Archives mensuelles : septembre 2013

Yahya toujours… prêt !

UN logo

The Human Rights Council

 

Recalling

the universality, interdependence, indivisibility and interrelatedness of human rights as enshrined in the Universal  Declaration of Human Rights and consequently elaborated in other human rights instruments, such as the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights, the International Covenant on Civil and Political Rights and other relevant core human rights instruments,

 

Recalling

also that the Universal Declaration of Human Rights affirms that all human beings are born free and equal in dignity and rights and that everyone is entitled to all the rights and freedoms set forth in that Declaration, without distinction of any kind, such as race, colour, sex, language, religion, political or other opinion, national or social origin, property, birth, or other status;

 

Recalling

further General Assembly resolution 60/251 of 15 March 2006, in which the Assembly stated that the Human Rights Council should be responsible for promoting universal respect for the protection of all human rights and fundamental freedoms for all, without distinction of any kind and in fair and equal manner,

 

Express[es]

grave concern at acts of violence and discrimination, in all regions of the world, committed against individuals because of their sexual orientation and gender identity.

[…]

http://daccess-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/LTD/G11/141/94/PDF/G1114194.pdf?OpenElement

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43741&Cr=homophobia&Cr1#.UkcBlFNBCho

DSCF0308

Homosexuals are no saints. Heterosexuals aren’t either. As far as we can tell, Maria Magdalena was heterosexual. When the Christian Lord is reported to have said : “let he who is without sin cast the first stone”, he might as well have thought : “let he who never, even remotely, considered sodomizing a woman criticize gay people”.

Yesterday, the president of Gambia, His Heterosexual Excellency Jammeh, called homosexuality “one of the biggest threats to human existence” (1). Homosexuality is vicious, this we won’t deny, but for a leader not to be able to keep his hands out of his citizens’ pants is even more so, and for a man who knows himself to fear something he is, theoretically, not party to is outright childish, unless, of course, one’s purpose is that of a demagogue using a well-oiled strategy, namely stigmatizing a minority, to keep the majority’s backing, in Gambia’s case the vast Muslim community. It remains perverse in any case, for it was not man but God Himself who destroyed Sodom and Gomorrah, if we are to believe either the Qur’an, or the Torah, also known as the Ancient Testament.

Though not all inhabitants of those cities were homosexual, sodomy and permanent debauchery – in other words insults to civilization – were not the exception, as homosexuality will always remain, but the unspoken rule, hence God being pissed off. Indeed, nowhere in any Holy scripture does He, whatever his Earthly name may be, doom any particular homosexual, nor condone their individual persecution. One might argue that Nature welcomes homosexuality – why else would it be present in the animal reign ? – as long as it remains numerically marginal, which is why, culturally, only legitimate individual consent should matter. Nature embraces diversity; diversity is Nature’s language as well as its form. Therefore, calling for its eradication is a crime against God !

Much more worthy of interest are the two other sins Jammeh mentioned in his address, namely greed and obsession for world domination. When French gay mogul Bergé recently declared he saw “no difference between [a woman] renting out her womb [to allow other couples to procreate through her] or one renting out one’s arms in a factory”, I, along with many others, opposed him vigorously (2), for in such a quote lies – to put it simply – the premise of God’s wrath. Marketing the female body, using children as social experiments, denying human feelings and foolhardily changing the fabric of civilization, I consider to be moral crimes. Whether I am in tune with God on this subject, the future will tell. Expanding the scope of social injustice, reinventing new modes of slavery, maintaining the fabric of inequality, are social crimes. As far as his quote is concerned, Bergé and people like him are a disgrace to Humanity, an abomination to civilization, a denial of femininity, a shit-stained postcard from Sodom and Gomorrah !

Greed and exploitation are the enemy, indeed. They are in Gambia and in Africa as a whole, through countless coups backed and financed by the North in order to ensure the vigor of neo-colonialism, as anywhere else in today’s world : in the US, where foolish fossils are again holding an entire population hostage in the name of the 1 %, but also in Belgium, where none of the puppets at the top seem to have drawn the conclusions from the 2008 disaster. Greedy banksters responsible for financial crimes (3), top managers of public companies ubiquitously collecting seats in major boards (4), incompetent elected officials outrageously claiming morally undue privileges in times of famine (5) : all are back at it again as if nothing ever happened; none has learned the lesson the soft way.

Are they not, after all, “exceptionally” megalomaniac ?…

Eric Toussaint & Damien Millet, Debt, the IMF and the World bank, Sixty Questions, Sixty Answers

_____________

(1) http://www.independent.co.uk/news/world/africa/gambia-gays-are-biggest-threat-to-world-president-yahya-jammeh-tells-un-8845077.html

(2) Read (FR) : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/01/18/pierre-berge-la-nausee/

(3) Read (NL) : http://www.deredactie.be/cm/vrtnieuws/economie/130920_Fortis_kopstukken

(4) Read (NL) : http://www.demorgen.be/dm/nl/5036/Wetstraat/article/detail/1713080/2013/09/28/Jo-Cornu-Overheid-jaagt-topmanagers-naar-het-buitenland.dhtml

(5) Read (NL / FR) : http://www.demorgen.be/dm/nl/5036/Wetstraat/article/detail/1713068/2013/09/28/Stefaan-De-Clerck-houdt-vast-aan-vertrekpremie.dhtml

https://yannickbaele.wordpress.com/2013/04/09/par-ici-les-600-000-e-lassistanat-politique-en-3-ou-4-exemples-representatifs-dune-caste-pourrie/

Publicités
Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

« Valls est un petit fils de pute »…

Il y a un mois, Valls entendait des voix : « ton heure est venue, tu seras le prochain premier ministre », lui auraient-elles glissé à l’oreille, alors que semblait s’essouffler le tandem des papys. Il sentait monter la sève, et l’explosion ne se fit pas attendre. L’université d’été du PS à La Rochelle, à la fin août, en serait l’occasion…

Lorsque le parrain avait, le siècle dernier, instrumentalisé l’extrême-droite pour affaiblir la droite classique, la première en était, sur le plan électoral, à ses balbutiements. Le parrain était un joueur de poker, mais un joueur qui ne risquait que s’il était sûr de gagner. Valls, lui, est un téméraire qui se laisse guider par ses tripes. Son calcul est le suivant : l’avenir se joue à droite, entre une droite dure et une droite molle. C’est cette dernière qu’il se propose d’incarner. Pour ce faire, il lui incombe d’évincer la droite classique, en l’ignorant, et de concentrer ses projectiles sur l’extrême-droite. Comme on l’a écrit, la stratégie est éprouvée, mais le contexte, lui, est singulièrement différent : « faites vos jeux, rien ne va plus »…

Que le FN, désormais véritable prétendant à l’ascension élyséenne, constitue un péril réel, personne, à gauche, ne songerait à le nier. Mais lui réserver la focale des discours aboutit à l’honorer davantage encore. Lui renvoyer sa hargne en miroir lors des harangues publiques revient à s’en inspirer. Relayer ses obsessions et les laisser déteindre sur la politique menée équivaut à mériter à son tour, à la suite de son prédécesseur, une carte de membre d’honneur du parti épouvantail.

Tout cela, Valls-le-kamikaze le sait, mais son calcul est triple, et il a pour fondement la pérennité du clan et la sienne propre, d’abord et avant tout. Primo, il doit parvenir à emmener le parti vers la droite, de sorte que les confrontations futures ne s’orchestrent plus, quelle que soit leur configuration, qu’autour d’un duel entre une droite de gauche et une droite de droite. Or, l’extrême-droite de la gauche est loin d’être surpeuplée. Parallèlement, il lui faut se présenter comme le jeune frondeur débordant d’énergie qui brûle d’envie d’en découdre avec l’adversaire, comme l’antithèse du Matignon actuel en somme, s’il veut décrocher la palme intermédiaire, qui est son indispensable sésame vers 2017.

En effet, l’intéressé, dont le tempérament, la suffisance et la hardiesse sont en tous points comparables à celles du tonitruant et très rasoir avocat d’affaires dont il a fait siennes les manœuvres, affûte ses armes – il ne faut pas en douter un seul instant – en vue de la prochaine erreur monumentale de casting qui lui permettrait, au terme de primaires nouvelles (son joujou personnel, qu’il partage avec Montebourg) imposées à un président contraint d’y souscrire en raison d’une impopularité constante et préservée, d’appliquer, au sein de la cathédrale de la gauche cette fois, sa stratégie de rupture.

Pareille auto-contemplation narcissique mise bien sûr sur l’affaiblissement continu, voire l’implosion, d’une UMP en proie aux rivalités internes héritées des accointances fascistes de son ancien Führer, et fait abstraction d’une inconnue majeure : d’une configuration telle que celle de 2002 mais inversée, le parti socialiste sortirait-il la tête haute ou la queue entre les jambes ? Les municipales et les européennes à venir en 2014 constitueront, à cet égard, l’épreuve du feu, mais, en réalité, peu importe : quand bien même l’hypothèse la moins favorable se réaliserait, le petit vociférateur d’Evry se serait, par son positionnement rusé, assuré le rôle de leader moral de l’opposition au nouvel obscurantisme. Dans tous les cas de figure, c’est donc une OPA que Valls entend mener contre le PS. Dans tous les cas de figure, le PS sera perdant. Dans tous les cas de figure, c’est avec l’avenir de la gauche que le « petit fils de pute » est en train de jongler ! Sa fébrilité s’explique en grande partie par le nombre de variables sur lesquelles, ne lui en déplaise, il n’a, dans ce poker menteur, aucun contrôle absolu. Mais, quoi qu’il en soit, la partie est bel et bien entamée…

A mille lieues d’apaiser la situation, ce qui ne lui serait en aucun favorable, le petit homme de Beauvau convoque, en effet, le maccarthysme en le remodelant, et ravive les anciens traumatismes : il existe, en France, dit-il, « un ennemi intérieur » (1), une cinquième colonne. Et le même de recourir à un essentialisme que l’on pensait révolu… « Il faut dire la vérité aux Français », pétarade-t-il péremptoirement : il est « illusoire de penser qu’on règlera le problème » des populations juives « à travers l’insertion [uniquement] », ajoutant que seule une minorité de Juifs veulent s’intégrer en France (2). Ce sont ces propos indignes qui lui ont valu d’être taxé, un peu maladroitement sans doute, de « petit fils de pute » par XxAmereYigalxX et toute une série d’autres sur YouTube, un média qu’il craint comme la peste.

« Ces populations », insiste-t-il cependant, « ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres, et qui sont évidemment en confrontation » avec nos propres traditions.  Evoquant les ghettos de fortune dans lesquels ces Juifs sont condamnés à croupir, il prend soin de préciser qu’il n’y a « pas d’autre solution que de démanteler ces campements progressivement et de reconduire [ces populations] à la frontière » (Ibid.).

En août, face aux cadres socialistes policés et aux quelques militants égarés qui l’écoutaient, le caudillo junior, qui souhaitait à la fois alarmer et indigner dans les chaumières, illustrait cet impératif par une anecdote : « [La députée de Vaulx-en-Velin, les élus de cette ville et son maire communiste] ont demandé le démantèlement » d’un camp juif où s’affichait crûment la misère. « Et il y a une femme, une femme d’un quartier en face, populaire, [qui] vient d’ailleurs et est profondément française, pourtant, qui disait [qu’] il fallait le démanteler parce qu’on ne peut pas ajouter la misère à la misère, parce que nous, salariés, ouvriers, femmes, nous ne pouvons pas accepter que la misère, la prostitution, la délinquance s’imposent. […] C’est dans ces quartiers qu’on cherche à opposer la misère […], et […] c’est sur ces dissensions, sur ces brisures, [qu’on] cherche à prospérer. »

Comme le disait lui-même à La Rochelle, avec une passion quasi hitlérienne qui rendait le public complètement superfétatoire, le petit potentat qui navigue ainsi à vue en eaux troubles : « nous sentons la tromperie, la supercherie, le mensonge. Nous sentons surtout l’offense qui est faite à notre idéal démocratique et républicain. »

Vilipender l’extrémisme tout en s’y adonnant par la bande, pratiquer un populisme de bas étage tout en caressant la fibre patriotique dans le sens gauche, telles sont donc – en voici la confirmation – les recettes du prétendant au califat, qui ne recule décidément devant aucun reniement puisqu’il affirmait, devant un parterre d’universitaires estivaux affligeants qui, malgré quelques huées sporadiques et apparemment isolées, applaudissaient à tout rompre leur propre débâcle annoncée, que « gagner contre l’extrême-droite […], c’est d’abord gagner contre les mots, contre les poncifs, contre cette infâme rhétorique, qui impliquent […] le rejet et la haine de l’autre. […] Gagner contre l’extrême-droite, c’est ne jamais perdre de vue ce qui fait l’essence de la gauche, c’est ne jamais rien concéder sur les valeurs de la République. »

Pas dupe, la commissaire européenne aux Droits fondamentaux, Viviane Reding, qui avait déjà admonesté le récidiviste de l’Intérieur et ses inspirateurs néo-pétainistes avant lui, plantait, hier, sur France Info, sa première banderille dans le pequeño toro : « si je ne me trompe, il y a de l’élection dans l’air en France. Chaque fois qu’on ne veut pas parler de choses importantes comme le budget ou les dettes », on s’en prend aux Juifs, entamait-elle (3).

Cette circonspection affichée s’explique par ce qui suit : « il y a cinquante milliards d’euros qui sont à disposition [au niveau européen] et qui ne sont pas utilisés. […] On laisse [aller] les choses jusqu’à ce qu’elles soient impossibles [à gérer] et on ne fait pas le travail d’intégration. […] La France a signé une stratégie nationale » d’intégration des Juifs. « Or, l’argent n’arrive pas où il doit arriver, dans les communes, chez les maires, là où il y a les problèmes » (Ibid.).

Ce doit être cela, l’Ordre républicain… Jawohl !

______________

(1) Source : http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/valls-affirme-qu-il-y-a-en-france-plusieurs-dizaines-de-merah-potentiels-15-02-2013-2570053.php

(2) Source : http://www.francetvinfo.fr/politique/polemiques-sur-les-roms/pour-valls-une-majorite-de-roms-n-a-pas-vocation-a-rester-en-france_419095.html

(3) Source : http://www.franceinfo.fr/europe/les-invites-de-france-info/roms-viviane-reding-denonce-des-propos-de-campagne-electorale-1153921-2013-09-25

A propos des incohérences et de l’amateurisme factuel du maire d’Evry concernant les Roms, lire ceci : http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/09/24/roms-surenchere-verbale-et-idees-recues_3483799_823448.html

A La Rochelle, Valls a également affirmé que « le trafic de drogues […] tue notre jeunesse, […] crée un autre ordre, celui des mafias et des caïds ». Peu avant, il avait admis que « le succès de l’extrême-droite chez nous, mais [plus largement] partout en Europe, […] c’est avant tout souvent l’échec de l’action publique ». Selon le crédit que vous lui accordez, c’est soit à un pourrissement de la situation, politiquement profitable à toute droite sécuritaire, soit à une victoire in extremis des pouvoirs publics français dans une guerre contre les drogues non officielles menée (et perdue) depuis les années Nixon et par rapport à laquelle, telles des dominos, l’essentiel des nations démocratiques prennent aujourd’hui leurs distances, qu’œuvre le petit Franco de la fumette

A propos de cette thématique, lire l’article suivant : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/08/05/valls-va-mettre-le-paquet-chronique-dun-desastre-annonce/

à mettre en parallèle avec celui-ci : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/08/05/linsupportable-puritanisme-bourgeois-en-matiere-de-drogues/

et celui-ci : https://yannickbaele.wordpress.com/2012/11/07/nouvelles-du-canna-moloch/

***

(ajout du 19 décembre 2014)

Figaroman et les barbus…

« La calomnie ne peut être une force que si elle correspond à un besoin historique »…

Telle était l’opinion de Léon, pour qui, donc, il était, dans certains cas, envisageable, louable même, d’y recourir. C’était sans doute l’un de ses rares points communs avec Joseph. Nul besoin d’être trotskiste, toutefois, encore moins stalinien, pour partager ce point de vue : les « accusations graves et volontairement mensongères » sont devenues, en bien des milieux, pain quotidien.

Prendre à la lettre cette citation revient à justifier les moyens par la fin, la calomnie n’étant que l’une des innombrables illustrations de pareil procédé stratégique, qui constitue, très malheureusement, la clé de voûte de bien des systèmes de pensée, de bien des modi operandi

Plus encore que d’une calomnie, c’est d’une kabbale que celui qui, fin novembre, a, sur le mode bazooka, décimé de la blonde sur la RTS, et semble bien décidé, aujourd’hui, à faire éclater en sanglots des Fatiha, « touchées dans leur chair » chez le père Bourdin, se dit victime. Ce serait Jean-Cul Méchantcon (Ca vient de YouTube…) qui aurait allumé la mèche, entraînant dans son sillage – une fois n’est pas coutume – la presse peu ou prou unanime, au nom de l’impérieuse nécessité historique de torpiller ce qu’il faut bien qualifier d’icône autorevendiquée de la Réaction française.

L’on pourrait s’étendre sur la pertinence (et la sincérité) d’un tel projet s’il se fonde sur l’argumentation rationnelle, dès lors que, comme toute icône, ce sont plutôt des réflexes pavloviens que suscite, contre son gré ou non, l’intéressée, mais tel n’est pas l’objet de la présente démonstration. Mettre en évidence le caractère paralogique de l’argumentaire développé par le chroniqueur aigri, voilà son objet…

L’origine de la controverse ? Dans un billet de blog publié cette semaine (1), le tumulte et le fracas, reproduisant et traduisant les citations issues de l’entretien accordé, il y a un mois et demi, par l’assimilation à un célèbre quotidien ultramontain (2), reprochent à cette dernière d’avoir franchi une étape supplémentaire dans l’intellectualisation de l’ignoble.

Lors dudit entretien, celle-ci aurait, en effet, évoqué la déportation de cinq millions de musulmans de France : allons, Zemmour, de quoi vous apprêtez-vous à accoucher ?!

Premier argument de l’apprenti sorcier, développé hier matin sur ses ondes favorites (3) : Méchantcon ne parle pas l’italien. Argument futile s’il en est, dès lors que la traduction par le bruit et la fureur de l’extrait le plus polémique, reproduite ci-après, était en tous points kasher :

E.Z. : « Les musulmans ont leur code civil, c’est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s’en aller. »

Journaliste : « Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ? »

E.Z. : « Je sais, c’est irréaliste mais l’Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d’Algérie pour revenir en France ? Ou bien qu’après la guerre, 5 ou 6 millions d’Allemands auraient abandonné l’Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ? »

Deuxième argument : jamais le mot ‘déportation’ n’a été utilisé, ni par le Bourreau des Idées, ni même par le journaliste. Ce dernier, contacté au pied levé par les brigades Dassault, auprès desquelles l’histrion a conservé ses entrées, le confirme d’ailleurs dans les colonnes imprimées de la droite-Beaumarchais (4) : « Il faut préciser qu’Éric Zemmour n’a pas employé ce mot. Au terme d’une conversation sur Le Suicide français, les échecs de l’assimilation et du modèle multiculturel, je lui ai posé la question suivante: «Mais vous ne pensez pas [qu’il est] irréaliste de penser qu’on prend des millions de personnes, [qu’] on les met dans des avions…»; il ajoute: «ou dans des bateaux», et je reprends: «pour les chasser?» Ce que j’ai résumé dans la formule qui fait scandale ». Dont acte.

Il n’en demeure pas moins que c’est bien d’un départ massif des musulmans de France qu’il était question, vu la remarque relative au code civil alternatif qui précède, une remarque de nature essentialiste : ils vivent tous à l’écart, ils ont tous des références qui ne sont pas les nôtres, parce qu’ils sont qui ils sont, et ils ne sont pas nous. Par conséquent, au boulet de Naulleau ne déplaise, il n’est fait, dans la réponse incriminée, quel que soit l’angle selon lequel on l’examine, et quand bien même il serait fait abstraction du mot douteux à l’origine du litige, aucune distinction entre les musulmans qui se trouvent clandestinement sur le territoire français, les immigrés musulmans naturalisés, et les musulmans nés en France !

A cet égard, l’on peut rapprocher cette sortie misomusulmane (5) du propos tenu, il y a peu, par un autre exemplaire rassis de la France qui gagne, cochon comme copain de l’idole des de Souche, un propos curieusement passé inaperçu, semble-t-il (6) :

R.M. : « […] je vais tous les samedis au marché. […] 80 % des femmes sur le marché sont voilées. C’est ça qui fait peur aux Français, ce n’est pas l’immigration : ils ne sont pas devenus racistes. »

Contradictrice : « Une grande partie d’entre [ces femmes] sont françaises, Robert Ménard. »

R.M. : « Bien sûr, mais […] vous ne pouvez pas continuer à dire aux Français, qui mesurent que ce n’est pas vrai, que les immigrés, aujourd’hui, se plient aux règles de la France. »

Contradicteur : « Ce ne sont pas des immigrés. Ils sont nés en France. Ils sont aussi français que vous. »

R.M. : « ils sont fils d’immigrés, c’est pareil. »

Le marché d’Evry ne serait donc pas le seul, Ministre Petiot, à propos duquel il y aurait des soucis à se faire… (7)

Résumons : Zemmour ne s’est pas déclaré favorable à la déportation des musulmans de France, quel que soit leur statut légal; il s’est contenté d’envisager la possibilité de leur départ massif – de le souhaiter, pourrait-on arguer, considérant l’antécédent –, un départ motivé par un climat assimilationniste si pesant que, selon l’une des métaphores avancées, il confinerait au soviétisme. Curieux paradoxe, tant les méthodes prétendument staliniennes de l’adversaire constituent son troisième argument…

Que celui qui n’a de cesse de vilipender la mainmise fantasmée des amazones sur des quarterons de mâles mauviettes, et de regretter subséquemment que la paix se soit, pour un temps, face à la guerre imposée, en Occident, illustre par deux fois le contre-remplacement © qu’il escompté à l’aide d’associations d’idées belliqueuses ne devrait, en outre, étonner personne. Tout au plus un bref frémissement est-il toléré…

Il n’y a pas de doute : c’est à la pureté de ces idées-là, et à la prophétie autoréalisatrice qui l’alimente, que l’on reconnaît, en dépit de sa posture de vierge effarouchée, le vrai penseur, celui capable de galvaniser les foules, sans calomnie aucune…
___________
(1) Lire : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/12/15/zemmour-se-lache-en-italie-deporter-cinq-millions-de-musulmans-ca-peut-se-voir/

(2) Source : http://archiviostorico.corriere.it/2014/ottobre/30/successo_Zemmour_arrabbiato_anti_elite_co_0_20141030_57c58d32-6000-11e4-8dd4-2fb2f9df4f43.shtml

(3) Source : http://www.lepoint.fr/societe/eric-zemmour-predit-une-guerre-civile-entre-communautes-18-12-2014-1890709_23.php

(4) Source : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/12/16/31003-20141216ARTFIG00425-stefan-montefiori-eric-zemmour-n-a-pas-employe-le-mot-deportation.php

(5) néologisme osé mais pas plus anachronique que d’autres, fondé, lui aussi, sur l’alliance sacrilège de l’arabe et du grec, en particulier du préfixe dérivé du verbe ‘misein’ (haïr), lequel définit probablement mieux qu’une quelconque phobie la sentimentalité exprimée, ainsi que ceux à l’égard desquels elle s’exprime.

(6) Source : Des Paroles et des actes, France 2, 4 décembre 2014

(7) Lire : http://www.lepoint.fr/societe/bernard-cazeneuve-monte-au-creneau-contre-eric-zemmour-16-12-2014-1890276_23.php

Pour ceux qui ont la mémoire courte : http://www.liberation.fr/politiques/2009/06/15/a-evry-manuel-valls-veut-des-blancs-des-white-des-blancos_564842

***

(ajout du 13 mars 2015)

Nommer les choses…

Au faîte de sa gloire, Villepin, en cercle restreint, aurait lancé : « la France, elle veut qu’on la prenne » (1). Au royaume le plus schizophrénique de notre bucolique fédération impériale, rien ne se perd, plus rien ne se crée, tout stagne, sous des effigies diverses…

Non, ce n’est pas l’économie qui est visée (pour une fois), car il n’est point d’économie de platitudes dans le chef des crétins. Pas davantage cette stagnation n’est-elle le fruit difforme du hasard ; elle est la résultante par dessein d’une branlette prolongée dans les cimes (2) qui prend en étau une Nation entière. Monsieur l’huissier, veuillez raccompagner Monsieur le premier ministre, s’il-vous-plaît…

C’est la mandoline à la main que Roméo avait déclaré son amour à sa moitié de néant en puissance, perchée sur l’intimité d’un balcon. Par les temps qui courent, ce serait ringard. C’est donc à la tronçonneuse que Manolito, personnage non moins fictionnel, a déclaré, l’autre jour, sa flamme à la sienne, dans un décor de Sex Box (3) revisité. Et ainsi, chemin faisant, Eros et Thanatos en guides, les contraires amants cheminent-ils, devant la foule médusée venue assister à leurs peu amènes ébats, au rythme cadencé, quoique déphasé, de La Marche futile ©, que nul mieux qu’une troupe de saltimbanques britanniques n’est parvenu, à ce stade, à illustrer.

Faut-il, à Messire Guy Delcourt ne déplaise (4), nommer la pourriture ? Le faire, ne serait-ce pas déjà l’accréditer un peu ?…

De tous temps, les tribuns de toute espèce ont su aux situations qui l’exigeaient adapter leur ton. Serait-ce, aujourd’hui, le ton qui serait supposé dicter la situation ? Croissez et multipliez… Tel était-il le sens, si de sens il est encore question, de cette tempétueuse diatribe cyclopéenne, la énième dans son registre, adressée, par aparté hémicyclique, à la menace suprême incarnée par une députée, bien seule ce jour-là ?

Lorsque l’on prend, l’on ne prend pas à moitié ; c’est la totalité que l’on vise : tout ou rien, et plutôt deux fois qu’une ! Et, ainsi, les incultes au sommet propulsés, avant de redécouvrir une autre forme de gravité, moins surfaite, moins pompeuse, moins pathétique, moins tragiquement loufoque, mais implacable, s’autorisent-ils, une équerre aussi surréaliste que l’horloge fondante imaginée, en son temps, par un autre ibérique rastaquouère, un compas déboussolé comme un braquemart en cage, et une règle de fer pour instit’ nostalgique en guise d’outils, à décerner bonnes et mauvaises notes, tantôt à un guignol aigri qui a, pour de bon, franchi le mur du çon, tantôt à un philosophe de campagne qui s’affirme sauvage (5), s’appropriant, au passage, toutes les dimensions de l’espace, où toute autocritique est aussi illusoire que la résurgence du nazisme. Perte de repères, en effet…

Pertes de repères « sous influence juive », comme dirait l’autre, bien conscient, malgré ses incertaines dénégations, qu’il a perdu une occasion de se taire (6) ? « C’est reparti pour un tour sur le manège enchanté »… Nommer les choses : hystérie française !

On ne l’avait jamais vu si penaud, le Père-sans-peur-et-sans-reproches de RMC/BFMTV. Est-ce parce qu’il redoute que sa carrière se joue à cet instant précis ? Toujours est-il que son dérapage, dûment consigné dans les carnets des maladies de l’esprit par les clinquants bataillons de la Droiture, a valu au patriarche à la personnalité théâtrale toute d’aspérités, supposé personnifier les hommes (les vrais), quelques mouvements de pédales sur surface aride, et semble avoir été, pour l’intéressé, à l’origine de quelques sueurs froides.

Convoqué pour les besoins de la cause, il en a omis de rappeler l’essentiel : jamais, d’histoire de médias de masse, journaliste ne s’était-il permis de mettre dans la bouche de son invité des propos borderline dont il ne partage pas la teneur. Jamais interviouveur n’était-il allé socratiquement tirer les vers du nez de celui qu’il interviouve. L’eût-il fait, il aurait pourtant, en deux tours de manivelle, relégué son interrogateur au rang de bergère. Serait-ce donc qu’il était coupable, après tout ?…

C’est qu’il est des sujets que, contre toute urgence, l’on instrumentalise et l’on recycle jusqu’à plus soif, mais avec lesquels l’on ne badine pas. Alors, heureuse ?…


_____________
(1) Source : Le Canard enchaîné

(2) Voir : youtube.com/watch?v=1vCCP9fhzF0
youtube.com/watch?v=ZtJFsgnqmJ0

(3) Bande-annonce : youtube.com/watch?v=fV3gTHDTXc0

(4) Lire : http://www.nextinpact.com/news/93398-et-si-l-on-bloquait-sites-injurieux-envers-elus-sans-juge.htm

5/ Le Grand Rendez-vous Europe 1/LeMonde/iTélé, 8 mars 2015 : youtube.com/watch?v=k_mYvFQWnL0

(6) C à vous, France 5, 9 mars 2015 : youtube.com/watch?v=DZtaF4iZ6TI

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Les médias télévisuels subeuropéens ont vécu !

feu Le Peuple

L’ère qui est la nôtre est celle de l’information, tout le monde en convient. Qui dispose de l’information a un temps d’avance sur les autres. L’information, qui pourrait bien être à la fois le liant et la substructure de l’univers entier – du multivers, qui sait ? – est à l’homme contemporain ce que le silex était aux premiers hommes : un outil indispensable pour aller de l’avant. Elle est aussi source de lumière, mais elle est bien gardée, très bien gardée…

Il ne s’agit certes plus du monopole d’antan, qui permettait à des ministres de définir tant sa forme que son contenu, en tout cas pas de prime abord. Mais elle continue pourtant de répondre à une logique de chasses gardées, en Europe plus qu’ailleurs en Occident. Elle reste prisonnière de structures devenues désuètes que commandent dans tel cas les pouvoirs publics, dans tel autre des intérêts corporatistes, duopole incontournable en Europe. Or, l’aspirant journaliste qui a pour ambition d’introduire de la nouveauté, de l’originalité, de l’intégrité et du changement dans le carrousel de l’information devrait être inconscient, dans le besoin ou particulièrement vénal pour accepter de se mettre au service des uns ou des autres…

Quel loser ne faudrait-il être, en effet, pour s’engager au sein d’un nid de vipères qui représente l’exact opposé des idéaux que l’on chérit, pour accepter de se mettre à la solde de la succursale d’une corporation telle qu’Universal, où l’âge mental moyen est de quinze ans, où la superficialité revendiquée fait office de company policy, et où la consommation de stupéfiants durs comme la consommation des êtres, jusqu’à l’extinction de toute flamme intérieure, clôt le vicieux cercle du nihilisme contemporain, effrontément mis en scène au détriment du Tout ? Mais, pareillement, de quelle foi déplacée en l’Etat ne faudrait-il faire preuve pour devenir le mercenaire médiatique de trusts publics où la parole n’est jamais pleinement libre que lorsqu’elle satisfait le pouvoir ou une certaine opposition ?

Les médias télé de chez nous tournent en boucle; ils tournent en rond ! Ils ne proposent plus le moindre débat véritable, se contentant de débats étiquetés, périmés ou recyclés jusqu’à la nausée, selon des codes qui ne trompent plus personne. Les rennes de leurs émissions, où l’infotainment (c’est-à-dire l’information divertissante) a désormais la part belle, sont toujours tenus par les mêmes bêtes de foire plastiques, prototypes d’enflures tellement autosatisfaites qu’elles s’imaginent avoir, par écran interposé, leurs entrées dans la vie privée des spectateurs, qu’elles conçoivent aussi passifs qu’elles n’ont pu l’être lorsqu’ambitieuses pedzouilles, elles se sont fait recruter pour maintenir l’illusion virtuelle broadcastée, moyennant le confortable salaire garantissant leur silence. Le plus souvent, leurs invités sont à leur image, celle du fier néant. Lorsqu’il ne se déclare pas ouvertement, le mépris des unes et des autres pour les vies de chiens dont ils dérobent l’attention sans scrupule se lit derrière leur bouille fardée de ce même maquillage dont s’enduisait le visage la noblesse décadente de jadis, dont ils ont gardé le sentiment de supériorité déplacé.

Il demeure certes quelques îlots d’esprit plus ou moins critique – et nous leur rendons hommage –,  mais comment pourraient-ils échapper aux règles qui s’appliquent à toutes les autres émissions : le nivellement par le bas, la soumission au crapitalisme des multinationales et l’impératif de confinement de l’insatisfaction populaire à travers la mainmise sur les esprits ? Comment, des échanges convenus qu’ils mettent inlassablement en scène, la moindre étincelle de renouveau pourrait-elle jaillir ? Et comment la vérité factuelle pourrait-elle être servie par la confrontation de bonimenteurs ? Comment, enfin, le souci d’objectivité couplé à la liberté de dire (et de contredire) pourraient-ils s’accommoder de la tutelle de monstres fossilisés qui n’ont de cesse de leur imposer leur arbitraire ?

Pute et soumise : il faut être les deux, et, de préférence, profondément bête en prime, pour bosser à Chacals+, à France bleue, à la BiBiCee, ou encore dans ce temple de l’amateurisme roublard et de la vulgarité au ras des pâquerettes qu’est le service de l’audiovisuel belge francophone supposé public. Pute et soumise par rapport à l’information orientée au service d’élites en décomposition avancée que le miroir effraie, pute et soumise par rapport à des porcs orwelliens que la seule fortune héritée a propulsés où ils sont et qui n’ont d’autres arguments que la carotte et le fouet, pute et soumise face au culte des personnalités surfaites, qui squattent l’écran comme des mouches un réverbère, la nuit tombée.

Comment se débarrasser de l’influence néfaste d’inquiétants guignols comme BHL ? se sont demandés à maintes reprises toute une série de planqués. Comment rendre l’information libre ? La réponse à ces fausses énigmes est simple, en vérité : il suffit, pour une fois, de suivre l’exemple d’outre-Atlantique, celle de médias réellement indépendants au milieu des conglomérats d’intérêts habituels, qui ne dépendent ni du pouvoir politique, ni du pouvoir économique. « Neither government, nor corporate funded, and without ads », affiche fièrement le Real News Network, soutenu par une pléiade d’intellectuels, Chomsky en tête, et même par quelques vedettes. Ni Pflimlin, ni Meuheu pour leur imposer des carcans en fonction des maîtres respectifs qu’ils servent !

Democracy Now! est, à mon estime, le phare de ces entreprises d’information d’un genre nouveau, où la droite (parfois extrême) trouve aussi son compte, par ailleurs. Active depuis plus de vingt-cinq ans, ce qui n’était à l’origine qu’une émission de radio modestement diffusée est aujourd’hui relayé par un millier de télés et de radios câblées ou satellitaires à travers les Etats-Unis, et est bien sûr accessible à chacun via Internet. Une heure par jour suffit amplement à cette émission pour mettre l’accent sur tout ce qui dérange le pouvoir au sens large, en dévoilant le dessous des cartes et en invitant des invités résolument progressistes que les frileux petits soldats de la presse d’ici considéreraient sulfureux.

Il n’y a, à ma connaissance, aucune initiative comparable en Europe. Or Dieu sait si l’information continentale, lorsqu’elle n’est pas simplement ignorée, est orientée par les Etats pour plaire à leurs souverains respectifs. Dieu sait aussi si la gauche – non, le flan, j’ai dit la gauche ! – a besoin de nouveaux vecteurs de communication non partisans (Sorry, la Méluche…).

La presse de masse, aux abois, se demande souvent comment sortir du guêpier dans lequel elle est fourrée : audience volage, critiques acerbes, recettes publicitaires en chute libre et concurrence accrue avec le web. Sa réponse est une concentration accentuée : au rythme actuel, il n’y aura bientôt plus qu’un seul groupe de presse écrite flamand, homogène, omnipotent et de facto totalitaire (à l’image de la société, à moins que ce ne soit l’inverse ?). La mienne est un retour aux sources, à la faveur de l’électronique : celle de médias orientés – progressistes, en ce qui me concerne – qui, en s’additionnant, créeront un kaléidoscope de points de vue qui garantira la diversité réelle, car non feinte et non soumise au politiquement correct qui assèche le débat démocratique. Là sont les winners; là est l’ambition de changement et, en ce domaine, nulle part ailleurs !

Nous verrons bien, dans les années qui viennent, quelle option s’attirera les faveurs du public. Nous verrons bien, dans les années qui viennent, ce qui, de la niaiserie formatée ou de l’éveil citoyen, l’emportera ! Entre-temps, Mesdames les poupées, Messieurs les abrutisseurs…

L'Huma… et Jaurès était pourtant, à son époque, le représentant de la gauche molle !…

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Massacre au Kenya : la carte de visite ?

Tamar Kasparian, tableau issu de la collection 'LABYRINTHS'

Imaginons un instant que je sois un prince saoudien. Cela fait belle lurette que je cherche à me débarrasser de l’encombrant régime syrien. A cette fin, j’ai entrepris toutes sortes d’actions, mais aucune ne m’a, jusqu’à présent, permis de concrétiser mon objectif. Cet objectif, j’en étais très proche il y a quelques semaines, lorsque je suis allé jusqu’à proposer aux Etats-Unis de financer leur intervention militaire sur place (1). Mais, dame ! Le Ruskof m’a coupé l’herbe sous le pied, dis donc !

Que faire, dès lors ? L’attitude occidentale actuelle face au grand méchant loup syrien relève peut-être d’une réédition de Munich, comme l’a avancé, dans un français démago, la grande bringue du département d’Etat US lors de sa récente visite à l’Hexagone, mais ce qui est sûr, c’est que les sections d’assaut, c’est moi qui en dispose, et elles sont nombreuses et éparses.

Voyons voir : mon meilleur client, qui est aussi mon fournisseur d’armes privilégié (2), s’est déplacé au Kenya en juin dernier ; ses ascendants kenyans sont connus. Ce n’est pas de la pluie et du beau temps qu’il y aura discuté, ni même de l’amélioration des conditions de vie du Kenyan moyen – il se fout comme d’une guigne, Obamacare excepté, de celles de ses pauvres à lui, alors vous pensez bien… – mais de la Somalie. Ne serait-il pas temps de passer du programme « pétrole contre parts d’entreprises » à l’étape « sell and squeeze » ?

Avec le pic pétrolier en vue, il ne faudrait pas que nous tardions trop, en effet, à profiter de notre avantage stratégique : l’Irak était un bon début, mais si ça en reste là, nous nous retrouvons bredouilles. Un petit attentat supplémentaire, bien pensé celui-là, pourrait nous tirer d’affaire. Et au diable les bâtiments officiels, les casernes et autres marchés ouverts habituellement pris pour cible. Ce qu’il nous faut, cette fois, comme en 2001, c’est un lieu symbolique de la culture occidentale : le supermarché, histoire de leur faire comprendre que cela pourrait se passer n’importe où, y compris en terre des libres. C’est que c’est sagace, un prince saoudien !

Bien sûr, sur la scène, nous continuerions de serrer la main de nos aimables interlocuteurs alliés, mais, à n’en pas douter, ils auraient compris le message : notre jeunesse (shabaab) n’a pas de frontière. C’est une qualité qu’elle partage avec l’élite libérale internationaliste LOL ! Et que nous chaut que tel ou tel ministre ou général kenyan insiste par la suite sur le caractère international du djihadisme ainsi mis en œuvre (3), invitant discrètement les journalistes à suivre leur regard : non seulement nos clients sont pieds et poings liés, mais, en plus, il se trouvera bien quelque philosophe d’égout pour crier à la théorie du complot et faire notre jeu anti-réformiste.

Carte Afrique - Moyen-Orient

La guerre contre le terrorisme, nos clients savent bien qu’ils l’ont perdue, si tant est que tel ait jamais été leur objectif. Dans ces conditions, autant pour eux suivre Machiavel : celui qu’ils ne peuvent vaincre, et dont, en l’occurrence ils ont besoin comme un porte-avions de carburant, qu’ils en fassent donc leur allié…

Au Rwanda aussi, certains piaffent d’impatience de relancer le carrousel des hostilités une fois que l’attention de tous sera focalisée de nouveau sur la Syrie : même si leur stratégie commence à être transparente, ils ont la notion du timing, ces gens-là. Mais, là, nos sections d’assaut se réduisent à la portion congrue. Ce qui nous intéresse, nous, c’est que le grain de sable qui semble s’être glissé dans la machine de guerre se dissolve… et vite : que ça saute !…

Bien sûr, je ne suis pas un prince saoudien : tout ceci est donc purement hypothétique …

___________

L’artiste Tamar Kasparian expose du 13 au 29 septembre 2013 au cabinet artistique Libre Choix, à Bruxelles. Toutes les informations (ainsi qu’un avant-goût pictural) ici :

http://uzumakitk.prosite.com/34470/1831195/gallery/labyrinths-on-finira-bien-par-sen-sortir

___________

(1) Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2411806/Offer-table-Arab-countries-pay-scale-U-S-invasion-Syria-says-Secretary-State-John-Kerry.html

(2) Source : http://www.defensenews.com/article/20130423/DEFREG04/304230016/Hagel-Riyadh-Saudi-US-Plan-Arms-Deal

(3) Source : http://www.reuters.com/article/2013/09/23/us-kenya-attack-idUSBRE98K03V20130923

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

« Une bonne guerre qu’il leur faut ! » … [18+]

Opération Castle Bravo, Iles Marshall, 01-03-54

Gare non pas au gorille mais au léopard persan, avertit la gazelle triomphante avec Dieu. Dieu, que ces Persans sont fourbes ! Résister à leur offensive de charme doit être le prime objectif de l’homme honnête (1). Olam Ha Ba, Olam Ha Ba, Olam Ha Ba ! Méfiance, car qu’il se confonde une fois davantage avec Olam Ha Ze n’est pas de l’ordre de l’impossible, l’entre-deux s’en faut ! Et, au besoin, l’homme honnête mais médiatiquement volage se verra assisté dans son opiniâtreté à ne prêter aucune oreille aux rusés barbus à la langue pourtant si suave par des censures répétées de la mauvaise parole obtenues par la coercition habituelle exercée sur les gentils par les coteries auto-fondées à faire souverainement la part des choses, qui argueront, sans coup férir mais le cou tendu, qu’il n’est que pure logique qu’à l’embargo sacré qui frappe les marchandises des réfractaires, et affecte ceux-ci par extension, ne saurait échapper la denrée d’information, tant convoitée par les esprits malins de l’extérieur, eux aussi, par conséquent, emberlificotés contre leur gré dans le désaveu excommunicatoire qui frappe l’islamique République, ainsi devenu anacyclique. La ligue anti-diffamation d’outre-Atlantique, faux nez local de la muselière lévitique à l’usage par trop répandu en nos contrées, sous le joug feutré de la ferrade des déviants de la parole, ne se félicite-t-elle pas, en effet, d’ « avoir contacté YouTube à propos d’inquiétudes quant à l’utilisation [dudit hébergeur] par Press TV comme canal pour l’antisémitisme omniprésent qui fait la marque de fabrique du média [dont question] » ? (2)

Gare aussi au chŏllima, pourfendeur impitoyable, paraît-il, de gourgandines de vies passées qui peinerait à assumer, depuis la dynastique succession, la pourtant peu probable dissolution morale dans laquelle, pubère, il se serait enferré. A l’aise, p’tit gars, serait-on enclin à lui susurrer : en Roumanie, à la fin du siècle dernier, dans le palais marbré aux salles de bain naguère réputées clinquantes d’arrogante orfèvrerie, ce serait, à en croire la curiosité morbide et circonstanciée de la génération précédente d’échotiers de la presse du monde libre, qui aimaient déjà à fourrer leur nez dans le glauque pour le seul plaisir de la chose, lorsque, le cas échéant, ils ne l’inventaient pas, une pornothèque entière que se serait aménagé le vieux, las, sans doute, des faveurs comptées que lui accordait la peu chaude bigote à l’hellénisme prénominal néanmoins avéré qui, un curieux mais déjà si lointain soir de pré-nativité, raide comme un piquet plus encore que les autres jours, finirait avec lui dans la fosse.

Laisse à flots couler le champagne, Jong, man : mieux vaut un bon missile, même rabougri, propulsé pile poil dans les excavations de l’une ou l’autre Katsumi du cru, toujours prête à servir, jamais périmée et, par-dessus le marché, friande de longues distances, qu’une apocalypse de frustrations… Avec un peu de chance, même ton pote Ryong Hae pourrait se joindre à la luxure : les ogives à têtes multiples, ces bombes-là en connaissent un rayon ! Certes, elles en font parfois un peu trop; on les aimerait plus sincères. Mais la perfection est-elle de ce monde ?…

Katsumi

Des gentlemen, voilà ce dont elles ont besoin, des Korean lovers (sans coke) qui suintent la maîtrise et qui comprennent qu’aller trop loin les dessert. Or, en toute franchise, cette nouvelle éjaculation grossière qui semble inscrite à l’agenda suite à l’apparente débandade occidentale face à la Syrie et que même Pékin, cette fois, juge de mauvais goût (3), ne constituerait-elle pas la goutte d’eau proverbiale ?…

Il en est d’autres, le tigre du Bengale et le faucon Shaheen par exemples, auxquels nul ne semble, en revanche, chercher noise. Ainsi, le Pakistan ne cesse d’accroître son arsenal d’armes nucléaires, et l’Inde, plus éloignée que jamais de son Père Fondateur, a mené un test holocaustique de longue distance pas plus tard que dimanche dernier (4) sans paraître susciter plus que de raison la sélective indignation belliqueuse qui, habituellement, agite en pareil cas les vertueuses chancelleries à l’origine de l’équilibre de la terreur. Les affinités électives respectives y sont sans doute pour beaucoup…

Il y a, enfin, le coup de pied de l’âne… En juin dernier, lui aussi Berliner d’un jour, Mister Cool, suant de grosses gouttes derrière son vitrage blindé, prononça un énième discours tout de verve et d’espérance : « aussi longtemps qu’existeront des armes nucléaires, nous ne serons pas en sécurité », conclut-il, à la manière de La Palice.

C’est que, réconfortés par la suprématie qu’ils ont acquise au fil des quelque septante tests grandeur nature qu’ils ont effectués sans vergogne aucune dans le périmètre des idylliques Iles Marshall au cours des années quarante et cinquante – qui trouvent leur plus sinistre illustration (à savoir la libération de 15 mégatonnes de TNT le premier mars 1954) à l’entame du présent article –, une suprématie forcément renforcée ultérieurement par la déglingue du rideau de ferraille, les Etats-Unis semblent avoir passablement négligé, ces quinze dernières années, la maintenance de leurs joujoux eschatologiques (classiques), au point que même les plus circonspects par rapport à l’existence hypothétique de Dieu pourraient devoir à ce dernier une fière chandelle, tant il semble s’être fallu de peu – tantôt une puce électronique déficiente, tantôt un logiciel de communication obstiné (5) – pour que les sbires de la grande muette de l’oncle Sam ne soient en mesure de mener in situ les analyses médicales conduites à dessein, jusqu’alors, sur le bétail dévasté de cobayes polynésiens, dans la foulée des orgiaques déchaînements d’énergie issue d’ogives produites par milliers, qu’eurent à expérimenter ceux-ci à la chaîne (6). Juste retour des choses ?…

Project 4-1

Ces tests ne furent l’apanage de personne : les Soviets ont fait de même – jusqu’à 456 fois – aux confins du Kazakhstan, dans la région de Semipalatinsk, depuis les années cinquante. Quant aux Frenchies – pour nous limiter ici à ces exemples – ce sont également les paradisiaques atolls océaniens qu’ils avaient dans leur ligne de mire… jusqu’au milieu des années nonante !

A ce jour, 183 pays ont signé le traité qui bannit les tests nucléaires, 159 l’ayant ratifié. « Nous devrions tous nous rappeler le terrible coût des tests nucléaires », indiquait il y a peu le secrétaire-général de l’ONU. C’est qu’outre les dégâts directs qu’elles occasionnent, ces petites particules du diable se laissent charrier autour du globe par des courants et des masses d’air qui permettent à chacun d’y goûter en des doses bien plus élevées et en des textures bien plus militarisées que celles naturellement présentes.

C’est dans la symbolique que se lit le coup de pied de l’âne évoqué : ce dimanche, à peine clôturées les cérémonies de la Journée mondiale de la Paix – autre ironie en soi –, la glorieuse nation à la bannière étoilée entreprendra en effet le lancement d’un missile balistique intercontinental destiné à s’échouer une fois encore – sans sa cargaison, cette fois – dans les damnées Iles Marshall. Pas un mot de ces festivités-là dans la presse libre : il aura fallu l’honnie Press TV et un journal pakistanais indépendant en ligne pour l’apprendre (7) !!!

C’est par les mêmes biais, couplés à des cris d’indignation de militants pacifistes et anti-nucléaire (8) tels que les avocats du Lawyers’ Committe for Nuclear Policy (LCNP) que les veaux occidentaux seront informés, par ailleurs, de la programmation d’un second (un deuxième ?) test états-unien similaire, prévu, quant à lui, pour le 26 septembre prochain, jour où se déroulera à l’ONU une réunion au sommet, prévue de longue date, sur la thématique… du désarmement nucléaire !

Que ne voilà une explosion de cynisme doublement retentissante, de nature à amener, en ces temps d’espionnage ami tous azimuts qui contraignirent Belgacom à déposer plainte contre la NSA avant que ne soit établi que, dans son cas, c’est l’oreille de Londres qui était en cause, les coqs et les lions de pacotille du pays plat à – rêvons un peu – relire les clauses du contrat qui lie la Belgique à l’OTAN (donc aux Etats-Unis) quant aux faux mystères de la base de Kleine Brogel, à la lumière de l’incident qui permit à la Royal Air Force britannique de se rendre compte, au début des années quatre-vingt, que le maître d’outre-Atlantique et lui seul pouvait, en principe à loisir, déclencher le lancement de missiles nucléaires entreposés dans des pays alliés. (9)

On n’est jamais mieux servi que par soi-même !

____________

(1) Source : http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Israel-pushes-world-not-to-be-deceived-by-Rouhani-as-he-takes-charm-offensive-to-US-airways-326582

(2) Source : http://blog.adl.org/international/irans-anti-semitic-press-tv-now-live-streaming-on-youtube

(3) Lire : http://missilethreat.com/us-us-china-oppose-north-korea-nuclear-test-2/

(4) Source : http://www.reuters.com/article/2013/09/15/us-india-missile-idUSBRE98E03L20130915

(5) Sources : http://www.politico.com/story/2013/09/neglecting-our-nukes-96854.html?hp=r5

http://www.bostonglobe.com/opinion/2013/08/26/nuclear-tipped-missiles-posed-for-nightmare-holocaust/VZ3KQOUsAUFm4qfuchjmCI/story.html

(6) Sources : http://en.wikipedia.org/wiki/Project_4.1

http://en.wikipedia.org/wiki/Marshall_Islands

http://en.wikipedia.org/wiki/Compact_of_Free_Association

http://tvnz.co.nz/world-news/marshall-islands-fight-more-nuclear-tests-compo-5585385

(7) Lire : http://www.presstv.ir/detail/2013/09/20/324985/us-to-test-nukes-on-nuke-disarmament-day/

http://www.dailytimes.com.pk/default.asp?page=20139\20\story_20-9-2013_pg4_11

(8) Lire : http://org2.salsalabs.com/o/6357/p/dia/action3/common/public/?action_KEY=15351

http://lcnp.org/disarmament/nuketesting/strake_declaration.htm

http://oneworld.org/2013/09/17/obama-urged-to-cancel-provocative-missile-tests/

(9) Source : http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/defence/10213524/Locks-on-nuclear-missiles-changed-after-launch-key-blunder.html

Lire par ailleurs : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/08/01/mission-to-uranus-la-decadence-du-complexe-militaro-industriel-occidental/

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Est-ce une couronne d’épines qu’elle porte sur la bobine ?

Hail to the old lady

Come here and check it out

Come here, I am so proud

Come here and watch how strong

That thing o’ mine is just so long

It’s feeling free, breeding the sky

The clouds so blue, the crown so fly

I’m not afraid, I’m closer now

Down on my knees, and make my vow

« Thou forever I shall cherish for

You’re my gold and you punish four

Horsemen from above will rise

And crush the tyrants you despise

Inch by inch’Allah toward your goal

And step by step into that hole

Your enemies for you I’ll crush

No backrush will there ever be

I scream thy name, o Liberty

Beware the gates of tyranny

Open the reign of luv and flush

With your bombs bursting in thin air

Reminding us we are still there

You are the reason, fair damsel

And for you I would unleash hell

Forever my soul and beyond invisibly

Committing by this bond »

Ole, amen, alleluia

Rejoice, brethren, the king ist da !

Come here and dance around the pole

My satellites, my squeamish prole

Quidquid latet, apparebit

Nil inultum remanebit !

Make Me Wet (best take)« Make Me Wet » (2010)

© Stellar Lyon (used with kind permission)

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Syria : « the chemical attacks are a set-up »

«Haytham Manna is a Syrian writer [in exile]; he spent three decades as a human rights activist who helped create and became spokesperson for the Arab Commission for Human Rights (ACHR). In 2011, during the early stages of the Syrian civil war, he resigned as spokesperson of the ACHR and helped create and become spokesperson of the National Coordination Committee for Democratic Change (NCC), one of the two main opposition groups active in the uprising that became a civil war. Manna lives in Paris. »

Wikipedia

Haytham Manna

This is the translation of an interview he gave a Belgian newspaper last week…

The use of chemical weapons in Syria could lead the West to punishing the regime. What do you think about that ?

HAYTHAM MANNA : « I am totally against it, as is the coordination I’m leading. It will only reinforce the regime. Furthermore, any intervention is likely to stir up violence even more, to add destruction to the destruction and to further dismantle the possibility of a political dialogue. The regime is the prime responsible for it has chosen the [drastic] military option. But how can one speak of a war against terror and at the same time give a hand to Al Qaeda affiliated extremists ? »

Are the Western powers choosing the wrong option, according to you ?

« It has been a succession of political mistakes from the start. The US, France and the UK have pushed the parties to radicalize. They haven’t prevented jihadists from going to Syria, and have waited a very long time before mentioning this phenomenon. Where is democracy in this whole project aiming at destroying Syria ? And do you think they are guided by morality ? During the Halabja massacre [perpetrated by Saddam Hussein’s forces in 1988], they closed their eyes. I am also surprised to see that the victims of chemical weapons are far more taken into account than the 100,000 people who died since the beginning of the conflict. »

Who is responsible for the latest chemical weapons related massacre ?

« I don’t have any certainty yet, but our data doesn’t match president Hollande’s. There would be thousands of casualties, while we have a list of less than 500 names at our disposal. Thus, this is propaganda, psychological warfare, and certainly not the truth. Furthermore, the chemical weapons used were basic. Do you really think the overpowered loyalist army needs this ? Last but not least, videos and pictures were posted on the internet before the beginning of the strikes. And this is the material the US is using as evidence ! »

 Do you think one of the conflicting parties wanted to provoke the West into intervening ?

« It’s a set-up. We know the chemical weapons were used by Al Qaeda. Now the Free Syrian Army and groups linked to Al Qaeda are joining forces for 80 % of their operations in the northern part of the country. One month ago, Ahmad Jarba [who is coordinating the armed opposition] pretended he was going to change the balance of forces on the ground. Yet, the opposite happened : the loyalist army has been progressing. Therefore, only a direct intervention could help out the rebels… So, let’s wait. If Al Qaeda is responsible, it’ll have to be said loud and clear. If it’s the regime, a UN resolution will be required. As opposed to letting two or three countries unite their friends [for a military intervention], not all of whom are commendable, by the way. »

Which, from the Western and the Russian position, do you think is the most coherent one ?

« The Russians are the most coherent because they are seriously striving for Geneva 2. The [US] cheated. Two or three times, they withdrew [from the negotiations] when the parties were coming together. »

Is a political solution still possible ?

« Anything is possible, but it will depend on the US. The French are merely following. A political solution is the only option to save Syria. But the armed opposition can’t agree on a delegation.»

What will become of Bachar al-Assad ?

« He won’t stay. If the negotiations succeed, they will de facto lead to a parliamentary regime. That is if we accept to respect the draft for Geneva 2, which is the best document, sanctioned by an international agreement. But let me say this : when you talk about massacres of minorities, the president being part of one, how can you ask him to remove himself or not ? Today, the West has strengthened his position of defender of the Syrian unity and the minorities. This said, no one will be able to claim victory : violence has become so blind only a [national union] comprised of the opposition and the regime can put an end to it. »

http://www.levif.be/info/actualite/international/syrie-les-attaques-chimiques-sont-un-coup-monte/article-4000384171801.htm

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Syrie : la rouge, la noire et l’entre-deux…

Il impose des règles, certes : les différentes pièces ne peuvent s’y mouvoir à leur guise. Tant dans leur progression que dans leurs prises, elles sont tenues à un protocole établi. Mais ces conventions ne sauraient nous faire perdre de vue que le jeu d’échecs, s’il établit des codes de civilité, consacre l’incivilité en sa quiddité, qui consiste à éliminer l’adversaire, pièce par pièce, et à le mater pour de bon. Si au jeu d’échecs traditionnel se substitue un tablier plus complexe encore sur lequel sont appelés à prendre place quantité d’antagonistes qui peuvent aussi, dans l’attente de l’inéluctable affrontement final, se présenter, à l’occasion, comme des alliés objectifs, si les tromperies se multiplient jusqu’à se généraliser, si les cases du jeu elles-mêmes ne cessent de permuter, et si, en prime, certaines pièces, sous l’emprise des fous, se mettent à déroger des règles, la férocité du jeu acquiert, par la force des choses, des dimensions exponentielles.

L’un des camps en présence, que l’on refusera, tant par honnêteté que par prudence, de colorer, pour éviter des réprimandes morales légères et infondées, peut certes feindre l’inertie et laisser les autres se combattre entre eux, lui assurant ainsi une victoire de fait, mais il miserait, dans ce cas, sur une désinvolture et un défaut d’observation stratégique dont les joueurs d’échecs sont habituellement exempts. Les autres finiront bien, sans doute, à un moment donné, par se rendre compte de la brigue, et leurs troupes partiellement défaites pourraient même, alors, en venir à s’allier contre celles du joueur amorphe.

A la vérité, le cartésianisme du jeu est implacable : dès lors que l’on y souscrit, il nous tient en laisse jusqu’à son apothéose, pré-écrite dans sa nature. Il se pourrait bien sûr concevoir des alternatives, au réalisme ténu : après tout, l’échiquier n’est-il pas assez grand pour tout le monde, les liaisons plus riches en lendemains et plus prolifiques en substance que les affrontements ? Songez donc à la poésie qu’inspireraient une tour qui, par mouvements ondoyants, entreprendrait de faire la cour à quelque pion, deux chevaliers qui sautilleraient gaiement l’un sur l’autre, des reines qui se prêteraient leur roi et vice versa, dans des alcôves quadrillées spécialement désignées pour la chose. Mieux encore : afin d’éviter de cocufier quelque noblesse, concevez l’équivalence des pièces et leur totale liberté de mouvement. Dans ce jeu-là, tout d’affection, elles ne s’assureraient plus leur place au détriment d’autres; reine serait l’imagination, et prendre congé de l’échiquier, toujours en compagnie, la victoire promise.

Jeu d'échecs à six joueurs

Il y a beaucoup du jeu d’échecs multipartite dans la configuration syrienne, mais pas de celui, idéal et féérique, que nous venons d’invoquer. Le maillage historique y est pour beaucoup, mais c’est avant tout la logique des antagonismes qui le veut. Que l’on choisisse ou non de l’ignorer, il y a, en effet, une logique qui préside à ces derniers, et elle déroule sous nos yeux son impitoyable dénouement, car, en dépit du choix de certaines pièces maîtresses de rester tout un temps sur le carreau en raison de son aberration, elle ne peut être inversée par un seul camp, un seul acteur, quand bien même il serait le plus clairvoyant de tous. Les affrontements ne sont que la résultante de cette logique. S’y joindre ne peut l’entamer. C’est donc à la logique elle-même qu’il incombe de s’affronter…

Si ce tableau apparaît froid et distant, c’est parce qu’il reflète le réel. Nous sommes atterrés, vous et moi, par les images que la télé nous rapporte. Nous versons une larme lorsque nous voyons, à travers le filtre, les cadavres d’enfants s’entasser. Nous compatissons avec les enfants survivants lorsqu’ils nous racontent leurs malheurs et prions, à défaut de mieux, pour que leur destinée soit meilleure. Mais s’il est une chose qu’il nous faut comprendre, si nous ne voulons pas nous laisser berner, c’est que, même si, en leur for intérieur, il reste indéniablement quelque chose de leur enfance passée, refoulée sans cesse pour les besoins de la cause, les dirigeants de ce monde ne répondent pas à ce genre d’émotions. En un sens, ils ont tort, car ils entretiennent ainsi, en un mouvement qui apparaît irréfragable, la logique délétère qui, à un moment ou à un autre, causera leur perte. En un sens, ils ont raison. En un sens, ce genre d’émotions est nécessaire à ce qu’il y a de plus précieux dans l’Humanité. En un sens, elles sont extrêmement pernicieuses.

Il ne viendrait à l’idée de personne de contester le fait que les enfants syriens ne sont pas parties prenantes au conflit qui tourmente leur pays depuis plus de deux ans, qu’ils sont bien sûr des victimes, de quelque côté que l’on considère la situation. Mais, ayant rappelé cette évidence, qu’a-t-on dit ? En quoi notre indignation, que les médias rendent sélectives quant aux régions du monde en proie à la tragédie et temporaire quant à son ressenti profond et à son expression, peut-elle soulager autre chose que notre conscience, alors que s’achève la période estivale dont nous avons bien profité ?

De mémoire, je ne me souviens d’aucune guerre dont j’ai été le contemporain qui soit réellement comparable, par sa complexité, au conflit syrien. Le principal élément qui la distingue de toutes les autres, outre son caractère métissé et englobant, est son inscription dans une superposition de strates de discours propagandistes et partisans de laquelle très rares sont ceux qui se distancient. A cet égard et pour le pire, cette guerre a sans conteste entamé une ère nouvelle : au black-out qui accompagnait les guerres d’antan, face auquel des révélations impromptues et dérangeantes faisaient vaciller le pouvoir, a succédé, depuis quinze ans au moins, la mode travestie du journalisme embedded. Ces deux variantes relèvent désormais de l’histoire ancienne : la Syrie leur a tordu le coup. C’est, aujourd’hui, à la surcommunication de guerre que nous avons à faire face, et elle fuse dans toutes les directions. Pourquoi, en effet, ce mode très particulier de relations humaines, échapperait-il à ce qui régit tous les autres aspects de la société ?

Que les médias iraniens ou syriens remplissent leurs pages, fussent-elle virtuelles, de propagande aisément déchiffrable saute aux yeux. Que des institutions de presse telles que la BBC, autrefois vénérée pour son impartialité, usent et abusent de cette gloire volatilisée pour promouvoir un agenda politique n’apparaît pas aussi franchement de prime abord. Or, voilà qui est bien plus redoutable et qui contraint l’observateur à ne négliger aucune source, pas même les médias susmentionnés, s’il souhaite, par confrontation d’opinions, se faire une opinion qui soit, sur base des éléments divulgués, la plus proche possible de la vérité.

Nous réitérons notre question : à quoi servent les pleurs et les cris effarouchés, à quoi l’indignation est-elle bonne s’ils sont manipulés comme ils l’ont été à l’occasion de tel ou tel massacre (bien réel) illustré par des photos de carnages similaires prises en Irak dix ans auparavant (1) ? Qui une émotion primaire sert-elle lorsque tel ou tel est blâmé, sur base d’images fortes, pour un acte révulsant impossible à étayer, sauf à en avoir été l’observateur direct ? Oui, des innocents ont été tués par milliers en Syrie. Mais oui, aussi, des mises en scène macabres y ont été orchestrées, à tel point qu’il est devenu impossible, pour quiconque ne dispose pas d’étroites connexions avec le milieu du renseignement, de déterminer qui est qui dans cet abject théâtre de l’absurdité tragique nommé Syrie.

Qui a intérêt à filmer des actes d’une barbarie exclusive et à diffuser les images ainsi filmées ? Qui joue quel rôle ? Quelle émotion attend-on de nous, et à qui peut-elle bénéficier ? Selon les médias et leur localisation géographique, les réponses à ces questions varient. Mais une certitude demeure, que m’a enseigné, à l’époque où je fréquentais les campi, mon cours de critique historique : les images ont un langage, et il faut connaître ce langage, le décrypter, pour les faire parler. Toute image est un écran. A ce titre, elle ne nous apprend qui ce qui y est objectivement visible. Tout le reste est conjectures. Et que la honte et le mépris s’abattent sur moi si d’aventure j’étais tenté d’instrumentaliser le meurtre d’enfants dans un but politique. La politique n’est pas la vérité. Et c’est la vérité, non pas l’instrumentalisation de leur agonie, que ces enfants, que toutes les victimes syriennes innocentes, méritent ! La vérité seule leur rend honneur !! La vérité seule leur restitue leur humanité dérobée !!!

Les médias pâtissent aussi d’un autre travers : leur journalisme. Ce mot, il faut ici le comprendre comme un rapportage au jour le jour qui fait fi, à quelques récapitulatifs près, de la trame et du contexte global dans lesquels s’inscrivent les événements. Ce rapportage se double d’une négation volontaire de leur histoire. En Iran, par exemple, ils ne rappelleront que la prise du pouvoir par les ayatollahs, pas la destitution forcée de Mossadegh : évitons les sujets qui fâchent, surtout si leur origine est noyée dans les limbes du noir et blanc…

Ce sont pourtant, en très large mesure, un pan très récent de l’histoire et de la mémoire qui amènent  aujourd’hui une vaste majorité des Occidentaux à rejeter toute intervention militaire occidentale en Syrie : l’Irak est passé par là, qui a dévoilé les dessous de la machine de guerre médiatique, celle qui, consciemment par des professionnels ou subconsciemment par des amateurs et des idiots, s’emballe et tourbillonne, emportant toute autre considération sur son passage. Aujourd’hui encore, d’ailleurs, qui s’émeut (au sens noble, cette fois) de la panacée de nouvelles révélations relatives à nos Etats policiers (2) ou, pour ne citer que ces exemples, de la nomination, désormais annoncée comme probable, d’un lunatique à la tête de la banque centrale américaine (3) ?

Une fois encore, la focalisation sur l’étranger – et Dieu sait s’il le commande, lorsque c’est à juste titre – sera parvenue à émousser, malgré les tergiversations politico-militaires du moment, l’impression de délitement des institutions intérieures suscitée par l’espionnite aiguë de ceux d’en haut et par les dernières malversations du capitalisme financier. Souvenons-nous en pourtant : c’est lorsque la tension, à son comble, dévie l’attention des sociétés, que les abus sont les plus criants, la matière pétrolière ne faisant pas exception, ou, comme le dit la sagesse populaire, c’est lorsque le chat est parti que les souris dansent.

Précisément, si tant est que l’espèce féline me pardonne cet outrage, que pourrait résoudre le départ d’un dictateur maudit à juste titre, sur lequel –énième de leurs aléas – les médias ont fait une fixation personnalisée ? Pas grand-chose, à en croire les analystes avertis, même si se vérifie la prédiction du premier ministre russe Medvedev, qui affirmait, en début d’année,  « penser que chaque jour, chaque semaine, chaque mois, les chances de survie d’Assad s’amenuisent », non sans ajouter « que c’est au peuple syrien d’en décider. Pas à la Russie, ni aux Etats-Unis, ni à quelque autre pays que ce soit ». Il s’agirait là, sans aucun doute, d’un immense ballon d’oxygène. Une telle évolution est inévitable et, pour qui lit entre les lignes, souhaitée, même, par la Russie, elle aussi prise dans un engrenage incertain. Mais à quoi ferait place ce soulagement de courte durée ?…

Comme le rappelait le deuxième négociateur désigné par l’ONU dans le conflit syrien, l’Algérien Lakhdar Brahimi, dans le rapport qu’il a remis au Conseil de Sécurité le 31 janvier dernier (4), il ne faut pas oublier que la bataille qui sévit en Syrie est aussi une bataille pour la Syrie. D’autres, moins tenus par les contraintes protocolaires, ont indirectement explicité ce propos depuis : « il y a le problème épineux de savoir que faire après le départ d’Assad. Il y aura certes un élan de soutien au développement d’une Syrie démocratique et prospère, mais c’est là tâche ardue dans une zone de guerre. […] Indépendamment des actions de Washington, Les Syriens, les Iraniens, les Turcs, les Saoudiens, les Qataris et d’autres, comme l’Etat islamique d’Irak et du Levant, en découdront en Syrie pendant de longues années encore », indiquait ainsi, le 15 avril 2013, un collaborateur du Council on Foreign Relations états-unien dans un article sombre et dépressif qu’il concluait par ces mots : « il fut un temps où je pensais que l’usage de la puissance américaine en Syrie pourrait faire la différence. Plus d’un an plus tard, j’ai de sérieux doutes quant à une intervention dans la guerre civile d’un autre. Il semble que la Syrie soit un problème sans réponse » (5) …

En toute hypothèse, le recours par une partie de l’Occident à des frappes dites punitives contre la Syrie serait au mieux malhabile, au pire puérile dans le chef de ceux qui s’habiliteraient à infliger la punition, de même que littéralement contre-productive, même si elle s’inscrirait dans la logique asservissante ci-dessus décrite. Supposons, envisageait Brahimi dans son rapport, « que la situation militaire autour de Damas empire considérablement. Nous assisterions alors à un exode massif de civils en dehors de la capitale. [Au bas mot], il s’agirait [dans ce cas de figure] d’un million et demi de personnes qui quitteraient Damas. Supposons encore qu’un tiers d’entre elles trouvent refuge ailleurs en Syrie. Où se rendrait le million restant ? De toute évidence vers les frontières les plus proches, c’est-à-dire les frontières libanaise et jordanienne », emportant dans leur sillage le risque d’une déstabilisation régionale, les Etats d’accueil étant déjà saturés de réfugiés. Tout ceci, comme les autres, les Occidentaux le savent bien. C‘est pourquoi ils se sont bien gardés, jusqu’à présent, d’exhiber leurs muscles et d’utiliser leurs grosses triques.

Objectifs possibles des missiles occidentaux en Syrie

Dans un autre article, un autre contributeur du CFR avançait que l’offensive aérienne d’Israël contre des convois d’armes syriens – à supposer que c’est bien de cela qu’il s’agissait, et non, comme l’affirme une rumeur, de dépôts de composants chimiques, qui auraient ainsi contaminé l’environnement – et la destruction, en 2007, par ce même Etat, d’un réacteur nucléaire syrien en construction seraient la preuve que la défense anti-aérienne syrienne tant vantée pour sa robustesse n’était en fait qu’un mythe. Il concluait dans la foulée « que l’aviation [états-unienne] est parfaitement capable de faire ce qu’a fait [son homologue] israélienne. Les défenses aériennes de la Syrie constituent un problème et un danger, mais représentent avant tout une excuse pour l’inaction » (6). Si cette analyse, qui néglige la possibilité d’un régime syrien peu désireux d’entamer une guerre avec Israël en 2007, tenant compte de l’encombrant occupant présent à sa frontière irakienne, et suffisamment occupé à ses basses œuvres par la suite que pour ne pas envisager une extension inconsidérée du conflit intérieur, est exacte, elle se contente de nous ramener à la question précédente…

Pourquoi, en réalité, note-t-on, depuis juin dernier, une agitation accrue dans certains pays qui relèvent de la sphère d’influence atlantique ? Pourquoi, soudainement, le pouvoir militaire égyptien a-t-il envoyé valser du trône, le mois qui suit, le Frère musulman qui y était installé ? Nous postulerons, sans pouvoir en apporter la preuve, qu’il savait que quelque chose se tramait. Et ce quelque chose, ce n’était pas tant l’impérieuse prise de conscience de Londres et de Paris par rapport à la condition de la veuve et de l’orphelin syriens, abandonnés à leur sort depuis belle lurette, que la nécessité de s’emparer de l’arsenal chimique du régime avant que les dégénérés à l’œuvre dans le répertoire de vidéos le plus sordide jamais postées sur YouTube depuis sa création – certains, quelles que soient leur obédience et leur loyauté réelles, étant peut-être pris du mal du pays qui les a vus naître, dont ils ont, mus par leur désir de supplices, émigré, désœuvrés, meurtris et endoctrinés –  ne le fassent avant eux.

Dès la fin mai, dans un accès de fièvre, la pression s’est accentuée sur Washington, en effet, pour livrer davantage d’armes (et des armes plus lourdes) aux soi-disant rebelles. Ainsi, un pseudo-expert en matière de défense estimait, parmi beaucoup d’autres et alors qu’un sénateur américain un peu niais revenait de son tumultueux périple (en service commandé) dans l’antre de la Bête, que « […] les USA pourraient aider leurs alliés en fournissant aux rebelles des armes antitanks, des armes sol-air [et] du renseignement [notamment] », précisant que « les Etats-Unis devraient accepter une dose de risque [à savoir] que ces armes tombent entre les mains de rebelles auxquels les Etats-Unis sont opposés [et que] ceci ne devrait pas annuler le show ». (7)

Tout un programme que ce show en effet, surtout si l’on sait que les services de renseignement occidentaux sont terrorisés – à juste titre ! – à l’idée d’une nouvelle psychose (inter)nationale qui serait provoquée, en temps de récession cette fois, par quelques énergumènes voyageurs difficilement traçables : ça bout dans la marmite ! Ainsi, début juillet 2013, le responsable du SIS britannique lançait officiellement, dans un rapport destiné au Parlement, un avertissement formel, coup d’envoi possible d’une nouvelle stratégie élaborée depuis des mois : « un nombre important d’individus radicalisés a été attiré par [le conflit syrien], en ce compris nombre de Britanniques et d’Européens. Il est probable qu’ils y acquièrent une expertise et une expérience qui pourrait augmenter significativement la menace posée lorsqu’ils reviennent au pays » (8). Un seul dérapage suffirait à instiller le type de chaos dont nos sociétés ont moins que jamais besoin. Un seul dérapage, qu’il résulte de fous d’Allah ou d’un coup monté fomenté par certaines phalanges brunes, aurait pour conséquence une peur panique générale et un clash interreligieux plus violent que tous ceux orchestrés jusqu’à présent dans les débats télévisés par les béguines rôdées et les cyniques habituels. Un seul dérapage se retournerait immédiatement et pour longtemps, selon les mêmes amalgames émotionnels qui nous attendrissent lorsqu’il est question d’images d’enfants syriens martyrisés, contre les musulmans dans leur ensemble. Un seul dérapage ouvrirait grand une boîte de Pandore déjà entrouverte.

C’est pourquoi l’enjeu est double, et c’est pourquoi ajouter à la confusion syrienne par des frappes qui ne feraient qu’accentuer la détermination des belligérants est suicidaire. Mais demeurer passifs ou opter pour le renfermement nationaliste n’est plus davantage – tel aura, au moins, été le mérite de l’odieuse mise en scène du 21 août, quels qu’en aient été les auteurs, que de le mettre en évidence – une option sérieuse. Il nous incombe désormais de nous prémunir contre les dangers que nous avons-nous-mêmes écoulés aux quatre coins du globe, en vertu des lois du marché, en ce compris, il y a quelques semaines à peine, des bombes à fragmentation (9) ! Il nous incombe désormais, si nous voulons retrouver un semblant de crédibilité, de punir de manière équivalente quiconque transgresse la ligne rouge. Il nous incombe désormais de confiner au sein d’un même cercle rouge barré la production, la vente et l’utilisation des outils de l’apocalypse.

Nimitz, Retour vers l'enfer

Ce n’est pas la Syrie qui déclenchera l’affrontement final, et personne n’en est dupe : comme des athlètes surdopés qui se regardent dans le miroir et s’épient du coin de l’œil, chacun s’observe, chacun se jauge. C’est plus à l’est encore que se profile, pour les faucons de salon enivrés de destruction, l’horizon d’espérance de la fin programmée. Tandis que, depuis des jours, se succèdent, dans la vaste région du rapport de forces présent, les anicroches révélatrices de la volonté d’isoler militairement le régime syrien, et que, de la Méditerranée au(x) golfe(s) et de la Mer Noire à la Mer Rouge, se déploient les requins-missiles, n’est-il pas temps, par conséquent, que prenne fin ce stratego vicié, et avec lui la partie de poker si coûteuse à tous égards ?

Déploiement des forces occidentales autour du théâtre syrien

Présence des navires russes dans la mer noire

Il nous revient, à nous tous, de mettre de l’eau dans notre vin. Le temps n’est plus aux diktats exclusifs des uns et des autres à la table de négociations. Le temps n’est plus à la livraison d’armes, ni au régime syrien, ni aux rebelles, ni à l’Arabie saoudite (10), tant que demeure le jeu de massacre par polichinelles interposés. Le temps – et c’est vieux jeu, peut-être, comme s’en défendait Brahimi dans son rapport – est au dialogue responsable ! L’exiger enfin et se donner les chances de la réussite n’est pas faire preuve de béatitude…

Nie wieder !

Par le papatweet d’hier dans lequel il s’exclamait par deux fois « Plus jamais la guerre ! », l’autre François, celui tout de blanc vêtu, ne cherchait sans doute pas à plaire en répétant. S’il insistait sur ce message, c’est probablement moins pour y mettre de l’emphase que pour rappeler la supplication adressée à l’ONU, à l’occasion du vingtième anniversaire de la vénérable institution à laquelle de plus en plus d’inconscients promettent le sort de la SDN, par son prédécesseur ultramontain Paul VI, lui qui avait connu les tranchées diplomatiques de ’40, ainsi que pour évoquer Nie Wieder Krieg, ce journal apparu en 1923, à Genève…

'Nie Wieder Krieg' (Genève, 1923)

Que les prières du Vatican aillent droit, en premier lieu, à ces cohortes de réfugiés à qui il manque le minimum. « Malgré les efforts humanitaires considérables qui sont entrepris pour atteindre [les 7,8 millions de Syriens qui ont besoin d’une aide humanitaire, dont la moitié sont des enfants], dans les zones contrôlées par les parties au conflit ainsi que dans les zones de combat, cette aide demeure insuffisante », a répété avec désolation, à la mi-juillet, Madame Valérie Amos, la secrétaire-générale adjointe aux Affaires humanitaires et coordonnatrice des Secours d’urgence. Et son collègue Ivan Šimonović, sous-secrétaire général des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, d’enfoncer le clou en indiquant qu’à ce jour, « seulement 35% des montants alloués à la mise en œuvre [du plan de secours humanitaire pour la population civile syrienne] ont été versés », et d’appeler à « cesser toute fourniture d’armes aux deux parties et à redoubler d’efforts en faveur d’une solution politique du conflit » (11). Même si s’occuper des conséquences du conflit syrien que sont les réfugiés n’en résoudra pas les causes, la fameuse communauté internationale punitive et donneuse de leçons s’honorerait à prendre soin, avant toute autre considération, d’enfants, de femmes et d’hommes dans le besoin !

Que les prières aillent aussi au Serbe Vuk Jeremic, appelé, jusqu’au 11 septembre, à présider l’Assemblée générale de l’ONU, et à son successeur, John William Ashe, beaucoup plus libéral et états-unisophile à en juger par son curriculum, pour que, de concert avec le trop timide gensec, ils endossent, en prélude à une unité des nations revisitée, le lourd tablier d’architectes de la paix retrouvée en Syrie sur base de principes fondateurs qui, pardieu, apparaissent bien élémentaires pour qui est de bonne foi :

« a/ L’indépendance de la Syrie, sa souveraineté et son intégrité territoriale doivent être préservées ;

b/ il doit être clairement admis que l’objectif final est de permettre au peuple syrien d’exercer ses droits légitimes à la dignité et aux droits de l’humain, et de déterminer pleinement la manière dont il est gouverné ;

c/ Un élément essentiel dans ce processus est la formation d’un gouvernement de transition avec les pleins pouvoirs exécutifs. La signification des « pleins pouvoirs exécutifs » doit être clarifiée avant que les parties syriennes ne se réunissent pour discuter de la formation du gouvernement de transition. Laisser les parties [élaborer la définition de cette notion] équivaut presque certainement à aboutir à une impasse ;

d/ La négociation effective devrait se dérouler entre une équipe forte et pleinement représentative [appelée à s’exprimer] au nom de l’opposition, et une délégation civile et militaire forte qui représente le Gouvernement. Il va sans dire que les deux équipes présentes à cette négociation devraient se composer d’individus capables d’atteindre un compromis dans un délai raisonnable ;

e/ Les négociations devraient débuter hors de Syrie et se dérouler selon un agenda accepté afin de permettre au processus d’évoluer – le plus vite possible – vers le processus démocratique qui inclurait l’élection, la réforme constitutionnelle et le referendum. D’après [ce qui se dit] à Damas et ailleurs, il ne sera pas difficile de conclure un accord pour faire évoluer le pays du système présidentiel actuel vers un système de gouvernement parlementaire ;

f/ Il est important que le Conseil exprime de la manière la plus catégorique son soutien au droit de chaque citoyen en Syrie de jouir de l’égalité pleine et entière devant la loi, quels que soient son genre, sa religion, sa langue [et] son appartenance ethnique. » (4)

Dernières nouvelles du front

***

 « Premier contact al-Sissi/Régime Assad, Riyad en colère!!! »

mercredi 21 août 2013

 

IRIB- « Une délégation militaire égyptienne de haut rang vient d’arriver en Syrie chargée par le ministre égyptien de la Défense alSissi  de coordonner les efforts de guerre Damas /Le Caire pour « une lutte plus efficace contre les Frères musulmans »!!

Selon Dampress, qui rapporte cette information, les coordinations sécuritaires entre les services du renseignement égyptiens et syriens iraient croissantesavec pour objectif l’échange de renseignement, la coordination des opérations de lutte antisalafisme et anti-frérisme. Cette visite, une première depuis 2011, intervient alors que le nouveau gouvernement égyptien vient d’arrêter plusieursmembres syriens des Frères musulmans sur son territoire et que la Syrie en a fait autant pour quelques membres égyptiens des Frères actifs sur son territoire. Selon ce rapport, cet amorce de coopération entre le Caire et Damas a provoqué le mécontentement de Riyad mais alSissi fait bloc et affirme noir sur blanc à ses soutiens saoudiens que ce sont les intérêts suprêmes de l’Egypte qui sont en jeu et qui exigent que les deux pays, Syrie et Egypte, développent leurs coopérations sécuritaires et que surtout ces coopérations soient coordonnées. Le ministre syrien de la Défense s’est aussi entretenu avec son homologue égyptien al-Sissi. Al-Sissi n’a pas fait mystère de son intention de voir les « deux armées égyptienne et syrienne combattre ensemble les terroristes »! »

 

http://french.irib.ir/info/afrique2/item/271202-premier-contact-al-sissi-r%C3%A9gime-assad,-riyad-en-col%C3%A8re

***

« Canal de Suez: tentative d’attentat »

Publié le 31/08/2013

« Un « terroriste » a tenté d’attaquer un porte-conteneurs, samedi, dans le canal de Suez, afin de bloquer ce passage stratégique pour le trafic maritime mondial mais il n’a pu mener à bien son projet, a annoncé le directeur de l’Autorité du canal, Mohab Memich. »

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/31/97001-20130831FILWWW00356-canal-de-suez-tentative-d-attentat.php

***

Reuters / Sep 2, 3013 – “The USS Nimitz aircraft carrier [equipped with nuclear warheads] and four other ships in its strike group moved into the Red Sea early on Monday, U.S. defense officials said, describing the move as « prudent planning » in case the ships are needed for military action against Syria.

http://www.reuters.com/article/2013/09/02/us-syria-crisis-ships-idUSBRE9810DA20130902

___________

(1) Lire : http://www.presstv.com/detail/2012/05/29/243579/bbc-uses-iraq-photo-for-houla-massacre/

(2) Il y a quelques années, les écoutes illégales qui, à une échelle très modeste et très orientée, avaient été mises en œuvre par l’Elysée avaient considérablement déstabilisé le maître des lieux d’alors lorsqu’elles ont été révélées. Aujourd’hui, il apparaît que les interceptions généralisées de communications privées ont permis, depuis de nombreuses années, aux services dits de l’ordre de s’en servir même pour des investigations à mille lieux de la suspicion de terrorisme brandie pour espérer les justifier : http://www.reuters.com/article/2013/09/03/us-usa-security-drugs-idUSBRE98201A20130903

(3) Source : http://www.cnbc.com/id/100995386

Lire, à ce propos, les articles antérieurs sous le tag ‘Lawrence Summers’

(4) Source : http://un-report.blogspot.be/2013/01/brahimis-principles-for-political.html?spref=tw

La citation de Medvedev reprise dans le paragraphe qui précède est également rapportée dans le rapport Brahimi.

(5) Source : http://blogs.cfr.org/cook/2013/04/15/prolonging-the-conflict-in-syria/

(6) Source : http://blogs.cfr.org/abrams/2013/01/31/what-was-that-about-syrias-lethal-air-defenses/

(7) Source : http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-22693333

(8) Source : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/10171890/Spy-agencies-fear-terror-groups-could-get-chemical-weapons-in-Syria.html

(9) Lire : http://www.businessinsider.com/us-to-sell-cluster-bombs-to-saudi-arabia-2013-8

(10) Lire : http://www.defensenews.com/article/20130423/DEFREG04/304230016/Hagel-Riyadh-Saudi-US-Plan-Arms-Deal

http://rt.com/news/bandar-putin-assad-saudi-188/

http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/US-official-New-arms-deal-significant-advance-for-Israel-310421

(11) Source : http://www.un.org/News/fr-press/docs/2013/CS11063.doc.htm

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

SUFFRAGIUM SANUS IN RE PUBLICA SANA !

Non, Monsieur Normal, dussiez-vous ne pas vous en être rendu compte, vous n’êtes pas le général De Gaulle !

***

N’est-il pas suffisant que, dans ce coup d’Etat syrien imposé depuis l’extérieur, vous n’êtes pas à la manœuvre ; faut-il aussi que, face au parlementarisme anglo-saxon passablement réhabilité, que les élites françaises n’ont de cesse de vanter pourtant, vous ravaliez votre Etat, votre République, à quelqu’officine ?

Ca sent le sapin, Monsieur le commandant suprême des armées, et ses aiguilles risquent de vous piquer les narines, car, outre que « l’ambition extérieure a pour condition une sorte de désespoir ou d’abandon de l’ambition intérieure », « un chef est un homme qui a besoin des autres ». Descendez donc de ce piédestal constitutionnel élyséen qui vous sied comme des baskets à une queue de pie. Que ne cessez-vous de manigancer contre le peuple et de le redouter !…

Voulons-nous que les enfants syriens, clés de la prospérité de demain, puissent regagner sans crainte les bancs d’écoles à reconstruire ? Bien sûr, nous le voulons ! Mais « le moment où le petit enfant prend conscience du pouvoir de ses pleurs n’est pas différent de celui où il en fait un moyen de pression et de gouvernement ».

Voulons-nous qu’il soit mis un terme à la barbarie sanguinolente qui s’est accaparé un bon tiers de la Syrie, que la faux morbide qui rôde dans les rues de villes devenues fantômes soit enfin remisée à l’établi ? Oui, nous le voulons ! Mais nous ne saurions pour autant oublier que « la faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force ».

Voulons-nous que s’évapore dans le néant le Moloch chimique qui s’est, selon vos services, entassé en centaines de tonnes dans de très discrets entrepôts ? Oui, nous le voulons, presque autant que nous désirons l’ère post-nucléaire. Mais « que de choses il faut ignorer pour agir »…

En sommes, aspirons-nous à une Syrie apaisée et à l’amorce plus que tardive d’une transition ? Certes oui, mais pas par le glaive de l’Empire !

C’est pourquoi, par l’entremise de la raison, nous en appelons à la victoire – sempiternelle reconquête – de la Sagesse sur la force…

1 / Recours à l’ONU et à l’ONU uniquement (selon des modalités susceptibles de varier)

2/ Abstention de toute action militaire contre un pays souverain, de quelque nature qu’elle soit, sans l’aval des Parlements respectifs, à l’issue d’un vote

3/ Publication d’un engagement signé inconditionnel de la part de la coalition d’opposants syriens

                a/ quant à sa disposition à discuter avec toutes les parties au conflit en vue de la

     résolution urgente de la crise ;

b/ quant au respect des minorités dans le futur Etat syrien ;

                c/ quant au démantèlement, sous la supervision de l’ONU, du stock d’armes

     chimiques dont dispose la Syrie.

***

01/09/13

« Plus de 110 000 morts depuis le début du conflit en Syrie. Au moins 110 371 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad, en mars 2011. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), ce bilan comprend 40 146 civils, 21 850 combattants rebelles et 45 478 membres des forces pro-gouvernementales, dont les milices loyales au régime. »

http://www.leparisien.fr/international/syrie-une-intervention-militaire-suspendue-a-un-vote-01-09-2013-3097459.php

***

26/06/13

« L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme a documenté 100 191 victimes depuis le début des soulèvements le 18/3/2011, à partir de la première victime de Deraa, jusqu’au 24/06/2013.

Les morts comprennent:

36 661 civils (dont 5 144 enfants et 3 330 femmes âgés de plus de 18 ans).

13 539 combattants rebelles.

2 015 soldats et officiers [qui avaient fait défection].

25 407 soldats réguliers.

2 571 victimes non identifiées (documentées avec des photos et des séquences).

2 518 combattants rebelles non identifiés (dont la plupart sont des non-Syriens).

17 311 combattants des comités de défense populaires, les forces de défense nationale, shabiha et informateurs […] du régime.

169 combattants du Hezbollah libanais. »

http://www.45enord.ca/2013/06/syrie-nouveau-bilan-de-losdh-le-nombre-de-morts-a-depasse-le-cap-des-100-000/

***

Est-ce le fruit de la propagande postmoderne, du sacrifice de l’esprit critique sur l’autel de la rentabilité, ou de la stupidité panurgique ? Quoi qu’il en soit, les médias occidentaux répercutent à qui mieux mieux, depuis des mois, les chiffres mis en avant par cette ONG londonienne, faux nez de l’extrémisme sponsorisé par l’Occident (cf. l’article « Syrie : qui est le valet noir ? »), qui n’a rien en commun avec les ONG connues et reconnues.

A/ De combien d’observateurs dispose cette association sur le terrain, et sur quelles parties du territoire ceux-ci sont-ils répartis ?

B/ Quelle est la méthode utilisée pour aboutir à des comptages si précis ? De quels contacts l’ONG bénéficie-t-elle sur place ? Quelles méthodes d’identification utilise-t-elle ? Dispose-t-elle de renseignements quant aux causes et aux circonstances ? A-t-elle découvert des charniers dignes de Timisoara, ou nous en réserve-t-elle la primeur pour la Libération ?…

C/ Comment explique-t-elle que ces chiffres fassent apparaître des pertes si importantes parmi les forces du régime (entre 40 et 45 % du total des victimes) ?

Voilà quelques questions à la réponse desquelles, plutôt que d’aboyer à la cantonade,  feraient bien de s’atteler, si leurs résidus de crédibilité leur importent, « les nouveaux chiens de garde »…

_______________

Les citations dans la première partie de l’article sont de Paul Valéry.

Catégories : Lettres ouvertes des plus surréalistes..., Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Syrie & Co : décryptage intermédiaire

De tous temps, particulièrement en temps de guerre, les pouvoirs publics (ou la résistance) ont utilisé des langages codés pour faire parvenir des messages subliminaux à des alliés lointains, qu’il se soit agi, naguère, du morse ou, dans la foulée, de codes espions autrement plus perfectionnés. Internet est un vecteur de choix pour la transmission de tels codes. C’est bien pourquoi la NSA s’emploie à en acquérir illégalement le monopole, comme l’indiquent les dernières révélations en date de Snowden, passées miraculeusement inaperçues dans ce fouillis médiatique belliqueux qui est parvenu, par la plus étrange des coïncidences, à faire oublier brièvement les bourdes et mensonges répétés d’une administration américaine sécuritaire qui n’en est pas à un reniement près…

Mais il y a plus subtil encore que ces codes-là : imaginez des chefs d’Etat qui parviendraient, en un seul discours, à s’adresser à la fois à leur public dans la langue de bois habituelle, mais aussi à plusieurs phalanges, milices ou loges dans un langage imperceptible par ledit public. Imaginez – pour prendre un exemple au hasard – que le président du monde libre parvienne, à travers des phrases types que seuls sont à même de comprendre ses interlocuteurs initiés, à signifier à tel ou tel dictateur moyen-oriental qu’il aurait depuis un certain temps dans le collimateur un ultimatum pour quitter le pouvoir.

Imaginez à présent que ledit dictateur, qui avait auparavant indiqué avec force et emphase que jamais il ne se résoudrait à recourir à l’arme chimique, excepté en cas d’invasion par une puissance étrangère, se soit abandonné à cette extrémité face à une marche trouble sur Damas de plusieurs pelotons de black water ops, ou que lesdits pelotons eux-mêmes  y aient eu recours, directement ou par procuration, afin de signaler discrètement leur présence (Une fois encore, le lecteur sera libre de déterminer l’option la plus probable.). Il est de notoriété publique, en effet, que certains présidents du monde libre rechignent à entamer des guerres ouvertes, auxquelles ils préfèrent les guerres sans publicité.

A travers le langage codé médiatique qui lui est adressé par interviews et conférences de presse interposées, ledit dictateur saurait à présent qu’il dispose d’une semaine environ – le Congrès américain se réunira dans la semaine du 9 septembre – pour prendre la poudre d’escampette qu’il lui reste et la balancer à l’égout, à défaut de quoi, en parallèle au lancement de quelques missiles destinés à semer le désarroi populaire et à empêcher la coordination de l’appareil militaire syrien, les pelotons bottés précédemment mentionnés s’en chargeraient eux-mêmes, en profitant sans doute pour déloger le persévérant importun – qui s’accroche, qui s’accroche, qui s’accroche, bordel !!! – de son palais ou de la cachette monitorée par satellites dans laquelle il se sera terré – on conçoit difficilement, vu la préciosité affichée du personnage, qu’il puisse s’agir cette fois, d’un puits ou d’une espèce de terrier comparable à celui où s’était réfugié le rat de Bagdad – assurant, une fois encore, au nom du jihad et de la paix dans les chaumières du 1 %, la victoire triomphale de Dame Liberté, malgré des liftings répétés qui l’ont rendue méconnaissable.

Certes, le congrès états-unien aura été informé au préalable de cette stratégie, comme l’ont déjà été les présidents de ses commissions ad hoc. Il aura été convaincu du caractère kasher et sans faille de son apothéose : « trust me, I know what I’m doing », lui susurrera-t-on. Il est donc peu probable qu’il refuse au commandant en chef l’onction démocratique d’apparat. Certes, la Russie a positionné dans les parages du lieu du crime plusieurs navires de guerre aptes à capter et à brouiller les communications ennemies, mais ces tapettes de Moscou oseraient-elles s’en prendre aux maîtres du monde avec leur technologie forcément issue de la déglingue soviétique ? De l’esbroufe que tout cela, voyons…

Se pose toutefois la question de savoir comment, par quelle phrase ambiguë aux interprétations multiples, indiquer aux phalanges et à l’éventuelle cinquième colonne syrienne le moment propice pour passer à l’action, ainsi que les endroits où ne pas se trouver lorsque les Tomahawk (à prononcer ‘tomawak’, by the way. Geronimooo !…) – quelle vicieuse ironie ce nom ne contient-il ? – atteindront leurs cibles. « Les voyoux (thugs) de Damas savent à présent qu’il est temps » pourrait convenir comme imprimatur oral aux mercenaires de Blackwater… Ce serait plus prosaïque, en tout cas, que « tant va à l’eau la cruche de Damas qu’à la fin elle se dissout ». Ce pourrait être plus solennel, cependant : « la marche de la punition rédemptrice est engagée ; la communauté internationale et ses alliés se tiennent prêts, désormais, à affronter le mal damascène ».

Et ainsi, dans ce rêve éveillé, sera renversé le énième dictateur du cru, sa face martyrisée par les barbus livrée en pâture aux médias du monde entier, au premier rang desquels les libéraux, qui raffolent discrètement de telles orgies là où les conservateurs s’en délectent ouvertement. Un procès à La Haye eût été superfétatoire et embarrassant, en effet; de toute façon, ce n’est décidément pas le genre de la maison. Flanby, dans un flash-back Cahuzac patricien, se mordra les doigts de ne pas avoir été de l’aventure, rappelé à sa normalité économique par un parlement hostile à une guerre désapprouvée en masse, tandis que le philo-jihadiste de service, invité par le Mossad à poser au milieu de barbus cannibales, échafaudera déjà sa prochaine épopée ludique, non sans avoir fait rafler, ni vu ni connu, quelques trésors antiques dans des musées syriens dévastés.

La bannière étoilée nommera, quant à elle, un gouverneur plénipotentiaire dans l’attente d’un simulacre d’élection anticipée, lequel, avant de se faire lyncher publiquement dans sa légation par une foule revancharde qui n’aura pas accepté l’interdit a-hallal du massacre de toutes les minorités corrompues du pays, veillera à faire disparaître toutes les preuves compromettantes, conviera les partenaires privés, les émirs et les mollahs à un grand gala de printemps, et inaugurera, sans fanfare cette fois, le premier black site syrien (n’est-ce pas ?). Quant aux phalanges, elles auront déjà transbahuté leur arsenal du théâtre chimique à l’arène nucléaire, après un détour obligé par l’un ou l’autre bled africain en guise de détournement transitoire de l’attention du public. Et, fier et conquérant, l’aigle métallique s’envolera, trompetant : « mission accomplished »…

Peu de temps après, un tremblement de terre soudain affectera une nouvelle fois la région de Bouchehr, provoquant bel et bien, cette fois, l’explosion de la centrale nucléaire qui s’y trouve. Le monde réagira avec émoi, apportant soutien et réconfort à la population locale. Des collectes et des concerts leur seront dédiés. Puis des agents du service secret d’en face transmettront à leurs homologues américains des mesures confidentielles des isotopes de la saloperie qui se sera dégagée de la centrale…

« La communauté internationale détient désormais la preuve », indiquera le nouveau président du monde libre, « que l’Iran est dans un processus de fabrication de l’arme nucléaire. Les isotopes relevés par nos alliés sur place ne laissent planer aucun doute : l’intensité des métaux relevés range ceux-ci dans la catégorie militaire ». « Pourrions-nous voir ces preuves ? », demanderont les niais. « Et puis quoi encore ! » leur rétorquera-t-on. « Terror ! » s’exclamera Sharon, s’extirpant brusquement de son sommeil. Ni une ni deux, il créera Kadima+ et ravira le pouvoir à « cette clette de Bibi » – ce seront ses mots, pas les nôtres ! L’armée égyptienne, abandonnant ses poursuites contre El Baradei, permettra au vieux de renouer avec l’inspection atomique, et le monde, à bout de souffle, le retiendra pourtant une fois encore, à moins que…

Dernières nouvelles du front

***

11/07/13 – La radio iranienne de langue française IRIB annonce :

« Il y a quelques années, l’Arabie saoudite était considérée le plus grand détenteur des réserves mondiales de pétrole (34 % des réserves confirmées du monde). Mais la découverte des réserves yéménites à Jouf a bouleversé totalement la situation ; désormais c’est [le] Yémen qui détient 34% des réserves confirmées de pétrole dans le monde entier. […] Selon certaines sources, le gouvernement saoudien aurait proposé secrètement le paiement de 10 milliards de dollars par an au gouvernement yéménite en échange d’une concession d’exploitation pétrolière pour une période de 50 ans. Mais le Yémen aurait rejeté l’offre des Saoudiens. Par ailleurs, des compagnies américaines auraient proposé une proposition très séduisante aux Yéménites : en échange d’une concession pétrolière, elles seraient prêtes à construire dans ce pays toutes les infrastructures qui manquent : routes, ponts, usines, raffineries, aéroports… Les autorités yéménites auraient rejeté aussi les offres des compagnies américaines. Selon des analystes, la récente visite du président yéménite à Moscou était liée, entre autres, à la possibilité de l’activité des compagnies pétrolières russes dans les régions du nord du Yémen, tout près des frontières de l’Arabie saoudite. »

http://french.irib.ir/analyses/item/265163-%C3%A0-riyad,-il-y-a-de-quoi-se-sentir-menac%C3%A9-d%C3%A9couverte-au-y%C3%A9men-de-34-des-r%C3%A9serves-mondiales-de-p%C3%A9trole

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_y%C3%A9m%C3%A9nite

28/08/13 – Le journal télévisé officiel syrien en langue française (d’inspiration soviétique) fait état d’une rencontre entre Assad et une délégation yéménite, passée largement inaperçue, et ajoute :

« Les membres de la délégation yéménite ont affirmé leur appui à la Syrie face aux tentatives visant à porter atteinte à sa position et à son rôle soutenant l’arabité, le nationalisme et la résistance, estimant que la fermeté et la victoire de la Syrie sont celles de la nation arabe tout entière. »

31/08/13 – La presse internationale rapporte :

Yemen’s Prime Minister, Mohamed Salim Basindowa, narrowly escaped an apparent assassination attempt Saturday evening, as his armored car came under gunfire en route to his home in an upscale neighborhood in the Yemeni capital. […]

Basindowa rose to his current position as the choice of the Joint Meeting Parties (JMP), a coalition of Yemen’s establishment opposition factions, which were granted the power to choose the prime minister and half the seats in the transitional unity government under the conditions of the power transfer deal that led to Saleh’s ouster. […]

“I think what happened tonight was political […],” said a government official close to the Prime Minister, speaking on the condition of anonymity due to the sensitivity of the topic. “It’s not about killing anyone, but about sending a message.” ”

http://www.mcclatchydc.com/2013/08/31/200964/yemeni-prime-minister-escapes.html#.UiKjxn-DEwo

<<<<<     >>>>>

26/08/09 – The National rapporte :

Other reports in the Turkish press said [Turkey and Qatar] were exploring the possibility [for the latter to supply] gas to the strategic Nabucco pipeline project, which would transport Central Asian and Middle Eastern gas to Europe, bypassing Russia. A Qatar-to-Turkey pipeline might hook up with Nabucco at its proposed starting point in eastern Turkey. Last month, Mr Erdogan and the prime ministers of four European countries signed a transit agreement for Nabucco, clearing the way for a final investment decision next year on the EU-backed project to reduce European dependence on Russian gas.[…] The reports said two different routes for such a pipeline were possible. One would lead from Qatar through Saudi Arabia, Kuwait and Iraq to Turkey. The other would go through Saudi Arabia, Jordan, Syria and on to Turkey.”

http://www.thenational.ae/business/energy/qatar-seeks-gas-pipeline-to-turkey

20/02/13 – Al Arabiya rapporte :

In July last year, Iran, Iraq and Syria inked a memorandum of understanding for the gas pipelines, with Tehran saying that the total cost of the project would be about $10 billion.

The construction of pipelines stretching for several thousand kilometers (miles) “should take three to five years once funding is secured,” Iran’s deputy oil minister Javad Ouji said at the time.

Ouji said in July that the project calls for the construction of a 56-inch (142 centimeter) pipeline with a capacity of 110 million cubic meters a day, connecting southern Iranian port of Assalouyeh to Iraq and then to Syria, with the possibility of extending to Lebanon and Europe.
http://www.alarabiya.net/articles/2013/02/20/267257.html

L’Iran dispose des deuxièmes plus importantes réserves de gaz au monde (après la Russie).

28/06/13 – Le Figaro fait état de l’abandon par l’UE du projet de gazoduc Nabucco :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/28/20002-20130628ARTFIG00602-le-projet-nabucco-enterre-par-un-gazoduc-qui-rejouit-la-grece.php

27/08/13 – Bloomberg relate l’annonce par l’UE d’un possible dépôt de plainte à l’encontre du géant russe Gazprom pour abus de monopole. Dans cet article, on peut lire :

Russia’s role in Europe’s gas market was demonstrated in March when Gazprom’s exports to the U.K. jumped 40 percent from a year earlier as unseasonably cold weather depleted storage inventories, pushing up prices to a seven-year high. Gazprom has the capacity to increase production at will if the price is right, Vladimir Drebentsov, head of Russia and CIS economics at BP Plc (BP/), said at the Flame conference in Amsterdam in March.

http://www.bloomberg.com/news/2013-08-26/eu-said-to-draft-gazprom-complaint-as-putin-prepares-g-20-talks.html

30/08/13 – RT signale…

« Turkey PM Tayyip Erdogan says any operation must follow the Kosovo model, and include a force on the ground. « We are not happy with a limited operation. It shouldn’t just be a day or two of strikes, and then nothing. We need regime change in Syria. » »

http://rt.com/news/syria-crisis-live-updates-047/

Atlas historique (empire ottoman)

31/08/13 – L’agence russe Interfax diffuse une interview du président russe dans laquelle celui-ci affirme par deux fois que le vote du parlement britannique opposé à une intervention militaire en Syrie a représenté pour lui une véritable surprise (cf. vidéo dans l’article précédent).

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.