Uncategorized

Pendant ce temps, au QG des Gardiens de la Révolution…

Publicités
Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Those his 2 demands, Don ? Or is it sth. else ?

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Esprit des lois, es-tu là ?…

« Les habitants de Paris sont d’une curiosité qui va jusqu’à l’extravagance. Lorsque j’arrivai, je fus regardé comme si j’avais été envoyé du ciel : vieillards, hommes, femmes, enfants, tous voulaient me voir. Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres ; si j’étais aux Tuileries, je voyais aussitôt un cercle se former autour de moi ; les femmes mêmes faisaient un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs, qui m’entourait. Si j’étais aux spectacles, je voyais aussitôt cent lorgnettes dressées contre ma figure : enfin jamais homme n’a tant été vu que moi. Je souriais quelquefois d’entendre des gens qui n’étaient presque jamais sortis de leur chambre, qui disaient entre eux : Il faut avouer qu’il a l’air bien persan. Chose admirable ! Je trouvais de mes portraits partout ; je me voyais multiplié dans toutes les boutiques, sur toutes les cheminées, tant on craignait de ne m’avoir pas assez vu.

Tant d’honneurs ne laissent pas d’être à la charge : je ne me croyais pas un homme si curieux et si rare ; et quoique j’aie très bonne opinion de moi, je ne me serais jamais imaginé que je dusse troubler le repos d’une grande ville où je n’étais point connu. Cela me fit résoudre à quitter l’habit persan, et à en endosser un à l’européenne, pour voir s’il resterait encore dans ma physionomie quelque chose d’admirable. Cet essai me fit connaître ce que je valais réellement. Libre de tous les ornements étrangers, je me vis apprécié au plus juste. J’eus sujet de me plaindre de mon tailleur, qui m’avait fait perdre en un instant l’attention et l’estime publique ; car j’entrai tout à coup dans un néant affreux. Je demeurais quelquefois une heure dans une compagnie sans qu’on m’eût regardé, et qu’on m’eût mis en occasion d’ouvrir la bouche ; mais, si quelqu’un par hasard apprenait à la compagnie que j’étais Persan, j’entendais aussitôt autour de moi un bourdonnement : « Ah ! Ah ! monsieur est Persan ? C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être Persan ? » » (lettre 30, 1721)

ARTICLE 35

Version en vigueur du 5 octobre 1958 au 25 juillet 2008

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement. »

Version en vigueur au 25 juillet 2008

« La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. […] »

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

la dernière blague en date des enculés de « l’emploi »…

 

Télé-Loisirs : « est-ce que la célébrité t’a apporté le bonheur ? »

E. Naulleau: « non, la célébrité, c’est pas fait pour apporter le bonheur. La célébrité, c’est fait pour apporter l’argent, et quand on a l’argent, on a l’indépendance, c’est-à-dire qu’on peut repousser les casse-couilles, alors que quand on est pauvre, on ne peut pas repousser les casse-couilles. Les casse-couilles envahissent votre vie : on ne fait pas ce qu’on veut. On est obligé d’accepter des choses qu’on ne devrait pas accepter si on avait les moyens de les refuser.»

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Nihil novi…

Ce que j’ai fait hier soir ? J’avais rien à foutre. Donc, j’ai regardé le vestige des années ’80 sur C8. Y avait pas d’actrice porno cette fois. Pas même une starlette de la téléréalité sur qui cracher son venin en toute tendresse, ou une bimbo à qui cureter le vagin (C’est coupé au montage…). Mais c’était une heure trente de nombril en gros plan quand même. Comme d’hab. Le gars, il a bientôt la septantaine, il te fait encore des émissions pour vieux ados… Quand il aura l’âge de Pierre Bellemare et quelques liftings de plus, il invitera le tout nouveau député Louis Sarkozy sous ses spots multicolores pour lui demander si gicler dans l’anus, c’est ensemencer. Si la troisième guerre mondiale éclate demain, il continuera imperturbablement de balancer ses confetti et ses paillettes virtuelles sur ses invités. Irrécupérable, le vieux !

Entre Camba-le-faux repenti et Lorant-la-sardine, je me faisais tellement chier que j’ai cherché du porno à downloader en même temps : j’ai trouvé Alex P., model de Madrid qui se faisait photographier par un gros batave assez lourd mais motivant, Brent Corrigan qui se branlait en filmant un autre twink qui se branlait (Même sans péné, on appelle ça une mise en abîme.), un certain Taylor aux pectos bien gonflés qui se chopait le cul dodu mais ferme de Marx (si, si !), le café-crème québécois Lukas Jensen qui s’enfilait des dildos, et le délicieux Tony Conrad tout nu et tout bronzé au Festival de la Bite de Porto, où il défonçait le petit Alec derrière une cloison de fortune. J’avais ce qu’il me fallait. Ah, ouais, ouais, là, ça irait loin…

En fond sonore, y avait toujours cette voix de con, pas la mystique du double du professeur Rollin, non, celle du vieux, qui accueillait en P3 une jeune écrivaine qui venait de pondre une pièce de théâtre populo sur ses voisins, dont voici le pitch, qui pourrait être une version heureuse de la sordide affaire Vanderlinden-Lavergne, dont la sélection ‘faits divers’ de Google, qui prend des proportions jamais vues ces temps-ci et affectionne particulièrement les épilogues sanglants, nous gave, jour après jour, de détails morbides : un sale perv qui épie son voisinage et écoute aux portes s’étonne du silence qui règne dans l’appartement de sa voisine du dessus, laquelle est pourtant supposée fêter son anniversaire. Ni une, ni deux, il se dit, le loser invétéré : c’est trop calme, faut que j’aille mettre un peu le bordel, faut que je fasse du bruit, faut que je la fasse chier. Qu’est-ce que je serais con de louper cette occasion ! C’est, résume la salope en noir à Bolloré, « la rencontre de deux solitudes », qui se conclut par une boum (Je reste dans le vocabulaire eighties pour pas le dépayser…). Passionnant, non ?

Non, « c’est pathétique », déclare, straight into the caméra, en parlant desdits voisins, le catho de bar à putes qui anime l’émission, la petite grimace du morveux raté qui regarde autrui de haut en prime. Et, là, c’était l’épiphanie ! Bien sûr : il s’adresse directement à moi, que je me suis dit. Ouais, ouais, ça peut être que ça. Vous connaissez ces moments-là, non ? Vous en avez tous vécu au moins un : un broadcaster s’adresse à toute la France et au-delà, mais ce qu’il dit et ce qu’il décrit est si proche de votre propre vécu que vous le prenez pour vous, et pour vous seul(e). En l’occurrence, il y avait de quoi. C’est irrationnel, je sais, mais… si c’était vrai ?

Il se trouve que j’habite dans un immeuble qui compte lui aussi ses pervs, ses vieux débris, ses chiens renifleurs, ses putains d’empafés infoutus de foutre la paix aux gens, bref ses losers. Je vous ai déjà raconté l’histoire de l’ancienne poufiasse du dessous, qui, jour après jour et nuit après nuit, même en son absence, m’avait, pendant deux ans, intoxiqué intentionnellement et en quantité industrielle avec ses perturbateurs endocriniens malodorants, au point qu’il m’était arrivé d’installer mon transat dans le couloir pour y dormir, tant mon appart, qu’il m’était devenu impossible d’aérer, puait la mort, à laquelle j’ai d’ailleurs échappé malgré un violent choc anaphylactique durant l’été 2015. Il y avait aussi la surprise, l’an dernier, de découvrir que mon compteur d’électricité, et le mien seul, avait été vandalisé le jour précis de mon anniversaire. Ou encore cette putain de concierge, qui, outre qu’elle correspond à merveille à l’image de sa profession, ce dont ne pouvait évidemment se douter le bénéfice du doute qu’à cet égard je lui avais initialement consenti, me cite comme suspect auprès de la police chaque fois qu’il se passe un truc pas net dans ce foutu immeuble : l’été dernier, par exemple, les portes d’une bonne vingtaine d’appartements ont été fracturées. Un travail de romanichels, ça, m’a pourtant assuré l’agent venu constater les dégâts. Son attitude est curieuse, étant donné que je partage avec le fils aîné de ladite commère l’amour de la mauvaise herbe. Ça devrait créer des liens, ça, non ? Surtout vis-à-vis de quelqu’un dont on contribue à payer le salaire et qui vous sort à brûle-pourpoint : « vous êtes la base de mon problème, Monsieur Baele ». Je vais t’en donner, du problème, si tu continues, poufiasse !

