L’Etat de Business

C’était en 2007, si mes souvenirs sont bons. Le Congrès des Verts européens avait, pendant un week-end, investi le Parlement européen de Bruxelles. Parmi les intervenants dans la salle, une députée italienne avait averti : « dans mon pays, nous ne connaissons que trop bien le phénomène mafieux. Or, de plus en plus, le fonctionnement des institutions européennes prend des tournures mafieuses. Il n’est pas trop tard pour réagir, mais il est temps ». Las ! La députée fut sifflée, ses propos réprouvés, par une grande partie de l’assistance.

Depuis lors, le groupe des Verts semble s’être repris, qui, après quelques tergiversations, dues pour l’essentiel à un vieillard qui avait naguère récupéré de loin le mouvement des barricades et n’a cessé, par la suite, de se défroquer devant le marché, déclarant récemment dans la matinale radio où l’a parachuté son incommensurable sagesse (des réseaux) qu’Obama, ces huit dernières années, avait « presque réalisé un sans faute », exige désormais l’abandon du TTIP sous sa forme actuelle.

Négociation opaque confisquée par quelques groupuscules patronaux, impossibilité pour les représentants réputés du peuple d’amender le texte final, inclusion d’une clause déterminante (quelle que soit la forme de la pilule à avaler) qui verrait des avocats véreux se ceindre occasionnellement de l’hermine (1) coutumièrement dévolue, dans une civilisation antique dont seuls subsistent les vestiges, au Troisième Pouvoir, afin de défendre, face aux vilains Etats supposés garants de l’intérêt public, les intérêts fictionnels de la pègre, dans un vaste mouvement de virtualisation des prestations contigu à celle de la masse monétaire : quoi de plus mafieux que ce traité en puissance, tout droit sorti des décombres des temples d’une certaine franc-maçonnerie moribonde à laquelle la finance a fait perdre le nord ? La députée italienne était visionnaire : qu’elle est resplendissante, la nouvelle cathédrale en construction !

Trop contents d’y pouvoir frétiller, les petits cadres intermédiaires qui louent les vertus de ce bocal, qu’ils perçoivent comme un horizon, semblent satisfaits de leur condition : manager-plancton ! Pour les inexistants, les rebelles, comme pour les lucides, en revanche, toute jouissance est réprimée. Le clergé du marché y veille, qui les presse sans fin au nom de ses profits escomptés !

Mais cette régression s’inscrit dans une tendance plus vaste, qui vise, au détriment des principes les plus élémentaires, à sacraliser tout ce qui relève de cette saloperie de business. Elle trouve son écho notamment dans le deal qui devait être conclu avec la mafia diamantaire anversoise mais semble aujourd’hui avorté (2), dans la directive européenne sur le secret des affaires (dite « directive OMERTA »), en cours d’examen (3), ou encore dans l’hésitation à entamer des poursuites judiciaires à l’encontre de gangsters d’entreprise par crainte de conséquences sur la masse salariée que ces derniers ont la charité d’exploiter.

Rapidement, le big business devient ainsi une caste à part, intouchable, pour le bonheur de laquelle des lois nouvelles sont rédigées sur mesure, souvent à sa propre instigation (4), des lois existantes qui protègent ou renseignent les citoyens/consommateurs mais lui déplaisent sont abrogées (5), des propositions de lois nécessaires demeurent dans les limbes, et à laquelle le droit civil ne s’applique que si la partie demanderesse est suffisamment riche et/ou persévérante que pour résister aux pressions financières qui découlent des innombrables coups tordus procéduriers concoctés par des cabinets d’avocats surpayés dont c’est la spécialité, le droit pénal excédentaire ne s’applique qu’en cas de règlement de comptes au sein du milieu, ou de recours à des boucs émissaires qui sont autant d’écrans de fumée (Kerviel, par exemple), et un nouveau droit commercial d’opérette, dont l’architecture se substitue aux tribunaux classiques et dans le cadre duquel juge et parties sont interchangeables, confère un pouvoir aussi inédit que périlleusement illimité.

L’Etat d’urgence, qui, après l’adoption de la loi dite de surveillance, marginalise plus encore, pour le commun, le pouvoir judiciaire en matière strictement pénale, accompagne cette régression. Si son alibi est d’empêcher de nouveaux attentats, celui-ci présente un avantage moins avoué : préparer la plèbe à l’ordre nouveau : l’abolition de l’Etat de droit au profit du despotisme éclairé de ce XXIe siècle, l’Etat de Business !

Dans l’imbuvable soap-opera Suits, qui narre, de manière parfois ubuesque, le quotidien frelaté et arrogant des employés d’un cabinet d’avocats d’affaires du même acabit que ceux qui ambitionnent de régir demain les destins des Etats et des serfs dont la sueur serait vouée à indemniser le néant, le sage cherchera en vain quelque substance. Tandis qu’il s’esclaffera à la vue de cet essaim de pucerons qui n’ont de cesse, au dam des hommes, de se la jouer dans un petit coin d’univers, il fera dérision de la fausse sagesse qui fait dire à un quinqua licencié, échoué sur un banc public, que « l’important n’est pas la quantité d’argent que l’on gagne, mais ceux avec qui on le dépense ». En d’autres termes, l’important n’est pas l’argent, mais l’argent : faiblesse obstinée de l’âme amerloque !

_____________

(1) http://pmaf.org/s-informer/nos-campagnes/fourrures.html?gclid=COXE1IDExsoCFUa4GwodR8UI4A

http://www.fourrure-torture.com/

http://www.jeneportepasdefourrure.com/wp/

https://www.lush.ca/Combattons-le-commerce-de-la-fourrure/article_make-fur-history,fr_CA,pg.html

(2) Source : http://trends.levif.be/economie/politique-economique/les-flops-fiscaux-du-gouvernement-michel/article-normal-444183.html

(3) Sources et commentaires : http://register.consilium.europa.eu/doc/srv?l=EN&f=ST%209870%202014%20INIT

https://polcms.secure.europarl.europa.eu/cmsdata/upload/1392a228-a9b1-4860-b725-a52325da631b/VL-2013_0402%28COD%29_Trade%20secrets_LZ_Le%20Grip_final.pdf

http://corporateeurope.org/power-lobbies/2015/06/first-key-mep-vote-eu-trade-secrets-directive-improved-language-problem-solved

https://www.occrp.org/en/daily/4616-eu-directive-to-protect-trade-secrets-threatens-work-of-investigative-journalists

(4) Exemple : http://corporateeurope.org/lobbycracy/2013/11/belgian-mep-lobby-amendments-scandal

(5) Exemple : http://www.foodsafetynews.com/2014/10/wto-rules-against-country-of-origin-labeling-on-meat-in-us/

_____________

Lire aussi : http://www.bfmtv.com/societe/marc-trevidic-on-est-entre-dans-un-etat-qui-veut-sortir-du-judiciaire-942538.html

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2016/01/15/etat-d-urgence-la-cour-de-cassation-marque-ses-graves-reserv-925340.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/12/09/le-gouvernement-envisage-des-centres-de-retention-pour-les-personnes-fichees-s_4827979_3224.html

Catégories : Politique / Société | Tags: , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :