Eclairage cinématographique

« Mes amis…

Quelques-unes des victimes des flashballs et des grenades de la République

Je peux vous appelez mes amis ?… »

« Au total, une soixantaine de personnalités issues de différents secteurs sont attendus [lundi à l’Elysée pour une petite causerie entre potes]. Parmi les invités qui ont déjà confirmé leur présence se trouvent notamment Philippe Aghion et Jean Pisani-Ferry, deux économistes proches d’Emmanuel Macron, ainsi que Daniel Cohen et Jean-Claude Casanova. Côté philosophes, Marcel Gauchet côtoiera, entre autres, Myriam Revault d’Allonnes, Monique Canto-Sperber, Michaël Fœssel, et Dominique Méda. Le climatologue Jean Jouzel est annoncé.

Des personnalités mondialement décorées seront aussi présentes, comme le prix Nobel de physique Serge Haroche, celui de physiologie et médecine Jules Hoffmann, et le mathématicien médaillé Fields Cédric Villani. Le Chancelier de l’Institut de France Xavier Darcos est lui aussi attendu, de même que de nombreux sociologues dont Jean Viard, Michel Wieviorka, Bruno Latour et Louis Chauvel. Enfin, le patron de la Fondation Jean-Jaurès Gilles Finchelstein, l’historien Jacques Julliard, et le spécialiste de l’islam Gilles Kepel. »

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2019/03/15/25001-20190315ARTFIG00147-grand-debat-macron-va-recevoir-une-soixantaine-d-intellectuels-lundi-a-l-elysee.php

« Ce sont des enfants, de grands enfants. Ils s’amusent. Ils vont continuer de s’amuser et de s’amuser, jusqu’à ce que tout pète. »

Publicités
Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

Menus plaisirs de premiers de cordée…

« A ce stade, il ne serait pas très surprenant d’apprendre que la classe sociale des milliardaires américains dispose de quelque ranch fastueux à l’abri des regards, où, moyennant cotisation, ses membres peuvent prendre un peu de recul, se relaxer et chasser des êtres humains pour le plaisir.

La semaine dernière, le pays a eu un autre aperçu de l’absolue dépravation dans laquelle baignent nos élites économiques, et un rappel de ce que leur richesse et leur pouvoir les blindent contre [tout sentiment de] culpabilité.

Vendredi, les forces de l’ordre de Floride ont révélé les résultats d’une longue enquête à propos du centre thermal Orchids of Asia, au nom répulsif, dont les autorités affirment qu’il n’était qu’une vitrine pour une entreprise de traite des blanches également soupçonnée d’implication dans du blanchiment d’argent. Des centaines d’hommes ont été mis en examen dans cette affaire pour avoir eu des relations sexuelles avec des femmes dont les agents affirment qu’elles y étaient retenues contre leur gré. Le plus célèbre d’entre ces hommes est Robert Kraft, le milliardaire qui possède les New England Patriots [un club de football états-unien], par ailleurs ami de Donald Trump.

D’autres indices suggèrent que ce bordel, qui tarifait 79 dollars/heure les relations sexuelles avec des femmes dont les autorités affirment qu’elles n’étaient pas payées, était, de manière générale, un lieu privilégié de la classe possédante. Parmi les autres hommes en vue arrêtés ès qualité de clients dudit bordel figurent le géant de la finance John Childs et l’ex-[président] de Citigroup John Havens. […]

En octobre, Adam Serwer du journal The Atlantic a écrit un virulent billet d’opinion intitulé « L’objectif, c’est la cruauté », dans lequel il postulait que « le seul véritable plaisir [de Trump] réside dans la cruauté » et que, pour ses partisans, la cruauté – à l’égard des immigrants, des personnes de couleur, des femmes, des personnes LGBT, des survivants de fusillades dans des lycées – « leur procure du bien-être ainsi qu’un sentiment de fierté, de bonheur et d’unité ». […]

A un certain stade, être riche n’implique pas de payer quelqu’un de manière généreuse afin de jouir d’une luxueuse expérience. A un certain stade, cela implique de pouvoir infliger de la cruauté, sans avoir à payer le moindre prix. »

https://www.salon.com/2019/02/25/are-we-breeding-depraved-billionaires-economic-inequality-sex-trafficking-and-trumps-america/

Le « Sexy MFs Club » : le milliardaire Robert Kraft, l’ex-président de Citigroup John Havens et le propriétaire d’une société d’investissement privé/milliardaire John Childs, accusés d’avoir, dans le bordel Orchids of Asia (Jupiter, Floride), abusé sexuellement de « celles qui ne sont rien »

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

I see a bright future for Kali, don’t you ?…

https://www.dailymail.co.uk/news/article-4058120/Porn-producer-fired-actress-claims-choked-stamped-film-shoot.html

http://mikesouth.com/legal/25706-25706/

Feras Antoon, father of young Kali and Mindgeek CEO (owner of Pornhub, Brazzers etc.) & associate David Tassilo

https://en.wikipedia.org/wiki/MindGeek

http://plus.lapresse.ca/screens/32565496-c9b5-4da6-a548-a014bd80960f__7C__~L7YYv0MaiR1.html

https://thenextweb.com/insider/2016/03/03/the-almost-invisible-men-and-women-behind-the-worlds-largest-porn-sites/

226,133 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1203025801

313,170 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1392255707

Retired stars Brennan and Clapper

1,691,404 views : https://www.hornhub.com/view_video.php?viewkey=1714738988

Du Web à « Penthouse », [Stéphane Pacaud] le Français qui a conquis le porno

https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/10/12/du-web-a-penthouse-le-francais-qui-a-conquis-le-porno_5368579_4497186.html

https://www.20minutes.fr/politique/2333523-20180910-pornographie-marlene-schiappa-veut-filtres-mineurs-sites-pornos

1,361,687 views : https://www.xvidjos.com/video14766327/_01

4,836,346 : https://www.xvidjos.com/video35557979/cute_daddy_s_girl_gets_roughed_up

Dimon (JPMorganChase), Blankfein (Goldman Sachs), Bonnafé (BNP Paribas)

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Allah inches

 

Catégories : Eclairage cinématographique | Poster un commentaire

What’s wrong with him ?

It’s something with his mother, clearly. It’s hard to know what exactly without talking directly to him and knowing the specifics. But it’s easy to speculate : she was likely cold, distant, more often than not hysterical, and sex made her very uncomfortable, either because his father was insensitive and brutal to her, or because he had left her for another woman and she felt guilty and abandoned. Or maybe she was just a born dominatrix who felt compelled to retrograde everything that came with a set of balls. In any case, sex to her was intrinsically dirty, and she projected her shattered libido onto her son. Was she standing behind the door listening while he was jacking his early puberty ? Did she wittingly barge into his room and interrupt his first sexual intercourse ? There’s no way of knowing. Almost certain, however, is that the boy’s sex life was literally overshadowed by his tyrannical mother, who wanted absolute power over the male organ that came out of her womb. She felt entitled to it. Subconsciously, she was sending her son an unequivocal message : I will truly be the only woman in your life, you are nothing without me, and of course you will never have me. Ultimately, this could only lead to one of two things : making him impotent or turning him into a sexual predator.

The recurrence of the bathroom fantasy leads to an ambivalent interpretation : on the one hand, while he is taking his shower, he is interiorizing his mother’s neurosis, temporarily becoming one with her : it is dirty, it must be cleaned up. Imperatively. My honor and self-respect are depending on it. On the other hand, and simultaneously, he is trying to wash away the burden of the memories his perverted mother impressed on his mind : go away, go away, I am not your thing, are you ever going to mind your own business ? You’re driving me mad !

When he is coming out of the bathroom, he is actually saying : let’s start over again, mom. Him spontaneously showing his erect organ means : look, I am worthy of you, which probably indicates he has been feeling guilty all along. The masturbation episodes in front of several women, without touching them, are a way of idealizing the untouchable distant icon he could never grow close to. As for the massages, they are merely a rewarding motherly caress : I am proud of you, son, we are together at last…

Not only will the public humiliation he has been going through for over a week now leave him profoundly troubled; it will also indirectly vindicate the inexcusable behavior of his mother, for it is she, make no mistake about it, who just took back everything he has built in his adult life.

This is the tale of a victim who became a monster only to become a victim again…

Unlike Harvey, resist becoming a monster. Join

ANGOT Energy Ltd.

Today !

Headquarters : Emirates Towers, Floor 41 Dubai, Dubai United Arab Emirates

 

Catégories : Eclairage cinématographique | Étiquettes : | Poster un commentaire

Who asks these questions anyway ? And who’d fucking answer them ?!

David LynchMeditation, Creativity, Peace; Documentary of a 16-Country Tour [OFFICIAL], David Lynch Foundation, 2012

***

8:21

You’re using the hook metaphor. Do ideas, once they’re hooked, become proprietary ? And is writing them down the hook ?

***

Sometimes, an idea crosses your mind, giving you an epiphany, true or false. But, whether because you’re too tired or your thoughts are too volatile or multidirectional, you let it float again, like you would pollen landing on your clothes on a Spring day. Maybe it’ll come back, maybe it won’t. Was that idea destined for you ? Is it destined for someone within a small group of people with whom you unwittingly share a certain idiosyncrasy ? For anyone ?

***

Can a hooked idea be satisfied with its status ? Is it bound to die out ?

***

How do you explain that once popular ideas – movies, songs – have successfully passed the test of time, while others have rapidly faded out ?

10:58

What do you think dreams were like before the great technological leap ?

***

What are your thoughts on (mass) manufacturing dreams, as a promise of the near future ?

11:17

If military and geopolitical aspects are to be disregarded in this “invincibility”, why would or should a practice resting on the universality of mankind and the possibility of enlightenment of every human being keep taking the concept of nation-State into account ?

13:13

Is it future or is it past ? Are you inferring Yoda was or will be inspired by The Maharishi ?

13:44

Are those what Dougie is drawing on his casefiles ?

14:04

Are you referring to “the theory of everything”, which, to my knowledge is much more recent, and is just that for now, namely a theory, gravity remaining the troublemaker ?

***

What would you tell any Buddhist who’d argue something cannot come out of nothing ? Could you elaborate on the notion of no-thingness, as opposed to nothingness ?

***

Is the realm of the infinitely small here and now necessarily symmetric to the realm of the gigantic as it was and will appear ? And is it fair to say that seeking unity (understood as essentiality) in the former implies digging, hence dividing, ever further ?

15:05

Is speculation knowledge ? Is intuition (always) truth ? Is meditation thought ?

***

So, mind is not matter ?

15:29

This specific ?

Do we really need a guru for that ?

16:44

I say : mushrooms ! Just not the kind displayed in episode 8, which are transcendental too, only in a bad way… Mine are true bliss. With moderation, of course, for as another proselytic visionary might have said in a different set of circumstances : once tuned in, we wouldn’t want to drop out entirely, would we ? Why in Totality’s name won’t you bow to the Divine Mushroom ? Are there rules you need to publicly follow to keep your DWP award ? Do psychedelics happen to be a Higher-Degree monopoly ? And why would you associate Jerry Horne’s spliff with sadness and disorientation ?

***

Looking carefully at the following painting while sober, then casually while mildly stoned, what can you tell me ? Let’s do the test…

Umberto Boccioni, Materia (1912)

***

Do you have any common grounds with Aldous Huxley ?

18:12

Yet there’s so little light in the universe it might be considered as the absence of darkness, might it not ?

***

Why is it that, so far, the road to Twin Peaks is ever darker, instead of brighter ? Is your doppelganger to blame for that ? If so, what is your relation to him deep down ? Is he what you need to expurgate in order to feel “pure consciousness” or is he, on the contrary, an unmissable part of it ?

***

These days, film recordings are digital, which renders the very word ‘film’ inaccurate. Yet, we’re still talking about a medium for a screened fiction. And a screened fiction is supposed to remain a negative. Does “the other world” [23:15] affect the actual one in a transcendental way ? And, if any, what is the respective impact on reality, both common and individual (the actors’, the director’s), of a negative negative and a positive negative in today’s society ?

20:09

The long scene of a guy sweeping the floor at the end of episode 7 of course carries a symbolic value directly related to the script : he’s cleaning up his boss’s mess. But perhaps it also reveals a more profound symbolism : method and organization are central to every occupation. And the least one could say is that the sweeper is methodical. Furthermore, what he’s doing is bringing scattered pieces, albeit pieces of dirt, together to form a whole. Would I be going too far if I said the apparent incongruity of this scene in terms of time – any other director would have cut it after two seconds – is actually a token of respect. And, if so, is it respect for the man or for the job ?

***

Don’t you think a lot of jobs are utterly worthless to the people who exert them, in that the mechanical repetitiveness of the tasks they’re required to perform doesn’t allow any room for mind expansion, let alone creativity : they’re mind numbing. Aren’t you speaking from a highly privileged position ?

***

In his 1867 Reasoned Proposal to the Central Committee of the League for Peace and Freedom, precisely fifty years before the Redvolution, Russian Anarchist Mikhail Bakunin said : “we are convinced that freedom without Socialism is privilege and injustice; and that Socialism without freedom is slavery and brutality.” Among your foundation’s wealthy trustees, we find UBS Private Wealth Management managing director Mark Axelowitz. Roman emperor Vespasian is said to have claimed “money has no smell”. You mention the toilet cleaner’s boss. Anarchy not your thing ?

***

A few years ago, one of my high-school history teachers vigorously opposed the construction of a Belgian Maharishi center in his town : http://www.sauveznil.be/docs/argumentaire/argumentaire.html.

The move coincided with your 16-Country Tour.

One of the reasons he put forward was this quote (hereafter translated back into English from a French translation) he had found in a Maharishi International University publication : “there is no place for the weak, and there can be none. The strong must lead and if the weak don’t follow, there can be no place for them. […] The ignorant must let the elite of the wise enlighten them. In nature itself, the weak disappear. The non-existence of the weak is a law of nature.

As a high-ranking Maharishi scholar, how would you define “weak” in this context ?

***

Another of his complaints pertained to the very (very !) lucrative side of Maharishi’s business. This grievance was echoed by award-winning British journalist David Jones in a 2008 article he wrote about The Beatles’ relation to the Maharishi : http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-512747/Lennon-right-The-Giggling-Guru-shameless-old-fraud.html.

For argument’s sake, let’s say Larry Jacoby’s radio-broadcasted rant in episode 5 was positive-minded. Isn’t the fact almost every spiritual, philosophical or political message has become a mere vector for goods to sell (which is to say the act of selling takes precedence over the message and is in fact the actual message) the mud humanity needs (regular) “shit-digging shovels” to dig itself out of ? What happened to the ‘Guru Devs’ of the world ?…

***

Let’s go back a couple of questions : can anarchy fit in a creative process involving dozens if not hundreds of collaborators ? Is the artist God in his “other worlds” ? How flexible can your vision be ?

***

Did hierarchy, ABC’s for instance, ever (seek to) limit your creativity ? To what extent were young film directors without (financial) connections able to safeguard their artistic integrity when you started in the business ? Has the Internet as a means of self-distribution actually levelled the playing field ?

24:05

Can those qualities be detached from the environment in which individuals evolve ? For instance, can one get rid of stress in a business environment in which it has become the supreme management mode ? Can a dasein be harmonious if the mitsein is structured to be antagonistic and hollow ? If said qualities form a new language, what is an Untouchable to do if he finds no other speakers ? And are they a path to genuineness or to objective interest fulfillment ?

25:20

This reminds me of David Cronenberg’s “eXistenZ”. Our hardware exists, of course, but that, like all other animals, we perceive through our sensitivity. When we speak of consciousness, we refer to our dasein. But isn’t it possible our software is merely a projection onto us ?

28:19

Are you a possessive man, Mr. Lynch ?

32:49

Would you say Dougie, at this stage, is contemplative ? How would you define the state he’s in ? In how far does it differ from Carl’s when he’s sitting on a bench watching trees in episode 6 ? They both seem to be able to relate to younger minds, but they do so in different ways, don’t they ? What’s the difference ?

33:43

Would you agree that, due to the way they are conceived, none of the forms of society humans have experimented with until now, with the exception of a few interludes here and there maybe, could have tolerated for that ability to be extended beyond a restricted circle of happy few ? And if it were, are you saying A Brave New World would actually be viable ?

36:22

Isn’t that a very reactionary thing to say ? All of them, while advocating totality, sowed the seeds of totalitarianism; some still do. How can you reconcile your idea of enlightenment with the very obscurantism the Enlightenment rose to crush ? And when implemented in the City, when does the quest for totality start to flirt with despotism ?

38:26

A sheer matter of perception, perhaps ?

39:19

Yet, not every consequence for an individual is a result of an action by that individual : was the horrifying fate of the little boy ran over by Richard Horne’s truck a manifestation of karma ? Conversely, when one looks at how easily the 2008 banksters got away with nearly lighting the fuse of a new world war – worse yet, how they got promoted and their bonuses skyrocketed –, can’t this hope for cosmic retribution act as a deterrent for those who might otherwise join an offensive struggle for secular justice ? What is sometimes referred to as magical thinking is not necessarily systematically irrational : unless it’s pure fantasy, it may rely on processes scientists are simply unable to grasp at a given time, yet no less real. But what is more fundamental to you : karma law or human justice ?

53:55

What room would there be for individual dissent (a.k.a. creativity) as to the evidently very narrow newspeak framework, some elements of the technique, or the morality of the method, not to mention the (democratic) sustainability of the assigned objective itself ? Is TM a technique, as you repeatedly said, or more of a discipline ? Can the mind of an individual be enlightened by anything else than its own critical thinking ? And can critical thinking occur within a hive ?

54:55

Two things come to mind here : Gramsci’s cultural revolution (subversion through entryism) on the one hand, etymological fascism (> Italian ‘fascio’, meaning ‘beam’) on the other hand. To the legions of young nazi soldiers subjugated by Hitler’s inflamed speeches, did the latter contain anything but positivity and hope, the hope to transcend the humiliation imposed by the Treaty of Versailles ? What about the free will of the recipients of positive energy ?

***

If, as I posited earlier in our conversation, film remains a negative, so in some ways does the mind, doesn’t it ? Supposing this grand scheme is motivated by good intentions, isn’t the road to hell paved with them ?

***

Statements like “everybody knows that” don’t come close to scientific evidence. And while I perfectly understand the primacy of intuition as a powerful, legitimate and necessary structuring force from an artistic standpoint, I worry about expanding that idea and its implications to the political environment. Could it be science (which is to say facts that can be demonstrated and are undisputed for a period of time) is (again) a political hindrance ? Should we hold a Twitter contest about it ? Is it present or is it past ?

56:40

But it is, isn’t it ? At least insofar as it religat, as it binds [people] together.

1:00:07

What you’re describing here as the epilogue of evolution (“It gets to the point where […]”) also happens to be Rousseau’s state-of-nature prologue. Do you feel the irony ?

1:05:10

As such, this sentence is a little scary, considering how various new technologies were used by “the old way of thinking” (starting with electroshock so-called therapy). Did you mean ‘the techniques’ ? Is « what happens » necessarily the same from one individual to another ? Should they, if possible, be applied synchronously to everyone ? Would that appease people ? And, once again : never do you mention inequality as the major cause for war… Could it be one man’s bottom of the well is another man’s surface ?

Spasiba very much for your candid answers, Mr. Lynch. I’m a big admirer of yours. Which one of you, though, I don’t quite know…

Catégories : Eclairage cinématographique, Expérimentations diverses non catégorisées, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

The forbidden peace of mind (3) : serenity reloaded…

Quelle vie épanouie ne vivrions-nous tous si les uns les autres, au gré de péripéties infamantes concoctées pour nous faire perdre notre temps, nous ne nous échinions, par délectation ou commandement, à nous la gâcher pour leur plaisir…

« Jamais [plus] vous ne serez capable de sentiments humains ordinaires. Tout sera mort en vous. Vous ne serez plus jamais capable d’amour, d’amitié, de joie de vivre, de rire, de curiosité, de courage, d’intégrité. Vous serez creux. Nous allons vous presser jusqu’à ce que vous soyez vide puis nous vous emplirons de nous-mêmes.« 

Ulysse 31, Le Fauteuil de l’Oubli

Notre passé est nôtre, comme le passé est commun. Pourquoi, tandis que l’humanité s’obsède de sa lointaine origine, l’homme devrait-il à la sienne renoncer ?

***

Que vieillesse soit sérénité, sagesse et inspiration; est-elle en soi angoisse, mesquinerie et dénigrement, qu’elle s’éteigne !

 

Catégories : Eclairage cinématographique, Expressions de sagesse passagère | Poster un commentaire

Rien n’échappe au grand œil au milieu du phare : une nouvelle mise en garde d’Edouard…

Nulle industrie cinématographique au monde n’intègre si abondamment et si vraisemblablement la scène et le dessous des cartes politiques qu’Hollywood. La collusion entre les deux milieux est énorme, et elle l’est davantage encore lorsque les intimes interconnexions entre l’Exécutif et les producteurs de ce que les ringards nommaient autrefois la pellicule doivent se comprendre comme un retour sur investissement électoral…

Le Pouvoir souhaite-t-il préparer et acquérir les esprits à une énième invasion d’un pays étranger ? Aussitôt apparaissent à la canonnière sur les écrans les habituels gladiateurs sans peur et sans reproche munis de tout leur attirail de saison. Mais la caverne californienne peut également faire office de subtile boîte à révélations, conditionnée, certes, par une politique réactionnaire et ringarde en matière de copyright (1) qui restreint drastiquement le champ de réception de l’information (c’est-à-dire le nombre de spectateurs potentiels), ainsi que par un enchaînement déchaîné, une accélération inouïe du rythme du turn-over des projections dans les salles obscures, lequel rend extrêmement éphémère la mémoire de tel ou tel film en particulier, et empêche toute consécration durable comparable à celle dont ont pu jouir des classiques tels que The Wizard of Oz, Gone With The Wind ou encore A Streetcar Named Desire, tous inscrits – pour les générations passées, au moins – dans un inconscient collectif indélébile.

Lorsqu’il se fait hybride, le film revêt en quelque sorte un habit de presse, dans la mesure où il met sous le feu des projecteurs des informations secrètes certes connues des journalistes traditionnels (parfois depuis belle lurette), mais tantôt soumises à un embargo par les rédactions elles-mêmes, au nom d’une certaine idée de la protection des institutions démocratiques, tantôt impossibles à publier, faute d’éléments probants pour les étayer. Dans les deux cas, la fiction qui n’en est pas vraiment une endosse alors un rôle éminemment pervers : celui d’informer le public quant à des évolutions de l’agora qui le concernent directement, sans autoriser toutefois la moindre contestation effective, dès lors que les écrans sont réputés colporter du virtuel pur. A titre d’exemple, personne n’imagine que le prédécesseur de Madame Roussef, le Président Lula, aurait pu annuler un dîner d’Etat avec Bill au motif qu’un héros de film d’action l’y eût encouragé…

Lorsqu’en 1998 sortit Enemy Of The State, thriller paranoïaque dans lequel un Will Smith poussé dans ses derniers retranchements par une faction phalangiste de la NSA qui a du sang sur les mains et n’hésite pas à filer le héros au moyen du nec plus ultra des méthodes de surveillance moderne, feu le réalisateur dudit opus avait déclaré que la source qui lui avait prodigué les informations techniques nécessaires à la crédibilité du film lui avait affirmé que les renseignements qu’il lui avait transmis reflétaient en fait l’état de la technique dix ou quinze ans auparavant. En d’autres termes, l’incroyable sophistication des moyens qui y sont mis en œuvre pour traquer un Smith dépositaire malgré lui d’un enregistrement hautement compromettant était déjà d’un autre âge. Or, entre-temps, quinze nouvelles années se sont écoulées, qui ont été le théâtre, à la faveur des secousses secondaires provoquées par l’effondrement des tours, d’une augmentation astronomique des budgets consacrés aux agences de renseignement, la NSA en tête.

C’est à peu près simultanément à la sortie du film – deux ou trois ans auparavant, en fait – que furent prononcés les premiers discours politiques visant à réglementer le web, et le débat sur la liberté des bits n’a cessé de faire rage depuis lors. Or, dans ces conditions, quel utilisateur régulier d’Internet peut-il affirmer aujourd’hui, suite à la série de révélations d’Edward Snowden, qu’au fond de lui, il ne se doutait pas même un peu du fait que ses communications étaient épiées, contrôlées, comparées, par Big Brother, la liste de ses contacts électroniques recoupée et fichée ?

Forts de cette intime conviction, d’aucuns vous diront que l’ancien employé du contractant de défense privé (!) Booz Allen Hamilton n’est rien d’autre qu’un bouc émissaire inutile, qui a crié dans le haut-parleur ce dont chacun, déjà, discutait par messe basse. Ils ont tort, car le jeune analyste a fait d’une pierre trois coups, tout d’abord, bien sûr, en informant le public à une échelle plus large, mais là n’est pas l’essentiel : Snowden a permis à la presse (non asservie) et à d’autres Etats de préparer une riposte solide et élaborée à l’espionnite US, et le rôle de partie tierce assumé par l’intéressé a permis aux services de renseignement de ces Etats de rester dans l’ombre.

Néanmoins, ses révélations n’ont pas effacé le décalage temporel ci-dessus abordé. Subséquemment, les cris d’orfraie largement surfaits poussés ici et là, depuis plusieurs mois à présent, résonnent en réalité dans le lointain, à l’instar d’une sonde spatiale qui renvoie à la Terre les informations précieuses qu’elle à récoltées, ces dernières n’atteignant leurs destinataires que plusieurs années ou décennies plus tard. Le bras de fer engagé aujourd’hui autour de PRISM et consorts est donc soit symbolique, soit d’arrière-garde, soit tout simplement hypocrite : pourquoi les opaques accords de coopération électronique renforcée avec les Etats-Unis (dans le domaine de la lutte contre la criminalité), des accords qui mettent l’accent sur « des mécanismes spécifiques » qui relèvent de « techniques de pointe » (2), s’empileraient-ils, sinon ?

Pour autant, rectifier des abus de pouvoir criants est toujours salutaire, même s’il manque au tableau le sage démiurge qui ferait la part des choses. Les positions des uns et des autres sont clichées, en effet, caricaturales, et principalement de l’ordre du pari : d’un côté, les représentants impériaux, lorsqu’ils ne mentent pas éhontément (Clapper, Alexander) ou ne s’enfoncent pas dans un arrogant mutisme pré-autistique (Obama), brandissent l’argument de l’intérêt supérieur, celui d’éviter tout doublon de la tabula rasa tragique du début du siècle, tant celui-ci pourrait s’accompagner d’une plongée définitive des Etats-Unis dans les abysses. C’est dans cet impératif que le donnant-donnant tacitement consenti (sécurité collective contre restriction des libertés individuelles) trouverait, selon eux, sa légitimité absolue.

De l’autre côté, les pirates de tous les océans électroniques du monde soutiennent bien sûr l’inverse, clamant – un peu hâtivement, peut-être – que même cent complexes à la Bluffdale ne suffiraient pas à rendre le bouclier intérieur suffisamment résistant, voire qu’ils provoqueraient l’effet inverse. Additionnellement, la présence, au sein des diverses agences de renseignement, de taupes, d’agents doubles et de groupes radicaux tels que celui mené par un Jon Voigt tout aussi dénué de scrupules dans le film qu’il n’est remonté contre l’administration US actuelle dans la vie réelle, rendrait illusoire l’impartialité et l’intégrité du système de stockage, indispensables à la réalisation efficace de l’objectif assigné.

Cet affrontement en chiens de faïence fondé sur des techniques dont la genèse conceptuelle remonte quasiment, en langage informatique, à Mathusalem, nous ferait presque oublier les développements les plus récents, qui se déroulent sous nos yeux et portent en eux des présages autrement plus angoissants encore.

Les caméras CCTV, qui surveillent les mouvements de la circulation publique (piétonne et automobile), les caméras planquées plus ou moins discrètement derrière de minuscules vitres teintées dans tous les appareils de distribution de billets, les caméras sur le lieu de travail, dans les magasins, celles disposées (systématiquement, désormais) dans les transports publics, les I-cams intégrées aux ordinateurs portables, et la probabilité que toutes soient accessibles à tout moment aux sbires voyeuristes de l’espionnage professionnel, mais aussi les puces RFID traçables à distance, qui envahissent de plus en plus les cartes d’identification personnelle (la carte d’identité, par exemple) et les objets usuels (GSM, électroménager, etc.) : tout cela s’ajoute à l’objet des révélations de Snowden au rayon de ce que nous savons ou, a minima, suspectons.

Mais il est une évolution qui, plus que toute autre dans ce domaine, mérite une vigilance de tous les instants : Google Glass. En toute transparence, l’entreprise de Moutain View annonçait, en effet, il y a quelques mois, une période de gestation (de neuf mois) durant laquelle cette petite révolution serait testée in concreto par quelque neuf cent volontaires soigneusement sélectionnés : les geeks et autres nerds de tous acabits, qui ne se distinguent pas par leur esprit critique à l’égard des dernières innovations techniques, étaient ravis !…

Pendant ce temps, personne ne semble s’inquiéter des retombées de cette dernière trouvaille en date, à savoir l’accaparation totale de l’espace public par des clones d’espions par milliers, qui tous seraient en mesure de filmer n’importe qui à son insu. Faudra-t-il attendre dix ans de plus et la réalisation d’Enemy of The State – The Sequel, si cet outil si socialement funeste sous sa forme actuelle qu’il n’est luxueusement inutile venait à gagner la rue, pour que les premières craintes y relatives, d’abord refoulées, ne trouvent un écho virtuel, suivi, à quinze années d’intervalle, de la défection providentielle de l’un des cinq millions d’agents de l’industrial surveillance complex (dix, d’ici là ?), dont les révélations donneront lieu à des scandales diplomatiques en série, y compris dans le chef de la toute nouvelle présidente chinoise ?

Il est établi que Google coopère, au même titre que les autres entreprises high-tech, à la collecte forcenée de renseignements privés menée par la NSA. Il est même apparu récemment que ces entreprises se faisaient rémunérer par le gouvernement états-unien en échange de leurs bons et loyaux services. Il est établi aussi, comme l’ont indiqué les fortes présomptions dont faisait état, il y a peu, un haut gradé de la police belge (qui a quitté son poste entre-temps) quant à son propre laptop professionnel, que les caméras intégrées sont des outils d’espionnage qui peuvent être enclenchés à distance, y compris à travers le réseau wi fi. Dès lors, quelles sont les garanties que tout ce qui aura été filmé par les légions de béni-oui-oui qui se seront ruées sur Google Glass comme autant de mouches à merde sur leur plat préféré ne sera pas illico transféré à Bluffdale bis ?

Lors de sa première interview, Edward Snowden déclarait : « je ne puis permettre au gouvernement des Etats-Unis de détruire la vie privée et les libertés fondamentales ». Continuerons-nous longtemps encore, en dépit du fait que nous disposons – au préalable, cette fois – de tous les éléments nécessaires pour prendre position, de noyer le poisson, de refuser de regarder en face un paramètre crucial de l’architecture sociale liberticide qui s’édifie à la vitesse grand v ? Laisserons-nous une fois encore le business restreindre nos libertés ? Mènerons-nous une fois de plus  les pseudo-débats a posteriori ?…

____________

(1) Est-il rationnel que, dans les conditions évoquées ci-après, des œuvres demeurent si longtemps sous le sceau d’un copyright qui empêche le public de se les approprier, même lorsqu’elles sont d’intérêt… public ?

(2) Lire : http://www.justice.gov/opa/pr/2011/September/11-ag-1212.html

… ainsi que : http://www.dhnet.be/actu/belgique/des-fichiers-belges-vers-les-usa-51b768bfe4b0de6db97bbc88

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , ,

Il y a cynisme et cynisme…

« Ce sont des enfants, de grands enfants. Ils s’amusent. Ils vont continuer de s’amuser et de s’amuser, jusqu’à ce que tout pète. » Cynique, Marc Tourneuil, le personnage du Capital de Costa Gavras qui conclut le film par cette affirmation glaçante, l’est assurément. Il l’est au sens où nous l’entendons tous aujourd’hui, c’est-à-dire qu’il sait que le monde est pourri, en particulier celui des banquiers d’affaires dans lequel il évolue, peuplé de cerveaux reptiliens par nature sans scrupules, mais qu’il s’en joue. Dans son cas, il en joue même, pour renforcer sa position individuelle dans ce milieu de salopards, au risque d’aggraver encore les choses.

Cynique vient du latin ‘cynicus’, qui plonge ses racines dans le grec ‘kunikos’, lequel a pour terreau ‘kuôn’, qui signifie ‘chien’. Marc Tourneuil a beau jouer les fauves au milieu des loups civilisés, il n’en est pas moins un chien, en effet, avec la connotation péjorative que l’on donne à ce mot lorsqu’on l’utilise pour qualifier une personne sans conscience. Il est un chien aussi si l’on considère qu’à l’inverse du chat, meilleur ennemi des canidés, il suit le mouvement, s’y intègre, s’abstient de le contester, parce que comme Fifi pour son susuc’, il caresse l’espoir que pareille attitude lui vaudra un bonus mal mérité.

Tourneuil, c’est Dick Fuld, c’est Madoff, c’est Kerviel, c’est Mariani, tous des cyniques, tous des pourris. Il va de soi que ce cynisme-là est loin de se limiter au seul milieu bancaire; il imprègne aujourd’hui tous les lieux de pouvoir, en ce compris le showbiz. Il s’accompagne de fatalité et de renoncement (« Tu crois que tu vas changer le monde ? »), de déterminisme social (« C’est la vie, c’est comme ça ! »), de collaboration avec le système (« Puisqu’il n’y a rien à y faire, pourquoi se priver ? »), de morbidité (« Y a que le fric, coco ! »), et d’immoralité (« Je vais tous les niquer. »), pour ceux qui attachent à la morale quelqu’importance.

Mais il y a un autre type de cynisme, celui de l’Antiquité : les cyniques, dont le fameux Diogène Laërce, étaient alors ceux qui, par satire, bousculaient les conventions sociales. Chiens d’un autre type, ils s’adonnaient aux plaisirs intimes en public. Leur revendication à eux était l’indépendance d’esprit et d’action. C’est pourquoi leur attitude, si certains la qualifient également d’immorale, n’était pour autant aucunement fataliste, ni conformiste, encore moins morbide. Vivants et inscrits dans leur époque, ils n’en étaient pas moins les hérauts d’une certaine utopie, celle, peut-être, qui accoucherait, des siècles plus tard, du socialisme libertaire, de l’anarchie positive en somme.

Par quelle sinueuse bifurcation sémantique dont la langue française est si friande le qualificatif de cynique a-t-il abouti à signifier littéralement une chose et son contraire ? Les Tourneuil se plient aux conventions et abdiquent la pensée; les Diogène les égratignent et souhaitent libre-examiner. C’est la destruction de la société qui anime les Tourneuil, sa refondation que visent les Diogène. Chiens parmi les chiens, les Tourneuil sont aujourd’hui des winners; chiens mal famés et losers sont les étiquettes des Diogène. Pas de doute : entre deux cynismes, l’Occident semble avoir choisi…

Muga Dog (Le Mat)

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Otez à schiste trois lettres…

Sa caméra à la main comme d’autres leur bâton de pèlerin, le réalisateur Josh Fox (1) a sillonné les routes de plusieurs Etats unis aux fins de constater les ravages produits par l’industrie très controversée du gaz de schiste sur l’environnement local et la vie rurale quotidienne des familles et des communautés de petits paysans qui se sont laissé amadouer par les promesses à l’emporte-pièce des commerciaux itinérants à la solde des corporations gazières. Gasland, son reportage, est pour le moins alarmant…

En 2005, à l’aube du second mandat de Cheney ès qualité de (vice-)président US, une faille juridique avait été imaginée pour permettre aux entreprises actives dans l’extraction de gaz non conventionnel, Halliburton en tête (dont l’intéressé avait été directeur exécutif dans une vie antérieure), de se soustraire à leur obligation de révéler publiquement, en vertu de diverses législations environnementales (principalement le Safe Drinking Water Act), la nature des produits chimiques utilisés (par la force des choses en quantités industrielles) pour fracturer le sous-sol des régions prometteuses en gisements gaziers, des produits hautement toxiques, en partie pétroliers, en partie acides qui ont pour conséquence, comme l’établit le reportage susévoqué, de polluer durablement et en profondeur les nappes phréatiques, des produits corrosifs aussi, qui s’attaquent aux canalisations et rendent l’eau courante impropre à la consommation et dangereuse à utiliser…

Depuis lors, diverses propositions de loi ont été introduites pour combler cette faille, mais les intérêts économiques – donc politiques – en jeu sont tels qu’aucune d’entre elles n’a encore été adoptée à ce jour. En effet, selon le panorama mondial établi en décembre dernier par le journal Le Monde, la production est passée aux Etats-Unis « de 20 milliards de m3 en 2005 à 220 milliards de m3 en 2011, avec plus de 100 000 puits en fonctionnement » (2). Est-il étonnant, dès lors, que  le discours sur l’état de l’Union de janvier 2012 ait été l’occasion d’un plaidoyer apologétique : non seulement le gaz de schiste sera massivement exploité, mais la technique d’exploitation sera propre et sûre. En outre, les entreprises seront dans l’obligation de dévoiler leurs recettes de fabrication. Une chose et son contraire, un non-sens patent, délivrés d’une traite comme un conte de fées, mais que c’était bien dit…

Il est un autre effet secondaire majeur de l’extraction du gaz de schiste : les risques sismiques. Formulons le problème comme le ferait un prof de maths : sachant qu’il est avéré désormais que les forages liés à l’exploitation du gaz de schiste provoquent de nombreux tremblements de terre de faible magnitude (3), que des indices concordants ont amené plusieurs géologues de l’université d’Oklahoma à attribuer aux mêmes causes le séisme de 5,6 sur l’échelle de Richter de novembre 2011 (4), que le régulateur national états-unien pour l’énergie nucléaire a mis en garde, il y a précisément un an, contre des risques nouveaux de tremblements de terre importants susceptibles d’avoir un impact ravageur sur les centrales nucléaires dans leur état actuel (5), accorderiez-vous à l’entreprise Chesapeake Energy un permis de forage à moins de deux kilomètres d’une centrale nucléaire ? (6)

Comment diable est-il concevable que la santé de communautés entières soit sacrifiée sur l’autel du profit immédiat ? Qu’une fois de plus soient réunies sous nos yeux les conditions d’un désastre, irréversible cette fois, dont la collectivité aurait, comme de coutume, à assumer les conséquences (financières notamment) cependant que les corporations de la mort en seront déjà à préparer leur saccage suivant ? Que les politiques des dix années écoulées soient parvenues avec une telle facilité à instiller un cynisme tel qu’il est désormais transparent et confine au loufoque le contrôle démocratique qu’il appartient au peuple d’exercer ? Que la corruption soit devenue le référent social ?

Dans Promised Land, Matt « GWH » Damon incarne un jeune commercial chargé de démarcher de petits paysans pour le compte de l’entreprise Global CrossEnergy Solutions. Il a trente-huit ans, mais il me rappelle un peu le commercial en services informatiques que j’étais au début de ma carrière : niais, transparent et manipulable. Mais qu’est-ce qu’il est sexy… Contrairement à moi, cependant, c’est la soumission à une corporation prédatrice que son personnage est chargé d’obtenir de ses clients, une entreprise qui injectera des milliers et des milliers de litres de substances nocives dans le sol de leur backyard, menaçant non seulement leur approvisionnement en eau potable, mais aussi leurs cultures, leurs potagers et leur bétail. Il le fait parce que c’est son job. Sa queue frétille lorsqu’il se voit promettre une promotion. Peu lui importe la big picture, la vision sociale d’ensemble. N’est-ce pas là ce à quoi la pensée unique contemporaine nous drille ? Faire, sans se soucier de l’impact de ce que l’on fait, pourvu qu’il y ait le bonus de fin de mois, n’est-ce pas là le message dominant ? Cet argent ne justifie-t-il pas que l’on abuse de l’antédiluvienne bonne foi de quelques paysans qu’une quarantaine d’années de politiques agroalimentaires visant à favoriser la concentration des exploitations ont amenés au bord du gouffre ?

La fin du dernier film en date de Gus Van Sant est convenue et gentillette. C’est sans doute NBC Universal, dont dépend Focus Features, qui l’a produit, qui l’a voulue ainsi. Elle ne saurait toutefois faire oublier le paradigme dominant de nos sociétés industrialisées : la Raison sert la science. La science sert l’économie. L’économie est le Parti. Le Parti sert le Politburo.

C’est à la disparition d’un modèle de société qu’œuvre inlassablement ce dernier, en digne héritier de la révolution industrielle. Cet objectif se fonde sur deux axes principaux, tous deux dictés par la volonté d’asservissement du nombre : la maîtrise du temps et la maîtrise de toutes les ressources auparavant considérées communes. Qu’il est d’un autre temps, en effet, le paysan au diapason des saisons qui écoute la nature. Qu’il est devenu ringard, le principe selon lequel l’eau que nous offre la terre n’appartient à personne parce qu’elle appartient à tous. C’est la vie elle-même que le Politburo des corporations multinationales cherche à contrôler dans son intégralité. Peu importe, pour lui, que la moisson et le bétail de quelques petits paysans soient entachés de souillures chimiques : il proposera demain les OGM qui permettront d’y résister… Peu importe la défiance vis-à-vis de l’eau courante que ne manqueront pas de susciter les scandales à répétition liés à sa variété au méthane inflammable qu’expose Gasland : il approvisionnera ses clients en eau de source privée, si nécessaire importée. Tout doit avoir un prix, rien ne doit être gratuit ! Tout doit être privé, rien ne doit être commun, car ce qui est commun échappe au contrôle de l’élite capital-corporatiste autoproclamée.

L’exploitation du gaz non conventionnel ne fait pas exception à la règle. Elle s’inscrit dans une stratégie qui est supposée garantir à l’Occident son indépendance énergétique. La perspective pour les Etats-Unis de devenir d’ici à 2020 le premier producteur de gaz mondial, devant la Russie, et la possibilité pour l’Europe d’échapper à l’épée de Damoclès des diktats tarifaires du géant russe Gazprom ne sont pas pour rien dans le soudain intérêt porté au gaz de schiste (7). Quant au pétrole (d’Irak, d’Iran et d’ailleurs, suivez mon regard…), il demeurera, à politique inchangée, une ressource indispensable pour le transport… Par conséquent, affirmer, vendre l’idée que la diversification des sources d’énergie est la seule clé de la révolution énergétique à venir, c’est berner le public et gagner du temps.

La diversification est nécessaire, selon des options qui préserveront au mieux les ressources naturelles terrestres, et des schémas qui feront de celles-ci les alliées objectives d’un développement humain harmonieux. Mais, compte tenu de l’augmentation constante de la population mondiale, elle ne suffira pas : il faudra bien tôt ou tard se faire à l’idée que l’égalité de tous les citoyens du monde dans l’accès à leurs besoins fondamentaux ne peut aller de pair avec la gabegie surconsommatrice du Nord, en particulier celle des Etats-Unis. Dans cette perspective, un chef d’Etat visionnaire serait celui qui préparerait petit à petit sa population à se recentrer sur ses besoins fondamentaux et réaxerait progressivement la fiscalité des entreprises en fonction de l’énergie qu’elles utilisent (ou gaspillent). Consommer moins, consommer mieux, répartir plus doivent devenir les mots d’ordres implicites de demain, un demain où le luxe matérialiste serait l’objet de railleries et d’exclusion, non la pauvreté. L’éradication de cette dernière est à ce prix !

Une chose est sûre, en tout cas : la surpopulation est un problème majeur pour le Politburo. Ce n’est pas faire preuve de catastrophisme que d’affirmer que c’est, en fait, à un choix de société global qui n’en est pas vraiment un que nous sommes confrontés : le partage mondialisé équilibré ou l’annihilation consciente de toute une partie de l’humanité. Gageons qu’entre la vie et la mort, les corporations ont depuis longtemps fait leur choix…

___________________

(1)    Voici le site du film : http://www.gaslandthemovie.com/whats-fracking

… et celui de sa maison de production, International WOW : http://www.internationalwow.com/newsite/josh.html

Lire ici la critique que le New York Times faisait du film : http://www.nytimes.com/2010/06/21/arts/television/21gasland.html?_r=0

… et ici les quelques rectifications factuelles effectuées par le journal : http://www.nytimes.com/gwire/2011/02/24/24greenwire-groundtruthing-academy-award-nominee-gasland-33228.html?pagewanted=all

(2)    Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/12/21/gaz-de-schiste-un-engouement-mondial-mais-beaucoup-de-doutes_1809052_3244.html

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/11/14/ou-en-est-le-debat-sur-les-gaz-de-schiste-en-france_1790365_3244.html

(3)    Sources : http://ecowatch.org/2012/ohio-earthquake-caused-by-fracking-wastewater-injection-well/

http://www.bloomberg.com/news/2012-04-12/earthquake-outbreak-in-central-u-s-tied-to-drilling-wastewater.html

(4)    Source : http://eenews.net/public/energywire/2012/12/03/1

(5)    Source : http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203920204577195121591806242.html

(6)    Lire : http://www.earthisland.org/journal/index.php/elist/eListRead/fracking_fukushima_batman/

(7)    Lire : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1576436/2013/02/08/Le-gaz-de-schiste-alternative-a-l-emprise-de-Gazprom.dhtml

Catégories : Eclairage cinématographique, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.