S’ajoute à ça, désormais, le grand retour de l’alcoolo de l’appartement du dessus, à qui, contrairement à l’héroïne de l’invité du bourrin royaliste de Bourganeuf, on ne peut décidément pas reprocher son calme, puisqu’il balance avec fracas, nuit et jour mais surtout nuit, toutes sortes d’objets sur le sol, transbahute d’un bout à l’autre de la pièce des meubles lourds sur le carrelage en prenant bien soin de ne pas les soulever, fait silence quelques minutes, puis remet ça en sens inverse… C’est un bon gars, m’avait dit l’agent de quartier la première fois que je lui en avais parlé, avant d’ajouter que leurs parents respectifs avaient vécu dans la même rue. Dans ces conditions…

Récemment, Onfray rappelait sa réaction face à un jeune énergumène qui, dans le train, avait mis ses pieds sur la banquette d’en face : il est nécessaire, parfois, de rappeler à qui de droit les rudiments de la vie en société dans une société totalement affranchie d’égard pour autrui. Je l’ai déjà écrit : à la notion de politesse qu’il invoquait à cette occasion, je préfère celle de respect, mais l’objectif est identique : faire en sorte que la société, voire la vie tout court, soit vivable, et, en particulier, dans mon cas, qu’il n’y ait pas constamment une odeur agressive de produit chimique ou un tapage nocturne de maniaque pour me rappeler que, comme un Russe moyen en Union soviétique naguère, je ne suis jamais vraiment chez moi, moi qui écoute invariablement mes émissions, mon porno et ma musique avec mes putains d’écouteurs !

Le voisin dont question a, hors insulte et métaphore, l’âge mental d’un gosse de cinq ans et la retenue qui l’accompagne, c’est-à-dire qu’il se comporte comme un singe nerveux incapable d’aligner deux phrases cohérentes. Comme l’héroïne susévoquée et son voisin à elle, nous partageons en effet une certaine solitude. Je mets à profit la mienne pour ouvrir mes horizons, lui la sienne pour me les fermer. Chacun ses préférences, chacun sa tournure d’esprit.

Peut-être ai-je déjà cité Wordsworth ici : « poetry is the spontaneous overflow of powerful feelings : it takes its origin from emotion recollected in tranquility ». Elle sursaute involontairement chaque fois que ce voisin de merde fait crisser avec délectation l’un de ses meubles sur son foutu carrelage, ma tranquillité à moi ! Certes, de nombreux habitants de HLM parisiennes doivent avoir beaucoup plus que ça à endurer, mais l’inversion de la charge du respect – qui n’est pas une charge d’ailleurs, mais devrait être spontané pour quiconque n’a pas été élevé parmi les rats –, cette inversion est la même : est intolérant, de nos jours, qui s’oppose au je-m’en-foutisme et aux nuisances d’autrui, et non qui crée ces dernières et fait chier son monde… Après tout, « c’est un bon gars », non ?…

Bref, impossible de ne pas, l’ombre d’une seconde – et pas plus, parce qu’il faut quand même pas charrier : y aura pas de boum en ce qui me concerne ! –, m’identifier au récit exposé chez le vieux réac de septante ans, soit grosso modo l’âge du chieur demeuré qui me sert de voisin…

Pas plus, du moins le pensais-je. En effet, sitôt que j’eus rejoint mon lit et annoncé à Morphée ma disponibilité temporaire, après avoir ensemencé le cul d’Alec, ce que bizarrement l’enfoiré du dessus s’était empressé quasi simultanément de faire lui aussi, Alec en moins (Souvent, je l’entends me suivre aux chiottes également, et, à force, l’hypothèse de la coïncidence n’est plus permise : le scato l’attire comme un aimant.), je me vis propulsé dans la peau de l’agent de la GeStaPo en noir (Faut écouter certains de ses invités vous raconter comment il s’est procuré ses renseignements à leur propos : c’est édifiant, Monsieur Bolloré !)…

Je marchais avec Crespo-Mara sur un boulevard parisien qui m’était inconnu. Elle me tenait le bras. Tout à coup, un violent coup de pied dans le dos m’a propulsé par terre. J’ai juste entendu : « sale fils de pute, retourne en enfer ! », et « viens, Crespo, on va te faire ta fête, ça fera longtemps que t’auras pas joui comme ça ! », puis le black-out…

Ce que j’ai fait quand je me suis réveillé ? Je vous le raconterai une prochaine fois, peut-être…

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Public service announcement to hackers worldwide !

Dear hackers worldwide, whether enlisted by your local mob, employed by a filthy corporation (including billionaire-owned mainstream media) or P.I. / private militia in service thereof, recruited by some intelligence service / foreign government,  or independent pirates, we have some good news for you…

Indeed, inspired by recent hacks of voter data and by Deep Root Analytics’ tremendous success in securing confidential information regarding virtually every U.S. voter, the Belgian government is about to take the historic decision to store all personal data, such as addresses, I.R.S. records, wage slips, bills, bank account and credit card numbers, pension records, health insurance numbers (and in time the health records themselves), as well as criminal records, of its eleven million citizens in one centralized cloud-based database.

Bribe a local clerk ? Medieval habit ! Detect potential business prospects without their knowledge, find out more about potential hires behind their backs, blackmail people, falsify information, are but a few online features Crooked Gov will soon be putting at your entire disposal, whether The People like it or not… Enjoy !

Of course, theoretically, they will be able to oppose their data be made accessible to private companies, but we all know how easily such a virtual restriction can be circumvented, don’t we ? 😉

And we also know a majority of honest law-abiding citizens won’t even care, or understand what’s at stake : if they’ve got nothing to hide, why should they worry ?

To gain access to some extra features, however, you will have to become a Premium member. Nah, just kidding… As fingerprints will soon become mandatory on every Belgian I.D. card, and said fingerprints will of course be stored in the cloud as well, you will be able to download them whenever you want to frame someone else for a crime.

Here’s the piece of technocratic shit you have to thank for this :

Please guys, be grateful !

Catégories : Uncategorized | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

« The Mummy XX – Spring Of The Mummy »

http://www.lesoir.be/1157654/article/actualite/belgique/politique/2016-03-21/elio-di-rupo-demeurera-president-du-ps-au-moins-jusque-fin-2019

C’est le lendemain du premier jour du printemps que la momie a choisi pour annoncer que, contrairement à ce que stipulent ses statuts, elle demeurerait présidente du parti socialiste belge jusqu’à la fin 2019… au moins ! Dans les faits, elle aura donc, dans un pays où les partis exercent une influence prépondérante, présidé aux destinées du PS belge pendant plus de vingt ans, étant entendu que, même lorsqu’elle était premier ministre, elle faisait la pluie et le beau temps au boulevard de l’Empereur. Le scandale Publifin, dont on se demande bien comment elle a pu l’ignorer ces cinq dernières années, tant la mafia liégeoise a arrosé tous les partis du cru, ne lui aura servi qu’à réaffirmer son autorité face aux prétendants à sa succession, ce qui ne peut manquer de susciter la question : combien d’autres scandales similaires affectant d’autres baronnies PS se tapissent-ils encore dans l’ombre en attendant de servir Sa Majesté ? Tous les cinq ans, à l’aune d’un petit coup de balai par-ci par-là, la momie se refait une réputation de Monsieur Propre à moindre coût. Mais elle ne parvient à le faire que parce qu’elle s’est consciemment abstenue de faire le ménage avant !

Jusqu’ici, pourtant, rien de bien dramatique : si les membres du PS souhaitent le maintien d’un autocrate à la tête de leur parti, ça les regarde. Certes, il y aura (peut-être) les éditos de quelque Luc Delfosse pour lui rappeler, comme ils l’avaient fait naguère avec ‘Gerardescu’ et son PSC, qu’il se pourrait que l’intéressé pâtisse d’une addiction (« Alors, Elio, stop ou encore ?« ), mais qui lit encore la presse écrite ?

