Ils ont violé Thémis !

Jamais à court d’exclusivités, nous sommes fiers de vous proposer aujourd’hui quelques extraits de l’entretien exceptionnel que nous a consacré Thémis la semaine dernière, rue d’Aarschot. Mais nous tenons à avertir les plus prudes parmi nos lecteurs que le langage utilisé n’est pas toujours des plus élégants…

Bruxelles, palais de Justice (année indéterminée)

Thémis : aarrrgent, donnez de l’aarrrgent…

Blogueur : ben, dites donc, ça commence bien…

T : ben quoi, tu pensais pas que j’allais te la faire pro deo, ton interview de merde. Allez, aboule le pèze, pépère !

B : et l’accent roumain, c’est pour faire exotique ?

T : t’sais, moi, je bouffe à tous les râteliers, hein. On m’a dit que c’était à la mode, alors… Aboule, aboule !

B : désolé, Mademoiselle, il s’agit de déontologie journalistique. Nous ne payons pas nos sources…

T : Rhaaa, Mademoiselle, l’autre ! Tu connais mon âge, pépère ? Allez, 100 € la pipe… heu, l’article, je veux dire…

B : non, c’est non, Madame…

T : bon, allez, pose ta première question alors, l’avare. Mais dépêche-toi, j’ai d’autres clients qui attendent !

B : vous me parliez de votre âge, mais vous avez l’air encore fringante…

T : ça, c’est parce qu’on m’injecte périodiquement des cellules-souches, on me rembourre le cartilage, on me recimente les angles, mais si tu me voyais comme je suis, je tiens à peine debout. A ce propos, ça te dérange si je m’allonge, là ? J’ai déjà pris dans le cul trois fois aujourd’hui ; ce serait plus confortable.

B : je vous en prie… Ce bandeau que vous arborez sur le visage, il a une fonction particulière ?

T : je veux, mon lascar ! Tu voudrais pas qu’en plus je voie les sales gueules, les gros bides et les boursouflures de vanité de tous ceux qui me défoncent ! Je suis déjà assez épuisée comme ça…

B : mais ça ne limite pas votre horizon ?

T : carpe diem, ma crotte ! Carpe idem !

B : on évoque souvent une justice à deux vitesses : les riches allongent artificiellement la durée de la procédure. De plus en plus souvent, ils violent consciemment la loi, sachant que les parties civiles qu’ils ont face à eux ne seront pas financièrement en mesure d’intenter une action contre eux, ou que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Aujourd’hui, ils peuvent même s’acheter une exemption de procès. Les pauvres, eux, ont juste le droit de se taire et d’encaisser. Que pensez-vous de l’instauration d’une progressivité des frais de justice, ou d’une mutualisation de ses coûts ?

T : tu serais pas communis’, toi, mon coco ? Mon métier, il est pas simple, mais j’en suis fière ! Comment tu veux que je fasse si j’ai plus de clients ?

B : mais Montesquieu, L’Esprit des Lois

T : là, je t’arrête, Calimero, ça me concerne pas : c’est à ma cousine française qu’il faut qu’ tu t’adresses. Mais si tu crois qu’elle est logée à meilleure enseigne que moi, elle ou n’importe laquelle de mes cousines, tu te fourres le doigt dans le cul ! Ma cousine d’Outre-Atlantique, c’est elle qui a pris le plus sévère jusqu’à maintenant, mais c’est qu’une question de temps…

B : le code napoléonien a largement inspiré le droit belge, mais que voulez-vous dire ?

T : attends, « les conditions de la démocratie ne sont plus réunies aux Etats-Unis », ça te dit rien ? Le Carter, c’était un bougre aussi, mais lui, au moins, c’était un gentleman. Il mettait dans le cul, mais avec douceur…

B : vous voulez parler du NDAA, des procédures secrètes, des arrestations arbitraires, des meurtres ciblés, de la concentration dans quelques mains de l’ensemble des pouvoirs constitutionnels ?

T : à ton avis, ma fiente ? Ma cousine T-Mice, elle en peut plus ! Tout sourire, le métis, là, mais je peux te dire que quand lui et le Holder la mettent en double anal avec Clapper en deepthroat, elle voit des étoiles rouges !


Atoms For Peace – « Judge, Jury and Executioner » (live @ Citi Wang Theatre, Boston)

B : pourtant, l’article 9 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme est formel : « nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé »…

T : t’as d’autres trucs intéressants à me dire, ducon ? Dépêche, mon rendez-vous de 11 heures est là, et c’est pas un commode !

