Catégorie 0

2012

2014

2015

http://www.europeancannabispetition.wordpress.com

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Say it already !

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Pourriture de CEO !

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Comme le dirait ma tante Paula, cette grosse salope, c’est de la jalousie…

« Emmanuel reçoit Angela. On a construit un joli décor : un groupe de jeunes Français et de jeunes Allemands enthousiastes. Ils s’envoient des balles, et doivent prononcer des phrases dans la langue de l’autre. »

http://www.liberation.fr/debats/2017/07/16/macron-le-chemin-et-les-ronces_1584193

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

16 manifs surpeuplées contre El Khomri, tu considères que c’est une forme d’engagement, connard ?!

http://www.liberation.fr/france/2017/07/21/a-arles-francois-hollande-vante-l-engagement-et-son-bilan_1585339

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Démission de Villiers : l’occasion de faire le point sur les décisions unilatérales de Pharaon et les dérives multipartites ?

http://www.boppin.com/poets/prevert.htm

« L’aviation de chasse française a contribué à cette bataille avec 600 frappes, selon l’armée française. »

http://www.lepoint.fr/monde/irak-jusqu-a-20-000-civils-toujours-pris-au-piege-des-combats-a-mossoul-onu-06-07-2017-2140976_24.php

https://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/isis-syria-iraq-air-strikes-civilians-killed-injured-casualties-children-mosul-offensive-latest-war-a7771146.html

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

« This looks more like the shape I’d expected you to be in, considering, you know… »

https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1723387421

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Echos de la presse d’Etat…

Pour Emmanuel Macron, l’antisionisme est l’antisémitisme « réinventé »

Texte par Sylvain Attal

Dernière modification : 17/07/2017

En commémorant le 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv à Paris, dimanche, le président français a fait une avancée sémantique qui a comblé de plaisir le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

« Mon cher Bibi ». Après les embrassades, les tapes dans le dos avec Donald Trump, le président Emmanuel Macron recevait, dimanche 16 juillet, à Paris, un autre « vilain » parmi les vilains chefs d’État : le Premier ministre Benjamin Netanyahou, que ses encore nombreux admirateurs en Israël appellent familièrement « Bibi ».

Mais à l’étranger, « Bibi » est vu comme un faucon dans le conflit israélo-palestinien et comme quelqu’un qui a le don de saisir toutes les occasions. Même celle de la cérémonie de commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv au cours de laquelle il a alerté sur le fait qu’aucun pays, à part le sien, n’a conscience de la duplicité et de la dangerosité de l’Iran. Selon lui, les Iraniens ont dupé Barack Obama et les Européens lors de la négociation de l’accord sur le nucléaire et n’ont d’autre dessein que d’obtenir la bombe pour détruire Israël et aussi menacer l’Europe.

Il y a dans les propos présidentiels quelque chose qui relève du pur bon sens

Emmanuel Macron semblait préparé et s’est contenté d’assurer son hôte de la vigilance française sur l’application de l’accord. Il ne pouvait guère faire moins. Mais il avait déjà fait davantage lors de son allocution devant le mémorial du Vél d’Hiv. Il a fait un immense cadeau à son ami « Bibi » en affirmant : « Nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est LA forme réinventée de l’antisémitisme ».

Ce parallèle entre antisionisme et antisémitisme, de surcroît au moment où l’on se souvient des martyrs de la Shoah, aucun président français ne s’y était risqué. C’est peu dire que les responsables de la communauté juive présents et des amis de l’État hébreu attendaient une telle déclaration, tant il est vrai que la haine d’Israël a servi d’alibi à nombre d’auteurs d’actes antisémites, terroristes ou non.

Il y a dans les propos présidentiels quelque chose qui relève du pur bon sens. Au-delà de la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle de 1942, « à laquelle pas un Allemand n’a participé », le président Macron a replacé Vichy dans son contexte historique depuis l’affaire Dreyfus, en passant par les diatribes antisémites d’une partie de la classe politique française sous la IIIe République.

Or il se trouve que c’est en assistant, à Paris, à la déchéance du capitaine Dreyfus que le père du sionisme, Theodor Herzl, décida de lancer son combat pour la création d’un « foyer national ». Celui-ci servirait de refuge aux juifs européens dont il pressentait le funeste destin, puisqu’un pays comme la France pouvait accuser un loyal officier d’état-major car « capable de trahir » uniquement « du fait de sa race » (Maurice Barrès).

« On ne peut pas dire ‘je n’ai rien contre les juifs mais je ne veux pas que leur pays existe’ »

Comme l’a relevé Netanyahou en remerciant Macron pour cette mise au point « on ne peut pas dire ‘je n’ai rien contre les juifs mais je ne veux pas que leur pays existe’ ». L’antisionisme comme refus du droit d’Israël à exister et à assurer sa sécurité. Sauf qu’Emmanuel Macron a pris un très grand risque, car dans une grande partie du monde, particulièrement dans les pays arabes, le mot « sionisme » est devenu synonyme de barbarie, de souffrances quotidiennes infligées à des millions de Palestiniens auxquels sont déniés des droits fondamentaux.

Le sionisme, au sens historique, est le mouvement de libération d’un peuple sur une terre à laquelle le lie un attachement millénaire. Mais il est aussi associé à l’impérialisme, l’expansionnisme, l’occupation, la violation de droits humains et la quête du « grand Israël ». En 1972, Arafat avait même réussi à faire adopter par l’assemblée générale de l’ONU une résolution assimilant sionisme et racisme. Aujourd’hui encore, Mahmoud Abbas refuse de reconnaître Israël en tant qu' »État juif ».

Avec cette déclaration, Emmanuel Macron bouscule un tabou et rend justice à l’Histoire, mais il va aussi donner la migraine à l’administration du quai d’Orsay qui recevra de plein fouet le mécontentement des partenaires arabes de la France. Décidément, rien ne fait peur au téméraire président français.

http://www.france24.com/fr/20170716-macron-netanyahou-antisionisme-antisemitisme-israel-france-veldhiv

For France’s Macron, anti-Zionism is anti-Semitism ‘reinvented’

Text by Sylvain Attal

Latest update : 2017-07-17

In associating anti-Zionism and anti-Semitism at a memorial ceremony for Jews arrested and deported during World War II, the French president will have delighted his guest, Israel’s Benjamin Netanyahu.

After guiding Russia’s Vlasimir Putin through the Palace of Versailles, and dazzling Donald Trump with the Bastille Day military parade, France’s new president played host to another divisive foreign leader on Sunday – and again pulled out all the stops to impress him.

Benjamin Netanyahu became the first Israeli leader to attend an anniversary of the infamous “Vel d’Hiv” round-up, in which more than 13,000 Jews were arrested by French police 75 years ago. He received a warm welcome from the French leader, who addressed him as “My dear Bibi” – a nickname commonly used by Netanyahu’s supporters back home.

The invitation raised eyebrows in France, where “Bibi” is seen as an uncompromising hawk on the Israeli-Palestinian conflict, and an opportunist. That opportunism was on full display on Sunday, when the Israeli leader seized on the solemn commemoration of one of the darkest hours in French history to take aim at his nemesis Iran, whose sole aim, he argues, is to destroy Israel.

Anti-Zionism and anti-Semitism

Remembering the Vel d’Hiv round-up, 75 years on

Macron offered Netanyahu nothing new on Iran, other than promising to remain vigilant regarding Tehran’s nuclear ambitions. But he handed his guest a mighty gift when touching on the sensitive issue of anti-Israeli sentiment, stating that France “will be uncompromising with anti-Zionism, because it is the reinvented form of anti-Semitism.”

Israeli officials and some representatives of the Jewish community had long awaited such a statement, mindful that hatred of Israel has often served as an alibi for anti-Semitic offences, including terrorist attacks.

But no French president had dared make the parallel between anti-Zionism and anti-Semitism before, least of all when commemorating the victims of the Holocaust. In fact French officials had so far been at pains to distinguish the two, determined not to tie the fate of France’s Jewish community to that of Israel and the Zionist cause.

France’s guilt

In his statement, Macron did more than recognize France’s responsibility in the 1942 round-up, “in which not a single German took part”. He placed the Nazi-allied Vichy regime within a historical context that stretches back to the notorious Dreyfus affair, in the late 19th century, and the anti-Semitic vituperations of part of the French political class in the decades preceding World War II.

Zionism – the movement that underpinned the creation of a free Jewish home in the Holy Land – is itself a product of this context. Its founder, Theodor Herzl, launched his bid to set up a “national home” for Jews after witnessing the very public disgrace of Captain Alfred Dreyfus, a Jewish officer wrongly convicted of treason. If a country like France could accuse an officer of treason based on his “race”, Herzl argued, then Europe’s Jews were in urgent need of a safe haven to protect them.

Music to Netanyahu’s ears

Naturally, Macron’s words were music to the ears of the Israeli prime minister, who hailed his invitation to the Vel d’Hiv commemoration as a “very, very strong gesture”. In thanking the French president, Netanyahu put his own spin on the matter by stating that “One cannot say ‘I have nothing against Jews but I don’t want their country to exist’”.

But Macron’s gift to the Israeli premier is likely to carry a cost in other parts of the world, particularly Arab countries, where “Zionism” has come to mean imperialism, occupation, and the suffering of millions of Palestinians deprived of certain fundamental rights.

In 1972, then Palestinian leader Yasser Arafat persuaded the United Nations General Assembly to pass a resolution likening Zionism to racism. To this day, his successor Mahmoud Abbas refuses to recognize Israel as a “Jewish state”.

By shattering a taboo on how to define anti-Zionism, France’s brazen new president has given further evidence of his audacity. In so doing, he has also given cold sweats to the diplomats who must now face the wrath of France’s Arab partners.

http://www.france24.com/en/20170717-france-macron-zionism-antisemitism-netanyahu-israel-vichy-holocaust

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Lick, boy, lick…

http://forward.com/opinion/national/324013/how-i-would-rebuild-ties-to-israel-and-benjamin-neta/

https://theintercept.com/2016/02/18/hillary-clinton-with-little-notice-vows-to-embrace-an-extremist-agenda-on-israel/

http://www.humanite.fr/macron-et-le-ventre-des-femmes-africaines-une-ideologie-misogyne-et-paternaliste-638920

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Catégories : Catégorie 0 | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.