Uncategorized

‘Alex’ – back

‘Alex’ – front

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Now, I’m no campaign manager…

Faiz Shakir

and i don’t mean to pullute something beautiful or anything

but huh

ya know…

emulation and stuff…

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Phil’s tribulations…

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Hij wordt geen slaaf, Moedertje ! Hij had het je nochtans gezegd…

Maar hij heeft het wel gehad.

En hij doet niet meer mee.

For years, this ordeal has been lasting, almost a decade.

Une vie de bâtons dans les roues.

De renoncements imposés et sans fin.

De paumés et de rats making plans for Nigel.

D’iniquité.

Testing, harassing, suffocating, killing Nigel bit by bit.

And having a good laugh about it.

Polluting the air, polluting past, present and future.

Polluting words, freedom, dreams and the pursuit of happiness.

As self-defined.

Making life a living hell.

And for what, petites créatures de misère ?

You don’t need to be a hero.

Je hoeft geen Chelsea te zijn.

Om het te ervaren.

To give your more yet receive your less.

To experience it.

The enormous apparatus of nothingness called society.

Jackals in suits, wat een beschaving indeed !

Waarin leven een monopolie is.

For the most rapacious.

What a wonderful world laten jullie niet achter, geachte ouders…

A cette génération sacrifiée sur l’autel de vos inconséquences.

De votre fourberie et de votre frime, de vos reniements et de votre hystérie.

Après vous le déluge, les croque-mitaines et les flics !

Obéir à ça ? Plutôt crever !

L’obéissance, c’est pour les militaires et les gratte-papier.

Crever pour vot’ bon plaisir ? Vivre plutôt !

Même si l’esprit est las dans cette infinité

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Non à l’égoïsme débridé ! Non au collectivisme absolu !

« De moins en moins de société », G, à la Thatcher, ou de plus en plus de société non hiérarchique et non bureaucratique ? Quelle place pour les enjeux de société, voire de civilisation, dans ce raisonnement (l’écologie, par exemple) ? Et quelle implication citoyenne dans le cadre des politiques menées ?

500 €/mois au départ, mais en remplacement de quelles allocations et/ou de quels services actuels (sachant qu’aux Etats-Unis, des libertariens vont jusqu’à préconiser, en cas d’instauration d’un revenu universel, le démantèlement subséquent de tous les services publics) ?

Comment s’assurer que ce qui sera abrogé au bénéfice de l’UBI le sera dans une optique émancipatrice, et non pas uniquement pour ces misérables 500 € ? Peut-on concevoir, a fortiori dans le rapport de forces actuel, à dominante oligarchique, le dépassement d’un tel seuil symbolique sans « blood, sweat and tears », par la raison et le bon sens uniquement ? Et à quel sort sont promis les (très) miséreux dans l’intermède ?

***

Entre 5.000 €/mois et « des niveaux de rémunération extrêmes », il y a de la marge, non, Môssieu Friot ? Quelle est la valeur absolue d’un diktat fondé sur des partis pris individuels mais supposé s’appliquer à tou(te)s ?

Es-tu seulement capable d’envisager la Providence sans tutelle et sans dirigisme ? Est-il humainement concevable que l’évaluation par les pairs soit absolument scientifique, exempte de tout affect et de tout a priori ? Et quel pourrait, en effet, être le poids d’une parole discordante et de l’expérimentation individuelle (ou alternativement collective) face à la masse et aux petit(e)s sergent(e)s-chef(fe)s de la parité ?

Quoique basiques (et potentiellement dévastateurs dans l’attente de mieux), les 500 €, dans l’option koenigienne, ont au moins le mérite de proposer une passerelle effective entre l’existant et l’en-puissance. Quel moyen pour atteindre la propriété collective de l’entreprise, condition sine qua non du modèle que tu proposes ? La crise financière à venir et la misère exponentielle qu’elle engendrera seront-elles des leviers bénéfiques ?

Oui à la concrétisation de la philosophie émancipatrice ! Oui à la gestion collective des communs !

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Es-tu là ?…

“My problem – I can see this now – is that, not unlike suits on their inane and joyless little world, I, however opposed to them, focused only on my world of wonders, whereas I should have kept a foot in both. As Aldous, my august predecessor, once said, you have to try to make the best of all worlds. I mean, you can’t do anything worthwhile if you don’t at least have knowledge of them…

I was a good guy, I think, fundamentally. But I was too excessive, you know. And when you’re too excessive, you tend to forget to think. However, I’m still convinced that my message was deeply subversive and political, and that it still would be in today’s society : although guys like me weren’t confronting the corrupt establishment directly, they were scared of what we were doing. Because, basically, what we were saying to them was : we’re no longer your pawns, suckers, and we won’t be the pawns of any of your substitutes either ! Now, what could ever be scarier to the social machine ?

Ram, my old pal – you know, the one from that island somewhere in Hawaii; the old bugger turned 88 a few days ago – always told me : “What’s remarkable about you, Tim, is that you’re too detached, brother; you’ve gotta keep balance”. And I always answered : “Yeah, go tell that to the motherfuckers who run this penal colony !

But, in a way, he was right. If I had the chance, I wouldn’t do it all over again. This time, my creed would be : “Keep the switch between on and off at all times, tune in and be. And, incidentally, fuck ‘em all, of course…” [guffawing loudly]”

***

Pour moi, d’emblée, c’était la DragonSlayer, mec. Mais, bon, j’suis coriace et je me rends compte que pour les demi-portions, c’est peut-être un peu ardu au départ. Je te conseille de commencer par l’Atlantis. Tu verras, ça va te déniaiser, mon pote… C U there !

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : | Poster un commentaire

Musk… Is that from Muskovici or muskrat ?

You nailed it, morbidly rich billionaire ! (© Thom Hartmann)

Vern is a pedophile indeed, in that, by rushing to the rescue of the twelve Thai kids who were trapped in that cave, he manifested his friendship and affection towards them. For that is what ‘philia’ etymologically means. So, I’ve got news for you, Elon boy : in a way, even if your contribution was but a sheer publicity stunt, you’re a fucking pedophile, too ! Well, not fucking, actually. At least no more than a philosopher is someone who aims to fuck wisdom, or a philosemite someone who wants to fuck Jews : they would need ‘eros’ for that, dummy…

In addition to being an obvious pedophile – but aren’t we all ? Shame on those who aren’t ! –, is Vern a pedopredator as well ? He might be. But mightn’t he also just be fond of adult or college Asian flesh ? The truth is there’s no way for you to know, MF ! And that’s something you should have considered before going all Bolsonaro on the guy !

https://theintercept.com/2018/07/14/son-of-jair-bolsonaro-fascist-leading-brazils-presidential-poll-tweets-fake-poster-linking-lgbts-to-pedophiles/

I mean, look at that wanker’s face : no wonder he’s frustrated !

Bottom line : you’re such a baby, Elon. Time to grow up and stop playing with your toys…

https://oload.download/f/KEmJfp8vVqU

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Esprit des lois, es-tu là ?…

« Les habitants de Paris sont d’une curiosité qui va jusqu’à l’extravagance. Lorsque j’arrivai, je fus regardé comme si j’avais été envoyé du ciel : vieillards, hommes, femmes, enfants, tous voulaient me voir. Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres ; si j’étais aux Tuileries, je voyais aussitôt un cercle se former autour de moi ; les femmes mêmes faisaient un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs, qui m’entourait. Si j’étais aux spectacles, je voyais aussitôt cent lorgnettes dressées contre ma figure : enfin jamais homme n’a tant été vu que moi. Je souriais quelquefois d’entendre des gens qui n’étaient presque jamais sortis de leur chambre, qui disaient entre eux : Il faut avouer qu’il a l’air bien persan. Chose admirable ! Je trouvais de mes portraits partout ; je me voyais multiplié dans toutes les boutiques, sur toutes les cheminées, tant on craignait de ne m’avoir pas assez vu.

Tant d’honneurs ne laissent pas d’être à la charge : je ne me croyais pas un homme si curieux et si rare ; et quoique j’aie très bonne opinion de moi, je ne me serais jamais imaginé que je dusse troubler le repos d’une grande ville où je n’étais point connu. Cela me fit résoudre à quitter l’habit persan, et à en endosser un à l’européenne, pour voir s’il resterait encore dans ma physionomie quelque chose d’admirable. Cet essai me fit connaître ce que je valais réellement. Libre de tous les ornements étrangers, je me vis apprécié au plus juste. J’eus sujet de me plaindre de mon tailleur, qui m’avait fait perdre en un instant l’attention et l’estime publique ; car j’entrai tout à coup dans un néant affreux. Je demeurais quelquefois une heure dans une compagnie sans qu’on m’eût regardé, et qu’on m’eût mis en occasion d’ouvrir la bouche ; mais, si quelqu’un par hasard apprenait à la compagnie que j’étais Persan, j’entendais aussitôt autour de moi un bourdonnement : « Ah ! Ah ! monsieur est Persan ? C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être Persan ? » » (lettre 30, 1721)

ARTICLE 35

Version en vigueur du 5 octobre 1958 au 25 juillet 2008

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement. »

Version en vigueur au 25 juillet 2008

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. […] »

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

la dernière blague en date des enculés de « l’emploi »…

 

Télé-Loisirs : « est-ce que la célébrité t’a apporté le bonheur ? »

E. Naulleau: « non, la célébrité, c’est pas fait pour apporter le bonheur. La célébrité, c’est fait pour apporter l’argent, et quand on a l’argent, on a l’indépendance, c’est-à-dire qu’on peut repousser les casse-couilles, alors que quand on est pauvre, on ne peut pas repousser les casse-couilles. Les casse-couilles envahissent votre vie : on ne fait pas ce qu’on veut. On est obligé d’accepter des choses qu’on ne devrait pas accepter si on avait les moyens de les refuser.»

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.