Eclairage cinématographique

Sanité

Comme une redondance sémantique, elle tourne en rond

La roue

N’honore-t-elle la nuit Kalipyge

Qui, tant est nécessaire le relâchement

Ne saurait perdurer

Que si le jour est ténébreux

Et le dessein maléfique

Même alors cependant que le temps d’un instant

Sinon l’ombre d’un Soir

Pas plus détruire par conséquent

La voilà qui s’affole

Détruisant

En un mouvement sinistrogyre inversé

Qui n’a de gauche que l’allure

Fuyant à rebrousse-temps

Le révolu par sa simple évocation

Ressuscité

Pour finir par le retrouver

En une alternance du semblable

Dans laquelle ne changent que les positions

Dasein qali d’étrange facture

Qui de la Monade aurait surgi

Et de mitose virtuelle en virtuelle mitose

Et du pareil au même

Indifférence différenciée

Et vertu versa

Le couple comme dictature de l’ennui

La Monade réintégrerait

Après le trépas

N’ayant reproduit qu’à son image

Et ayant réprimé son esprit

En une course folle

Où la vie dans la mort est figée

Et l’extrémité d’une chandelle

De la plus absurde des façons

Sans que l’Absurde s’y distingue

Avec l’autre se confond

Des myriades de papillons aux milles couleurs

A l’éternité condamnés

Par un ordre qui la bêtise a fait reine

Au terne d’une incarcération chrysalidienne prolongée

Forward rewind de la conformité

Tout ne changeant au fond que pour ne rien changer

Néologiser la vie peut attendre !

Publicités
Catégories : Eclairage cinématographique, Humbles et isolées émulations CoBrAïques, Observation d'Art | Étiquettes : | Poster un commentaire

See ya !

Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

Thumbs down !

0:09 : the childish regression it seems to reveal – although, to some extent, it is in line with Fleck’s profession – sure gives the scene a distinctively weird cachet, but Fleck does timidly apologize and he doesn’t insist after that, does he ? So, why would you conclude he has “a problem” with the mother of that child ? And why should that fantasized problem be due to the fact she’s black ? Question your own angle, lady !

Frankly, if not for those caveats, this scene, taken separately, could be the slightly deranged version of the lead actress’s overall attitude in Mike Leigh’s Happy Go Lucky, if you ask me… It’s all a matter of interpretation : there’s no violence on his part here, just some weirdness indeed as he’s innocently pushing the boundaries of an abstract set of conventions known as common decency, without causing any harm to either woman or child, or even actually frightening them, for that matter.

You’re looking at that woman’s blackness and you’re thinking : I’ve got to underline that singularity, then you’re blowing it out of proportion, but when you’re looking at his mental inadaptation, it wouldn’t cross your mind to ask yourself what the best way to manage this kind of situation in everyday life, when the purported cuckoos are not locked up in their nest and pumped full of opioids, might be. Some empathy ! Moreover, he hasn’t yet committed any crime at that point. He’s not yet the psychopath going on a killing spree easily arousing legitimate disgust; he’s just a lone underdog…

It is no measure of health to be well-adjusted to a profoundly sick society”, reads one of the most famous quotes from the late Indian meditator Krishnamurti, who, while contentious to some in some of his teachings, has been inspiring, at least in Europe, many a protesting millennial. Would claiming Fleck is beginning to adjust as of the moment he is starting to give way to his appetite for destruction an overstatement, a heretic’s fantasy ?

0:21 : again, does the nature of the incomprehension he’s pointing out have anything to do with the color of his interlocutor’s skin ? I, mean, beside in your own mind, of course… Would he have found solace in a white social worker’s tender care ? Is this about a color as it is for the bull facing the toreador’s muleta or about the system somehow laying the groundwork for the corrida ?

0:34 : but that’s what everyone expects of him, even when he obviously can’t, hence the forced, meaningless laughter !

0:40 : and you also have to wonder whence your obsession with archetypes comes…

1:33 : which obviously your neurons weren’t able to grasp : it’s Jesus turning bad before the world’s cold emptiness, and refusing to turn his first cheek a second time, for God’s sake !

1:41 : so, in the end, is the movie conveying a pro- or an anti-modern slavery message (cf. Chomsky), because it’s hard to follow…

1:49 : yes, everything is so simple, and so too is caring for others. That « some of them want to use you, some of them want to get used by you, some of them want to abuse you, some of them want to be abused » and all of those, therefore, are functionality freaks should not distract you in any way… I mean, grow up, lady : the human being borders on complex, and of narcissism, there are thousands of shades.

2:05 : but how do the director’s (alleged) intentions matter in critiquing a film ? As Jacques Brel once said about « Quand on n’a que l’amour« , which he ended up disliking, once a work of art is out there, it no longer belongs to the one who gave shape to it…  Before becoming a disputable philosophical and political notion, Postmodernism grew up to be a most honorable artistic tendency relying to a very large extent on a multiplicity of profane interpretations of the various works, including political ones, thereby turning viewers into active participants, making art demos-accessible and rejecting any definitive judgement (such as yours); the creator’s actual intentions only came second…

2:27 : I decree ! I decree ! I decree ! And I do so by the infinite perspicacity vested in me, which, in the name of inquisitorial materialism, makes me equate Joker with a movie by the Dardenne brothers, that is to say “a real movie” with cinematic realism, while I childishly promote the sacrosanct binary division between ‘winners’ and ‘losers’ without ever questioning the pertinence of that framing as it pertains to diversity, the respective attribution of those qualities to “real people”, the goals it is meant to achieve or the status and ambitions of those implementing said goals…

2:57 : shut up, (anonymous) woman, or I swear… I’m gonna bitch-slap you with nasty metaphors ‘til Kingdom come ! Usually, real people don’t have the hubris to speak in the name of all real people, and those who do should refrain from it ! By the way, what provocation are you talking about ? Laughing a little too loudly, perhaps, daring to talk back ?… Yes, but, Your Honor, her miniskirt was so provoking, you know… I mean, she asked for it… A variant : Your Honor, with all due respect, those two faggots kissing in public were really provoking me ! Sieg Heil !

3:13 : agreed… M. Night Shyamalan has a twisted mind. And, as Michael Garner or – dare I say ? – Joshua Brown, another Michael’s homonym, would tell you if they were still alive, there’s no need for any member of any particular community to feel particularly paranoid or depressed. Then again, how can you be so sure Fleck is not an altered Jewish name and the whiteness of his skin not merely an optical illusion calling for a perspective reversal ? Isn’t prejudice the consequence of refusing to see beyond the artificiality of categories and first impressions ? Nah, you’re probably right : not unlike bullying, scapegoating is but a myth… for real !

3:22 : even if you believe what you say, and what you say is true (Aah ! Aah ! Aah ! Aah ! Aah! Aaaahh ! Aah !), some movies may, like cartoons, resort to hyperbole and emphasize particular traits, not necessarily to turn characters into archetypes of the real (There’s no reason to deconstruct what’s not there…), but, on the contrary, to individualize them. As for hyperbolizing situations, it may be useful to get a message across with greater intensity, and, while it’s not always the case, the message here, whether you like it or not, is of a troubling social kind : distorting though the mirror may unfortunately be as to the prevalent role of stereotypical backgrounds in generating violent crime and “superpredators” (good progressive point there !), it’s hard to say it just doesn’t reflect anything, isn’t it ?

Whether what the movie suggests or seems to suggest as possible causes for critical outbursts of extreme violence is relevant or not, what is most revealing in your bogus four-minute investigation is that, all in all, the mass murderer in Fleck is being far less subjected to your moral condemnations than the White-Male™ underdog, who, even though innocent still, is taking most of the blame, and required to behave like “real men” do, without a moment of hesitation, without an ounce of frailty, without a shadow of sensibility. Could it be that some brand of Feminism, while ambitioning to liberate women from any kind of stereotype designed to keep them subservient, only tolerates a man, much like the alt-right by the way, if they remain the caricature of one ?…

Catégories : Eclairage cinématographique, Observation d'Art, Politique / Société | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Ode au sacrifice à l’odieux ?

C’est, a écrit le petit prétentieux en mal de sauvage aventure, une ode à eux, une ode à eux tous…

Mais si c’est une ode – et il se pourrait bien, en effet, que c’en soit une, involontaire –, elle l’est a contrario, car s’ils aspiraient bel et bien à quelque reconnaissance, ce n’était pas ès qualité de marginaux lorgnant vers une gloire formatée et individuelle leur déniée par une relégation toujours plus perverse, mais par refus d’une humanité régressive dont ils ressentaient tragiquement, en une espèce de communion diffuse dans l’isolement, les effets dévastateurs.

Si c’est une ode, elle l’est non pas à l’insurrection réfléchie, mais à l’émeute éclatée du désespoir, le spectre postrévolutionnaire d’un robespierrisme de la Terreur affranchi de tout semblant de raison déchaînant de manière quasi indistincte, sur le rythme d’un rire forcé, mécanique et désincarné qui n’est même plus sardonique, ses pulsions les plus primitives contre l’altérité sans défense, une émeute qu’un pouvoir exsangue, décadent et royalement à côté de ses pompes, qui ne jure plus que par la nostalgie qui imprègne les grand-messes à travers lesquelles – du moins le croit-il – son ombre imposante se rappelle à lui, aurait tôt fait, tant, au fond, ses ressorts lui sont favorables, de traduire en nouvelles loi scélérates…

Ce rire, ce pourrait d’ailleurs être celui de ces gardiens d’on ne sait plus trop quoi, certainement pas de la paix en tout cas, qui, le LBD à la main, voyant se profiler quelques proies, scandèrent à qui voulait l’entendre, délestés, même devant les caméras, de toute inhibition : « voilà de la chair fraîche »… Et cela fait sens, quand on y pense, car ceux-là, poussés au crime par le même système que celui qui, à l’écran, confine le clown à l’aliénation de l’humain au bénéfice de la Bête, semblent de plus en plus tentés cette dernière dans le réalisme de surpasser par un trépas volontaire répondant à une dépression trop longtemps camouflée. Si c’est une ode, elle l’est à un après qui pourrait advenir, une fois tous les espoirs déçus et les coups encaissés.

Car cette émeute est aussi froide et désolante qu’étaient réjouissants et chaleureux les conciliabules autour des ronds-points. Car de l’homo comme homini lupus ces derniers œuvraient à se débarrasser, tandis qu’il finit par envelopper à dessein la fiction phillipsienne qui pourrait, peut-être tout aussi involontairement, avoir emprunté à Cioran : « j’ai remarqué que je suis presque toujours gai quand tous les autres sont malheureux »… De communion, il est encore question, mais vers l’abîme. Et c’est pourquoi, cette ambition ne pouvant s’assumer, le masque s’impose.

Au singulier, car il est uniforme, générique, désindividualisant comme pouvait l’être celui des zélateurs de l’improbable réincarnation de Fawkes sous les traits imagés et imaginés de V, à cette différence près que ce masque-ci manifestait, certes non sans recours à la violence – quoiqu’à une violence qui n’était pas que bêtement émeutière –, un désir éperdu de justice, et que tombèrent les masques celui-ci satisfait, tandis que celui-là s’apparenterait plutôt à une feuille de vigne pourrie pour l’indicible, à hauteur d’esprit : c’est le masque de la mort, celle de l’espoir et de la société. Et plus il est arboré, plus il fait pour ceux qui le portent office de miroir, reflétant, lorsque se croisent leurs regards, la seule chose qu’il leur reste en commun…

Nihilisme pour nihilisme, c’est, somme toute, le masque de la résignation exponentielle à l’existant, supposé détourner le regard non de la différence d’un Elephant Man, honnie par l’exigence, ordonnée ou tacite, de conformité, par le biais de laquelle la monstruosité s’exprimait moins dans l’objet regardé que dans le regard lui-même, mais de la hideuse nature (Je n’utilise pas ce terme au hasard; que l’on y réfléchisse !) des mécanismes sociaux qui font de certains êtres des crapules, et conduisent donc, en principe, à le rendre nécessaire. Paradoxalement, dans ce contexte, le porter, qu’il soit réel ou figuré, témoigne en outre du dernier soubresaut de la conscience…

Que leur usage se justifiât par des nécessités contingentes ou s’expliquât, regrettablement, par un attrait à moitié inavoué pour un sordide émeutier en marche, il y en avait, des masques, au sein de la foule Tournesol qui inlassablement a arpenté, des mois durant, la ville dite Lumière, désormais livrée, en théorie, à la voracité d’ex-Citydiens co-architectes desdits mécanismes, lesquels, s’ils opteraient probablement, quant à eux, pour le riche éventail de cache-trombine de la pas si Belle Epoque dépeints par Ensor, au milieu desquels la mort déjà s’était glissée, seraient sans doute davantage dans leur élément sous une cagoule de racketteur estampillée « Gotham », paravent du vide magistralement rendu par l’Eric Packer de Cosmopolis, mais, pour l’essentiel, c’est la beauté et la singularité des visages qui, là et ailleurs, s’est donnée à voir à partir d’octobre 2018…

Puisse leur luminosité ne pas sombrer dans la crépusculaire dévastation par l’absurde carnassier qui a emporté certain farceur… Puisse le rire qui les embellit continuer d’en jaillir en ne faisant couler ni sang ni larmes. Et puisse, même dans l’insurrection contre l’odieux, qui, réprimée, tarde à venir, l’Humanité être possible encore…

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

PC

Taking Flight (w/ Jason Adonis)

Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

Analyze this…

s1e2

Boris

psychedelics : means of freeing oneself from the gurus (of everyday life)

Any similarity to actual events or characters is purely coincidental.

Catégories : Eclairage cinématographique, Expressions de sagesse passagère, Observation d'Art, Philo de comptoir, Politique / Société | Poster un commentaire

« Mes amis…

Quelques-unes des victimes des flashballs et des grenades de la République

Je peux vous appelez mes amis ?… »

« Au total, une soixantaine de personnalités issues de différents secteurs sont attendus [lundi à l’Elysée pour une petite causerie entre potes]. Parmi les invités qui ont déjà confirmé leur présence se trouvent notamment Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry, deux économistes proches d’Emmanuel Macron, ainsi que Daniel Cohen et Jean-Claude Casanova. Côté philosophes, Marcel Gauchet côtoiera, entre autres, Myriam Revault d’Allonnes, Monique Canto-Sperber, Michaël Fœssel, et Dominique Méda. Le climatologue Jean Jouzel est annoncé.

Des personnalités mondialement décorées seront aussi présentes, comme le prix Nobel de physique Serge Haroche, celui de physiologie et médecine Jules Hoffmann, et le mathématicien médaillé Fields Cédric Villani. Le Chancelier de l’Institut de France Xavier Darcos est lui aussi attendu, de même que de nombreux sociologues dont Jean Viard, Michel Wieviorka, Bruno Latour et Louis Chauvel. Enfin, le patron de la Fondation Jean-Jaurès Gilles Finchelstein, l’historien Jacques Julliard, et le spécialiste de l’islam Gilles Kepel. »

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2019/03/15/25001-20190315ARTFIG00147-grand-debat-macron-va-recevoir-une-soixantaine-d-intellectuels-lundi-a-l-elysee.php

« Ce sont des enfants, de grands enfants. Ils s’amusent. Ils vont continuer de s’amuser et de s’amuser, jusqu’à ce que tout pète. »

Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

Menus plaisirs de premiers de cordée…

« A ce stade, il ne serait pas très surprenant d’apprendre que la classe sociale des milliardaires américains dispose de quelque ranch fastueux à l’abri des regards, où, moyennant cotisation, ses membres peuvent prendre un peu de recul, se relaxer et chasser des êtres humains pour le plaisir.

La semaine dernière, le pays a eu un autre aperçu de l’absolue dépravation dans laquelle baignent nos élites économiques, et un rappel de ce que leur richesse et leur pouvoir les blindent contre [tout sentiment de] culpabilité.

Vendredi, les forces de l’ordre de Floride ont révélé les résultats d’une longue enquête à propos du centre thermal Orchids of Asia, au nom répulsif, dont les autorités affirment qu’il n’était qu’une vitrine pour une entreprise de traite des blanches également soupçonnée d’implication dans du blanchiment d’argent. Des centaines d’hommes ont été mis en examen dans cette affaire pour avoir eu des relations sexuelles avec des femmes dont les agents affirment qu’elles y étaient retenues contre leur gré. Le plus célèbre d’entre ces hommes est Robert Kraft, le milliardaire qui possède les New England Patriots [un club de football états-unien], par ailleurs ami de Donald Trump.

D’autres indices suggèrent que ce bordel, qui tarifait 79 dollars/heure les relations sexuelles avec des femmes dont les autorités affirment qu’elles n’étaient pas payées, était, de manière générale, un lieu privilégié de la classe possédante. Parmi les autres hommes en vue arrêtés ès qualité de clients dudit bordel figurent le géant de la finance John Childs et l’ex-[président] de Citigroup John Havens. […]

En octobre, Adam Serwer du journal The Atlantic a écrit un virulent billet d’opinion intitulé « L’objectif, c’est la cruauté », dans lequel il postulait que « le seul véritable plaisir [de Trump] réside dans la cruauté » et que, pour ses partisans, la cruauté – à l’égard des immigrants, des personnes de couleur, des femmes, des personnes LGBT, des survivants de fusillades dans des lycées – « leur procure du bien-être ainsi qu’un sentiment de fierté, de bonheur et d’unité ». […]

A un certain stade, être riche n’implique pas de payer quelqu’un de manière généreuse afin de jouir d’une luxueuse expérience. A un certain stade, cela implique de pouvoir infliger de la cruauté, sans avoir à payer le moindre prix. »

https://www.salon.com/2019/02/25/are-we-breeding-depraved-billionaires-economic-inequality-sex-trafficking-and-trumps-america/

Le « Sexy MFs Club » : le milliardaire Robert Kraft, l’ex-président de Citigroup John Havens et le propriétaire d’une société d’investissement privé/milliardaire John Childs, accusés d’avoir, dans le bordel Orchids of Asia (Jupiter, Floride), abusé sexuellement de « celles qui ne sont rien »

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

I see a bright future for Kali, don’t you ?…

https://www.dailymail.co.uk/news/article-4058120/Porn-producer-fired-actress-claims-choked-stamped-film-shoot.html

http://mikesouth.com/legal/25706-25706/

Feras Antoon, father of young Kali and Mindgeek CEO (owner of Pornhub, Brazzers etc.) & associate David Tassilo

https://en.wikipedia.org/wiki/MindGeek

http://plus.lapresse.ca/screens/32565496-c9b5-4da6-a548-a014bd80960f__7C__~L7YYv0MaiR1.html

https://thenextweb.com/insider/2016/03/03/the-almost-invisible-men-and-women-behind-the-worlds-largest-porn-sites/

226,133 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1203025801

313,170 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1392255707

Retired stars Brennan and Clapper

1,691,404 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1714738988

Du Web à « Penthouse », [Stéphane Pacaud] le Français qui a conquis le porno

https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/10/12/du-web-a-penthouse-le-francais-qui-a-conquis-le-porno_5368579_4497186.html

https://www.20minutes.fr/politique/2333523-20180910-pornographie-marlene-schiappa-veut-filtres-mineurs-sites-pornos

1,361,687 views : https://www.xvidjos.com/video14766327/_01

4,836,346 : https://www.xvidjos.com/video35557979/cute_daddy_s_girl_gets_roughed_up

Dimon (JPMorganChase), Blankfein (Goldman Sachs), Bonnafé (BNP Paribas)

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.