Philo de comptoir

Qui, du théiste californien qui se veut progressiste ou du sceptique belge épris d’anarchisme, a la plus longue cuiller ?

youtube.com/watch?v=Ccaf7fEWtB4

Aside from Peterson’s views, I can’t believe some of the enormities I’ve heard here. The further you go into the podcast, the more the masks are falling.

So, the left should accept the debate about genetic IQ transmission, should it ? Because right now, « [it] wants to pretend any child born anywhere can be put in the right conditions and become the president » (1:50:48). Note that « wants to pretend » indicates you’re not just laying out those views in a neutral way; you’re saying that what the left is claiming, which happens to coincide with the democratic promise, is wrong and cannot come true. Yet, aren’t you the one who said education is key a few minutes earlier ? By that, did you actually mean scientific hoaxes, in the glorious (racism- and eugenism-inducing) tradition of phrenology (cf. Cesare Lombroso), which once examplified the very scientism you’re so skeptical of, still deserve as much examination as social determinism in establishing the causes of the education gap (and incidentally of criminality) ? And do you now mean to say that the left, by accepting this kind of debate, should help propagate such reactionary hoaxes ? Why ? For the sake of being bipartisan ? Who would it serve ? Why not just let the modern proponents of those sets of theories (aka charlatans) try and convince the proletariat, among which Trump voters, they are in fact genetically « deplorable » ?

1:30:28 : first of all, your friend should read the following : thenation.com/article/hillary-clinton-does-not-deserve-black-peoples-vote . Then, he should wonder whether the left needs more of the same, aka more « authority » in a ‘more-repressive-than-thou’ electoral atmosphere (Not a word on this from the prison teacher ?), or a project of its own. Why should the right set the course while everything it’s doing is chaotic and detrimental to the many ? Baring in mind the Democratic party lost the 2016 race not because it was too leftist but because it wasn’t enough, why should progressives keep making concessions (= keep shifting to the right) to a party that never makes any ? As for « sanctity« , would the left exist had it not opposed it, or rather reformulated it ? The Universal Declaration of Human Rights, free inquiry, etc. : those are historically the left’s sacred references. And we can agree on the necessity for it to reclaim those roots. But that’s not the sanctity your friend is talking about, is it ? Why should 2016 lead to the left disavowing its own vision of society even more ? It makes no sense at all. Why should it trade reason for « impulses » (1:34:57) ? Does the noumenon belong in the political sphere (= not the sphere of truth, as you correctly pointed out), let alone in leftist circles ? If it is but « a religious impulse« , what’s it worth anyway ? And don’t even get me started on your stooge’s astrological digression…

***

Not sure why YouTube’s algorithms held this comment for review, but I just saw it and released it. Yes, I think the Left should accept the heritability of IQ research. That general intelligence is heritable is not disputed by scientists. Why should the left ignore science? https://www.nature.com/articles/nrg.2017.104 I’d only say the science is extremely complicated and easily distorted and we ought to go very slowly whenever talking about it, and tread extremely carefully when it comes to policy-making. But whether we like it or not, parents with the means are already exercising the power to genetically screen fertilized embryos for certain traits. General intelligence is one of these traits. The sooner we understand the implications and put just legislation in place, the better, since rich folks are going to be able to breed smarter kids because they can afford the technology.

____________

Education still accounts for 50% or more of a child’s intelligence, so yes, education is key for assuring as close to equal opportunity as is possible.

____________

I think we need to decouple « sanctity » and religion from the left/right political spectrum. One can be left and religious. Cornel West is as good a contemporary example as I can think of. If the left can’t get back in touch with the divine ground of human existence, it has ceded an essential element of our nature to the right. The right is then free to distort the religious impulse via patriarchy, etc.

***

Yes, those algorithms are really bizarre, aren’t they ? They even manage to erase months-old comments that had been posted without any need for review. Go figure…

As for the topic at hand, your answer confirms you were not merely laying out two different standpoints. You even seem to conclude that the fundamental scientific dispute about the influence of nature v. nurture (or culture/environment) on personal development is closed. Yet, the results of the various studies on the heredity of general intelligence are far from being as clear-cut as you consider them to be : the science on the matter is not so much « extremely complicated » as it is still extremely fuzzy as to the actual interaction of both parameters : blogs.scientificamerican.com/beautiful-minds/the-heritability-of-intelligence-not-what-you-think / research.vu.nl/en/publications/on-the-nature-and-nurture-of-intelligence-and-specific-cognitive- . The clearest indicator of this scientific uncertainty is the 50 % estimate mentioned in the Nature article’s abstract. And even that has to be put into perspective…

Two quotes from more profane (but nonetheless fact-based) sources :

– « IQ declines over time in children raised in deprived environments, such as understaffed orphanages, or circumstances of poverty and isolation. Conversely, IQ improves in children who leave deprived environments and enter enriched environments. » ( sparknotes.com/psychology/psych101/intelligence/section3/ )

– « The last few decades have seen a slow, steady increase in people’s average performance on IQ tests throughout the industrialized world […]. This trend is commonly known as the Flynn effect. […] Such improvements are difficult to attribute to heredity because the same gene pool (albeit with an occasional mutation) is passed along from one generation to the next, and so the cause is almost certainly environmental. » ( education.com/reference/article/effects-heredity-environment-intelligence/ ).

Regarding commercial eugenism, « […] twin and adoption studies point convincingly to a genetic component in intelligence […] This is not to say that children are predestined to have an intelligence level similar to that of their biological parents. in fact, most children with high intelligence are conceived by parents of average intelligence rather than by parents with high IQ scores […]. » (Ibid.). The reverse is also true : « two parents of higher IQ will not necessarily produce offspring of equal or higher intelligence. In fact, according to the concept of regression toward the mean, parents whose IQ is at either extreme are more likely to produce offspring with IQ closer to the mean (or average). » (Strachan, Tom; Read, Andrew, Human Molecular Genetics – Fourth Edition, Garland Science, New York, 2011, pp. 80-81, via Wikipedia)

In its caveats, the same Wikipedia page defines heritability as follows : « [h]eritability measures the proportion of variation in a trait that can be attributed to genes, and not the proportion of a trait caused by genes« .

Last but not least, you should add to all of that that the IQ test itself is but a selective instrument meant to standardize our conception of intelligence in a competition environment (which is a standard in itself), leaving aside unstandardized potential for creativity.

With that in mind, and without any ad hominem assumption against Peterson, let me ask you the following : are the political circles from which this resurgent [naturalistic*] theo-natural determinism is emanating (which, of course, have little in common with Nature authors) of the kind that would allow an « extremely careful » examination of this crucial topic ?…

____________

First of all, I noticed the concept of « sanctity » as it is being used by your friend in the video, and as you are now using it yourself, seems distinct from the one you referred to in your dissertation, which appeared more rational. Second, I’m not denying there were and are religious people and movements who/that clearly identify with the left : the Liberation theology is another example (and, to some extent, one might even think of the late Christian democracy in European countries). But those people and those movements were only able to gain public influence insofar as religious dogmas became less prevalent. Third, I have no doubt said people and movements would adhere to the principles of leftist sanctity I briefly laid out. Fourth, the « divine ground of human existence » is speculative : it is not rooted in Positivism. And in no way should it interfere with politics in a secular state.

* [naturalistic] : retrospective correction

***

I completely accept the evidence you share here. Let’s just take a step back here and note that the old categories, « nature » v. « nurture« , are hopelessly inadequate for capturing the complexity of the organic world. Darwin is the man, bit it turns out Lamarck was right, too. If we could stop trying to reduce the social, political, and economic realms to outdated biological metaphors, many of our ideological disagreements would probably evaporate.

I also completely agree that many on the right try to weaponize behavioral genetics research to serve their own political ends. But right wing behavioral geneticists and evolutionary psychologists are not making up IQ science. Yes, environment affects IQ. No one is arguing that it is genetically determined. All I am suggesting that the science says is that a large part of what is measured as general intelligence is genetically inherited.

____________

Unfortunately and with great reluctance, I have come to agree with Carl Schmitt that liberal politics never truly escaped religion. Liberal politics only pretends to be secular, but in reality it has merely secularlized the same old theological concepts that used to determine notions of rights and sovereignty for pre-modern people. If the divine ground of human existence is speculative, then so is human freedom. Upon what is the liberal state based if not the reality of human freedom?

***

– It’s not about « trying to reduce » those spectra; it’s about defining the results of scientific observations, and evaluating their impact on society as we know it. How are those « old categories » or « outdated metaphors » anyway (metaphors ? for what ?) if they still constitute the fundamental paradigm of scientific research and philosophical/socio-political discourse in this field ? How could science have any effect whatsoever if they are left indistinct ? And what exactly do you mean by « the organic world » ? Wouldn’t ‘ontology’ (as defined by Sartre) stress the importance of the nature/nurture dyad more adequately ?

– I’m not sure why you’re summoning Lamarck and Darwin to a debate around DNA and the heredity of intelligence : there’s a bit of an anachronism there, don’t you think ? Could it have something to do with the former (at least) formally proclaiming his creationist belief (as well as professing the theoretical necessity of evolution), while the latter dedicated his life to refuting this postulate (and to demonstrating the practical causes behind evolution) ? Please elaborate… Since you did summon them, there is, however, one particularly interesting illustration of how the (environment-driven) theory of evolution and genetics intersect, namely that of bacteria swiftly becoming antibiotic-resistant through spontaneous genetic mutation, leaving scientists puzzled.

– Aren’t they ? en.wikipedia.org/wiki/Misbehaving_Science How large a part can it be, considering the overall evolution of human intelligence throughout history ?

____________

Why this reluctance ? Because of his commitment to the NSDAP ? Because he has a Hobbesian view of mankind ? Because of his aversion for what I would call ‘political ecumenism’ (« many of our ideological disagreements would probably evaporate. ») ? In a political context, the word ‘religion’ is etymologically ambiguous. It stems from the Latin word ‘religare’, which means ‘to link together’, ‘to connect’. And, while in liberal democracies, politics also divide, ‘religare’, which is to say to unite (a people), is nonetheless what they aim to do, some current examples to the contrary notwithstanding. And what drives them in doing so should not be mistaken for religious motives in a theological sense. This said, it is the latter meaning Schmitt was referring to, but he did apply it to every modern political ideology/system, and not only to liberalism, didn’t he ? However, according to him, one of the main differences between the Liberal system of thought, which consecrates the economy as the Almighty God, and overtly totalitarian schemes, is precisely that : their being overtly so, while liberalism covertly suppresses anything that seeks to contradict it, in that it does so under a fog of freedom, tolerance, diversity, (aspiration to) peace and democracy. But there’s another fundamental difference (still according to him), namely the fact liberalism de-politicizes citizens (who then wallow in mediocre and egotistic forms of hedonism), thereby destroying any sense of community. If not devilishly (thus religiously in its anti-religiousness), how then could Liberalism be considered theological ? And there’s another objection : how did people organize before ‘religion’ (in China, for instance) ?

Unless freedom is meant here as the result of our liberation from the illusion that we are free, your last two sentences make absolutely no sense to me : not only are you deducing « human freedom » from « divine ground of human existence » and implying it can’t be deduced from anything else; you’re also (still in a Schmittian perspective ?) implicitly equating the former with « the liberal state », incidentally turning a vague promise into reality. The whole thing looks like a particularly perverse paralogism that could be summarized as follows :

From G, F

And G = L

So, from L, F

… or something to that effect. But it could also be a koan, one leading its readers to the following conclusion : believing the Liberal state stands for human freedom is no less absurd than believing human freedom is necessarily conditioned by some divine ground for human existence. In other words, « ceci n’est pas une pipe²…

youtube.com/watch?v=mPn4vAOv0Xo

***

Evelyn Fox Keller does a good job explaining why « nature » v. « nurture » is an inadequate philosophical framework for understanding these issues: https://books.google.com/books?id=3up1Eo2OdzIC&source=gbs_navlinks_s

Evolutionary Developmental Biology and the Extended Synthesis are moving beyond that way of framing phylogeny/ontogeny, etc.

I mention Lamarck because of his idea of evolution via acquired characteristics. Turns out that this sort of thing happens all the time. The final page of the first several editions of Darwin’s « Origin of Species » refers to a Creator who breathed life into the first organism, from whom all subsequent species evolved. So some form of creationism was present in both Lamarck and Darwin.

***

I’ve realized that, since we started this conversation, neither you nor I have managed to avoid our share of inconsistencies :

– in my second comment, « this resurgent naturalistic determinism » (now corrected into “this resurgent theo-natural determinism”) made no sense at all, philosophically;

– as if you wanted me to speculate, the two last sentences of your fifth comment allow additional interpretations :

The liberal state rests on the reality of human freedom.

Thus, there is human freedom.

Therefore, “the divine ground of human existence” is not speculative.

Indeed, the liberal state is the evidence for this divine ground.

But, by establishing the liberal state (“religious” still), did man use his freedom against God or in accordance with His will ? It can’t be the latter, because, if it were, where would human freedom lie in this endeavor ? And, if it is the former, the liberal state has to effectively be secular, doesn’t it ?

And then, there’s the elephant in the room : which divine, what God, are we actually talking about ? The man-written scriptures (Peterson’s option), that is to say a political construct ? If so, which ones ? A cultural necessity or an independent verifiable reality ? Spinoza’s immanence ? Plato’s world of Ideas ? A spiritual one or a materialistic one ? A distant God or an all-intrusive one ? A sensuous one or a Victorian one ? A caricature for infantile adults in need of “authority” or a complexity ungraspable by the human mind ? The Creator of the universe or just our own, roaming in it just like we do (but with advanced technology) ? Our Creator or our projection ? God : one word, a thousand holograms… I’m not suggesting you yourself have not been trying to philosophically define your own conception of the divine. To quote Sagan in a different context, I’m not saying “absence of evidence is evidence of absence” either. What I’m saying amounts to rationality and common sense, really : 1/ there is no evidence (yet) as to an independent verifiable reality, in either direction; 2/ for their own reputation’s sake, as well as for God’s, hypothetically and as a complexity, intellectual rigor and honesty command every transcendentalist to AT LEAST acknowledge scriptures, irrational political constructs, purported cultural necessity and caricatures may be of interest in a historiographical perspective (and maybe even a political one in primitive societies), but are philosophically meaningless and counterproductive in their very essence : knowingly diverting from the truth, whatever it may be; 3/ personal ethics do not depend on whether a person believes God exists or not.

One more thing : I won’t drag Schopenhauer into this freedom/free will dispute : it would only add to the confusion…

– in my fifth comment, I asked : “how did people organize before ‘religion’ (in China for instance ?)”. My example, however valid in this sentence, might have earned me an answer like : but what about the nature/nurture debate outside the Western world (in China for instance ?) ? In fact, this debate is essentially (and exclusively, it seems) one of so-called Western anthropology/sociology;

– in your fourth comment, you claimed this debate was antiquated. Yet, in your video, you’re blaming the left for remaining unresponsive to Peterson’s ‘heredity’ argument (“an inconvenient truth”, you say, emphasizing your point with sarcastic laughter). And in that same comment, you suggest “science says […] that a large part of what is measured as general intelligence is genetically inherited”. But, if the ‘nature/nurture’ debate is indeed antiquated, why should it matter ?

As for your latest comment, – Influenced by Claude Lévi-Strauss, French anthropologist Philippe Descola came to the same conclusion. But his refutation of the validity of the nature/nurture dichotomy rested on the need for him to elaborate a narrative that would be equally pertinent for all communities, human groups, tribes, etc., around the world, since he too had found that nature/nurture was specifically a Western proposition.

I’ve read the (brief) interview Keller gave to M.I.T. News. in 2010 and, insofar as I can make any relevant judgement based on that, I’d say hers are merely pragmatic considerations : she is convinced that the entanglement of natural and environmental factors is such, and has been since the beginning of mankind, that it’s useless to try and distinguish between them. First, I’d ask : how many major discoveries (the Higgs boson, for instance) would we have missed had such a spirit of resignation prevailed in scientific research ? And the problem is that I don’t know where she’s going with that : she’s attributing to Francis Galton, a controversial XIXth cy. British statistician and eugenicist, as well as a strong proponent of heredity, the introduction of “the notions of nature and nurture as alternative causes that could be separately weighed”, willy-nilly making the proposition look guilty by association. But then she concludes by saying : “the relevant questions are, how difficult is it to change behavior or physiology ? […] Under what circumstances can behavior and physiology be changed ? Those […] issues […] address a critical part of what people want to know about the role of “nature”.” I can imagine the MIT (of which she is prof. emerita) feels more in its environment with DNA research than with sociological research, which, as stated by their own website, only “exists in the interstices of MIT’s school and departmental structure”, but is this her way of saying : nature/nurture is no longer relevant because only nature is ? Furthermore, although I don’t doubt the sincerity of her intentions any more than I probably would have Einstein’s when he went nuclear, questions like “how difficult is it to [genetically] change behavior ?” tend to ring a bell with me…

Were Lamarck’s statements about “the prime Author of all things” genuine or were they a subtle way of evacuating the question of the divine (in other words, a ruse) in order to be able to focus on the actual object of his research (nature) without having to worry about potential political repercussions ? Not all historians agree : “Lamarck was a materialist to the extent that he did not consider it necessary to have recourse to any spiritual principle […] his deism remained vague, and his idea of creation did not prevent him from believing everything in nature, including the highest forms of life, was but the result of natural processes”. (Jacques Roger, The Mechanist Conception of Life, in David C. Lindberg, Ronald L. Numbers, God And Nature : Historical Essays on the Encounter Between Christianity and Science, University of California Press, 1986, p. 291, via Wikipedia)

As for Darwin, his views are a lot clearer to us, since he held both a private diary and an extended correspondence, in which he reiterated his materialistic conviction several times : “In my most extreme fluctuations I have never been an atheist in the sense of denying the existence of God. I think that generally (& more and more so as I grow older) but not always, that an agnostic would be the most correct description of my state of mind”, he wrote in a May 7, 1879 letter to a John Fordyce. One of the entries in his personal notebook reads : “Love of godhood is a result of intellectual organization, oh you materialist !” And biologist/taxonomist Ernst Mayr, one of those who built on Darwin’s legacy most significantly, said this in an interview with edge.com : “One of my themes is that Darwin changed the foundations of Western thought. He challenged certain ideas that had been accepted by everyone, and we now agree that he was right and his contemporaries were wrong. Let me just illuminate some of them. One such idea […] was that of teleology, which goes back to Aristotle. During Darwin’s lifetime, the concept of teleology, or the use of ultimate purpose as a means of explaining natural phenomena, was prevalent. […] To make a long story short, Darwin showed very clearly that you don’t need Aristotle’s teleology because natural selection applied to bio-populations of unique phenomena can explain all the puzzling phenomena for which previously the mysterious process of teleology had been invoked”.

How then could Darwin indeed, in the closing paragraph of edition 2 to 6 of The Origin of Species, have written what you say he did ? He did so for two reasons : he seeked to protect his family and his work. Indeed, he had a very religious wife, and he had anticipated the very harsh reactions his Copernican biology would bring about, so he tried to soften the blow. His was not a declaration of faith, rather necessary concessions to the spirit of the time : if we agree the respective influences of nature and nurture are to intricate to be “separately weighed”, we should also agree text is inseparable from context…

Publicités
Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Onfray, ce poison…

Fantasmes présentés comme des faits et affirmations gratuites dues à une paresse intellectuelle dans la recherche ou la confirmation des faits, amalgames conceptuels et géopolitiques, anachronismes, incapacité d’analyser une situation comme telle, justification implicite de cette situation par le recours à des épouvantails qui s’expriment à son propos mais lui sont extérieurs et ne la conditionnent pas, focalisation ad hominem qui, pour toute critique contraire, implique d’abord la pareille, au risque de se voir discréditée au fond pour ce motif, constitution, ce faisant, de camps de pensée, diffamation grossière, attribution de propos non sourcés, voire non tenus, reprise de citations tronquées, des années après leur rectification, instrumentalisation de victimes… Tels ne sont que quelques-uns des outils issus de la panoplie du parfait sophiste, dont Onfray, parmi tant d’autres malheureusement, s’est fait, en parfaite connaissance de cause, un habitué.

Si les arguments simplistes tendent à faire mouche auprès de publics peu éduqués à leur déchiffrement, c’est parce que ces derniers sont peu sensibles à la complexité requise pour dévoiler leur simplisme. C’est le fondement même de la démagogie : aux longs développements nécessaires à ton illumination, la petite phrase simplificatrice préféreras.

Cette démagogie est d’autant plus perverse lorsqu’elle est le fait d’un esprit qui se prétend éclairé et prétend éclairer. Onfray, en effet, est supposé évoluer sur le terrain de la philosophie, une discipline qui se veut, sinon scientifique, au moins rigoureuse et structurée. Si c’est de manière bienveillante et avec l’objectif de le mettre sur la voie de la beauté et de la sagesse, un shaman peut se permettre de tromper son auditoire. Pas le philosophe, sauf s’il se nomme Socrate. Onfray n’a ni cette manière, ni cet objectif; sa bouillie verbale insensée, son esprit carré dans le désordre, et sa prétention à détenir sur toute chose la vérité sont à mille lieues de la maïeutique : Onfray n’est qu’un gourou fourbe qui mène qui le suit à l’abîme.

En voici une nouvelle illustration, à l’occasion du billet vidéo que l’intéressé a publié pour la semaine du 2 avril 2018 (sous la rubrique « la semaine vue »), dans la foulée du meurtre de Madame Mireille Knoll et trois jours après les premiers massacres de Gazaouis à l’occasion des prémisses de la Grande Marche du Retour…

« Je n’utilise pas beaucoup le mot ‘scandaleux’, mais je pense qu’il faut l’utiliser pour parler des nombreux crimes antisémites qui se donnent [sic] aujourd’hui en France au nom de l’islam. Donc, je trouve qu’il y a une tolérance qui est très grande aujourd’hui sur les crimes qui sont perpétrés sur des juifs ou sur des juives, simplement parce qu’ils sont juifs ou juives, et que ces crimes sont perpétrés par des gens qui crient « Allahu Akbar ». La chose est quand même clairement revendiquée : on tue des juifs en France aujourd’hui parce qu’ils sont juifs. Et ça, c’est inadmissible et c’est absolument scandaleux. »

Une tolérance ?! Quelle en est la manifestation ? Quels (récents) meurtres de Français juifs ont-ils été ponctués par l’exclamation « Allahu Akbar » ? Cette exclamation explique-t-elle cette supposée tolérance ? La circonstance aggravante de l’antisémitisme a été retenue par le parquet contre les meurtriers de Madame Knoll, mais a-t-elle pour autant été établie avec certitude à ce stade ?

« De sorte que, quand il y a eu cette marche dans la rue et que le CRIF a pris à partie Mélenchon et Marine Le Pen, eh bien, j’étais d’accord. J’étais d’accord dans ces deux cas-là parce qu’on ne peut pas jouer avec le feu et, le jour où l’incendie se déclenche, dire qu’on n’y est pour rien, et que ce n’est pas parce que la forêt est totalement embrasée qu’on devrait être soi-même responsable juste parce qu’on a craqué une allumette. Si, si, ça suffit : on peut mettre le feu à une forêt juste avec une allumette. Et il se fait qu’on ne peut pas, pendant des années – je pense à Mélenchon – dire effectivement que les Israéliens sont des riches soutenus par le sionisme international, du côté du capitalisme, et que les Palestiniens sont toujours des gens exploités, et qu’il faut être du côté des Palestiniens, donc boycotter Israël, dire qu’Ahmadinejad, qui, à l’époque, voulait rayer Israël de la carte, était un personnage très sympathique parce qu’il était l’ennemi des Américains. Ce sont quand même des choses dites par Mélenchon. [En somme, on ne peut pas tenir de tels propos comme s’ils l’étaient] en l’air, sans que ce soit extrêmement conséquent. C’est très conséquent de défendre un individu qui veut rayer Israël de la carte. »

Ahmadinejad a-t-il jamais tenu ces propos ? A-t-il jamais affiché la moindre volonté en la matière ?

https://www.jpost.com/Israel/Lieberman-Do-to-Hamas-what-the-US-did-to-Japan

Un article de Le Point daté du 26 avril 2012 confirme qu’il ne les a jamais tenus, et fournit le contexte du discours de l’ex-président de l’Iran, qui avait notamment évoqué par ailleurs la chute de l’URSS et celle de la dictature irakienne, deux événements auxquels l’Iran fut étranger.

L’Iran est-il l’instigateur d’un quelconque meurtre de Français juif ? Les meurtriers étaient-ils chiites, ou tout simplement religieux pratiquants ? Leur motivation leur est-elle venue de Téhéran ?

Le soutien supposé de Mélenchon à Ahmadinejad est-il avéré ? Dans un billet publié sur son blog le 5 septembre 2014, le CRIF écrivait : « [Mélenchon] approuve la pratique du pouvoir par Chávez, mais il condamne son encombrant soutien à l’Iran d’Ahmadinejad ou à Bachar al-Assad, explique-t-il ». Une réticence à l’égard de l’Iran d’alors de la part du patron dit insoumis que confirme, sous une formulation différente, un article de L’Express du 6 mai 2016.

Mélenchon a-t-il jamais justifié le droit à l’autodétermination du peuple palestinien par l’argument que lui prête Onfray ? Ou ce dernier, le sommant de s’y conformer, lui attribue-t-il cette grille d’analyse marxiste par automatisme ? Les Palestiniens ne sont-ils qu’ « exploités » ? Soutenir leur droit à l’émancipation en tant que peuple impliquait-il nécessairement que l’on adhère aux propos d’Ahmadinejad ? Qu’Ahmadinejad se soit targué de les soutenir invalidait-il leur combat ? Mélenchon porte-t-il, comme Onfray le suggère lourdement, une responsabilité directe ou indirecte dans le meurtre de Mireille Knoll, ou de quelqu’autre Français juif ? A-t-il manifesté la moindre « tolérance » à l’égard des meurtriers ? Si oui, quelle forme cette tolérance a-t-elle prise ?

« On ne peut pas défendre Ahmadinejad simplement parce qu’il est un opposant des Etats-Unis quand il a dit qu’il fallait rayer Israël de la carte. Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est un propos qu’Adolf Hitler aurait pu tenir. »

On fera grâce à Onfray de sa concordance des temps malheureuse, qui laisse entendre non pas que, si Hitler était vivant aujourd’hui, il pourrait tenir ce propos, mais qu’il aurait pu le tenir tandis que n’existait pas encore ledit Etat. En revanche, dans la mesure où Hitler avait envisagé au préalable pour les Juifs d’Europe diverses solutions d’exil (à Madagascar, notamment), rien ne permet d’affirmer qu’il pourrait tenir les propos qu’Ahmadinejad n’a pas tenus.

« On ne peut pas dire d’un côté [qu’] Ahmadinejad est quelqu’un de défendable, et puis, de l’autre côté, descendre [sic] en disant [que] le fascisme ne passera pas : Madame Knoll a été assassinée, c’est une chose qui n’est pas correcte. […] Monsieur Ahmadinejad, il en aurait tué beaucoup, des Madame Knoll et des Madame Halimi, et beaucoup de gens qui ont été tués parce qu’ils étaient juifs. Donc, on ne peut pas, d’un côté, jouer comme ça, faire le cador […] en disant [qu’] il faut boycotter Israël, [qu’] Ahmadinejad est un personnage intéressant bien qu’il veuille supprimer Israël de la carte, et puis après descendre dans la rue et continuer [de] faire du « en même temps » en disant [qu’] on est là pour éviter les crimes antisémites, etc. Eh bien non, le CRIF a eu raison de dire à Mélenchon qu’il n’avait pas sa place ici et que les Insoumis n’avaient pas leur place ici. Un peu de décence… On ne peut pas, d’un côté, tirer sur Israël au sens métaphorique et puis, de l’autre côté, estimer que ceux qui tirent sur des ressortissants israéliens ou sur des juifs sont des gens qu’on ne devrait pour le coup plus soutenir. Il faut être cohérent. Donc, l’antisionisme aujourd’hui est la forme nouvelle de l’antisémitisme. »

Une fois que l’on a expurgé de ce pseudo-argumentaire ce qui est supposé en constituer le fil rouge (c’est-à-dire le prétendu soutien de Mélenchon à Ahmadinejad), on constate ce qu’il reste de sa pertinence, qui, même sans ce toilettage, était déjà très sujette à caution.

Ad nauseam, Onfray use ici de la ficelle rhétorique de l’épouvantail, qu’il utilise pour délégitimer toute critique d’Israël et de son action, et pour lier tous ceux qui exercent malgré tout cette critique, en appelant au boycott par exemple, aux assassins de Madame Knoll, laquelle se voit elle-même, à titre posthume, confondue sans la moindre nuance – la moindre décence ! – avec une juive israélienne, alors qu’elle faisait, ai-je ouï dire, de sa citoyenneté française une fierté.

Les équations d’Onfray font froid dans le dos :

Français juifs comme juifs israéliens = « le Juif », essentialisé à travers Israël (qui n’est plus « le Juif » d’hier, mais qui reste « le Juif »), c’est-à-dire tous les juifs du monde dans le même sac, tous sionistes, tous, le cas échéant, derrière un gouvernement d’extrême-droite, tous partisans d’un « gigantesque camp de concentration » (selon la qualification d’Amira Haas), tous promoteurs du massacre de civils palestiniens non armés, et tous férus d’apartheid.

Par conséquent, toute critique d’Israël = une critique contre « le Juif » = antisémitisme = soutien au moins tacite aux assassins de Français juifs. D’ailleurs, Ahmadinejad…

« On sait très bien que si on n’est pas sioniste […], s’il n’y a pas d’Etat d’Israël légitime, qu’est-ce qu’on fait des juifs qui sont en Israël ? On les met à l’eau comme [lors de l’exode] ? Comment est-ce qu’on s’y prend ? [Ce sont] des questions qu’il faudrait poser aux antisionistes. »

Les poser d’abord aux antisionistes juifs, dont Dominique Vidal, le 2 mai dernier sur Mediapart, a défendu la légitimité de l’expression ? Dame ! Est-ce possible ? Des juifs contre « le Juif » ? Certains d’entre eux au nom de la tradition, d’autres par progressisme ?

« Et puis [il faudrait aussi] expliquer un peu comment les amis de Mélenchon, dans les années ’30, les islamo-gauchistes déjà, étaient des gens qui avaient pris le parti d’Adolf Hitler. Et que le grand mufti de Jérusalem, qui représent[ait] les musulmans de cette époque-là, [a choisi] clairement Adolf Hitler, [et] qu’il est allé d’ailleurs prêcher comme imam dans la seule mosquée de Berlin à l’époque où Adolf Hitler était au pouvoir, et qu’il y a même eu des légions musulmanes qui ont combattu aux côtés des nazis parce qu’effectivement, l’ennemi commun, c’étaient les juifs. Donc, il faut le dire : s’il y a eu la création de l’Etat d’Israël, c’est aussi parce qu’il y eu ça, parce que les Palestiniens de l’époque, ou les musulmans de l’époque, ont choisi Adolf Hitler, et que quand la guerre s’est terminée, eh bien, ils avaient choisi le camp des vaincus et que, ben voilà, les partages des terres se sont faits, et que c’est ainsi. Il y a eu un partage des terres, c’est peut-être effectivement injuste pour des Palestiniens qui ont été mis à la porte de chez eux alors qu’ils n’avaient, eux, rien fait, mais leurs chefs, leurs théoriciens, leurs dialecticiens, leurs grands hommes, avaient fait le mauvais choix pour eux, et le mauvais choix pour les juifs aussi. Et donc, il faut faire un peu d’histoire quand on veut savoir comment l’Etat d’Israël s’est constitué, et estimer aujourd’hui que, si les Palestiniens ont droit à une terre, les Israéliens ont bien droit aussi à la leur, que les deux peuples ont le droit de vivre ensemble en paix, mais que tous les gens qui montent un peuple contre l’autre – et c’est le cas de Mélenchon – sont des gens qui mettent le feu à la forêt, et ne peuvent pas se mettre à jouer aux pompiers un jour parce que sinon, ils jouent aux pompiers pyromanes. »

Des « islamo-gauchistes » dans les années ’30 ? Dont Mélenchon serait nolens volens le légataire ? Et qui auraient eu à l’époque le monopole de la germanophilie ? Un mufti qui, tel un chef d’Etat ou un cardinal catholique, « représent[ait] » les musulmans, et, par extension conceptuelle, les Palestiniens ? Et un mufti aux sympathies nazies, de surcroît, comme se plaisent à le répéter l’extrême-droite israélienne et ses relais un peu partout, quitte à minimiser l’initiative d’Hitler dans l’extermination des juifs d’Europe… Un mufti, en effet, qui, aux côtés d’Eichmann, aurait été le véritable inspirateur de la Solution finale, à en croire les dires d’un associé nazi de ce dernier lors du procès de Nuremberg, une allégation réfutée par quantité d’historiens d’envergure, de même que par Hannah Arendt.

Quels « grands hommes » qui se sont compromis avec le régime nazi et sont supposés avoir parlé officiellement au nom des Palestiniens auraient-ils amené la Palestine arabe sous mandat britannique à être associée comme telle au camp des vaincus ? La misojudéité était-elle le propre dudit camp ? Le poids de la déclaration Balfour (1917), qui fut reprise comme résolution dans les conclusions de la conférence de San Remo (1920), consacrant la volonté du mandataire d’établir « un foyer national juif en Palestine », aurait-il donc été négligeable dans l’adoption de la résolution 181 de l’ONU du 29 novembre 1947, qui entama la partition de la Palestine conformément à ce qu’avait suggéré en 1937 la Commission Peel ? Quel historien sérieux soutient-il que cette partition était aussi la résultante d’un écot qu’aurait eu à payer l’Etat de Palestine en raison du lobbying du mufti al-Husseini et d’autres leaders arabes/musulmans (?!) de Palestine ? Un quelconque document officiel l’atteste-t-il ? La Palestine était-elle, pouvait-elle être, officiellement partie au conflit ?

« Quant à Marine Le Pen, elle paye la facture de son père parce qu’elle a beau ramer en disant que le génocide des juifs est la plus grande catastrophe du XXe siècle, n’être pas solidaire des saillies antisémites de son propre père, faire savoir que les juifs sont en danger en France – c’était une des rares à le dire d’ailleurs –, que l’islam intégriste et l’islam politique présentent des dangers pour les juifs qui sont en France – elle le dit clairement – […], elle paye d’être la fille de son père, […] qui, lui, [tenait] un discours antisémite. […] [En ce qui la concerne, en revanche, elle n’est pas avare de] discours plutôt philosémites. […] Elle a, elle, payé. Bon, ben, ce n’est pas non plus inexplicable. Je trouve ça justifiable de la part du CRIF aussi. […] Et il était très bien qu’on ne se contente pas de mettre Marine Le Pen à la porte, mais qu’on mette aussi Jean-Luc Mélenchon à la porte : il ne faut pas imaginer qu’on peut tout dire et le contraire de tout. […] Bravo le CRIF ! »

C’est tellement vrai que Rogier Cukierman, président du CRIF de 2001 à 2007 (Ahmadinejad prononça son discours polémique le 25 octobre 2005.) ainsi que de 2013 à 2016, déclara le 23 février 2015 qu’il n’avait « rien à […] reprocher personnellement [à Marine Le Pen] », une dizaine d’années après avoir espéré, comme l’avait rapporté un article de Ha’aretz du 24 avril 2002, que le succès de son père à l’issue du premier tour de la présidentielle de 2002 enverrait « un message aux musulmans [de France] leur indiquant de se tenir tranquilles »…

Remarquons que, contrairement à Cukierman, Onfray ne retient pas comme raison de l’excommunication a priori de la fille Le Pen de la marche en l’honneur de Madame Knoll le fait qu’il reste au FN de nombreuses troupes qui continuent de penser comme son père : en bon philosophe héritier des Lumières, il se contente d’entériner le ruissellement des péchés du père sur sa filiation. Comme le CRIF, toutefois, il feint de penser que la misojudéité n’est alimentée que par les propos qui visent directement « le Juif ». Enfin, il ne s’interroge à aucun moment sur le bien-fondé de la tutelle que s’est arrogée le CRIF sur le souvenir de Madame Knoll, dans le cadre d’une marche républicaine.

***

Jerome GEROME a écrit : « Qu’arrive-t-il à Onfray : confondre Israël et les français de confession juive ??? »

Pascal Hadad a écrit : « Onfray le filousophe néoréactionnaire, Le Pen, le CRIF, la belle brochette d’ordures. »

abc efg a écrit : « Ce mec est bipolaire mais à 300%. Il dit tout et son contraire en permanence sous couvert de « philosophie ». C’est surtout une maladie. »

Houcine 073 a écrit : « Qu’avez-vous, monsieur Onfray, vos livres ne se vendent plus ou la pression sioniste est très forte ? Imaginez que je tue un juif en criant « Au nom de la République française ». Cela ferait de tous les Français des antisémites ? Votre logique est pathétique, et arrêtez de retourner votre veste à longueur de temps . C’est un crétin et un assassin qui a tué cette française de confession juive, et rien d’autre. »

Ababush a écrit : « Cette tartine de moraline est écœurante, en fait gerbante. Le pire, c’est qu’elle s’étale sur les deux faces de la tartine, Onfray dit tout et son contraire. »

Bouktit Mehdi a écrit : « Oulala, il a changé … il a dû passer au bureau de BHL. »

***

Si réjouissant que puisse être l’esprit critique manifesté dans ces commentaires, le philosophe Onfray n’en est pas moins aussi dangereux que ne peuvent l’être certains humoristes. Peut-être l’est-il même plus encore, en raison de son vernis de respectabilité alter-académique. Qu’on ne s’y méprenne, en effet : ce sont tous les alter-étudiants qui ont un jour assisté à ses cycles de cours et s’y sont abreuvé de ses paroles comme si elles étaient de lumière, et plus largement quiconque s’avère, en raison de déterminismes sociaux, par trop réceptif à des logorrhées de sophistes telles que la sienne, que le Normand conchie de son dilettantisme malveillant doublé de son profond mépris. Car Onfray n’est pas plus un entertainer qu’il ne fait dans la satire : il livre une vérité, la vérité à son estime, peut-être. Un contradicteur souligne-t-il l’une de ses incohérences ou corrige-t-il l’une de ses erreurs factuelles ou de ses approximations ? Il préférera la réitérer et le traiter de sot que de se ranger à sa rectification. Parce qu’admettre qu’il est faillible serait pour lui s’avouer vaincu ? Rien dans la présentation de sa pensée (souvent à chaud) n’est destiné à susciter le recul, tout pourtant à induire en erreur. Onfray est devenu un spécialiste de la caricature présentée comme une opinion éclairée, libertaire et alternative qui plus est. Et c’est rendre un très mauvais service au débat intellectuel ainsi qu’à l’édification des jeunes générations que de laisser prospérer de tels énergumènes…

A vous, à présent, de défaire la dernière en date de ses impostures, intitulée « Israël-Palestine : ni dieux ni maîtres », dans laquelle, après la conclusion de la Grande Marche du Retour, Onfray propose, référence à Camus à l’appui, de faire fi des leaders des deux camps pour ne s’intéresser qu’aux peuples, réputés en suspension, dont la religion commune (dixit l’intéressé), dès lors qu’ils sont tous deux sémites et qu’elle est abrahamique, constituerait la clé du salut, et dans laquelle il affirme en outre les responsabilités également partagées de l’occupé et de l’occupant. Et à vous également de déceler la cohérence d’ensemble. Courage !

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Le vieil homme et la politique…

« On ne retient presque rien sans le secours des mots, et les mots ne suffisent presque jamais pour rendre précisément ce que l’on sent. »

Diderot

***

Suis-je le fils de Régis Debray ? Je n’ai pas cet honneur. Dois-je pour autant me garder de lui répondre en lui écrivant ce qui m’est passé par la tête à l’écoute de son interview sur LeMédia il y a trois jours ?…

« Les intellectuels n’ont plus d’importance. »

Mais quelle importance veulent-ils encore se donner ? Est-ce une agora ingrate qui a forcé leur retrait, ou est-ce leur retrait qui a permis l’agora ingrate dans laquelle leurs succédanés ne sont même plus leur reflet, et les quelques-uns qui sont restés ont dû se plier à l’absurde ? Est-ce la première fois dans l’Histoire que les sophistes tiennent le haut du pavé ?

« Je viens d’un monde où le texte pouvait encore avoir un impact sur le cours des choses. […] C’est aujourd’hui l’image [qui prédomine]. »

Je ne suis pas dupe. Mais…

Dans quelle mesure la désillusion qu’a engendrée ce cours ne s’est-elle pas étendue au texte ? Et puis, quel texte ? Le plus littéraire ? Le plus universel ? Le plus intemporel ? Ou le plus idéologique ? Tous sont-ils également en voie d’extinction ?

Lorsque nous parviennent les images de Gaza, la charte des Nations-Unies et la Déclaration universelle des Droits de l’Homme ne sont-elles pas là, en filigrane de notre indignation ? Et ceux que ces images laissent froids, n’ont-ils pas été en majorité biberonnés par la culture du texte ?

Le texte comme point de départ d’une récupération imagée qui souvent déçoit ? Ou celui, non moins décevant, d’une pièce que l’on préférerait voir ? Le texte lu ? Le texte écouté ? Cent quatre mille vues sur YouTube pour la version anglaise du Prince de Machiavel y publiée il y a deux ans… Le texte écrit ? A quoi sert de lire si l’on n’écrit ? Or, qui écrit ? Et qui écrivait naguère ? La lettre du troufion à sa dulcinée, rédigée dans l’inconfort d’une tranchée, valait-elle le chant galvanisant écrit pour stimuler son ardeur au combat ? Si l’écrit avait un tel impact, que n’a-t-il empêché les deux guerres ?

Quant à l’image, laquelle ? Et sur quel support ? Celle que l’on reçoit passivement ou celle que l’on recherche et commente, le cas échéant, activement ? Celle qui s’impose dans le mobilier urbain ou celle que l’on choisit d’aller contempler dans une galerie ? Celle qui veut vous amener à un point donné ou celle qui vous laisse aller à votre guise ? Image du réel ? Fictionnelle ? Image d’un réel amendé ?

Image et texte sont-ils des catégories pures ? Le texte n’a-t-il pas vocation à susciter des images dans notre esprit, des émotions même, lui aussi ? Et l’image, qui en suscite tant, ne contient-elle pas un texte ? Dans un contexte où, bien que déclinantes, les lettres ont leur noblesse, que les images doivent encore largement acquérir, les gardiens du temple n’accentuent-ils le déclin en maudissant la bâtardise ? Gustave Doré, précurseur d’une abomination ? Un fossile, Godard ?

« La faillite dont je parle est [celle] d’un projet d’influence qui passait par l’écrit […], la réflexion, le débat, la délibération argumentée […]. »

Quoi qu’il se défendît, dit-on, de porter un tel projet, Socrate eut bel et bien un effet d’influence. Pourtant, il n’a jamais rien écrit. Ne devrait-on se réjouir de l’échec des projets d’influence si celui-ci donne lieu à l’émergence de projets de conscience ? Mener en éclairant par des kits de pensée et/ou disposer çà et là bougies et allumettes ? Pour une argumentation originale, combien d’austères et psittaciques resucées ? Argumentation que ce qui ne sort des sentiers battus, ou chapelet ? Exclusivité des canons occidentaux de l’argumentation ? Cordée ou essaim de lanternes chinoises volantes ? Argumenter certes, mais renoncer aux raccourcis et aux suggestions ? Et quelle place pour le point d’interrogation ?

« Si vous voulez être sérieux, vraiment sérieux, il faut aller chez Rouquier, le samedi soir. […] Parce que là, vous touchez beaucoup de monde. »

Poids des masses inversé, ô ironie !

« Je crois effectivement qu’il y a une ingénierie de la pensée. Elle était hier axée sur le texte écrit et imprimé […]. Elle était dans les livres, dans les revues […]. »

Si cette ingénierie relève de « la fabrication du consentement » ©, qu’il s’agisse d’un consentement à l’ordre du temps ou du consentement à un dessein qui se veut révolutionnaire, qu’elle se serve de l’écrit plutôt que de l’image la rend-elle plus vertueuse ?

« Aujourd’hui, je suis bien forcé de voir que le déclin des organisations socialistes et communistes ne fait qu’un avec le déclin des instruments d’influence liés à l’imprimé. »

Quoiqu’il s’en réclame, quelqu’un comme Bernie Sanders, qui se fonde fort peu sur l’écrit mais n’en suscite pas moins l’enthousiasme, ne s’inscrirait donc pas dans la tradition socialiste ? Un quelconque intellectuel, plutôt que de tenter vainement de recycler son œuvre comme un missel, a-t-il entrepris d’adapter Marx au temps présent (prise en compte de l’individualité, productivisme revu à l’aune des enjeux écologiques, valeur ajoutée du travail passée à la moulinette des ordinateurs quantiques) ?

« [C]elui qui décidera si [un projet se concrétisera] ou non, c’est le staff com’. »

Qu’est-ce qui, de l’échec retentissant des utopies dirigistes, de la prédominance de l’image sur l’écrit désormais, de la prépondérance du marketing dans la culture (de l’image) actuelle, ou, Internet faisant office d’accélérateur de particules, de la vitesse de diffusion et d’absorption des images (et concomitamment des cadres et des outils techniques – cf. Bernard Stiegler), qui, plus qu’un « présentisme » ©, induit un présentisme du déjà dépassé, et interdit par conséquent d’autant plus fermement tout attachement et tout recul, donc toute analyse, donc aussi tout changement autre que celui qui est subi, lequel s’inscrit dans la continuité, est le plus responsable du déclin du progressisme d’antan ? Est-il possible d’agir séparément sur chacun de ces paramètres ?

« La politique n’est pas une activité sérieuse pour l’esprit. » (citation de Julien Gracq)

L’est-elle pour la conscience, non au sens de l’éthique dans la prise de décisions, mais au sens du « Γνῶθι σεαυτόν » ?

« [D]ans la gestion des affaires courantes, j’ai constaté que la logique des forces l’emporte toujours sur la logique des idées. Il y a cet opportunisme croissant, cette façon de flotter sur l’émotion du moment […], cette obsession de la popularité, cette mise en scène de soi. »

Après le réquisitoire de Giroud, était-il encore permis d’en douter ?

« La nostalgie, c’est faire aussi bien que ceux qui vous ont précédé. »

Point besoin d’avoir vécu cela, d’avoir été celui-là, donc, pour en être nostalgique ? Une nostalgie fondée sur un leurre ? Pourrait-il s’agir aussi du frottement du moi actuel à un moi antérieur, qui, au contact imaginaire de ceux-là et de leur imposante aura, cofaçonnée par d’autres, s’imaginait par émulation devenir ce qu’il n’est pas devenu ?

« [A]voir un horizon, c’est croire en cet horizon, […], c’est mettre un pas devant l’autre, ce qu’un exercice un peu sec de la rationalité ne permet pas. »

Forcer le destin, en somme, par la foi, même si tout, à commencer par les regards quelquefois désabusés des vieux hommes, amène à penser qu’une goutte d’eau ne changera pas le mouvement de l’océan ? Le faire d’abord… pour soi, dans un cadre où la redondance est reine, l’imagination enchaînée, la pruderie revendiquée ? Y croire ? S’y croire ? Embrasser des chimères que l’on sait telles, se délester de sa lucidité… parce qu’il faut bien faire… quelque chose, quelque chose de conforme, somme toute, malgré les apparences, parce qu’il faut bien s’occuper ? Permanence du toujours changeant laisse à désirer grave. Se faire enfant ?

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Herb (tolerance) & the boys…

https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/03/macron-et-melenchon-sinvectivent-a-17-000-kilometres-lun-de-lautre_a_23425950

“The political locus of tolerance has changed : while it is more or less quietly and constitutionally withdrawn from the opposition, it is made compulsory behavior with respect to established policies. Tolerance is turned from an active into a passive state, from practice to non-practice : laissez-faire the constituted authorities.

It is the people who tolerate the government, which in turn tolerates opposition within the framework determined by the constituted authorities.

Tolerance toward that which is radically evil now appears as good because it serves the cohesion of the whole on the road to affluence or more affluence. The toleration of the systematic moronization of children and adults alike by publicity and propaganda, […] the impotent and benevolent tolerance toward outright deception in merchandising , waste and planned obsolescence are not distortions and aberrations, they are the essence of a system which fosters tolerance as a means for perpetuating the struggle for existence and suppressing the alternatives. […]

According to a dialectical proposition it is the whole which determines the truth – not in the sense that the whole is prior or superior to its parts, but in the sense that its structure and function determine every particular condition and relation. Thus, within a repressive society, even progressive movements threaten to turn into their opposite to the degree to which the accept the rules of the game. To take a most controversial case : the exercise of political rights (such as voting, letter-writing to the press, to Senators, etc., protest-demonstrations with a priori renunciation of counterviolence) in a society of total administration serves to strengthen this administration by testifying to the existence of democratic liberties which, in reality, have changed their content and lost their effectiveness. In such a case, freedom (of opinion, of assembly, of speech) becomes an instrument for absolving servitude. And yet (and only here the dialectical proposition shows its full intent) the existence and practice of these liberties remain a precondition for the restoration of their original oppositional function, provided that the effort to transcend their (often self-imposed) limitations is intensified. […]

There is a sense in which truth is the end of liberty, and liberty must be defined and confined by truth. Now in what sense can liberty be for the sake of truth ? Liberty is self-determination, autonomy – this is almost a tautology, but a tautology which results from a whole series of synthetic judgements. It stipulates the ability to determine one’s own life : to be able to determine what to do and what not to do, what to suffer and what not. But the subject of this autonomy is never the contingent, private individual as that which he actually is or happens to be; it is rather the individual as a human being who is capable of being free with the others. And the problem of making possible such a harmony between every individual liberty and the other is not that of finding a compromise between competitors, or between freedom and law, between general and individual interest, common and private welfare in an established society, but of creating the society in which man is no longer enslaved by institutions which vitiate self-determination from the beginning. […]

[…] [F]ree and equal discussion can fulfill the function attributed to it only if it is rational – expression and development of independent thinking, free from indoctrination, manipulation, extraneous authority. The notion of pluralism and countervailing powers is no substitute for this requirement. One might in theory construct a state in which a multitude of different pressures, interests, and authorities balance each other out and result in a truly general and rational interest. However, such a construct badly fits a society in which powers are and remain unequal and even increase their unequal weight when they run their own course. It fits even worse when the variety of pressures unifies and coagulates into an overwhelming whole, integrating the particular countervailing powers by virtue of an increasing standard of living and an increasing concentration of power. Then, the laborer, whose real interest conflicts with that of management, the common consumer whose real interest conflicts with that of the producer, the intellectual whose interest conflicts with that of his employer find themselves submitting to a system against which they are powerless and appear unreasonable. […] Under these circumstances, whatever improvement may occur “in the normal course of events” and without subversion is likely to be improvement in the direction determined by the particular interests which control the whole. […]

The factual barriers which totalitarian democracy erects against the efficacy of qualitative dissent are weak and pleasant enough compared with the practices of a dictatorship which claims to educate the people in the truth. With all its limitations and distortions, democratic tolerance is under all circumstances more humane than an institutionalized intolerance which sacrifices the rights and liberties of the living generations for the sake of future generations. The question is whether this is the only alternative. […]

Democracy is a form of government which fits very different types of society (this holds true even for a democracy with universal suffrage and equality before the law), and the human costs of a democracy are always and everywhere those exacted by the society whose government it is. Their range extends all the way from normal exploitation, poverty, and insecurity to the victims of wars, police actions, military aid, etc., in which the society is engaged – and not only to the victims of its own frontiers. These considerations can never justify the exacting of different sacrifices and different victims on behalf of a future better society, but they do allow weighing the costs involved in the perpetuation of an existing society against the risk of promoting alternatives which offer a reasonable chance of pacification and liberation. […] This means that the ways should not be blocked on which a subversive majority could develop, and if they are blocked by organized repression and indoctrination, their reopening may require apparently undemocratic means. They would include the withdrawal of toleration of speech and assembly from groups and movements which promote aggressive policies, armament, chauvinism, discrimination on the grounds of race and religion, or which oppose the extension of public services, social security, medical care, etc. Moreover, the restoration of freedom of thought may necessitate new and rigid restrictions on teachings and practices in the educational institutions which, by their very methods and concepts, serve to enclose the mind within the established universe of discourse and behavior – thereby precluding a priori a rational evaluation of the alternatives. […]

While the reversal of the trend in the educational enterprise at least could conceivably be enforced by the students and teachers themselves, and thus be self-imposed, the systematic withdrawal of tolerance toward regressive and repressive opinions and movements could only be envisaged as results of large-scale pressure which would amount to an upheaval. It would presuppose that which is still to be accomplished : the reversal of the trend. However, resistance at particular occasions, boycott, non-participation at the local and small-group level may perhaps prepare the ground. The subversive character of the restoration of freedom appears most clearly in that dimension of society where false tolerance and free enterprise do perhaps the most serious and lasting damage, namely in business and publicity. […]

The discussion [around the distinction between violent and non-violent action] should not be clouded by ideologies which serve the perpetuation of violence. Even in the advanced centers of civilization, violence actually prevails : it is practiced by the police, in the prisons and mental institutions, in the fight against racial minorities; it is carried, by the defenders of metropolitan freedom, into the backward countries. This violence indeed breeds violence. But to refrain from violence in the face of vastly superior violence is one thing, to renounce a priori violence against violence, on ethical or psychological grounds (because it may antagonize sympathizers) is another. Non-violence is normally not only preached to but exacted from the weak – it is a necessity rather than a virtue, and normally it does not seriously harm the case of the strong. (Is the case of India an exception ? There, passive resistance was carried through on a massive scale, which disrupted, or threatened to disrupt, the economic life of the country. Quantity turns into quality : on such a scale, passive resistance is no longer passive – it ceases to be non-violent. The same holds true for the General Strike.) […]

« Comprenez enfin ceci : si la violence a commencé ce soir, si l’exploitation ni l’oppression n’ont jamais existé sur terre, peut-être la non-violence affichée peut apaiser la querelle. Mais si le régime tout entier et jusqu’à vos non-violentes pensées sont conditionnées par une oppression millénaire, votre passivité ne sert qu’à vous ranger du côté des oppresseurs. »

(Sartre, Preface to Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, Paris : Maspero, 1961, p. 22)

[…] By whom, and according to what standards, can the political distinction between true and false, progressive and regressive (for in this sphere, these pairs are equivalent) be made and its validity be justified ? […] Historically, even in the most democratic democracies, the vital and final decisions affecting the society as a whole have been made, constitutionally or in fact, by one or several groups without effective control by the people themselves. The ironical question : who educates the educators (i.e. the political leaders) also applies to democracy. The only authentic alternative and negation of dictatorship (with respect to this question) would be a society in which “the people” have become autonomous individuals, freed from the repressive requirements of a struggle for existence in the interest of domination, and as such human beings choosing their government and determining their life. Such a society does not yet exist anywhere. In the meantime, the question must be treated in abstracto – abstraction not from the historical possibilities, but from the realities of the prevailing societies.

[…] The real possibilities of human freedom are relative to the attained stage of civilization. They depend on the material and intellectual resources available at the respective stage, and they are quantifiable and calculable to a high degree. So are, at the stage of advanced industrial society, the most rational ways of using these resources and distributing the social product with priority on the satisfaction of vital needs and with a minimum of toil and injustice. In other words, it is possible to define the direction in which prevailing institutions, policies, opinions would have to be changed in order to improve the chance of a peace which is not identical with cold war and a little hot war, and a satisfaction of needs which does not feed on poverty, oppression, and exploitation. Consequently, it is also possible to identify policies, opinions, movements which would promote this chance, and those which would do the opposite. Suppression of the regressive ones is a prerequisite for the strengthening of the progressive ones.

The question, who is qualified to make all these distinctions, definitions, identifications for the society as a whole, has now one logical answer, namely everyone “in the maturity of his faculties” as a human being, everyone who has learned to think rationally and autonomously.

The answer to Plato’s educational dictatorship is the democratic dictatorial dictatorship of free men. John Stuart Mill’s conception of the res publica is not the opposite of Plato’s : the liberal too demands the authority of Reason not only as an intellectual but also as a political power. In Plato, rationality is confined to the small number of philosopher-kings; in Mill, every rational human being participates in the discussion and decision – but only as a rational being. Where society has entered the phase of total administration and indoctrination, this would be a small number indeed, and not necessarily that of the elected representatives of the people. The problem is not that of an educational dictatorship, but that of breaking the tyranny of public opinion and its makers in the closed society.

[…] [I]s there historical evidence to the effect that the social origin and impetus of violence (from among the ruled or the ruling classes, the have or the have-nots, the Left or the Right) is in a demonstrable relation to progress […] ?

With all the qualifications of a hypothesis based on an “open” historical record, it seems that the violence emanating from the rebellion of the oppressed classes broke the historical continuum of injustice, cruelty and silence for a brief moment, brief but explosive enough to achieve an increase in the scope of freedom and justice, and a better and more equitable distribution of misery and oppression in a new social system – in one word : progress in civilization. The English civil wars, the French Revolution, the Chinese and the Cuban Revolutions may illustrate the hypothesis. […]

With respect to historical violence emanating from among ruling classes, no such relation to progress seems to obtain. The long series of dynastic and imperial wars, the liquidation of Spartacus in Germany in 1919, Fascism and Nazism did not break but rather tightened and streamlined the continuum of suppression. I said emanating “from among ruling classes” : to be sure, there is hardly any organized violence from above that does not mobilize and activate mass support from below; the decisive question is, on behalf of and in the interest of which groups and institutions is such violence released ? And the answer is not necessarily ex post : in the historical examples just mentioned, it could be and was anticipated whether the movement would serve the revamping of the old order or the emergence of the new. […]

The forces of emancipation can not be identified with any social class which, by virtue of its material condition, is free from false consciousness. Today, they are hopelessly dispersed throughout the society, and the fighting minorities and isolated groups are often in opposition to their own leadership. In the society at large, the mental space for denial and reflection must first be recreated. Repulsed by the concreteness of the administered society, the effort of emancipation becomes “abstract”; it is reduced to facilitating the recognition of what is going on, to freeing language from the tyranny of the Orwellian syntax and logic, to developing the concepts that comprehend reality. More than ever, the proposition holds true that progress in freedom demands progress in the consciousness of freedom. Where the mind has been made into a subject-object of politics and policies, intellectual autonomy, the realm of “pure” thought has become a matter of political education (or rather : counter-education).

This means that previously neutral, value-free, formal aspects of learning and teaching now become, on their own grounds and in their own right, political : learning to know the facts, the whole truth, and to comprehend it is radical criticism throughout, intellectual subversion. In a world in which the human faculties and needs are arrested or perverted, autonomous thinking leads into a “perverted world” : contradiction and counter-image of the established world of repression. And this contradiction is not simply stipulated, is not simply the product of confused thinking or phantasy, but is the logical development of the given, the existing world. To the degree to which this development is actually impeded by the sheer weight of a repressive society and the necessity of making a living in it, repression invades the academic enterprise itself, even prior to all restrictions on academic freedom. The pre-empting of the mind vitiates impartiality and objectivity : unless the student learns to think in the opposite direction, he will be inclined to place the facts into the predominant framework of values. Scholarship, i.e. the acquisition and communication of knowledge, prohibits the purification and isolation of facts from the context of the whole truth. An essential part of the latter is recognition of the frightening extent to which history was made and recorded by and for the victors, that is, the extent to which history was the development of oppression. And this oppression is in the facts themselves which it establishes; thus they themselves carry a negative value as part and aspect of their facticity. To treat the great crusades against humanity (like that against the Albigensians) with the same impartiality as the desperate struggles for humanity means neutralizing their opposite historical function, reconciling the executioners with their victims, distorting the record. Such spurious neutrality serves to reproduce acceptance of the dominion of the victors in the consciousness of man. […]

I have tried to show how the changes in advanced democratic societies, which have undermined the basis of economic and political liberalism, have also altered the liberal function of tolerance. The tolerance which was the great achievement of the liberal era is still professed and (with strong qualifications) practiced, while the economic and political process is subjected to an ubiquitous and effective administration in accordance with the predominant interests. The result is an objective contradiction between the economic and political structure on the one side, and the theory and practice of toleration on the other. The altered social structure tends to weaken the effectiveness of tolerance toward dissenting and oppositional movements and to strengthen conservative and reactionary forces. […]

With the actual decline of dissenting forces in the society, the opposition is insulated in small and frequently antagonistic groups which, even where tolerated within the narrow limits set by the hierarchical structure of society, are powerless while they keep within these limits. But the tolerance shown to them is deceptive and promotes coordination. And on the firm foundations of a coordinated society all but closed against qualitative change, tolerance itself serves to contain such change rather than to promote it. […]

Law and order are always and everywhere the law and order which protect the established hierarchy; it is nonsensical to invoke the absolute authority of this law and this order against those who suffer from it and struggle against it – not for personal advantages and revenge, but for their share of humanity. […]”

Marcuse, Repressive Tolerance, Beacon Press, Boston, 1965

http://www.marcuse.org/herbert/pubs/60spubs/1965MarcuseRepressiveToleranceEng1969edOcr.pdf

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

« On peut traverser la vie sans même soupçonner leur existence »…

Some years ago, I made some observations on nitrous oxide intoxication, and reported them in print. One conclusion was forced upon my mind at that time, and my impression of its truth has ever since remained unshaken. It is that our normal waking consciousness, rational consciousness as we call it, is but one special type of consciousness, whilst all about it, parted from it by the filmiest of screens, there lie potential forms of consciousness entirely different. We may go through life without suspecting their existence; but apply the requisite stimulus, and at a touch they are there in all their completeness, definite types of mentality which probably somewhere have their field of application. No account of the universe in its totality can be final which leaves these other forms of consciousness quite disregarded. How to regard them is the question, for they are so discontinuous with ordinary consciousness.

William James, « The Varieties of Religious Experience » (1902)

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Qu’est-ce que le Bien suprême sinon l’harmonie sans contrainte ?

Conscience et sagesse sont indépendantes du nombre. Les deux peuvent se croiser, mais ils ne sont pas interdépendants. Les exigences des unes et de l’autre ne sont pas les mêmes. Le nombre est forcément prosélytique, et il condamne qui ne succombe à son prosélytisme. Sagesse et conscience ne le sont pas. Même lorsqu’il se revendique d’elles, il atténue leur portée, parce qu’il est nombre. Et parce qu’il ne peut être efficace qu’à cette condition. Efficace à maintenir le statu quo ou à produire du changement. Un changement que, dès l’entame, la relégation de la conscience et de la sagesse rend caduc. Le nombre, lorsqu’il ne vise pas à les consacrer, n’est qu’une imposture. Une aliénation parmi d’autres. Aliénation de soi et aliénation de la profondeur de l’Humanité. L’un a pour effet d’uniformiser, les autres d’harmoniser. Se soumettre au nombre parce qu’il est nombre, c’est renoncer au progrès. Et se convaincre que le nombre en tant que nombre représente le salut face au morcellement induit par la machine, c’est oublier que la machine peut prendre un nombre infini de formes. De même que la conscience, mais avec des résultats contraires. Alors que la sagesse brille paradoxalement par sa finitude. Adjoint à elles, le nombre pourrait déplacer des montagnes. Les reléguant, il produit au mieux une illusion de mouvement. Le nombre est une injonction, la conscience une mise en abîme, la sagesse le sens de la vie…

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Hitler, reviens ! T’as pas fini le boulot !

Israël doit disparaître de la carte.

Les juifs du ghetto de Varsovie n’étaient que des cafards drogués dans une bouteille.

L’endoctrinement mortifère auquel sont soumis les enfants israéliens produit des générations de déséquilibrés.

Le nombre exact de victimes juives du nazisme importe certes, mais il est secondaire; c’est la politique menée, qui les visait tous, qui doit primer dans les consciences.

Depuis sa fondation, Israël s’est employée méthodiquement, en pourchassant, tuant, humiliant et réduisant à la servitude les Palestiniens, à annihiler une seconde fois les victimes juives du nazisme.

Des organisations telles que le CRIF sont des cinquièmes colonnes à la solde d’un gouvernement étranger.

Ces institutions ont été phagocytées par une droite dure dont l’ambition est de pousser vers les marges tout parti ou mouvement de gauche à défaut de les éradiquer, y compris au sein de la communauté juive, dupliquant ainsi la société israélienne post-Rabin.

S’il n’y a pas de gène juif, les juifs ont-ils pu faire l’objet d’un génocide ?

L’Etat d’Israël tient la judéité en otage.

Les nazis n’ont jamais eu recours aux chambres à gaz.

Le gouvernement Netanyahou est un gouvernement préfasciste copain comme cochon avec des homologues aussi vertueux que le gouvernement magyar.

La circoncision est à l’homme ce que l’excision est à la femme.

Le CRIF est une pieuvre qui ne dialogue pas avec ses opposants, mais les brocarde, les intimide, les censure, infiltre leur vie privée, détruit leur carrière, les fait tabasser, bref recourt à des procédés totalitaires.

L’extermination par le régime nazi d’un nombre incalculable de juifs est une affabulation.

L’Etat d’Israël est intrinsèquement impérialiste, raciste et exclusiviste. L’apartheid est sa condition sine qua non.

Les dirigeants du CRIF ont une mentalité de viking au-dessus des lois.

Les juifs de France ne sont pas l’avant-garde de la République. Ils n’ont pas à l’être. Pas plus qu’ils ne doivent souffrir la moindre discrimination, ils ne doivent bénéficier du moindre traitement de faveur.

Les donateurs étrangers à Tsahal, l’armée israélienne, soutiennent une organisation terroriste.

Admirable peuple de science que celui qui se fonde sur un roman populaire pour réclamer des droits politiques !

Une majorité d’Israéliens se considèrent comme des Übermenschen, les Palestiniens comme des sous-hommes, voire comme des bêtes, voire comme des gens qui ne sont rien. En tout état de cause, ils sont incapables de reconnaître leur humanité.

La glorification de l’appât du gain et les inégalités pharaoniques sont l’expression du triomphe de la mentalité juive.

Etant entendu que l’holocauste est une offrande, qu’espéraient les juifs en échange du leur ?

Qu’Israël se débrouille; l’Occident a remboursé sa dette !

Curieusement, les juifs du Nouvel Ordre mondial qui œuvrent à l’évanescence des Etats européens ne revendiquent rien de tel pour l’Etat d’Israël.

La plupart des israéliens, femmes y compris, partagent avec la plupart des musulmans la nécessité pathologique d’affirmer une virilité exacerbée.

Ce sont le CRIF et les médias unilatéraux qui sont coupables de l’importation en France du conflit israélo-palestinien.

En Europe, des armées de trolls israéliens et/ou juifs inondent sous cape musulmane les réseaux sociaux d’appels à la haine et de messages antijuifs.

Comme l’atteste ses propres écrits, le devoir de censure sur lequel planche Gil Taïeb à la demande du gouvernement Philippe vise en réalité à tarir sur les réseaux sociaux toute expression, haine y compris, qui s’oppose à la haine des extrémistes juifs.

***

Au gré d’agendas politiques de moins en moins opaques, la notion d’antisémitisme, essentiellement hybride et donc caduque dans l’utilisation qui en est faite, subit une inquiétante métamorphose. Saurez-vous, de manière non manichéenne, distinguer dans les affirmations qui précèdent ce qui trahit un antijudaïsme avéré de ce qui relève d’une opinion politique respectable, et déterminer pourquoi ?

Cet exercice est sponsorisé par la Stop Crucifying Jeremy Corbyn Foundation.

Alexis Corbière tient à s’en désolidariser fermement.

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Il fallait bien une « cellule riposte », en effet…

A vrai dire, j’aurais préféré ne plus avoir à écrire d’article consacré à Michel Onfray, le réactionnaire philosophe d’un hédonisme sans queue ni tête. Au fil de ses interventions toujours plus déjantées – oserais-je écrire décadentes ? – sur son site web officiel, dans le cadre de billets hebdomadaires tarifés (On ne reprochera pas à celui qui a bénévolement donné tant de sa personne de se chercher de nouvelles sources de revenus.), des billets dans lesquels la double pénétration fait office de métaphore médiatique, et la raison est toujours plus maltraitée, je m’étais d’ailleurs efforcé jusqu’à présent, bien que les occasions n’aient pas manqué, de ne rien céder de mon stoïcisme face à ses élucubrations.

Mais puisqu’avant qu’il ne déraille définitivement, je l’avais mentionné quelques fois ici, la plupart du temps de manière favorable, lui consacrant toutefois un articulet sarcastique intitulé « Onfray et l’Etat policier… de gauche ! », il me semble qu’une clarification s’impose, une clarification de mon point de vue le concernant, qui ne soit plus simplement thématique, comme dans l’articulet cité, mais générale, quant à son traitement des sujets qu’il choisit d’aborder, et à sa cohérence intellectuelle d’ensemble. Non que je me réjouisse de la pente sur laquelle s’est engagé le Normand, qui vaut décidément mieux que ce qu’il produit ces temps-ci, et que je prenne plaisir dans la foulée, dans ce modeste blog qui lui est assurément inconnu, à me mesurer à cette pointure ambivalente du microcosme médiatique, mais il est de distants compagnonnages intellectuels auxquels il vaut mieux, dans certaines conditions, mettre un terme, même s’ils s’étaient toujours accompagnés jusque-là d’un esprit (très) critique.

Le reproche le plus évident qui peut être adressé à Onfray est sa précipitation. Depuis quelques mois, en effet, il se rue sur les nouvelles fraîches tel un ado sur sa Playstation, et émet sans recul aucun sur chacune d’elles ou presque des avis à l’emporte-pièce plus affectifs que véritablement pensés et étayés. Que d’illustres écrivains français se soient essayé avant lui au mélange des genres, court terme journalistique et réflexion au long cours, on le sait, et ils ont brillamment répondu à la gageure. Mais n’est pas Camus qui veut, et une époque n’est pas l’autre : dans l’alchimie hasardeuse d’Onfray, le moins que l’on puisse dire est que le bât blesse…

Nombreux sont les philosophes respectueux d’eux-mêmes et de leur pensée (Stiegler, Lordon, etc.)  qui, ne s’y étant pas trompé, ont décidé de fuir comme la peste la réactivité pulsionnelle qu’escompte et qui fait tourner un marché de l’information que Twitter et les chaînes d’info en continu ont fait partir en vrille. Onfray, au contraire, dans cette instantanéité a décidé de faire son nid, au détriment de la noble activité de l’esprit qu’il se targue d’exercer, dont la société moderne a fait une profession.

Combat véhiculait les idées-forces d’un philosophe (son opposition à la guerre, notamment) conformément à un mot d’ordre précis : « informer bien au lieu d’informer vite, préciser le sens de chaque nouvelle par un commentaire approprié, instaurer un journalisme critique et, en toutes choses, ne pas admettre que la politique l’emporte sur la morale ni que celle-ci tombe dans le moralisme ». De telles idées-forces, c’est en vain qu’on en guette l’apparition dans les billets hebdomadaires d’Onfray, dont il serait aisé d’arguer par ailleurs, vu les raisons qu’il lui attribue, que le leitmotiv qu’il s’est choisi depuis qu’il s’est acoquiné avec un Zemmour suicidaire par procuration, la décadence de la civilisation occidentale, relève sans doute en grande partie d’un moralisme présenté comme un constat détaché.

Dans son dernier billet hebdomadaire en date, « Quand Macron est bon », Onfray s’attarde sur la réforme de la SNCF qu’entend mener au pas de charge l’actuel gouvernement français. Examinons son argumentaire, en tant qu’il est exemplatif de sa nouvelle démarche…

Dans son introduction, le billettiste affirme que c’est « une mythologie de la SNCF, du rail, du chemin de fer, [qui] s’enracin[e] dans la deuxième guerre mondiale, la résistance prétendue du rail, une résistance tardive, [à mettre en perspective avec] le pacte germano-soviétique et le suivisme du parti communiste, à l’époque, [par rapport à] la politique hitlérienne » qui explique les réticences actuelles face aux réformes annoncées. Or, indique-t-il, « il s’agit de changer un certain nombre de choses ». Les marottes parlant d’elles-mêmes, tout commentaire serait ici superflu.

Il poursuit : « on voit bien quelles pesanteurs il va y avoir du côté des prétendus progressistes, qui sont de grands conservateurs. La CGT se prétend progressiste; elle est extrêmement conservatrice sur ce terrain : ne touchons à rien du tout, laissons les choses en l’état, et puis de l’argent, de l’argent, de l’argent, de l’argent ». Onfray feint-il de considérer que la mue du transport ferroviaire que s’apprête à imposer après dialogue un ministre sur la sellette qui, en Grande-Bretagne, aurait déjà démissionné sera dénuée de l’empreinte idéologique qui caractérise la marche forcée vers la privatisation des services publics orchestrée par Bruxelles ? D’où tient-il que la CGT s’enorgueillit de la situation actuelle ? Les positions de ce syndicat sont-elles à géométrie variable selon les services publics visés ?

« Il n’est pas normal », délire Onfray, « que les conventions collectives qui datent de la machine à vapeur soient les mêmes que celles qui puissent aujourd’hui concerner un chauffeur de TGV ». Devant quelques poivrots ébahis, le ton ferme et assuré, Fernand, un habitué du café de la Pompe de la rue du Commerce à Caen en était arrivé, la semaine dernière, à la même conclusion… Las ! La rapide consultation d’un site web spécialisé lui aurait permis de se rendre compte, si besoin en était, de l’absurdité de sa déclaration. Tchin tchin, Fernand !

Billevesée suivante, deux pour le prix d’une en réalité : « on voit bien que l’arme de destruction massive du syndicat, ça va être de dire : grève ! […] Là, pour le coup, on prend les usagers en otages, selon l’expression consacrée ». Consacrée par qui ? Que vaut cette expression ? Comment un syndicat pourrait-il à la fois être partisan inconditionnel du statu quo et déployer rien de moins que des ADM, pardi !?

Et le Camus du (très) pauvre, héraut d’une juste cause, d’exprimer son indignation en fustigeant la grève, simple moyen d’ « emmerder les gens du quotidien, les gens qui vont travailler […] ». On ironise, on ironise, mais on aurait tort de sous-estimer la portée philosophique de concepts fulgurants tels que « les gens du quotidien », dont, cela va de soi, ces « emmerdeurs » de cheminots ne font pas plus partie qu’ils ne travaillent : ils glandouillent tout au plus, les bons à rien !

Car « ça ne marche pas, les trains ne marchent pas, les trains n’arrivent pas à l’heure, les correspondances n’existent plus, ce n’est plus fiable, ça coûte cher, la sécurité n’y existe plus, dès qu’il y a des feuilles sur les voies, les trains patinent et ne peuvent pas arriver ». On saisit là toute la nuance, toute la finesse d’analyse factuelle, du philosophe, et on comprend tout à coup ce qui sépare ce dernier du commun des mortels. Mais on ne peut s’empêcher, malgré tout, de se dire que si tout cela est vrai, ce serait plutôt le management de la SNCF qu’il reviendrait à l’usager de blâmer…

Quoi qu’il en soit, vive la réforme ! Et vive même la méthode annoncée pour l’appliquer, à savoir de nouvelles ordonnances. Rappelons à toutes fins utiles que celui qui s’exprime se proclame libertaire : « [on nous dira que ] c’est terrible, [que] c’est antidémocratique. C’est tellement antidémocratique que c’est prévu par la démocratie ». Au même titre que le référendum, serait-on tenté d’ajouter, dont on se demande bien pourquoi il a si peu la cote…

« On peut imaginer effectivement que, dans un monde idéal, le Parlement permette vraiment de faire un travail parlementaire […] [mais] les navettes [entre une Chambre et l’autre, et entre commission et séance plénière] sont faites pour empêcher le changement ». Ceux qui pensaient qu’elle visaient à permettre un examen serein des textes afin d’éviter des conséquences néfastes que le législateur aurait insuffisamment prévues en sont pour leurs frais. Schnell ! La dette de la SNCF a beau s’être creusée en plusieurs longues décennies, les problèmes de gestion et d’attractivité commerciale soulevés ne pas dater d’hier (C’est un euphémisme.) et leur résolution requérir une réflexion élaborée et minutieuse, « il faut que ça change, il faut que ça bouge, il faut que ça aille vite ». Pourquoi ? Parce que, répond grosso modo le philosophe.

« Les ‘cars Macron’ vont continuer à perdre des dizaines de millions d’euros en 2017 »

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/11/25/les-cars-macron-vont-continuer-a-perdre-des-dizaines-de-millions-d-euros-en-2017_5220338_3234.html

« Macron est bon », en somme. Et que celui qui, il y a neuf mois, nous disait encore que la dernière élection présidentielle n’a été qu’un « simulacre de démocratie » soutienne à présent qu’ « après tout, les gens ont voté; ils ont leur majorité » ne devrait étonner personne : il est bon, Macron. Il « est très loin de la méthode Hollande, qui, avec le mariage homosexuel, [a] fait pourrir tout »…

Rideau !

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , | Poster un commentaire

« Menselijke natuur en ideale maatschappij »…

FYI : youtube.com/watch?v=3wfNl2L0Gf8 (Chomsky’s 1971 debate with Foucault in the Netherlands)

***

The guy asking the first question in your video, Kyle, is Jean Bricmont, actually a Chomsky-fan who, to some extent, played the devil’s advocate that evening. He himself co-authored a book published in 1997 called Fashionable Nonsense, Postmodern Intellectuals’ Abuse of Science, in which he used epistemology to demonstrate said relativism’s effect on scientific research, social sciences in particular.

Bricmont, seen here in a 2011 debate in Brussels (Belgium), is one of Chomsky’s (and Greenwald’s) European counterparts when it comes to freedom of expression. In France, Chomsky, who in 1979 wrote a short paper in defense of a known French revisionist’s freedom of expression the latter ended up using as a preface to one of his books (chomsky.info/19810228/) is regarded by the majority of the intelligentsia as highly controversial still, to the point the French Parliament, under the impulse of its then Socialist (Social-Democratic) majority, cancelled the November 2016 event during which he was supposed to receive an award for his work in the field of linguistics : allow such a ‘backer of the worst kind of anti-Semites’ to speak in the temple of French democracy ? No way !

And this is where the debate on moral relativism is getting really interesting : are all opinions, including anti-Semitism, (morally) equivalent ? However ludicrous it may sound, this idea is exactly what Chomsky has been accused by elite French zealots of promoting, whereas he merely advocated linear (non-relativistic) freedom of speech : if you don’t allow even the most repulsive political theorists to speak, how will you be able to demonstrate some theories (and their subtext) are not morally equivalent to others ? In other words, ‘relative’ freedom of expression (that is to say decreeing on moral grounds who may and who may not speak, which opinions may be heard and which not), which also amounts to moral relativism, but one whose definition is the exact opposite of the one given here, in that an overall right is selectively conceded, hence subject to arbitrary determinations, is likely to bolster up the moral relativism you are talking about. The French MPs who ordered Chomsky be escorted out of Parliament thought the contrary, of course : to them, anyone endangering the memory of the Holocaust as it has been crystallized (an absolute, despite the inconsistencies pointed out by some, not all anti-Semites) must be silenced in order to avoid moral relativism, which to them nonetheless vindicates the intellectually dishonest false equivalence they establish between Chomsky’s stance and the revisionist agenda. And, if nothing else, this crystallization is precisely a social/political construct (https://en.wikipedia.org/wiki/Gayssot_Act), isn’t it ? If so, are Chomsky and Bricmont, by claiming that too has to be debatable, somehow aligning with Foucault ? I’ll let you think about all of that for a while…

 

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Enlightened against racism : face à la répression, fait-on mieux de se taire ?

Loi n° 60-773 du 30 juillet 1960 autorisant le gouvernement à prendre, par application de l’article 38 de la Constitution, les mesures nécessaires pour lutter contre certains fléaux sociaux.

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article unique. Le Gouvernement est autorisé, dans la limite des crédits ouverts, à prendre par ordonnances, dans les conditions prévues aux alinéas 2 et 3 de l’article 38 de la Constitution et pendant un délai de quatre mois à compter de la promulgation de la présente loi :

[…]

4° Toutes mesures propres à lutter contre l’homosexualité.

***

Adulte, vous consommez du cannabis. Vous savez que c’est illégal. Mais vous savez aussi que cette illégalité est une imposture. Vous n’ignorez pas qu’en clamant haut et fort que vous en consommez, vous vous exposez à l’Etat répressif et que, si vous n’êtes ni dans le showbiz ni dans les pages de L’Eventail, vous pourriez vous en mordre les doigts. Pourquoi vous faut-il le clamer malgré tout ?

Parce que vous taire équivaudrait à valider l’imposture. Or, la valider signifierait justifier la qualification délictueuse de cette consommation. Par conséquent, vous feriez de vous-même un(e) délinquant(e). Et ainsi, bouclant la boucle, vous vous fondriez dans l’hypocrisie bourgeoise et sanctionneriez l’autorité morale raciste et frauduleuse d’un législateur qui vous perçoit et vous traite comme un(e) enfant.

En même temps que de votre liberté, c’est de votre honneur qu’il est question. Et si l’innocent (du point de vue de l’éthique) accepte de transiger quant à son innocence, il ne se soumet pas seulement à l’arbitraire; il lui apporte son soutien tacite !

Tu as là un agneau devant toi. Il est à ta merci. Que feras-tu, Homme ? Réfléchis bien…

https://www.vice.com/en_us/article/ypvqv7/how-a-mans-13-year-jail-sentence-for-two-joints-was-reduced

Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.