Dès que j’écris Ton Nom, ne voilà-t-il pas qu’il s’efface ? (slam)

Tu n’es pas de leur sérail

Tu n’es d’aucun sérail, d’ailleurs

Et à ta charge, tu n’entends même en être

Mais d’où est-ce que tu parles, bon Dieu ?

Mais d’où est-ce que tu viens, que diable !

Et voilà qu’ils te fuient…

T’affublent d’étranges attributs

Führer Queen, Psycho Man, Jésus Superstar !

Te noient sous de curieuses épithètes

Jaloux, Narcisse, branleur !

N’en doute pas : ils savent…

Eux ne doutent pas : ils savent

Ils savent que tu n’es pas des leurs

N’être pas des leurs, n’est-ce pas suspect

Forcément suspect

L’anguille est là, c’est sûr

Ne reste plus qu’à soulever la roche

Et s’il n’y a rien dessous

Il y aura quelque chose quand même !

Point ne t’est besoin de parler

Puisqu’ils savent…

Ne te répondent-ils pas, d’ailleurs

Par le biais, toujours par le biais

En face leur écorcherait la gueule

Et te donnerait des raisons de l’ouvrir

Tais-toi, mais tais-toi donc !

Mugis, mais mugis donc !

Avance et grogne !

Tais-toi et marche…

Qu’irais-tu dire qu’ils ne sachent déjà ?

Tête haute, Rémi !

Point de doute en toi, voilà la voie !

Ein zwei, ein zwei

Ein Schwein !

Tausende von Schweinen !

« Mehr Licht », dis-tu ?

T’apprêterais-tu à prendre congé

Pappa, Pappa, déjà ?

Mais ces affinités électives dont tu désespères

D’entr’apercevoir la lumière ?

Couché ! Assis !

Là, pirate, là !

Sous les claviers, la plage…

Libertés ! Liberté…

Publicités
Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées

Navigation des articles

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :