Nu phare de la Pensée

A ce terme, il fut dit : « allons, il n’est point d’étangs en région désertique. Allez donc vous faire voir chez les Grecs » ! Prédire l’ultime ironie, l’histoire cependant ne le put : seul dans les astres était inscrite l’invasion soudaine des terres hellènes par des milliers de basanés crus et drus qui, en sus d’être las des conditions spartiates en vigueur dans leur aillemate, se fixeraient pour but de réclamer leur dû. Et c’est ainsi que, bien avant d’aller, Diogène à l’esprit, frotter, l’eau à la bouche, quelque clito à Cologne, les ingrats en viendraient à scander : « rendez-le-nous ! »

« Si c’est là tout, Messires, ce qui vous ferait plaisir, prenez-le donc : mon nénufar est vôtre, approche sa floraison ! Va à l’eau, va à l’eau, ma plante, tu es en de bonnes mains », leur répondrait, frêle comme un roseau, la République du Mot, « et point de débandade, assurément : vous prendrez bien tout mon assortiment »…

Piqués au vif, toutefois, les autochtones garçons, Hélène en étendard, de cette oreille ne l’entendraient : « holà, bougresse, pas touche : ce qui n’est point vôtre, vous ne pouvez faire leur, faites leurre par ailleurs, mais bas les pattes ! Vous vous êtes promise, dès lors honorez-vous ! Minute de silence pour votre vile traîtrise ! »

Epée au ceinturon, certes, mais queue entre les jambes : que pourraient la belle et la blancosphère face à la fronde des Députés de l’Idiome qui, ragaillardis, viendraient à la rescousse de leur laïque égérie ? Elus pour faire langue – si, senior ! –, ils feraient fissa barrage de leur corps : ovaire der daides bodises, l’arabophobe rengaine !

Mais qu’à cela ne tienne : qu’elle avait plusieurs tours dans sa sacoche, la vétérante, ex-Miss Victoire, le démontrerait amplement : guerre de tranchées autour d’un nénuphar ? Moscou ne pourrait la lui refuser…

Soudain l’affrontement en intensité gagnerait : « mon royaume pour une f ! » s’exclamerait ainsi l’élyséen plancton. Mais les arbitrages resteraient au point mort, encore… et encore. Car à chacun sa partition : à la plèbe l’usage, et l’usure au bouffon…

Supplice des mots, maux doux de l’attente, attentat du verbe, verbiage attristant…

Tictac et viceversa… Sémantique, nous voilà ! Trinque, Code de la Langue, toi et ton kilo cinq ! Que de plates redondances dans la langue de la France ! Licencions les mots et voyons s’ils volent. N’en gardons que cinq cents, bien cloîtrés à l’école, où les minis se terrent. Pour faire bu-si-ness, point besoin de Voltaire…

Sans titre

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées | Tags: | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :