Eclairage cinématographique

Who asks these questions anyway ? And who’d fucking answer them ?!

David LynchMeditation, Creativity, Peace; Documentary of a 16-Country Tour [OFFICIAL], David Lynch Foundation, 2012

***

8:21

You’re using the hook metaphor. Do ideas, once they’re hooked, become proprietary ? And is writing them down the hook ?

***

Sometimes, an idea crosses your mind, giving you an epiphany, true or false. But, whether because you’re too tired or your thoughts are too volatile or multidirectional, you let it float again, like you would pollen landing on your clothes on a Spring day. Maybe it’ll come back, maybe it won’t. Was that idea destined for you ? Is it destined for someone within a small group of people with whom you unwittingly share a certain idiosyncrasy ? For anyone ?

***

Can a hooked idea be satisfied with its status ? Is it bound to die out ?

***

How do you explain that once popular ideas – movies, songs – have successfully passed the test of time, while others have rapidly faded out ?

10:58

What do you think dreams were like before the great technological leap ?

***

What are your thoughts on (mass) manufacturing dreams, as a promise of the near future ?

11:17

If military and geopolitical aspects are to be disregarded in this “invincibility”, why would or should a practice resting on the universality of mankind and the possibility of enlightenment of every human being keep taking the concept of nation-State into account ?

13:13

Is it future or is it past ? Are you inferring Yoda was or will be inspired by The Maharishi ?

13:44

Are those what Dougie is drawing on his casefiles ?

14:04

Are you referring to “the theory of everything”, which, to my knowledge is much more recent, and is just that for now, namely a theory, gravity remaining the troublemaker ?

***

What would you tell any Buddhist who’d argue something cannot come out of nothing ? Could you elaborate on the notion of no-thingness, as opposed to nothingness ?

***

Is the realm of the infinitely small here and now necessarily symmetric to the realm of the gigantic as it was and will appear ? And is it fair to say that seeking unity (understood as essentiality) in the former implies digging, hence dividing, ever further ?

15:05

Is speculation knowledge ? Is intuition (always) truth ? Is meditation thought ?

***

So, mind is not matter ?

15:29

This specific ?

Do we really need a guru for that ?

16:44

I say : mushrooms ! Just not the kind displayed in episode 8, which are transcendental too, only in a bad way… Mine are true bliss. With moderation, of course, for as another proselytic visionary might have said in a different set of circumstances : once tuned in, we wouldn’t want to drop out entirely, would we ? Why in Totality’s name won’t you bow to the Divine Mushroom ? Are there rules you need to publicly follow to keep your DWP award ? Do psychedelics happen to be a Higher-Degree monopoly ? And why would you associate Jerry Horne’s spliff with sadness and disorientation ?

***

Looking carefully at the following painting while sober, then casually while mildly stoned, what can you tell me ? Let’s do the test…

Umberto Boccioni, Materia (1912)

***

Do you have any common grounds with Aldous Huxley ?

18:12

Yet there’s so little light in the universe it might be considered as the absence of darkness, might it not ?

***

Why is it that, so far, the road to Twin Peaks is ever darker, instead of brighter ? Is your doppelganger to blame for that ? If so, what is your relation to him deep down ? Is he what you need to expurgate in order to feel “pure consciousness” or is he, on the contrary, an unmissable part of it ?

***

These days, film recordings are digital, which renders the very word ‘film’ inaccurate. Yet, we’re still talking about a medium for a screened fiction. And a screened fiction is supposed to remain a negative. Does “the other world” [23:15] affect the actual one in a transcendental way ? And, if any, what is the respective impact on reality, both common and individual (the actors’, the director’s), of a negative negative and a positive negative in today’s society ?

20:09

The long scene of a guy sweeping the floor at the end of episode 7 of course carries a symbolic value directly related to the script : he’s cleaning up his boss’s mess. But perhaps it also reveals a more profound symbolism : method and organization are central to every occupation. And the least one could say is that the sweeper is methodical. Furthermore, what he’s doing is bringing scattered pieces, albeit pieces of dirt, together to form a whole. Would I be going too far if I said the apparent incongruity of this scene in terms of time – any other director would have cut it after two seconds – is actually a token of respect. And, if so, is it respect for the man or for the job ?

***

Don’t you think a lot of jobs are utterly worthless to the people who exert them, in that the mechanical repetitiveness of the tasks they’re required to perform doesn’t allow any room for mind expansion, let alone creativity : they’re mind numbing. Aren’t you speaking from a highly privileged position ?

***

In his 1867 Reasoned Proposal to the Central Committee of the League for Peace and Freedom, precisely fifty years before the Redvolution, Russian Anarchist Mikhail Bakunin said : “we are convinced that freedom without Socialism is privilege and injustice; and that Socialism without freedom is slavery and brutality.” Among your foundation’s wealthy trustees, we find UBS Private Wealth Management managing director Mark Axelowitz. Roman emperor Vespasian is said to have claimed “money has no smell”. You mention the toilet cleaner’s boss. Anarchy not your thing ?

***

A few years ago, one of my high-school history teachers vigorously opposed the construction of a Belgian Maharishi center in his town : http://www.sauveznil.be/docs/argumentaire/argumentaire.html.

The move coincided with your 16-Country Tour.

One of the reasons he put forward was this quote (hereafter translated back into English from a French translation) he had found in a Maharishi International University publication : “there is no place for the weak, and there can be none. The strong must lead and if the weak don’t follow, there can be no place for them. […] The ignorant must let the elite of the wise enlighten them. In nature itself, the weak disappear. The non-existence of the weak is a law of nature.

As a high-ranking Maharishi scholar, how would you define “weak” in this context ?

***

Another of his complaints pertained to the very (very !) lucrative side of Maharishi’s business. This grievance was echoed by award-winning British journalist David Jones in a 2008 article he wrote about The Beatles’ relation to the Maharishi : http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-512747/Lennon-right-The-Giggling-Guru-shameless-old-fraud.html.

For argument’s sake, let’s say Larry Jacoby’s radio-broadcasted rant in episode 5 was positive-minded. Isn’t the fact almost every spiritual, philosophical or political message has become a mere vector for goods to sell (which is to say the act of selling takes precedence over the message and is in fact the actual message) the mud humanity needs (regular) “shit-digging shovels” to dig itself out of ? What happened to the ‘Guru Devs’ of the world ?…

***

Let’s go back a couple of questions : can anarchy fit in a creative process involving dozens if not hundreds of collaborators ? Is the artist God in his “other worlds” ? How flexible can your vision be ?

***

Did hierarchy, ABC’s for instance, ever (seek to) limit your creativity ? To what extent were young film directors without (financial) connections able to safeguard their artistic integrity when you started in the business ? Has the Internet as a means of self-distribution actually levelled the playing field ?

24:05

Can those qualities be detached from the environment in which individuals evolve ? For instance, can one get rid of stress in a business environment in which it has become the supreme management mode ? Can a dasein be harmonious if the mitsein is structured to be antagonistic and hollow ? If said qualities form a new language, what is an Untouchable to do if he finds no other speakers ? And are they a path to genuineness or to objective interest fulfillment ?

25:20

This reminds me of David Cronenberg’s “eXistenZ”. Our hardware exists, of course, but that, like all other animals, we perceive through our sensitivity. When we speak of consciousness, we refer to our dasein. But isn’t it possible our software is merely a projection onto us ?

28:19

Are you a possessive man, Mr. Lynch ?

32:49

Would you say Dougie, at this stage, is contemplative ? How would you define the state he’s in ? In how far does it differ from Carl’s when he’s sitting on a bench watching trees in episode 6 ? They both seem to be able to relate to younger minds, but they do so in different ways, don’t they ? What’s the difference ?

33:43

Would you agree that, due to the way they are conceived, none of the forms of society humans have experimented with until now, with the exception of a few interludes here and there maybe, could have tolerated for that ability to be extended beyond a restricted circle of happy few ? And if it were, are you saying A Brave New World would actually be viable ?

36:22

Isn’t that a very reactionary thing to say ? All of them, while advocating totality, sowed the seeds of totalitarianism; some still do. How can you reconcile your idea of enlightenment with the very obscurantism the Enlightenment rose to crush ? And when implemented in the City, when does the quest for totality start to flirt with despotism ?

38:26

A sheer matter of perception, perhaps ?

39:19

Yet, not every consequence for an individual is a result of an action by that individual : was the horrifying fate of the little boy ran over by Richard Horne’s truck a manifestation of karma ? Conversely, when one looks at how easily the 2008 banksters got away with nearly lighting the fuse of a new world war – worse yet, how they got promoted and their bonuses skyrocketed –, can’t this hope for cosmic retribution act as a deterrent for those who might otherwise join an offensive struggle for secular justice ? What is sometimes referred to as magical thinking is not necessarily systematically irrational : unless it’s pure fantasy, it may rely on processes scientists are simply unable to grasp at a given time, yet no less real. But what is more fundamental to you : karma law or human justice ?

53:55

What room would there be for individual dissent (a.k.a. creativity) as to the evidently very narrow newspeak framework, some elements of the technique, or the morality of the method, not to mention the (democratic) sustainability of the assigned objective itself ? Is TM a technique, as you repeatedly said, or more of a discipline ? Can the mind of an individual be enlightened by anything else than its own critical thinking ? And can critical thinking occur within a hive ?

54:55

Two things come to mind here : Gramsci’s cultural revolution (subversion through entryism) on the one hand, etymological fascism (> Italian ‘fascio’, meaning ‘beam’) on the other hand. To the legions of young nazi soldiers subjugated by Hitler’s inflamed speeches, did the latter contain anything but positivity and hope, the hope to transcend the humiliation imposed by the Treaty of Versailles ? What about the free will of the recipients of positive energy ?

***

If, as I posited earlier in our conversation, film remains a negative, so in some ways does the mind, doesn’t it ? Supposing this grand scheme is motivated by good intentions, isn’t the road to hell paved with them ?

***

Statements like “everybody knows that” don’t come close to scientific evidence. And while I perfectly understand the primacy of intuition as a powerful, legitimate and necessary structuring force from an artistic standpoint, I worry about expanding that idea and its implications to the political environment. Could it be science (which is to say facts that can be demonstrated and are undisputed for a period of time) is (again) a political hindrance ? Should we hold a Twitter contest about it ? Is it present or is it past ?

56:40

But it is, isn’t it ? At least insofar as it religat, as it binds [people] together.

1:00:07

What you’re describing here as the epilogue of evolution (“It gets to the point where […]”) also happens to be Rousseau’s state-of-nature prologue. Do you feel the irony ?

1:05:10

As such, this sentence is a little scary, considering how various new technologies were used by “the old way of thinking” (starting with electroshock so-called therapy). Did you mean ‘the techniques’ ? Is « what happens » necessarily the same from one individual to another ? Should they, if possible, be applied synchronously to everyone ? Would that appease people ? And, once again : never do you mention inequality as the major cause for war… Could it be one man’s bottom of the well is another man’s surface ?

Spasiba very much for your candid answers, Mr. Lynch. I’m a big admirer of yours. Which one of you, though, I don’t quite know…

Catégories : Eclairage cinématographique, Expérimentations diverses non catégorisées, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

The forbidden peace of mind (3) : serenity reloaded…

Quelle vie épanouie ne vivrions-nous tous si les uns les autres, au gré de péripéties infamantes concoctées pour nous faire perdre notre temps, nous ne nous échinions, par délectation ou commandement, à nous la gâcher pour leur plaisir…

« Jamais [plus] vous ne serez capable de sentiments humains ordinaires. Tout sera mort en vous. Vous ne serez plus jamais capable d’amour, d’amitié, de joie de vivre, de rire, de curiosité, de courage, d’intégrité. Vous serez creux. Nous allons vous presser jusqu’à ce que vous soyez vide puis nous vous emplirons de nous-mêmes.« 

Ulysse 31, Le Fauteuil de l’Oubli

Notre passé est nôtre, comme le passé est commun. Pourquoi, tandis que l’humanité s’obsède de sa lointaine origine, l’homme devrait-il à la sienne renoncer ?

***

Que vieillesse soit sérénité, sagesse et inspiration; est-elle en soi angoisse, mesquinerie et dénigrement, qu’elle s’éteigne !

 

Catégories : Eclairage cinématographique, Expressions de sagesse passagère | Poster un commentaire

Rien n’échappe au grand œil au milieu du phare : une nouvelle mise en garde d’Edouard…

Nulle industrie cinématographique au monde n’intègre si abondamment et si vraisemblablement la scène et le dessous des cartes politiques qu’Hollywood. La collusion entre les deux milieux est énorme, et elle l’est davantage encore lorsque les intimes interconnexions entre l’Exécutif et les producteurs de ce que les ringards nommaient autrefois la pellicule doivent se comprendre comme un retour sur investissement électoral…

Le Pouvoir souhaite-t-il préparer et acquérir les esprits à une énième invasion d’un pays étranger ? Aussitôt apparaissent à la canonnière sur les écrans les habituels gladiateurs sans peur et sans reproche munis de tout leur attirail de saison. Mais la caverne californienne peut également faire office de subtile boîte à révélations, conditionnée, certes, par une politique réactionnaire et ringarde en matière de copyright (1) qui restreint drastiquement le champ de réception de l’information (c’est-à-dire le nombre de spectateurs potentiels), ainsi que par un enchaînement déchaîné, une accélération inouïe du rythme du turn-over des projections dans les salles obscures, lequel rend extrêmement éphémère la mémoire de tel ou tel film en particulier, et empêche toute consécration durable comparable à celle dont ont pu jouir des classiques tels que The Wizard of Oz, Gone With The Wind ou encore A Streetcar Named Desire, tous inscrits – pour les générations passées, au moins – dans un inconscient collectif indélébile.

Lorsqu’il se fait hybride, le film revêt en quelque sorte un habit de presse, dans la mesure où il met sous le feu des projecteurs des informations secrètes certes connues des journalistes traditionnels (parfois depuis belle lurette), mais tantôt soumises à un embargo par les rédactions elles-mêmes, au nom d’une certaine idée de la protection des institutions démocratiques, tantôt impossibles à publier, faute d’éléments probants pour les étayer. Dans les deux cas, la fiction qui n’en est pas vraiment une endosse alors un rôle éminemment pervers : celui d’informer le public quant à des évolutions de l’agora qui le concernent directement, sans autoriser toutefois la moindre contestation effective, dès lors que les écrans sont réputés colporter du virtuel pur. A titre d’exemple, personne n’imagine que le prédécesseur de Madame Roussef, le Président Lula, aurait pu annuler un dîner d’Etat avec Bill au motif qu’un héros de film d’action l’y eût encouragé…

Lorsqu’en 1998 sortit Enemy Of The State, thriller paranoïaque dans lequel un Will Smith poussé dans ses derniers retranchements par une faction phalangiste de la NSA qui a du sang sur les mains et n’hésite pas à filer le héros au moyen du nec plus ultra des méthodes de surveillance moderne, feu le réalisateur dudit opus avait déclaré que la source qui lui avait prodigué les informations techniques nécessaires à la crédibilité du film lui avait affirmé que les renseignements qu’il lui avait transmis reflétaient en fait l’état de la technique dix ou quinze ans auparavant. En d’autres termes, l’incroyable sophistication des moyens qui y sont mis en œuvre pour traquer un Smith dépositaire malgré lui d’un enregistrement hautement compromettant était déjà d’un autre âge. Or, entre-temps, quinze nouvelles années se sont écoulées, qui ont été le théâtre, à la faveur des secousses secondaires provoquées par l’effondrement des tours, d’une augmentation astronomique des budgets consacrés aux agences de renseignement, la NSA en tête.

C’est à peu près simultanément à la sortie du film – deux ou trois ans auparavant, en fait – que furent prononcés les premiers discours politiques visant à réglementer le web, et le débat sur la liberté des bits n’a cessé de faire rage depuis lors. Or, dans ces conditions, quel utilisateur régulier d’Internet peut-il affirmer aujourd’hui, suite à la série de révélations d’Edward Snowden, qu’au fond de lui, il ne se doutait pas même un peu du fait que ses communications étaient épiées, contrôlées, comparées, par Big Brother, la liste de ses contacts électroniques recoupée et fichée ?

Forts de cette intime conviction, d’aucuns vous diront que l’ancien employé du contractant de défense privé (!) Booz Allen Hamilton n’est rien d’autre qu’un bouc émissaire inutile, qui a crié dans le haut-parleur ce dont chacun, déjà, discutait par messe basse. Ils ont tort, car le jeune analyste a fait d’une pierre trois coups, tout d’abord, bien sûr, en informant le public à une échelle plus large, mais là n’est pas l’essentiel : Snowden a permis à la presse (non asservie) et à d’autres Etats de préparer une riposte solide et élaborée à l’espionnite US, et le rôle de partie tierce assumé par l’intéressé a permis aux services de renseignement de ces Etats de rester dans l’ombre.

Néanmoins, ses révélations n’ont pas effacé le décalage temporel ci-dessus abordé. Subséquemment, les cris d’orfraie largement surfaits poussés ici et là, depuis plusieurs mois à présent, résonnent en réalité dans le lointain, à l’instar d’une sonde spatiale qui renvoie à la Terre les informations précieuses qu’elle à récoltées, ces dernières n’atteignant leurs destinataires que plusieurs années ou décennies plus tard. Le bras de fer engagé aujourd’hui autour de PRISM et consorts est donc soit symbolique, soit d’arrière-garde, soit tout simplement hypocrite : pourquoi les opaques accords de coopération électronique renforcée avec les Etats-Unis (dans le domaine de la lutte contre la criminalité), des accords qui mettent l’accent sur « des mécanismes spécifiques » qui relèvent de « techniques de pointe » (2), s’empileraient-ils, sinon ?

Pour autant, rectifier des abus de pouvoir criants est toujours salutaire, même s’il manque au tableau le sage démiurge qui ferait la part des choses. Les positions des uns et des autres sont clichées, en effet, caricaturales, et principalement de l’ordre du pari : d’un côté, les représentants impériaux, lorsqu’ils ne mentent pas éhontément (Clapper, Alexander) ou ne s’enfoncent pas dans un arrogant mutisme pré-autistique (Obama), brandissent l’argument de l’intérêt supérieur, celui d’éviter tout doublon de la tabula rasa tragique du début du siècle, tant celui-ci pourrait s’accompagner d’une plongée définitive des Etats-Unis dans les abysses. C’est dans cet impératif que le donnant-donnant tacitement consenti (sécurité collective contre restriction des libertés individuelles) trouverait, selon eux, sa légitimité absolue.

De l’autre côté, les pirates de tous les océans électroniques du monde soutiennent bien sûr l’inverse, clamant – un peu hâtivement, peut-être – que même cent complexes à la Bluffdale ne suffiraient pas à rendre le bouclier intérieur suffisamment résistant, voire qu’ils provoqueraient l’effet inverse. Additionnellement, la présence, au sein des diverses agences de renseignement, de taupes, d’agents doubles et de groupes radicaux tels que celui mené par un Jon Voigt tout aussi dénué de scrupules dans le film qu’il n’est remonté contre l’administration US actuelle dans la vie réelle, rendrait illusoire l’impartialité et l’intégrité du système de stockage, indispensables à la réalisation efficace de l’objectif assigné.

Cet affrontement en chiens de faïence fondé sur des techniques dont la genèse conceptuelle remonte quasiment, en langage informatique, à Mathusalem, nous ferait presque oublier les développements les plus récents, qui se déroulent sous nos yeux et portent en eux des présages autrement plus angoissants encore.

Les caméras CCTV, qui surveillent les mouvements de la circulation publique (piétonne et automobile), les caméras planquées plus ou moins discrètement derrière de minuscules vitres teintées dans tous les appareils de distribution de billets, les caméras sur le lieu de travail, dans les magasins, celles disposées (systématiquement, désormais) dans les transports publics, les I-cams intégrées aux ordinateurs portables, et la probabilité que toutes soient accessibles à tout moment aux sbires voyeuristes de l’espionnage professionnel, mais aussi les puces RFID traçables à distance, qui envahissent de plus en plus les cartes d’identification personnelle (la carte d’identité, par exemple) et les objets usuels (GSM, électroménager, etc.) : tout cela s’ajoute à l’objet des révélations de Snowden au rayon de ce que nous savons ou, a minima, suspectons.

Mais il est une évolution qui, plus que toute autre dans ce domaine, mérite une vigilance de tous les instants : Google Glass. En toute transparence, l’entreprise de Moutain View annonçait, en effet, il y a quelques mois, une période de gestation (de neuf mois) durant laquelle cette petite révolution serait testée in concreto par quelque neuf cent volontaires soigneusement sélectionnés : les geeks et autres nerds de tous acabits, qui ne se distinguent pas par leur esprit critique à l’égard des dernières innovations techniques, étaient ravis !…

Pendant ce temps, personne ne semble s’inquiéter des retombées de cette dernière trouvaille en date, à savoir l’accaparation totale de l’espace public par des clones d’espions par milliers, qui tous seraient en mesure de filmer n’importe qui à son insu. Faudra-t-il attendre dix ans de plus et la réalisation d’Enemy of The State – The Sequel, si cet outil si socialement funeste sous sa forme actuelle qu’il n’est luxueusement inutile venait à gagner la rue, pour que les premières craintes y relatives, d’abord refoulées, ne trouvent un écho virtuel, suivi, à quinze années d’intervalle, de la défection providentielle de l’un des cinq millions d’agents de l’industrial surveillance complex (dix, d’ici là ?), dont les révélations donneront lieu à des scandales diplomatiques en série, y compris dans le chef de la toute nouvelle présidente chinoise ?

Il est établi que Google coopère, au même titre que les autres entreprises high-tech, à la collecte forcenée de renseignements privés menée par la NSA. Il est même apparu récemment que ces entreprises se faisaient rémunérer par le gouvernement états-unien en échange de leurs bons et loyaux services. Il est établi aussi, comme l’ont indiqué les fortes présomptions dont faisait état, il y a peu, un haut gradé de la police belge (qui a quitté son poste entre-temps) quant à son propre laptop professionnel, que les caméras intégrées sont des outils d’espionnage qui peuvent être enclenchés à distance, y compris à travers le réseau wi fi. Dès lors, quelles sont les garanties que tout ce qui aura été filmé par les légions de béni-oui-oui qui se seront ruées sur Google Glass comme autant de mouches à merde sur leur plat préféré ne sera pas illico transféré à Bluffdale bis ?

Lors de sa première interview, Edward Snowden déclarait : « je ne puis permettre au gouvernement des Etats-Unis de détruire la vie privée et les libertés fondamentales ». Continuerons-nous longtemps encore, en dépit du fait que nous disposons – au préalable, cette fois – de tous les éléments nécessaires pour prendre position, de noyer le poisson, de refuser de regarder en face un paramètre crucial de l’architecture sociale liberticide qui s’édifie à la vitesse grand v ? Laisserons-nous une fois encore le business restreindre nos libertés ? Mènerons-nous une fois de plus  les pseudo-débats a posteriori ?…

____________

(1) Est-il rationnel que, dans les conditions évoquées ci-après, des œuvres demeurent si longtemps sous le sceau d’un copyright qui empêche le public de se les approprier, même lorsqu’elles sont d’intérêt… public ?

(2) Lire : http://www.justice.gov/opa/pr/2011/September/11-ag-1212.html

… ainsi que : http://www.dhnet.be/actu/belgique/des-fichiers-belges-vers-les-usa-51b768bfe4b0de6db97bbc88

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , ,

Otez à schiste trois lettres…

Sa caméra à la main comme d’autres leur bâton de pèlerin, le réalisateur Josh Fox (1) a sillonné les routes de plusieurs Etats unis aux fins de constater les ravages produits par l’industrie très controversée du gaz de schiste sur l’environnement local et la vie rurale quotidienne des familles et des communautés de petits paysans qui se sont laissé amadouer par les promesses à l’emporte-pièce des commerciaux itinérants à la solde des corporations gazières. Gasland, son reportage, est pour le moins alarmant…

En 2005, à l’aube du second mandat de Cheney ès qualité de (vice-)président US, une faille juridique avait été imaginée pour permettre aux entreprises actives dans l’extraction de gaz non conventionnel, Halliburton en tête (dont l’intéressé avait été directeur exécutif dans une vie antérieure), de se soustraire à leur obligation de révéler publiquement, en vertu de diverses législations environnementales (principalement le Safe Drinking Water Act), la nature des produits chimiques utilisés (par la force des choses en quantités industrielles) pour fracturer le sous-sol des régions prometteuses en gisements gaziers, des produits hautement toxiques, en partie pétroliers, en partie acides qui ont pour conséquence, comme l’établit le reportage susévoqué, de polluer durablement et en profondeur les nappes phréatiques, des produits corrosifs aussi, qui s’attaquent aux canalisations et rendent l’eau courante impropre à la consommation et dangereuse à utiliser…

Depuis lors, diverses propositions de loi ont été introduites pour combler cette faille, mais les intérêts économiques – donc politiques – en jeu sont tels qu’aucune d’entre elles n’a encore été adoptée à ce jour. En effet, selon le panorama mondial établi en décembre dernier par le journal Le Monde, la production est passée aux Etats-Unis « de 20 milliards de m3 en 2005 à 220 milliards de m3 en 2011, avec plus de 100 000 puits en fonctionnement » (2). Est-il étonnant, dès lors, que  le discours sur l’état de l’Union de janvier 2012 ait été l’occasion d’un plaidoyer apologétique : non seulement le gaz de schiste sera massivement exploité, mais la technique d’exploitation sera propre et sûre. En outre, les entreprises seront dans l’obligation de dévoiler leurs recettes de fabrication. Une chose et son contraire, un non-sens patent, délivrés d’une traite comme un conte de fées, mais que c’était bien dit…

Il est un autre effet secondaire majeur de l’extraction du gaz de schiste : les risques sismiques. Formulons le problème comme le ferait un prof de maths : sachant qu’il est avéré désormais que les forages liés à l’exploitation du gaz de schiste provoquent de nombreux tremblements de terre de faible magnitude (3), que des indices concordants ont amené plusieurs géologues de l’université d’Oklahoma à attribuer aux mêmes causes le séisme de 5,6 sur l’échelle de Richter de novembre 2011 (4), que le régulateur national états-unien pour l’énergie nucléaire a mis en garde, il y a précisément un an, contre des risques nouveaux de tremblements de terre importants susceptibles d’avoir un impact ravageur sur les centrales nucléaires dans leur état actuel (5), accorderiez-vous à l’entreprise Chesapeake Energy un permis de forage à moins de deux kilomètres d’une centrale nucléaire ? (6)

Comment diable est-il concevable que la santé de communautés entières soit sacrifiée sur l’autel du profit immédiat ? Qu’une fois de plus soient réunies sous nos yeux les conditions d’un désastre, irréversible cette fois, dont la collectivité aurait, comme de coutume, à assumer les conséquences (financières notamment) cependant que les corporations de la mort en seront déjà à préparer leur saccage suivant ? Que les politiques des dix années écoulées soient parvenues avec une telle facilité à instiller un cynisme tel qu’il est désormais transparent et confine au loufoque le contrôle démocratique qu’il appartient au peuple d’exercer ? Que la corruption soit devenue le référent social ?

Dans Promised Land, Matt « GWH » Damon incarne un jeune commercial chargé de démarcher de petits paysans pour le compte de l’entreprise Global CrossEnergy Solutions. Il a trente-huit ans, mais il me rappelle un peu le commercial en services informatiques que j’étais au début de ma carrière : niais, transparent et manipulable. Mais qu’est-ce qu’il est sexy… Contrairement à moi, cependant, c’est la soumission à une corporation prédatrice que son personnage est chargé d’obtenir de ses clients, une entreprise qui injectera des milliers et des milliers de litres de substances nocives dans le sol de leur backyard, menaçant non seulement leur approvisionnement en eau potable, mais aussi leurs cultures, leurs potagers et leur bétail. Il le fait parce que c’est son job. Sa queue frétille lorsqu’il se voit promettre une promotion. Peu lui importe la big picture, la vision sociale d’ensemble. N’est-ce pas là ce à quoi la pensée unique contemporaine nous drille ? Faire, sans se soucier de l’impact de ce que l’on fait, pourvu qu’il y ait le bonus de fin de mois, n’est-ce pas là le message dominant ? Cet argent ne justifie-t-il pas que l’on abuse de l’antédiluvienne bonne foi de quelques paysans qu’une quarantaine d’années de politiques agroalimentaires visant à favoriser la concentration des exploitations ont amenés au bord du gouffre ?

La fin du dernier film en date de Gus Van Sant est convenue et gentillette. C’est sans doute NBC Universal, dont dépend Focus Features, qui l’a produit, qui l’a voulue ainsi. Elle ne saurait toutefois faire oublier le paradigme dominant de nos sociétés industrialisées : la Raison sert la science. La science sert l’économie. L’économie est le Parti. Le Parti sert le Politburo.

C’est à la disparition d’un modèle de société qu’œuvre inlassablement ce dernier, en digne héritier de la révolution industrielle. Cet objectif se fonde sur deux axes principaux, tous deux dictés par la volonté d’asservissement du nombre : la maîtrise du temps et la maîtrise de toutes les ressources auparavant considérées communes. Qu’il est d’un autre temps, en effet, le paysan au diapason des saisons qui écoute la nature. Qu’il est devenu ringard, le principe selon lequel l’eau que nous offre la terre n’appartient à personne parce qu’elle appartient à tous. C’est la vie elle-même que le Politburo des corporations multinationales cherche à contrôler dans son intégralité. Peu importe, pour lui, que la moisson et le bétail de quelques petits paysans soient entachés de souillures chimiques : il proposera demain les OGM qui permettront d’y résister… Peu importe la défiance vis-à-vis de l’eau courante que ne manqueront pas de susciter les scandales à répétition liés à sa variété au méthane inflammable qu’expose Gasland : il approvisionnera ses clients en eau de source privée, si nécessaire importée. Tout doit avoir un prix, rien ne doit être gratuit ! Tout doit être privé, rien ne doit être commun, car ce qui est commun échappe au contrôle de l’élite capital-corporatiste autoproclamée.

L’exploitation du gaz non conventionnel ne fait pas exception à la règle. Elle s’inscrit dans une stratégie qui est supposée garantir à l’Occident son indépendance énergétique. La perspective pour les Etats-Unis de devenir d’ici à 2020 le premier producteur de gaz mondial, devant la Russie, et la possibilité pour l’Europe d’échapper à l’épée de Damoclès des diktats tarifaires du géant russe Gazprom ne sont pas pour rien dans le soudain intérêt porté au gaz de schiste (7). Quant au pétrole (d’Irak, d’Iran et d’ailleurs, suivez mon regard…), il demeurera, à politique inchangée, une ressource indispensable pour le transport… Par conséquent, affirmer, vendre l’idée que la diversification des sources d’énergie est la seule clé de la révolution énergétique à venir, c’est berner le public et gagner du temps.

La diversification est nécessaire, selon des options qui préserveront au mieux les ressources naturelles terrestres, et des schémas qui feront de celles-ci les alliées objectives d’un développement humain harmonieux. Mais, compte tenu de l’augmentation constante de la population mondiale, elle ne suffira pas : il faudra bien tôt ou tard se faire à l’idée que l’égalité de tous les citoyens du monde dans l’accès à leurs besoins fondamentaux ne peut aller de pair avec la gabegie surconsommatrice du Nord, en particulier celle des Etats-Unis. Dans cette perspective, un chef d’Etat visionnaire serait celui qui préparerait petit à petit sa population à se recentrer sur ses besoins fondamentaux et réaxerait progressivement la fiscalité des entreprises en fonction de l’énergie qu’elles utilisent (ou gaspillent). Consommer moins, consommer mieux, répartir plus doivent devenir les mots d’ordres implicites de demain, un demain où le luxe matérialiste serait l’objet de railleries et d’exclusion, non la pauvreté. L’éradication de cette dernière est à ce prix !

Une chose est sûre, en tout cas : la surpopulation est un problème majeur pour le Politburo. Ce n’est pas faire preuve de catastrophisme que d’affirmer que c’est, en fait, à un choix de société global qui n’en est pas vraiment un que nous sommes confrontés : le partage mondialisé équilibré ou l’annihilation consciente de toute une partie de l’humanité. Gageons qu’entre la vie et la mort, les corporations ont depuis longtemps fait leur choix…

___________________

(1)    Voici le site du film : http://www.gaslandthemovie.com/whats-fracking

… et celui de sa maison de production, International WOW : http://www.internationalwow.com/newsite/josh.html

Lire ici la critique que le New York Times faisait du film : http://www.nytimes.com/2010/06/21/arts/television/21gasland.html?_r=0

… et ici les quelques rectifications factuelles effectuées par le journal : http://www.nytimes.com/gwire/2011/02/24/24greenwire-groundtruthing-academy-award-nominee-gasland-33228.html?pagewanted=all

(2)    Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/21/gaz-de-schiste-un-engouement-mondial-mais-beaucoup-de-doutes_1809052_3244.html

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/11/14/ou-en-est-le-debat-sur-les-gaz-de-schiste-en-france_1790365_3244.html

(3)    Sources : http://ecowatch.org/2012/ohio-earthquake-caused-by-fracking-wastewater-injection-well/

http://www.bloomberg.com/news/2012-04-12/earthquake-outbreak-in-central-u-s-tied-to-drilling-wastewater.html

(4)    Source : http://eenews.net/public/energywire/2012/12/03/1

(5)    Source : http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203920204577195121591806242.html

(6)    Lire : http://www.earthisland.org/journal/index.php/elist/eListRead/fracking_fukushima_batman/

(7)    Lire : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1576436/2013/02/08/Le-gaz-de-schiste-alternative-a-l-emprise-de-Gazprom.dhtml

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Marikana, une autre illustration emblématique de la pourriture capital-corporatiste…

Jack Bogosian en avait marre des magouilles et des assassinats politiques. Après plusieurs années de loyaux services, il a donc rendu sa casquette d’agent de la CIA et s’est reconverti en animateur radio décidé à faire la lumière sur tous les coups fourrés dont la presse traditionnelle ne parle jamais, sinon superficiellement. Un jour, il est contacté par une riche héritière qui lui offre une petite fortune pour enquêter sur un scandale sanitaire de grande importance dans l’Equateur d’avant le président Correa, dont elle soupçonne la multinationale que dirige son frère d’être le principal responsable…

Tous ceux qui ont vu les images de la tuerie sud-africaine du 16 août 2012, à l’occasion de laquelle la police du pays a exécuté quasiment à bout portant 34 mineurs armés de bâtons et de machettes, en blessant grièvement 78 autres, a forcément été interloqué par l’impression d’irréalisme qui flottait sur la scène : les images étaient trop violentes, de cette violence crue habituellement réservée à Hollywood, que pour ne pas choquer un public même blasé. Savoir qu’elles s’étaient déroulées dans un pays dont l’Occidental moyen supposait qu’il s’était affranchi, avec le Président Mandela, des démons de l’apartheid ne faisait qu’ajouter au malaise.

A plus d’un titre, le film un peu kitsch dans lequel Andy Garcia incarne une espèce de Jack Bauer sur le retour mais toujours prompt de la gâchette expose des similitudes avec les événements de Marikana. Ainsi, le délégué en Equateur de l’entreprise nord-américaine qui a pollué les nappes phréatiques d’une région entière assiste médusé à l’assassinat en règle de tous ses habitants par un commando militaire du cru mené par un colonel soudoyé par son patron. Petit à petit, il en perd la tête et, lorsqu’il insiste pour rendre l’affaire publique, l’homme de paille le liquide.

Saura-t-on un jour si c’est également son excès de conscience qui a amené Ian Farmer, le directeur exécutif du consortium Lonmin, qui exploite entre autres la mine de Marikana, à être admis en urgence dans un hôpital londonien durant l’été dernier, juste après l’excès de zèle dont plusieurs mineurs qu’il employait avaient eu à faire les frais (1) ? Est-ce parce que lui aussi était de ces petites natures dont la Bourse n’a que faire qu’il a définitivement démissionné de ses fonctions à la fin de l’année dernière ou est-ce, tout au contraire, parce qu’il était directement impliqué dans le scandale ?

Que demandaient ces mineurs grévistes si violemment réprimés ? Alors que Lonmin s’indignait encore, en début d’année, d’être dans le collimateur de deux associations de défense des droits sociaux des travailleurs et osait mettre en avant que ses employés « sont rémunérés selon le meilleur barème en vigueur dans l’industrie, et [que] le salaire moyen des employés de Lonmin les place dans la catégorie des revenus médians de la République d’Afrique du Sud. » (2), lesdits ouvriers se contentaient, malgré les nombreux dangers professionnels auxquels ils s’exposent, de nos jours comme naguère à Bois-du-Luc, par exemple (explosion, métaux lourds libérés par leurs forages, ensevelissement), malgré leur logement de fortune (des cases en tôle situées dans de peu sûrs bidonvilles) et leur salaire moyen de 850 €, d’exiger une augmentation de 400 € par mois (3). De son côté, l’entreprise londonienne, qui exploite la troisième plus importante mine de platine au monde, a déclaré en 2011 un bénéfice net de 259 millions de dollars (4), avant de lancer un inévitable avertissement sur bénéfices en 2012, en raison des répercussions boursières du massacre de Marikana.

Comme dans A Dark Truth, Lonmin semble avoir recouru aux services d’une agence de communication pour tenter de redorer son blason ensanglanté : sur un site web spécialement consacré aux événements (5) se succèdent les communiqués d’excuse, les promesses de financer la scolarité des enfants des mineurs tués, ainsi que les engagements creux de circonstance qui plaident pour une redéfinition du modèle d’entreprise supposé rendre à l’avenir son fonctionnement plus participatif en tenant mieux compte du maillage social local (6).

Ce maillage se tisse sur fond de rivalité grandissante entre deux syndicats. Il y a, d’une part, la NUM (National Union of Mine Workers), qui fait partie de la coupole syndicale COSATU, qui est elle-même, avec l’ANC (l’African National Congress, principal parti de l’après-apartheid, fondé en son temps par qui l’on sait) l’un des partenaires de la coalition tripartite actuellement au pouvoir  à Pretoria, et d’autre part, l’AMCU (Association of Mine workers and Construction Union) , une excroissance de la NUM devenue indépendante qui revendique la représentation des cols bleus, que la NUM aurait délaissés au profit d’une action ciblée davantage sur les employés à col blanc. Les mouvements de grève entamés par ce second syndicat seraient régulièrement dépeints comme illégaux par une presse largement acquise au premier (3).

Ces précisions ont leur importance, car depuis plusieurs mois, alors que bat son plein la répression policière contre les mineurs de l’AMCU qui se sont déclarés prêts à témoigner devant la commission parlementaire chargée de déterminer dans les semaines qui viennent les responsabilités dans la débâcle de Marikana, des doigts accusateurs de plus en plus fermes se lèvent en direction d’un certain Cyril Ramaphosa, suspecté d’avoir agi comme intermédiaire entre les dirigeants de l’entreprise, la NUM et les forces dites de l’ordre. Le 23 janvier dernier, Lonmin faisait savoir par communiqué que l’intéressé « ne se présentera[it] pas à sa réélection au poste de directeur non exécutif de la compagnie, lors de l’assemblée générale annuelle prévue en janvier 2013. » Ceci suffit-il à faire de lui l’homme lige de cette histoire-ci, bien réelle ? Après avoir félicité Ramaphosa pour son élection à la vice-présidence de l’ANC (!), en décembre dernier, ledit communiqué prend soin de préciser qu’en cette matière, « aucune autre question ne requiert d’être rendue publique selon les règles de publicité, de transparence et de cotation établies par la bourse londonienne, ni selon les règles de cotation édictées par la bourse de Johannesburg. » (7)

Selon des sources bien informées, Marikana ne constitue que le sommet visible d’un iceberg d’intimidations à l’égard des mineurs réfractaires, des pratiques qui semblent perdurer… En effet, en novembre dernier, la société Xstrata, active dans l’extraction de cuivre, de zinc, de charbon et de nickel se voyait consacrer une série de courts articles dans la presse sud-africaine en raison d’un licenciement massif d’ouvriers qui avaient eu le tort de faire grève, et des nouvelles répressions policières – moins sanglantes, cette fois – qui s’ensuivirent (8).

Les parallèles avec A Dark Truth ne s’arrêtent pas là : dans le film, il est impératif pour le patron véreux responsable du scandale équatorien d’empêcher que ne celui-ci ne soit rendu public avant qu’un important contrat d’exploitation en Afrique ne tombe dans son escarcelle. Dans cette réalité-ci, il ne s’agit pas de contrat, mais plutôt de (tentatives de) fusion-acquisition, deux au prix d’une, en réalité. Et c’est ici que le capital-corporatisme révèle dans toute sa dimension son caractère intrinsèquement perfide. En effet, Xstrata, qui a déclaré en 2011 un bénéfice net de près de 6 milliards de dollars (9), est l’actionnaire privé principal de Lonmin.

A présent, suivez bien, car les acteurs s’entremêlent comme dans tout montage entrepreneurial consanguin digne de ce nom : basée dans le paradis fiscal de Zug, en Suisse, Xstrata, jusqu’il y a peu détenue conjointement par une holding qatarie et la multinationale Glencore, lorgne sur une participation majoritaire qui lui permettrait de contrôler 70 % des actions Lonmin au lieu des 25 % dont elle dispose. Mais cette dernière a refusé son offre en novembre dernier (10), sans doute en raison de sa sous-valorisation, consécutive aux faits de Marikana. Au même moment, c’est non pas Jack Bauer, mais John Bond, le directeur exécutif de Xstrata et ex-boss de la banque HSBC, laquelle est devenue, depuis le 31 janvier dernier, le nouveau courtier corporate attitré de Lonmin (11), qui résistait aux avances de Glencore, alors titulaire de 34 % des actions Xstrata. Pour être précis, c’est la holding qatarie qui exigeait un plus haut prix pour ses billes dans Xstrata que ce que lui proposait Glencore (12).

C’est alors qu’intervint la pute de service – pardon, l’intermédiaire diplomate – chargé par Ivan Glasenberg, le directeur exécutif de Glencore, de jouer l’entremetteuse entre lui et la holding qatarie. Il n’est rien de mieux que les activités exercées dans le business par d’anciens responsables politiques de premier plan sitôt expiré leur mandat pour mesurer l’étendue du rôle qui était le leur tandis qu’ils l’assumaient encore : pour la modique somme de 1,25 million d’euros, le magicien de la Troisième Voie, cette fusion contre-nature entre capital-corporatisme et socialisme économique qui fut fatale au dernier nommé, Tony Blair himself, convaincra les Qataris de vendre à son client (13).

L’entreprise Glencore, anglo-suisse, emploie près de 58.000 personnes, disposait en 2011 de fonds propres qui excédaient 86 milliards de dollars, et fut fondée par un certain Marc Rich, informateur des services secrets israéliens et principal inculpé dans le cadre d’une enquête américaine relative au contournement de l’embargo pétrolier décrété contre l’Iran de Khomeini (au bénéfice d’Israël, en ce qui le concerne). Rich n’aurait jamais fait mystère des bakchichs avec lesquels il soudoyait régulièrement divers chefs d’Etats pour l’obtention de contrats (3).

Avec un siège social basé lui aussi en Suisse, un deuxième siège à Londres (en ce qui concerne l’activité pétrolière et gazière), un troisième à Rotterdam (pour l’activité agro-alimentaire), mais surtout un autre siège social dans le paradis fiscal de l’île de Jersey, Glencore International était, à en croire Wikipedia, la plus grande entreprise mondiale dans le commerce des matières premières (avant même de faire main basse sur Xstrata), avec une part de marché globale de 60 % du marché international du zinc, 50 % du marché international du cuivre, 9 % du marché international des céréales et 3 % du marché international du pétrole (14). Vous pensez bien, dirait le mauvais esprit, qu’à côté de cela, quelques Nègres de plus ou de moins…

Vantons, en ce qui nous concerne, les bienfaits du néo-esclavagisme pillard : après tout, ces mineurs arrogants n’ont-ils pas obtenu, en fin de compte, 22 % d’augmentation ? Voilà le changement dont nous avons besoin ! Voilà la modernité que l’Europe attend !!!

_____________

(1)    Source (EN) : http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/industry/mining/9480144/Lonmin-chief-Ian-Farmer-has-serious-illness-as-miner-unveils-profits-warning.html

(2)    Source (EN) : http://www.lonmin.com/downloads/media_centre/news/press/2013/Media_Statement%20_Public_Eye_Awards_%2090113.pdf

(3)    Source (NL) : http://www.dewereldmorgen.be/blogs/fos-socsol/2012/09/28/het-drama-bij-de-platinamijn-in-marikana-het-begin-van-iets-nieuws

(4)    Source (EN) : https://www.lonmin.com/Lonmin_Annual_Report_2011/Root/financial_statements/consolidated_income_statement.html

(5)    Consulter (EN) : http://www.lonminmarikanainfo.com/

(6)    Lire (EN) : http://www.lonminmarikanainfo.com/news_article.php?articleID=1551#.URQ5XPLbGt8

(7)    Source (EN) : https://www.lonmin.com/downloads/media_centre/news/press/2013/20130123_DirectorateChange.pdf

(8)    Lire (EN) : http://ewn.co.za/2012/11/01/Xstrata-axes-400-workers

http://ewn.co.za/2012/11/13/Cops-slammed-for-crackdown-on-Xstrata-miners

(9)    Source (EN) : http://en.wikipedia.org/wiki/Xstrata

(10)   Source (EN) : http://www.guardian.co.uk/business/2012/nov/09/lonmin-rebuffs-xstrata-takeover-bid

(11)   Source (EN) : http://www.lonmin.com/downloads/media_centre/news/press/2013/Change_of_Corporate_Broker_21012013_-_FINAL.pdf

(12)   Source (EN) :  http://www.euronews.com/2012/08/21/glencore-xstrata-deal-still-in-limbo/

(13)   Source (NL) : http://www.uitpers.be/index.php/2011-07-25-15-57-8/154-xstrata-glencore-blairs-derde-weg-van-de-city-tot-qatar

Lire aussi : http://www.bbc.co.uk/news/business-20409032

(14)   Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Glencore

Catégories : Carnet de voyage, Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

« CIRCUS POLITICUS » dévoile la « philosophie » de l’élite autoproclamée : « might is right ». Un livre d’utilité publique…

 « Il y a trois sortes de tyrans : les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race. […] S’ils arrivent au trône par des moyens divers, leur manière de régner est toujours à peu près la même. Ceux qui sont élus par le peuple le traitent comme un taureau à dompter, les conquérants comme leur proie, les successeurs comme un troupeau d’esclaves qui leur appartient par nature. »

La Boétie, Discours sur la servitude volontaire

A couvrir du nom infâmant de complot la moindre théorie, la moindre enquête, qui vise à établir au grand jour que les rapports politiques et économiques intra-occidentaux ainsi que ceux que l’occident entretient avec le monde sont soumis à de discrètes causeries d’alcôve supra-démocratiques, discréditant ainsi ceux qui voient de sombres machinations partout et postulant conséquemment, pour la parade, qu’il n’y en a, en vérité, nulle part, les agents du système corrompent consciemment les bases mêmes de l’édifice démocratique. Au nom d’une juste cause ?

Comme hier, à l’occasion de la seconde offensive bushiste en Irak, tout observateur, tout citoyen, est invité à se ranger promptement et sans broncher du bon ou du mauvais côté. Le bon côté, c’est bien sûr la finance, vectrice de paix, de libéralisme, de prospérité et d’amour entre les peuples. Par conséquent, le mauvais côté ne peut être que celui de la dictature, du fascisme ou du totalitarisme. Vous n’êtes pas un adepte de Kissinger ? Vous êtes donc un zélateur de Staline ! La dynastie Rockefeller vous répugne ? Vos sympathies néonazies en sont l’explication !

Dans ce contexte de musellement de la parole publique, d’étouffement de la contestation démocratique, de mise au placard des réfractaires à l’Ordre mondial de l’Oseille, il faut saluer des journalistes de la trempe de Christophe Deloire et Christophe Dubois, qui, avec « Circus Politicus » (1), remettent le pendule au centre et rendent à ceux qui s’opposent à la mondialisation par la finance la faculté de s’exprimer sans se voir traiter de fascistes (du net).

Dans leur ouvrage, les deux journalistes d’investigation décrivent par le menu et ad nauseam l’intime imbrication de tout le puzzle politico-économique, sur fond de médias corporate et parfois embedded : comme jadis tel lord ou tel baron remplissait le rôle de vassal à l’égard du prince, en passant par toutes les strates intermédiaires successives, il appert que les télétubbies de la politique contemporaine requièrent également l’adoubement préalable du cénacle hermétique du pouvoir nouveau, qu’il se nomme Bilderberg (1), Commission trilatérale ou, plus exclusivement, sur d’autres portions du territoire mondial, Bohemian Club, voire Skull and Bones.

La vraie menace pour notre République est le gouvernement invisible, qui, telle une pieuvre géante, étend ses tentacules visqueuses sur nos villes, nos Etats, nos nations. Partant de simples généralisations, je dirais qu’à la tête de cette pieuvre se trouvent les intérêts de la compagnie ROCKEFELLER – STANDARD OIL, ainsi que ceux d’un groupe restreint de banques puissantes généralement désignées sous le vocable de banquiers internationaux. Cette petite coterie dirige pour ainsi dire le gouvernement des Etats-Unis pour ses propres intérêts égoïstes.

Elle contrôle pratiquement les deux partis, écrit les programmes politiques, fait des dirigeants des partis des pigeons, utilise les forces vives des organisations privées, et recourt à tous les moyens possibles pour positionner à la candidature de maroquins publics importants les seuls candidats malléables aux diktats du big business corrompu.

Ces banquiers internationaux et les intérêts de la Rockefeller-Standard Oil contrôlent la majorité des journaux d’information et des magazines du pays, dont ils utilisent les colonnes afin de contraindre à la soumission ou d’amener à la démission les agents publics qui refusent de faire les enchères des puissantes cliques corrompues qui composent le gouvernement invisible. Celui-ci agit derrière le rideau d’un écran par lui créé et s’empare de nos mandataires exécutifs, nos corps législatifs, nos écoles, nos cours et tribunaux, nos journaux, ainsi que de toute agence en charge de la protection publique.

 John F. Hylan, Maire de New York, 1922

(traduction libre)

Considéré sous cet angle et interprété à cet aune, le glorieux projet des révolutionnaires de 1789 n’est rien d’autre qu’un vaste jeu de chaises musicales à l’échelle du globe, dans lequel des bourgeois milliardaires de père en fils ont supplanté les dynasties aristocratiques, qu’au demeurant, ils côtoient et avec lesquelles ils se fondent à présent gaiement, notamment au sein des brumeuses institutions officieuses susnommées, le Tiers-Etat s’éternisant dans son rôle de cheville ouvrière de révolutions volées, soumis à une tyrannie invisible et à une Terreur permanente, et risquant, un jour ou l’autre, lorsque la technique sera au point, de se voir définitivement sous l’emprise d’un nouvel Ordre sans échappatoire. Dans l’intermède, toutefois, ces sans-culotte sont plus ou moins maintenus dans un confort élémentaire, agrémenté d’incentives et de titres ronflants de manager de ceci ou cela – si seulement l’URSS y avait pensé ! – comme autant de pseudo-récompenses pavloviennes.

« Selon Sutton, la vision de l’éducation des masses qu’a une certaine élite membre de la société des Skulls & Bones n’est pas le libre développement de l’individu mais le fait d’apprendre à vivre de manière intégrée dans une société organique, de manière semblable à la philosophie de Hegel sur l’Etat absolu. Dans ce type d’Etat, l’individu trouve sa liberté par l’obéissance aux lois de l’Etat. Quant aux libertés individuelles, elles ne sont pas acceptables et doivent être guidées par la tyrannie rationnelle. Sutton soutient également que […] la notion hégélienne du conflit qui crée l’Histoire [fait] partie intégrante de l’idéologie des Skulls & Bones. Ainsi, le conflit entre une thèse et une antithèse donne une synthèse et si le processus thèse-antithèse est sous le contrôle de cette société, la synthèse découlera forcément de sa volonté. Pour Sutton, la synthèse ultime des Skulls & Bones est le Nouvel Ordre Mondial. ».

Hegel disciple d’Aristote… Philosophie de l’Histoire ou histoire de la philosophie ? Quoi qu’il en soit, si l’on considère que l’Etat symbolise l’autorité et que cette dernière est aujourd’hui diluée en un ensemble opaque sous la coupe de la finance et de l’entreprise privée, si l’on appréhende la quête de la réalisation financière égoïste non en tant qu’elle serait, par addition des multiples, vectrice de progrès social, mais plutôt une peu subtile et perverse invite à faire fi du commun, et si, rien que pour l’exercice des méninges, l’on applique le processus dialectique auquel fait référence l’extrait de la description sommaire que fait ci-dessus Wikipedia du professeur conservateur Anthony Sutton, à la crise financière que traverse le globe, l’on ne pourra manquer de trouver au propos quelque pertinence spéculative, indépendamment des polémiques déplacées que celui-ci et certains de ses soutiens ont pu susciter par ailleurs…

La tyrannie d’une certaine Raison, le livre de Dubois et Deloire l’aborde brièvement, mais elle en fait le fil rouge des situations qu’ils décrivent : comme ils l’indiquent, s’il est une voie rationnelle, les autres voies possibles ne le sont pas, ce qui induit qu’elles doivent être écartées. Or, la démocratie n’implique-t-elle pas le choix entre des propositions diverses ? Les réunions discrètes du Bilderberg et des autres instances du même acabit regroupent des représentants de tous les principaux partis. Il n’est pas question d’écrire – les auteurs ne le font pas – qu’une fois dans l’enceinte de leur lieu de réunion itinérant, tous se défroquent dans l’attente de se faire mettre bien profond par leur suzerain attitré : ils ne sont pas tous là pour les mêmes raisons, et tous ne sont probablement pas initiés, mais le suivisme, l’opportunisme carriériste, la servitude volontaire, le formatage des esprits expliquent sans doute largement la monotonie des débats politiques actuels, leur caractère unidirectionnel, à de très rares exceptions près, et partant, le désintérêt de la populace, écœurée mais séduite par ailleurs, dans sa majorité, par l’aculture du clash feint et la mode insipide et déjà dépassée qui fait défiler les objets comme dans un film, une Œuvre dont on tend à oublier jusqu’aux massacres tragiques les plus récents (Que les reporters en herbe et les colporteurs biatchéliens d’accusations d’extrême-droite à la petite semaine se renseignent tant soit peu quant aux liens entre IG Farben et les Rockefeller, par exemple : ils seront brièvement sevrés !), couplée à une débauche de vulgarité présentée comme l’unique alternative au puritanisme d’antan. Bienvenu dans le monde (faussement) binaire, impur en effet, par nature !

« Ma conclusion est : nous allons de plus en plus vers la probabilité de décisions d’ordre public de plus en plus profondes [de plus en plus internationales], et de plus en plus urgentes. […] Et donc, on revient vers un besoin de politique plus fort. […] Par conséquent, il faut bien aller jusqu’au bout. Il faut que les opinions publiques, notamment le seul milieu humain qui connaisse quelque chose au monde extérieur [c’est-à-dire] vous, les patrons [et non pas] les journalistes, [ni] les politiques […], [ni] le monde salarial et ses syndicats, [ni même] nos intellectuels, trop sensibilisés par leur langue et leur culture. Vous [les patrons] n’avez pas de substitut, vous êtes la seule expertise […] pour pouvoir [parler] du monde extérieur en connaissance de ce qui s’y passe. Faites pression : il est grand temps. […] »

Les propos très dans la ligne des choses prononcés en septembre 2010 par le pseudo-socialiste Rocard lors d’une université d’été du MEDEF (et rapportés dans le livre), incendiaires pourtant en ce qu’ils oblitèrent le prolétariat, qui n’y a même pas droit de citer, sont révélateurs de la pensée unique développée par David Rockefeller, l’empereur émérite du Council on Foreign Relations, par ailleurs pape fondateur du Bilderberg, cet outil d’inspiration américaine qui, parallèlement à l’édification d’une Europe unie après la boucherie nazie (3), a toujours eu pour fonction principale de maintenir le vieux continent sous la tutelle paternaliste de fer du nouveau. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Newsweek, en 1999, voici comment l’héritier dépeignait l’avenir du monde :

« Ces dernières années, il y a eu une tendance vers la démocratie et l’économie de marché dans de nombreuses parties du monde. Cela a réduit le rôle des gouvernements, ce à quoi les hommes d’affaires sont favorables. […] Mais le revers de la médaille, c’est que quelqu’un doit prendre la place des gouvernements, et le business me semble l’entité logique pour le faire. »

Ou comment, en trois phrases à peine, dire une chose et son contraire, à savoir évoquer le doux souvenir de la démocratie, saccagée jusque dans le pays qui en a forgé le concept, et rendre celui-ci caduc, les électeurs n’étant pas appelés, à ma connaissance, à couronner les patrons ! Ajoutez à cela la hantise des nouveaux despotes éclairés européens, formidablement synthétisée par Monti, l’une des créatures de Goldman Sachs (un autre acteur majeur du grand Cirque), parangon de la nouvelle rationalité grise et fadasse tant promue par nos seigneurs, pour qui il appartient de recourir le moins possible au peuple dans le cadre de la construction européenne, que ce soit à l’initiative d’un référendum – le mot semble s’être doté d’une connotation scatologique depuis les débâcles anticonstitutionnelles française et néerlandaise – ou dans le cadre d’une élection normale.

Soyons toutefois d’un bon aloi pragmatique en nous abstenant de fuir la réalité : oui, les peuples sont instables. Il suffit de regarder le mouvement de va-et-vient électoral auxquels ils se livrent depuis au moins vingt ans. Mais c’est précisément l’absence de choix entre des idées et des projets réellement distincts, de même que le désinvestissement manifeste dans la culture générale, qui en sont la cause. Le reproche de Monti et de ses clones a donc plutôt un double goût de mépris : l’instabilité du peuple se conjugue en l’occurrence à sa soumission supposée à l’ordre qui lui est imposé ! L’argent n’attend pas !

« Nous sommes plutôt dans une situation de tentative de manipulation. […] Nous avons compris l’attitude un peu superficielle des journalistes, nous créons tous les jours de nouveaux événements pour qu’ils ne puissent pas focaliser, se concentrer, réfléchir et dénoncer durablement un certain nombre d’aspects de la politique que nous menons, et sur lesquels, je le dis très sincèrement, il y aurait certainement matière à dire, à écrire. […] Il n’y a jamais, je le dis, […] il n’y a jamais une appréhension globale de la situation, de l’attitude du pouvoir, [ni] une analyse qui pourrait disséquer les errements de ce pouvoir et les mettre en lumière de manière crédible. »

Ces affirmations (elles aussi rapportées dans le livre) sortent-elles de la bouche d’un successeur potentiel du Che ? Think again : c’est l’éphémère co-président de l’UMP Dominique Paillé qui les a prononcées lors d’une conférence au Centre français de Formation des Journalistes, dont Deloire est (heureusement) le directeur. Et voilà qui clôt le cercle infernal, selon lequel, pour d’aucuns dans les hautes strates, la démocratie implique sa dose d’ignorance entretenue, de renoncement forcé et de désengagement populaire pour pouvoir fonctionner…

Dans une certaine mesure – c’est regrettable à écrire, tant le tube est porteur d’autres promesses – Ce Soir ou Jamais demeure, à l’heure actuelle, l’un des derniers îlots, l’un des derniers salons médiatiques qui fait exception à cette règle dévastatrice. Il y a quelques mois, le prophète Jacques (Attali) s’y exprimait, une fois encore, en faveur d’un gouvernement mondial, seul à même d’apporter une solution à des problèmes qui ne s’arrêtent pas aux frontières. Que l’on songe à Fukushima, par exemple… Nullement totalitaire, une telle structure serait, à son estime, totale. Subtil distinguo.

Le rêve, l’imagination renvoient-ils perpétuellement à la finitude humaine ou s’agit-il, au contraire, de portes ouvertes, de trous noirs vers l’infini ? Le totalisme, comme négation du nihilisme nombriliste des Etats-nations, pourrait-il être la nouvelle manifestation de la Providence ? Que ne serait-il plaisant, en effet, que les diverses chaînes nationales européennes, aux ordres des proto-pouvoirs en place, en vertu de la répartition des affiliations politiques et des partages de temps de parole subséquents, ne répercutent enfin la réalité du pouvoir européen (et mondial) tel qu’il s’élabore. Il est (encore) permis de rêver…

Lorsque j’ai lu, il y a une dizaine d’années, le Projet de Paix perpétuelle de Kant, j’étais en situation de quasi-hébétude. Jamais je ne me serais attendu à trouver sous la plume d’une si austère autorité langage si accessible, si rafraîchissant, si vivifiant. Je ne sais si, pour aboutir à ce résultat, le bougre avait eu besoin, au préalable, d’engloutir l’âme de quelque pauvre enfant. Toujours est-il que, comme son auteur le revendique dans son avant-propos, débarrassé des contraintes de la stratégie politique, du rapport de forces, et même de la vraisemblance – l’écrit date de 1795 – ce texte semble tout droit sorti de l’imagination fertile d’un jeune Candide. C’était beau comme la rosée du matin sur les pétales d’une jeune fleur en éclosion, qui, au premier contact des denses rayons d’un fier Soleil, se vaporise nonchalamment.

Y trouver le parallèle avec l’unification du monde par la destruction industrielle, pétrolière notamment, le rictus jokérien de Rockefeller, somme toute assez comparable à celui de Ratzinger, la soumission mentale à large échelle des peuples et des individus, accompagnée d’innombrables tentatives de contrôle et de musellement, la loi du silence discrétionnaire, le nihilisme du commerce multinational, voire – prétendront certains – les massacres à grande échelle pour le fun ou pour la cause, si ce n’est les deux, voilà bien, vous l’avouerez, la gageure du siècle ! Car, de George « CIA » Bush à Henry « Strangelove » Kissinger, en passant par George « Geronimo » Bush, de Mario « la momie » Monti à Mario « Picsou » Draghi, en passant par Lloyd « Octopussy » Blankfein, c’est précisément le nihilisme, non la fraîcheur, qui prédomine ! Utilisons une perspective holistique : notre univers est encore jeune, de nombreuses étoiles continuent d’y brûler de mille feux. Pourtant, à observer ces créatures froides et asséchées, on le croirait déjà désertique !!!

___________

(1)    Christophe Deloire et Christophe Dubois, Circus Politicus, Albin Michel, Paris, 2012.

Le présent post ne se présente pas comme un résumé de ce livre, mais plutôt comme un commentaire débridé qui invite à le lire…

(2)    Ironiquement, le nom de l’hôtel néerlandais où se sont rencontré pour la première fois, en 1954, les représentants de la haute finance, des multinationales et de la politique dite de haut niveau est également la traduction allemande de « Mont aux Images ». Une fusion lexicale germano-anglaise approximative (sur l’exemple du franglais) pourrait par ailleurs en faire le « Mont des Bâtisseurs ». Un peu comme les pharaons et leur entourage faisaient construire à la plèbe des bâtisses dont eux seuls connaissaient les secrets et la finalité, les magnats bourgeois du jour soumettent à coups de cravache figurée leurs contemporains analphabètes ou inconscients à la surproductivité, en hommage à leur grandeur. Que l’on songe aux milliards engloutis par la crise de 2008 : ils ne se sont pas évaporés, mais sont retombés dans certaines poches. De même, le lambda n’est rien pour l’alpha, pas un individu en tout cas. Il est matière sur le jeu d’échecs.

(3)    Les auteurs attribuent au Bilderberg Group la paternité du traité de Rome et le dépeignent, de manière générale, comme le lieu où pourraient se prendre les décisions avant que celles-ci ne fassent l’objet de disputes clownesques pour la galerie, pour être enfin mises en œuvre par les exécutants élus.

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Politique de pantins préprogrammés (critique de film)

Un vétéran de « Tempête du Désert », le précédent à la farce belliqueuse qui mit aux prises, en 2003, le fils de l’ancien directeur de la CIA célèbre, entre autres, pour les pipes goulues qui lui sont attribuées par d’aucuns, avec le grand Satan antioccidental d’alors, pourtant mis en place naguère par la même institution caritative, se trouve propulsé candidat à la vice-présidence des Etats-Unis, après avoir été récipiendaire de la médaille d’Honneur du Congrès de son pays pour les faits d’armes exceptionnels dont il aurait été la vedette, à l’occasion de son expédition dans les sables irakiens, douze ou treize ans auparavant. Mais la réalité s’avère bien plus complexe…

Voilà planté le décor du « Manchurian Candidate » de 2004, remake homonyme du film de John Frankenheimer, sorti en 1962, quelques années à peine après la conclusion du second mandat présidentiel d’un autre ancien combattant, multi-étoilé, le général Dwight D. Eisenhower, qui, lors d’une ultime adresse à son peuple, mettait en garde celui-ci contre les excès de l’industrie militaire dans les termes suivants : « Nous avons été contraints de créer une permanente industrie de l’armement de vaste proportion. Trois millions et demi d’hommes et de femmes sont directement liés à l’establishment de la défense, dont l’influence totale – économique, politique, et même spirituelle – se ressent dans chaque ville, chaque Etat, chaque bureau du gouvernement fédéral. Nous reconnaissons le besoin impératif d’une telle évolution, mais, pour autant, nous ne devons manquer de comprendre ses graves conséquences. Au sein du gouvernement, nous devons nous prémunir contre tout surcroît d’influence, délibéré ou non, du complexe militaro-industriel. La possibilité de l’avènement désastreux d’un pouvoir illégitime existe, et persistera […] Jamais nous ne devons permettre à une telle coalition d’intérêts de mettre en danger nos libertés, ni nos processus démocratiques. » (1)

Le film de Jonathan Demme, qui a donc, tout en rebattant les cartes et en modifiant légèrement la trame (moins favorable, cette fois, à l’Empire US), repris le flambeau de Frankenheimer, et dans lequel Denzel Washington, dans le rôle de l’ancien major devenu idéaliste déconfit, marche dans les pas de Frank Sinatra, qui venait, quant à lui, de rentrer virtuellement de Corée, est efficace. Habilement, il donne à voir, par bribes allégoriques et analepses cauchemardesques, dans lesquelles sont mis en scène d’étranges docteurs Mabuse, des Mengele américanisés qui se livrent aux pires tortures psychologiques, qui ont parfois le meurtre comme conséquence, ce que peuvent ressentir les soldats américains de base lorsqu’ils retournent au pays, couverts de leur halo d’uranium. Après avoir vu ce film, on comprend mieux pourquoi, depuis le 11/09/01, plus de 2500 militaires américains ont choisi d’en finir, à raison d’un suicide par jour en moyenne (2).

A mesure que l’action se déploie, le doute assaille les principaux protagonistes du film : les souvenirs de ce qu’ont vécu les anciens soldats au Koweit sont-ils réels ou ont-ils été induits ? Le candidat Shaw est-il un vrai héros ou un paladin d’opérette ? Pour sa mère, elle-même sénatrice, une cruelle virago hyper-castratrice et honteusement incestueuse, la reine noire de l’histoire, en vérité, l’ex-sergent entré en politique n’est rien d’autre que de la pâte à modeler. C’est sa chose, qu’elle s’est efforcée, pendant toutes ces années, de garder pour elle, et elle seule.

N’hésitant pas, comme seuls savent le faire à ce stade les bons thrillers américains, ceux-là même qui, ces temps-ci, en raison de la disette budgétaire sans doute, font défaut ou se font rares sur nos écrans, à élargir le propos des hallucinants parcours initiatiques respectifs de l’ex-major et de son ancien compagnon d’armes, à la société tout entière, invitée par le biais à se pencher de manière certes fragmentaire, mais non moins éclairée, sur certains des aspects les plus hideux du progrès technologique du cinquantenaire écoulé, la superproduction fait mouche : et si une science militaire dévoyée, dont le bonheur de l’homme n’aurait jamais été la finalité, en était arrivée au stade où elle peut contrôler quasi absolument, par stimuli appliqués et impulsions mnémoniques, l’esprit humain ?…

Et si les expériences diverses menées à leur insu, dès les premiers jours du projet Manhattan, sur de pauvres cobayes désargentés, noirs pour la plupart (3) se poursuivaient de nos jours sur des candidats plus dociles et liés par serment à la Grande Muette ? Et si, selon ce scénario, tout représentant de l’espèce occidentale, libre forcément, était voué demain, peut-être contre son gré (grâce à l’apport des nanotechnologies), à être muni d’une puce électromagnétique intra-cutanée, voire injectée directement dans le cerveau, non pour en améliorer le fonctionnement ou en restaurer des fonctionnalités endommagées, mais pour le rendre rationnel, selon la définition que fournissent de ce terme les détenteurs du pouvoir ? Un tel progrès signerait la fin définitive de l’Histoire et la perpétuation consanguine de la médiocre et décadente bourgeoisie d’essence néo-aristocratique aux manettes depuis au moins un demi-siècle.  On aimerait savoir ce que Voltaire et les autres penseraient de tout cela…

Science-fiction ? Complotisme ? Criez donc au loup : après les chiens, c’est, depuis plusieurs années, au tour des soldats américains d’être dotés de telles puces, prétendument pour leur permettre d’être secourus en urgence si la nécessité se présentait.

Se pose alors, dans la foulée, la question de l’identité du commanditaire et des exécutants. L’entreprise Manchurian Global, qui fait office ici de personnification amorale de la menace contre laquelle avait alerté Eisenhower, de conglomérat mondial surpuissant dont Shaw pourrait être la poupée plastique, ne rappelle-t-elle pas, à certains égards, les dérives des Blackwater (aujourd’hui Academi) et autres Halliburton, ces deux magnats de l’armement et du mercenariat qui, main dans la main avec la CIA, sont actives dans le business de la milice privée, ces deux puppet masters qui, par l’entremise de Cheney l’opportuniste, élaboraient jusqu’il y a peu les feuilles de route de la Maison blanche, ces deux poids lourds du stock exchange vilipendés (insuffisamment sans doute) pour les exactions nombreuses dont ils se seraient (se sont) rendus coupables ici ou là. Une entreprise ne change pas de nom par hasard !

Imaginez donc un pays (un continent, pourquoi pas ?) où un Politburo capital-corporatiste composé de dirigeants véreux et méprisants de méga-entreprises cotées en bourse dirigerait dans l’ombre des marionnettes téléguidées supposées servir le peuple… « What a wonderful world it would be… »

_____________

(1)    Traduction libre de l’extrait du message présidentiel (en anglais) disponible ici : http://www.youtube.com/watch?v=_bqr5DVx3dw

(2)    Lire, à ce propos, l’article suivant (en anglais) : http://battleland.blogs.time.com/2012/07/12/captains-courageous/

(3)    Lire, à ce propos :

– Wayne D. LeBaron, America’s nuclear legacy, Nova Publishers, 1998

– Wolfgang Uwe Eckhart, Man, Medicine and the State : the human body as an object of government sponsored medical research in the 2Oth century, Franz Steiner Verlag, 2006

***

(added December 11, 2014)

US Torture Report : 6 questions…

1/ DID THE WHITE HOUSE-BASEMENT DECISIONS APPLY TO THE CIA ONLY ?

Since April 2008, we know the senior managers of Torture Inc. (namely Cheney, Rumsfeld, Rice, Powell, Ashcroft, Tenet and a few others − Blair and his staff, perhaps ?) were regularly meeting in the White House situation room in the early years of the new millennium to establish and evaluate the detailed guidelines of what they puritanically referred to as “enhanced interrogation techniques”. (a)

Does the SecDef’s presence at those meetings and the fact said guidelines appear to have been all-encompassing, indicate the DoD was equally involved in the torture program ? And, if it was, do the Senate Intelligence Committee’s executive summary’s findings, as a matter of principle, equally apply to the Defense Intelligence Agency ?

(a) http://abcnews.go.com/Video/playerIndex?id=4622610&affil=wjla
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/blog/2008/04/10/BL2008041002069.html

Addendum − Dec. 13, 2014 : part of the answer to Question 1 is to be found in the Report of the Senate Armed Services Committee regarding the inquiry into the treatment of detainees in US custody (Nov. 20, 2008), which states « [t]he abuse of detainees in U.S. custody cannot simply be attributed to the actions of ‘a few bad apples’ acting on their own. The fact is that senior officials in the United States government solicited information on how to use aggressive techniques, redefined the law to create the appearance of their legality, and authorized their use against detainees. »

https://s3.amazonaws.com/nytdocs/docs/211/211.pdf (p.14)

2/ TO WHICH PRIVATE CONTRACTORS HAS TORTURE BEEN OUTSOURCED ?

A February 2013 report from the Open Society Foundation’s Open Society Justice Initiative indicated the CIA had, in part, relied on subcontractors to displace the detainees it would submit to torture to the black sites inaugurated to that effect. (b)

Moreover, it is now established so-called-psychologists James E. Mitchell and Bruce Jessen (both USAF-retirees) were instrumental in developing original torture methods. (c)

But wasn’t there more to it ?…

Answering a journalist during a May 2004 press conference, Rumsfeld declared the following : “We had a discussion with General Petraeus yesterday and I had a briefing today from a man named Steele who’s been out there working with the security forces and been doing a wonderful job, as a civilian, as a matter of fact.” (d)

Jim Steele, a US army black ops operative known, among other things, for his leading role in implementing the US’s militaristic policy in El Salvador (and pro-Contra-terrorists policy in Nicaragua ?), was in charge of putting together a Special Police Commando unit (also known as Wolf Brigade) in Iraq to counter the growing Sunni insurgency. Many local witnesses claimed this dirty-jobs executive was up to his neck in the torture program the US carried out in that country. He seems to have vanished ever since…

Was (is) this “civilian” a lone wolf under high-level protective custody, or was he part of a broader network of mercenaries ? Do some of the CIA’s subcontractors have dirty boots as well, and, if so, who are they ? Last but not least : were “civilians” also required to abide by the torture guidelines established by Torture Inc’s senior managers, or were they allowed to go further, without any need for specific details ?

The latter question is relevant as to why the full torture report remains classified : could it be the executive summary, however horrific it is, is but the tip of the iceberg ?…

(b) http://www.opensocietyfoundations.org/reports/globalizing-torture-cia-secret-detention-and-extraordinary-rendition

(c) http://nymag.com/scienceofus/2014/12/meet-the-shrinks-who-helped-the-cia-torture.html

(d) http://www.journeyman.tv/?lid=65026&tmpl=transcript

3/ WHICH SAFEGUARDS TO CONGRESSIONAL OVERSIGHT IN THE FUTURE ?

Clapper lying to Congress about the scope of the NSA’s eavesdropping programs, and Brennan lying about spying on the Senate Intelligence Committee was merely the result of a long tradition. Here’s the list of former NSA and CIA director Hayden’s lies regarding the torture program :

At the April 12, 2007, hearing, Director Hayden verbally provided extensive inaccurate information on, among other topics: (1) the interrogation of Abu Zubaydah, (2) the application of Department of Defense survival school practices to the program, (3) detainees’ counter interrogation training, (4) the backgrounds of CIA interrogators, (5) the role of other members of the interrogation teams, (6) the number of CIA detainees and their intelligence production, (7) the role of CIA detainee reporting in the captures of terrorist suspects, (8) the interrogation process, (9) the use of detainee reporting, (10) the purported relationship between Islam and the need to use the CIA’s enhanced interrogation techniques, (11) threats against detainees’ families, (12) the punching and kicking of detainees, (13) detainee hygiene, (14) denial of medical care, (15) dietary manipulation, (16) the use of waterboarding and its effectiveness, and (17) the injury and death of detainees.” (e)

How does Richard Burr, the Republican who will be taking over Mrs. Feinstein’s seat in January – and how does the US Congress in general – intend to tackle this lying epidemic ? Which mechanisms will they put in place to at least give the public the impression they have a purpose ?…

(e) https://firstlook.org/theintercept/2014/12/10/cia-truth-torture-existential-threat/

4/ WHAT’S HAPPENING ABOARD THE SHIPS ?

Aside from extrajudicial killings (which have the merit to render indefinite detention useless), the senior lecturer in Constitutional Law’s smart-powered administration seems to be using warships as mobile black sites (f). How are detainees treated aboard those ships ? Are they too subject to interrogation techniques sometimes “amounting to torture” ?…

(f) http://www.huffingtonpost.com/2013/10/08/obama-terrorists-ships_n_4063003.html

5/ TORTURE JOINT-VENTURES WITH MIDDLE-EASTERN DICTATORSHIPS, REGIONAL STABILITY AND MORAL HIGH GROUND : AN EXPLOSIVE COCKTAIL ?

The United States is committed to the world-wide elimination of torture and we are leading this fight by example. I call on all governments to join with the United States and the community of law-abiding nations in prohibiting, investigating, and prosecuting all acts of torture and in undertaking to prevent other cruel and unusual punishment. I call on all nations to speak out against torture in all its forms and to make ending torture an essential part of their diplomacy.” (e)

Thus spoke Bush in 2003. If the executive summary on torture makes one thing clear beyond reasonable doubt, it is Captain America’s moral pretenses once again appear for what they are : when the White House officials applied their best lipstick to greet the new Egyptian dictator, a few months ago, they were actually thinking : “he’s one of us !” So, next time they go to war, they might want to reconsider the outdated human rights rhetoric, and stop acting like sissies…

Of course, realpolitik is far from confined to the Washington circles : did not Paris just sign a major defense contract with the UAE to provide them with the latest satellite-spying technology has to offer (g), knowing damn well how respectful of human rights some trigger-happy sheiks can be in that hood ? (h) Then again, should the imperial forces deem it necessary, they might always dispose of them as they did with Gaddafi, another (former) loyal aide, although the Gulf Cooperation Council’s member States’ decision to strengthen their police and military cooperation (i) might make it slightly more difficult.

Whatsoever, how has the US collaboration with some of the most sinister regimes in the region (in Yemen, for instance) been perceived by the respective rebels in those countries ? And what role did large-scale torture sanctioned by the US play in : 1) taming warlords in Somalia; 2) the emergence of über-radical Islamic movements ?

There’s also another question that comes to mind : how can the DoJ expect to submit racist cops to the rule of law at home while it’s such a strong proponent of Judge Dredd-style “due process” abroad ?…

(g) http://www.defensenews.com/article/20141209/DEFREG01/312090030/Falcon-Eye-Spy-Sat-Contract-Goes-Into-Effect

(h) http://www.theguardian.com/world/2010/jan/17/torture-tape-acquittal-abu-dhabi

(i) http://english.alarabiya.net/en/News/middle-east/2014/12/09/Regional-stability-on-table-as-GCC-summit-kicks-off-.html

6/ WHAT WERE POLAND, LITHUANIA AND ROMANIA PROMISED IN EXCHANGE FOR THEIR SERVILE COOPERATION ?

In Poland, it was called Quartz, in Lithuania Antavillai, in Romania Black Light. These were all black sites…

As early as 2007, both the Council of Europe and the European Parliament had already highlighted some European countries’ strong collaboration with the US’s extraordinary rendition program. In those three countries, torture was practiced. (j)

According to the Council of Europe, the highest levels of the Polish State were well aware of this. Yet, the criminal investigation opened by the Warsaw-district prosecutor in 2008 has since been dismissed.

A 2009 report by the Lithuanian parliament concluded some intelligence officials were in the loop, but disputed any high-level involvement. In 2011, Lithuania’s attorney general put an end to the enquiry about the country’s possible role in the US program.

A 2008 report by the Romanian Senate bluntly rejected not only any responsibility, but also any knowledge of the facts, despite the Council of Europe pointing out secret negotiations had taken place between the head of the European branch of the CIA and the Romanian government (no less !) to build three detention centers, each destined to accommodate half a dozen inmates.

In light of what the executive summary of the US torture report revealed, it would seem these three countries, which also happen to be at the forefront of the CIA-backed anti-Russian effort around Ukraine, have some serious explaining to do…

(j) http://tempsreel.nouvelobs.com/l-observateur-du-monde/20130308.OBS1289/antiterrorisme-et-torture-les-pays-complices-de-la-cia.html

Addendum − Dec. 13, 2014 : “After years of denials, [former Polish President Aleksander Kwasniewski, 60, and former Prime Minister Leszek Miller, 68] acknowledged Wednesday they had allowed a secret CIA prison to operate on their territory but insisted they never authorized the harsh treatment or torture of its inmates. […]

According to the report, there were « multiple, ongoing difficulties » between the U.S. and Poland over the program. Four months after the detention site began holding detainees, Poland rejected further transfers. That decision, however, was reversed after the U.S. ambassador intervened with the country’s leadership and the CIA provided a large sum of money to Poland.

http://bigstory.ap.org/article/1fe93d1598914585846d42cf9cd980e4/ex-leader-poland-agreed-cia-site-not-torture

***

(added March 14, 2015)

While the intel community has been mass surveilling citizens, who has been surveilling/restructuring them ?

– What is the NGA’s core mission ? And how does it overlap with both the NSA’s and the NASIC’s, for instance, all three of them being DoD-related ? Other examples include, but are not limited to the ONI vs. (?) the MCIA vs. (?) the CGI, as well as the NGIC vs. (?) the INR vs. (?) the NSB vs. (?) the HSI.

– Are these overlaps consistent with the post 9/11 need for « efficiency » and swift inter-agency collaboration ?

– Is the DNI’s office in its current form a convincing superstructure to articulate all these agencies’ businesses, whether they answer to the SecDef or not ?

– Was Petraeus’ appointment as director of the CIA an indication the Obama admin thought it wasn’t ?

– In how far has the CIA (and have other agencies like the OICI and the INR) been militarized ?

– Are the recent adjustments to the CIA’s structure to be interpreted in that perspective ?

– How easy is it for a foreign spy and/or terrorist to infiltrate such an overlapping structure ? (question from Bibi from Iran)

– Are private contractors also acting as liaisons between agencies ?

– As a huge part of the Defense budget is discretionary, is any of the less known agencies among the lot likely to play a bigger part in the near future (as was the NSA before « Enemy of The State » and Snowden), or, at least, to make the headlines ? If so, which one(s) ?

– Is it possible to draw a precise map of the IC ?

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

« Prometheus », ou les pieds nickelés en quête de Créateur

Ca faisait un petit temps que je n’étais pas allé voir un film commercial. Il faudra attendre longtemps avant que je n’aille en voir un autre…

9,40 €, soit trois cent septante-six francs belges – pour ceux que l’avenir de l’Europe désespère –, voilà ce qu’il faut débourser pour un putain de ticket de cinéma, de nos jours, dans un grand cinéplexe. Oui, mais lorsqu’on aime le grand écran, on ne compte pas, me rétorquerez-vous. Eh bien, si, et plutôt deux fois qu’une, car, à peu de choses près, j’aurais pu, à ce prix, visionner au Nova deux films originaux, hors des sentiers battus, sans avoir à tout moment l’impression d’être considéré par leurs réalisateurs comme un adolescent attardé en quête d’effets spéciaux d’ores et déjà datés, en manque de frémissements cheap et à la recherche d’un scénario à faire pâlir de jalousie les créateurs d’ « American Pie ». Harrison Ford vivra, ce Prométhée-là a déjà vécu !…

Qu’est-ce qui a bien pu pousser Sir Ridley Scott, le génial concepteur de « Blade Runner », l’un des trop rares films SF culte de la fin du siècle dernier, à se laisser embarquer dans pareille ineptie ? Certes, le Britannique septuagénaire compte quelques navets dans sa filmographie – « A Good Year », par exemple, dans lequel l’ex-gladiateur Russel Crowe se trouve parachuté à la tête d’un vignoble français, n’a pas vraiment marqué les esprits –, mais ces insuccès ne se situaient pas sur le terrain où tout le monde l’attendait : il eût été préférable pour lui qu’un tel attrape-mouches demeure Scott-Free. En effet, lorsqu’on a imaginé « Remains of the Day », on ne tombe pas aussi bas que « King Ralph », sauf si on a perdu tout espoir dans la capacité du cinéma d’offrir une projection stimulante et enrichissante de notre réel – passé, présent ou futur – et toute illusion dans la faculté du public d’appréhender celle-ci avec un semblant d’intelligence…

Il y a, me semble-t-il, quatre catégories de films de science fiction en rapport avec l’espace : ceux qui dépeignent les humains comme des conquérants d’exoplanètes, ceux qui situent leur action dans un décor spatial anthropocentrique qui nous serait déjà acquis, ceux qui imaginent une invasion extraterrestre de la Terre et, enfin, ceux qui conçoivent le Grand Noir comme un vaste désert inexploré qui nous surpasse de tant de façons que nous sommes contraints à y errer. De la dernière version en date de « Star Trek » au mythique « Dune », des « Rencontres » de Spielberg au sacré « 2001 » de Kubrick, l’anthologie du genre a pu se constituer quelques incontournables classiques, qui, lorsqu’ils visent la perfection, limitent en général les dialogues à la portion congrue, comme pour se mettre au diapason de la vaste étendue de vide.

Il va de soi que le « Prometheus » de Scott ne s’inscrit dans aucune de ces lignées. Entre la bioingénieure nerdy qui, à l’instar d’une étudiante de baccalauréat, expérimente à l’instinct sur les restes de ses patients extraterrestres, avec les conséquences que l’on peut imaginer, une médecine que l’on croirait dater de l’an 2000 (alors que l’action se situe en 2093), de curieuses bestioles à l’allure de serpents aliens qui, surgissant de quelque mystérieuse substance primale noire, ressemblent furieusement à de gigantesques bites, les jérémiades et litanies d’un personnel de bord dont on eût pu espérer, vu l’entraînement qu’il a dû suivre, une approche plus professionnelle et scientifique et, last but not least, les peintures rupestres écossaises qui représentent un Erectus désignant une galaxie lointaine, rien, mais alors vraiment rien, ne nous aura été épargné !

Mais on ne sait lequel, de pathétique ou de sinistre, est l’adjectif qui décrirait le mieux ce nanar hollywoodien. Car sinistre, ce film l’est également ! Faisant fi, en quatre lignes de script, de l’évolution du vivant telle que l’avait imaginée Darwin, Scott propose en effet, par le biais, une mise en scène de la réhabilitation républicaine traditionnaliste du créationnisme, un Intelligent Design qu’il dessert toutefois tant son allégorie est puérile et malhabile. De lointains visiteurs, qui auraient péri sous l’assaut d’une étrange énergie, seraient ainsi à l’origine de l’ADN humain, qui nous serait donc commun. Tels les dieux égyptiens, qui ont lourdé Horus, leurs homologues grecs, Prométhée, ces présomptueux qui voulaient partager avec l’homme le feu sacré, ces visiteurs auraient largué au-dessus de nos têtes leur renégat à eux. En conséquence, exit le premier homme noir – le primo-arrivant est ici leucoderme, comme il se doit – et exit la pyramide du vivant, qui a fait de nous ce que nous sommes : l’homme, tel qu’il est aujourd’hui constitué, est bel et bien au centre de Tout. Toutes les autres espèces, et la Terre elle-même, n’ont qu’à bien se tenir !

Sincèrement, en toute confidence, gardez vos neuf euros quarante en poche et écoutez Hubert Reeves ou, à défaut, achetez-vous une entrée pour l’Euro Space Center de Redu, voire le Frimout Earth Explorer d’Ostende : ça vous fera des vacances…

Catégories : Eclairage cinématographique | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.