Justice souillée

B : ce que vous me dites, en fait, c’est que la justice est un leurre destiné à maintenir une certaine paix sociale, et qu’il s’effrite de toutes parts…

T : là, je dis holà ! Quand je suis née, j’étais bien plus sélect que ça. Les manants, ils avaient qu’à bien se tenir. C’est bien simple, ils existaient pas ! Estimez-vous heureux, bande de gueux ! Alors oui, le pendule, il bouge ferme ces derniers temps… Mais, putain, c’est pas toujours la faute à la justitude. Adresse-toi à la gouvernance. On vit en démocrature, oui ou merde ?!

B : mais c’est la recette pour de nouvelles rébellions, des révolutions peut-être…

T : t’inquiète, ils ont tout prévu. Ils foutent rien de leurs journées ; ils ont le temps de voir venir ! Ils ont déjà commandé des munitions et des tanks urbains en surnombre, pépère ! Pour quand les médias mainstream parviendront plus à anesthésier le prolo…

B : comment cela se passait-il quand vous étiez jeune ?

T : mes parents étaient alcolos. Ils adoraient l’autorité mal placée. Ils me filaient des baffes à la pelle. J’ai pris ma première série de bites à quatre ans. Et je voyais pas qui c’était : ils portaient des masques. Je peux te dire que l’histoire de la Kampusch, là, pov’ p’tite chatte, c’est de la petite bière, à côté ! T’as d’autres questions ?

B : mais c’est du Dickens, ma parole…

T : ‘dick’, je connais. Dickens, faudra que tu m’apprennes… Au cas où t’aurais pas pigé, LA victime, c’est moi, blogueur de mes couilles !

B : et avec vous des milliers de citoyens innocents…

T : ‘coute, on n’est plus à ça près. Le Poelaert est en voie d’écroulement : beau symbole ! Mais même les bateaux futuristes récents sont infestés de rats. Et puis, qui est vraiment innocent, je te le demande !

B : vous aimez les symboles ?

T : t’en veux d’autres ? C’est une lutte des gangs, fieu, mais, au fond, ils sont tous d’accord. Même les meufs s’en prennent à moi maintenant. Tiens, y en a une, toujours habillée en noir, qui adore m’humilier. Son dernier fantasme ? Me faire marcher sur la tête pendant qu’elle me doigte le cul ! C’est ça, leur religion : inverser tous les repères pour voir l’effet. La prochaine fois, je me ferai pas prier : je lui chie dessus !

B : ça, c’est la faute à Poels…

T : des gangs, je te dis ! Si tu dératises, t’as intérêt à n’en oublier aucun ! Des dossiers qui disparaissent, des juges qui se prennent pour Dieu le Père, des procs englués dans des intérêts mafieux. Ce qui est cool, c’est que je les ai presque tous comme clients. Comme quoi, à quelque chose, malheur est bon, n’est-ce pas ?…

B : Vous me parliez de votre client de 11 heures…

T : Ah, lui… Winants, il s’appelle. Il se voyait bien à Bruxelles. Un rude ! Lui, c’est à la tenaille qu’il s’y met. Parfois, il m’enfonce des caméras dans le trou aussi, pendant que la reine noire, qui le connaît bien, mate le tout dans la chambre d’à côté.

B : vous êtes sûre que ça ira ?

T : tout compte fait, je pense que je vais rester avec toi. Tu m’as l’air d’un tendre, toi. Un peu con, mais tendre. Ca fait longtemps que j’en ai plus eus, des comme ça. Apprends-moi, p’tit blogueur, apprends-moi la Justice…

__________

Ce blog étant parsemé de références à l’iniquité de plus en plus criante du système judiciaire, ici et ailleurs dans le monde dit libre, le blogueur se limitera à conseiller, en guise d’illustration de ce qui précède le débat entre Noam Chomsky et Glenn Greenwald, fondateur de The Intercept et auteur de With Liberty And Justice For Some, sur le thème : «How the Law Is Used to Destroy Equality and Protect the Powerful » (C-Span 2, 29/10/11)

http://www.c-span.org/video/?304241-1/book-discussion-liberty-justice

__________

Exceptionnellement, le compte rendu de l’interview qui précède a été rédigé a posteriori, le 10 avril 2014.

Publicités
Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :