Archives mensuelles : avril 2020

Rhymin’ & Stealin’ (wittingly or not) : la patte de Griffes…

steenman Garvera

Two examples (Many more left in this suite…)

Mais soudain, l’Archidruide-Pendragon s’exclama :

Bon sang de bonsoir, pour qu’il en soit ainsi, nous avons oublié l’essentiel ! Par ici la laitue du diable, Korridwen !

Amen, fit l’assemblée.

Catégories : Observation d'Art | Poster un commentaire

A quelques disparus de la deuxième vague…

‘O salto do coelho’ (Amadeo de Souza-Cardoso)

Pourquoi baigner de tes pleurs

La verte fougère ;

Lorsque sur les prés en fleurs

Rit mainte bergère ?

Folâtrant au bord des bois,

Le long des grands hêtres,

Le printemps gonfle la voix

Des flûtes champêtres…

Allons ! souris au printemps,

Gentille Colette :

Et dansons quelques instants,

Sur l’herbe follette !

https://archive.org/stream/chansonstendres00burrgoog/chansonstendres00burrgoog_djvu.txt

‘Zářivý krystal’ (Kubišta)

Frôlée par les ombres des morts

Sur l’herbe où le jour s’exténue

L’arlequine s’est mise nue

Et dans l’étang mire son corps

 

Un charlatan crépusculaire

Vante les tours que l’on va faire

Le ciel sans teinte est constellé

D’astres pâles comme du lait

 

Sur les tréteaux l’arlequin blême

Salue d’abord les spectateurs

Des sorciers venus de Bohême

Quelques fées et les enchanteurs

 

Ayant décroché une étoile

Il la manie à bras tendu

Tandis que des pieds un pendu

Sonne en mesure les cymbales

 

L’aveugle berce un bel enfant

La biche passe avec ses faons

Le nain regarde d’un air triste

Grandir l’arlequin trismégiste.

https://www.poesie-francaise.fr/guillaume-apollinaire/poeme-crepuscule.php

‘Liegender Akt mit Stiefel’ (Schiele)

ceiling of the dome of the Tokyo railway station building (Tatsuno Kingo)

 

 Ambitieux poussés par une même faim,

Urbain au geste digne, et voyou de la rue,

Racaille, paysan qui laisse sa charrue,

Ils vont dans l’ignoré défier le destin.

 

Sous un ciel sans soleil poursuivant son chemin,

Au milieu de la plaine inquiétante et nue,

C’est peut-être à la mort que court cette cohue

Ruée aveuglément à son espoir lointain…

 

Affamés qui jouez contre l’or votre vie,

Foule dont l’âme avide au gain est asservie,

Arrêtez-vous devant l’exemple du passé !

 

Mesurez jusqu’au bout l’immense et blanc suaire,

Écoutez la chanson que la bise polaire

Souffle à travers les os jonchant le sol glacé !

https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/charles_gill/les_chercheurs_dor

‘Strēlnieki’ (Jāzeps Grosvalds)

https://www.linternaute.com/actualite/guide-histoire/2490101-grippe-espagnole-pandemie-grippale-des-evenements-reguliers/

Catégories : Musiques, Observation d'Art | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Oh he is, is he ?!

Hey, preacher boy,…

Opus Dei logo (slightly revisited)

WW (s03)

Arrival (alien language)

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

« It’s gotta be so cold on your side… »

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

In how far ?…

Westworld (s03e05) : “But these projections would not fit the data. So, the data had to change.”

Für Abwehr und Sicherheit !

Catégories : Eclairage cinématographique | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Conseil national de sécurité : les bourges parlent aux bourges…

Quand et comment ? Dans un mois ou deux peut-être, pour laisser l’occasion à ceux qui n’ont pas de voiture et ne pourront utiliser les transports publics s’ils ne sont masqués de crever paisiblement de faim…

Quand à tester ceux qui fabriquent et empaquètent les masques, c’est pas encore prévu au programme… On le fera si c’est nécessaire.

Réautoriser les promos dans les grands magasins pour permettre à ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté de s’acheter un peu plus à bouffer ? On verra plus tard : y a pas péril en la seconde résidence, si ?

Laver le masque chaque fois après l’avoir porté ? Comment ça, vous n’avez pas de machine à laver (connectée) chez vous ? Mais vous êtes un Neandertal ou quoi ?

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Verdict :

Mais Monsieur le Procureur,

Où avez-vous vu ça ? L’inconséquence, à Jung et à ses archétypes ne déplaise, c’est chez eux qu’il faut la débusquer ! Eux qui ont posé par écrit, qui ont dicté les mots, tandis qu’ils croisaient, derrière le dos, l’index et le majeur. Derrière le dos, toujours ! Eux qui jamais n’assument. Eux, ces monstres de vacuité, qui réifient et qui musèlent, ne pourraient dominer sinon, eux les insensibles architectes du fait accompli. Eux qui jamais n’argumentent, indigents de la raison, anciens de bazar, aînés de pacotille, sentencieux et secs comme la bise hivernale, toute sagesse absente, honnie toute poésie, l’étroitesse de la norme comme seule morale, mais mentent, et à l’envi, et depuis si longtemps, et se mentent à eux-mêmes, hypocrites bienséants, feignant une si commode amnésie, pour qui ne croit qu’en le paraître crédible : après eux, le déluge et avant lui, l’oubli… Eux, les antonymes du précaire, qui se sont toujours servis sans jamais manquer de rien, sinon de joie de vivre et d’imaginaire. Pour qui économiser était l’unique souci. Mais eux, si délicatement bienveillants, qui ont mené au rebut. Ont sciemment souillé la mémoire, infligé une nouvelle fois une souffrance dispensable, se sont arrogé un droit qui ne leur revenait pas : cruelle vanité ! Et eux, les éteints, qui, en tuant qui ils étaient, ont aussi fait une croix, à l’autre extrémité, sur la jeunesse des autres, qui forcément leur appartient ! L’enchaînant – à jamais ? – aux démons du passé comme eux aussi avaient été enchaînés. Eux qui ont roué de coups un homme à terre, pauvre, pauvre victime… Eux qui consacrent l’épilogue de leur vie à rendre impossible celle d’autruie. Eux qui font mine. Mais qui exècrent les pédés, et les « Marloufs » en prime ! Eux qui, avec ou sans le conditionnel, vendraient fils et fille pour obtenir du système la sainte onction. Ce système qui les a jetés et auquel ils ont trouvé un substitut expiatoire sur lequel déverser leur haine mesquine. Eux, les opportunistes. Eux, les puritains. Eux, les donneurs de leçons sans compas aucun. Eux, les intrus !

Oui, Monsieur le Procureur, par elle, je le confesse – infantile faiblesse ? –, je voulais être reconnu. Ne l’ayant jamais été que comme petit de femme. Mais, n’ayant pas eu le choix, elle-même était restée enfant. Une belle enfant, généreuse derrière les aspérités de façade, mais malléable parfois… Oui, j’ai laissé libre cours à ma fierté personnelle : je ne voulais pas être de ces intrigants qui par intérêt s’agenouillent : j’en avais vu un autre, fraîchement banni, galapiat aux traits d’adulte, sur le pas de la porte au temps jadis, pratiquer une génuflexion intéressée, me prenant à témoin, debout, derrière lui, et j’en avais vomi : pas plus que sur celui de quiconque une quelconque assignation ne me fera-t-elle régler mon pas sur le pas de celui-là. Mais elle aussi valait mieux que ça. C’est pourquoi sienne aussi était cette liberté, que, coûte que m’en coûte – et Bête sait qu’il m’en a coûté ! –, je me suis contraint de ne lui contester. Même si j’avais espéré un signe, qui n’aurait pas de robe et n’aurait pas d’insigne. Agneline mais rationnelle fragilité par un intérêt supérieur guidée au milieu des diktats et des manigances de roturiers de l’esprit, des indignations victimaires de privilégiés, d’où la rage passagère, escomptée, qui n’a rien détruit qui ne l’était déjà. Ce signe n’est pas venu. Car impitoyable est ce petit univers, ce microcosme de lâchetés, de faux-semblants… d’inconséquence, de vice dans la vertu, qui par ailleurs vous est si familier.

Mais tout ça, vous le savez, n’est-ce pas ? A mes risques et périls, me direz-vous, comme si Dieu n’était mon seul possible confident, sur ces malheurs, je m’étais déjà épanché, vous permettant d’en jouir. C’est pourquoi pas même votre clémence je ne solliciterai, Monsieur le Procureur, car vous êtes mal placé pour l’octroyer… Affaire classée !

______________________________

All characters portrayed in this film are purely fictitious.

Catégories : Lettres ouvertes des plus surréalistes... | Poster un commentaire

2020…

A.I. for all !

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

“Much like ‘smart power’ abroad, what we need at home is…

Schmidthiel

Tell me about it. At first, I tried to claim my innocence. But then I understood they know perfectly well I’m not guilty. That’s when I started seeing those scumbags for what they are and verbally flooding them with piss !

Hey, surveillance freaks, here’s a pilot project for you : why don’t turn all biotech labs into miniature smart cities for starters ?…

And please make sure to do something about that horrible stench emanating from your minds while you’re at it…

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Got a feeling and I can’t let go…

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.