Politique / Société

« Is France becoming a police state ? »

Yes, it is, say 89 % of the listeners…

Publicités
Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Careful, man… They’ve totally lost it !

“Several journalists [deliberately] arrested or injured during Act 23 of the Yellow Vests”

https://francais.rt.com/france/61247-plusieurs-journalistes-arretes-ou-blesses-acte-23-gilets-jaunes

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Messe pascale

« Vous ne serez plus jamais capable d’amour, d’amitié, de joie de vivre, de rire, de curiosité, de courage, d’intégrité. Vous serez creux. Nous allons vous presser jusqu’à ce que vous soyez vide, puis nous vous emplirons de nous-mêmes. »

George Orwell, 1984

https://intrgalaktiklyon.wordpress.com/2011/05/29/eloge-de-yasmine-et-mohamed-a-lattention-de/

https://yannickbaele.wordpress.com/2017/10/17/es-ist-verboten-zu-sein/

Dans le suicide, il n’y a que deux choses qui comptent : l’efficacité et l’absence de douleur.

Pigeon que celui qui se balance de son balcon et survit à sa chute, amoindri et dépendant.

Pourquoi, dans cette perspective, les flics jouiraient-ils d’un privilège ? Pourquoi, si l’on excepte les autres détenteurs d’armes à feu légales, seraient-ils les seuls à pouvoir accomplir dans le lieu de leur choix, sans paramètre extérieur à leur propre volonté souveraine, sans prérequis administratif, sans permission à quémander, avec la certitude du travail bien fait et de l’instantanéité de la délivrance, l’action ultime qui relève du droit fondamental de disposer de sa propre vie ?

Quelle est cette société sadique dans laquelle l’humanité est devenue invivable, qui nous fait payer pour des choix et des écarts qui ne sont pas les nôtres, qui érige le mal-être en vertu cardinale, cette société dantesque de grouillants désabusés par l’abus, que seule unit la souffrance, et dont il ne serait possible de se dégager, parce que tel est ce que prescrivent les résidus idéologiques d’un appareil religieux dictatorial, qu’en se l’infligeant à soi-même ? A bas le cilice ! A bas l’Inquisition !

Vos péchés sont les vôtres; personne jamais ne vous en a délivrés, et ne comptez sur personne pour le faire. Suicidez-vous, flics, s’il vous plaît. Mais votre privilège devrait être un droit !

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Catégories : Philo de comptoir, Politique / Société | Poster un commentaire

‘Opus Dei’ : faire et défaire, c’est aussi travailler…

Espèce de clette franchouillarde !

Oxford dictionary

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Alors que, pourtant…

S’il est ampoulé et emphatique, son style, dénué de tout point d’interrogation, est surtout martial, et c’est sans doute davantage dans ce dernier que dans ces deux premiers attributs que réside le problème. Par ailleurs, outre sa fascination pour le morbide, certaines de ses affirmations, de ses comparaisons, il est vrai, laissent circonspect : quand bien même la seconde étalerait, dans la coulisse, tel un Emmett Honeycutt plus littéraire que féru de cam shows, des manies de chochotte obsédée par son reflet, pourquoi faut-il nécessairement qu’à la prébende dont jouit frauduleusement une jeune pédale à côté de ses pompes réponde la supposée « conformation » porcine d’une tapette iconique ? Suspect, biaisé et éculé que le présupposé que PD ne puisse être égal qu’à PD et que tous deux ont leur place dans les écuries d’Augias : il y a, parmi les str8 aussi, pléthore de précieuses faisandées ! Et puis, qui n’est poseur de nos jours ? (Ooh, when I look at you, babe…) Quoi qu’il en soit, il y a cette question du melon, en effet – du potiron, même. Mais, dans une surfaite jetset de cucurbitacées, comment peut-on être fruit des bois ? Autoritaire et tranchant comme une guillotine ? Dans l’écrit, pas un peu. Self-righteous, l’arme au poing ? Non, peut-être… Mais quand on tient une tige pareille, la frustration s’accumulant, forcément, plus le suc irrigue le gland, plus ce dernier voit rouge, l’explosion finale comme horizon du soulagement. Hostile à toute critique car détenteur de la Vérité ? Apparemment, mais comment soi-même, si l’on refuse le débat – l’Autre n’étant pas digne de la gôche –, le démontrer autrement que par approximative vraisemblance, arguments d’autorité et analogies faciles de « nouveau philosophe » suranné ? Pour s’en assurer, que ne laisser au repos la trique du procureur ? L’exigence de conformité à une grille de lecture figée demeurant un conformisme, ne convenir de la perversité de l’hygiénisme idéologique (sélectif) si cher aux adeptes de l’excommunication a priori ? A la pesanteur d’une doctrine (affichée), ne préférer de temps à autre l’apesanteur de la sagesse, qui ne devrait être un luxe pour personne ? Et ne cesser un peu de prendre les gens pour des cons en jouant les vierges effarouchées lorsque sont énoncées des évidences politiques qui ne sont que resucées passionnées et illustrées de Machiavel ?… Sauf à considérer que l’inféodation est une libération, ce n’est pas tant, me semble-t-il, la débauche que son encadrement mimétique grégaire, hiérarchique et intéressé qui nuit à l’épanouissement démocratique, la possibilité de celui-ci que sa nécessité, dans l’ébauche évoquée… Ailleurs aussi, certes, dans une certaine mesure, mais c’est fou ce qu’on se prend au sérieux à Pâhri, alors que tout, somme toute, y est si dérisoire… Sérieux des matières fécales élyséennes, que fard, cire et sourire acrimonieux peinent à contenir, sérieux de l’entre-soi versaillais, en compensation à sa frivolité, sérieux suprême du vase clos public des parties d’escrime décadentes entre la vacuité pensante et l’aristocratique revanche du peuple, qui s’y frotte avec délice et ne se frotte qu’à elle…

Sérieux du théâtre des Narcisse. Sérieux des postures surjouées. Sérieux de la futilité.

Sérieux du Godwin cul-serré des goulags de l’intellect et sérieux de la flamme de l’apprenti sorcier.

Alors que, pourtant, Dieu est amour…

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Clear, eloquent, lucid and distinct…

http://quranicnames.com/ilhan/

“And then I saw all those Jews clapping and cheering…”

https://www.independent.co.uk/news/world/americas/donald-trump-bizarre-quotes-911-attacks-tallest-building-higher-ratings-muslims-cheering-george-w-a8530571.html

50 shades of SM

Netanyahu, the Kochs, Richard Spencer, Peter Thiel… To all those far-right figures and many others, Trump is like Santa. And spoilt brats would hate to see Santa leave, wouldn’t they ? Several times, The Real News Network’s Paul Jay speculated about “an event” that might prevent him from leaving, one that might simply require looking the other way (you know)…

https://theintercept.com/2018/01/22/the-top-republican-warns-under-new-spending-bill-the-intelligence-community-could-expend-funds-as-it-sees-fit/

Heimat cleared, 45 ?

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Well, that was unexpected…

Catégories : Politique / Société | Étiquettes : , | Poster un commentaire

La consultation, c’est ‘top down’… L’exigence, c’est ‘bottom up’ !

Réunis en assemblée, des « gilets jaunes » rejettent toute consigne commune pour les européennes

Les 235 délégations rassemblées à Saint-Nazaire ce week-end ont publié lundi cinq appels communs évoquant revendications, actions et convergences.

Par Aline Leclerc Publié aujourd’hui à 18h01, mis à jour à 18h01

Discours introductif à la séance plénière lors du deuxième jour de la seconde assemblée générale des assemblées de « gilet jaunes » à la maison du peuple de Saint-Nazaire les 05, 06 et 07 avril 2019. THEOPHILE TROSSAT POUR « LE MONDE »

A l’issue d’un rassemblement de trois jours à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ce week-end, 700 « gilets jaunes », représentant 235 groupes locaux de toute la France, ont publié plusieurs « appels » communs, lundi 8 avril. Le résultat de travaux menés collectivement depuis vendredi, et qui sera soumis au vote des groupes locaux.

Le premier texte est un appel « général », à l’adresse du « peuple dans son ensemble ». Ces « gilets jaunes » évoquent leur combat « contre les politiques d’extrémisme libéral » et « pour la liberté, l’égalité et la fraternité ». Ils y dénoncent « l’escalade répressive du gouvernement » et déplorent que face « aux aspirations convergentes des “gilets jaunes” et autres mouvements de luttes, le gouvernement panique et oppose une dérive autoritaire ».

