Archives mensuelles : décembre 2019

Pour les amoureux des (caricatures de) Gonzague…

https://www.jchr.be/langage/belgicismes.htm

https://yannickbaele.wordpress.com/2012/11/19/ceci-nest-pas-est-ce

youtube.com/watch?v=GvoaBuSN7VU#t=1m53s

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

« J’aime, j’aime le vit »…

Catégories : Musiques | Poster un commentaire

S’impose, me semble-t-il, le rappel à une certaine orthodoxie lexicale…

https://yannickbaele.wordpress.com/2018/07/16/musk-is-that-from-muskovici-or-muskrat/

Tu vois, Odon, par exemple, personne n’a décidé de lui appliquer Luc 12:32 malgré lui. Seul Satan fait fi de la volonté individuelle.

Parce que Satan est une mauviette qui craint par-dessus tout la contradiction…

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : | Poster un commentaire

Conchier Pierre l’imposteur !

L’Etat de droit est un mirage. Du jour au lendemain, le mensonge faisant foi, la barbarie de l’Etat réel peut tout vous dérober si votre influence n’est ni sonnante ni trébuchante. Pensez-vous, Serf, Nègre, Juif, être à l’abri chez vous ? Détrompez-vous ! Chez vous, c’est chez nous ! Telle est la leçon féodale de Pierre-l’oblique, petit, tout petit ignare autosatisfait paré d’un bouclier rouillé forgé à Monaco dans la pisse et l’infamie, monticule de boue dont la forme exécrable et primitive trahit la nature en dépit des formules consacrées, jamais plus qu’interlocutoires lorsque vainc la piétaille, sous-être de vice se réclamant d’une vertu qu’il n’a jamais même cherché à approcher ! Sous peine de se voir aussitôt ridiculisé, pas un bleu d’une quelconque fac de droit qui se respecte n’aurait osé présenter pseudo-jugement si vide, simulacre si blafard, qu’il faudrait partout enseigner comme un contre-exemple égotique.

Mais les pathétiques petit(e)s courtisan(e)s, maître(sse)s ès génuflexion à leurs heures, lorsque reste au placard leur fouet, d’entonner néanmoins le chant de la soumission à l’inique : « c’est cette obstruction délibérée et constante qui a contraint […] in fine Monsieur le Juge de pets [à] rendre sa décision ». N’a jamais été obstrué pourtant que le cul décati de cette décadente fripouille supposée servir le public plutôt que de s’en servir pour régler les comptes de son incompétence crasse : chez nous, c’est chez moi ! Y eût-elle introduit de temps à autre, dans ce vil cul de basse-fosse délaissé, un plug tel que celui qui orna à pareille époque, il y a quelques années, la place Vendôme, toute la bassesse bourgeoise y trop longtemps contenue malgré de ponctuelles purges s’en serait écoulée en torrents de vase qui auraient rendu certain faubourg bruxellois à ses marécages d’origine.

La merde ! La merde, ton milieu ! Va, petit Pierre, va, piteux producteur d’excréments qui se la joue, rejoins la puanteur de l’arbitraire dont tu as pris plaisir à enserrer les pauvres bougres ! Emmène avec toi ta balance instable et ton Code pour les nuls, tes a priori moyenâgeux et tes grimaces paternalistes ridicules, va te cacher, enflure ! Mais laisse derrière toi, mortel de pacotille, cette jeune Thémis couverte de bleus que tu as régulièrement violée comme une garce : elle n’est pour rien dans ta forfaiture ! Va conchié, ordure !

Et Je signe, quant à moi, dans le triste trou noir d’où te vient ton interprétation du droit !

 

Yannick Baele

Catégories : Lettres ouvertes des plus surréalistes... | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Résumé des épisodes précédents

Je suis un rebelle qui met le feu à la maison Belgique car je hais les moutons qui se laissent tondre, les passifs quoi. Dans la catégorie « p’tite fiotte », je leur préfère Gwendoline car elle, au moins, quoique conditionnée par Maitland sur le vaisseau-mère, met, en soufflant des bulles, l’Art au service des luttes. Et c’est beau comme un Almatrieb anticipé : tous ensemble, tous ensemble, oué oué oué ! Choisis ton camp : le mien, c’est l’asociale ! Avec la crème fraîche et la cerise sur le gâteau ! Et pour les troupes « non mobilisables », légalisons l’électrochoc !

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Anecdote républicaine

Selon que vous serez agent ou victime de la barbarie d’Etat,

Les verdicts de procurature rendront cette dernière « légitime » ou insignifiante.

« C’est la première fois, en deux mois, que Gabriel Pontonnier a mis des mots sur l’instant où sa main a été en partie arrachée par une grenade tirée par les forces de l’ordre. Jeudi, cet apprenti chaudronnier de 21 ans a été auditionné par la police des polices sur les circonstances de sa grave blessure. L’unique parole pour ce jeune homme dont la vie est suspendue depuis le 24 novembre. Ce jour-là, il participait avec sa mère, son frère et sa sœur, à la première journée parisienne de mobilisation des gilets jaunes. Vers 18 heures, accompagné de son frère Florent, 30 ans, il observe la progression des policiers. Ce dernier raconte la scène : «On s’est mis à distance pour éviter qu’ils nous prennent pour des casseurs ou des personnes mal intentionnées, juste derrière un petit camion qui vendait de la nourriture, nous étions en sécurité. Je me suis mis à filmer.» La séquence démarre, quelques instants avant l’explosion…

La ligne des forces de sécurité, visible en arrière-plan, est distante d’environ une trentaine de mètres. Proche des deux frères, un vieux monsieur avec un bonnet rebrousse doucement chemin, un manifestant a les mains en l’air, un autre est au téléphone, tandis que deux personnes marchent tranquillement. Soudain, un homme crie plusieurs fois «attention». Un blast lumineux survient, ainsi qu’une effroyable détonation.

Bitch !

«Je me suis retourné, un nuage de fumée nous recouvrait, poursuit Florent Pontonnier. Mon frère a traversé ce nuage en ma direction, le bras en avant, en criant «putain ma main bordel, j’ai plus de main, j’ai plus de main». C’est l’image qui restera à vie dans mes pensées et que je vois à chaque fois que je ferme les yeux. Une main éclatée avec les os à l’air libre, un doigt qui pendait sur le côté et plus rien sur le reste.» ­Gabriel est hospitalisé en urgence, il subit douze opérations pour tenter de sauver ce qu’il reste de sa main et retirer les nombreux éclats qui l’ont blessé aux jambes et à la tête. L’amputation totale est toujours envisagée.

Le même jour, Antonio B., 40 ans, est aussi gravement touché au pied et Maxime W., 30 ans, perd l’audition. Le week-end suivant, deux mains sont arrachées. Celle de Frédéric Roy, 35 ans, à Bordeaux, et celle de Ayhan P., 52 ans, à Tours, qui est aussi gravement blessé à la jambe. Le 8 décembre, c’est la main d’Antoine Boudinet, 26 ans, qui est mutilée. Plusieurs autres personnes ont été grièvement blessées, criblées de plaies de plusieurs centimètres. »

https://www.liberation.fr/france/2019/01/25/grenade-gli-f4-revelations-sur-une-arme-qui-mutile_1705396

http://collectif-ali-ziri.over-blog.com/2019/09/la-vie-apres-des-mains-arrachees-des-plaintes-classees-sans-suite-des-protheses.html

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

You’re wrong, hon… It’s a mind shift that’s needed !

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Lands of the free to do as they’re told…

Treadstone s01e06

https://theintercept.com/2019/11/24/cia-mkultra-louis-jolyon-west/

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées | Poster un commentaire

Mentalité ‘élitaire’…

« Êtres faibles et enchaînés, uniquement destinés à nos plaisirs, vous ne vous êtes pas flattés, j’espère, que cet empire aussi ridicule qu’absolu que l’on vous laisse dans le monde vous serait accordé dans ces lieux. Mille fois plus soumises que ne le seraient des esclaves, vous ne devez vous attendre qu’à l’humiliation, et l’obéissance doit être la seule vertu dont je vous conseille de faire usage : c’est la seule qui convienne à l’état où vous êtes. »

« Dans ce cas-là, dit l’évêque, vous établiriez donc une jouissance réelle à aller contempler les larmes de ceux que la misère accable ? -Très assurément, dit Durcet, il n’y a peut-être point au monde de volupté plus sensuelle que celle dont vous parlez là. – Quoi, sans les soulager ? dit l’évêque, qui était bien aise de faire étendre Durcet sur un chapitre si fort du goût de tous et qu’on le connaissait si capable de traiter à fond. – Qu’appelez-vous soulager ? dit Durcet. Mais la volupté qui naît pour moi de cette douce comparaison de leur état au mien n’existerait plus si je les soulageais, car alors, les sortant de leur état de misère, je leur ferais goûter un instant de bonheur qui, les assimilant à moi, ôterait toute jouissance de comparaison. Eh bien, d’après cela, dit le duc, il faudrait en quelque façon, pour mieux établir cette différence essentielle au bonheur, il faudrait, dis-je, aggraver plutôt leur situation. »

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Condensé de ‘civilisation’ septentrionale…

Alfred Court s’aventurant à dompter un lion

femme voilée

Jessen-Mitchell

« Sainte »-Inquisition

homosexuels agressés

« Au lieu de participer à une entreprise de libération effective, la psychanalyse prend part à l’œuvre de répression bourgeoise la plus générale, celle qui a consisté à maintenir l’humanité européenne sous le joug de papa-maman, et à ne pas en finir avec ce problème-là. » – Deleuze, L’anti-Œdipe

femme battue

tabassage de Gilets jaunes innocents par des CRS dans un Burger King, 1er décembre 2018

Joseph K.

extrait de « Metropolis » (F. Lang)

prisonniers d’un goulag en URSS

esclaves africains

Dompter, s’il n’est réfléchi, est toujours le verbe qui impose par hiérarchie, sans s’en justifier, une action barbare au nom d’un bien commun défini en cercle restreint dont est naturellement écarté l’objet du domptage. S’il s’était dompté, il n’entreprendrait de soumettre; le dompteur est intrinsèquement dictateur. Et dans une civilisation où il règne en maître, au fil des déclinaisons de sa pratique, tantôt extrêmes, tantôt diffuses, même l’Humanité symbiotique – surtout elle ? – est enchaînée.

« Un homme libre ne prétend dominer personne. » (*)

Nicolas Berdiaev

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bateaux_des_philosophes

citation attribuée à Tatanka Yotanka dit « Sitting Bull »

(*) adjoindre le féminin où il s’impose

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.