ça veut dire aussi – puisque c’est intervenu exactement un an et un jour après la phrase célèbre d’Obama, [qui disait qu’] il y a des lignes rouges qui, si [elles] sont franchies, [entraîneront] des conséquences énormes, […]  – que Bachar al-Assad et ceux qui l’inspirent – l’Iran tire largement les ficelles dans cette affaire, malheureusement – […] considéreraient qu’ils ont une impunité absolue. Et cela, la communauté internationale ne peut pas l’accepter. […] [Si les Russes utilisent au Conseil de Sécurité de l’ONU leur droit de veto pour empêcher une inspection des lieux où des armes chimiques auraient été massivement employées], les décisions [devront] être prises d’une autre façon.[…] [Quant à l’Iran, qui est venu dès ce matin au secours de Bachar al-Assad], il y a plusieurs aspects : il y a l’aspect syrien : il est avéré que l’Iran est engagé aux côtés de Bachar, à la fois directement, et indirectement par le biais du Hezbollah : vous avez [entendu] que le chef du Hezbollah a dit l’autre jour : « si je dois aller me battre en Iran, j’irai. » Et donc, il joue un rôle – tout le monde le sait – très important, en particulier par toute une série d’officiers qui… euh… et puis par des livraisons d’armes. Bon. Ca, c’est un aspect. Et puis, il y a un autre aspect qui concerne l’Iran, qui […] me préoccupe beaucoup et doit préoccuper tous ceux qui suivent les affaires internationales, c’est l’affaire du nucléaire militaire. Alors, nous avons eu… il y a un nouveau président en Iran […] mais, pour le moment, le risque du nucléaire militaire iranien n’a pas diminué. Donc, […] nous attendons des gestes concrets de l’Iran en matière nucléaire. Vous me direz [que] c’est un autre sujet. Ce n’est pas exactement un autre sujet parce que la question est de savoir si l’Iran veut jouer le jeu de la communauté internationale ou non. »

Le même jour, il avait déjà déclaré que « la France veut « une réaction de force » si un massacre à l’arme chimique est avéré en Syrie. Le Monde, journal français particulièrement présent sur le front (10) rappelle en outre que, le 4 juin, l’intéressé avait déjà évoqué la possibilité d’agir contre Damas « de façon armée ». Sans doute est-ce lui aussi qui, avec son bagage et son bagout, avait convaincu le président normal d’assumer en l’occurrence, dans la foulée de la campagne malienne, le rôle de leader du monde libre en étant le premier à promettre officiellement des livraisons d’armes aux opposants syriens.

Libye, rebelote ? Soyons francs : peu adulateur de dictateurs psychopathes, je m’étais laissé embarquer dans cette aventure-là, avant d’en percevoir plus clairement les tenants, aboutissants et guerres collatérales réelles, et je me suis juré à moi-même que l’on ne m’y reprendrait pas de sitôt. L’amateur d’antiquités du quai d’Orsay ignore-t-il volontairement les mises en gardes du général Dempsey ou, les ayant intériorisées, a-t-il œuvré à travailler un angle voué à étendre son amplitude sur le terrain ? Quoi qu’il en soit, lorsqu’à plusieurs reprises, un politicien occidental de première vue en vient à identifier un dictateur par son prénom, le ravalant ainsi au rang d’un enfant, voire d’un chien, il y a de l’eau dans le gaz…

L’ombre de leurs précieux amis qataris et de quelques autres dans le dos, la diatribe musclée de l’ancien poulain du parrain vénitien et la stratégie franco-britannique fabriquent-ils, tels les Etats-Uniens en Afghanistan à l’époque soviétique, les ennemis qu’il s’agira demain de combattre ? Peut-être, mais elles témoignent aussi de la réalité d’un Occident entre deux feux dans le conflit syrien : certes, il s’agit d’aider non pas tant à l’arrivée au pouvoir d’opposants instables que d’en renverser son actuel titulaire, mais il s’agit aussi d’éviter une dissémination malencontreuse d’armes qui pourraient déstabiliser le déséquilibre de la région, dont Israël est encore le principal bénéficiaire. Il se peut, comme d’aucuns l’affirment (11), que ce pays ne se soucie pas outre mesure du fait que les Syriens s’entre-tuent, mais imaginer que les armes chimiques de la dictature syrienne tombent entre les mains du Hezbollah, acteur actif du conflit, ou entre celles de redoutables islamistes qui, une fois l’aventure actuelle terminée, pourraient être tentés de se chercher un nouvel ennemi commun (histoire de souder l’intérêt national) ne peut manquer de susciter en eux l’effroi. Evidemment, leur priorité du moment est persane, mais – cela ne tombe-t-il pas bien ? – elle a été intégrée au discours…

Qu’à première vue, il soit dans l’intérêt du régime syrien de répondre par la positive à l’invitation de l’ONU à laquelle ses opposants ont déjà souscrit semble a priori aller sans dire, surtout si son principal allié l’y invite : quel meilleur gage de bonne foi ? Mais ne serait-il pas utile, sionisme et antisionisme mis à part, d’examiner les différentes configurations possibles, partant du principe qu’une utilisation massive d’armes chimiques a bel et bien eu lieu :

1/ Les opposants sont à l’origine de l’affaire.

a) Ils sont tellement désespérés et jusqu’au-boutistes qu’ils sont prêts à tout pour provoquer une intervention militaire occidentale. Leurs précédentes tentatives supposées n’ayant pas abouti, ils ont décidé, avec quelques conseils avisés, de recourir aux grands moyens.

b) Comme ils se livrent mutuellement la guerre en sus de leur confrontation avec l’armée syrienne (12),  l’une de leurs factions s’en est prise à une autre, dans l’espoir de faire d’une pierre deux coups.

2/ La dictature syrienne est à l’origine de l’affaire.

a) Les plus hautes sphères du pouvoir en ont donné l’ordre. Sadomasochistes et défiantes, elles souhaitaient ainsi marquer leur territoire et signifier aux Etats-Unis et à la communauté internationale à quel point elles prennent au sérieux leurs menaces. Il n’y a là, en principe, rien d’inconcevable : le massacre d’Halabja en 1988 est là pour le rappeler, non sans un distinguo contextuel de taille : dans sa lutte acharnée contre l’Iran, au détour de laquelle il avait gazé des civils kurdes par milliers, Saddam bénéficiait du soutien tacite de la communauté internationale.

b) Un général soupe-au-lait avait mal dormi la nuit précédente et a décidé de s’en venger sur des innocents d’une autre manière que celle habituellement utilisée.

Le lecteur se fera son opinion, mais qu’il n’oublie pas une troisième éventualité… A mesure que s’amplifiait la guerre civile syrienne, la presse a fait état de défections retentissantes dans les rangs du régime, jusque dans l’entourage familial d’al-Assad, certains anciens généraux étant passés à l’ennemi. Celles-ci n’ont toutefois pas semblé ébranler le pouvoir davantage que de raison. Les canaux occidentaux seraient-ils dès lors convenus de recourir à des méthodes plus subtiles ? Le monolithisme de façade de la dictature syrienne peine à cacher des désapprobations profondes de  méthode. Se pourrait-il, dès lors, que certains commandants ou certains généraux répondent à deux maîtres ?…

Depuis le salon belge où sont écrites ces lignes, la guerre d’usure paraît ingagnable. Depuis le salon belge où sont écrites ces lignes, la Blitzkrieg paraît périlleuse. Depuis le salon belge où sont écrites ces lignes, un authentique espoir de concorde syrienne s’en va, en ce moment même, réconforter, comme il le peut, les enfants et les femmes, exilé(e)s ou non, qui chaque jour prient Allah (ou un Autre) pour qu’Il fasse advenir des jours meilleurs… enfin ! (13)

Horloge (Résillot Antiquités - Brocante, Vesoul)

_____________

(1) Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_sur_l%27interdiction_des_armes_chimiques#Adh.C3.A9sion_.C3.A0_la_Convention

(2) Source : http://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/60077/World/Region/Syria-warns-terror-groups-may-use-chemical-arms.aspx

(3) Source : http://www.france24.com/fr/20130801-syrie-homs-explosion-depot-munitions-rebelles-milices-pro-regime-bachar-al-assad

(4) Source : http://www.cfr.org/syria/syrias-crisis-global-response/p28402

(5) Source : http://www.atlantico.fr/decryptage/syrie-nombre-morts-evoque-est-vraiment-fiable-alexandre-del-valle-620412.html

Selon l’auteur de cet article, « les témoignages [produits par cette ONG] vont tous dans le même sens : la diabolisation d’Assad et la sanctification des rebelles sunnites (Frères musulmans, salafistes et milices ASL) ».

(6) Source : http://www.democracynow.org/2013/8/23/syrian_activist_on_ghouta_attack_i

(7) Source : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/EN/foraff/138610.pdf

(8) Source : http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/FR/foraff/138607.pdf

(9) Bourdin Direct, RMC, 22/08/13 : http://www.youtube.com/watch?v=dGdzbJLM3AE

(10) Lire : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/27/syrie-le-monde-temoin-d-attaques-toxiques_3417225_3218.html

Exceptionnellement, le journal avait traduit cet article en anglais…

(11) Source : http://ecfr.eu/content/entry/commentary_syria_the_view_from_israel141

(12) Source : http://www.cbc.ca/news/world/story/2013/07/13/syria-rebels.html

(13) relire : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/02/07/epilogue-du-sordide-en-attente/

 

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

C dans la propagande « démocratique » que se concoctent les mixtures parmi les plus odieuses !

C dans l’air, 15/08/13 (« L’Egypte compte ses morts »)

Un seul son de tocsin délivré par quatre cloches. Chapeau ! Ce genre d’unilatéralisme nous manquait. Un président élu renversé et des centaines (voire des milliers) de tués ? Qu’à cela ne tienne : renversons la charge de la preuve ! Après tout, n’est-ce pas « le seul argument » (Solé) des mécréants, ces « FM armés » (Solé) « évidemment », et « machiavéliques » (Basbous) avec ça, au point de s’enfermer dans une mosquée et de s’y laisser abattre comme des chiens à la mitrailleuse, le tout filmé par un amateur chanceux qui, par la suite, transférerait sa vidéo à RT, non sans avoir pris bien soin, sans doute, de demander à ses camarades de planquer leurs armes au préalable.

Ne l’ont-ils pas cherché, ces « FM qui ont tout refusé » (Maher), les propositions restées secrètes d’Ashton y compris ? Leur président n’a-t-il pas « refusé les ultimatums » (Mizouni), même dans la vidéo dans laquelle il invitait toutes les parties au dialogue avant de se faire démettre manu militari ? N’y a-t-il pas eu « trente millions de personnes dans la rue » (Mizouni), cinquante, cent peut-être, pour exiger sa démission ? Ne souhaiterions-nous pas tous nous voir appliquer « les règles internationales de dispersion des sit-in [késako ?] respectées » (Maher) par l’armée égyptienne ? L’armée n’est-elle pas guidée « par le peuple » (Mizouni), elle qui, contrairement aux FM, lesquels « voulaient contrôler toutes les institutions » (Solé), s’est contentée de nommer vingt-cinq gouverneurs militaires à la tête des provinces ?

Alors que le coup d’Etat est établi – même, discrètement, par les plus réticents des gouvernements occidentaux intéressés –, que le meurtre indiscriminé de campeurs non violents et, pour la plupart, non armés l’est également (Les quatre abrutis sur le plateau auraient-ils soutenu Erdogan de la même manière s’il avait dispersé les manifestants de Taksim selon les mêmes « règles internationales » ?), que l’UE n’a eu de cesse de condamner la tournure des choses, elle qui se réunit ce jour pour envisager un gel de sa coopération avec l’Egypte, que le terme de « fascisme » est de plus en plus abondamment utilisé par les médias progressistes d’outre-Atlantique pour qualifier le régime des militaires (et l’était déjà au moment de l’émission), que nombre de manifestants qui avaient exigé le départ de Morsi désapprouvent avec émoi la reprise en main armée, que Moubarak semble se voir promettre une nouvelle jeunesse, lui dont « trente millions de personnes dans la rue » avaient obtenu le départ il y a un an et demi à peine, que la marionnette de l’Ouest El Baradei est à présent poursuivie suite à sa courageuse démission au motif d’une « rupture de la confiance nationale », et que même des leaders spirituels FM qui avaient avec insistance appelé au soulèvement PACIFIQUE, Mohamed Badia en tête, se font à présent arrêter (ces trois derniers développements étant, en revanche, postérieurs à la propagande télévisée susvisée, ce qui n’enlève rien à leur caractère prévisible), il ne reste plus au téléspectateur de pareil missel abrutissant, révoltant et indigne, qu’à poser deux questions à la cantonade : le rat a quitté l’Elysée il y a un an, mais n’a-t-il pas laissé derrière lui des trainées de cette infâme poudre brune dont il prenait plaisir à asperger les médias à foison ? Et les excès des uns, au sujet desquels il semblait pourtant toujours loisible à chacun d’ironiser sur la télévision nationale égyptienne, justifient-ils ce compagnonnage militariste douteux d’imposteurs intellectuels en grappe auxquels l’on pourrait bel et bien, pour le coup, si l’on ne craignait la contradiction flagrante, reprocher leur « révisionnisme en temps réel » ?

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

DEMANDE DE GRACE DE BRADLEY MANNING A SON OBAMAJESTE : la dernière chance pour cette administration égarée de redorer son blason !

 « Obama ne devrait pas être accueilli les bras ouverts lors de la commémoration de la Marche sur Washington »

« Dans l’ombre de Martin Luther King »

Par AJAMU BARAKA, 19 août 2013

« Le 28 août prochain, le King Center, la Southern Christian Leadership Conference et le National Council of Negro Women organiseront au Mémorial Lincoln un événement à l’occasion du 50e anniversaire de la Marche historique sur Washington de 1963 afin de commémorer cette manifestation extraordinaire et déterminante. Pour attirer l’attention sur celui-ci, ces organisations ont apparemment invité le président des Etats-Unis à prononcer le discours-phare [de la journée] à l’endroit même où Martin Luther King prononça sa célèbre adresse « I Have A Dream ».

Le fait que Barack Obama se positionnera [ainsi] dans l’ombre de King, sa présence étant amenée à susciter l’impression qu’il représente d’une manière ou d’une autre les valeurs et le sacrifice personnel de Martin Luther King, de A. Philip Randolph, de Bayard Rustin, d’Ella Baker, de Rosa Parks et d’un grand nombre de personnes parmi les milliers qui se réuniront cet après-midi-là dans le parc national devrait être perçu comme un camouflet par tous ceux qui se sont battus et continuent de se battre en faveur des droits de l’humain, de la paix et de la Justice sociale.

Abandonner à Barack Obama le podium devant lequel se tint King permet à l’Etat de boucler la boucle du sens quant à un chapitre important de l’histoire afro-américaine, et aux possibilités que cette histoire contient. Lier les exigences et les aspirations des Afro-Américains de 1963 à la montée au pouvoir de Barack Obama en tant que président des Etats-Unis, au sein de la structure suprématiste blanche encore dominante, établit une limite [claire] qui reflète la réalité oppressante de la vie afro-américaine. Cela envoie un message fort, même s’il est n’est pas assumé consciemment, celui selo  lequel la plus haute aspiration, la plus haute réalisation possible pour un Afro-américain, est d’être en mesure de servir le pouvoir blanc, d’être un serviteur. Voilà la figure de référence « positive » pour la nouvelle classe dirigeante noire.

Ce que ces soi-disant leaders noirs, et même de nombreux progressistes et radicaux, ne comprennent pas, c’est que, dans des batailles idéologiques et culturelles dans lesquelles le capitalisme et ses laquais son partout présents, les symboles ont du sens. Lorsque que Barack Obama prononcera son discours ce jour-là, il conclura le processus de fusion symbolique entre les luttes pour les droits civiques, les intérêts de l’Etat états-unien et l’ordre capitaliste, entamé par la promulgation d’un jour de commémoration national en l’honneur de King, avec pour conséquences politiques et idéologiques de rendre de facto impossible toute critique substantielle des liens entre le suprématisme blanc, le patriarcat capitaliste et l’oppression continue des Afro-Américains, et de réduire le spectre de l’acceptable dans l’embarrassante situation devant laquelle se trouvent les Afro-américains face aux réformes au sein de l’ordre existant.

Mais le fait qu’Obama est, de sa politique intérieure à sa politique étrangère, la négation vivante de tout ce en quoi King et son mouvement croyaient, en 1963, constitue un obstacle encore plus grand au développement d’une conscience d’opposition et d’un mouvement de résistance parmi les Afro-Américains et les forces progressistes aux Etats-Unis.

L’un d’entre vous pourrait-il s’imaginer que MLK soutienne ou souscrive à la rationalisation incohérente des actions d’Obama ? A l’actif de ce dernier figure l’assassinat d’Abdulrahman al-Awlaki, 16 ans, au moyen d’un missile tiré par un drone, et il ne s’agit là que de l’un des nombreux civils innocents tués ou estropiés par les Etats-Unis ès qualité de dommages collatéraux, sous la bannière de la guerre contre le terrorisme. Ajoutez à cela l’invasion illégale et immorale de la Libye ainsi que le meurtre de 50.000 Libyens [dans ce cadre], le boycott de (la préparation de) la conférence des Nations-Unies consacrée à la lutte contre le racisme, lequel avait assuré une couverture politique à tous les autres Etats racistes européens qui s’étaient également défaussé [1], l’incompréhensible obstruction au retour en Haïti du président Bertrand Aristide, en exil forcé par la grâce de l’administration Bush, ainsi que le feu vert à l’expulsion d’un nombre record de travailleurs sans papiers, une politique qui a coupé des familles en deux et terrorisé des communautés.

[Martin Luther King aurait-il applaudi au verdit pluri-décennal de Bradley Manning, prononcé aujourd’hui ?, ndb] Aurait-il estimé que les actions d’Edward Snowden relèvent de la désobéissance civile ou qu’elles méritent une persécution internationale et l’emprisonnement ? Quelqu’un pourrait-il concevoir que King tresse des louanges à l’administration Obama pour avoir tourné le dos au peuple du Honduras qui, lorsqu’il avait demandé [fin juin 2009, ndb] le soutien des Etats-Unis pour protéger sa démocratie, [avait dû se rendre à l’évidence que] ces derniers étaient aux côtés des auteurs du coup d’Etat, qu’ils assistaient ?

Martin Luther King aurait-il pu rester silencieux sur l’assassinat d’Etat de Troy Davis ? Et qu’aurait-il pu dire, lui qui a personnellement subi la main de fer de la répression étatique, à propos de la décision de l’administration Obama de coordonner, au niveau fédéral, l’anéantissement du mouvement Occupy Wall Street à travers le pays [ce dont celui lui-même se défend, ndb], et d’octroyer à la présidence, par l’entremise du National Defense Athorization Act, le pouvoir de détenir indéfiniment des citoyens américains sans décision de justice, leur déniant ainsi leurs droits constitutionnels et humains ?

Si vous ne voyez aucun lien entre les positions morales et politiques d’Obama et celles de Martin Luther King, c’est parce qu’il n’en existe pas.

Certes, d’aucuns diront, à juste titre, que l’inventaire des années Obama souligne les dures réalités auxquelles est confronté un président des Etats-Unis. Mais cela fait partie de la critique. La réalité entachée de sang de la présidence américaine est celle d’un pouvoir qui s’engage structurellement, politiquement et émotionnellement, à maintenir la domination capitaliste globale de suprématie blanche. Le symbole d’un Barack Obama occupant « la Maison des Blancs » et les dures réalités de sa présidence ne peuvent se concilier avec l’espoir contenu dans le discours de King, pas davantage avec la vision des Noirs qui, réunis dans le parc en 1963, exigeaient une société égalitaire et un monde animé par la Justice sociale. Et, a fortiori, il ne peut se concilier avec les enseignements de Martin Luther King qui, en dépit de ses propres limites typiquement humaines, est un géant de probité en comparaison à Barack Obama et à son obséquieuse défense du pouvoir blanc et des intérêts de l’Empire.

L’invitation faite à cet homme constitue une insulte aux yeux de quiconque croit en la Justice, en l’intégrité, et en l’indépendance des mouvements populaires, et elle devrait [par conséquent] être retirée. Et si elle ne l’est pas, tous ceux parmi nous qui se considèrent comme des tenants d’une [telle] indépendance […] par rapport à tous les partis politiques, et du droit du peuple de donner sens à ses propres expériences indépendamment de l’Etat devraient boycotter l’événement [à venir] et appeler leurs amis à faire de même. »

Ajamu Baraka est activiste (de longue date) des droits de l’humain, auteur et vétéran de la Libération noire ; il est pacifiste, opposé à l’apartheid, et il soutient, en outre, les mouvements de solidarité avec l’Amérique centrale aux Etats-Unis. Il est actuellement professeur à l’Institute for Policy Studies, à Washington, D.C.

http://www.counterpunch.org/2013/08/19/obama-should-not-be-welcomed-at-the-march-on-washington-commemoration/

_______________

[1] La conférence initiale contre le racisme organisée par les Nations-Unies eut lieu en 2001 à Durban. En 2009 et en 2011 se tinrent des conférences de suivi. Le discours prononcé par le président iranien d’alors lors de la première de celle-ci contenait des références à l’illégalité d’Israël qui ont suscité l’ire de nombre d’Etats occidentaux. S’ensuivit un lobbying intense pour boycotter la seconde. A titre indicatif, la Belgique avait, en 2009, quitté la salle lors de la prise de parole controversée, mais elle s’est gardée de boycotter l’intégralité des deux conférences.

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Tell me…

Dis-moi, pauvre…

Miroir tryptique

Quelle est la valeur de ta vie ?

Your destiny can you decipher

Dans la longue marche de l’oubli

Will you blank out the gift of anger ?

***

Survivre te suffit-il alors que d’autres vivent au-dessus ?

With the dream as a lavish bounty, the tenth of Pi is your fraction

Toi que l’on ne saurait voir, de ce destin es-tu repu ?

Can you abide by this canon, thou who dwelleth into oblivion ?

***

Poor man, dis-moi,

***

Ta condition t-inspire-t-elle l’allégresse, ton confinement la joie ?

Hearing the figures, feeling the stress, despising the era

De pénitence, de remontrances, de régression et de supplice

How can you cope with compliance, how can you live without Justice ?

***

N’as-tu pas honte, toi le damné, toi l’assisté, toi le précaire

By the masters vilified, overshadowed by despair

Devant cette misère t’imposée, cet asocial pacte

To retreat without battle, and never ever to misact ?

***

Ohé, vaurien, ces aigrefins grégaires, ces pillards universels

These social predators, callous and idle, selling their selfish hell

Ces scélérats sentencieux, ces vils suppôts d’une vie éteinte, ces monomanes oppresseurs,

Distraught wizards of a motionless skyline, cynical warlocks of a tyrannous blur

Durs à occire apparemment, mais terrifiés sous leur chasuble, leurs tentacules au vent, c’est au néant qu’ils appartiennent

To nothingness they must return, humility they must confront, to them the raven, to you the light, when

***

History will march again, le Grand Matin est à venir

Le comprends-tu, mon pauvre ? In his advent lies your career…

To you and all this bread belongs ; tiennes sont ces vignes, et à tout autre !

Chers frères, vous l’avez usurpée : Fraternity will rise once more

***

Vanish the grey beyond the dark nous sommes un monde de couleurs

Advienne le dasein du bonheur fini les leurres ignite the spark

For we are quiet but we are true nous sommes ensemble et nous sommes nous

Nous sommes l’autre nous le vivons we care a lot we have value !