Si les revendications sont toujours très nombreuses et diverses au sein du mouvement, l’appel en retient deux principales : « L’augmentation générale des salaires, des retraites et des minima sociaux » et « des services publics pour toutes et tous ». Disant s’inscrire dans la durée, les « gilets jaunes » réunis à Saint-Nazaire évoquent par ailleurs un combat contre « un système global » pour lequel « il faudra sortir du capitalisme ».

Face à la baisse de mobilisation constatée dans les manifestations comme sur les ronds-points, ils appellent également à une « semaine jaune » d’actions à partir du 1er mai.

Des institutions « antidémocratiques » et « ultralibérales »

Quatre autres « appels » ont été publiés. Consacré aux élections européennes, l’un d’entre eux dénonce « le caractère antidémocratique et ultralibéral des institutions européennes ». « Le Parlement européen que nous élisons n’a même pas le pouvoir de proposer une loi ! La Commission européenne décide de tout sans aucun contrôle démocratique », fustige ce texte.

Alors que, depuis plusieurs semaines, sur les pages Facebook de certains « gilets jaunes », dont le médiatique Eric Drouet, monte l’idée de s’accorder sur un même vote pour contrer la liste La République en marche-MoDem, cette « assemblée des assemblées », qui « ne reconnaît aucun leader autoproclamé », fait le choix « de ne donner aucune consigne de vote ou même de participation à ces élections » et condamne « toutes les tentatives de constitution de liste politique au nom des “gilets jaunes” ». Mais elle suggère de faire de cette période électorale une grande période de sensibilisation contre les institutions européennes.

Pour l’annulation des peines des « gilets jaunes » condamnés

Persuadés de la convergence entre leur combat et les combats écologiques, ces « gilets jaunes » insistent dans un troisième texte sur « l’urgence environnementale, sociale et démocratique ». « La taxe carbone est l’exemple parfait de la fausse écologie punitive qui cible les gens qui ne sont pas responsables, estime le texte. Or, il y a des responsables et des pollueurs à qui s’attaquer directement par des actions coordonnées. » Il invite à créer un nouveau « mouvement social écologique populaire ».

Les « gilets jaunes » réunis à Saint-Nazaire dénoncent, dans un quatrième appel, la « répression policière et judiciaire » du mouvement. « Ce que nous vivons aujourd’hui est le quotidien des quartiers populaires depuis des décennies. Maintenant, l’autoritarisme se généralise à toute la société », estiment-ils. Ils demandent « l’annulation des peines » des personnes condamnées depuis le début du mouvement – plus de 2 000 selon le ministère de la justice, qui précise que 40 % ont été condamnées à de la prison ferme.

Ils invitent notamment à rejoindre l’appel à manifester contre la loi anticasseurs, lancé pour ce samedi 13 avril par plus de 50 organisations, dont la Ligue des droits de l’homme.

Enfin, un dernier texte plaide pour la création, dans chaque commune de France, « d’une ou plusieurs assemblées citoyennes et populaires », dans l’idée d’une « réappropriation du pouvoir politique ». Une troisième « assemblée des assemblées » est d’ores et déjà annoncée pour le mois de juin.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/08/reunis-en-assemblee-des-gilets-jaunes-rejettent-toute-consigne-commune-pour-les-europeennes_5447536_823448.html

Catégories : Politique / Société | Poster un commentaire

Frankie, t’as dit ceci l’autre jour…

Je sais qu’il y a du bon en toi, mec. Mais je peux pas m’empêcher de te poser les questions suivantes, qui ne te sont pas toutes adressées en particulier :

– Dans quelle mesure, s’il y en a une, les affects que tu évoques font-ils écho aux affectus spinoziens, plus angulairement à la structure qu’en propose ici la critique qui en est faite ? La colère y revêtant – comme ailleurs – le statut de passion, est-il question pour toi d’en déterminer plus explicitement la ou les cause(s) afin de transformer celle-ci en détermination, de l’amplifier, au risque d’en devenir toi-même l’une des causes extérieures, d’en réduire la portée morbide en lui adjoignant des passions plus gaies, ou simplement de mettre en résonance des affects communs que tu partages ?

– Le spectacle est sans aucun doute le producteur d’affects le plus efficace, tant à l’échelle de l’individu que de la masse. A l’ère du tout-spectacle, une « cause adéquate » est-elle encore possible ?

– L’homme (ou la femme) de spectacle, c’est-à-dire celui (ou celle) qui, tout en en faisant partie, le régit pour partie, instrumentalise toujours les affects. Or, il peut tromper, involontairement (en pensant faire quelque chose de juste ou de nécessaire) ou sciemment (en sachant que tel n’est pas le cas). Cette dernière hypothèse n’amène-t-elle pas indispensablement à s’interroger, en toute hypothèse, sur ses intentions ? Comment le faire et aboutir rationnellement à une conclusion ?

– Ce que tu as dit tout haut, la plupart – sinon la totalité – des politiciens ne le mettent-ils pas en pratique tout bas, depuis longtemps déjà, secondés en ce par la perversité de leurs omniprésentes agences de communication, qui, usant de moyens techniques et financiers inédits, s’avèrent toujours plus puissantes dans la suscitation d’affects au nom de néants ou de tromperies programmatiques ? D’ailleurs, la vocation première de tout politicien n’a-t-elle pas de tous temps consisté, depuis que le métier existe, à en susciter ? Le marketing de la peur, dont les diverses ficelles sont plus ou moins pertinentes (les migrants pour les uns, le nationalisme nouveau pour d’autres, par exemples), n’en mobilise-t-il pas de manière quasi permanente, dans des directions variées ? La Grande Répression, concomitante au marketing du mépris, en suscitant tantôt colère, tantôt mélancolie, n’est-elle pas elle-même une usine à affects ? Dans l’affirmative et dans ces conditions, ce qui distingue de ceux-là les affects dans ta proposition ne repose-t-il pas nécessairement sur une forme de manichéisme ? Assumes-tu celui-ci, y compris en ce qu’il peut renvoyer à une ontologie de la soumission (bourgeoise ou autre) ? Es-tu à l’aise avec la perspective que la mobilisation des affects puisse mener à la discipline ?

– Tous les affects suscitent-ils le mouvement ou certains ont-ils, au contraire, comme effet de provoquer l’apathie ? Une plus grande précision ne s’impose-t-elle ? Un politicien peut-il se la permettre sans être accusé de démagogie ?

– instrumentaliser les affects tout en l’annonçant, est-ce encore les instrumentaliser ? Une quelconque relation de confiance – parce que d’égalité – peut-elle raisonnablement s’établir dans d’autres conditions, c’est-à-dire lorsque pas même quelques indices d’une telle instrumentalisation et des buts qu’elle poursuit ne sont délivrés ?

– Les instrumentaliser contre un individu ou une somme d’individus sur base d’informations confidentielles glanées à son ou leur insu en agitant celles-ci, de manière évidente ou subliminale, comme autant de chiffons rouges, passant outre à une ou de multiples fin(s) de non-recevoir, comme peuvent le faire à l’égard de prospects, de ressources ou d’adversaires présumés, les agences de renseignement, relève-t-il, en définitive, d’une instrumentalisation des affects distincte ? Quelles sont, de manière générale, les limites éthiques de leur instrumentalisation ? A partir de quand les effets de cette dernière s’assimilent-ils à un préjudice ? A partir du court-circuit ou avant ? Et à partir de quand la concevoir comme relevant d’une forme de fascisme ?

– Lorsque cette instrumentalisation est malveillante (trahissant elle-même de ce fait une passion négative), lorsqu’elle réifie son objet, mais même dans l’absolu, qu’est-ce qui, du désir de toute-puissance sur soi-même ou du désir de toute-puissance sur autrui, est le plus légitime et le plus indicatif de maturité ? Comment séparer, parmi les signes et signaux extérieurs qui ressortissent au cours du monde et ceux, malveillants, qui les imitent par vanité, le bon grain de l’ivraie ? Comment, qu’à ces derniers l’on réagisse ou non, éviter de conférer l’impression que l’on y est sensible, c’est-à-dire que l’instrumentalisation produit ses effets ? Comment signaler que c’est l’instrumentalisation elle-même que l’on récuse, bien plus que l’on ne réfute son contenu ou sa forme ?

Catégories : Lettres ouvertes des plus surréalistes..., Philo de comptoir, Politique / Société | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.