En revanche, confier la cruciale campagne législative de 2019 (ou d’avant) à un type qui n’a été foutu de former un gouvernement qu’après 195 jours, et qui n’a, qui plus est, été capable de réaliser cette prouesse qu’au prix d’indéfendables concessions à la droite, dont certains de ses électeurs ne se sont toujours pas remis, voilà où le bât blesse, et c’est ce qui pourrait expliquer la mine visiblement renfrognée de Magnette au grand raout hamonnien de dimanche dernier.

http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150106_00581880

Ces concessions, loin de satisfaire une droite flamande alléchée par le sang, n’ont servi qu’à démontrer son manque de détermination. Et dire qu’elles ne l’ont pas satisfaite est euphémique : plus que de momie, le vieux Gepetto, au néerlandais rudement branlant, fait pour une majorité en Flandre office d’épouvantail. L’on voudrait sceller définitivement la scission de la Belgique, l’on ne s’y prendrait pas autrement. Que Brejnev se fût exprimé il y a quelques heures, à Bruxelles (!), sous un panneau luminescent appelant à « faire battre le coeur de la France » spreekt d’ailleurs boekdelen à cet égard. Où comment le poing levé de Destrée jadis s’est transformé, sous l’impulsion de la momie, en impuissante résignation…

Un Belge averti en vaut deux !

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

« There are times when all the world’s asleep | The questions run too deep » …

6

  • Erovinkin helped draft Trump dossier ? Makes no sense at first sight (If blackmail aim, why publish ?). Feeling unwell at the back of his car ?
  • Some deaths due to P himself, wanting to clean up the mess after election by severing ties with figures that could compromise him ?
  • Does P control all his troops ? (> Girkin)
  • Could P be marginalized by Moscow power elites ? (pres. election 2018)
  • No Russian reaction yet because of Trump election ?
  • Trump business deals with Russia with Russian mobsters on US soil ? Of what nature ? Legit or underground ? Sessions going to recuse himself from that investigation too ? Does he recall emoluments clause…
  • Some of them preparing attack in the US in case HC elected (> Gredenko/Markov) ?
  • Real reason behind Flynn resignation ?
  • Red Army Choir part of retaliation ? What about previous unexplained plane crashes ?
  • Karlov assassin indoctrinated ? How ? Same way ISIS fighters are ?
  • Churkin old style or Chavez style ?
  • Churkin / Kadakin happened after inauguration. Sanctioned by Trump or carried out by rogue intel cell (Pompeo already confirmed) ? Pvt contractor ? Foreign allies ?
  • Malanin > Athens (O’s last trip to Europe including fucking Greece ?!)
  • Each party feeding the far right ? (hawkish Dems > Russian hawks / Russian hawks > European extremes)
  • Trump impeached = greater risk of war ? (McCain-Ryan-Clintonites alliance)
  • Whole thing Great Architectural coincidence ?

 

 

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

2 novembre 2016

jordy-brouillard

Catégories : Uncategorized | Poster un commentaire

Joue avec Stéve et Vladoche…

1/ Vladoche prétend que Stéve a envoyé des F16 bombarder des civils à Alep les 17 et 18 octobre. Quelle est ta réaction ?

a/ C’est bien son genre, ça : à défaut de Wallons…

b/ Il manque pas d’air, Vladoche !

c/ Si c’est pas nous qui le faisons, ce sera quelqu’un d’autre. Alors, autant que ce soit nous, non ?

d/ Qu’il donne les noms, et on verra.

e/ Ouais, peut-être, mais le commandement suprême, c’est qui ?

 

2/ Pour appuyer son accusation, Vladoche a envoyé à Stéve par courrier diplomatique les numéros de série des avions dont les pilotes se seraient rendus coupables de ces crimes. Oui, mais voilà : Stéve affirme que ces numéros ne correspondent à aucun F16 belge. Ces numéros-ci, il les a appris par cœur dès son entrée en fonction.

a/ Qu’est-ce que tu veux qu’il dise. Il va quand même pas dire : « c’est nous, sorry ». Y aurait des indemnités à payer.

b/ C’est l’Etat takfiriste (E.T.) qui, en guise de représailles à la reprise de Mossoul (« moule », en arabe), s’est emparé des deux F16 belges, dont les pilotes roupillaient sur le tarmac, épuisés par les semaines de quarante-cinq heures voulues par la réforme Peeters, un affront que la Grande Muette s’est bien sûr empressée de démentir. Vladoche a donc vu juste, mais comment pouvait-il savoir que les pilotes n’étaient qu’à moitié belges ?

c/ Sacré Vladoche, toujours une longueur d’avance ! Chez Stéve, on rechigne à l’admettre, mais l’action « cornes d’abondance » a été initiée comme alternative à une contribution belge accrue au budget de l’OTAN, pour montrer que nous aussi, on sait le faire.

d/ C’est intentionnellement que Vladoche a envoyé à Stéve des numéros de série erronés.

 

3/ Dans l’hypothèse où cette dernière option serait la plus proche de la vérité, les numéros de série de Vladoche correspondent…

a/ à certaines des ogives nucléaires U.S. empilées à Kleine Brogel : « don’t worry, if there’s hell below »…

b/ aux cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 : bis repetita non placent

c/ à une poignée de slips Abanderado tachés que le prédécesseur de Stéve a malencontreusement laissés traîner dans une chambre d’hôtel new-yorkaise après ses entrevues nocturnes avec Petraeus, qui lui y donnait des cours…

d/ à des avions de ligne commerciaux.

 

4/ Si tel est le cas, pourquoi Stéve ne met-il pas publiquement cette odieuse tentative d’intimidation de Vladoche sur la place publique ?

a/  Parce qu’il n’a pas compris le second degré, pardi ! Ils sont comme ça, à la NVA…

b/ Parce que le faire impliquerait de lever un coin du voile qui recouvre la guerre aéronautique secrète que se livrent est et ouest depuis deux ou trois ans, et que la NVA hait le complotisme.

c/ Parce qu’après le crash entre un avion qui décollait et un autre qui atterrissait à Zaventem-National, évité de justesse au début du mois, la Belgique a montré à quel point elle était vulnérable aux interférences étrangères dans ses ondes nationales.

d/ Parce que Stéve a une autre carte à jouer : la levée unilatérale par la Belgique de l’embargo contre la Russie, que réclament à cor et à cri les producteurs de pommes hesbignons.

 

5/ A supposer que Vladoche ordonne à ses avions de tirer sur d’autres F16 belges fantômes, l’OTAN serait-elle statutairement obligée de soutenir Stéve ?

a/ Clair ça : bring it on !

b/ Faut voir, parce que Stéve lui-même bombarde un pays où il n’est pas le bienvenu, enfin pas tout à fait, mais un peu quand même, encore que pas vraiment…

c/ Ecoute, je vais te dire un truc : force, beauté, sagesse, fieu ! Et elle est où, la force de l’Europe ? Elle est nulle part. Nulle part elle est, tu m’entends ! Alors, si la peur de Dieu (en l’occurrence Vladoche) peut enfin aligner l’ouest de l’Europe sur son est précurseur, et fortifier le vieux continent au point qu’il s’inscrive dans une nouvelle course aux armements, ça sera toujours ça de pris, non ? C’est pas Denise qui dirait le contraire…

d/ Comme le dit un vieux proverbe flamand, « hoe meer gekken, hoe meer we lachen ».

 

6/ F.A., probablement financé par Gorbatchov, a déjà averti : l’expansionnisme belliqueux des E.-U.A. et l’arrière-garde extrémiste qui en est le fer de lance sont en train de créer des foyers d’instabilité aux quatre coins du monde, poussant notamment la Russie dans ses derniers retranchements, ce qui pourrait nous mener à WW III…

a/ « Black Hole sun, won’t you come… »

b/ Quel crédit accorder à ce personnage, voyons ?!

c/ They’re America, come on : they own the finish line…

d/ Duck and cover…

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées, Uncategorized | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.