Archives mensuelles : mars 2019

Out of the mouth of babes comes truth…

The past two years have left the Republic devastated. Not a single one of its institutions – not even the Supreme Court – has been spared by the relentless gothamization of U.S. political discourse. In every possible field of political activity, ethics has been turned upside down methodically. Yet, none of this should matter when it comes to the Mueller report…

Let us put aside for a moment the fact that no one but the newly-appointed AG and his entourage has yet been allowed to read the report in extenso. Let us even imagine Barr’s 4-page memo somehow manages to faithfully render the substance and nuances of Mueller’s 300+-page brief. How could any sane adult ever consider this entire exercise of collective psychology, which laid the ground for a cathartic regeneration, a palingenesis even, could ever be disconnected from the political context in which it was conceived ?

Ensor, The Intrigue (1890)

After hearing Trump gloat about “total exoneration”, Monica Lewinsky was among the first to react to the anti-climactic ‘news’ that must have, by signaling the end of the extended barking session, triggered Rachel Maddow’s biggest existential disappointment. Replying to another tweet, she basically regretted Janet Reno proved to be much less of a Golem than William Barr, implying that if Clinton’s AG had kept the Ken Starr report to herself, there would probably have been no impeachment procedure at the time. In other words, she depicts Barr’s decision as being essentially politically motivated, which it is of course. But she could have gone much further…

Whether the resurgent – mainly ‘Democratic’ – McCarthyism surrounding the Mueller investigation, which could ultimately have led to a direct confrontation between two superpowers, was an exciting development is not the issue here. The issue is whether it was reasonable to expect for the investigation, its conclusion and its timing to center only around this single question : is Trump guilty of “collusion” with “the Russians” or not ?

On both sides of the new McCarthyist divide, people seem to acknowledge, despite the aforementioned caveats, the question – and that question alone – has been answered. Indeed, those who saw in Robert Mueller the providential father figure that would make everything right and resuscitate the status quo ante – which is in itself a contradiction they were never eager to confront –, while, to some extent, persisting in their denial still, are slowly but surely initiating a sag vertical curve. Similarly, those who, for various reasons, expressed serious doubts about the special counsel’s integrity nonetheless feel vindicated by the conclusion made public not even by the ‘not-so-trustworthy’ investigator himself, but by his improvised spokesperson, their logic being : had the latter drifted away from the former’s findings too much, then the latter (a.k.a. the former) would certainly have rectified the former (a.k.a. the latter)’s ravings, wouldn’t he ?

Both sides are now bowing down before Mueller’s authority; none seems to bother to add the broader political context to the equation. All are now acting as if, in Gotham of all places, the platonic idea of Truth had triumphed. Isn’t this need to believe, one way or another, simply fascinating ?!

Before the report was finalized, the Democratic leadership knew all too well that if Mueller were to reach conclusions that would be too damning for Trump, they would have no choice but to launch an impeachment procedure, with everything that would entail in the current political climate. In that regard, through the shutdown and the fabricated national emergency, Number 45 has made crystal clear to what lengths he would be willing to go to remain in office. And that doesn’t even take into account the possibility of a Bolton-ish diversion by means of war, which would de facto dissolve the Democrats into a ‘sacred union’ at a (post-midterm) time when they might be less inclined to let that happen, let alone contribute to it.

In the best-case scenario – that is to say : with a Trumpian reprisal limited to domestic politics –, an impeachment procedure would certainly not have led to any such union, but it would nonetheless have crystalized oppositions in Congress, with a deadly standstill and a new blow to Washington’s credibility (that cocoon where people are obsessed with themselves and their trivial little feuds) as a result, which would not only have torpedoed any upcoming bipartisan initiative such as the Senate’s recent Yemen resolution, but would also have dissuaded large segments of a much-needed electorate from partaking in the decisive 2020 beauty pageant. It is undoubtedly with all that in mind and mindful of the fact that going against the Republicans’ senate majority would make any destitution attempt look like a game of Russian roulette that, on March 11th, Nancy Pelosi stated that Trump wasn’t “worth impeaching”

For months, ‘news’ pundits had been expecting and announcing Mueller’s report. Yet, not until March 22nd was it submitted to Barr. Is this a coincidence or could Pelosi’s statement be interpreted as a dog whistle ? Couldn’t Mueller, even on the fringes of the perimeter of his investigation, really have found incriminating evidence against Trump and/or some of his closest relatives ? Couldn’t he at least have pushed his investigation a little further ?

When Starr went after Clinton, the then-Congress Republicans, who had the majority in both House and Senate, supported him all the way. Whatever the outcome, the institutions of the Republic were not threatened back then, even if, by the very nature of that scandal, their honor was quite – shall we say – stained. Today, on the contrary, those same institutions are on the verge of collapse.

Are we supposed to believe those considerations – the actual state of the Union, Pelosi’s red light, hence the very real threat of adding to an already all-encompassing institutional confusion, the unpredictable impact of a clear-cut decision on democracy itself – played no part whatsoever in the way Mueller wrapped up his tedious chore ? Whatever one’s position on the merits of any given investigation, can Platonic ideas really trump politics when the stakes are that high ? And, when they are, can John 8:31-32 really be taken for granted ?

Provided his client and Trump are not a single entity, the devil’s advocate is asking you the following question, in a purely speculative way : If you yourself, being in Mueller’s shoes, were brought to choose between two equally valid principles, both of which you pledged allegiance to – the truth and nothing but the truth on the one hand, the integrity of the institutions of the Republic on the other hand –, knowing hiding said truth would go against the spirit of said institutions and therefore imply corrupting them (a little more), whereas telling it would mean remaining faithful to their spirit but, at the same time, given the context, potentially harming them decisively, which would you choose ? And which choice would be most worthy of a statesman ? Devil aside, perhaps the wisdom of French philosopher Gabriel Marcel, who, in concrete situations, distinguished between being in truth and telling the truth, might be of some assistance…

As much as it is necessarily one of ethics, Mueller’s handling of the final phase of his long intercourse with Trump is a (complex) matter of politics, to which telling the truth (some inconveniencies, at least) but discretely agreeing to bury it for The Greater Good might be the key. To convince those who doubt that – or feign to –, Lewinsky might soon secrete another tweet : “if. fucking. only. Schumer. had. been. Lott”. Without the love of guns, of course…

___________________

April 19, 2019 follow-up :

By no means do I intend to interrupt a party, Glenn.

But there is the possible obstruction-of-justice issue.

There is the matter of the destroyed evidence.

There are the redactions.

There is Barr’s hesitation between being AG and being White House Counsel.

And then there’s this :

… which, instead of stating “Robert Mueller […] obliterated [the Trump-Russia conspiracy theories]”,  should lead any rational mind to conclude said theories have only been “obliterated” (due to lack of evidence) as far as the 2016 campaign and the three years prior to it are concerned, with respect to potential Trump dealings in Russia :

Earlier potential dealings with Russian entities on U.S. soil without any direct link to the Russian government but which said government – at whichever level – might have acquired knowledge of and found valuable to use later against an unlikely future president were left out of the scope of this investigation.

Steve Buscemi (Boardwalk Empire)

Of course, many of the foreign-policy decisions made by the current administration since its hawkish U-turn tend to indicate they ran contrary to the Russian government’s interests, but shouldn’t they be examined more closely ?…

Once again, don’t let me interrupt you…

But, however you decide to qualify this episode, I’m sure detective Columbo would have found it particularly awkward…

Russia – US summit, Helsinki (Finland), July 16, 2018

Does that imply Russian influence is so much worse than U.S. meddling in foreign countries’ affairs ? Of course not…

Publicités
Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Tectonique des plaques d’égout…

Moi, une pute ? Comme Rugy, Pompili, Jadot bientôt, sans même parler de Cohn ?

Allons… C’est le bilan écologique de « l’océan de sagesse » à matraque qui m’incite à m’engager à ses côtés :

 

> l’incroyable progrès de la cause animale : https://www.l214.com/communications/20180915-projet-loi-alimentation-2e-lecture-condition-animale-option-vegetarienne

https://www.politique-animaux.fr/elevage/ces-deputes-ont-vote-contre-l-interdiction-des-elevages-usines-amendement-670

https://www.politique-animaux.fr/elevage/ces-deputes-ont-vote-pour-l-obligation-d-installer-un-controle-video-dans-les-abattoirs-amen

 

> la lutte énergique contre les pesticides de synthèse :

https://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3522456/2019/03/15/La-France-decale-de-3-ans-l-interdiction-de-produire-certains-pesticides.dhtml

 

> le refus téméraire de toute procrastination en matière de transition énergétique :

https://reporterre.net/Macron-renvoie-la-baisse-du-nucleaire-a-ses-successeurs

 

> l’approche visionnaire de la problématique des déchets nucléaires :

https://www.revolutionpermanente.fr/Bure-Apres-les-dechets-nucleaires-le-gouvernement-veut-enfouir-le-debat

 

> la démarche résolument progressiste dans laquelle s’inscrivait la taxe carbone :

https://www.liberation.fr/checknews/2018/12/26/les-macronleaks-revelent-ils-que-la-taxe-carbone-visait-a-financer-des-baisses-de-cotisations-patron_1699804

https://www.capital.fr/economie-politique/yachts-porsche-et-jet-prives-pourraient-etre-plus-taxes-1246924

 

> la remise en cause du grand transbahutage mondial, si générateur de pollution (quoique si favorable au commerce de noix) :

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/ceta-monsieur-macron-prend-les-francais-pour-des-imbeciles

 

J’en passe, et – si tant est que ce soit possible – de meilleures.

Mais, en tant qu’ancien député Greens Efa, ce qui, dans mon souci de bâtir des passerelles contre-nature avec Guy Verhofstadt au sein du parlement européen, m’a définitivement convaincu, c’est ça…

https://www.20minutes.fr/politique/2481495-20190326-europeennes-pascal-canfin-accepte-etre-numero-deux-liste-lrem

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Figée dans le mouvement, la républicaine au galop…

De quoi avez-vous peur, Madame ? De cette ombre qui vous précède ? Mais vers où courez-vous alors ? Vers cet à venir où elle vous guette ?…

« Si en effet il est impossible, pendant que nous sommes avec le corps, de rien connaître purement, de deux choses l’une : ou bien cette connaissance nous est absolument interdite, ou nous l’obtiendrons après la mort; car alors l’âme sera seule elle-même, sans le corps, mais auparavant, non pas. »

Ils fusionneraient, à travers Platon, l’âme de Socrate et le corps de Montaigne

« Parmi les fêtes et la joie, ayons toujours ce refrain de la souvenance de notre condition, et ne nous laissons pas si fort emporter au plaisir, que parfois il ne nous repasse en la mémoire, en combien de sortes cette nôtre allégresse est en butte à la mort et de combien de prises elle la menace. Ainsi faisaient les Égyptiens, qui, au milieu de leurs festins, et parmi leur meilleure chère, faisaient apporter l’anatomie sèche d’un corps d’homme mort; pour servir d’avertissement aux convives. »

Chemin faisant, Madame, que d’exubérantes offrandes ne lui consentez-vous : l’ataraxie, le rêve,  jusqu’à la pensée ? Pour quelques coups de fil, me dites-vous ? Comment sans elles – lui au milieu – pourriez-vous donc vous projeter ?

Where, like a pillow on a bed

A pregnant bank swell’d up to rest

The violet’s reclining head,

Sat we two, one another’s best

« J’admire les gens qui sont capables de s’asseoir trois heures en forêt. Moi, j’en suis incapable. Rien que dormir m’apparaît comme du temps perdu. J’ai toujours une foule de projets et d’événements en parallèle, des coups de fil à passer. Et je trouve très bien que ça ne s’arrête pas le dimanche. »

« Si […] l’expérience mystique se fonde sur le non-savoir, elle s’oppose résolument à l’idée de projet comme attitude commune de l’existence humaine. Cette dernière se détermine habituellement dans ses propres projets, sur lesquels elle raisonne, calcule, agit : ainsi elle ne fait pourtant que subsister dans le domaine du profit et de l’esclavage. S’il faut laisser la place à l’expérience intérieure, on doit alors renoncer à tout projet rationnel et s’abandonner à la perte de toute certitude ou stabilité, à une sorte de non-savoir qui, cependant, n’est jamais mollesse ou indifférence mais décision audacieuse pour l’inconnu. Finalement, l’expérience intérieure ne se fonde pas sur quelque chose, mais elle fait appel seulement à sa propre autorité. Elle se constitue comme la cessation de chaque opération intellectuelle et de chaque discours. Elle est, essentiellement, silence. »

https://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2004-1-page-97.htm#

« L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie. »

Spinoza, L’Ethique, IV (De Servitute Humana, seu de Affectuum Viribus), Prop. LXVII

Si, ayant entre-temps échappé au meurtre, je l’aperçois, quant à moi, avec insistance se profiler, ni de noir ni de blanc vêtue, sans atour, sans quincaillerie tapageuse, et dénuée de toute forme, humaine y compris, ou, mieux encore, si, ne m’ayant surpris pas sa fugacité, elle m’accorde la grâce de quelque sursis, c’est comme Huxley, le sage qui ‘Socrate’ démentit, que j’espère l’accueillir, la mort…

« La question n’est pas d’accepter de mourir, mais d’accepter d’être né, de dire oui à soi-même. »

Lire :

J’ai toujours une foule de projets et d’événements en parallèle, des coups de fil à passer. Et je trouve très bien que ça ne s’arrête pas le dimanche. C’est pourquoi je méprise un peu les gens qui sont capables de s’asseoir trois heures en forêt. Moi, j’en suis incapable. Rien que dormir m’apparaît comme du temps perdu. Ce temps perdu, il faut le rentabiliser. Et c’est ce à quoi s’emploie le programme de notre Guide Suprême : à la rentabilisation, aucun grain dans le sablier ne doit échapper. Il y va de notre compétitivité. A cet égard, nous sommes des exemples. Plus que des exemples même : des diktats !

« Pourquoi, dans une vie si courte, visons-nous audacieusement des buts si nombreux ? », s’enquit Horace. A quoi, pourrait-on y ajouter, répond pareille agitation, d’autant plus futile que le mûrissement de ses fruits se fait décidément attendre ?

Déjà cité, Claudio Tarditi, se penchant sur la religion, le sacré et le sacrifice dans la pensée de Bataille, écrit ceci :

« La Notion de dépense est le premier essai, encore naïf, de renverser la folie de notre temps, la « normalité » d’une existence qui a enterré sa propre tension métaphysique vers un au-delà, vers un horizon lumineux au-delà de l’abîme obscur, dans un nouveau sens, dans un mal qui soit le revers de cette folie. Il s’agit, en un mot, de renverser chaque savoir consolidé, l’ « entier principe d’entropie », pour montrer le fond obscur et ténébreux de l’existence, la présence constante — derrière le simulacre du profit — de ce mal qui se réalise dans la dépense, dans le gaspillage, dans la dilapidation. Sur la base des recherches sociologiques de Durkheim et de l’Essai sur le don de Mauss, Bataille s’oppose à la science de son temps pour montrer l’insuffisance du principe classique de l’utilité : l’humanité peine à le reconnaître, mais la moitié de ses activités est constitutivement improductive, c’est-à-dire qu’elle se fonde sur la dépense d’énergies et marchandises, jusqu’au gaspillage — fin en soi-même — de vies humaines. Ces activités, pour acquérir leur sens, ont besoin d’une dépense la plus grande possible. »

Bouddha en Simone Weil ?

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Être humain, selon Hegel (d’après Kojève)…

La fin de l’Histoire, hâtivement décrétée par Fukuyama après le retrait du rideau de fer, supposait pour lui la fin de la dialectique. Mais la fin de la dialectique n’impliquait aucunement la résolution synthétique de l’opposition historique entre Maître et Esclave. De cette dialectique, à en croire certains, le Onze-Septembre aurait provoqué le sursaut. La névrose sécuritaire qui s’ensuivit n’a-t-elle pas plutôt dessiné les contours d’une conclusion non synthétique de cette opposition, expurgée de toute possibilité de révolution ? Cette dialectique elle-même, au fond, si tant est qu’elle le fût, continue-t-elle d’être pertinente ? Et est-il louable que la gauche s’en réclame ?

Kojève, en 1947, fait dire à Hegel :

« Le Maître est […] le catalyseur du processus historique, anthropogène. Lui-même ne participe pas activement à ce processus; mais sans lui, sans sa présence, ce processus ne serait pas possible. Car si l’histoire de l’homme est l’histoire de son travail et ce travail n’est historique, social, humain qu’à condition de s’effectuer contre l’instinct ou l’ « intérêt immédiat » du travailleur, le travail doit s’effectuer au service d’un autre, et il doit être un travail forcé, stimulé par l’angoisse de la mort. C’est ce travail, et ce travail seulement, qui libère, c’est-à-dire humanise, l’homme (l’Esclave). D’une part, ce travail crée un Monde réel objectif, qui est un Monde non naturel, un Monde culturel, historique, humain. Et c’est dans ce Monde seulement que l’homme vit une vie essentiellement différente de celle que vit l’animal (et l’homme « primitif ») au sein de la Nature. D’autre part, ce travail affranchit l’Esclave de l’angoisse qui le liait à la Nature donnée et à sa propre nature innée d’animal. C’est par le travail effectué dans l’angoisse au service du Maître que l’Esclave se libère de l’angoisse qui l’asservissait au Maître. […]

Le Maître ne peut jamais se détacher du Monde où il vit, et si ce Monde périt, il périt avec lui. Seul l’Esclave peut transcender le Monde donné (asservi au Maître) et ne pas périr. Seul l’Esclave peut transformer le Monde qui le forme et le fixe dans la servitude, et créer un Monde formé par lui où il sera libre. Et l’Esclave n’y parvient que par le travail forcé et angoissé effectué au service du Maître. »

Si l’on excepte la parenthèse révolutionnaire française en la matière, le Royaume-Uni, en ce pionnier parmi les puissances occidentales, n’abolit définitivement et uniformément l’esclavage qu’en 1833, soit deux ans après la mort de Hegel. Quant à Kojève, il écrit deux ans après la fermeture des camps. Quoique l’histoire qui l’a précédé fût riche, elle aussi, de crimes contre l’Humanité (pas encore qualifiés comme tels), il serait sot, bien sûr, d’attribuer à Hegel la paternité de l’univers concentrationnaire. Mais pour qui cherche à calquer ses écrits sur la réalité contemporaine, n’est-il pas tout aussi anachronique de faire abstraction de ces faits historiques lui postérieurs ?

Contrairement à Locke ou à Rousseau, Hegel (sous la plume de Kojève) entérine, dans l’attente de la synthèse, la tyrannie; pire, il la justifie. Et pas de n’importe quelle manière : par l’improbable salut intermédiaire qu’il consent à l’Esclave dans sa théorie, un esclave catégoriel qui n’est pas même le serviteur contractant imaginé par Tocqueville mais qu’il rend fonctionnellement et interactivement complice du Maître-tyran, et dont ledit salut ne peut passer que par cette complicité.

Hegel cette fois…

« Pour le Maître, l’Être-pour-soi est seul à être la réalité-essentielle. Il est la puissance négative-ou-négatrice pure, pour laquelle la chose n’est rien; et il est par conséquent, dans [le] rapport de Maître et Esclave, l’activité essentielle pure. […]

Et Kojève encore…

[L’esclave] se considère […] lui-même comme [un animal], et c’est comme tel qu’il est considéré par le Maître. Mais l’Esclave, de son côté, reconnaît le Maître dans sa dignité et sa réalité humaines, et il se comporte en conséquence. »

Comment certaines postures politiques présentes pourraient-elles ne pas faire écho à la première partie de ce propos ? Mais comment, en même temps, pourrait-on concilier une quelconque reconnaissance de l’humanité d’un tyran en tant qu’il est tyran avec certains appels récurrents à la démission ? (L’on pourrait objecter, renvoyant au contrat social de Rousseau, qu’il n’est pas fondamentalement question de tyrannie s’agissant de qui l’on sait. Mais quand pareil contrat a-t-il effectivement été conclu ?)

Consciemment (sans doute) ou instinctivement (peut-être), nos frauduleuses ‘élites’ s’inspirent de Hegel, mais sans jamais le nommer, car le nommer équivaudrait, par son biais, à ressusciter Marx ailleurs que dans des cénacles rabougris. Ils s’en inspirent en le détournant, mais ils s’en inspirent quand même…

Si exceptionnelle fût-elle par sa franchise (purement rhétorique), c’est dans cette perspective qu’il convenait de lire la fameuse citation de Buffett dont continuent, quinze ans après, de nous rebattre les oreilles des « prolétaires » engagés qui s’imaginent ainsi répéter un propos qui sert leur cause alors que cette répétition, en ce qu’elle fait de leur « ennemi » une référence de substitution dans la définition même du rapport de domination qui les soumet, signe en fait leur servilité finale. Le cadre qu’esquisse cette perspective, lequel s’apparente davantage à une consolidation stratégique ‘belliqueuse’ préventive qu’à une « class warfare » en bonne et due forme, est celui d’une oligarchie qui, à une pensée hégélienne que, pour le reste, elle ne conteste pas, s’efforce d’imposer une révision antidialectique et antirévolutionnaire destinée à clicher ledit rapport de domination.

Pourtant, c’est peu dire qu’à l’aune de certaine éthique contemporaine, il y a matière à contestation, qui plus est à travers le prisme lexical de Kojève. La (re)formulation de la problématique du rapport de l’homme à la nature requerrait pour le moins, à cet égard, quelques bémols…

« L’homme n’est réel que dans la mesure où il vit dans un monde naturel. Ce monde lui est, certes, « étranger » ; il doit le « nier », le transformer, le combattre pour s’y réaliser. Mais sans ce monde, en dehors de ce monde, l’homme n’est rien. »

Mais, compte tenu de ce rapport initial, c’est un considérable paradoxe qui devrait particulièrement attirer l’attention…

« L’être humain ne se constitue qu’en fonction d’un Désir portant sur un autre Désir, c’est-à-dire — en fin de compte — d’un désir de reconnaissance. L’être humain ne peut donc se constituer que si deux au moins de ces Désirs s’affrontent. Et puisque chacun des deux êtres doués d’un tel Désir est prêt à aller jusqu’au bout dans la poursuite de sa satisfaction, c’est-à-dire est prêt à risquer sa vie — et mettre, par conséquent, en péril celle de l’autre — afin de se faire « reconnaître » par l’autre, de s’imposer à l’autre en tant que valeur suprême, — leur rencontre ne peut être qu’une lutte à mort. Et c’est seulement dans et par une telle lutte que la réalité humaine s’engendre, se constitue, se réalise et se révèle à elle-même et aux autres. […]

C’est dire que l’homme n’est humain que dans la mesure où il veut s’imposer à un autre homme, se faire reconnaître par lui. Au premier abord, tant qu’il n’est pas encore effectivement reconnu par l’autre, c’est cet autre qui est le but de son action, c’est de cet autre, c’est de la reconnaissance par cet autre, que dépendent sa valeur et sa réalité humaines. »

Le désir du désir serait ce qui distingue l’homme de l’animal…

« Ainsi, dans le rapport entre l’homme et la femme, par exemple, le Désir n’est humain que si l’un désire non pas le corps, mais le Désir de l’autre, s’il veut « posséder » ou « assimiler » le Désir pris en tant que Désir, c’est-à-dire s’il veut être « désiré » ou « aimé » ou bien encore: « reconnu » dans sa valeur humaine, dans sa réalité d’individu humain. »

Pas d’objection ici. Mais, une fois imprimée cette distinction, il faudrait donc se résoudre là au postulat qu’il n’est d’autre voie d’accès à l’humanité – et à la civilisation – que par les codes dupliqués de la bestialité (1), à la faveur d’une « lutte à mort » (2) ? Que ne voilà une très viriliste conception de ce qui serait fondateur de l’être humain, même dans une perspective historique…

Car Kojève précise, renvoyant par ailleurs aux ‘hommes premiers’…

« Sans cette lutte à mort de pur prestige, il n’y aurait jamais eu d’êtres humains sur terre. »

Cette affirmation est aussi gratuite que ne l’est l’attribution à Rousseau, dans pareille configuration, du mythe du bon sauvage.

Pourtant, parallèlement aux lois, et souvent même à leur mépris, s’impose à nous, dans le sous-texte de nos relations sociales, comme une évidence exclusive, y compris depuis le flanc gauche de l’échiquier, ce postulat moribond fait vérité révélée. Que l’on y souscrive ou non et que l’on étaye par des arguments la négative ou que l’on s’en abstienne, il s’impose malgré tout, ce qui le rend totalitaire.

Dans mon récent et court éloge de la quiétude, j’avais insisté sur mon appréhension de la lutte comme un moyen, jamais comme une fin. Je me rends compte à présent qu’il me faut clarifier cette position…

Kojève, une pénultième fois…

« Par des actes de liberté irréductibles, voire imprévisibles ou « indéductibles », ils doivent se constituer en tant qu’inégaux dans et par cette lutte même. L’un, sans y être aucunement « prédestiné », doit avoir peur de l’autre, doit céder à l’autre, doit refuser le risque de sa vie en vue de la satisfaction de son désir de « reconnaissance ». Il doit abandonner son désir et satisfaire le désir de l’autre: il doit le « reconnaître » sans être « reconnu » par lui. […]

Si l’être humain ne s’engendre que dans et par la lutte qui aboutit à la relation entre Maître et Esclave, la réalisation et la révélation progressives de cet être ne peuvent, elles aussi, s’effectuer qu’en fonction de cette relation sociale fondamentale. »

C’est à s’extirper de cette relation, non à la consacrer, que doit servir la lutte. Et cette lutte n’est moyen que s’il n’y en a aucun autre, c’est-à-dire si la prédestination – en d’autres termes, le déterminisme social – que Kojève et/ou Hegel semble(nt) refuser d’intégrer à leur raisonnement, est telle qu’aucun autre recours n’est possible. Considérer, hors ce cadre, la lutte comme l’indispensable et unique marchepied vers la dignité humaine (par opposition à la bestialité) revient, selon moi, à en faire une fin déguisée.

Kojève enfin…

« Dans le Monde naturel, donné, brut, l’Esclave est esclave du Maître. Dans le monde technique, transformé par son travail, il règne — ou, du moins, régnera un jour — en Maître absolu. […] Le travail trans-forme le Monde et civilise, éduque l’Homme. »

Dans des sociétés appelées, sauf indicible catastrophe, à s’automatiser toujours davantage, où le travail formate et abêtit énormément plus qu’il ne permet d’apprendre et ne stimule l’esprit, prélude à l’asservissement ou à l’affranchissement que l’UBI ? Au nom d’un opium des intellectuels aronien, l’idéologie – une certaine forme d’abstraction, en somme –  prendra toujours, pour d’aucuns, le pas sur la dignité première concrète (d’autrui), le fantaisiste Grand Dessein justifiant toujours, pour ceux-là, les ‘petits’ sacrifices… Pas résolu vers la tombe après le dépérissement ‘contrôlé’ ou voie de secours vers l’autonomie – enfin ! – que cette proposition d’un ministre wallon libéral ?…

Et, à l’aube du grand saut, Hegel ou Marcuse ?…

___________________________

(1) Kojève me semble utiliser – de manière récurrente –  l’adjectif « animal » pour signifier « bestial », lequel adjectif n’apparaît qu’une seule fois dans le texte. Mais, l’étymologie du premier renvoyant à la fois à l’âme et à l’esprit, il me semble important de les dissocier.

(2) Kojève précise toutefois que le Maître ne peut être reconnu comme tel par l’Esclave que si l’Esclave reste vivant. N’en demeure pas moins le postulat de départ…

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Smells like savior spirit…

Allan Kardec

« MME DE GIRARDIN dit : Y a-t-il quelqu’un ? S’il y a quelqu’un et qu’il veuille nous parler, qu’il frappe un coup. La griffe retomba avec un bruit sec.

– Il y a quelqu’un ! s’écria Mme de Girardin ; faites vos questions. On fit des questions, et la Table répondit.

DELPHINE DE GIRARDIN questionne aussitôt : Qui es-tu ?

La table lève un pied et ne le baisse plus.

MME DE GIRARDIN interroge à nouveau : Y a-t-il quelque chose qui te gêne ? Si oui, frappe un coup ; sinon, deux coups.

La table frappe un coup. »

« [J]e suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère.

Remarquez-le bien, messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli. »

déploiement par des Gilets jaunes d’un tissu de même couleur sur la basilique du Sacré-Cœur, au-dessus de la statue de Jésus, à l’occasion de l’Acte XIX (23 mars 2019)

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Schlampe !

https://www.revolutionpermanente.fr/Merci-la-police-Marie-Laure-David-Laurence-ces-blesses-graves-dont-les-medias-ne-parlent-pas

communiqué officiel du syndicat de police Synergie Officiers – 18 mars 2019 (croix gammée ajoutée par cohérence)

350 universitaires se déclarent « complices » des gilets jaunes

« Prenant acte de cette aggravation exponentielle des tendances autoritaires du pouvoir et des institutions, nous enjoignons toutes et tous les ami.es de la liberté à ne pas céder un pouce de terrain face à la répression et à s’organiser pour y faire face. »

https://lundi.am/350-universitaires-se-declarent-complices-des-gilets-jaunes

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Chasse aux chômeurs : une illustration…

Mais t’es débile ou quoi ? Pourquoi tu continues de t’exposer comme ça ? me demande-t-on parfois.

Parce qu’il n’y a pas que des chien(ne)s qui lisent !

Et puis, qui sait, peut-être que ce genre de témoignage sera aussi précieux pour les historiens du futur que ne le sont pour ceux d’aujourd’hui les lettres de troufions dans les tranchées de ’14/’18…

Souvenez-vous… Le 7 mars, j’avais publié ceci :

— jusqu’à ce que mes droits soit intégralement respectés !

— jusqu’à ce que les engagements formels pris à mon égard soient tenus !

— jusqu’à ce que cessent l’intimidation, la confusion des genres et le harcèlement politique totalitaires !

— jusqu’à ce que la déontologie prenne de nouveau le pas, dans les diverses corporations, sur la corruption la plus abjecte !

— jusqu’à ce que se concrétise un projet professionnel créatif, participatif et égalitaire !

JE NE SERAI NI UN ESCLAVE, NI UN AUTOMATE !

Conscient comme peu le sont sous nos latitudes de la nature structurellement et bestialement prédatrice qui régit, sous couvert de raison ou d’entertainment, les sociétés mécréantes dans lesquelles nous évoluons, et du fait qu’il n’en faut plus rien attendre de bienveillant, j’attendais avec détermination une nouvelle démonstration du caractère hautement prévisible de la médiocrité et de la mesquinerie ambiantes. Il ne m’aura pas fallu attendre longtemps…

Je vous tiens informé des suites de l’affaire…

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Convergences…

“Republican Rep. Jason Lewis has repeatedly demeaned recipients of welfare and government assistance, calling them “parasites” and “scoundrels,” and said the black community had “traded one plantation for another.””

https://edition.cnn.com/2018/07/27/politics/kfile-jason-lewis-government-assistance/index.html

via @VincentCespedes

“Bolsonaro wants to ‘cleanse’ Brazil of left-wing ‘criminals’

A week before presidential runoff, far-right candidate promises a ‘cleansing never seen in the history of Brazil’.”

https://www.aljazeera.com/news/2018/10/bolsonaro-cleanse-brazil-left-wing-criminals-181022182033929.html

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Ms. Bachelet, what have you done ?…

Ms. High Commissioner,

 

Overall, the progressive U.S. press has not been too vocal about the extreme violence deployed by the French regime against the Yellow Vests. The most obvious reason for that might be that, should the time come, that is to say should a long-lasting popular rebellion against the current US administration emerge, said regime’s actions might very well serve as a precedent and a source of inspiration for all sorts of alt-right fanatics, their most outspoken proponent in particular…

Indeed, there’s no reason to deny Emmanuel is embarrassing the American left, and even, to some extent, corporate liberals, in that, as a self-proclaimed liberal himself, he has been empowering the most reactionary forces within French society while demonstrating to his American counterpart there’s really no need to show any kind of restraint when it comes to maintaining his privileged, so-called Jupiterian, position at any cost.

When, after three months of indiscriminate repression, unparalleled in recent French history, you called for a U.N. investigation into its legality with respect to human rights violations, did you measure you would actually ‘force’ the French regime into giving carte blanche to the most extreme factions of the non-yellow rebellion, some of which have plausibly been infiltrated by the very police units supposedly in charge of taming them (You can’t judge a “black block” by his ski mask…), in order to invalidate your call and proclaim some kind of national emergency in the name of which any form of protest would be prohibited, the army would be requisitioned to guard sensitive buildings and a deluge of firepower would be vindicated. Have you no shame, Madam ?!

As Col. Klink puts it, “the ignoble pressure” you and your ilk (like the French Defender of Rights) have been exerting on the French police have inexorably prompted the need for the French regime to reassert its authoritah ! You should have known better. You, Madam, should have let the little dipshit have his way, whatever the consequences for democracy. May this serve as a lesson to you all, as well as to your outdated Human Rights… Ugh !

https://www.nouvelobs.com/politique/20190320.OBS2087/grand-debat-86-des-francais-pour-un-changement-de-politique-economique-et-sociale.html

Catégories : Lettres ouvertes des plus surréalistes... | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Qui a dit (ou écrit)… ?

« Nos démocraties électives ne sont pas, ou de façon inaccomplie, des démocraties représentatives. »

« L’incorporation tenace, pas à pas, d’un degré supplémentaire de compassion et de générosité dans tous nos codes – code pénal et code de justice sociale – constitue une tâche parfaitement raisonnable, bien que difficile et interminable. »

« C’est la disponibilité pour le fondamental qui motive le transfert sur l’autre de l’amour de la vie. Le rapport est réciproque entre disponibilité pour l’essentiel, pour le fondamental, et le transfert sur l’autrui qui me survit: la disponibilité pour le fondamental, libéré par le « détachement », fonde le transfert – le transfert vérifie, atteste, met à l’épreuve, « éprouve » le détachement dans sa dimension de générosité. »

« La fatalité, c’est personne; la responsabilité, c’est quelqu’un. »

 « Pour que la vie ait l’unité d’une mélodie, il faudrait vraiment que chaque note retienne les précédentes et engendre les suivantes. »

« Dans le conte de Hans Christian Andersen, deux escrocs, se prétendant tisserands, font croire à un empereur qu’ils sont capables de broder un vêtement unique au monde que les idiots et les inadaptés à leur fonction ne verraient pas. Voyant le gain qu’un tel vêtement lui offrirait, le roi commande donc l’étoffe magique qui n’existe pas. Le jour de la procession, chaque sujet, averti des propriétés du vêtement, n’ose dire qu’il ne voit pas ces habits, par crainte de passer pour un sot. Et tous de s’extasier à la vue des admirables habits neufs de l’empereur, jusqu’à ce qu’un petit enfant dans la foule s’exclame : « Mais il n’a pas d’habit du tout ! » »

https://www.liberation.fr/debats/2018/09/18/emmanuel-macron-mis-a-nu_1679588

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.