Articles tagués : totalitarisme

Hitler, reviens ! T’as pas fini le boulot !

Israël doit disparaître de la carte.

Les juifs du ghetto de Varsovie n’étaient que des cafards drogués dans une bouteille.

L’endoctrinement mortifère auquel sont soumis les enfants israéliens produit des générations de déséquilibrés.

Le nombre exact de victimes juives du nazisme importe certes, mais il est secondaire; c’est la politique menée, qui les visait tous, qui doit primer dans les consciences.

Depuis sa fondation, Israël s’est employée méthodiquement, en pourchassant, tuant, humiliant et réduisant à la servitude les Palestiniens, à annihiler une seconde fois les victimes juives du nazisme.

Des organisations telles que le CRIF sont des cinquièmes colonnes à la solde d’un gouvernement étranger.

Ces institutions ont été phagocytées par une droite dure dont l’ambition est de pousser vers les marges tout parti ou mouvement de gauche à défaut de les éradiquer, y compris au sein de la communauté juive, dupliquant ainsi la société israélienne post-Rabin.

S’il n’y a pas de gène juif, les juifs ont-ils pu faire l’objet d’un génocide ?

L’Etat d’Israël tient la judéité en otage.

Les nazis n’ont jamais eu recours aux chambres à gaz.

Le gouvernement Netanyahou est un gouvernement préfasciste copain comme cochon avec des homologues aussi vertueux que le gouvernement magyar.

La circoncision est à l’homme ce que l’excision est à la femme.

Le CRIF est une pieuvre qui ne dialogue pas avec ses opposants, mais les brocarde, les intimide, les censure, infiltre leur vie privée, détruit leur carrière, les fait tabasser, bref recourt à des procédés totalitaires.

L’extermination par le régime nazi d’un nombre incalculable de juifs est une affabulation.

L’Etat d’Israël est intrinsèquement impérialiste, raciste et exclusiviste. L’apartheid est sa condition sine qua non.

Les dirigeants du CRIF ont une mentalité de viking au-dessus des lois.

Les juifs de France ne sont pas l’avant-garde de la République. Ils n’ont pas à l’être. Pas plus qu’ils ne doivent souffrir la moindre discrimination, ils ne doivent bénéficier du moindre traitement de faveur.

Les donateurs étrangers à Tsahal, l’armée israélienne, soutiennent une organisation terroriste.

Admirable peuple de science que celui qui se fonde sur un roman populaire pour réclamer des droits politiques !

Une majorité d’Israéliens se considèrent comme des Übermenschen, les Palestiniens comme des sous-hommes, voire comme des bêtes, voire comme des gens qui ne sont rien. En tout état de cause, ils sont incapables de reconnaître leur humanité.

La glorification de l’appât du gain et les inégalités pharaoniques sont l’expression du triomphe de la mentalité juive.

Etant entendu que l’holocauste est une offrande, qu’espéraient les juifs en échange du leur ?

Qu’Israël se débrouille; l’Occident a remboursé sa dette !

Curieusement, les juifs du Nouvel Ordre mondial qui œuvrent à l’évanescence des Etats européens ne revendiquent rien de tel pour l’Etat d’Israël.

La plupart des israéliens, femmes y compris, partagent avec la plupart des musulmans la nécessité pathologique d’affirmer une virilité exacerbée.

Ce sont le CRIF et les médias unilatéraux qui sont coupables de l’importation en France du conflit israélo-palestinien.

En Europe, des armées de trolls israéliens et/ou juifs inondent sous cape musulmane les réseaux sociaux d’appels à la haine et de messages antijuifs.

Comme l’atteste ses propres écrits, le devoir de censure sur lequel planche Gil Taïeb à la demande du gouvernement Philippe vise en réalité à tarir sur les réseaux sociaux toute expression, haine y compris, qui s’oppose à la haine des extrémistes juifs.

***

Au gré d’agendas politiques de moins en moins opaques, la notion d’antisémitisme, essentiellement hybride et donc caduque dans l’utilisation qui en est faite, subit une inquiétante métamorphose. Saurez-vous, de manière non manichéenne, distinguer dans les affirmations qui précèdent ce qui trahit un antijudaïsme avéré de ce qui relève d’une opinion politique respectable, et déterminer pourquoi ?

Cet exercice est sponsorisé par la Stop Crucifying Jeremy Corbyn Foundation.

Alexis Corbière tient à s’en désolidariser fermement.

Publicités
Catégories : Philo de comptoir | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Le hurlement sourd

Caisse (collage littéral spiralé, 06-04-14) - VERS 1Caisse – Vers. 1 (collage littéral spiralé), 06/04/14

***

(added January 18, 2015)

« I’m gonna bomb the Champs-Elysées »

Fuck the police ! Fuck France ! Police son of a whore ! […] The Kouachi brothers and Coulibaly were right. They’re good guys. I am a terrorist ! Allahu Akbar ! I’m gonna bomb the Champs-Elysées !

Thus spoke Ossama, an illegal immigrant from Algeria who has been living in Germany lately, and claims he has been visiting France as a tourist for the past ten days. He also threatened a Jewish nurse, telling her Hitler hadn’t “finished the job”.

Last November, the French Parliament passed a bill repressing the act of praising terrorism. The fifth article of the new law states : “direct incitement to commit terrorist acts or publicly justifying these acts shall be punished by a prison sentence of five years and a € 75,000 fine. When these acts are committed through an online communication service for the public, the sentence shall be a prison term of seven years and a € 100,000 fine. […]” (1)

Last Thursday, after an immediate summary trial, Ossama was sentenced to an effective fifteen-month prison term. Since the Charlie Hebdo attack, French courts, following an injunction from the minister of Justice, have ruled on similar cases, many of which seem to have involved alcoholics or mentally ill people, with utmost intransigence. The French Human Rights League is appalled by both the heaviness of the sentences and the hastiness of the trials (2). And so is Amnesty International (3).

In the US, there has been a debate about what exactly “supporting terrorists” meant. The applicable laws overseas in that regard are 18 U.S. Code § 2339A (“Providing material support to terrorists”) (4) and, of course, section 1021 of the 2012 National Defense Authorization Act (“Affirmation of authority of the Armed Forces of the United States to detain covered persons pursuant to the Authorization for Use of Military Force”) (5).

The former states that “[w]hoever provides material support or resources or conceals or disguises the nature, location, source, or ownership of material support or resources, knowing or intending that they are to be used in preparation for, or in carrying out, a violation of [follows a list of sections] or in preparation for, or in carrying out, the concealment of an escape from the commission of any such violation, or attempts or conspires to do such an act, shall be fined under this title, imprisoned not more than 15 years, or both, and, if the death of any person results, shall be imprisoned for any term of years or for life […]”.

As for the latter, it covers “[…] [any] person who planned, authorized, committed, or aided the terrorist attacks that occurred on September 11, 2001, or harbored those responsible for those attacks” as well as “[any] person who was a part of or substantially supported al-Qaeda, the Taliban, or associated forces that are engaged in hostilities against the United States or its coalition partners, including any person who has committed a belligerent act or has directly supported such hostilities in aid of such enemy forces”.

Both these laws are clearly addressing any and all forms of concrete support to terrorists. And both are controversial, but for different reasons :

– Section 1021 of the NDAA is only applicable to individuals suspected of having indeed, at some level, “substantially” collaborated to a terrorist attack which took place : how could there be a criminal if there is no crime ? But, at the same time, for the suspects, it explicitly entails the possibility of a suspension of what is probably the cornerstone of both the US and the French Criminal Code, namely habeas corpus (6) : the right to a trial, fair or not, can simply be rescinded by a sovereign decision from the Executive branch, a fait du prince. In other words, some individuals are no longer tried; they are « duly processed » (7), as under any authoritarian rule.

– 18 U.S. Code § 2339A, on the other hand, doesn’t question that right, but not only does it criminalize events that haven’t yet taken place (“in preparation of”) in the same way a 1996 French counterterrorism law does (8), it also allows a very broad interpretation of the notion of “support to terrorists”, which no longer needs to be substantial : as the Tarek Mehanna case indicates, simply translating an al Qaeda document into English is enough to be indicted… and convicted ! (9)

In a way, the new French piece of legislation is going even further than that. Indeed, even without (being suspected of) giving terrorists any kind of material support, and even without (being suspected of) belonging to any terrorist network, any French citizen can now be sent to prison for simply stating an opinion, however outrageous. Of course, refraining from publicly supporting nihilistic criminals shouldn’t be that hard, but one wonders a/ whether this is really a matter for the judiciary to settle; b/ what the government is hoping to gain by confining such forms of speech to the underground; c/ whether it isn’t thwarting the very purpose of the surveillance complex; d/ whether even more repression won’t exacerbate tensions rather than alleviate them.

Terrorism is also a wonderful excuse to crack down on Internet dissent. For years, old-school intellectuals have been complaining about social media. Rather than adapting and focusing on their positive side, they’ve helplessly been trying to turn the clock back. This law might prove useful in that nostalgic attempt, at least for a while, although it has been established the virtual web wasn’t responsible for the Kouachi brothers’ radicalization.

This week, I posted a vitriolic comment beneath the video of a debate about the Charlie Hebdo events. It was a short answer to someone posting another comment saying, in reference to the latest attack on Gaza : “why are French Muslims always getting so agitated about Israel’s every fart, ten thousand kilometers away ?” The next day, both that comment and my answer had been deleted, while all my other comments under the same thread, as well as Mr. Humanism’s, had been left untouched. Was the cleaner YouTube France, the news site that posted the video, or even the web police ? Who knows : I haven’t received any notification. Oh yes, I forgot : I had called the other guy a stinking scumbag, which, while being totally justified in his case, indeed constituted a formal breach of the platform’s rules of conduct. But, however that may be, and in spite of the fact there wasn’t any hope of bringing even an ounce of reason to that debate, someone somewhere had decided to suppress speech. And speech suppression is exactly what the new law is all about.

Until now, only a few well-documented historical events about which French society had reached a consensus fell under the law restricting freedom of speech. Though one might argue the latter ought to be paramount under all circumstances, as did Noam Chomsky, decades ago, when, without sharing his views for an instant, he supported a French revisionist’s right to oppose the Holocaust’s official narrative (10), it is understandable – though subject to debate – that, WWII having been a European battleground and not a US one, both sides of the Atlantic don’t share the same opinion when it comes to the interpretation of the 1st amendment provisions here and there, certainly not France, which was, after all, overtly collaborationist, and hasn’t stopped apologizing for it for the past two decades.

From now on, the French State is equipped with the tool allowing it to define what is historically accurate and morally right as history goes. Isn’t it ironic socialists, of all people, came up with this ? Isn’t it ironic that, although they’ve willy-nilly become the financial lobby’s allies, they are implementing laws which might be used to define what is real, in the very same way Soviet realism defined the truth (or Pravda) for all ?…

You think I’m exaggerating ? What if a documentary maker were to suggest in one of his videos 9/11 would never have happened had there not been half a century of US military invasions, plots and bombings in the Middle East prior to it ? Would that be justifying terrorism ? What if a famous French intellectual were to say : “[o]nce again we have quite extensive human rights reports, quite extensive documentation […] from Human Rights Watch, from Amnesty International and so forth, that Israel [routinely] targets civilians for death. So at that level, again, there seems to be, pretty much, an equivalence between the actions of Hamas and the actions of the State of Israel” (11) ? Would that amount to justifying the alleged terrorist acts committed by an organization mentioned on both the US and the European terrorism watchlist ? Subsequently, would that intellectual be sent to prison, according to the new law ? Would he, knowing international law, under strict conditions, foresees the possibility of belligerent reprisals “in reaction to a prior serious violation of international humanitarian law” (12) ? Next time Israel decides to bomb Gaza – because there will, there must, be a next time ! –, will all French demonstrators expressing their support for Hamas (for the right or the wrong reasons, and provided they’re allowed to demonstrate), be in turn sentenced to a five-year prison term and a € 75,000 fine ? Due to the arbitrary nature of the way it will be enforced, this law is like Pandora’s Box…

Never bomb what you once loved : in May 2013, while former ICC chief prosecutor Carla Del Ponte was pointing her finger at Syrian rebels during the first UN enquiry on chemical attacks in the country (13), and months before the famous “red line” event, French minister of Foreign Affairs Fabius requested the al Nusra Front (al Qaeda’s operatives in Syria) be placed on the European terrorism watchlist (14). Yet, in December 2012, he was quoted as saying this would be a bad idea because “they’re doing a good job on the ground” (15). Were he to utter that same statement today, would he too be put behind bars ?…

____________
(1) Source : Loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5F7F2085D4B28888D7948120B9336BA3.tpdjo08v_1?cidTexte=JORFTEXT000029754374&categorieLien=id

(2) Source : http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/16/apologie-terrorisme-justice-exemplaire-dexception-257145

(3) Source : http://www.amnesty.org/en/news/france-faces-litmus-test-freedom-expression-dozens-arrested-wake-attacks-2015-01-16

(4) Source : http://www.law.cornell.edu/uscode/text/18/2339A

(5) Source : https://www.govtrack.us/congress/bills/112/hr1540/text

(6) Read : https://en.wikipedia.org/wiki/Habeas_corpus

(7) In that regard, read AG Holder’s famous interpretation of the US Constitution : http://www.thewire.com/national/2012/03/holder-due-process-doesnt-necessarily-mean-courtroom/49509/

(8) Source : French Criminal Code, article 421-2-1 / Loi n°96-647 du 22 juillet 1996

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006149845&cidTexte=LEGITEXT000006070719

(9) Source : http://www.salon.com/2012/04/13/the_real_criminals_in_the_tarek_mehanna_case/

(10) To a lot of opportunistic and subservient members of the so-called French intelligentsia, all thinking about their careers, it has since then become vital to depict Chomsky as a bête noire par excellence, in other words to use him as a scapegoat. Last month, on Mediapart, a left-wing anthropologist had this to say about him : “Chomsky is indeed a revisionist and a negationist [= a Holocaust denier]. […] Being Jewish and anti-Semite is not incompatible.

Source : Alter-Egaux, Mediapart, Dec. 9, 2014

(11) Source : http://normanfinkelstein.com/2006/11/04/finkelstein-on-hamas-current-crisis-lebanon-hezbollahburlington-vt-09302006/

(12) Source : https://www.icrc.org/customary-ihl/eng/docs/v1_rul_rule145

(13) Source : http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/uns-carla-del-ponte-says-there-is-evidence-rebels-may-have-used-sarin-in-syria-8604920.html

(14) Source : http://www.english.rfi.fr/france/20130509-fabius-seeks-label-al-nusra-terrorist-group

(15) Le Monde, December 14, 2012

Le Monde, 14 décembre 2012____________
This article was edited January 20, 2015, to better reflect the fundamental flaws of both section 1021 of the NDAA and 18 U.S. Code § 2339A.

***

(ajout du 12 janvier 2015)

Onfray et l’Etat policier… de gauche !

Avez-vous entendu l’Onfray récemment ? Nous, oui. Et il n’était pas beau à entendre. C’était chez Laurel & Hardy, pas plus tard que vendredi dernier. Le topic du jour ? Les suites à accorder au Sept-Janvier, bien sûr, au One-Seven

Pour ceux qui l’ignoreraient, Onfray a une suite. Comme d’autres célébrités people, il peut compter, en effet, même si ce n’est sans doute pas lui qui tire directement leurs ficelles, sur une petite légion de redresseurs de torts électroniques qui, sitôt que vous avez publié le moindre commentaire tant soit peu critique ou nuancé à son propos, vous assènent, d’un ton peu amène, leurs quatre vérités, aussi carrées que l’objet de leur extase : vous ne comprenez pas le Maître. Le Maître ne se trompe pas. Le Maître est atypique. Le Maître est un bol d’air frais dans un PAF vicié. Le tout se terminant parfois par une ferme invite : suivez donc le Maître, inculte !

Mais nous le suivons, mes braves ! Pas de la même manière que vous, c’est-à-dire pas comme des idolâtres du grand pourfendeur des idoles, plutôt par curiosité intellectuelle. Et nous avons constaté qu’il n’est pas une émission à laquelle il ait récemment pris part lors de laquelle il n’ait, de manière aussi furtive qu’énigmatique, vanté les mérites des services de renseignement. Tout indique, entre eux et lui, l’éclosion d’une nouvelle idylle et, comme toujours, il vaut mieux, au début, ne pas trop en dire, se targuât-on de philosopher : cela pourrait compromettre la lune de miel…

Onfray : « je pense qu’il faut repenser la question de la Défense nationale à partir du service secret, à partir de l’information. On ne peut vraiment s’en sortir que si on prévient, pour empêcher que [des attentats aient] lieu. […] Ce sont des gens qui se connaissent tous, qui fréquentent les mêmes mosquées, qui connaissant les mêmes imams, qui sont dans les mêmes quartiers. Il y a une espèce de relation incestueuse entre tous ces individus. […] Moi, je suis [favorable à] ce qu’on puisse intercepter un certain nombre de conversations. Je ne suis pas contre ça, moi. »

N (de Z & N) : « un Patriot Act, en fait ? »

Onfray : « oui, sauf que, quand c’est le Patriot Act de Bush, on voit bien ce que ça veut dire : c’[était] aussi une façon pour Bush de maintenir son pouvoir en place et […] de vendre des armes, puisque [la guerre d’Irak] était nécessaire pour pouvoir entretenir le complexe militaro-industriel. […] Il faudrait une vraie pensée de gauche sur la question du service secret. »

A la décharge de l’anarchiste libertaire, qui dit s’inspirer de Proudhon – « parce que, selon Proudhon, une place importante, dans l’organisation anarchiste, est dévolue à l’Etat » (1) –, et pour faire taire sa horde de pitbulls de poche, précisons qu’avant de proposer une sortie de crise par une surveillance étatique accrue, Onfray avait dit tout le mal qu’il pensait des aventures guerrières des dernières décennies au Moyen-Orient, et très largement imputé le marasme actuel aux relations troubles entretenues par feu Mitterrand avec le parti de l’Infréquentabilité. Soit écrit en passant, il aurait pu y ajouter le double jeu cynique qui avait consisté à faire miroiter à une jeunesse paupérisée, marquée ethniquement, des lendemains qui chanteraient, à travers la fumeuse Marche des Beurs notamment, en n’ignorant pas que les promesses seraient, pour le moins, difficiles à tenir, et que, dans le meilleur des cas, l’embourgeoisement d’une clientèle électorale quasi privative n’augurerait rien de bon…

Cette incise conclue, revenons à nos moutons.

« Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa ». Après s’être longtemps frappé le torse suite à son camouflet historique de 2002, la gauche n’a cessé, depuis lors, visant quelque tardive rédemption, de se profiler à son tour sur le terrain sécuritaire, jurant ses grands dieux qu’on ne l’y reprendrait pas. La conséquence logique d’un tel aggiornamento est incarnée aujourd’hui dans toute sa rutilante mais creuse superbe par un premier ministre de gauche plus à droite que jamais, bombardé à son poste on ne sait trop comment (Cinq petits pourcents aux primaires suffirent, apparemment, à déplacer des montagnes.), qui, après avoir ressorti du garage, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, la vieille machine rouillée de la Guerre contre la Drogue, recycle aujourd’hui, comme un vieux 33-tours rayé, la sempiternelle, l’infernale, l’asphyxiante logorrhée de la Guerre contre la Terreur, qui, en effet, a brillé par son succès. L’escalade dans l’anachronisme suit ainsi la même trajectoire que l’ascension politique de l’intéressé, dont les livres d’histoire, pour autant qu’ils s’attardent sur lui, n’auront aucune peine à décrire la vaine fourberie : que serait-il sans ses « ennemis de l’intérieur » ?… (2)

Selon Onfray, il appartiendrait désormais à la gauche, à l’aune du One-Seven, de s’enfoncer davantage dans la gadoue, quitte à y perdre définitivement l’ectoplasme de son âme. Que l’on ne vienne surtout pas nous taxer de bisounourserie : à défaut de leur appliquer la logique de dissuasion nucléaire, dont chacun  sait qu’elle a rendu le monde plus sûr, les services secrets ont, en effet, un rôle à jouer en démocratie, à la condition expresse, bien sûr, que ce soit aux intérêts de la démocratie, et non à ceux de quelque phalange, fût-elle élue, qu’ils se proposent de veiller…

Or, à cet égard, l’ambiguïté du discours d’Onfray fait froncer les sourcils, lui qui affirme par ailleurs qu’ « on ne [lui] fera pas croire que les services secrets n’étaient pas au courant ». En l’occurrence, il serait ardu de nier que cette affirmation contient sa dose de fraîcheur dans le contexte docile du relai univoque de la Parole d’Etat, auquel, en marge de Charlie Hebdo, nous ont drillé les détenteurs de privilèges. Sa potentielle causticité pourrait même aller jusqu’à remettre en cause la compétence du dénommé Calvar, qui préside aux destinées de la DGSI, et au patronyme duquel il ne manque que deux voyelles, comme avait été mise en cause celle d’un certain Tenet, lui aussi actif dans le métier, naguère. Comment donc : ils savaient et ils n’ont rien fait ? Comment expliquer pareil attentisme ? La nécessité de revoir certains budgets à la hausse ? Celle de muscler l’Etat face la débandade, le traité transatlantique en toile de fond ? Celle de rendre légales des pratiques jusque-là confinées au flou juridique ? Nous sommes en démocratie, Monsieur !

L’ambiguïté est la suivante : si les services secrets savaient, comme Onfray l’affirme, c’est-à-dire s’ils avaient, il y a quelques mois, cessé de pister les mouvements des nouveaux barbares en parfaite connaissance du danger que ceux-ci feraient courir à la société, voire – pire encore – s’ils ont continué de les pister, en quoi les outils de surveillance et d’interception d’ores et déjà à la disposition desdits services, que ce soit en vertu de la dernière loi de programmation militaire (3) ou de l’équivalent de ce que l’on présente, en Belgique, sous l’euphémisme de « méthodes particulières de recherche » (4), leur étaient-ils insuffisants ? En toute logique, dans l’hypothèse avancée, c’est d’une déficience qu’il a été question, d’un « dysfonctionnement », comme on disait au moment de l’affaire Dutroux, non pas d’un manque de moyens, ni d’un cadre législatif inadapté.

S’ajoute à cela qu’au moment où l’interview d’Onfray était enregistrée, les auteurs présumés des faits (5) étaient en cavale. Leur parole, qui aurait pu être instructive pour ceux qui cherchent à comprendre sur base de faits, à jamais, depuis, s’est éteinte, jetant un voile sur les possibles ramifications de leur éventuel réseau, en France et à l’étranger. Or, comment, dans ces conditions, faire le portrait exact de l’ennemi ? Partant, comment proposer des remèdes à un mal indéfini ?

Malgré l’indépendance qu’il se ménage, Onfray est un personnage public. Il est étonnant que, du côté du miroir qui est le sien, le côté où l’on dit aux autres, par opposition à celui où l’on s’entend dire, il ne se rende pas compte de la profonde inconséquence de son raisonnement. Un événement que les services secrets auraient pu, selon lui, empêcher, sans excéder leurs prérogatives actuelles, devrait ainsi, à l’écouter, donner lieu au même type de profilage racial (6) que celui dont s’émeuvent, depuis deux ans, les musulmans des Etats-Unis (7). Ne serait-ce pas prendre l’une des causes du malaise pour sa solution ?

La France requiert-elle l’instauration de cours FISA (8), qui, loin de leur objet originel (à savoir se prémunir contre l’espionnage étranger), sont devenues, d’injonctions secrètes en remises en cause du contradictoire de la procédure, le symbole même de la négation du principe de Justice ? La France doit-elle introduire dans son droit une section 1021 du NDAA (9), qui officialiserait la détention ad vitam d’individus, sans autre forme de procès ? Incombe-t-il à la France, si tant est qu’elle ne le fasse déjà, de collecter et de consigner en masse, à l’instar de la NSA, l’ensemble des informations échangées par ses citoyens ? Voilà, parmi tant d’autres, quelques effets du Patriot Act voté, sous Bush, par le Congrès états-unien, avant d’être renforcé par Obama. Onfray songe-t-il à des mesures de ce type, lesquelles ont, depuis longtemps, excédé le cadre strict de la lutte contre le terrorisme, ou celles-ci ne sont-elles pas suffisamment de gauche, pas suffisamment anarchistes, pas suffisamment libertaires à son goût ?…

Au riant pays de la liberté d’expression brièvement réexhumée, l’on entendra, dans les semaines et les mois qui viennent, les pires sottises, les pires excès. La Bonne Parole économique de nouveau retentira dans les chaumières. En l’absence de nouvelle surprise, les manifestants d’hier auront tôt oublié ce pour quoi ils avaient manifesté. Les doux rêveurs qui, feignant de ne pas comprendre l’éphémère de l’iconographie des nouvelles, ou incapables de se faire à l’idée du précipice, se seront bercés de douces illusions quant à l’éternité de la grâce surfaite qui semble imbiber, pour l’heure, les esprits, en seront, bien entendu, pour leurs frais. Les philosophes de l’urgence continueront de tenir, sur le vif, des propos décousus. Et il ne viendra à l’idée de personne de donner enfin des couleurs aux médias, au Parlement, à la Justice.

Mettre les services secrets sous stéroïdes, quitte à en faire une pieuvre administrative aussi pléthorique qu’aux Etats-Unis, où près de six millions de personnes sont directement ou indirectement liées aux diverses agences de renseignement ? En faire un nouveau mammouth ingérable, donc dangereux en soi ? Ce qui a explosé à la gueule de la France, mercredi dernier, ce n’est pas le rejet de sa devise, mais le cruel rappel de ce que ses pseudo-élites en ont fait. Qu’est devenu le pays de Cocagne qui prenait le temps de vivre ? Est-ce à lui ou à un pays parallèle que la racaille était invitée à s’assimiler ? Qu’est devenu l’esprit frondeur ? Qu’est devenu l’esprit critique ? Peut-être le philosophe devrait-il, plutôt que de laisser libre cours à une éjaculation précoce, s’atteler à répondre en priorité à quelques questions qui ressortissent du temps long…
___________
(1) il s’agit ici d’une citation approximative, mais la pensée n’est pas tronquée.

(2) Sources : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20121012.FAP0401/terrorisme-valls-met-en-garde-contre-l-ennemi-interieur.html
http://www.liberation.fr/societe/2013/02/15/valls-evoque-des-dizaines-de-merah-potentiels-en-france_881982

(3) Lire : http://www.nextinpact.com/news/91534-le-decret-l-article-20-lpm-publie-on-fait-point.htm

(4) Lire : http://www.liguedh.be/2005/424-methodes-particulieres-denquete-un-projet-de-loi-dangereux-pour-les-droits-fondamentaux
http://editionslarcier.larciergroup.com/titres/31404_2/les-methodes-particulieres-de-recherche-et-quelques-autres-methodes-d-enquete.html

(5) Sans jeter nécessairement la pierre aux forces de l’ordre, qui n’avaient sans doute d’autre option que de neutraliser les suspects, il importe de garder à l’esprit que si notre justice n’est pas celle des cowboys, c’est parce qu’il y a des motivations légales et rationnelles à cela. En l’occurrence, la présomption d’innocence qui régit l’Etat de droit est sans doute avant tout sémantique. Mais le fait que les intéressés aient été tués à leur tour ne saurait faire oublier que cette présomption se fût appliquée à eux si tel n’avait pas été le cas. Par ailleurs, de très nombreuses zones d’ombre continuent de planer, tant sur les motivations précises des attentats, que sur leur élaboration. Et un seul coup de fil (précipité) de BFMTV à l’un des intéressés ne suffit pas davantage à nous donner les indications suffisantes pour éclaircir les premières (Faudrait-il le croire sur parole ? Dans quelles conditions l’entretien a-t-il été réalisé ? En quoi le flux médiatique en a-t-il influencé le contenu ?) que la revendication par la Base de Données (al Qeada) dans la Péninsule arabique, deux jours après les faits et uniquement après d’initiaux messages de soutien aux origines diverses, ne suffit à écarter la possibilité d’une ratification a posteriori, l’implication d’autres commanditaires, ou, au contraire, un acte purement isolé, auquel se serait, pour le pire, adjoint un autre.

https://firstlook.org/theintercept/2015/01/09/alwaki-paris/

(6) ‘Communautariste’, diraient les puristes du langage, mais, dans la pratique, les deux notions se confondent, en l’occurrence…

(7) Source : http://www.theatlantic.com/politics/archive/2013/03/the-horrifying-effects-of-nypd-ethnic-profiling-on-innocent-muslim-americans/274434/
https://firstlook.org/theintercept/2014/07/09/under-surveillance/

(8) Lire : https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Foreign_Intelligence_Surveillance_Court

(9) Lire : https://en.wikipedia.org/wiki/National_Defense_Authorization_Act_for_Fiscal_Year_2012

***

Gérard Longuet, sénateur UMP : « il y a un sujet qui n’a jamais été évoqué […], c’est l’internement administratif. On ne peut pas le faire aujourd’hui. L’étape d’après, s’il y a vraiment un problème majeur, c’est la prévention par l’internement administratif. Aujourd’hui, personne n’en a parlé. »

Vanessa Burggraf, journaliste France 24 : « c’est-à-dire, l’internement administratif ? »

Longuet : « eh bien, ça consiste à prendre des gens susceptibles de…, et de leur dire : « désolé, vous êtes susceptible de…, et donc on vous met [dans un camp militaire] pendant six mois, et on attend que ça se passe [comme cela avait été fait pour les Harkis]. »

Burggraf : « on les incarcère, en fait sur [base de] soupçons… »

Longuet : « euh, [sur base d’] une présomption, oui. Le sujet n’a pas été évoqué ; il est lié à l’état d’urgence et à l’article 16, mais il est possible juridiquement. »

Roger-Georges Querry, ancien directeur de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) : « c’est un acte administratif qui peut faire l’objet d’un contrôle judiciaire. »

Burggraf : « ça vous paraît une bonne idée […] ? »

Querry : « on n’est pas mûrs aujourd’hui. »

Longuet : « ce n’est pas une nécessité aujourd’hui. »

France 24, Le débat, 22 janvier 2015

***

(ajout du 11 janvier 2015)

Non !

Non, il ne faut pas que nous suivions tous béatement le mouvement de l’émotion qui nous est distillée, que nous laissions notre humanité se faire prendre en otage par des desseins qui nous échappent, notre raison s’agenouiller devant la gravité de l’instant !

Parce que, sans renoncer à l’harmonie qu’après l’orage l’instant rend propice, être soi représente le plus digne des hommages.

Parce qu’il faut faire sans courber l’échine devant qui que ce soit, sinon ne pas faire du tout.

Parce qu’une soumission vaut l’autre, et qu’aucune ne vaut quoi que ce soit.

Parce que maintenant, c’est debout ! Parce que maintenant c’est libres, parce que maintenant c’est égaux, parce que maintenant c’est fraternels, que nous dirons ce qui bon nous semble ! Et si le système en suffoque, qu’il aille donc prendre l’air…

Non, il ne faut pas que nous échangions soudain la témérité pour l’insipidité, l’adversarisme pour l’unanimisme, le fielleux pour le mielleux ! Parce que tel n’était pas l’esprit de ceux dont nous pleurons la perte !

Parce que l’insipidité n’a jamais imprimé le moindre changement, parce qu’elle était déjà là, partout, suintant la médiocrité, le factice et l’exigence de premier degré, et qu’il importe plus que jamais qu’à défaut de faire enfin place à la consistance, elle n’envahisse pas tout, même le plus antinomique.

Parce que l’unanimisme est le contraire d’une vertu démocratique, un contraire voué à s’évanouir si le corps est vivant, un contraire qui n’a jamais été et ne saurait être un programme de société, un contraire qui tourne le dos à la dispute qui a fondé et qui caractérise l’esprit républicain, une dispute qui, aujourd’hui, se doit certes d’être pacifique, mais dont l’énergie ne saurait se tarir face aux incessantes insultes adressées aux peuples comme aux individus.

Parce que le mielleux a sa place dans l’intime, pas dans l’arène politique, où la validité et la puissance des arguments devraient seules régir la scène.

Non, il ne faut pas exiger de chaque musulman(e) de France qu’il ou elle sorte du bois comme si le seul fait qu’il ou elle appartienne à une communauté particulière le ou la rendait plus proche des meurtriers que les autres Français !

Parce que ce serait une négation des principes de liberté individuelle et d’indivisibilité de la République, qui maintiennent vivace la flamme de l’identité nationale, que certains peinaient tant à cerner.

Parce que ce serait aussi du temps perdu, tant la montée du péril si redouté par d’autres ne saurait être contenue par la Raison vainement escomptée de la part de la souche ainsi proclamée de l’arbre tricolore, et moins encore, regrettablement, par une quelconque symbolique rituelle sensible.

Non, il ne faut pas permettre aux charognards de la technocratie internationale, déjà réunis en toute hâte pour cueillir les fruits de la tragédie, d’instiller leur poison homéopathique en se prétendant les détenteurs du remède !

Parce qu’ils se considéreraient mandatés par des foules immenses pour fouler au pied plus encore les droits de ceux et celles qui les composent.

Parce qu’ils détricoteraient plus encore, en notre nom mais à notre encontre, le délicat maillage de fils dorés qui constitue notre Toison.

Parce qu’au nom de la vertu, ils s’armeraient de quantité de nouvelles lois d’exception, qui ne mèneraient qu’au vice de l’arbitraire.

Parce qu’ils s’immisceraient plus encore dans nos vies, dans lesquelles ils sont moins que jamais les bienvenus !

***

(added March 21, 2015)

Here comes the Frenchiot Act…

1/ No judicial approval / oversight needed for invasive surveillance techniques

The executive branch is the only power left : there’s no longer any need to separate it from the rest ! Are judges hindering terrorism investigations ? Huh, nope, we just find it more straightforward that way !

2/ Intelligence services shielded from complaints / lawsuits

So you thought you had rights, huh ? Silly motherfucker !

3/ “Threatening economic interests” = ending up on the intelligence services’ watchlist

– Where are you going, honey ?

– I’m going to the anti-TTIP demonstration, mom !

– Oh my God, my son’s a terrorist…

4/ Imsi catchers and other tracking devices allowed, wiretaps / cameras in a person’s home / car as well

Even better than Chaturbate : Govturbate. Try it for free now !

5/ National security letters sent to the ISPs

Vi have ze means to make you shut up !

6/ ISPs forced to upload a special algorithm meant to monitor people “WITH A DEVIANT BEHAVIOR” (SIC !)

– Popo, popo ! Hide the stash !

– Relax, man, they’re only France Telecom technicians…

http://www.liberation.fr/societe/2015/03/19/projet-de-loi-l-extension-du-domaine-du-renseignement_1224379

***

(ajout du 5 avril 2015)

Ca y est, on peut le dire : Valls est un « Mussolini à moitié trisomique »…

Pas plus que les juifs ne sont responsables de ce qu’ils sont, les personnes trisomiques ne sont-elles tributaires de leur état. Quand bien même, cependant, les abaisser au rang de premier ministre serait leur faire fort peu d’honneur, le tribunal correctionnel de Paris a avalisé la métaphore, pour ces motifs :

« que l’on apprécie ou non le ton de l’auteur, son propos est l’expression d’une opinion politique, visant un personnage public, dont les choix amènent tant à solliciter les suffrages qu’à se soumettre à la critique. »

http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/dieudonne/dieudonne-relaxe-dans-pour-avoir-qualifie-valls-de-mussolini-moitie-trisomique_857589.html

Amis lecteurs trisomiques, réjouissez-vous avec nous de ce formidable progrès pour la liberté d’expression, qui laissera sans nul doute dans les palais du pouvoir un goût amer que celui-ci ne manquera pas d’entreprendre de conjurer !

Mussolini, The Doctrine of Fascism, 1932 (audio book)

***

Pour une séparation entre l’Eglise et l’Etat… enfin !

« […] »Si Alain pense qu’être sarkozyste est utile et cohérent, il en a le droit« , balayait Valls il y a quatre ans, « l’amitié transcende les clivages politiques (…]. On se retrouve sur la sécurité et, globalement, on est toujours en phase. » […]

Les strauss-kahniens Jean-Marie Le Guen, Jean-Christophe Cambadélis, François Kalfon, Anne Hommel et Jean-Jacques Urvoas se rendent donc sans l’ami Valls chez Drouant retrouver les PDG invités par Stéphane Fouks. Antoine Frérot, le patron de Veolia, est venu avec son communicant Laurent Obadia –un intime d’Alexandre Djouhri, le mystérieux intermédiaire en cour sous la Sarkozye. Autour des nappes blanches, on trouve aussi tout le réseau policier d’Alain Bauer – son « canal historique », dit l’un d’eux : le criminologue Xavier Raufer, formé à la droite extrême, le commissaire André-Michel Ventre, le secrétaire général du syndicat Alliance Jean-Claude Delage…

Les « frères » se saluent d’une table à l’autre : avec Philippe Guglielmi, pas moins de deux anciens grands maîtres du Grand Orient de France, que Alain Bauer a présidé de 2000 à 2003, sont du happening de Drouant. On offre des livres rares, des alcools forts millésimés. Les « anciens » de Tolbiac, les « copains d’avant », ont aussi préparé pour chacun des hôtes un reportage photo : des clichés sépia qui racontent la genèse d’une amitié « de plus de trente ans ». »

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/26/valls-bauer-fouks-le-pacte-de-tolbiac_1795920_823448.html

« Un réseau d’auteurs promouvant une vision du monde catastrophiste et une conception policière de la science, tout en faisant des affaires »

[…] Ainsi les outils de la conquête du monopole étatique de la production légitime de connaissance sur la sécurité se mettent-ils progressivement en place. Reste à mettre au jour la ligne intellectuelle et politique qui les guidera dans leur action. Pour cela, en deçà des orientations politiques du gouvernement français, il faut aussi connaître la conception de la recherche scientifique et de la « criminologie » que se font les acteurs du réseau qui porte et anime ces nouvelles institutions.

Prenons comme point d’entrée un article récent intitulé « Une vocation nouvelle pour la criminologie », signé par trois auteurs : Alain Bauer, Xavier Raufer et Yves Roucaute. Alain Bauer se présente comme « criminologue, enseignant à Paris I, II, V, à l’ENSP, à l’ENM-formation permanente, au CESG ; enseignant associé au John Jay College of Criminal Justice de New York et à l’Université de droit et science politique de Beijing (Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé) » ; pas moins de huit affiliations de type universitaire pour masquer le fait que l’auteur – qui, on l’a vu, se fera créer par la suite une « chaire de criminologie » au CNAM – est le leader de l’Observatoire national de la délinquance, conseiller du président Sarkozy ainsi que propriétaire depuis 1994 d’une société de sécurité privée (AB Associates) qui a beaucoup profité de l’ouverture d’un marché du conseil en sécurité auprès des municipalités dans la deuxième moitié des années 1990. Quant à Xavier Raufer, ancien journaliste et ancien militant d’extrême droite de premier plan, auteur de très nombreux ouvrages sur le terrorisme et les « nouvelles menaces », il est chargé de cours à l’Institut de criminologie de Paris mais se présente comme « directeur des études et de la recherche, Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines, Institut de criminologie de Paris, Université Paris II ». Dans le magazine Valeurs actuelles (où il est chroniqueur régulier) en date du 20 novembre 2008, M. Raufer signe même une tribune en tant que « professeur de criminologie à l’Université Paris II », ce qui constitue une usurpation de titre. Enfin, le troisième signataire du texte, Yves Roucaute, est le seul véritable professeur des universités (à la faculté de droit et de science politique de l’Université Paris X). Ancien journaliste lui aussi (il a été membre de la direction de la chaîne publique France 3), ancien membre de plusieurs cabinets ministériels de droite, défenseur de la guerre en Irak en 2003, chroniqueur sur le site Internet « La droite libre », soutien de Nicolas Sarkozy pendant la campagne électorale de 2007, il a ainsi été nommé directeur des Cahiers de la Sécurité, la revue de l’Institut national des hautes études de la sécurité (INHES), organisme public dépendant du ministère de l’Intérieur. Cette revue était devenue une « revue de sciences sociales » (c’était son sous-titre) dans les années 1990 et au début des années 2000 ; mais elle a fait l’objet d’une forte évolution idéologique fin 2006, conduisant à l’éviction de nombreux chercheurs (la plupart des membres du comité éditorial ont démissionné) et à un retour à une production intellectuelle où dominent les orientations politiques actuelles et où s’expriment beaucoup plus les hauts responsables policiers.

De manière plus générale, c’est l’ensemble de l’INHES qui a fait l’objet d’une reprise en main politique fin 2006. Pierre Monzani, un préfet proche des cercles politiques présidentiels a été nommé directeur dans ce but. Cette nomination avait un caractère sulfureux : proche de l’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua (il fut son conseiller pour la sécurité au ministère de l’Intérieur en 1994-1995), M. Monzani avait en effet été mis en examen par la justice pour « complicité de blanchiment d’argent » en 2004. Membre important du réseau déjà évoqué « La droite libre », ses opinions sur la délinquance n’en sont pas moins radicales dès lors qu’il s’agit des « voyous » que sont les « jeunes immigrés » des banlieues. Sans surprise, le nouveau directeur a prolongé et amplifié la politique de ses prédécesseurs depuis 2002, consistant à éviter les recherches sur la police pour les recentrer uniquement sur les phénomènes de délinquance. Le comité scientifique prévu par le décret de création de l’institut n’a jamais été réuni. Enfin, le nouveau directeur a supprimé la division « Recherche » de cet institut (dont la responsabilité était confiée à un chercheur) pour la fusionner avec le service des « Études » dirigé par un commissaire de police proche du pouvoir et dont le staff est composé essentiellement de policiers. D’un point de vue organisationnel et idéologique, la « vocation nouvelle » de la criminologie est donc déjà assez claire dans ce réseau d’acteurs : c’est une vocation policière. Et la lecture du texte est là pour le confirmer de façon du reste assez explicite.

Ainsi, pour les auteurs de cet article sur la « vocation nouvelle pour la criminologie », il n’existe aujourd’hui en France qu’une « criminologie sociale » s’intéressant aux « déviances individuelles » et « visant à enrichir ou infléchir des politiques publiques (sociale, ou “de la ville”) », ignorant ainsi « ce qui est stratégique aujourd’hui : les formes collectives de criminalité (crime organisé, terrorismes) ; les formes transnationales de criminalité (cartels, mafias, etc.) ; les formes criminelles propres à l’état présent du monde (la “face noire” de la mondialisation) ». Ils appellent ainsi « à une large révision des représentations et des significations dominant aujourd’hui le champ phénoménal de la criminologie », qui requiert par ailleurs l’ouverture de la criminologie d’une part aux relations internationales, d’autre part aux « sciences dures » (chimie, biologie, physique). Enfin, cette criminologie embrassant désormais toutes les sciences préexistantes a très clairement les allures de ce que l’on pourrait appeler une science policière, définissant les menaces et les personnes ou les groupes à risque qu’il vaudrait traiter. Ainsi, « la criminologie nouvelle devra d’abord observer les phénomènes criminels dans un esprit de décèlement précoce ». Il s’agit de repérer les « nouvelles menaces » pour les stopper à temps. Le but de cette « criminologie refondée » serait « d’abord de répondre aux questions fondamentales : qui sont aujourd’hui les criminels (et comment évoluent-ils) ? Où sont-ils ? Combien sont-ils ? Que font-ils et pourquoi ? ». Cette « nouvelle criminologue » semble donc s’apparenter au travail des Renseignements généraux. Ainsi conçu, le criminologue travaille pour le policier qui, derrière lui, viendra interpeller les criminels ainsi identifiés. Dans cette conception de la « vocation nouvelle de la criminologie », cette dernière devient au fond une branche de la police scientifique.

Telle est donc la doctrine qui sert de cadre intellectuel global à toutes ces entreprises et qui est emblématique de la pensée sécuritaire telle qu’elle domine dans une partie des milieux politiques, policiers et militaires et s’exprime au grand jour depuis la fin des années 1990, notamment à travers le slogan de la « tolérance zéro ». Il s’agit fondamentalement d’un type de pensée sécuritaire mettant l’accent sur le lien entre les « menaces » intérieures et extérieures. Ce terme de « menaces », directement repris du langage militaire, constitue une pierre angulaire autour de laquelle tournent travaux et institutions. Ainsi le centre créé par X. Raufer à l’Université Paris II vise-t-il à étudier les « nouvelles menaces contemporaines », régulièrement décrites dans un langage catastrophiste. Par exemple, écrit après les attentats du 11 septembre 2001, l’ouvrage intitulé La guerre ne fait que commencer est ainsi présenté :

« Nébuleuses clandestines, structures tentaculaires, attentats-massacres, réseaux financiers, fanatisme, faillite du renseignement, fragilité de la mondialisation, désarroi des populations, inefficacité du système militaire classique : la destruction du World Trade Center est bien l’acte fondateur du siècle nouveau. Sans précédent ni comparaison, une guerre planétaire le marquera. Elle sera terroriste. Et n’épargnera ni l’Europe, ni la France où des formes virulentes de violences urbaines et de criminalité peuvent demain évoluer vers un pur et simple terrorisme. »

À l’intérieur du livre, l’analyse du terrorisme est pourtant indigente et ne s’appuie sur aucune méthodologie scientifique et aucune étude systématique de données quelles qu’elles soient – comme c’était déjà le cas dans les travaux précédents des deux auteurs sur les « violences urbaines » et la délinquance juvénile. Mais seul compte le message qui est martelé en permanence, jusque dans les rapports officiels de l’OND. Ainsi André-Michel Ventre, le nouveau directeur de l’INHES, écrit-il dans la préface du dernier rapport de l’OND :

« Les évolutions politiques, économiques, sociales ou culturelles ont fait apparaître de nouvelles fragilités et donc de nouveaux risques pour la société et les individus qui la composent. Les nouvelles formes de violences, le radicalisme politique ou religieux, l’usage des nouveaux moyens de communication comme vecteurs du racisme et de l’antisémitisme, le terrorisme islamique mais également les mouvements sectaires ou la cybercriminalité forment un ensemble de nouvelles menaces polymorphes. Celles-ci sont de moins en moins prévisibles, tendent à devenir insaisissables et nécessitent l’adaptation constante de nos réponses publiques. »

« Stratégie globale » et « décèlement précoce » face aux « nouvelles menaces » de la « mondialisation criminelle », reliant la « violence urbaine » au terrorisme et au cyber-crime, tels sont les mots clefs de ce réseau d’auteurs qui partagent une vision policière du monde et donc aussi, logiquement, une conception policière de la recherche. Le tout en évitant soigneusement toute recherche portant sur la police elle-même. Beaucoup d’entre eux sont du reste de hauts fonctionnaires de la police nationale, qu’il s’agisse d’A.-M. Ventre, commissaire divisionnaire de la police nationale et ancien secrétaire général du Syndicat des commissaires et des hauts fonctionnaires de la police nationale (SCHFPN), de Luc Rudolph, inspecteur général de la police national, ancien conseiller pour la sécurité au cabinet de N. Sarkozy quand ce dernier était ministre de l’Intérieur, ou encore d’Émile Perez, commissaire divisionnaire, responsable de la formation (initiale et continue) de la police au plan national puis président-fondateur, en 2007, de FRANCOPOL, réseau international francophone de formation policière, lui aussi ancien secrétaire général du SCHFPN et coauteur avec A. Bauer de deux livres publiés aux Presses universitaires de France.

C’est aussi leur engagement politique aux côtés des leaders de la droite politique incarnant la doctrine sécuritaire qui relie les membres de ce réseau. Ainsi ont-ils activement contribué à la campagne sur « l’insécurité » qui marqua l’élection présidentielle de 2002. À l’appui de l’argumentaire de la droite politique dans cette campagne, Luc Rudolph et Christophe Soullez publièrent un ouvrage intitulé Insécurité : la vérité, dont la couverture était déjà bien explicite :

« Désormais, la hausse de la violence semble n’avoir d’égale que l’impuissance de l’État. Et l’impunité des délinquants, que le découragement des victimes. Errances des hauts fonctionnaires, aveuglement des magistrats, mutisme des avocats, surdité des journalistes, renoncement des politiques, et frustration des policiers : rien ni personne n’est ici épargné. Que disent en fait les statistiques ? Pourquoi une telle gestion chaotique ? Comment penser l’immigration, la ville, la prévention et la répression ? La proximité est-elle la solution miracle ? Et la prison doit-elle rester tabou ? »

Naturellement, en 2007, le discours s’inversa et les deux auteurs se livrèrent cette fois à un éloge de la politique de Nicolas Sarkozy, ce dernier préfaçant même leur nouveau livre et P. Monzani signant la postface. Dans cet « ouvrage de propagande électorale », les auteurs estiment que les résultats du ministre de l’Intérieur N. Sarkozy sont « miraculeux » compte tenu des résistances, mais qu’il reste encore de nombreux chantiers, en particulier la menace terroriste rendue particulièrement saillante en France du fait de la présence d’un « vivier de cinq millions de musulmans en France dont 5000 militants du salafisme, et son prosélytisme » et d’une population d’immigrés clandestins « en mal d’intégration », ainsi que la délinquance des mineurs protégée par une ordonnance de 1945 depuis longtemps obsolète face à des « voyous endurcis » dont on pourrait pourtant prévenir les méfaits grâce à une véritable politique de « détection précoce » dès l’âge de 3 ans. Notons au passage que les auteurs estimaient pour finir que « tant qu’il n’y aura pas de politique transversale de lutte contre l’insécurité, que n’auront pas été listés tous les sujets relatifs à ce thème à travers tous les ministères, et tant qu’ils n’auront pas été mis “sous tutelle” du ministère de l’Intérieur, la lutte contre l’insécurité restera une utopie ».

L’on comprend mieux désormais pourquoi ce réseau d’auteurs recherche activement une forme de légitimité universitaire et scientifique et pourquoi ils se sont emparés de l’étiquette de « criminologues », d’autant plus facile à endosser que cette discipline n’existe pas en France et qu’aucun diplôme universitaire n’est requis pour l’afficher. Cette stratégie est parachevée par la concentration des publications chez des éditeurs parisiens de type universitaire. D’abord les Presses universitaires de France, en particulier la collection générale « Que-sais-je ? », ainsi que la collection « Criminalité internationale » dirigée par X. Raufer. Ensuite CNRS éditions, qui ont fait l’objet depuis quelques années d’une reprise en main visant à les aligner sur les standards économiques des autres maisons d’édition. Dans les deux cas, l’accès à la publication est simple. Il consiste, comme le déclare A. Bauer lui-même, de verser des subventions à ces éditeurs qui sont par ailleurs apparemment complices du contenu des ouvrages édités.

Enfin, il semble que le dernier lien unissant au moins une partie des acteurs de ce réseau soit la perspective de réaliser ensemble des affaires. Celles d’A. Bauer n’ont jamais cessé : « Actuellement, la société vend – “fort cher” – des prestations à des grands groupes (sûreté aéroportuaire, jeux en ligne, transports de fond), en sous-traitance avec des jeunes chercheurs de l’Institut de criminologie de Paris II. » De manière générale, ce réseau semble bien implanté dans le monde de la sécurité privée. C’est un point qu’il faudrait enquêter de façon plus approfondie et qui est d’autant plus important que la tendance politique actuelle est clairement favorable au développement de la sécurité privée à qui les États délégueraient de plus de plus de missions dans une doctrine que le président de la République N. Sarkozy – qui assurait la présidence de l’Union européenne en 2008 – appelle « la coproduction des solutions public-privé de sécurité » dans sa préface au Livre blanc sur La participation de la sécurité privée à la sécurité générale en Europe :

« Il appartient à chacun des acteurs de la sécurité d’œuvrer pour organiser ce secteur, garantir son expansion économique et harmoniser la législation européenne. Tels sont nos objectifs qui doivent être ceux de l’ensemble de nos partenaires européens pour garantir mieux encore la sécurité de nos concitoyens. »

C’est en tout cas l’un des paradoxes de la situation actuelle en matière de politiques de sécurité : tout en ne cessant de réaffirmer sa légitimité et sa détermination à mener la « guerre au crime », le gouvernement réduit en réalité le nombre de fonctionnaires (policiers et gendarmes), favorisant de fait le développement de substituts tels que la vidéosurveillance et, plus largement, la sécurité privée. […] »

http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=POX_089_0195

***

« Dans la franc-maçonnerie française, une fraternelle est une association indépendante des obédiences maçonniques qui regroupe des francs-maçons de même profession ou de mêmes affinités, sans tenir aucun compte des éventuels conflits qui peuvent opposer les obédiences dont ils sont membres. »

(Wikipedia)

Kouachi-Kouachi-Coulibaly« Il y a un ordre public » très matériel « à côté de la Loi. »

A Vallini, Mots croisés, France 2, 13 janvier 2014

La filière BauerDans l’ombre de Jakin et de Boaz, les deux colonnes de l’ADN maçonnique qui tant aspirent, depuis tant d’années, à se faire surplomber par un troisième pilier prétendument fédérateur, lequel pourrait prendre l’image d’un gratte-ciel supplantant deux tours corrompues, il est interdit de faire des affaires. Dans l’enceinte du temple, il n’y a de place que pour la prière ! Point de sonnant et trébuchant ! Tout au plus quelque vidéosurveillance, peut-être… La « fraternelle » est la parade à cette odieuse restriction. Lorsque vous entendez « affaires » et « corruption », pensez « fraternelle »…

***
« Le Grand Orient a été l’Eglise et le parti de la République et a construit la boîte à outil de la citoyenneté. Franc-maçonnerie rime avec démocratie. »

A. Bauer, Le Monde, 6 septembre 2005

Détecter la délinquance dès l’âge de 3 ans: l’UMP relance l’idée

http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2008/12/01/1342749_frederic-lefebvre-veut-detecter-la-delinquance-des-l-age-de-3-ans.html

***

(ajout du 16 avril 2015)

1 + 1 = 3

« Une amitié est perdue quand il faut songer à la défendre », avait affirmé Péguy. Le paraphrasant, on pourrait dire qu’un ordre est perdu quand il faut songer à l’imposer. Ou chacun, chaque individu, chaque citoyen, trouve son compte dans une organisation sociale déterminée, ou il la rejette, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Ou, dès lors qu’une majorité la rejette pour de bonnes raisons, que les sondages pas plus que les marcs de café ne permettent d’établir, la structure s’adapte conformément à ses principes, ou elle est vaine et frauduleuse. Si elle est, à juste titre, rejetée par une majorité, ou vouée à l’être à mesure que seront révélés ses modi operandi, peu importe que ses promoteurs passent outre à cet état de fait, ce qu’ils s’évertueraient à mettre en œuvre ne serait déjà plus un ordre. Ce serait autre chose : une forme de nihilisme, qui nierait à la fois les principes et l’existant, qu’il transformerait en rien prétendument façonnable. Ce serait, selon le mot de Ferré, qui l’avait employé dans un contexte particulier, « l’antichambre du fascisme ».

Cazeneuve (minister of the Interior, socialist)

Qu’ils sont attendrissants, toutefois, ces petits chroniqueurs qui mettent en garde contre l’utilisation que ferait de la surveillance de masse, s’il venait à s’emparer des manettes du pouvoir, quelque parti réputé extrême. Il ne faut pas les blâmer : à rebours de tous les divertisseurs, pétrifiés à jamais dans l’ombre de leur lucarne, ils font état, eux, d’un soupçon de prise de conscience, dont ils ont l’obligeance de faire part au bon peuple. C’est un début. S’ils pointent du doigt un gouvernement qui excède ses prérogatives, ils ne sont pas moins en phase avec sa propagande, même s’ils l’interprètent différemment : que se prémunir signifie surveiller massivement ou, au contraire, s’en abstenir, les enseignements d’antan relatifs à la démocratie qui ne se prémunit pas suffisamment contre ses ennemis, ces enseignements qui leur ont été martelés dans la tête, produisent aujourd’hui leurs effets. Mais, comme leurs instituteurs ne leur ont pas fait répéter la seconde partie du diptyque, ils peinent à en mesurer les contours, lorsque leur lâcheté carriériste ne les en empêche. Aidons-les-y donc…

Le principal danger, de nos jours, mes chérubins, n’émane pas d’un quelconque démagogue qui conquerrait le pouvoir par les urnes, puis imposerait sa règle d’acier : lorsque les oies crient, elles n’annoncent pas un danger lointain. Lorsque les oies crient, le danger est déjà là, tout proche. Endogène et non exogène à Weimar, il provient des gardiens du feu, les vrais ennemis de l’intérieur, qui, naguère, avaient favorisé en masse l’ascension de la Bête, et semblent aujourd’hui opter, pour l’instant en tout cas, pour une stratégie nouvelle : celle de la démocratie des clones. Comme naguère, le mimétisme de tous est la clé de leur efficacité, mais, alors que, dans un système totalitaire classique, ce mimétisme devait être exprimé publiquement en guise d’allégeance, il doit aujourd’hui être intériorisé et tu, les sujets confinés à leurs enclaves respectives (1).

Pensez-vous que ne seront pas épiés à la loupe les agissements et interactions des détracteurs d’un projet de traité transatlantique porté, à la quasi-unanimité, par d’obscurs convents où le commun des mortels n’a pas sa place ? Prévenir le crime, c’est aussi prévenir les atteintes à des intérêts économiques majeurs et des engagements internationaux qui ne sont encore qu’ébauchés. Prévenir, selon cette logique, c’est s’assurer de la pérennité de l’esclavage virtuel. C’est donc déceler la différence, partout où elle se manifeste, car différence est signe d’insoumission. Or, il ne saurait y avoir de différence sans norme. Mais qui établit cette norme ?

CoIntelPro était un programme raciste de contre-espionnage intérieur développé par le FBI dès les années cinquante. Son objectif, tel qu’établi dans son antique manuel, était de « localiser les fauteurs de troubles éventuels et [de] les neutraliser » (2). Comment, sinon par le renseignement préalable, le FBI eût-il pu, en effet, procéder à l’assassinat à bout portant du Black Panther Fred Hampton et de ceux parmi ses amis qui avaient eu le tort d’être présents à ses côtés au moment où fut lancé le raid assassin ? Comment, sinon au prix d’une surveillance de tous les instants, les forces de l’ordre états-uniennes eussent-elles pu espérer pousser MLK au suicide avant de le tuer par balle ? Comment, sinon par une connaissance intime des intéressés à leur insu, tout ce que le monde compte de salopes de barbouzes pourrait-il manipuler des individus instables au point de leur faire commettre des meurtres ? Si les (autres) « ennemis de l’intérieur », les « tu me mets quelques blancos », ou encore les « quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » ne se rappellent pas à la mémoire de tous et de chacun, ils le devraient…

Léo Ferré, L’affiche rouge

Empêcher les trop nombreux « ennemis de l’intérieur », pour la plupart non- « blancos » et, a fortiori, « incapables de s’intégrer » à la logique oligarchique toute-puissante, de se fédérer, interdire à chacun séparément, sous peine de sanctions pénales (!), de rendre publique l’oppression administrative dont il ferait l’objet et dont il aurait, par hasard, obtenu confirmation : face aux procédures législatives d’urgence que rien ne motive, aux projets de loi d’exception qui font règle, aux référendums ignorés, le FN d’aujourd’hui a bon dos ! Le totalitarisme classique s’affirmait ; la survie du totalitarisme contemporain dépend de ce qu’il ne soit pas nommé comme tel, même si chacun, isolément, perçoit indistinctement son emprise.

Edern ressuscité n’en croirait pas son œil : ainsi, ce qui était immoral et illégal hier deviendrait, sans rien perdre de son immoralité, légal aujourd’hui, les abuseurs sanctuarisés ? Comment donc qualifier un système qui repousse toujours plus loin, par consentement populaire passif et non éclairé, les limites de la décence et de l’éthique ?!

Dans un système de clones, dans lequel plus la moindre idée nouvelle ne peut apparaître, le soudage volontaire de toutes les composantes du pouvoir politique classique, en ce compris l’essentiel de la caste médiatique, autour d’idées moribondes et mortifères aboutit d’autant plus à un résultat similaire à celui obtenu par une fusion forcée sous l’égide d’un supposé démiurge que les objectifs qui les sous-tendent tous deux sont contraires tant à l’intérêt général qu’à une somme considérable d’intérêts particuliers.

Winston est un écrivain anarchiste. Ce matin, il a envoyé un courriel à un journal en ligne français plutôt confidentiel dont il avait déniché les coordonnées sur la toile. Dans ce courriel, il informait le journal de son ambition de créer des passerelles transnationales dans la lutte contre l’euro. Peu après, il tenta de contacter un ancien ami anarchiste par téléphone, sans être sûr que le numéro composé soit encore le sien. Plus tard dans la journée, il se rendit chez l’épicier du coin, puis s’installa à une taverne. Une silhouette aux contours généreux lui sembla l’y suivre du regard.

Le courriel de Winston, effacé par les services de renseignement, n’est jamais arrivé à destination. Winston supposa que le journal qu’il avait contacté n’était pas intéressé par son offre. Après plusieurs essais infructueux, ses appels téléphoniques furent déviés : une agente du renseignement lui répondit avec un accent méridional que le numéro qu’il avait formé lui avait été attribué depuis au moins deux ans. Winston ne se posa pas de questions. Quant à la silhouette, qui sait quel était son véritable agenda ?

Urvoas (socialist)

Partout, que la surveillance soit avérée ou non, un plus un deviendra trois. En toute circonstance, il y aura un sentiment de surveillance : en marge de ses missions légitimes, une frange de l’Etat s’habilitera, comme un sale gosse à qui l’on n’aurait pas appris les bonnes manières, à s’insinuer où elle n’a pas sa place. La suspicion généralisée envahira petit à petit tous les rapports humains qu’elle n’avait pas déjà dévastés, suscitant un sentiment d’insécurité encore croissant. Un contre un deviendra plus encore la règle, et Un seul, l’Etat synarchique, vaincra.

L’Etat supplantera la conscience. Par autocensure suggérée, censure avérée, brimades diverses, et promesses de carrières, l’Etat dictera, à chacun séparément, l’opinion autorisée, de l’Holobusiness à l’anorexie, de la prostitution aux drogues, interdites quoique bénéfiques ou licites bien que délétères. Monopole intransigeant des opinions et des mots, l’Etat sera propriétaire des neurones et des cordes vocales. A chaque idée nouvelle, à chaque mouvement de lèvres, chacun pensera ‘Etat’. Bien plus encore que par la division, le règne par l’immixtion virtuelle permanente, la neutralisation du non-conforme, la mise au pas de l’imagination, l’étouffement de la vie…

Se mêler de ses affaires implique un degré de dignité que l’Etat et ses agents n’ont pas encore atteint, parce que l’Etat se compose d’hommes, et que trop souvent, chez bien des hommes, s’affublassent-ils de titres ronflants, le plus souvent usurpés – premier ministre, Gardien Supérieur de la Toison du Serment, patron, Grand Maître de l’Eternel Calice, journaliste, Grande Prêtresse de l’Impossible Rivage –, toute dignité autre qu’apparente fait défaut. Se mêler de ses affaires implique de considérer que nul n’est habilité à définir pour autrui son mode de pensée, son mode de vie, ses ambitions, ses conceptions propres d’une vie réussie et pertinente ! Nul n’est habilité à s’ériger en juge des choix d’autrui qui se limitent à autrui ! Nul n’est habilité, quel que soit le prétexte avancé, à s’immiscer dans les cercles intimes d’un individu ! Nul n’est habilité à adjoindre des conditions non dites aux conditions effectives requises pour l’exercice d’un droit !

Et nul ne parviendra, si un système politique enroué subit l’assaut des sables, à l’empêcher de finir éparpillé aux quatre vents !

Plus que jamais, que chacun se mêle donc de l’intérêt commun ! Plus que jamais, que chacun se mêle donc de ses affaires !
___________

(1) lire l’historien Sheldon Wolin à propos du « totalitarisme inversé » (inverted totalitarianism).

(2) « pinpoint potential troublemakers and neutralize them »

___________

Précision du 25 novembre 2015 : la citation prêtée à Cazeneuve ci-dessus, issue de :

http://www.telerama.fr/medias/loi-renseignement-2-minutes-pour-parler-des-libertes-fondamentales-ca-commence-a-bien-faire,125529.php

… est légèrement tronquée quant à sa forme.

La citation exacte, telle que prononcée par l’intéressé devant l’Assemblée nationale le 14 avril 2015, est la suivante : « il n’y a aucune disposition dans ce texte de loi, aucune, qui soit attentatoire aux libertés, qui remette en cause la liberté d’aller et venir, qui remette en cause les libertés individuelles, aucune, aucune, aucune, aucune. Si vous voyez un article de ce texte de loi qui remette en cause les libertés, vous me dites où il se situe. En revanche, il y a des dispositions qui peuvent être considérées comme remettant en cause la vie privée, et le droit à la vie privée ».

Or, comme l’indiquait Télérama, l’article 7 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (lequel relève du chapitre 2, « libertés ») précise : « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications ».

Evoquant l’état de droit à géométrie variable, tel que le conçoit un certain type de responsables politiques, la citation condensée ne trahissait donc pas le fond du propos de Cazeneuve…

RATM, Wake Up

***

(added Janary 14, 2015)

French Muslims are terrorized !

Nathalie Saint-Cricq, French journalist (public TV)

They say what goes around comes around. They say half a century of coups and puppet dictators in the Middle East, a decade and a half of neocolonialism, of wars of aggression and of drone killings, not to mention half a century of Palestinian humiliation, turned radical Muslims into what they’ve become. One thing is clear : all of this fundamentally undermined Muslim reformism.

They say the French have a rampant racist bias. They say France’s elites instilled a de facto cultural segregation, as if to sift the wheat from the chaff, the first-class from the second-class citizens, and that, whatever the latter attempt, they will always be looked at with suspicion. Here as well, one thing is clear : for the past ten years more than ever before since the end of the colonial wars, French Muslims have been going through hell.

So as to reassure the flaming critics who would consider asserting I might be confusing the perpetrators with the victims, I will make one thing very clear from the start : one major pillar of Western societies is individual liberty and responsibility. This implies there is basically no excuse, at an individual level, for perpetrating a crime against civilians : since the Nuremberg trial, we know following orders has repercussions if said orders are of an inhumane nature. This, even the late Anwar al-Awlaki could agree with, at some point…

Before changing his mind, the late scholar killed in a drone strike one day before his sixteen year-old son (individual responsibility, indeed !) had advocated retaliations against US military targets only. The reason he later gave to explain his mind switch was the following : “The American people live [in] a democratic system and that is why they are held responsible for their policies. The American people are the ones who have voted twice for Bush the criminal and elected Obama, who is not different from Bush as his first remarks stated that he would not abandon Israel, despite the fact that there were other antiwar candidates in the U.S. elections, but they won very few votes. The American people take part in all [their] government’s crimes. If they oppose that, let them change their government […]” (1).

In the lyrics to his song The Revolution Will Not Be Televised, Gil Scott Heron had already emphasized how illegitimate Ronald Reagan, that icon of US popular culture, was, in the perspective of democracy. Nowadays, things are no different : voter turnout at the latest US midterms was only 36,4 % nationwide (2). In France, more than forty percent of voters didn’t show up at the voting polls during the latest parliamentary elections (3). In addition to that, the French president’s popularity has been at an all-time low in the polls for months (4). An ever growing amount of people of all origins and backgrounds are simply fed up with their politicians and the everlasting austerity measures. And, in spite of the media’s promptness to beat the drums of war, there is also a huge discontent among the public, both in the US and France, about their countries’ bellicose endeavors. Therefore, it is wrong to hold the people accountable for their self-proclaimed masters’ mistakes and imperialistic arrogance.

That said, an evil climate of confrontation has developed within French society, and refusing to analyze its roots would be a little too easy…

Nadia is in her fifties. A mother of four, she left the Algerian bled for Paris thirty years ago. In 2005, then-president Chirac and his right-wing government infuriated her husband when they passed a law honoring those who had implemented and taken part in France’s colonial undertakings in his homeland (5). “What’s the problem with this country ?” he remembers saying, thinking of Chirac’s famous quote about “the smell and the noise” of immigrants, when he was still in the opposition (6). He was only a child when Ben Bella became the first president of the free Algerian Republic, but he recalls his own father telling him Ben Bella had fought alongside the French during WWII and would later choose secularism over Islamism.

For New Year’s Eve, Nadia and her husband, who call themselves Muslims à la française, which means they managed to find a subtle equilibrium between Islam and French laïcité (an achievement in and of itself !), invited a couple of French friends to count the minutes with them. She couldn’t repress her tears when she told them her oldest son had grown close to a Salafist recruiter known in her neighborhood for sending several teens to the Syrian front. She told them she didn’t want to lose her son, but both she and her husband felt powerless and feared retaliation against them and their other kids if she spoke out too loudly against that gangster lowlife.

Then she started weeping even more as she was enumerating the many humiliations both the French media and the successive governments inflicted to her. “Pretty soon”, she said, “we won’t have any white friends left. Only our own people know what we’ve been going through, because they’ve been experiencing the same thing. Sometimes, I’m ashamed of myself, and I hate myself for it”.

A lot of French Muslims feel this way these days, and the Charlie Hebdo attacks only made it worse. But they were only the (temporary ?) apotheosis of a huge cultural misunderstanding fueled by an elaborate divide-and-conquer strategy put in place from 2007 to 2012 by a super-corrupt president, who’s now dreaming of a new term in 2017. When he was in office, not a month went by without some major Muslim-bashing, in which most of the media always played a decisive part…

In April 2010, a Muslim woman driving her car wearing a niqab was arrested by the police, who later accused her husband of being a polygamous fundamentalist (7). The story made several news cycles : the media had found the perfect caricature of Islamic macho regression in the country of Joan of Arc ! Nothing in the world could have convinced them to let go of that. The then-French minister of the Interior was in heaven too ! He would later be caught on camera telling a Muslim supporter at a political rally : “one Muslim is fine, problems start when there are many of them” (8). Of course, when a minister says so, it’s no racism, is it ? (9)

Not all French media are racist. The print press in particular tried to put such fringe cases into context, though it too sometimes fed the frenzy (10). But once the thread was out there, it started living its own life, and the damage was done : conservative TV editorialists found what they perceived as a goldmine of arguments against Islam in general, without ever asking the Muslims themselves how they felt about it. And so the huge debate about whether France should tolerate polygamy was born…

In the wake of the 2012 presidential elections, the conservatives were outsmarted by the far right, whose leader tried to make the public believe it was eating halal meat without knowing it (11), including in school restaurants. That specific controversy lasted for months, and soon the TV-watching cattle would indeed fall for the conspiracy theory.

Then, there was the scandal of the time slots for Muslim women in public swimming pools (12). Prior to that, there had been the scandal of the Muslim man refusing his wife be treated by a male physician (13).

Somewhere in between, there was the law banning burqas and niqabs (14), specifically dedicated to a few hundred women in the whole of France, who were probably locked up at home by their husbands from then on ! But that was only the completion of the March 2004 law regarding the usual headscarf : after all, how could the Republic have tolerated girls wearing a hijab while at high school (15), or female public employees wearing one at work. Some girls were expelled for refusing to take their headscarf off. And off they went to the Koranic school to get their integration certificate…

Every now and then, a conservative writer or editorialist would tour TV stations to sell books about the evil of Islam. As a matter of fact, two just did… One of them imagined a scenario by which a Muslim would become president in 2022, and slowly but surely impose a radical-Islamic agenda. Announcing the book in its Dec. 29, 2014 edition, French weekly Le Point warned its readers : the author is going to “scare France to death”… (16)

There was also the scandal of the non-existing minarets (17), the scandal of street prayers for lack of mosques (18), the scandal of gangsta rappers allegedly praising Jihad (19) or other forms of violence, and lately, the scandal of the Muslim kid stealing a white kid’s donut during Ramadan !!! (20)

In the midst of this racist fog, the previous French president himself launched a debate (gigantic in scope) about France’s national identity (21), which resonated in all major media, as well as during town hall meetings throughout France. Under the aforementioned circumstances, the subscript was clear : Islam is incompatible with the Republic, which some commentators didn’t hesitate to claim with that many words.

If you ask me, any sane person would get cranky for far less than that, which is certainly not to say last week’s murderers were sane…

In spite of this, said president, supposedly the supreme guardian of the liberty-equality-fraternity motto, was also the one who, when he was still minister of the Interior, had inaugurated the French AIPAC’s Muslim equivalent. This might look like a paradox, but it isn’t one : it explains why, Charlie Hebdo provocations aside, most of this new Council’s members have been behaving in a rather subservient way, following some sort of you-rub-my-back-I-rub-yours paradigm.

The elites even have their pocket imam, the imam of Drancy, a city nearby Paris. As a well-groomed house nigger close to illiteracy, he’s been paraded around in such ecumenical places as Rome, Jerusalem, etc., and of course in the media. When hidden cameras were discovered in the restrooms of his mosque (22), he was a little embarrassed. But his masters told him the show had to go on. So, at their behest, he ranted on TV against the extremism of the Internet, and even asked a popular (moderate) Muslim website be shut down (23).

Of course, the former president doesn’t bear responsibility for everything. The current prime minister added his touch when he forbade most pro-Palestinian protests in the French Capital last summer (24). Was this ban racially motivated ? In September 2013, the guy had already made borderline racist comments about Roma people (25). And, before that, he had been caught on camera telling his assistant there weren’t enough white people at the open market he had just visited (26). This was telling, because it showed that, even if political cynicism in the context of an ever inflating far right, as well as political distraction as a means for the government to mask its impotence on an economic level are indeed to be taken into account when one tries to explain the reasons behind this wave of racial prejudice, the gut feelings of the so-called elites are clearly another factor we ought not to underestimate in the country of Human Rights, a country home to six million Muslims, not a single one of whom is an MP, a news editor or a manager of a big firm.

Today, as many in the political establishment are probably thanking Charlie’s cartoonists for having been such useful idiots, Muslims are firmly asked to publicly and vocally take their distance from last week’s murderers, as if their religion made them second-class citizens once again, as if they had to collectively carry the burden of what these madmen did, as if they had to prove themselves to the white French public.

If I were a French Muslim and a father, I would never forgive those assassins, precisely for that reason. But what I would do is tell the French State I will join the fake chorus of I-am-Charlie-sayers once the media and the private sector treat my children, all born in the purported country of the Enlightenment, like full-fledged French citizens, and not sons of immigrants, and once the mighty Republic apologizes for what it has done to me, to us…

Prière musulmane

____________
(1) Source : https://firstlook.org/theintercept/2015/01/12/the-paris-mystery/

(2) Source : https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_elections,_2014#Turnout

(3) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abstention_lors_d%27%C3%A9lections_en_France

(4) Source : http://www.tns-sofres.com/dataviz?type=1&code_nom=hollande
From September to November 2014, Hollande’s popularity fell to 13 % in the polls.

(5) Read : http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000444898

The first section of this law states : “The Nation expresses its gratitude to the women and men who contributed to France’s undertakings (*) in […] Algeria, Morocco, Tunisia and Indochina”. It goes on saluting the memory of all the French “victims” (both civilians and members of the military) of the turmoil surrounding those countries’ progress towards independence.

Only in its second section does it “associate” the local “individuals and civilian populations who were slaughtered or subjected to acts of violence” during as well as after the Algerian war, or during various combats in Tunisia and Morocco, to the tribute.

The Evian peace agreement notwithstanding, the massacres continued in Algeria. The law acknowledges that fact, but doesn’t directly blame the French State for them. Who was responsible, it leaves in the middle.

In France also, Algerians were slaughtered, and the left-wingers supporting them violently repressed. These events are remembered, when they are, as “the events of October 17, 1961”. Among those giving the orders was one Maurice Papon. He had also been an active nazi collaborator who had sent numerous Jews to the concentration camps. Oddly enough, he became a member of the French government in the late seventies/early eighties… Not until 1998 was he tried and convicted. Had he sworn some kind of secret oath making him untouchable ? Was he in a position to implicate other high-placed establishment figures with a dirty past ? Who knows ?…

(*) The word used is ‘oeuvre’, which imparts a sense of greatness.

(6) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_bruit_et_l%27odeur_%28discours_de_Jacques_Chirac%29

(7) Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20100424.OBS2916/niqab-au-volant-hortefeux-veut-dechoir-le-mari-de-sa-nationalite-francaise.html

(8) Source : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/video/2009/09/10/1690452_hortefeux-derape-serieusement.html

(9) Read : http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/27/brice-hortefeux-definitivement-relaxe-pour-ses-propos-sur-les-arabes_1796614_823448.html

(10) French weekly L’Express devoted countless covers to the “French Muslim phenomenon”, with such nuanced titles as “Fear of Islam”, “The West vs. Islam”, “Islam, The Inconvenient Truths”, or even “Immigration’s Real Cost”…

These covers can be seen here : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/12/20/les-medias-une-interference/

(11) Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/laicite-les-communes-ne-sont-pas-tenues-de-servir-du-halal-a-la-cantine_1235705.html

(12) Source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/04/12/les-horaires-de-piscine-reserves-aux-femmes-continuent-de-faire-polemique_1684488_3224.html

(13) Source : http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2008-06-11/un-musulman-condamne-pour-avoir-refuse-qu-un-homme-accouche-sa/920/0/252050

(14) Read : http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/09/25/le-debat-sur-le-port-de-la-burqa-tourne-au-piege-integral-par-stephanie-le-bars_1245067_3232.html

(15) Read : https://fr.wikipedia.org/wiki/Voile_islamique_dans_les_%C3%A9coles_en_France

Read also : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_cr%C3%A8che_Baby_Loup

(16) http://www.lepoint.fr/culture/houellebecq-va-faire-une-peur-bleue-a-la-france-29-12-2014-1892779_3.php

(17) Read : http://www.leparisien.fr/une/affaire-des-minarets-l-amertume-des-musulmans-de-france-01-12-2009-729638.php

(18) Read : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/09/16/01016-20110916ARTFIG00610-l-interdiction-des-prieres-de-rue-globalement-respectee.php

(19) Read : https://tperapfr.wordpress.com/2012/11/22/irsf2/
http://dinrecordsvudu31.skyrock.com/244428074-Medine-qui-intervient-sur-le-site-du-CSA-pour-tous-les-calmer-avec-le.html

(20) Read : http://www.bfmtv.com/politique/pain-chocolat-retour-une-polemique-quatre-actes-420688.html

(21) Read : http://rue89.nouvelobs.com/2010/01/05/debat-sur-lidentite-nationale-le-vrai-bilan-et-la-carte-des-rates-132377

(22) Source : http://www.alterinfo.net/Cameras-cachees-a-la-mosquee-de-Drancy-Violation-flagrante-des-libertes-fondamentales-des-fideles-video_a43455.html

(23) Source : http://www.al-kanz.org/2013/06/19/chalghoumi-israel/
http://oumma.com/

(24) Source : http://www.huffingtonpost.fr/2014/07/20/manifestation-palestine-paris-valls-debordements-interdiction_n_5603029.html

Nowhere else in Europe were such protests forbidden. The few French pro-Gaza demonstrations who were allowed all turned out to be peaceful. Those who weren’t turned into riots. It’s as if power wanted a clash…

(25) Read : https://yannickbaele.wordpress.com/2013/09/27/valls-est-un-petit-fils-de-pute/

(26) Source : http://www.ina.fr/video/3933266001036
____________
All over Europe, Muslims have been and are still being targeted in various ways :

– In 2007, in The Netherlands, a far-right party leader wanted to ban the Koran, which he compared to Mein Kampf. He also threatened to burn one publicly.

http://www.elsevier.nl/Politiek/nieuws/2007/8/Wilders-wil-verbod-op-islamitische-Mein-Kampf-ELSEVIER132670W/

– In Germany, huge anti-Islam rallies are being organized.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/germany/11337679/German-anti-Islamic-rallies-may-grow-on-terror-fears-after-Paris-attacks.html

– In Sweden, several mosques were targeted in the past few weeks.

http://www.newsweek.com/sweden-right-wing-arson-attack-mosque-295487

Of course, French Muslims are well aware of this, and all these events are only adding to their anxiety, their frustration and/or their anger.

____________

Nadia is a fictitious character. But there are many Nadias in France and elsewhere in the Western world.

***

(ajout du 9 mai 2015)

La machine à Pelloux

Machine, c’était tout bon. C’est original, Machine…

Le prénom fictif, balancé sèchement par Todd au visage de la mièvre tête à claques de service, sur France Inter, le 4 mai, affiche à la fois le mérite troublant d’être quasiment interchangeable avec un autre prénom, très en vogue, les deux partageant parfois, ces derniers temps surtout, en matière de thématiques comme de réseaux, des accointances particulières, et de souligner le caractère robotique d’une petite pimbêche capricieuse aux postures d’adolescente attardée, qui ne dispose plus que de l’invective directe pour esquiver les questions embarrassantes, le mensonge, supposément déguisé par des notes infrapaginales qu’universitaire ratée, elle ne cesse, par incantation, d’appeler à la rescousse, demeurant toutefois son principal allié.

Machine ne comprend pas. Elle ne comprend pas pourquoi tous les cerveaux ne sont pas formatés de la même manière, ni pourquoi l’enclos dans lequel un système cyniquement stalinien s’est employé, depuis début janvier, à les parquer, qui a tous les attributs d’un cloaque, rencontre ici ou là une résistance qui s’oppose à son inconditionnalité.

S’insurgeant contre ces déviances isolées, elle a donc, plutôt que de lister – besogne trop aride ! – les arguments en faveur et ceux défavorables à un point de vue donné, entrepris d’élaborer des listes nominatives. Elles deviennent de plus en plus courantes, ces listes-là. Vote de la Sainte-Judith oblige, elles seront bientôt toutes fichées et interconnectées, à défaut d’intervention divine.

Le neuneu de France Inter dispose de telles listes depuis longtemps. Soral lui-même n’en est pas dépourvu, Sifaoui non plus, qui englobent pêle-mêle Lapix, Calvi et Barthès, du côté des bons, des PC, des gentils, en somme, Boniface, Ramadan et Le Pen (dans cet ordre), sans que cette énumération soit limitative, dans le camp des méchants, des indisciplinés, des rats, écrivons-le franchement. Pourquoi Boniface ? C’est le plus dangereux de tous, pardi, car c’est le seul dont on ait l’absolue certitude qu’il n’est pas antisémite…

Révélateurs du consensualisme qu’il appelle de ses vœux, « gauche la plus conne », « droite la plus bête », « gauche conne et idiote » et « gauche la plus débile » sont quelques-uns des arguments-phares retenus par Momo-la-lèche dans son huffingtonienne défense de Machine (1), rédigée au diapason de cette dernière, lorgnant donc vers les pâquerettes, à la manière d’un argumentaire de bac bâclé parsemé des fautes d’orthographe et de grammaire d’usage, rouillée par le verrou idéologique de la mauvaise foi apposé sur toute dispute par la caricature d’intelligentsia qui dicte encore, en Frââânce, du haut de fortunes usurpées transmises par héritage, la politique pseudo-culturelle d’une nation, et polluée par une émotivité primaire que ne renierait pas « un pet [ou] un rot » (au choix) lors d’un dîner d’anniversaire au Flore : que ne ferait-on pour venir au secours d’une coreligionnaire ?

Car telle est la mission première : justifier l’insulte comme échappatoire, en la démultipliant. Et la furtive critique de la société du spectacle, dans ce contexte – plus impérative que jamais, en effet, mais, de grâce, pas après avoir encensé Barthès, qui en est la quintessence ! –, fait figure de leurre piteux.

Ce secours apporté à la laïque prêcheuse, c’est la lutte commune qui lui confère son sens, à savoir la réfutation de l’islamophobie, non plus uniquement comme réalité, mais comme concept, un concept tout de « vacuité idéologique et sémantique ». Et cette lutte, c’est au nom de l’exclusivité, qui, par définition, ne tolère aucune concurrence, qu’elle doit être menée, par « les copains, les amis, les copains des amis, les amis des copains et quelques faire-valoir » comme Sifaoui… Qu’importe que la confirmation du mensonge de la frivole harengère se soit étalée sur la place publique le jour même de la publication de ladite tribune (2) : de toute vaine tentative de franchise, le sophisme triomphera avec aplomb !

Sans doute à la seconde liste du faire-valoir son nom eût-il été intégré si Todd s’était plus tôt épanché sur les fâcheuses références politiques qu’il prête au drone illettré de Matignon, en soif de reconnaissance intellectuelle (rires), d’autant que cette salve décisive de l’impétueux rabat-joie fut précédée d’un rappel à l’ordre des plus officiels : tandis que Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme de son état, tressait, en écho, des couronnes au mémorable ouvrage qui aura valu à Tomboy, essayiste accréditée, une tournée générale des émissions de grande écoute des médias complaisants (3), Harold Hauzy publiait son propre billet d’opinion dans l’un des journaux amis du régime (4), bien décidé, une fois encore, à mettre au pas un intellectuel indigne de la Vraie France. « Le plus inquiétant dans [les] thèses [de Todd] », pouvait-on y lire, « c’est qu’elles participent d’un cynisme ambiant, d’un renoncement en règle, d’un abandon en rase campagne de la part d’intellectuels qui ne croient plus en la France », indistincte de son Chef, réputé ne faire « aucune distinction entre ses enfants ».

Pour une écrivaine d'Etat, avec la sympathie du pouvoir...

Saluons Hauzy pour sa superbe : tandis qu’aux Etats-Unis, l’Inquisition anti-communiste fut menée par un sénateur avec l’approbation, au bas mot tacite, du Superman d’alors (jusqu’à sa volte-face), c’est, en France, le Soviet Suprême qui bat lui-même le tambour de la galère. Admonester et dissuader, peut-être même punir en douce : les listes d’intellectuels présentent de nombreux avantages…

En fait, le Pouvoir Central a lancé à Todd un os, et le controversé démographe s’y est agrippé. L’attitude la plus sage à conseiller à tout intellectuel qui s’aventurerait encore dans les zones marécageuses qui bordent l’enclos est de ne point réagir. Réagir, en effet, revient à faire à Hauzy de la publicité, et donc à jouer son jeu. Traiter Hauzy comme une tache passagère sur l’échiquier, voilà le sésame !

Entre-temps, il faudra néanmoins s’accommoder bon gré mal gré de ces listes noires, à commencer par la plus scandaleuse d’entre elles, celle concoctée par un célèbre professeur de droit constitutionnel, souvent sur base de métadonnées uniquement. De cette liste, Nasr al-Ansi est la dernière victime en date. Est-ce parce qu’il se teignait la barbiche comme la première tarlouze venue qu’un drone allié l’a catapulté au firmament, après dénonciation par ses pairs ? Il appert que son rôle dans l’exécution annoncée du journaliste états-unien Luke Sommers soit davantage pointé du doigt.

With our compliments...

A titre subsidiaire, Barbe-de-Tapette et son noir étendard d’AQPA avaient également revendiqué, a posteriori et non sans quelqu’insistance préalable, l’attentat contre le Symbole des Nouveaux Martyrs de la République – Salallahu alayhi wa salam – sans apporter toutefois les preuves décisives qui devaient permettre de valider cette revendication.

Chacun se souvient de ces juifs israéliens fanatiques qui s’étaient, en transe, réunis dans les rues de Jérusalem pour exécuter de frénétiques pas de danse dignes d’une mystique vaudoue, à l’annonce de l’assassinat de Rabin… Mauvais exemple ! Reformulons : tout le monde se souvient des scènes de liesse extatique dans les rues de New York à l’annonce de l’assassinat de Ben Laden. Enfin, justice avait été rendue par l’Etat de droit !

I'm a rich lonesome cowboy...

Ne tergiversons pas : le Dr. Pelloux, rescapé de la fusillade de janvier, n’a pas provoqué délibérément la mort d’al-Ansi. Il s’est contenté de se réjouir de l’intervention salutaire de Judge Dredd : en amour, chacun ses préférences ! « Drone de drame », merde ! (titre de la prochaine couv’ ?). Mais peut-on pour autant le créditer d’avoir respecté al-Ansi, son autonomie et sa volonté, sans aucune discrimination selon son état ou ses convictions, comme le requiert le serment d’Hippocrate ? Avouons-le ici aussi : pour un bon Français, la question est plus que déplacée par les temps qui courent. En effet, comme l’indiquait, en 2012, le psychologue de la CIA Kirk Hubbard, qui a pu compter sur la coopération franche et cordiale de l’APA (American Psychological Association) pour mener à bien l’Œuvre de torture anti-terroriste de Bush en Algérie – pardon, en Irak !… –, « [les médecins] peuvent jouer de nombreux rôles différents, et ils ne devraient pas être confinés à un rôle étroit docteur-patient » (5).

« On se sent insultés. On se sent insultés parce qu’à aucun moment on ne voit […] [de] condamnation des attentats. On a l’impression que ceux qui sont morts […], finalement, méritaient de mourir parce qu’ils étaient dans la liberté d’expression. C’est lamentable. […] C’est dégueulasse de dire ça » (6). En cherchant, sur le mode de son nouvel objet fétiche, à dézinguer Todd par l’amalgame stalinien habituel, cher au terrorisme intellectuel en vigueur, Pelloux, en ce qui le concerne, semble avoir décidé d’endosser un rôle très particulier, celui de la triple buse…

____________

(1) Source : http://www.huffingtonpost.fr/mohamed-sifaoui/on-nest-pas-couche-face-a-la-tele-du-clash-et-du-trash_b_7213644.html

(2) Lire : http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/aymeric-caron-j-ai-gagne-mon-proces-le-beau-mensonge-de-caroline-fourest-5549ecbf3570fde9b317a65b

(3) Moi Charlie, Toi Charlie, Ed. Déroute intellectuelle, Pâhri, 2015

(4) Lire (ou pas) : http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/05/07/manuel-valls-nous-devons-resister-au-pessimisme-ambiant_4629245_3224.html

(5) Source : http://www.democracynow.org/2015/5/5/emails_show_american_psychological_association_secretly

(6) Source : Le grand journal, 7 mai 2015

____________

De courts passages de cet édito ont été légèrement reformulés le 10 mai 2015, à la fois dans un souci stylistique et pour une plus grande cohérence temporelle des faits évoqués.

 ***

(ajout du 14 avril 2015)

Nature mortelle du pouvoir

Lorsque le pouvoir échoue, il ne se remet pas en cause. Car le pouvoir est infaillible, malgré ses innombrables failles. C’est parce que le pouvoir est infaillible qu’il se soucie comme d’une guigne des manifestations protestataires, des billets d’opinion, des récriminations internationales, en deux mots, de l’opposition civilisée. C’est parce qu’il est infaillible que le peuple est superflu. Bouillie amorphe et malléable à merci, il est enfin à genoux, le peuple. Il ne faut plus mater que les poignées d’idéalistes qui récusent cette réalité. Ceux-là ont compris ou finiront, tôt ou tard, par comprendre qu’un pouvoir obsédé par lui-même n’est plus sensible qu’au seul langage de la force, dont lui-même use et abuse : qui peut dire ce que du Reich il fût advenu si son Leader avait été assassiné à temps ? Même lorsque la force dirigée contre lui est insuffisamment maîtrisée, elle contraint toujours un peu plus, on le constate, l’hydre monstrueuse à sortir de sa tanière. C’est cette résistance embryonnaire qu’il s’agit pour celle-ci de tuer dans l’œuf. C’est, dans son optique, sa seule faille, en vérité, qu’il lui incombe de combler au pas de charge.

Si, hormis ladite faille, le pouvoir est infaillible, c’est parce qu’il n’a plus de structure. Il flotte, sous l’œil de feu de la washingtonienne Kommandantur, la seule souveraineté à laquelle il ait encore à rapporter. S’il est infaillible, c’est parce que des armées de bouffons merdiatiques sont à sa botte : avez-vous lu cette défense goebbelsienne décomplexée d’un Matignon au bord de la syncope par cette richissime héritière qui marqua les écrans pas ses pullovers soyeux, et fait désormais travailler à l’œil l’essentiel de son petit personnel ?

le-monde-d-apresVous interroger sur l’aptitude à gouverner d’un roquet aux ambitions et à la geste franquistes dont les expressions de calme apathique, quasi vaseux, succèdent aux phases de surexcitation apoplectique à un rythme guilleret, lequel roquet cornaquerait, si on le laissait faire, la somme des vies privées de ses sujets ? Mais comment donc, prurit complotiste ! La suite est là pour veiller au respect inconditionnel de l’autorité frelatée, celle des cinq pourcents propulsés au poste d’observation du Palais pour satisfaire aux noirs désirs et traduire les glauques desseins des idées mortes trop humaines qui n’en peuvent plus de se terrer et aspirent, depuis au moins une éternité, à se gorger de rouge épais en pleine lumière. Le droit n’était qu’étape transitoire vers le non-droit !

Majorité et opposition contre droit, majorité et opposition contre éthique, majorité et opposition contre peuple, la scélératesse nouvelle sera entérinée, à la vitesse d’un ping, sur le mode du courriel crypté, avant d’être défaite ailleurs. Qu’elle soit promise à l’échec, le pouvoir devrait s’en réjouir, car si elle ne l’était, rien, plus rien décidément, surtout pas le respect d’une vie privée fantomatique, n’empêcherait que lui soit opposée la proportionnalité homéopathique qui renverrait enfin les pseudo-idées incarnées dans les bas-fonds à leur mortelle nature !

***

Caisse (collage littéral spiralé, 06-04-14) - VERS 2Caisse – Vers. 2 (collage littéral spiralé), 06/04/14

Catégories : Humbles et isolées émulations CoBrAïques, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , ,

Jeanne, m’entends-tu ? Tu m’entends, Jeanne ?

« Certainement, il y a l’énorme complexité de la grande machine étatique, financière, industrielle […], qui peut surveiller tout ce que nous faisons, pas encore tout ce que nous pensons, heureusement. […] Cette machine d’une énorme complexité, qu’est-ce qui est encore plus complexe qu’elle ? C’est cette petite matière grise […] qui se trouve à l’intérieur de nos têtes [et] qui s’appelle le cerveau humain. Le cerveau humain d’un individu est encore plus complexe que la gigantesque machine qui voudrait le contrôler. […] Tant que la machine n’aura pas nos têtes, elle n’aura pas gagné. »

Présomptueuse, cette prise de position engagée du philosophe Edgar Morin, en clôture du séminaire pour la liberté d’expression tenu par Mediapart, fin septembre 2013, qui a permis à l’intéressé de mesurer empiriquement in situ le nombre de spectateurs qui réagiraient à ses propos ? A certains égards, sans doute, à d’autres bien moins…

Dès que la chape de plomb figurée qui impose le silence autour de cette question, dont Morin dessine, à mon sens, les contours de manière à la fois erratique et définitive, c’est-à-dire dès que les canidés de garde parmi les figurines du petit écran, qui veillent toujours soigneusement à garder une confortable distance entre ce qu’ils savent ou présument, et ce que le bon peuple présume parfois mais n’est pas autorisé à savoir, auront péri sous les assauts de l’âge, d’Internet et / ou du miroir réaliste de leur médiocrité, la question de « cette machine d’une énorme complexité » qui ne peut « pas encore  surveiller tout ce que nous pensons », à laquelle Paul Jorion, dans un édito YouTube tout aussi anecdotique que désabusé et auto-hermétique du 20 juin 2013, lequel s’inscrit dans une longue série de selfies vidéo de la même trempe, fait, lui aussi, parmi tant d’autres, allusion, sera immanquablement posée ouvertement, dans toute sa majesté, provoquant, selon les plus pessimistes, des cataclysmes sociaux de nature matricielle, tant le bon peuple, prenant subitement conscience que la science l’a devancé de quelque deux cents ans, se muerait en hordes mutuellement destructrices, ou favorisant, à l’estime des plus optimistes, l’appropriation populaire d’un savoir confisqué pendant de trop nombreuses décennies, auquel il n’a, la plupart du temps, été fait allusion que de manière allégorique et approximative par une certaine caverne cinématographique et certains types de musiques contemporaines : « da story is to be sold, not to be told », comme dirait l’autre, qui, de chien, s’est soudain mué en lion…

Il sera possible, alors, dans ce second cas, sans risquer d’être la risée des bienpensants du pouvoir, ni le pantin de franges extrémistes violentes, de s’interroger publiquement sur cette « machine », de chercher à déterminer si elle est gouvernée ou si, telle sa très petite consœur face à Kasparov, elle en est arrivée à s’autogouverner en prenant appui sur le flot d’informations que l’humain lui a communiquées, voire même si elle nous gouverne, partiellement ou totalement, et, dans l’affirmative, selon quels principes, et quel degré d’interaction. Il nous sera de nouveau possible, à nous autres humains, de nous parler sans faux semblants, sans nous invectiver ou nous censurer les uns les autres, sans nous concurrencer pour le titre de supreme killer. Il nous sera de nouveau possible d’aim…

Cette « machine » est-elle la « machine » du pouvoir ou la « machine » de tous, dont les puissants, par leurs ressources (financières, intellectuelles et de réseau) tirent bien davantage profit que les autres ? Est-elle un instrument parmi d’autres dans les mains du complexe militaro-industriel, qui menacerait de mort abrupte ou contrôlée ou couvrirait de ridicule quiconque en fait trop clairement état, et, dans l’affirmative, est-elle vouée à le rester, à alimenter un culte religieux, ou à développer une dimension démocratique ? Favorise-t-elle un système politique plutôt qu’un autre ou tout lui est-il égal, si tant est que soient réunis certains paramètres ?

Représente-t-elle une menace totalitaire pour l’humanité, ou peut-elle, moyennant un certain état d’esprit où l’Humanité a sa place, lui faire découvrir de nouveaux horizons ? Nivelle-t-elle ou élève-t-elle ? Augmente-t-elle ou réduit-elle les facultés ? Eclaircit-elle ou opacifie-t-elle les esprits ? Flatte-t-elle l’ego ou laisse-t-elle chacun entrapercevoir son moi attaché ? Est-elle, comme l’est le web pour les ordinateurs rectangulaires, le gestionnaire d’un parc de cerveaux mondial que ne pourrait contrôler quelque entité que ce soit mais dans lequel il serait loisible à certaines d’entre elles de piocher à leur guise ? Et, question fondamentale, la bestialité humaine, celle de la domination et des rapports de force défavorables aux uns et extrêmement favorables aux autres, en est-elle digne ?

La CIA, l’US Air Force, l’US Navy, l’OTAN et d’autres organismes para- ou supra-étatiques similaires (pas uniquement états-uniens) pourraient avoir leur avis sur ces questions

1 - YALE JOURNAL OF BIOLOGY AND MEDICINE, 7 décembre 1934, pp 83-128

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2601137/

2 - JOURNAL OF APPLIED PHYSIOLOGY, 1 juillet 1962, vol 17, n°4, pp 689-692

http://jap.physiology.org/content/17/4/689.abstract

3 - THE NEW YORK TIMES, 28 décembre 1965, p 28

http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F70C1FFB3B591B7A93CAAB1789D95F418685F9

ABC News (Paul Altmeyer), “Mission Mind Control”, 10 juillet 1979

4 - Low-Intensity Conflict and Modern Technology, US Air Force, Air University Press, juin 1986

5 - Capt P Tyler (US Navy), The Electromagnetic Spectrum in Low-Intensity Conflict, Air University Press, 1986, p 249 et suivanteshttp://ce399.files.wordpress.com/2009/12/theelectromagneticspectruminlow-inte.pdf (JUIN 1986 !)

Extraits

« Bien que la radiation électromagnétique soit connue de tous, son prototype étant la lumière visible, et malgré le fait que certaines propriétés magnétiques et ‘électriques’ aient fait l’objet d’observations pendant des siècles […], les scientifiques n’identifièrent l’électromagnétisme en tant que tel, n’explorèrent sa physique et ne développèrent des théories rationnelles pour son utilisation pratique que dès la fin du XVIIIe. […]

Les résultats de maintes études qui ont été publiées ces dernières années indiquent que des effets biologiques spécifiques peuvent être obtenus en contrôlant les divers paramètres du champ électromagnétique (EM). Quelques-uns de ces facteurs EM susceptibles d’être manipulés sont la fréquence, la forme de la vague, le taux d’impulsion initial, la durée d’impulsion, son amplitude, le taux de répétition, la modulation secondaire, ainsi que la symétrie et l’asymétrie de l’impulsion. Parmi les effets cliniques des radiations électromagnétiques, un grand nombre furent remarqués pour la première fois à l’occasion de l’utilisation directe du courant appliqué directement sur la peau. Plus tard, les mêmes effets furent obtenus par son application à des champs extérieurs. […]

Comme bon nombre d’entreprises humaines, [les] applications de la radiation électromagnétique peuvent devenir une arme à double tranchant. Elles peuvent être significativement bénéfiques, mais, en même temps, elles peuvent être exploitées et utilisées de manière contrôlée dans le cadre d’applications militaires ou secrètes. La présente contribution se concentre sur l’usage potentiel des radiations électromagnétiques lors de conflits de faible intensité.

APPLICATIONS MILITAIRES POTENTIELLES DES RADIATIONS ELECTROMAGNETIQUES

L’exploitation de cette technique à des fins militaires n’en est qu’au stade embryonnaire, et sa reconnaissance par les Etats-Unis comme une option envisageable est récente. Un magazine de biotechnologie de l’US Air Force datant de 1982 déclarait ceci :

« Les données actuellement disponibles nous permettent de projeter que des champs de radiations de fréquences radio (RFR) spécifiquement générés peuvent constituer une menace antipersonnel puissante et révolutionnaire. La thérapie des électrochocs indique la capacité d’induire du courant électrique afin d’interrompre complètement le fonctionnement mental durant de courts laps de temps, d’alimenter les fonctions cognitives durant de plus longues périodes, et de restructurer les réactions émotionnelles à intervalles prolongés.

Les expérimentations menées par thérapie d’électrochocs, celles relatives aux RFR, ainsi que la compréhension accrue du cerveau en tant qu’organe électriquement médiateur ont suggéré la sérieuse probabilité que des champs électromagnétiques marqués puissent perturber un comportement résolu et pourraient être capables de diriger et d’interroger un tel comportement. En outre, le passage d’approximativement 100 milliampères à travers le myocarde peut mener à un arrêt cardiaque et au décès, soulignant ici aussi l’effet d’une arme qui agit à la vitesse de la lumière.

Un système RFR de scanning rapide pourrait donner lieu à un effet incapacitant ou meurtrier sur une large zone. […] En utilisant des RFR d’intensité relativement basse, il devrait être possible de rendre de vastes groupes militaires sensibles à des quantités extrêmement dispersées d’agents chimiques ou biologiques contre lesquels la population non irradiée serait immunisée. »

Les applications potentielles des champs électromagnétiques artificiels sont vastes, et elles peuvent être utilisées dans de nombreux cas de figure militaires ou quasi-militaires.

Certaines de ces utilisations possibles sont la maîtrise de groupes terroristes, le contrôle des foules, le contrôle des brèches de sécurité dans des installations militaires, ainsi que des techniques antipersonnel dans le cadre d’une guerre tactique. Dans tous ces cas, les systèmes EM seraient utilisés afin de produire des perturbations physiologiques légères à graves, et de distordre ou désorienter la perception. De plus, la capacité des individus de fonctionner pourrait être dégradée à un point tel qu’ils deviendraient incapables de combattre. Un autre avantage des systèmes électromagnétiques réside dans le fait qu’ils sont en mesure de couvrir de vastes zones à l’aide d’un système unique. […] »

6

CNN News, Special Assignment (Chuck DeCaro), novembre 1985 (première diffusion, revue et corrigée en 1999)

Extraits

« Le Dr. Michael Persinger (psychologue spécialiste des neurosciences) a effectué des recherches sur l’effet des radiations électromagnétiques sur le cerveau. Des variations sonores aléatoires […] pourraient permettre de différencier des cerveaux individuels. En d’autres termes, les individus pourraient être identifiés à l’aide des caractéristiques spécifiques de leur production neuronale :

« les niveaux de puissance pour ces amplitudes sont similaires à ceux associés aux signaux générés mondialement par les systèmes radio et de télécommunication. Ces vingt dernières années, un potentiel s’est développé, qui était improbable mais qui est aujourd’hui plus ou moins réalisable : […] il s’agit de la capacité technique d’influencer directement la majeure partie des quelque 6 milliards de cerveaux de l’espèce humaine en générant de l’information neuronale au sein d’un medium physique, au sein duquel tous les membres de l’espèce sont immergés ».

Le message du Dr. Persinger, expurgé de son jargon, consiste à dire que l’espèce humaine tout entière peut être contrôlée par l’entremise d’influences électromagnétiques,  véhiculées par les stations de radio ou de télévision ou par d’autres moyens techniques. »

7 - Nature 391, 316, 22 janvier 1998

http://www.nature.com/nature/journal/v391/n6665/full/391316c0.html

8 - US NEWS & WORLD REPORT, 26 décembre 1999http://www.usnews.com/usnews/culture/articles/000103/archive_033992.htm

(Cet article a paru dans l’édition papier de US News & World Report du 3 janvier 2000.)

Lire aussi : http://www.wired.com/politics/security/news/2007/09/mind_reading?currentPage=all

Extraits

 « Police de la pensée. Les pensées meurtrières d’un terroriste peuvent [être reconnues à travers l’activité électrique cérébrale], affirme [John] Norseen [employé de Lockheed Martin], qui a rédigé sa thèse [universitaire] au Naval War College, une thèse consacrée à l’application de la recherche dans le domaine des neurosciences à l’antiterrorisme. Il a, de son propre chef, soumis au Pentagone un plan de recherche et développement destiné à identifier le profil mental d’un terroriste. Un engin miniature dont la fonction est de cartographier le cerveau, placé dans un détecteur à métaux situé dans un aéroport, passerait au crible les modèles cervicaux des passagers, qu’il comparerait à un dictionnaire d’empreintes cervicales. Norseen prédit que le profilage par empreintes cervicales sera fonctionnel d’ici à 2005. […]

« Si ces recherches aboutissent », ajoute Norseen, « il sera possible de commencer à manipuler ce que des gens pensent avant même qu’ils ne le sachent ». Mais Norseen affirme être ‘agnostique’ quant aux répercussions morales [de son projet]. […] « L’aspect éthique ne me concerne pas », déclare-t-il, « mais d’autres devraient se sentir interpellés. »

9

http://www.dtic.mil/cgi-bin/GetTRDoc?AD=ADA425472

http://csat.maxwell.af.mil/pubs.htm

EXTRAITS

« L’armée a longtemps exploité le spectre des fréquences électromagnétiques, d’abord par l’entremise de communications « sans fil », à la fin du XVIIIe siècle, puis à travers la découverte du radar, dans les années 1930. Ces techniques ont rapidement évolué en de nombreuses applications militaires, en ce compris les systèmes d’alerte anticipée, la détection, et la gestion de la mise à feu de l’armement. […]

Il fut un temps où la notion d’ « énergie dirigée » était reléguée à la science-fiction. […] Ces dernières années, le champ de bataille moderne est devenu un environnement « riche en cibles » pour les armes à micro-ondes de haute intensité. […]

La conclusion de cette étude est que les techniques de micro-ondes de haute intensité sont prêtes pour […] leur déploiement en tant qu’armes opérationnelles, au sein de l’armée U.S . […]

Les contractants privés en matière de défense ne devraient pas seulement être encouragés à développer les capacités techniques qui leur permettraient de participer aux programmes d’armements à micro-ondes; cette étude conclut aussi que les systèmes militaires des Etats-Unis devraient être renforcés afin de les protéger contre les effets [desdites] ondes. »

Catégories : Expérimentations diverses non catégorisées, Musiques, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Liberté de croissance : le nouveau paradigme…

Une fois de plus devient coutume, je vais m’intéresser à un mot, un mot de gauche et un mot gauche, un mot teinté de progressisme qui cherche à exprimer un projet nouveau qui repose sur une nécessité impérieuse mais ne parvient pas à s’affranchir de ce à quoi ce projet s’oppose, ni à susciter l’engouement général dont dépend sa réussite sociopolitique. Ce mot, c’est la décroissance…

Parmi les ‘dés’, rares sont ceux qui illuminent d’espérance, dès lors que la plupart sont dérivés de la particule latine ‘de’, qui « marque la séparation, l’éloignement d’un objet avec lequel il y avait contact, union, association » (1), elle-même très proche de ‘di(s)’, qui, lorsqu’elle ne désigne pas le dieu des enfers, « marque le plus souvent la division, la séparation, la distinction, la négation » (2), le renversement antithétique, concret ou figuré, faisant pivoter le sens d’une racine sur lui-même, encore que, parfois, les deux significations s’avèrent très semblables, sinon rigoureusement identiques (par exemples, les verbes nudare et denudare > mettre à nu, pendere et dependere, être suspendu, ou encore torquere > tordre et distorquere [subst. distorsio] > distordre, mais aussi le substantif delirium > délire, alors que le verbe lirare signifie déjà, entre autres, être fou, divaguer).

Et si ce qui précède vous a fait perdre votre latin ou vous a donné l’impression d’être confronté(e) à une démence (dementia) passagère du rédacteur, notion hautement tendancieuse qui pourrait être la petite-cousine renversée de la mesure (mensa), subjective elle aussi, rassurez-vous : il ne s’agissait que d’une introduction discursive…

Au nombre de ces mots contraires, aux préfixes privatifs, il y a certes le désir (dont le ‘dé’ paraît distinct), la découverte et la délivrance, mais il y a surtout la dépendance, le dénuement et – nous y sommes ! – la décroissance…

Dans le cas de ce dernier, dont les implications auraient laissé les Latins bouche bée, sauf, peut-être, juste avant le déclin de l’Empire, mais dont la construction respecte les règles de l’art étymologique, le ‘dé’, s’il remplit parfaitement son rôle, assume aussi celui de croque-mitaine, baigné dans l’humeur moderne des anti-guerre et des objecteurs divers, qui, hier, avant de subir eux aussi un retournement, se nommaient juste pacifistes et libertaires, anars pour les plus indociles.

Or, comment faire saliver les masses avec un projet dont la dénomination est, dans l’absolu, l’antithèse même de la raison d’être (et d’espérer) de l’homme et de la femme : grandir en toutes choses, chacun(e) à sa façon et selon ses affinités ? Paul Ariès et les autres théoriciens de la décroissance ne sont pas idiots : cette objection, ils la connaissent. C’est pourquoi ils insistent sur la croissance des liens au détriment de celle des biens, sur le bien-vivre plutôt que sur le vivre-grassement. Et que l’avenir leur donne raison ou non, que se produise enfin l’amorce d’une juste répartition des richesses, au niveau mondial comme entre les diverses classes sociales de chaque nation, dont le revenu de base inconditionnel (ou allocation universelle) doit être l’axiome, ou que – comme c’est à prévoir et comme le laissent déjà supposer des stratégies militaires dont l’objectif premier est de protéger le patrimoine des plus riches parmi les plus riches – le narcissisme égoïste et vil qui caractérise la nouvelle aristocratie, dont un milliardaire plus machiavélique que les autres déclarait il y a peu qu’elle était en train de gagner la lutte des classes (class warfare), se poursuive indistinctement, au risque d’une dernière confrontation massive qui veillerait à répartir en décimant, ils ont raison !

Evolution de la part cumulée des 10 % d'individus les plus riches dans le revenu total des Etats-Unis

Répartition de la richesse mondiale

Mais ils ne sont pas à l’abri du paradoxe, car si leur objectif est de rendre à la vie toute sa superbe et d’assurer à l’humain son épanouissement le plus complet et le plus noble en contestant à la croissance le monopole du modèle économique, la dénomination qu’ils ont retenue pour leur mouvement ne dénie pas à l’économie sa place de grand pilier central autour duquel gravitent, dans un Midnight Express occidentalisé, les armées de zombies travailleurs.

Cette dénomination, elle n’est parlante que pour les convaincus, qui la conçoivent holistique, mais laisse perplexe la classe moyenne inférieure, qui n’a pas encore, Le juste prix aidant,  abandonné tout rêve d’Euromillions, et, bien entendu, irrite les cadres moyens, avides d’heures sup’ et désireux de prouver qu’ils en ont où il faut.

Moyennant une reformulation de son cri de ralliement héraldique et un marketing plus adéquat – il faut ce qu’il faut, par les temps qui courent –, le projet serait peut-être à même de faire davantage de nouveaux émules. Encore faut-il pour cela à son avant-garde préciser quel contenu précis elle entend lui donner…

En effet, je ne suspecte pas Paul Ariès de nostalgie pour les soviets, mais lorsque je l’entends, sur le plateau du Grand Soir (ou nunca), déclamer en crescendo, sous forme de litanie aboyée, sa longue liste d’abus consuméristes et qu’y figure en bonne place, dans la catégorie des occupations outrageusement énergivores, le nombre de clics sur les ordinateurs (de consultations de pages internet, pour être précis), j’en viens à me demander si nous parlons bel et bien de la même problématique et si ses envolées passionnées sont réellement destinées à persuader le plus grand nombre, ce dont il se défend certes, mais qui n’en est pas moins la condition de croissance de tout mouvement qui se veut d’envergure s’il a pour ambition de fonder une alternative apte à répondre aux colossaux défis posés et ne souhaite pas être réduit à l’état de énième secte de gauche, destinée, celle-ci, aux bobos bienheureux obsédés par l’empreinte carbone du citoyen de base, et aux franciscains miséricordieux résolus à l’ascèse.

J’ai bien compris que la question que posent Ariès et d’autres est celle de la seule possibilité, pour des groupes d’individus, de se dégager de l’oppression d’un système économique monolithique et dogmatique, mais une addition de petits projets non coordonnés peut-elle aboutir à remettre réellement en question celui-ci ou n’est-elle, elle-même vectrice d’égocentrisme, qu’un agrégat de leurres supposés vivre le temps qu’ont vécu les communautés soixante-huitardes, auxquelles je réitère cependant une fois encore mon sincère attachement ?

Dans la négative, je suis logiquement amené à me poser la question constitutive de la nature (ou de l’absence) de leadership au sein d’une nouvelle utopie de masse, de prime abord humaniste : y serait-il derechef question d’un dirigisme élaboré alternativement dans d’obscures arrière-salles de bâtiments lugubres et dans de confortables datchas de bord de mer, ou d’une ressuscitation de l’anarcho-syndicalisme combattu tant par les Untermenschen fascistes que par les ordures staliniennes ? Qui établirait ce qui relève de la croissance économique, et selon quels critères ? Système pour triompher du système ou coordination asystémique ? Et la singularité y serait-elle reconnue et respectée ?

Dans un article antérieur consacré au capital-corporatisme,  je faisais d’un libéralisme bâti sur les PME, conçu comme un entrelacs coopératif mondialisé, l’un des piliers d’une société réinventée, débarrassée à la fois des pratiques de coteries tutélaires du sommet et de la concurrence factice au sein de la base. Qu’une telle société repose sur plusieurs piliers constitue en effet le gage de la diversité réelle que conspuent à la fois les totalitarismes et le capital-corporatisme. Le projet porté par le terme bancal de décroissance en constitue, quant à lui, le pilier libertaire, localisé économiquement mais tout aussi ouvert sur le monde, en esprit.

Et si, au fond, au lieu de décroissance, c’était subconsciemment le mot ‘démocratie’ et la réalité qui l’accompagne que nous désirions…

______________

(1) Cf. Dico Gaffiot : http://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=dis

(2) http://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=de

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Gratia Solis generositatis omnibus fingit !

–          Qu’est-ce qu’il y a, grand-père ? demanda Petit Candide.

–          Regarde, tu vois ces taches rougeâtres, là, sur les salades. C’est nouveau, ça. Ca n’existait pas avant.

Tous les samedis, Petit Candide accompagnait son grand-père aux champs. Il y apprenait sur le terrain l’amour du terroir, le respect du vivant, la régénération naturelle des sols par la pratique de la jachère et des semis diversifiés dans le temps et l’espace. Il admirait la ferveur besogneuse avec laquelle son grand-père entretenait ses cultures, déterrait manuellement les herbes dites mauvaises, envoyait balader limaces et chenilles, bref veillait à sa production, qui jamais dans l’assiette ni le palais ne décevait. Il ne le savait pas encore, mais il lui serait reconnaissant plus tard de lui avoir légué ce patrimoine immatériel de goûts variés, la valeur du temps, du travail vrai qui n’a rien de celui de la propagande télé des cols blancs gâtés. Pouvoir déguster ses propres produits est devenu un luxe, l’un des seuls que les nantis soient trop fainéants que pour pouvoir se permettre. Voir pousser, tendre vers le Soleil, fleurir sous les effets conjugués de ses rayons et d’arrosages réguliers d’une eau précieuse dont d’aucuns, ailleurs, ne disposent, les plantations qui fourniront haricots en abondance, belles tomates rondelettes à la chair voluptueuse ou encore fraises succulentes, ce rythme-là, cette temporalité spécifique, lui apporteraient une perspective sur la vie que jamais il ne renierait.

Petit Candide était grand aujourd’hui. Il avait atteint l’âge où les potaches qui avaient partagé avec lui les bancs de l’école revendiquaient en tonitruant le fait d’être devenu des adultes. Il s’interrogeait souvent, quant à lui, sur le sens à donner à ce terme, car s’il voyait les potaches se soumettre à des règles, à des temps imposés, à des ordonnancements sur lesquels ils n’avaient, la plupart du temps, aucune prise, elles ne lui donnaient pas l’impression de s’interroger davantage sur leurs limites, leur environnement social et le rôle réel qui leur y était dévolu, ni sur le cours des choses tel qu’influencé, mis en œuvre même, par les ordonnateurs.

Que penser des O.G.M. par exemple ? Des légumes hybrides, il en existe depuis des centaines d’années. En quoi ceux-ci diffèreraient-ils de la règle ? En quoi présenteraient-ils plus de dangers ? Et quelles étaient ces taches rougeâtres sur les salades, dont lui avait parlé son grand-père ? Il se rappelait vaguement que ce dernier avait évoqué des pluies acides provoquées par une pollution industrielle et automobile accrues. Peut-être ces nouveaux organismes génétiquement modifiés produits par les Monsanto, les Syngenta, les DuPont, les Dow, les Pioneer Hi-Bred, les BASF, Bayer et Hoechst (ex-IG Farben) de ce monde et par leurs semblables permettraient-ils de résoudre le problème…

Quoiqu’il en soit, il trouvait étonnant qu’ils fussent imposés, de plus en plus souvent sans même un sommaire étiquetage informatif, à des populations majoritairement hostiles. Les experts scientifiques qui s’exprimaient en leur faveur ne trouvaient pas davantage grâce à ses yeux, car les mélanges de genres dont ils se rendaient régulièrement coupables, en ce domaine comme en d’autres (1), les conflits d’intérêts auxquels leurs multiples casquettes d’universitaires, d’experts publics et de salariés des divers lobbies dont ils sont supposés contrôler les agissements, ne pouvaient manquer d’accréditer le propos du professeur Escande selon lequel « les experts […] trichent, parce qu’il y a quand même des gens qui savent, mais ils mentent. Et quand vous ne mentez pas à l’unisson, vous vous faites traiter de tous les noms. À l’heure actuelle », ajoutait-il, « c’est un des phénomènes les plus préoccupants : les experts ne sont pas fiables, soit parce qu’ils sont nuls, soit parce qu’ils mentent. […] Actuellement, dans l’immense majorité des cas, les experts sont des experts de complaisance. » (2) Etait-ce donc là l’esprit des Lumières ? s’interrogea Candide, sourcilleux.

Puis il se souvint que d’honorables philanthropes avaient fait des cultures d’OGM de Monsanto la panacée pour résoudre la malnutrition dans les pays en voie de développement : la glorieuse Fondation Bill & Melinda Gates par exemple, portée sur les fonts baptismaux grâce à la vente en masse, à des prix prohibitifs, de licences pour softwares périodiquement périmés, n’a-t-elle pas, en même temps qu’elle acquérait 500.000 actions Monsanto, essaimé vers des coins reculés d’Afrique et d’Inde pour imposer à des paysans qui n’en voulaient pas, à travers des chantages et des connivences déplacées avec les chefs d’Etat du cru, l’agribusiness dont elle est porteuse ?

Candide poursuivit ses recherches et dénicha des indices troublants qui l’incitèrent à penser que, sous couvert d’humanitarisme et de philanthropie, c’est en réalité à l’esclavage et à la dépendance que Gates, Monsanto et les leurs avait condamné ces paysans, car les semis autodestructeurs prétendument providentiels qui leur avaient été promis et fournis, gratuitement dans un premier temps, obligeraient ceux-ci à racheter chaque année leurs doses. Plus qu’un brevet sur le vivant, c’est une accaparation progressive de tout le règne végétal qu’induisait le fameux gène Terminator que José Bové et d’autres éclaireurs combattent inlassablement. Malgré les milliers de suicides d’agriculteurs indiens que la culture d’OGM a poussés à bout, c’était pourtant avec les honneurs dus à un chef d’Etat que Gates, accompagné du caniche saltimbanque du cercle troupier Rockefeller, fut reçu à l’Elysée, en octobre dernier. Serait-ce donc là l’esprit des Lumières ? se demanda Candide, indigné.

La prévoyance, voilà ce qui caractérise les chefs d’Etat. Gates s’en inspire, d’ailleurs, puisqu’il a entrepris de cofinancer, sur l’archipel démilitarisé de Svalbard, à la lisière de la Norvège, un entrepôt géant destiné à accueillir la plus vaste collection de graines et de semences au monde. L’entrepôt a reçu le doux surnom de Doomsday Vault, ou Coffre-fort de l’Apocalypse.

Mais qui aurait accès à cette pépinière dorée ? Et selon quelles modalités ? Et quel est donc cet horizon apocalyptique auquel nous serions tous promis ? L’extermination des abeilles, qui rendrait impossible toute pollinisation efficace ? Celles des plantes réputées traditionnelles, insuffisamment armées pour résister aux offensives conjointes de la pollution et du pollen OGM transbahuté dans l’air ? La réduction générale de l’espérance de vie des paysans- et consommateurs-cobayes (3) ? Lorsque la mafia d’antan se rendait chez un épicier pour lui réclamer un écot destiné à lui garantir sa sécurité, c’est bien sûr contre la menace qu’elle représentait elle-même que celui-ci était obligé de se prémunir. La mafia globalisée des élites du Pourcent, qui se réunit, encostumée, comme dans un film de Kubrick, de rouge vif ou de bleu sélène, dans les palaces reculés des cités où se décident les choses, ne fonctionne pas différemment, Candide en était convaincu ! Créer de toute pièce un problème pour y apporter une prétendue solution n’est-il pas le moteur de la Nouvelle Internationale esclavagiste, qui tantôt s’affirme sans complexe, tantôt se masque aux confins du virtuel théâtre démocratique du réel ?

Depuis quelques années, le Mali fait, parmi d’autres pays, l’objet, dans le cadre d’un partenariat avec les Etats-Unis, d’une expérience pilote qui consiste à injecter dans les nuages qui survolent son territoire de l’iodure d’argent afin d’augmenter les précipitations (4). La science n’a-t-elle réponse à tout ? C’est en tout cas ce que sa version contemporaine, arrogante, économiste et peu soucieuse d’humanisme, cherche à faire croire… Mais la réalité, Candide la découvrit une nouvelle fois très rapidement : c’est à l’échelle de pays entiers que terres et personnes – toujours pauvres, cela va de soi – servent de sujets d’expérimentation ! En effet, l’Association Toxicologie-Chimie n’affirmait-elle pas, en septembre 2010, que « la pulvérisation d’aérosols d’iodure d’argent peut entraîner une contamination des sols et des milieux aquatiques, dont on ignore actuellement l’impact sur l’environnement » (5) ? Pour Candide, qui pensait naïvement que la science avait pour fonction première de permettre de faire parce que l’on sait ce que l’on fait, une telle négligence fit l’effet d’un camouflet. Etait-ce donc là l’esprit des Lumières ? vociféra-t-il, inquiet.

Puis il découvrit le pot aux roses : l’iodure d’argent était pour Gates pipi de chat ! Dans l’Empire démocratique dont Janus le Magnifique est la face présentable, se trame plus ou moins ouvertement un complot par lequel le Software Monopole et tous ses hyper-frères possédants pourraient donner le coup d’envoi de la fin du monde qui justifierait Svalbard. En effet, dans un rapport publié fin juillet 2011 par l’une de ses nombreuses sociétés, Aurora Flight Sciences, et qu’il a repris à son compte (6), l’homme aux 500.000 actions Monsanto livrait au monde la funeste vision de psychopathe qu’il espère lui imposer, à savoir la lutte homéopathique (massive) contre la pollution au CO², dont le consensus scientifique estime toujours, sans la moindre preuve, qu’elle est à l’origine du réchauffement climatique (7). Davantage de pollution pour venir à bout de la pollution, au nom du combat contre l’effet de serre : il fallait se nommer Gates et ne plus savoir de ses dizaines de milliards que faire pour oser le proposer…

Candide n’en crut pas ses yeux : Gates voulait acquérir ou louer, avec son cartel de l’ombre, une petite centaine d’avions qui disperseraient par an et sur la planète entière, à une altitude comprise entre douze mille et trente mille mètres, entre 1 million et 5 millions de tonnes d’acide sulfurique dans le but de réduire le flux solaire entrant, cet acide dont il est établi qu’il est « toxique pour les organismes aquatiques, et corrosif, même dilué [et qu’il présente, en outre] un danger pour l’eau potable en cas de pénétration de quantités importantes dans le sol et/ou les eaux naturelles. » (8)

Candide se souvint des OGM et se dit qu’à l’époque formidable qui était la sienne, une telle stratégie d’épandage, avec la complicité éventuelle des avionneurs du Pourcent, ne ferait sans doute pas même l’objet d’une information démocratique. Mais bon sang, il ne peut s’agir là de l’esprit des Lumières ! tonitrua-t-il, passionné.

Il finit par se demander si tout cela n’était pas une farce. Conscient d’être épié et surveillé en permanence, comme chacun au demeurant, dans ce nouveau monde éclairé par la science sécuritaire protectrice du patrimoine du Pourcent, il tourna instinctivement la tête à la recherche de nano-caméras qui feraient de lui un nouveau dindon de Damiens, mais rien d’inhabituel alentours qui attire son regard… Et pourtant : Internet bruissait de rumeurs de rachat de Blackwater par Monsanto (9). Blackwater était cette société de mercenaires sans foi ni loi, protégée par le fasciste Rumsfeld et impliquée jusqu’au cou dans le système de torture et d’humiliation de prisonniers en Irak et ailleurs, responsable en outre du meurtre guilleret de 17 civils irakiens innocents, ce qui l’a contrainte à opter pour l’appellation plus doucereuse et philosophique d’Academi, sans pour autant se délester de sa trentaine de sociétés-écrans actives dans les business miliciens privés les plus interlopes (10).

Jeremy Scahill, Blackwater, The Rise of The World's Most Powerful Mercenary Army

Les connexions de la tentaculaire entreprise sont planétaires, en effet : l’une au nord du Mali, rapportée par la presse en septembre 2010, méritant sans doute a posteriori un surcroît d’intérêt… Actifs ès qualité de conseillers et de formateurs d’institutions aussi diverses que les armées canadienne et états-unienne, le Royaume de Jordanie et la police des Pays-Bas, les pitbulls d’Academi infiltrent aussi, tels de véritables agents secrets, divers mouvements, groupes et obédiences pourtant démocratiques pour le compte de corporations richissimes telles que Microsoft (11). Ainsi des groupes anti-OGM, à la demande de Monsanto. Coopération avec les services secrets nationaux, échange de données sensibles et confidentielles, tentatives de discréditation publique de militants, infiltration de leur vie privée, fabrication de fausses preuves,  intimidations (professionnelles), surveillances, assassinats déguisés ? Comment agissent-ils et quels services tolèrent-ils leurs agissements, à défaut d’y prendre une part active ? Candide regarda le ciel encore bleu en soupirant : toutes ces questions, il était bien déterminé à leur trouver une réponse satisfaisante. Car ce fascisme des Lumières-là, il n’était pas prêt à le tolérer !

____________________

(1)    Ecouter notamment le professeur Philippe Even, reçu par Zemmour et Naulleau le 30/01/13, à propos des médicaments dangereux mais rémunérateurs maintenus en vente par les pouvoirs publics français en toute connaissance de cause : http://www.youtube.com/watch?v=L_19dUk21og

(2)    Source indirecte non accréditée : http://www.diatala.org/article-ig-farben-gaz-nazi-zyklon-b-et-monsanto-107208342.html

(3)    Lire : http://www.votresante.org/suite.php?dateedit=1291049997

(4)    Source (page 20) : http://www.cifal-ouaga.org/new11/mali.pdf

(5)    Source (page 2) : http://atctoxicologie.free.fr/archi/bibli/IODURE_ARGENT_FRTEC.pdf

(6)    Source (pages 6, 8 et 29) : http://www.keith.seas.harvard.edu/Misc/AuroraGeoReport.pdf

(7)    Il est établi que deux hausses de température de 1°C chacune ont eu lieu au cours du siècle dernier et que la tendance haussière se poursuit. Les causes réelles et vérifiables de celles-ci font encore, en dépit de l’assurance affichée, l’objet de spéculations.

(8)    Source : http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/lvincent/fds/FDS07.htm#acetet05

(9)    Source : http://www.activistpost.com/2012/01/setting-record-straight-did-monsanto.html

(10) Source :  http://publicintelligence.net/blackwaterxe-front-companies-chart/

(11) Source : http://www.thenation.com/article/154739/blackwaters-black-ops#

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

INDECT = intrusion INDECenTe dans la vie des autres !

INDECT = GeStaPo

Moi, vous savez, je suis un peu con. Alors, quand on me dit qu’on me veut du bien, ben moi je le crois. Quand la Commission européenne me dit : « dans deux semaines, le traité CETA entre l’Union européenne et le Canada sera fin prêt, et tu vas voir tous les jobs que ça va créer », pourquoi elle me mentirait ? Alors, j’entends dire : « ouais, mais tu te rends pas compte : CETA, c’est encore pire qu’ACTA, mec ! » Moi, je dis : du calme, les mecs ! Il y a des gens élus qui s’occupent de notre bien, non ? Même chose avec INDECT : il y a les Anonymous là, ils ont posté plein de vidéos sur YouTube pour dire : c’est encore pire que La Vie des Autres, tu sais le film allemand là sur la GesTaPo dans l’Allemagne de l’Est qui espionnait les ennemis d’Hitler. Moi, je dis : relax, on est en démocratie, vous êtes lourds ! Même que j’ai un pote qui travaille à l’Europe, il m’a donné des URL un jour pour voir les débats de l’Europe en direct (1) : rien ! Rien sur INDECT ! C’est que c’est pas si grave, quand même, si ils en parlent pas à la télé. Ah, si, ils en ont parlé un peu à la télé allemande…

C’est trop ouf, quoi, dans le pays de la GesTaPo, ils en parlent. Ils nous prennent pour des cons ou quoi ? Même qu’ils disent qu’il va y avoir des drones civils pour suivre les gens suspects dans la rue, prendre leur photo et vérifier dans leurs bases de données. Mais, moi je sais que c’est interdit : il y a la commission de la vie privée qui interdit ça. Quand je suis allé chercher ma carte d’identité électronique, la madame au guichet, elle m’a bien dit : « faut pas vous en faire, Monsieur, il n’y a aucune donnée sensible sur votre puce. Le légi, légissateur, il a bien veillé à faire des cartes distinctes pour les données de la sécu. » Alors, vous voyez bien ! Sur le site officiel du projet INDECT (2), ils disent même que les données elles sont pas conservées et que l’anonymat il est garanti par des puissants ago, alguo-rythmes. Puis il y plein d’universités qui ont participé, et même un comité d’éthique avec des Allemands, des Autrichiens, des Anglais, des Français et des Hollandais. Alors, moi je dis, ça suffit, hein, messieurs les théoriciens du complot ! Ben Laden, il existe ou il existe pas ? C’est pas un fantôme ! Après le 11 septembre, il faut qu’on se protège. Ben Laden, il peut faire un attentat n’importe où ! Comment ça, totalitarisme ? Mais si t’as rien à te reprocher, t’as rien à craindre ! Les chômeurs comme moi, ils leur veulent pas de mal ! C’est les pédoprédateurs et les criminels qu’ils cherchent à repérer. Et eux, ils ont toujours un petit air suspect qu’INDECT parviendra à détecter. Genre : si tu vois que t’es filmé et que tu détournes le regard, c’est louche ça, non ? Si t’envoies un SMS où tu dis : c’est de la bombe, c’est pas suspect, ça ? C’est pas mon pote Mustafa et sa barrette de shit qu’ils visent avec INDECT. C’est pas mon pote José du syndicat non plus. Moi, je dis : j’irai manifester quand ça en vaudra vraiment la peine…

another look at 9-11

_________________

Introduisez aussi dans votre moteur de recherche : Trapwire, EAGLE (Amesys)

(1)    Parlement : http://www.europarltv.europa.eu/en/home.aspx

Conseil : http://tvnewsroom.consilium.europa.eu/

Commission : http://ec.europa.eu/avservices/ebs/schedule.cfm

(2)    http://www.indect-project.eu/

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Pravda et objectif

Dans les médias centralisés de tous les régimes du monde, qu’ils soient totalitaires, fascistes ou réputés démocratiques, l’objectif supplante toujours l’objectivité. L’objectivité est comme un horizon que l’humain, sans pour autant qu’il lui incombe de s’en détourner, ne peut atteindre. L’objectif est le contrôle, la soumission des individus et des peuples. En ce sens, tous les médias centralisés, d’où qu’ils émettent et quel que soit le public auquel ils s’adressent, sont des instruments non d’émancipation, mais de propagande qui ménagent – donc renforcent – le pouvoir véritable, tandis qu’ils donnent l’impression de s’en prendre à l’expression émergée, visible, de ce pouvoir.

En occident, les médias centralisés représentent, même sur Internet, l’essentiel des sources d’information. Le vocable ‘centralisé’ peut recouvrir à la fois les quasi-monopoles corporatistes, d’inspiration nord-américaine, qui dictent le convenable et prémâchent le convenu, et les médias radio et télé dits publics, sous la tutelle du pouvoir politique. Qu’elle leur soit imposée ou non, tous exercent la fonction de définir le cadre de ce qui est acceptable, de ce qui est, c’est-à-dire la vérité, la pravda.

Ils disposent pour ce faire, a contrario des affiches immobiles et permanentes à la gloire du socialisme autoritaire qui ornaient les boulevards de feu l’Union soviétique, ainsi que des portraits tout aussi statiques de despotes divers que l’on trouve aujourd’hui encore sur son passage en plusieurs coins d’Afrique, de supports multiples et toujours changeants. A l’instar des publicités omniprésentes dans nos paysages urbains, qui monopolisent nolens volens l’attention visuelle des citadins, les supports médiatiques, ceux (écrits) que l’on trouve dans les Press Shop de Lagardère ou ceux qui s’immiscent, par ondes interposées, dans l’intimité de nos habitations, rivalisent d’accroches caricaturales et de débats sans intérêt pour nous vendre toujours le même message : achetez. Achetez la dernière lotion en date à la commercialisation de laquelle quelques milliers d’animaux auront laissé leur peau, en ce qui concerne les affiches d’abribus que des petites mains nocturnes remplacent une fois par semaine sur des supports qui tous permettront bientôt, à n’en pas douter, de faire défiler alternativement plusieurs publicités. Achetez l’information biaisée et économiquement correcte que nous vous vendons dans nos torchons ou via nos écrans, dans le cas qui nous occupe.

La pravda de l’occident contemporain, c’est le marché, à la glorification duquel elle est directement ou indirectement chargée de veiller. Le marché, c’est le cadre dont il importe à tout prix de ne pas sortir. Tout ce qui excède ce cadre n’existe pas, n’a pas à exister. Par exemple, toute gauche autre que social-démocrate sera qualifiée d’antidémocratique et mise sur un pied d’égalité avec l’extrême-droite. Comme le disait Goebbels, si un mensonge est répété assez souvent, les gens finiront par y croire. Et y croire d’autant plus, pourrait-on ajouter, que les sources qui diffusent ledit mensonge apparaissent diverses : si tant la RTBF que Canal Plus ou encore Fox News le disent, cela ne peut être que vrai. Pourtant, s’il est difficile de citer une autre concrétisation de l’extrême-droite que le fascisme dans l’histoire, il s’y peut trouver très facilement des expériences qualifiées aujourd’hui d’extrême-gauche qui n’avaient rien de totalitaire, ni même d’autoritaire, pour lesquelles le stalinisme était un ennemi tout aussi viscéral que la ploutocratie. Mais ceci excède le cadre de la pravda, et n’a donc pas lieu d’être mentionné, car le mentionner pourrait donner vie à des idées visant à promouvoir – voire à réaliser – ce qui n’a pas lieu d’être, c’est-à-dire le socialisme démocratique, qui est à la social-démocratie de marché ce qu’est une pomme bio à une pomme pourrie remplie de pesticides.

La vérité de marché peut compter, pour sa propagation, sur des diffuseurs de vérité recrutés toujours dans les mêmes milieux et avec les mêmes appâts, des diffuseurs dont la promotion hiérarchique sera fonction, comme dans tous les autres milieux de pouvoir constitutifs du grand marché, de la corruption de l’esprit et des désirs, et qui intérioriseront la nécessité selon laquelle s’éloigner de la vérité, celle qui dérange, peut susciter le trouble civil qu’il appartient aux médias contemporains de contribuer à prévenir, ou encore menace d’excéder le cadre, est la condition sine qua non de la diffusion de la pravda. Ils vous sortiront – chercheront à vous vendre – l’argument de rationalité : si une information n’est pas vérifiée, en faire état serait contraire à la prétendue déontologie du métier. Soit, achetons leur argument. En quoi interdit-il cependant le questionnement spéculatif, c’est-à-dire la part de doute que ne peut manquer de susciter tout ce qui échappe au cadre de la valorisation du marché ?

Si quelque chose n’est pas vérifiable, ce quelque chose est-il automatiquement inexistant ? Qu’aucun témoin ne soit en mesure ou désireux de confirmer tel propos, telle réunion, tel fait, rend-il nécessairement ceux-ci fictionnels ? Si étaient étalés sur la place publique tous les secrets de polichinelle et toutes les demi-vérités difficilement vérifiables qui impriment le subconscient des journalistes, peut-être une révolution se ferait-elle jour. Qu’est-ce qui leur empêche pour autant de poser sans y répondre, dans leurs articles et leurs reportages, les questions qui comptent, celles qu’eux-mêmes se posent, celles qui amèneraient le consommateur d’information à prendre du recul par rapport à ce qu’il consomme ? La pravda, bien sûr ! La spéculation intellectuelle publique est une manifestation de dissension, et la dissension n’a pas sa place dans la pravda.

De temps à autre sera cloué au pilori un patron d’entreprise, voire l’entreprise elle-même (Enron, Dexia, etc.), mais toujours pour faire la démonstration de l’efficacité du marché, qui ne sera jamais mis en cause en tant que tel et dans sa globalité. Comment, en effet, remettre en cause une vérité qui n’hésite pas à faire sa propre autocritique lorsque le besoin s’en fait sentir ? La pravda est objective et l’objectivité de la pravda sert l’objectif…

L’objectivité de la pravda est la garantie de rationalité nécessaire fournie à tous ceux auxquels s’adresse, par télé-vision, le système. Le système, parce qu’il peut se servir d’eux, parce qu’il a conçu pour eux une place en son sein, invite ceux-là – et ceux-là seulement – à danser avec lui, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la résignation, jusqu’au consentement, une ronde intime qui les propulse, par allégorie vraisemblable, par identification provoquée, par mimétisme mis en scène, au sein même de la pièce de théâtre télévisée. Toute résistance est futile, tout recul combattu, toute pensée contrée, toute alternative rendue impossible : le stress est roi par la grâce de l’objectivation du pulsionnel, qui sert la pravda.

Pourtant, les médias occidentaux, en particulier la funeste télévision, sont à présent entre deux feux. Parce qu’elle représente tous les acteurs dans un simulacre de vie réelle, conditionne leurs apparitions et leur discours, favorise l’identification, la catégorisation des personnes et des idées, ainsi que les clichés, réglemente le temps, qu’elle accélère de manière factice dans un but, délibéré ou subconscient, d’objectivation du pulsionnel, la télévision est devenue l’écran d’un rêve pervers qui suscite la régression mentale du nombre. Quelles représentations cinématographiques représentent-elles mieux les effets sur l’humanité et les limites de ce rêve pervers que le Videodrome de Cronenberg et le Requiem pour un rêve d’Aronofsky ?

Le rêve pervers est en train de s’effriter petit à petit parce qu’il s’est autorisé trop de souffrances psychologiques, trop d’humiliations, trop d’indignité. Comme le résumait récemment un célèbre philosophe, « le problème de notre temps n’est pas la perméabilité ; c’est la surabondance de sordide, qui rend cette perméabilité malsaine. » L’espoir du rêve est l’adversaire direct du rêve pervers. Ce dernier est souscription pulsionnelle à l’objectif ; le premier peut être, à des lieues de quelqu’endoctrinement religieux que ce soit, l’origine du sursaut d’une nouvelle dignité humaine faite d’horizons multiples et colorés. Le premier doit impérativement avoir raison du second !

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Demandez le programme…

En exclusivité, je vous propose aujourd’hui quelques bribes significatives de mon programme politique pour les décennies qui viennent. Ambitieuses, futuristes, bousculant les conventions, les propositions qui suivent ne sont pas pour autant irréalistes ! Ensemble, mes amis, ensemble, nous construirons le monde nouveau que la lie de l’humanité – banquiers, financiers et grands rentiers analphabètes culturels – entend nous dénier.

Ensemble, nous aurons raison de leur terreur permanente en la retournant contre eux. Nous leur ferons bouffer leurs crises et leur nouvel ordre mondial du chiffre et de la négation du passé, car leur fenêtre d’opportunité s’est refermée et l’heure est venue pour nous d’affirmer haut et fort ce que nous pensons : révolu est le temps où nous avions à nous déguiser avec des accoutrements d’un autre âge, à prêter serment à la loi du silence, à nous réfugier dans l’ombre comme des vampires qui craignent la lumière.

Ce qui ne se peut dire à voix haute n’a pas à être prononcé du tout ! Ce qui ne se peut faire à la lumière du jour n’a pas à être fait du tout ! Nous ne sommes plus des enfants !

Pareillement, télé-rohipnoliser la populace ne suffit plus ! Comme nous n’aurions jamais dû cesser de le faire, nous devons réellement convaincre, désormais, pour faire avancer à long terme chaque individu en particulier, et donc la collectivité dans son ensemble. Nous en sommes là ! Et si nous ne convainquons pas, tant pis : nous aurons perdu au terme d’un duel équitable. Quoi qu’il en soit, l’internationalisation se fera avec les cultures ou ne se fera pas !

Trop longtemps, les aristocrates bourgeois ont figé leurs privilèges. Leur consanguinité idéologique, économique et politique est répugnante ! Il incombe à notre Nouvelle Société d’en faire fi une fois pour toutes ! Nous ferons exploser le carcan bourgeois !

Bilderscum

Lisez plutôt, mes amis, lisez…

Proposition 1

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Proposition 2

Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Proposition 3

La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Proposition 4

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.

Proposition 5

Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

« CIRCUS POLITICUS » dévoile la « philosophie » de l’élite autoproclamée : « might is right ». Un livre d’utilité publique…

 « Il y a trois sortes de tyrans : les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race. […] S’ils arrivent au trône par des moyens divers, leur manière de régner est toujours à peu près la même. Ceux qui sont élus par le peuple le traitent comme un taureau à dompter, les conquérants comme leur proie, les successeurs comme un troupeau d’esclaves qui leur appartient par nature. »

La Boétie, Discours sur la servitude volontaire

A couvrir du nom infâmant de complot la moindre théorie, la moindre enquête, qui vise à établir au grand jour que les rapports politiques et économiques intra-occidentaux ainsi que ceux que l’occident entretient avec le monde sont soumis à de discrètes causeries d’alcôve supra-démocratiques, discréditant ainsi ceux qui voient de sombres machinations partout et postulant conséquemment, pour la parade, qu’il n’y en a, en vérité, nulle part, les agents du système corrompent consciemment les bases mêmes de l’édifice démocratique. Au nom d’une juste cause ?

Comme hier, à l’occasion de la seconde offensive bushiste en Irak, tout observateur, tout citoyen, est invité à se ranger promptement et sans broncher du bon ou du mauvais côté. Le bon côté, c’est bien sûr la finance, vectrice de paix, de libéralisme, de prospérité et d’amour entre les peuples. Par conséquent, le mauvais côté ne peut être que celui de la dictature, du fascisme ou du totalitarisme. Vous n’êtes pas un adepte de Kissinger ? Vous êtes donc un zélateur de Staline ! La dynastie Rockefeller vous répugne ? Vos sympathies néonazies en sont l’explication !

Dans ce contexte de musellement de la parole publique, d’étouffement de la contestation démocratique, de mise au placard des réfractaires à l’Ordre mondial de l’Oseille, il faut saluer des journalistes de la trempe de Christophe Deloire et Christophe Dubois, qui, avec « Circus Politicus » (1), remettent le pendule au centre et rendent à ceux qui s’opposent à la mondialisation par la finance la faculté de s’exprimer sans se voir traiter de fascistes (du net).

Dans leur ouvrage, les deux journalistes d’investigation décrivent par le menu et ad nauseam l’intime imbrication de tout le puzzle politico-économique, sur fond de médias corporate et parfois embedded : comme jadis tel lord ou tel baron remplissait le rôle de vassal à l’égard du prince, en passant par toutes les strates intermédiaires successives, il appert que les télétubbies de la politique contemporaine requièrent également l’adoubement préalable du cénacle hermétique du pouvoir nouveau, qu’il se nomme Bilderberg (1), Commission trilatérale ou, plus exclusivement, sur d’autres portions du territoire mondial, Bohemian Club, voire Skull and Bones.

La vraie menace pour notre République est le gouvernement invisible, qui, telle une pieuvre géante, étend ses tentacules visqueuses sur nos villes, nos Etats, nos nations. Partant de simples généralisations, je dirais qu’à la tête de cette pieuvre se trouvent les intérêts de la compagnie ROCKEFELLER – STANDARD OIL, ainsi que ceux d’un groupe restreint de banques puissantes généralement désignées sous le vocable de banquiers internationaux. Cette petite coterie dirige pour ainsi dire le gouvernement des Etats-Unis pour ses propres intérêts égoïstes.

Elle contrôle pratiquement les deux partis, écrit les programmes politiques, fait des dirigeants des partis des pigeons, utilise les forces vives des organisations privées, et recourt à tous les moyens possibles pour positionner à la candidature de maroquins publics importants les seuls candidats malléables aux diktats du big business corrompu.

Ces banquiers internationaux et les intérêts de la Rockefeller-Standard Oil contrôlent la majorité des journaux d’information et des magazines du pays, dont ils utilisent les colonnes afin de contraindre à la soumission ou d’amener à la démission les agents publics qui refusent de faire les enchères des puissantes cliques corrompues qui composent le gouvernement invisible. Celui-ci agit derrière le rideau d’un écran par lui créé et s’empare de nos mandataires exécutifs, nos corps législatifs, nos écoles, nos cours et tribunaux, nos journaux, ainsi que de toute agence en charge de la protection publique.

 John F. Hylan, Maire de New York, 1922

(traduction libre)

Considéré sous cet angle et interprété à cet aune, le glorieux projet des révolutionnaires de 1789 n’est rien d’autre qu’un vaste jeu de chaises musicales à l’échelle du globe, dans lequel des bourgeois milliardaires de père en fils ont supplanté les dynasties aristocratiques, qu’au demeurant, ils côtoient et avec lesquelles ils se fondent à présent gaiement, notamment au sein des brumeuses institutions officieuses susnommées, le Tiers-Etat s’éternisant dans son rôle de cheville ouvrière de révolutions volées, soumis à une tyrannie invisible et à une Terreur permanente, et risquant, un jour ou l’autre, lorsque la technique sera au point, de se voir définitivement sous l’emprise d’un nouvel Ordre sans échappatoire. Dans l’intermède, toutefois, ces sans-culotte sont plus ou moins maintenus dans un confort élémentaire, agrémenté d’incentives et de titres ronflants de manager de ceci ou cela – si seulement l’URSS y avait pensé ! – comme autant de pseudo-récompenses pavloviennes.

« Selon Sutton, la vision de l’éducation des masses qu’a une certaine élite membre de la société des Skulls & Bones n’est pas le libre développement de l’individu mais le fait d’apprendre à vivre de manière intégrée dans une société organique, de manière semblable à la philosophie de Hegel sur l’Etat absolu. Dans ce type d’Etat, l’individu trouve sa liberté par l’obéissance aux lois de l’Etat. Quant aux libertés individuelles, elles ne sont pas acceptables et doivent être guidées par la tyrannie rationnelle. Sutton soutient également que […] la notion hégélienne du conflit qui crée l’Histoire [fait] partie intégrante de l’idéologie des Skulls & Bones. Ainsi, le conflit entre une thèse et une antithèse donne une synthèse et si le processus thèse-antithèse est sous le contrôle de cette société, la synthèse découlera forcément de sa volonté. Pour Sutton, la synthèse ultime des Skulls & Bones est le Nouvel Ordre Mondial. ».

Hegel disciple d’Aristote… Philosophie de l’Histoire ou histoire de la philosophie ? Quoi qu’il en soit, si l’on considère que l’Etat symbolise l’autorité et que cette dernière est aujourd’hui diluée en un ensemble opaque sous la coupe de la finance et de l’entreprise privée, si l’on appréhende la quête de la réalisation financière égoïste non en tant qu’elle serait, par addition des multiples, vectrice de progrès social, mais plutôt une peu subtile et perverse invite à faire fi du commun, et si, rien que pour l’exercice des méninges, l’on applique le processus dialectique auquel fait référence l’extrait de la description sommaire que fait ci-dessus Wikipedia du professeur conservateur Anthony Sutton, à la crise financière que traverse le globe, l’on ne pourra manquer de trouver au propos quelque pertinence spéculative, indépendamment des polémiques déplacées que celui-ci et certains de ses soutiens ont pu susciter par ailleurs…

La tyrannie d’une certaine Raison, le livre de Dubois et Deloire l’aborde brièvement, mais elle en fait le fil rouge des situations qu’ils décrivent : comme ils l’indiquent, s’il est une voie rationnelle, les autres voies possibles ne le sont pas, ce qui induit qu’elles doivent être écartées. Or, la démocratie n’implique-t-elle pas le choix entre des propositions diverses ? Les réunions discrètes du Bilderberg et des autres instances du même acabit regroupent des représentants de tous les principaux partis. Il n’est pas question d’écrire – les auteurs ne le font pas – qu’une fois dans l’enceinte de leur lieu de réunion itinérant, tous se défroquent dans l’attente de se faire mettre bien profond par leur suzerain attitré : ils ne sont pas tous là pour les mêmes raisons, et tous ne sont probablement pas initiés, mais le suivisme, l’opportunisme carriériste, la servitude volontaire, le formatage des esprits expliquent sans doute largement la monotonie des débats politiques actuels, leur caractère unidirectionnel, à de très rares exceptions près, et partant, le désintérêt de la populace, écœurée mais séduite par ailleurs, dans sa majorité, par l’aculture du clash feint et la mode insipide et déjà dépassée qui fait défiler les objets comme dans un film, une Œuvre dont on tend à oublier jusqu’aux massacres tragiques les plus récents (Que les reporters en herbe et les colporteurs biatchéliens d’accusations d’extrême-droite à la petite semaine se renseignent tant soit peu quant aux liens entre IG Farben et les Rockefeller, par exemple : ils seront brièvement sevrés !), couplée à une débauche de vulgarité présentée comme l’unique alternative au puritanisme d’antan. Bienvenu dans le monde (faussement) binaire, impur en effet, par nature !

« Ma conclusion est : nous allons de plus en plus vers la probabilité de décisions d’ordre public de plus en plus profondes [de plus en plus internationales], et de plus en plus urgentes. […] Et donc, on revient vers un besoin de politique plus fort. […] Par conséquent, il faut bien aller jusqu’au bout. Il faut que les opinions publiques, notamment le seul milieu humain qui connaisse quelque chose au monde extérieur [c’est-à-dire] vous, les patrons [et non pas] les journalistes, [ni] les politiques […], [ni] le monde salarial et ses syndicats, [ni même] nos intellectuels, trop sensibilisés par leur langue et leur culture. Vous [les patrons] n’avez pas de substitut, vous êtes la seule expertise […] pour pouvoir [parler] du monde extérieur en connaissance de ce qui s’y passe. Faites pression : il est grand temps. […] »

Les propos très dans la ligne des choses prononcés en septembre 2010 par le pseudo-socialiste Rocard lors d’une université d’été du MEDEF (et rapportés dans le livre), incendiaires pourtant en ce qu’ils oblitèrent le prolétariat, qui n’y a même pas droit de citer, sont révélateurs de la pensée unique développée par David Rockefeller, l’empereur émérite du Council on Foreign Relations, par ailleurs pape fondateur du Bilderberg, cet outil d’inspiration américaine qui, parallèlement à l’édification d’une Europe unie après la boucherie nazie (3), a toujours eu pour fonction principale de maintenir le vieux continent sous la tutelle paternaliste de fer du nouveau. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Newsweek, en 1999, voici comment l’héritier dépeignait l’avenir du monde :

« Ces dernières années, il y a eu une tendance vers la démocratie et l’économie de marché dans de nombreuses parties du monde. Cela a réduit le rôle des gouvernements, ce à quoi les hommes d’affaires sont favorables. […] Mais le revers de la médaille, c’est que quelqu’un doit prendre la place des gouvernements, et le business me semble l’entité logique pour le faire. »

Ou comment, en trois phrases à peine, dire une chose et son contraire, à savoir évoquer le doux souvenir de la démocratie, saccagée jusque dans le pays qui en a forgé le concept, et rendre celui-ci caduc, les électeurs n’étant pas appelés, à ma connaissance, à couronner les patrons ! Ajoutez à cela la hantise des nouveaux despotes éclairés européens, formidablement synthétisée par Monti, l’une des créatures de Goldman Sachs (un autre acteur majeur du grand Cirque), parangon de la nouvelle rationalité grise et fadasse tant promue par nos seigneurs, pour qui il appartient de recourir le moins possible au peuple dans le cadre de la construction européenne, que ce soit à l’initiative d’un référendum – le mot semble s’être doté d’une connotation scatologique depuis les débâcles anticonstitutionnelles française et néerlandaise – ou dans le cadre d’une élection normale.

Soyons toutefois d’un bon aloi pragmatique en nous abstenant de fuir la réalité : oui, les peuples sont instables. Il suffit de regarder le mouvement de va-et-vient électoral auxquels ils se livrent depuis au moins vingt ans. Mais c’est précisément l’absence de choix entre des idées et des projets réellement distincts, de même que le désinvestissement manifeste dans la culture générale, qui en sont la cause. Le reproche de Monti et de ses clones a donc plutôt un double goût de mépris : l’instabilité du peuple se conjugue en l’occurrence à sa soumission supposée à l’ordre qui lui est imposé ! L’argent n’attend pas !

« Nous sommes plutôt dans une situation de tentative de manipulation. […] Nous avons compris l’attitude un peu superficielle des journalistes, nous créons tous les jours de nouveaux événements pour qu’ils ne puissent pas focaliser, se concentrer, réfléchir et dénoncer durablement un certain nombre d’aspects de la politique que nous menons, et sur lesquels, je le dis très sincèrement, il y aurait certainement matière à dire, à écrire. […] Il n’y a jamais, je le dis, […] il n’y a jamais une appréhension globale de la situation, de l’attitude du pouvoir, [ni] une analyse qui pourrait disséquer les errements de ce pouvoir et les mettre en lumière de manière crédible. »

Ces affirmations (elles aussi rapportées dans le livre) sortent-elles de la bouche d’un successeur potentiel du Che ? Think again : c’est l’éphémère co-président de l’UMP Dominique Paillé qui les a prononcées lors d’une conférence au Centre français de Formation des Journalistes, dont Deloire est (heureusement) le directeur. Et voilà qui clôt le cercle infernal, selon lequel, pour d’aucuns dans les hautes strates, la démocratie implique sa dose d’ignorance entretenue, de renoncement forcé et de désengagement populaire pour pouvoir fonctionner…

Dans une certaine mesure – c’est regrettable à écrire, tant le tube est porteur d’autres promesses – Ce Soir ou Jamais demeure, à l’heure actuelle, l’un des derniers îlots, l’un des derniers salons médiatiques qui fait exception à cette règle dévastatrice. Il y a quelques mois, le prophète Jacques (Attali) s’y exprimait, une fois encore, en faveur d’un gouvernement mondial, seul à même d’apporter une solution à des problèmes qui ne s’arrêtent pas aux frontières. Que l’on songe à Fukushima, par exemple… Nullement totalitaire, une telle structure serait, à son estime, totale. Subtil distinguo.

Le rêve, l’imagination renvoient-ils perpétuellement à la finitude humaine ou s’agit-il, au contraire, de portes ouvertes, de trous noirs vers l’infini ? Le totalisme, comme négation du nihilisme nombriliste des Etats-nations, pourrait-il être la nouvelle manifestation de la Providence ? Que ne serait-il plaisant, en effet, que les diverses chaînes nationales européennes, aux ordres des proto-pouvoirs en place, en vertu de la répartition des affiliations politiques et des partages de temps de parole subséquents, ne répercutent enfin la réalité du pouvoir européen (et mondial) tel qu’il s’élabore. Il est (encore) permis de rêver…

Lorsque j’ai lu, il y a une dizaine d’années, le Projet de Paix perpétuelle de Kant, j’étais en situation de quasi-hébétude. Jamais je ne me serais attendu à trouver sous la plume d’une si austère autorité langage si accessible, si rafraîchissant, si vivifiant. Je ne sais si, pour aboutir à ce résultat, le bougre avait eu besoin, au préalable, d’engloutir l’âme de quelque pauvre enfant. Toujours est-il que, comme son auteur le revendique dans son avant-propos, débarrassé des contraintes de la stratégie politique, du rapport de forces, et même de la vraisemblance – l’écrit date de 1795 – ce texte semble tout droit sorti de l’imagination fertile d’un jeune Candide. C’était beau comme la rosée du matin sur les pétales d’une jeune fleur en éclosion, qui, au premier contact des denses rayons d’un fier Soleil, se vaporise nonchalamment.

Y trouver le parallèle avec l’unification du monde par la destruction industrielle, pétrolière notamment, le rictus jokérien de Rockefeller, somme toute assez comparable à celui de Ratzinger, la soumission mentale à large échelle des peuples et des individus, accompagnée d’innombrables tentatives de contrôle et de musellement, la loi du silence discrétionnaire, le nihilisme du commerce multinational, voire – prétendront certains – les massacres à grande échelle pour le fun ou pour la cause, si ce n’est les deux, voilà bien, vous l’avouerez, la gageure du siècle ! Car, de George « CIA » Bush à Henry « Strangelove » Kissinger, en passant par George « Geronimo » Bush, de Mario « la momie » Monti à Mario « Picsou » Draghi, en passant par Lloyd « Octopussy » Blankfein, c’est précisément le nihilisme, non la fraîcheur, qui prédomine ! Utilisons une perspective holistique : notre univers est encore jeune, de nombreuses étoiles continuent d’y brûler de mille feux. Pourtant, à observer ces créatures froides et asséchées, on le croirait déjà désertique !!!

___________

(1)    Christophe Deloire et Christophe Dubois, Circus Politicus, Albin Michel, Paris, 2012.

Le présent post ne se présente pas comme un résumé de ce livre, mais plutôt comme un commentaire débridé qui invite à le lire…

(2)    Ironiquement, le nom de l’hôtel néerlandais où se sont rencontré pour la première fois, en 1954, les représentants de la haute finance, des multinationales et de la politique dite de haut niveau est également la traduction allemande de « Mont aux Images ». Une fusion lexicale germano-anglaise approximative (sur l’exemple du franglais) pourrait par ailleurs en faire le « Mont des Bâtisseurs ». Un peu comme les pharaons et leur entourage faisaient construire à la plèbe des bâtisses dont eux seuls connaissaient les secrets et la finalité, les magnats bourgeois du jour soumettent à coups de cravache figurée leurs contemporains analphabètes ou inconscients à la surproductivité, en hommage à leur grandeur. Que l’on songe aux milliards engloutis par la crise de 2008 : ils ne se sont pas évaporés, mais sont retombés dans certaines poches. De même, le lambda n’est rien pour l’alpha, pas un individu en tout cas. Il est matière sur le jeu d’échecs.

(3)    Les auteurs attribuent au Bilderberg Group la paternité du traité de Rome et le dépeignent, de manière générale, comme le lieu où pourraient se prendre les décisions avant que celles-ci ne fassent l’objet de disputes clownesques pour la galerie, pour être enfin mises en œuvre par les exécutants élus.

Catégories : Eclairage cinématographique, Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.