Avoir tout reçu, et ne donner rien… (condensé de matricide)

Se souvenir d’où on vient aide à savoir où on va.

Tu ne sauras plus qui tu es. Je te subtiliserai tout : les artefacts de ton enfance, tes souvenirs, tout attrait pour la gent féminine, tout ce qui te rappellerait autre chose que Moi, car tu n’existes que par Moi, les biens que j’avais consignés sur le papier, toute quiétude d’existence. Et plutôt deux fois qu’une, crise soit louée ! Bien fait !

Avoir des principes, cela permet de rester droit.

Je n’ai aucun principe. Les engagements que Je prends sont nuls. D’ailleurs, Je nierai les avoir jamais pris. La fin justifie Mes moyens. J’ai tout eu, sans même avoir à demander. Dans le besoin, je n’ai jamais été. Tu n’auras rien ! Bien fait !

Respecter l’autre, demander son avis et l’écouter, c’est ce qui permet de vivre en société.

Toujours, Je t’ai imposé le fait accompli. Pourquoi changer maintenant ? Tu n’existes pas ! Bien fait !

Laisser le temps, permettre le recul, c’est ce qui fonde l’équilibre.

Un couteau sous la gorge, c’est bien plus efficace. Et puis, ça te réveille les nerfs, non ? Hein, ça te fait pas danser, ça ? Bien fait !

Assumer publiquement le mal que l’on inflige, ne pas se réfugier derrière un voile de Sainte-Nitouche, c’est ce qui caractérise l’âge adulte.

Mais Je suis une Sainte. D’ailleurs, Je me rends toutes les semaines à ma paroisse, celle de la sainte-patronne des cinglé(e)s. Elle M’a beaucoup aidé à atténuer la schizophrénie avec laquelle J’ai assommé ton adolescence. Dieu est avec Moi ! Depuis ce jour où, très jeune enfant, mon père biologique m’a enlevée à ma mère, qui s’était laissé engrosser à 16 ans, pour me planquer, ni vu ni connu, chez quelques prostituées bruxelloises qui lui étaient familières, Dieu est avec moi. C’est alors qu’il M’a bénie. Lui ne M’abandonnera jamais. Les vilains, c’est eux, c’est toi ! D’ailleurs, tout ce que Je fais, c’est d’autres qui me disent de le faire. C’est eux, les responsables, pas Moi ! Moi, je suis vide. Sois donc vide comme Moi. Moi, je suis emplie de Dieu ! Bien fait !

Jouir sainement, c’est aimer la vie…

Ça me dégoûte. Il faut que je nettoie ! Sors de ta chambre, il faut que je nettoie ! Nettoyer, nettoyer, nettoyer… C’est dégoûtant ! Sèche et renfrognée comme moi, voilà l’idéal ! Et si le grand enfant à sa maman, machiste, violent, fourbe et ultra-possessif, gicle hors du couple parce qu’il ne peut plus se contenir, eh bien on l’enverra balader, puis on se jettera dans les bras d’un chapon bégayant alcoolique à l’autre bourse bien pleine, qu’on soumettra sans peine, et qu’on parviendra même à faire aboyer. Bien fait !

Ne pas s’imposer dans la vie d’autrui, lui laisser faire ses choix, poser ses priorités, c’est la condition même de la différence, donc de l’existence d’un Autre.

Tu n’es pas ce que Je voulais que tu sois. Tu n’es pas resté l’enfant qui M’appartenait, qui devait « tout Me dire ». Tu es MONFILS ! Mais tu n’es pas demeuré pur et parfait comme Moi. Surtout, tu ne M’es pas resté fidèle, et pour cela tu dois être puni. Bien fait !

Ne pas chercher à comprendre ce qui dépasse les limites intellectuelles que l’on s’assigne est signe d’humilité.

Mais, mon pauvre, pour qui tu te prends ? Ton petit intellect, tes idéaux, je m’en tape. J’ai l’argent maintenant !

Et avec cet argent, Je pourrai enfin concrétiser ce que Je t’avais dit quand tu avais 12 ans : « si J’avais su ce que Je mettrais au monde, Je me serais fait avorter »… Tu vois, ça M’avait été dit à Moi aussi quand J’étais gosse. Faut dire que face à Monsieur le Curé et à la familia (rurale) au grand complet, elle avait écopé, la vieille (jeune), jusque dans sa chair… un peu comme une chatte recueillie dans un refuge : c’est qu’il incombait de veiller à ce que ce genre d’événement inédit ne se reproduise plus… Et c’est pour ça qu’en lieu et place d’excuses que Je ne te dois nullement, Je t’ai simplement dit, quelques années plus tard : « mais, Yannick, c’était une façon de parler »…

J’aurais dû l’étrangler avec mon cordon ombilical, ce monstre qui m’a vu naître ! Façon de parler aussi, sans doute…

Nicole Goossens
Renseignements : 02/672.49.90

RETABLISSEMENT DE LA PEINE DE MORT POUR LES MERES CASTRATRICES !

____________
The Ligue des Féministes Absolument Coincées (L-FAC), femme=femmes.com et Fier Féminisme à Ornières do not approve this message…

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :