Ecriture hybride automatique

« Chill Bubble », by WeekidMuze : meer dan een bubble, un voyage fantastique (buy it now, for free !)

Magic Bubble

Hi, sky, sun son, deep, nectar, unspoken, free, feelings, flying, oops, a cloud, sundial suite, lingering, jeez, captive hate it, light, clear blue, yella, little fluffy, green, people , silence, black sand, black as white, vice versa, big bird, beam, never never say, Y, quiet, tender shining, calling, waves, splashing, gorgeous, dunes, breathtaking forests, aaaaahh, rise, rose, risen, endless, creatura, zeker, niet vast, slaapwel, fuchsia woorden, word wel, groen gras der hoop, boompjes, peren, klein, bescheiden, sappig, sla, biefstuk, appeltaart, heel, al, God ?, schalkse ruiter, geestig, kermis, telepathisch, vaar, ver, mogen, eendje, nootjes, slim hondje, wandelen, of toch niet, zolder van het geheugen, grensoverschrijdend, zonder vrees, spiegel, water, man, nooit vergeten, Zulke Droomachtige Feeën, Musikantenstadl, verhaal zonder woorden, met de ziel te vertellen, dank, karma, essentiel, chemin, sens, horizon, clarté, volupté, calme, paix, eau de là, lenteur, π, été, chaleur, artmonie, boule framboise, boule passion, clapotis, alluvions, écume, spliff, cadre, pipe, canevas, beautiful ones, brise, furtive, partout, nulle part, tranquille, subtile, humilité, Ra, vision, soupir, extase, dauphin, libre, Lumière-Universelle-du-Vivant…

Solar Fields, « Sky Trees »

http://www.solarfields.com/

Catégories : Ecriture hybride automatique, Expérimentations diverses non catégorisées, Musiques | Poster un commentaire

Jeunesse avec le sourire écartelée…

Jusqu’ici, tout va bien…

Marges polies, éruptions marginales

Everything stays the same

Dans le grand système cannibale

Big business is the game

Toi aussi, tu t’y feras

Parce qu’il faut bien

Parce que t’as pas vraiment le choix

Concours, cher concurrent, à ce qui nous perdra

Lègue donc ton corps au satané spectacle

Il n’y a plus que lui qui veuille de toi

C’est ton destin, deviens un pion

Sur les brancards creuse ton sillon

Les Marc et les Mathieu, sans même parler des Pierre

Tous ont baissé l’échine, et vogue la galère

Ne reste plus que Jean, celui de l’autre grand soir

Qui, sans pitié, atomisera le dérisoire

« Ils croient mener une existence

C’est elle qui les tient en laisse

Par les trop éloquents silences

De la par trop humaine bassesse »

Vous prendrez bien autre chose, Monsieur ?…

Mais volontiers, mais certainement

A l’ère de l’insipide, de tout bois faisons feu

C’est notre service servile

A la mémoire de nos aïeux

Celui que les voluptueux masques du pouvoir

Vendent aux masses de jeunes sans avoir

Pour les récupérer plus tard

Un jeune, ça vaut autant ! (*)

Camp solidaire au Cuba socialiste ?

Ou veux-tu te faire les griffes dans quelque coin d’Afrique ?

Par ici, la monnaie, deux mille euros comptant

Prendre des risques, ça s’appelle

Bien s’occuper des hyènes, des vautours, des chacals

Revoilà la rengaine, sous-sous-gouvernement

Endiguer l’marché de shit, cette incivilité

Produite dans les discours, à longueur d’années

Se vouloir visionnaire, refouler le chômton

Et le refouler bien : en France et outre-mer, passé les cinq millions !

Tandis que brûlent les bagnoles, que pétaradent les révolvers

De Mordor et d’Ailleurs, ce noir pays qui est le mien

Une politique, ceci n’est pas, juste du vent qui s’en donne l’air

Cathédrale impuissance de squelettes qui n’attendent plus rien

Cherchent à faire taire la dissidence, dont ils ne supportent le refrain

Jusqu’ici, tout va bien…

Et une, deux, une, deux, et ron et ron petit patapon

Demi-tour, droite ! Présentez arme !

Démocratie est subversion

Division par le Néant

Et Force par la Division (**)

Pour nos légions lui préférons !

L’esprit bien séparé du reste, qui nous dégoûte, en vérité

Dans le néant clos et hermétique des fières héritières et des preux héritiers

Ceux de Voltaire, de Montesquieu, de Kant aussi, puis d’Rockefeller

Tous par Wall Street glorifiés, vibrant hommage par l’argent

Jean nous dit que ça va péter

Mais Jean est un râleur, et qui l’écoute vraiment ?

Ici Tout, va jusqu’au Bien…

Mais vous n’y pensez pas, mon Père

Après tout le mal que le bien a fait

Le Mal au moins est sans mystère

Il y a les dieux, et puis les chiens.

Sivoplè, Missio, sivoplè !…

Tout ça est dans l’ordre des choses

Jusqu’ici, tout va bien…

____________

« […] » = © Raoul Vaneigem (paraphrase)

(*) « Pour Axa, un jeune, ça vaut 5000 € », affirmait mot pour mot, il y a un an ou deux, lors d’une conférence à l’ULB destinée à vendre le tout nouveau service civil imaginé par l’immigré hongrois mutant, avec le Hirsch en tête de gondole, un représentant de ladite firme, au bénéfice en hausse de 57 %, bien destinée à investir, à moyen terme au moins, dans la jeunesse ainsi acquise…

(**) reformulation de « Strength through Unity, Unity through Faith ».

Catégories : Ecriture hybride automatique, Politique / Société | Poster un commentaire

Petit exercice d’écriture automatique…

Up ! Up ! Up !

Le Soleil se lève, le Soleil levant

Triste affaire !

Et Vénus devant, en transit

Boulimie de lumière

Et Mélancholie passagère

You could be a star

You could go far

You’ve got twistability…

Paaariss, open wide

Vénus de mille ans

Secretive, mot de passe

Tu sais ce qu’il m’a dit ?

Wat nou ?

Tu veux ou tu veux pas ?

Par-delà les nuages

A l’assaut des étoiles, planant

Ridicule image

Qui fige le temps

Are you there, my love ?

Will you be there for me now ?

And forever…

Galante peur du faux-pas

Jusqu’au trépas

Interprète comme tu l’entends

Si je suis Harold Schmidt

Qui es-tu, toi ?

Celle qui en moi me rend pudique

Celle qui en moi toujours m’attend ?

Celle qui abhorre les crétines triques

Celle qui s’éloigne en attendant ?

Pourquoi ce supplice, my love ?

Tout ça doit-il finir ?

Maintenant ou dans longtemps ?

Bain de sang, my love ?

Ou simply excitant ?

Si le temps le permet

Et l’espace aussi

Jouir sans entraves

Dans le court bus de l’esprit

What the Hell am I doing ?

Why am I writing again ?

Why am I writing something

That could mean my end ?

En jij ! Ja, jij daar !…

Zit je nog te kijken

De spiegel naar je zin ?

Tracht je te begrijpen

Waar ik zo schaamteloos heen wil ?

Pourquoi tant de haine ?

Why can’t we all just get along ?

Pourquoi tant de systèmes ?

Why do we have to be so strong ?

Faire plaisir, mais à qui ?

Propulser le désir, mais pour qui ?

Les moyens indiquent-ils la fin ?

Offrande impudique, impudique faim

Silence de morts

Dans la boîte à refrains

Reproches à voix basse

D’improbables nains

Autosuggestion, au bout du rouleau

Automutilation au bout du tunnel

Toujours pour elle

Ou dans l’espoir d’un lendemain

Quelconque

Hasardeux

Fiévreux

Miss Erable

Glorifiant

Moi, moi, moi, moi, nous

Stupéfiant !

De bêtise, d’allégorie mystique

Messieurs, quelle est votre mise ?

Faites vos jeux !

Hagards du Nord,

Rien ne va plus !

Espérez-vous encore ?

Sagesse, force, beauté…

Why don’t you crush it all ?

Vous, là, les dieux

Votre Olympe se meurt

Meurtrie par les coups

De boutoir

Des nouveaux enfants de chœur

Look above

Ragardez-donc

Que voyez-vous ?

Le Ciel est sombre, le Ciel est pur

Indécis lui aussi,

Le Ciel est mûr, le Ciel est clair

Nuevos Horizontes

Carpe, carpe, carpettes !

Saisissez le futur

Bande de mauviettes !

Que la Paix soit sur le Monde

Pour l’Eternité qui vienne

Mais refusez toute tutelle

Car elle vous étranglerait…

Anarchia, si, si, si !

No, no, no Anarchia !

Pero apathia no

No pasaran, la Guerra !

Peace &

Love & Pisse

And fuck, and shite, and fist !

Why, o why, My Lord

Devons-nous tolérer l’obscurantisme ?

Devons-nous vivre sous les nuages

Sachant qu’une harpe existe

Une harpe céleste

Qui sait faire fi de cette peste

Qui obture la lumière

Changement climatique

Changement excentrique

Tu triques ou tu triques pas ?

Ouvre grand, bébé

Si ouvrir tu veux

Nous ne serons libres que si nous sommes à deux

Ou trois, ou quatre, ou toute une ribambelle

Maîtres de nos destins

Et maîtres de nos queues

Certes, nos chates aussi

Car deux nous sommes, et tous pour un !

A entrer dans la danse

Faire gicler la semence

Qui fertilise le lendemain

Don’t you want me, baby ?

Do you really want to hurt me ?

I want your sex !

Pop, pop, pop, pop up and pop along !

Aldrin is here, ignition !

Oh, he’s gonna make me cum agin, huh…

Her name’s Taren

Moi, Tarzan, toi Jane

Deep into the jungle

Of fame and shame

Dans l’entrelacs profond

De nos galères et nos plaisirs

Dans les cavernes d’Ali Baba

Ouvertes à nos désirs

Sainte-Anne n’attend pas

Que se faire foutre elle aille

Aucune pression sur les Rois

Il y a tant de batailles

Nous ne sommes pas fous !

Wil je er zijn

Moet je je haasten

Zegmo dak eda gezeid hem !

Rustig, man, rustig !

Mè alle Chineizen mo ni met den deize

Wadesda na !!!

No provocation, no crime

But no will to align

Nor to walk in line

Iedereen in zijn hoekje gelukkig

Of iedereen de dupe ?

Over this farce we must prevail

Over this farce we shall prevail

Without any sieg heil !

Nous sommes adultes

Ne sommes-nous pas ?

Oui mais nous sommes incultes

C’est surtout ça !

When everything is melting

Into a big whole

What will be meaning ?

What will be soul ?

All together or nothing

Fuck the first degree !

They are so many, go explore

Yet always free !

Hoor ik je goed ?

Is dit desertie ?

Le désert, oui

Mais aussi le loin

Qui se rapproche à pas de loup

Pas de fatalité

Pas de désertion

Aucune inanité

Aucune décision

Prédestinée, cette vision ?

Allah savoir !

Pro Choice, pas con !

Pute, salope, souris grise, nationalope, flûte !

Puis-je encore écrire

Cette liberté d’expression

Puis-je encore dire

Can I blog on ?

Met ‘t Hooft geraak je ver

Je moet hem maar is lezen

Om van je kwalen te genezen

Om te beseffen wie je bent

Maar mag je nog wel zijn

Ou requiert-on une permission ?

Automaat, ik ?

What do you want from me ?

Euh, the Floyd ?

That’s it, baby

But that’s not simple

Cuz we’re connected, you know…

If you can’t read, I can

And there are some things I can’t stand

Won’t kill you babe

Don’t even wanna hurt you

Too easy a target

But you gotta know

If you don’t get it

I’ll just leave you

Leave you to play

With other rabbits

Wait for my own

He’ll be white, for sure

Or black, or red, or yellow

Not brown, though !

I like brown horses

But it’s not the same

See, this a different game, man

Winning / Losing, no way !

Just being, ok !

And see what happens

Or make it happen

With our own hands

You, me, her, them

We’re the semen !

Catégories : Ecriture hybride automatique | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.