***

Relire : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/06/26/concentration/

ainsi que : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/07/15/liberte-de-croissance-le-nouveau-paradigme/

*******

« Les Hunger Games de Washington : coupes claires dans les programmes d’assistance alimentaire »

[…]

Selon la Maison-blanche, 70.000 enfants défavorisés seraient exclus des programmes d’éducation précoces, 125.000 autres familles perdraient leur assistance immobilière […] et 100.000 anciens SDF, y compris des vétérans de guerre, seraient exclus des programmes qui avaient pour but de leur éviter de se retrouver de nouveau à la rue. […] »

http://www.thedailybeast.com/articles/2013/03/01/washington-s-hunger-games-sequester-s-cuts-to-food-assistance-programs.html

« Les démocrates ont affirmé que les réductions automatiques de dépenses […] priveraient 600.000 personnes [y compris de jeunes enfants] d’assistance alimentaire. […] »

http://www.bloomberg.com/news/2013-05-04/white-house-rescinds-4-9-billion-in-u-s-spending-cuts-for-2013.html

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Eden assailli, éden souillé…

Agbogboshie 2

Jeter une canette à terre dans un parc public et déverser plusieurs tonnes ou litres de déchets toxiques dans la nature sont deux actions qui relèvent, en principe, de la même muflerie. Incivilité sera le terme utilisé pour qualifier la première, qui se verra, le cas échéant, assortie d’une amende : l’on ne saurait laisser impunément « les sauvageons » imposer leur loi. La seconde, bien qu’elle ait des répercussions autrement plus importantes, n’est souvent perçue que comme un aléa du business : après tout, les ordures qui procurent des emplois ne sont-ils pas de plus en plus à l’origine des lois ? Elle suscitera certes, ici ou là, des réprimandes de principe, mais depuis quand juge-t-on les seigneurs ?

Au début de ce mois, le Garden of Eden, une propriété sise dans la ville texane d’Arlington, qui abrite une communauté hippie rescapée du tout-au-commerce, a été l’objet d’un raid agressif de la part de plusieurs dizaines de membres des forces spéciales (SWAT) et de fonctionnaires, qu’avait précédé une surveillance de la propriété par hélicoptère et au moyen de drones. Au même moment où plusieurs molosses prenaient plaisir à arracher en toute illégalité les plantations et les arbustes fruitiers qui conféraient au lieu son cachet paisible et son originalité, leurs collègues tenaient littéralement en joue les huit habitants des lieux. Le crime de ces terroristes ? Pas même une canette oubliée, plutôt des herbes trop hautes, des buissons qui empiétaient sur la voie publique, la présence d’un canapé et d’un piano dans la cour, et des buches non convenablement entassées (1) ! Big Brother a les yeux partout, même dans la propriété privée d’autrui !

C’est ce qu’auraient, en tout cas, aimé croire les parents de la petite fille de trois ans décédée, en avril dernier des suites d’une intoxication aux produits chimiques déversés illégalement à proximité de son aire de jeu, lesquels ont empoisonné par ailleurs plusieurs de ses camarades (2). Cette histoire-là est africaine ; elle s’est déroulée au Cap, dans la pointe méridionale du continent. Il semblerait qu’elle implique la société Protea Mining Chemicals, productrice de matériaux chimiques et de polymères pour l’industrie minière (3), elle-même filiale de la corporation Omnia Holdings (4), un géant des engrais chimiques (également connu pour sa fabrication d’outils de détonation) présent sur trois continents, qui a joyeusement annoncé, en juin dernier, des résultats supérieurs aux attentes, et un dividende à l’avenant (5). Rien de nouveau sous le Soleil dans un continent considéré par d’aucuns, dans les sphères qui se veulent hautes, comme « sous-pollué »… (6)

En effet, que le pollueur de masse et en série soit implanté localement ou que la pollution caractérisée soit le fait – c’est plus probable et plus fréquent –  de vermines occidentales qui, au moyen de sous-contrats, de sociétés écrans et de bateaux-conteneurs battant pavillon exotique, « le déversement incontrôlé de déchets toxiques en Afrique remonte officiellement aux années septante, lorsque des rapports qui faisaient état d’accords clandestins entre des pays africains et des compagnies états-uniennes, françaises, allemandes, britanniques, suisses, italiennes et soviétiques se sont mis à voir le jour. Les rumeurs relatives à des sites de déchets toxiques dans différentes pays africains (principalement en Afrique de l’Ouest) seraient rapidement étayées par des preuves telles que des barils percés (cf. le cas du Nigéria) ou encore des photographies aériennes d’un site de déversement illégal (cf. le cas du Bénin). » (7)

A cet égard, l’affaire Trafigura, du nom de cette compagnie britannico-batave qui a, en 2006, abreuvé en toute connaissance de cause dix-huit sites d’Abidjan, la capitale de la Côte-d’Ivoire, de résidus chimiques toxiques, ne représente que le dernier scandale « nimby-bitif » (not in my backyard, but in theirs is fine !) en date (8). Ce scandale est illustratif, en tout cas, de la mansuétude de l’appareil judiciaire à l’égard des « patrons voyous », qui ne sont poursuivis qu’en ultime recours ou que si un tiers (en l’occurrence Greenpeace) les assigne en justice (9).

Il est représentatif, en effet, en ce qu’il témoigne, une fois encore, de l’incapacité clinique, pour les patrons de grandes entreprises, d’assumer leurs responsabilités. Lorsqu’un abruti lance une canette à terre et qu’il est pris en flagrant délit, il finira bien par admettre qu’il l’a fait et par ramasser sa canette. Lorsqu’une ordure cotée en bourse intoxique une centaine de milliers de personnes et piétine la convention de Bâle (10), elle se réfugie dans le déni, achète pour une poignée de dollars le silence de ses victimes, et fait comme si de rien n’était. C’est cette puérilité-là qui, sous couvert de chiffres et d’emplois, en est venue à régir les sociétés : tout, mais pas la responsabilité !

Troisième plus gros négociant de matériaux bruts (comprenez : de pétrole) au monde, Trafigura se porte très bien, merci : la corporation a clôturé l’année 2012 avec un chiffre d’affaires record et un bénéfice d’un milliard de dollars. Quant au premier semestre de 2013, il a été très profitable lui aussi (11).

Comme le souligne le sociologue David Pellow, « il y a quatre raisons fondamentales à la délégation à l’hémisphère sud, dans sa globalité, du fardeau que constituent les produits toxiques. La première est l’augmentation exponentielle de la production de déchets dangereux et l’émergence de législations environnementales plus contraignantes dans les pays industrialisés. Ces changements ont accru le coût du traitement et de l’élimination des déchets au Nord, qui est très largement supérieur aux tarifs pratiqués par la plupart des nations méridionales. De la même manière, l’arsenal législatif qui caractérise les nations industrialisées [en la matière] est bien plus tatillon que les régulations laxistes en vigueur dans de nombreux pays du Sud, ce qui favorise [dans ces derniers pays] le déversement bon marché [de produits toxiques]. […]

La seconde raison […] est le besoin généralisé de devises auquel font face les pays méridionaux. Ce besoin, ancré dans une longue histoire de colonialisme et de prêts suivis d’accords de dettes entre pays du Sud et du Nord, amène souvent les responsables de gouvernement des premiers à accepter une compensation financière en échange de l’autorisation de déverser des déchets chimiques à l’intérieur de leurs frontières. De nombreux observateurs (par exemples, des économistes et des chefs d’entreprise du Nord) ont qualifié ces transactions d’ « économiquement efficaces », alors que d’autres (par exemples, des élus africains et des environnementalistes du Sud) préfèrent à cette qualification celle d’ « impérialisme ordurier ».

Agbogboshie

La troisième raison […] est le pouvoir apparemment inexorable de la mondialisation économique, dont la logique dicte aux industries de réduire leurs coûts et d’accroître leurs profits, à défaut de quoi elles sont vouées à l’échec. […] Cette même logique s’applique aux industries qui gèrent les déchets toxiques produits par l’économie de marché : il leur faut accéder à des marchés et à des acheteurs dont les prix entraînent pour elles une augmentation des bénéfices et une réduction des coûts. Ceci signifie que ces déchets feront l’objet d’un négoce et qu’ils seront déversés dans des pays, au sein de communautés, où, en raison de structures déficientes et d’économies vulnérables, les entreprises de gestion de déchets et leurs intermédiaires seront gagnants en termes de coût.

La quatrième raison […] relève de la culture et de l’idéologie de classes et raciste qui imprègne les milieux et les institutions de l’hémisphère nord, qui considèrent parfaitement acceptables les déversements toxiques dans des pays pauvres et de couleur. Le meilleur exemple d’une telle idéologie est la tristement célèbre note interne de la Banque mondiale rédigée en 1991 par Lawrence Summers, qui en était alors l’économiste en chef et le vice-président. (6)

[…]

Les points suivants ne sont pas moins dérangeants que la note elle-même :

  En réponse aux journalistes et aux activistes qui lui rappelèrent ses propos, Summers se contenta d’affirmer que ledit mémo était supposé être « ironique ». Il n’en a contesté ni le contenu, ni les implications politiques.

–  La Banque mondiale a, en effet, financé de nombreux programmes de transferts de déchets  électroniques de par le monde. Depuis le mémo Summers, cette tendance s’est poursuivie, en particulier vers des pays comme l’Inde ou les Philippines, soulignant le lien direct entre la position idéologique reflétée dans le document et les politiques réellement mises en œuvre par la Banque mondiale.

–  La cohérence entre le raisonnement de base mis en lumière dans le mémo et la théorie économique en tant que telle est enseignée chaque année à des millions d’universitaires, et pratiquée quotidiennement par des dirigeants d’entreprise. C’est la raison pour laquelle des altermondialistes taxent souvent la Banque mondiale et le Fonds monétaire international de centres de l’impérialisme économique.

–  L’idéologie qui sous-tend le déversement de déchets toxiques dans des pays pauvres est également raciste dans la mesure où les peuples de ces pays sont avant tout des peuples de couleur non européens, et où la pauvreté est intimement liée à la race au niveau mondial. Même la notion de pays en voie de développement (PVD) remonte  à des théories de la modernité embuées de racisme, en ce que le « développement économique » constitue une appellation codée à l’aune de laquelle se mesure le degré de civilisation d’une société. » (12)

Les propos qui précèdent, lourds de conséquences sur la dialectique postcoloniale en occident et post-raciste en Europe, pourraient se paraphraser comme suit : « la pauvreté et le besoin impérieux d’en sortir impliquent-ils de faire abstraction des immenses dégâts que les déchets toxiques sont susceptibles d’occasionner, in fine, à, l’environnement et aux peuples d’Afrique ? La fin (en l’occurrence, des bénéfices de court terme) justifie-t-elle les moyens ? Les pays africains qui importent des déchets toxiques devraient se rendre compte qu’en réalité, ce sont les pays exportateurs qui ont le plus à gagner de tels marchandages. En utilisant l’Afrique comme une déchetterie, les pays industrialisés échappent aux coûts importants de l’incinération et du recyclage de leurs déchets […], et l’Afrique écope du coût lié au nettoyage des dommages causés par ceux-ci, ce qui rend caduque toute tentative de production de croissance aux fins de diminuer la pauvreté. » (7) Voilà, en effet, un angle original pour aborder le double discours du Nord à l’égard du Sud, épouvantablement généreux en termes de prêts générateurs de dettes indues, et de dons, pour le coup, ouvertement toxiques…

« Les Etats-Unis peuvent […] faire davantage en termes de commerce et d’investissements. Les pays riches doivent ouvrir de manière significative leurs portes aux produits et services africains. […] Nous pouvons accroître la prospérité par des partenariats public / privé qui investissent dans de meilleures routes et dans l’électricité, par des formations au métier d’entrepreneur, par des services financiers accessibles aux pauvres et aux régions rurales. C’est dans notre intérêt à nous aussi, car si l’on parvient à extraire les gens de la pauvreté et si de la richesse est créée en Afrique, de nouveaux marchés s’ouvriront pour nos propres produits », déclarait dans l’une de ces envolées sans substance dont ses nègres ont le secret le prix Nobel 2009 par anticipation devant le Parlement ghanéen, à l’occasion de sa première villégiature estivale sur le continent africain, en juillet 2009 (13).

A cette époque déjà, le Ghana avait ouvert « de manière significative » sa porte aux déchets électroniques américains et européens. Le « marché » pas trop nouveau mais ô combien florissant de « nos propres produits » bons pour la casse tournait déjà à plein régime, ce « marché » qui se développe au rythme de 40 millions de tonnes de nouveaux rebuts occidentaux par an au niveau planétaire, contamine des écoles au plomb, au cadmium et à d’autres produits toxiques à des doses cinquante fois supérieures aux seuils de tolérance (sans même évoquer les matières fissiles, chimiques ou pétrolières), amène des gosses de six ans à peine à escalader des monticules de détritus électroniques et de plastique dans l’espoir d’y dénicher, au péril de leur santé, quelques résidus utiles au souk des restes, empoisonne pour une durée indéterminée les sols et les nappes aquifères, se joue, à raison de 15 % de son volume au moins, de la convention de Bâle, déjà évoquée (14), et comme le souligne une énième étude, publiée cette fois (le mois dernier) par un groupe de travail de l’ONU, affecte en priorité les Ghanéens les plus pauvres, ceux qu’il s’agirait précisément d’ « extraire […] de la pauvreté » (15). Rien n’a changé : dans l’Empire de la crédulité, le bonimenteur est roi !

C’est que, voyez-vous, dans l’hémisphère sud aussi, il importe d’envoyer le Jardin d’Eden à tous les mille diables !…

_______________

(1) Sources : http://www.huffingtonpost.com/2013/08/15/texas-swat-team-conducts-_n_3764951.html

http://intothegardenofeden.com/index.php?option=com_content&view=article&id=141&Itemid=381

(2) Source : http://www.iol.co.za/news/crime-courts/dumped-toxic-waste-kills-girl-3-1.1504642#.UhBxFH_7at8

(3) Source : http://www.enca.com/south-africa/chemicals-company-named-dumped-toxic-waste

(4) Sources : http://www.reuters.com/finance/stocks/companyProfile?symbol=OMNJ.J

http://www.omnia.co.za/pebble.asp?relid=2518

(5) Source : http://www.reuters.com/finance/stocks/OMNJ.J/key-developments/article/2781321

(6) Lire le mémo hallucinant du haut fonctionnaire américain Lawrence Summers : http://www.whirledbank.org/ourwords/summers.html

… déjà évoqué dans l’introduction de l’article suivant : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/08/06/cetait-hier-berkeley-sera-ce-demain/

(7) Source : http://www1.american.edu/TED/oauwaste.htm

(8) Lire quelques-uns des nombreux articles de presse consacrés au sujet :

http://www.theguardian.com/world/2009/sep/16/trafigura-african-pollution-disaster

http://www.amnesty.org/en/for-media/press-releases/report-slams-failure-prevent-toxic-waste-dumping-west-africa-2012-09-25

Lire aussi l’échange de courriels interne à l’entreprise, qui s’assimile au crime organisé (en col blanc),  décomplexé de toute éthique : http://image.guardian.co.uk/sys-files/Guardian/documents/2009/09/16/Final_emails.pdf

(9) Source : http://www.greenpeace.org/international/en/news/Blogs/makingwaves/toxic-dumping-Africa-Trafigura/blog/42261/

(10) Cette convention sur le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et de leur élimination, à laquelle est venue se greffer l’interdiction de l’exportation de déchets de pays de l’OCDE vers des pays non-OCDE, n’est qu’un accord international de bon sens et de respect mutuel de plus que ces très chers Etats-Unis (premiers producteurs de déchets au monde) n’ont pas ratifié, pas même sous le règne de Numéro 46, grand écolo devant l’Eternel…

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_de_B%C3%A2le

Lire aussi : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=FLUX_043_0073

(11) Sources : http://www.reuters.com/article/2013/01/11/trafigura-revenues-idUSL5E9CB9MH20130111

http://www.bloomberg.com/news/2013-04-23/trafigura-profit-rises-as-increased-oil-volumes-boost-revenue.html

(12) David Naguib Pellow, Resisting Global Toxics, Massachusetts Institute of Technology, 2007, pp. 8 – 10

(13) Source : http://www.huffingtonpost.com/2009/07/11/obama-ghana-speech-full-t_n_230009.html

(14) Source : http://allafrica.com/stories/201111020037.html

(15) Source : http://www.ghanabusinessnews.com/2013/07/21/un-group-calls-for-regulation-of-e-waste-in-ghana/

Catégories : Carnet de voyage, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

« That dream I have ! »

Commander in SkiefCOMMANDER IN CHIEF

Fmr. civil rights attorney

Fmr. adjunct professor @ Chicago Law

April, 22nd, 2011

***

UCMJ (art. 37)

No […] commanding officer may […] attempt to coerce or […] influence the action of a court-martial or any other military tribunal or any member thereof, in reaching the findings or sentence in any case, or the action of any convening, approving, or reviewing authority with respect to his judicial acts.

http://usmilitary.about.com/library/milinfo/ucmj/blart-37.htm

As Bradley Manning is awaiting the Judgment of the Lord, he managed to have his lawyers issue two statements, a grave felony for which the latter are now facing prosecution themselves…

His first statement regards the explanatory testimony he gave earlier today to clarify the unspeakable crimes he was party to (1).

You all need to understand”, he points out, “they make me say that. The hypocrisy of this society is such that, although the rulers know perfectly well they are the ones who should be standing trial, they expect the humble white knights who uncover their machinery to bow down and ask for forgiveness. I did it, of course, because there’s much at stake for me, but know this : as little as Clinton regretted to have covered the paid avatar’s dress with cum, do I regret what I did, for my actions allowed the Light to penetrate into the abominable black hole of US power. Would I do it again ? I’d have to think about it, but if I did, it’d be with a condom this time !

The second statement has a lyrical value unheard of since the civil movements of the sixties, and in these times of unashamed political propaganda, of perverted ideals, of smiling faces without clear compass, of full power to one little clan, of reactionary rhetoric disguised as smart, and of terror-related McCarthyism, perhaps it’s worth reading…

***

« I am happy to join with you today through this statement in what is about to go down in history as one of the greatest travesties of justice in the history of our nation.

Almost two centuries ago, a great American, in whose symbolic shadow we pretend we stand at present, wrote : “all tyranny needs to gain a foothold is for people of good conscience to remain silent”. This momentous stand came as a great beacon of hope to millions, including slaves, who had been seared in the flames of withering injustice. But more than one hundred years later, freedom of expression in the US is still not guaranteed. More than one hundred years later, the life of the US whistleblower is still sadly crippled by the manacle of overrated terrorist conspiracies and the chains of military corporatism.

More than one hundred years later, our Muslim political prisoners live on a lonely island of secret psychological experiments in the midst of a vast ocean of military imperialism. More than one hundred years later, the US whistleblower is still languishing in the corners of US penitentiaries and finds himself an outcast in his own land. It is this shameful condition I hereby want to address.

When the architects of our great republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every US citizen was to fall heir.

This note was a promise that all men – yes, whistleblowers and independent journalists as well – would be guaranteed the inalienable rights of freedom : freedom to think, freedom to speak out and freedom to publish !

It is obvious today that the US have defaulted on their promissory note insofar as anyone who wants to challenge government propaganda is concerned. Instead of honoring this sacred obligation, our country has given its whistleblowers a bad check, a check that has come back marked « Wikileaks fundings shut down « .

But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of classified material of this nation. So we have come to cash this check, a check that will give us upon demand policy transparency and judicial impartiality.

I am also standing before this shallow court to remind the US of the fierce urgency of Democracy Now! This is no time to engage in the luxury of cooling off in any vineyard, let alone Martha’s, or to deliver bunkum speeches about Egypt.

Now is the time to make real the promise of democracy.

Now it the time to rise from the dark and desolate valley of fake patriotism to the sunlit path of true Justice.

Now it the time to lift our nation from the quicksands of ground zero to the solid rocks of Mount Rushmore.

Now is the time to make clemency a reality to all of Liberty’s emissaries.

It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment and to underestimate the determination of its whistleblowers. This polar winter of whistleblowing repression can lead only to an invigorating spring of freedom and openness. Twenty thirteen is not an end but a beginning. Those who hope that the 45 % of US citizens who think the NSA is going too far merely needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if Clapper & Co go back to lying as usual.

There will be neither rest nor tranquility in the US until all whistleblowers are granted a free pass. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of true Justice emerges.

We can never be satisfied as long as our bodies, heavy with the fatigue of psychological torture, are denied regenerating rest and hygiene decency.

We cannot be satisfied as long as the jailed whistleblower’s basic mobility is from one corner of his isolation cell to another.

We can never be satisfied as long as our children are stripped of their selfhood and robbed of their fundamental right to spunk by signs stating « we’re watching you, honey »…

No, we are not satisfied and we will not be satisfied until leaks roll down like waters and righteousness like a mighty stream.

I am not unmindful that some of you could share my trials and tribulations. Some of you have come from areas of the web where your quest for freedom left you battered by storms of persecutions and staggered by the winds of justice department brutality.

But I am slowly becoming a veteran of creative suffering and I ask you to dismiss the false faith that unearned suffering is redemptive, and to revolt !

Go back to Virginia, go back to Utah, go back to Washington, go back to the slums of political power and the fortresses of our national security apparatus, knowing that somehow this situation can and will be changed !

Let us not wallow in the valley of despair. I say to you, my friends, the difficulties of today will be surmounted tomorrow.

That dream, I still have. It is a dream that will follow up the deliquescent American dream.

My dream is that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed, for we mistakenly hold this truth to be self-evident that all men are created equal.

My dream is that one day, nearby the dusty hill of Capitol, the sons of former whistleblowers and the sons of former NSA generals will be able to sit down together at the table of brotherhood.

My dream is that one day even the land of Guantanamo, a substate sweltering with the substrates of oppression, will be reunited with the island it rightfully belongs to.

My dream is that all my queer friends will one day live in a nation where they will not be judged by their sexual preferences, but by their character.

That dream, I have today.

I have a dream that one day, down in Washington, with its vicious double standards, with its successive presidents having their lips dripping with the words of espionage and terror, all the people of good will will be able to join hands as sisters and brothers striving for social justice and individual freedom.

These are my beliefs. This is the faith that I will go back to my cell with today. With this faith, we will be able to hew out of the military-corporate mountain of despair the cornerstone of unfiltered hope.

It is with this hope that we will be able to transform the jangling discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood.

It is with this hope that we will be able to look ahead together, to withstand perils together, to break up our jails together, to climb up for wisdom together, to build together, knowing it is our very freedom we will be building, the sooner the better…

And if the US is to be a great nation, this must become true. So let freedom ring from every hilltop across the country. Let it ring from every tenement and every hamlet, from every state and every city, so as to enable us to speed up that day when, at long last, every human being – women and men, regardless of their colors, whatever their beliefs, no matter how straight or queer, will be able to join hands and sing in the words of the old spiritual revisited, « Prisoners no more ! Serfs no more ! Fuck the past ! Thank God Almighty, we are free at last. » »

N.B. : all the characters portrayed in this piece are fictitious. Any similarity with existing persons would be purely fortuitous.

_____________

1/ Read : http://www.theguardian.com/world/2013/aug/14/bradley-manning-statement-sentencing-trial

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées, Lettres ouvertes des plus surréalistes..., Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.