Petit entretien de survie pour l’apocalypse qui vient…

A deux doigts de devenir SDF par la grâce d’une mère indigne, nous nous sommes entretenus avec le Professeur Gérald Strange, le gérant de l’annexe bruxelloise d’Arkham, le célèbre asile de Gotham…

Quels sont, selon vous, les caractéristiques d’une mère indigne ?

Gérald Strange : il y en a toute une panoplie. Pouvez-vous préciser votre question ?

Prenez une meuf qui a toujours vécu à l’œil dans une grande baraque avec jardin mise à sa disposition par ses parents, une meuf tellement gâtée qu’elle recevait tout (bouffe, meubles,…) gratuitement, une meuf qui, après vingt-cinq ans de vie pépère, si on excepte son hystérie schizophrénique, est parvenue à convaincre ses parents de vendre ladite baraque… tout en empochant le produit de la vente (« C’est déjà ça de pris »…), une meuf qui, après la mort de son père, survenue alors qu’elle se faisait dorer la pilule au Mexique, est parvenue à convaincre sa mère de faire transférer tout son pognon sur son propre compte…

Supposez à présent que la même meuf, sachant que son fils est dans une merde pas possible, largement accentuée par la Grande Machine ‘humaine’, aurait appris de celui-ci, il y a six mois, que son père venait de décéder lui aussi. Au lieu de l’inviter à en parler, elle abuserait de la sénilité d’une veuve de quatre-vingt-huit ans pour la parquer illico dans un hospice de luxe, histoire de pouvoir, ni vu ni connu, vendre la baraque de ‘la vioque’ dans le même mouvement ($$$ !), au nez et à la barbe de son fils, après s’être débarrassée de tous les effets personnels de ce dernier qui y traînaient encore. Cerise sur le gâteau et baume au cœur : elle ne l’en informerait que quelques jours après son anniversaire, par hasard bien sûr.

Une telle meuf est-elle une mère indigne ?

Gérald Strange : absolument pas. J’ignore de qui vous parlez, mais, selon les critères en vigueur dans la profession, la personne que vous me décrivez est parfaitement rationnelle. Elle s’est fixée un objectif clair, à savoir ‘après elle, le déluge’, et elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour l’atteindre. Je dirais même que c’est le fils qui est un monstre (Que ne lui a-t-il donné un petit-fils ?!) , et avec votre permission je souhaiterais l’examiner.

Vous me parlez de rationalité, Professeur, mais vous devez savoir que la meuf dont question est inculte de chez inculte. C’est le genre de fossile qui s’endort devant sa putain de télé (« C’est tout ce qui me reste. »). Ca n’a jamais produit la moindre idée de sa vie, mais ça ne tolère aucune dissension. Pire : lorsque son fils, Revenant dans sa version citadine, a le toupet de s’indigner, ça charge son avocaillon d’aboyer. La valeur de la parole d’une telle catin est inversement proportionnelle à son amour propre. Elle n’est rien de plus qu’un agent du système, qui fournit à ce système son plein concours pour neutraliser un propos divergent. Cette pauvre cruche ne comprend même pas que l’économie mondiale va bientôt s’effondrer pour de bon, laissant en priorité sur le carreau tous ceux que les ordures comme elle auront soigneusement réduits à néant.

Gérald Strange : ce genre d’insecte n’en assume pas moins un rôle crucial dans la biosphère : en débarrasser tous les détritus qui n’ont pas pu ou voulu s’adapter au totalitarisme de la société décadente, c’est-à-dire ceux qui, selon le mot d’une conseillère communale Ecolo, refusent de « jouer le jeu » et se retrouvent ainsi dans « les flux de SDF », ou, selon le mot de feu le compositeur Yehudi Menuhin, ceux qui n’ont pas compris ou pu se faire à l’idée que « la seule liberté, c’est de se donner [à la société totalitaire et décadente] comme le font les pétales d’une fleur ». Ce sont tous d’irréductibles anarchistes assez fous que pour penser qu’ils sont autorisés à définir eux-mêmes leur propre bonheur individuel, et leur propre engagement social. Je respecte infiniment ces insectes, car sans eux, jamais le système n’arriverait à ses fins, mais je préférerais malgré tout qu’ils épargnent quelques-uns de ces spécimens pour que je puisse en étudier le comportement à Arkham.

En somme, face à une loi du plus fort purement circonstancielle dans laquelle ni principes, ni collégialité, ni talent, ni bienveillance, ni empathie, ne jouent le moindre rôle, il incomberait de courber l’échine…

Gérald Strange : vous ne croyez pas si bien dire : c’est en général d’une puissante indignation, et même d’une colère non maîtrisée, face à un faisceau d’injustices sciemment organisées que dépend la réussite du téléguidage d’un individu, dont les micro-ondes de basse fréquence constituent toujours l’amorce (pssshhhhhh). A Arkham, nous avons une énorme expérience en la matière. Tous les médiocres vendus, les pauvres mecs et les pauvres meufs, qui se pavanent sur l’ancien écran ont été conditionnés de cette manière, à la Winston. C’est le seul moyen de s’assurer de leur loyauté. Mais pensez-vous qu’ils le regrettent ? Non, ils sont tellement satisfaits qu’ils cherchent toujours à faire des émules. Ils sont morts : ils sont parfaits ! Toutefois, en ce qui me concerne, j’émets quelques réserves quant à cette méthode. Prenez Léopold Storm, un bon p’tit gars qui a été confié à mes soins : saine indignation que la sienne ! Je suis Léopold Storm,ha ha ha ! Je pense que la société serait beaucoup plus passionnante s’il y en avait davantage comme lui. D’ailleurs, mes vœux sont en train d’être exaucés…

Un dernier mot pour nos lecteurs, Professeur ?

Gérald Strange : bien sûr… Je suis honoré d’avoir pu donner ces conseils à tous les petits loups, les petits pédés en particulier, qui contemplent le suicide tant leurs parents les étouffent et la société les emmerde. Vous n’êtes pas seuls ! Il y en a plein comme vous à Arkham et on s’amuse bien, vous savez… Videz vous aussi votre chargeur dans les fossiles, et avec un peu de chance, vous nous rejoindrez… Et dites-vous bien ceci : dans une société qui justifie le supplice sadique comme moteur de l’action sociale, peu importe que vous ne nuisiez à personne. Alors, autant nuire ! Ou devenir humoriste

Merci, Professeur !

_______________

Tout ce que nous disons étant systématiquement retenu contre nous, nous tenons à préciser que les caractères dépeints dans cet entretien sont bien sûr purement fictionnels, et qu’ils ne présentent aucune similitude avec des personnages existants ou ayant existé…

Courrier de l'avocat de la mère indigne au bailleur

Publicités
Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :